Archives par mot-clé : Traduction littéraire

Le Dit des trois morts et des trois vifs

Claudio Galderisi et Jean-Jacques Vincensini

Le Dit des trois morts et des trois vifs.
Éditions, traductions et études des versions médiévales (essai de ‘translatio’ collective)

Turnhout : Brepols, 2018

(Bibliothèque de Transmédie, BITAM ; 6) 216 p.

ISBN : 978-2-503-57972-6

À travers le chapitre introductif, les présentations des différentes sections, les glossaires et les brèves études linguistiques ainsi que l’étude des expressions formulaires, ce volume offre un tableau à la fois synthétique et analytique de la diffusion du Dit des trois morts et des trois vifs et permettent de mieux comprendre ses variantes et ses typologies.

Le présent ouvrage a pour ambition d’aborder tous les aspects théoriques et pratiques de la traduction intralinguale et interlinguale d’un texte poétique et d’un motif théologique qui a eu une circulation et une productivité, aussi bien textuelle qu’iconographique, extraordinaires au Moyen Âge : Le Dit des trois morts et des trois vifs.

Le choix de ce texte, qui présente, par-delà ses variantes et ses typologies, une structure narrative et une fonction d’exemplarité religieuse constantes et facilement reconnaissables par le lecteur médiéval, a ainsi constitué le point d’équilibre du présent travail. L’ouvrage, original dans sa méthode et ses visées, propose aussi bien une étude littéraire et historique du motif des trois morts et des trois vifs, qu’un accès aux différentes versions médiévales du texte, une réflexion traductologique tout autant qu’une tentative de restitution poétique.

 

Table of Contents

1. Vers et envers d’un séminaire sur la traduction intralinguale : l’exemplum des Trois morts et vifs, par Claudio Galderisi
2.  Les Trois Morts et les trois vifs : tour d’horizon, par Caroline Lambert
3.  Section « française »
a.  Présentation, par Jean-Jacques Vincensini
b.  Édition et traduction, dir. Claudio Galderisi, Pierre-Marie Joris, Cinzia Pignatelli, Jean-Jacques Vincensini, avec la collab. de Vladimir Agrigoroaei et Estelle Dupuy
c.  Présentation du glossaire, par Cinzia Pignatelli
d.  Glossaire, par Mickaël Dechaine, sous dir. Cinzia Pignatelli
4.  Section anglaise, par Karine Guibert † et Corinne Lamour, sous dir. Stephen Morrison
a.  Présentation, par Stephen Morrison
b.  Édition du texte et traductions
c.  Glossaire
5.  Section italienne, par Alessia Chapel, sous dir. Cinzia Pignatelli et Claudio Galderisi
a.  Présentation
b.  Édition et traductions en italien et en français
6.  Section latine, par Chiara Cracco, sous dir. Vladimir Agrigoroaei, Pierre-Marie Joris et Claudio Galderisi
a.  Présentation d’édition, par Vladimir Agrigoroaei
b.  Présentation de la traduction
c.  Édition et traduction
7.  Innovation et reprise dans Les Trois morts et les trois vifs : un motif en quête d’une structure, par Caroline Lambert et Vladimir Agrigoroaei
8.  Annexe
Edition et traduction de l’allemand, par Sara Gisselbaek avec la collaboration de Pierre-Marie Joris
9.  Postface, par Jean-Claude Schmitt

Claudio Galderisi, professeur de langues et littératures de la France médiévale à l’Université de Poitiers (CESCM). Il a dirigé entre autres les trois volumes des Translations médiévales. Cinq siècles de traductions en français au Moyen Âge (XIe-XVe s.) (Brepols, 2011).

Jean-Jacques Vincensini est professeur de langue et littératures médiévales à l’Université de Tours (CESR). Il a édité et traduit notamment les Romans de Mélusine de Jean d’Arras et de Couldrette et prépare l’édition et la traduction de l’Escoufle de Jean Renart.

La traduction entre Moyen Âge et Renaissance

         Claudio Galderisi et Jean-Jacques Vincensini

La traduction entre Moyen Âge et Renaissance : Médiations, auto-traductions et traductions secondes

Turnhout : Brepols, 2017

(Bibliothèque de Transmédie, BITAM ; 4) 268 p.

ISBN : 978-2-503-56971-0

Les différentes contributions du présent volume révèlent toutes un rapport problématique à la fidélité des traducteurs et aux traductions préexistantes.
 

Après deux premiers volumes consacrés à la traduction intralinguale de l’ancien français au français moderne et aux questions concernant la traduction empêchée et la traduction manipulée, ce troisième volume entend sillonner deux domaines mal connus de la traduction au Moyen Âge et à la Renaissance, domaines que seules les apparences distinguent : la réception des traductions médiévales au XVIe siècle et la pratique de l’auto-traduction.

La Journée d’étude dont ce livre recueille les contributions a permis de dénouer les nombreux liens qui lient ces deux thématiques autour des notions centrales de rupture et de continuité, de fidélité idéalisée et d’infidélité impossible. D’un côté, on voit que le traducteur de la Renaissance qui a accès aux traductions médiévales est poussé à en prendre le contre-pied pour marquer une nouvelle subalternité alors que, en même temps, il peut en subir profondément l’influence. De l’autre côté, l’auto-traducteur est pensé comme incapable de se trahir lui-même La relation au texte initial et, en conséquence, la contrainte de fidélité ne sont-elles pas différentes selon que le traducteur translate sa propre création ou qu’il auto-traduit une œuvre originale ? Les quatre théorèmes exposés ici dans l’article d’ouverture de la section consacrée à l’auto-traduction au Moyen Âge et à la Renaissance montrent comment les caractères spécifiques de l’écriture médiévale et l’usage social et culturel des langues ont façonné la pratique de l’auto-traduction.

Les liens sont serrés entre les deux thèmes de cette Journée : dans les deux cas, le traducteur est confronté à la question de la médiation de ce qui existe déjà, médiation qui ne peut se comprendre qu’au regard des aires culturelles privilégiées dans lesquelles elle s’effectue. Les deux volets de ce troisième volume jettent une lumière originale sur une des raisons internes de la traduction : elle ne peut vivre que dans un perpétuel renouvellement.

Claudio Galderisi est professeur de langues et littératures de la France médiévale à l’Université de Poitiers (CESCM). Il a dirigé les trois volumes des Translations médiévales. Cinq siècles de traductions en français au Moyen Âge (XIe-XVe s.) (Brepols, 2011). Il a codirigé avec Jean-Jacques Vincensini les volumes sur la traduction intralinguale et sur la fabrique de la traduction (Brepols 2015 et 2016).

Jean-Jacques Vincensini est professeur émérite de langue et littératures médiévales à l’Université de Tours (CESR). Il a édité et traduit notamment les Romans de Mélusine de Jean d’Arras et de Couldrette et prépare l’édition et la traduction de l’Escoufle de Jean Renart. Il a codirigé avec Claudio Galderisi le volume sur la traduction intralinguale et sur la fabrique de la traduction.


Table of Contents

Fortune et infortune des traductions médiévales à la Renaissance
– Claudio Galderisi, L’héritage du Moyen Âge : la traduction entre rupture et continuité
– Frédéric Duval, D’une renaissance à l’autre : les traductions françaises du Corpus juris civilis
Silvère Menegaldo, La longue vie de la traduction française de la Cité de Dieu de saint Augustin par Raoul de Presles (1371-1375). À propos des éditions imprimées d’Abbeville (1486-1487) et de Paris (1531)
– Pierre Nobel, L’editio princeps de la Bible historiée par Antoine Vérard
– Cinzia Pignatelli, Quand la traduction devient vitale : la médecine au début du XVIe siècle vue par Symphorien Champier
– Vladimir Agrigoroaei, Les traductions en vers du Psautier au Moyen Âge et à la Renaissance
– Viola Mariotti, Les traductions françaises d’Albertano de Brescia entre l’automne du Moyen Âge et l’aube de la RenaissanceL’auto-traduction : typologies et pratiques
– Jean-Jacques Vincensini, Des conditions de possibilité des auto-traductions au Moyen Âge flamboyant
– Anna Maria Babbi, L’auto-traduction au Moyen Âge : mensonges et vérités
– Marie-Luce Demonet, Étienne Dolet, auto-traducteur bifrons
Marie-Christine Gomez-Géraud, La Bible et la Theologia deutsch : Sébastien Castellion et ses doublets de traduction

[8-9 juin] Les traductions médiévales à la Renaissance et les auto-traductions

Journées d’étude organisées par Jean-Jacques Vincencini (CESR) et Claudio Galderisi (CESCM)en lien avec le projet de recherche ARC Linguae

Lieu : CESR, salle Saint-Martin (Tours)

Date : 8 et 9 juin 2016

codex
Codex Manesse, fol. 383r, Meister Konrad von Würzburg Heidelberger historische Bestände – digital

Mercredi 8 juin

PARTIE 1 – Les traductions médiévales à la Renaissance
14h15 – Jean-Jacques Vincencini (Univ. Tours) : Ouverture de la journée
14h30 – Claudio Galderisi (Univ. Poitiers)  : L’héritage du Moyen Âge : la traduction entre rupture et continuité
Table 1 – Circulation et réception des classiques
14h50 – Frédéric Duval (École des Chartes) : Enquête sur la réception tardive des traductions françaises médiévales du « Corpus juris civilis »
15h10 – Silvère Menegaldo (Univ. Orléans) : Des Lamentaciones Matheoluli au Livre de Matheolus de la fin du XIIIe siècle au début du XIVe siècle
15h30 – Discussion & Pause
Table 2 – Les traductions médiévales et les nouveaux savoirs
16h – Cinzia Pignatelli (Univ. Poitiers) : Quand la traduction devient vitale : la médecine au début du XVIe siècle vue par Symphorien Champier
16h20 – Viola Mariotti (Univ. Poitiers) : Traduire Albertano da Brescia en moyen français entre l’automne du Moyen Âge et l’aube de la Renaissance : un état des lieux du corpus inédit des traductions du XVe siècle
16h40 – Discussion & Pause
Table 3 – Les traductions des textes sacrés et la ”modernité”
17h30 – Pierre Nobel (Univ. Strasbourg) : La Bible historiée imprimée par Antoine Vérard (1494-1495) et la Bible historiale de Guiart des Moulins
17h50 – Vladimir Agrigoroaei (CNRS) : Le vers et la prose dans les traductions françaises du Psautier au Moyen Âge et à la Renaissance
18h10 – Discussion

Jeudi 9 juin

PARTIE 2 – Les auto-traductions
Table 1 – Herméneutiques de l’auto-traduction
9h30 – Jean-Jacques Vincencini (Univ. Tours) : Des conditions de possibilité d’auto-traductions au Moyen Âge flamboyant. Intensité du plurilinguisme, statut de la méditation et nouvelles formes d’écriture
9h50 – Anna Maria Babbi (Univ. Verona) : L’auto-traduction au Moyen Âge : mensonges et vérités
10h10 – Discussion & Pause
Table 2 – Pratiques et exemples
10h50 – Marie-Luce Demonet (Univ. Tours) : Étienne Dolet, auto-traducteur bi-frons
11h10  – Marie-Christine Gomez-Géraud (Univ. Paris-Ouest) : La Bible et la Theologia deutsch : Castellion et ses « doublets de traduction »
11h30 – Discussion
11h45 – Conclusions

Avec le soutien financier

du CESR (UMR 7323 du CNRS), du CESCM (UMR 7302 du CNRS), de la fédération FESMAR, de l’Université de Poitiers (ARC), et de l’UFR Lettres et Langues de l’Université François-Rabelais de Tours

Programme en ligne

CESR – Centre d’études supérieures de la Renaissance
59, rue Néricault-Destouches BP 12050 – 37020 Tours Cedex 1
Tel. : 02 47 36 77 61 – www.cesr.cnrs.fr – www.cesr.univ-tours.fr

CESR logo CESCM culture com'  université françois rabelais index FESMAR-LOGO logo CNRS MSHS val de loire

La fabrique de la traduction. Du topos du livre source à la traduction empêchée

galderisi (2016) La fabrique de la traduction. Du topos du livre source à la traduction empêchée

Claudio Galderisi, Jean-Jacques Vincensini (eds.)

 Turnhout : Brepols, 2016 (Bibliothèque de Transmédie, BITAM, 3), 200 p.


ISBN: 978-2-503-56726-6

Les différentes contributions du présent volume sujets révèlent toutes un rapport problématique à la mémoire, à la « littera » en tant que imago du passé et sème premier de la lettre vernaculaire.

Après un premier volume consacré à la traduction intralinguale de l’ancien français au français moderne, ce deuxième ouvrage d’un projet en trois volets, portant sur des aspects peu étudiés de la translatio studii médiévale, se propose d’aborder dans une même réflexion les questions de la traduction empêchée et de la traduction manipulée. Les chapitres qui le composent étudient selon des approches complémentaires aussi bien des sources manipulées que des sources non traduites. Ils permettent de révéler des différences typologiques et génériques et de distinguer plus clairement ces deux frontières de la traduction médiévale.

Se dégage ainsi de la diversité des approches et des sujets un enseignement majeur : l’activité de sélection, de philtre, de mystification, de dissimulation est à la fois le résultat d’un acte individuel et d’une stratégie plurielle. Celle-ci n’est pas seulement le fruit d’un oubli plus ou moins volontaire, plus ou moins conscient, de pans entiers de la culture, des sciences, des lettres exprimées dans d’autres langues et qui ne franchissent pas le seuil de leur idiome d’origine. Elle est aussi à l’origine d’un certain nombre d’ouvrages revendiquant une filiation littérale qui apparaît aujourd’hui comme fantaisiste ou fictive, comme c’est le cas avec le « topos du livre source ». Comment interpréter cette disposition à la falsification propre à des clercs nourris de morale chrétienne ? Comment expliquer que ces auteurs ne manifestent aucune réserve critique devant les supercheries qu’ils accumulent avec une évidente délectation ou une peur inquiète du vide ? Comment analyser le recours évident au stéréotype propre à l’art littéraire de leur temps : la « nostalgie du passé » ?

Au terme de ce parcours critique, on constate que la traduction empêchée et la traduction manipulée font apparaître plus clairement les confins et les différences structurelles entre une translatio studii identitaire et une traduction en français savante.

Claudio Galderisi est professeur de langues et littératures de la France médiévale à l’Université de Poitiers (CESCM). Il a dirigé les trois volumes des Translations médiévales. Cinq siècles de traductions en français au Moyen Âge. XIe-XVe s. (Brepols, 2011).

Jean-Jacques Vincensini est professeur de langue et littératures médiévales à l’Université de Tours (CESR). Il a édité et traduit notamment le Roman de Mélusine de Jean d’Arras et de Coudrette. Il prépare l’édition et la traduction de l’Escoufle de Jean Renart.

Table of Contents

Le livre absent et son simulacre. Essai de définition
Claudio Galderisi, Le miroir de la source et les seuils de la traduction médiévale
Jean-Jacques Vincensini, Les traductions du Moyen Âge flamboyant face à l’invention des sources. Nostalgie littéraire, horror vacui et pensée magique

Supercheries et sources empêchées ou cachées. 1. Les sources cachées
Anna Maria Babbi, La source cachée du Roman d’Eneas
Julie Métois, Sources revendiquées et modèles souterrains de deux traductions françaises médiévales du De excidio Troiae historia

Supercheries et sources empêchées ou cachées. 2. Manipulations et falsifications
Olivier Delsaux, Traductions empêchées et traductions manipulées chez Laurent de Premierfait, premier traducteur humaniste français
Jean-Marie Fritz, Falsification suprême ? Lettres ou livres écrits par le Christ (légende d’Abgar, petit livret du Graal, lettre tombée du ciel …)

La source entre mirage et recherche
Vladimir Agrigoroaei, La traduction perdue de la Bible faite pour l’usage de Valdès : supercherie savante involontaire?
Daniel E. O’Sullivan, Supercheries lyriques dans les traductions françaises du Ludus super Anticlaudianum d’Adam de la Bassée
Françoise Laurent, Le manuscrit volé de la Vie de saint Thomas Becket par Guernes de Pont-Sainte-Maxence

De l’ancien français au français moderne Théories, pratiques et impasses de la traduction intralinguale

brepolsDe l’ancien français au français moderne Théories, pratiques et impasses de la traduction intralinguale

Claudio Galderisi, Jean-Jacques Vincensini (eds.)

Turnhout : Brepols, 2015 (Bibliothèque de Transmédie, BITAM, 2), 210 p.
ISBN: 978-2-503-56517-0


La traduction « intralinguale », du « même au même », selon la définition qu’en a donnée Michel Zink, est une invention de ces mêmes clercs médiévaux qui ont mis en communication à travers la translatio studii deux horizons culturels et linguistiques. Cette traduction constitue la trace la plus manifeste de l’évolution d’un idiome au sein du diasystème linguistique gallo-roman. Or d’un état à l’autre de la langue française, et contrairement à ce que l’on pourrait croire, ce transfert ne vas pas de soi. D’un côté il continue de témoigner d’une conscience de la différence, de l’autre, à la différence de ce que l’on constate au Moyen Âge, d’une indifférence traductologique affichée des translateurs de notre temps à l’égard de leur acte, des principes qui le fondent comme des choix techniques qui l’expriment. Ce livre met en lumière nombre des arguments qui peuvent expliquer ce silence des traducteurs modernes. Beaucoup d’entre eux ne voient-ils pas dans leur travail un simple moyen de rendre accessible de la manière la plus neutre possible un texte vieilli destiné à un lecteur non spécialiste ? La revendication stéréotypée de la fidélité respectueuse au texte source conduit alors bien des traductions actuelles à décalquer la langue d’origine dans un français artificiel qu’Antoine Berman nommait le « clerquois ».

Les différents travaux rassemblés dans le présent volume suivent quatre perspectives critiques : Théories et méthodologies, Pratiques poétiques, Traductions romanes, Seuils et impasses. Ils abordent différentes facettes de ces questions jusqu’ici inexplorées et présentent des solutions méthodologiques et pragmatiques qui permettront sans doute de dépasser les peurs françaises de la traduction intralinguale.

Claudio Galderisi est professeur de langues et littératures de la France médiévale à l’Université de Poitiers (CESCM). Il a dirigé les trois volumes des Translations médiévales. Cinq siècles de traductions en français au Moyen Âge. XIe-XVe s. (Brepols, 2011).

Jean-Jacques Vincensini est professeur de langue et littératures médiévales à l’Université de Tours (CESR). Il a édité et traduit notamment le Roman de Mélusine de Jean d’Arras et de Coudrette. Il prépare l’édition et la traduction de l’Escoufle de Jean Renart.