Gallica : pourquoi et comment ?

Gallica et le Moyen Âge, ou : les ressources utiles aux médiévistes dans Gallica.

Suite à un “Atelier de la doc” qui s’est tenu le 30 janvier 2024, la consultation de Gallica étant parfois complexe, ne pas hésiter à demander des conseils au SCD de Poitiers …. où à moi-même (pierre.levron@univ-poitiers.fr).

Gallica est un service de consultation en ligne d’ouvrages imprimés, de manuscrits, d’images et de fichiers sonores tombés dans le domaine public. Il est mis en place par la BnF, et recourt aussi bien à des fonds provenant de la BnF qu’à des établissements partenaires.

Qu’y trouve-on ?

Gallica est un service généraliste. Sa page d’accueil propose plusieurs types de fonds regroupant de nombreux types de documents. On peut ainsi rencontrer une image extraite d’un manuscrit du XVe siècle comprenant Les Observations sur la nature et les propriétés de divers produits alimentaires et hygiéniques d’Albucasis.

Albucasis. Observations sur la nature et les propriétés de divers produits alimentaires et hygiéniques, sur des phénomènes météorologiques, sur divers actes de la vie humaine, etc., XVe siècle

Le dossier consacré à l’histoire de France par l’image que l’on trouve également sur la page d’accueil propose un certain nombre de documents :

  • la collection François-Roger de Gaignières,
  • La section consacrée à l’histoire de France par l’image possède une collection consacrés aux rois et aux reines de France avant 1789,
  • On découvre alors une page consacrée à Clovis premier, une à Charlemagne, une à saint Louis, une à Charles VII, et une à Louis XII. Le caractère moderne des contenus présentés (des estampes) incite cependant à s’en servir avec prudence.

On relèvera aussi la page Sélections

  • dans le dossier « livres » une section concernant les origines de l’imprimerie,
  • une autre, la collection de monnaies et de jetons, consacrée à des objets numérisés, propose, parmi les monnaies, des monnaies byzantines, des monnaies françaises et des monnaies occidentales, dont certaines sont médiévales.
  • On rencontre aussi des pièces de jeux d’échecs d’apparat du IXe siècle dans Objets numérisés en 3D.

La partie Sélections de cette page d’accueil propose aussi une section consacrée aux manuscrits.

Le blog, quant à lui, regorge de merveilles, propose par exemple un dossier consacré au trésor de Notre-Dame de Paris.

Plusieurs types de ressources sont donc susceptibles d’intéresser les médiévistes : les éditions anciennes de textes littéraires, les travaux anciens s’ils conservent une pertinence scientifique actuellement ou si on a une démarche épistémologique, les miniatures, et les manuscrits.

Certains enregistrements de musique médiévale peuvent aussi retenir notre intérêt. Ecouter le lien suivant : Procès de Renart : [extrait du “Roman de Renart”]. Eve et satan : [extrait du] “Mystère d’Adam” 1912

La page d’accueil propose également des outils et des tutoriels dont une vidéo : Gallica, comment ça marche ? Chercher, trouver dans la bibliothèque numérique

Interroger Gallica

La commande : tout Gallica (en haut à gauche du module “recherche” permet la recherche par un type de document spécifique (dont LIVRES, MANUSCRITS, IMAGES).

Source Gallica.bnf.fr / BnF, Département des Manuscrits, Français 12584

 Le bandeau central permet une recherche simple. Plusieurs solutions sont proposées quand on y tape sa requête (exemples pour le Roman de Renart : Roman de la rose, Roman de Troie, roman de Tristan). Si l’on sélectionne « Le Roman de Renart », on obtient en haut de page une sélection de documents conseillés. La requête a cependant donné 3310 résultats : des manuscrits en premier lieu, des éditions anciennes et des travaux scientifiques.

Il peut donc être préférable de recourir à la recherche avancée. On peut paramétrer la recherche par notice et texte intégral (auteur/contributeur, titre, texte intégral…) par type de documents, par bibliothèque, par format, par collection ou thème. Si l’on reprend l’objet de la recherche initiale, optons pour « Titre » dans notice et texte intégral, et indiquons « Le Roman de Renart », puis « Livres » par type de documents. Cliquons ensuite sur : « lancer la recherche » : on obtient trois pages de résultats. Si l’on indique « manuscrits » par type de documents, une page de résultats s’affiche.

Si c’est là la manière principale de consulter Gallica, son accès est possible également par le Catalogue Général.

Il est possible aussi de la consulter à partir du catalogue Archives et manuscrits. La procédure comprend une « recherche simple » et une « recherche avancée » là aussi, les manuscrits consultables sur Gallica étant identifiables par le pictogramme G.

Consulter Gallica est également possible par des liens extérieurs présents sur quelques sites. Arlima.net (Les Archives de littérature du Moyen Âge) en proposent.

Consulter Gallica

Gallica est une base de données qui donne accès à des numérisations sonores ou visuelles, dont la reproduction n’est intégrale que si les documents sont dans le domaine public. Elle est alimentée par plusieurs types de numérisations : enregistrements musicaux ou vocaux, photographies, micro-films. On note la très grande disparité de qualité des documents proposés, qui vont du très difficilement exploitable à l’excellent.

Un exemple de scan très peu exploitable !

Source Gallica.bnf.fr / BnF, Département des Manuscrits, Français 24209

Les documents qui ne relèvent pas encore du domaine public ne sont visibles qu’en partie, et ne sont pas téléchargeables. Les autres offrent trois possibilités : la consultation en ligne, le téléchargement intégral au format PDF ou le téléchargement partiel au format JPEG.

Une notice déroulante apparaît cependant en cliquant sur « informations détaillées ». Sur la droite, plusieurs options sont proposées :

  • partager et envoyer par courriel,
  • téléchargement/impression,
  • Mise en scène, d’ajout très récent et permettant de créer une exposition interactive voire une vidéo ou une image animée (un lien avec Gallicarama s’ouvre alors)
  • créer des marque-pages,
  • acheter une reproduction,
  • signaler une anomalie et obtenir de l’aide.

Les possibilités de téléchargement ne sont pas identiques selon le format choisi. Le téléchargement n’est possible que si l’on a coché : « en cochant cette case, je reconnais avoir pris connaissance des conditions d’utilisation et je les accepte ». Cliquer sur le lien hypertexte donne accès à ces conditions.

Et voici quelques petits conseils concrets pour finir : les numérisations de micro-films perdent en qualité quand elles passent au format PDF. Il peut être utile de consulter la page JPEG correspondante, dont la qualité est un peu meilleure et qui permet les agrandissements. Le format PDF est à privilégier pour les téléchargements de documents intégraux, parce qu’il est rapide (quelques minutes en général). Par ailleurs, Gallica est parfois très sollicité et les serveurs peuvent avoir du mal à répondre aux demandes…

 

Un prix mérité pour une jeune docteure du CESCM

 Cette année, Cécile Maruéjouls, docteure du CESCM a remporté le prix de thèse SHES,  avec sa très belle thèse soutenue le 24 novembre 2023 : Entre la Terre et le Ciel. La figure de Marie l’Égyptienne dans tous ses états en Occident (XIIe-XVIe siècle) (cf. le billet consacré à sa soutenance).

Le Collège des Écoles doctorales de Poitiers a organisé la 14ème édition de la cérémonie de remise de diplôme en l’honneur de ses docteurs, le vendredi 16 février 2024, Sur le Campus de l’Université.

La jeune docteure nous évoque sa thèse et sa remise de prix :

“Mon étude sur la légende de Marie l’Égyptienne s’intéresse à l’ontologie chrétienne en général, aux états du corps dans l’anthropologie religieuse en particulier. En croisant l’histoire des images, la littérature et la théologie, j’ai souhaité montrer que cette légende, faite de textes et d’images, proposait une représentation de la quête humaine de Dieu, un mouvement vers le divin se donnant à voir à travers les états du corps dans les images médiévales.La réflexion est développée en cinq chapitres qui découvrent progressivement la vie admirable d’un femme pécheresse devenue sainte femme au terme de sa pénitence. La thèse explore les méandres d’une aventure de la sainteté à partir de la pensée figurative, profondément réticulaire et arborescente des concepteurs d’images.

Je suis très reconnaissante d’avoir reçu le prix de thèse du secteur SHES pour ce travail de très longue haleine qui met en valeur marie l’Égyptienne, cette sainte injustement oubliée.  Avec ce prix, ce sont les études médiévales qui sont récompensées mais surtout la recherche en histoire de l’art, ma belle discipline que j’ai eu l’honneur de représenter devant le collège doctoral de l’université de Poitiers et j’en suis ravie !”


Le concours de prix de thèse ouvert à tous les docteurs de l’établissement ayant soutenu leur thèse entre le 1er décembre 2022 et le 31 décembre 2023. Quatre prix, d’un montant de 600 euros chacun, viennent récompenser un docteur pour chaque secteur doctoral : Droit ; Sciences pour l’Ingénieur et Aéronautique ; Ingénierie chimique, biologique et géologique ; Sciences Humaines économiques et sociales.

Les critères de sélection pris en compte par le jury du concours sont la valorisation de la thèse (sous la forme de publications, de communications à des congrès, de création de brevets etc.), l’évaluation de la thèse par les rapporteurs et le jury de soutenance, le caractère innovant et l’originalité de la thèse, son ouverture à l’international, la capacité du candidat à communiquer sur ses travaux en direction d’un public de non-spécialistes.

Pour participer il fallait adresser à l’école doctorale de rattachement un dossier de candidature comprenant une lettre de présentation de la thèse, un CV et la copie des pré-rapports et du rapport de soutenance, selon les modalités indiquées dans le règlement.

 

 

 

Le Master Mondes Médiévaux de l’Université de Poitiers, 2024-2025

Voici la présentation du master Mondes médiévaux de l’Université de Poitiers dans le lien ICI 

Modalités d’inscription :

Elle se fait sur l’application https://www.monmaster.gouv.fr/, plateforme nationale regroupant toutes les informations relatives aux diplômes de master et via laquelle tous doivent candidater. 

– Du 26 février au 24 mars 2024

– Phase d’admission du 4 au 24 juin

– Phase complémentaire du 24 juin au 31 juillet

Voir le détail des modalités sur ce LIEN

Présentation

Le Moyen Âge est une période historique particulièrement exotique, qui exerce à juste titre une vraie fascination. Mais, pour comprendre réellement cette période, il faut acquérir une formation intellectuelle exigeante : les textes (littéraires ou pratiques), les images, les monuments, les restes matériels que nous a laissés cette période ne sont pas directement accessibles, et ils nécessitent des techniques variées pour être intelligibles.

Le Master Mondes Médiévaux de l’Université de Poitiers, adossé à un laboratoire de recherches pluridisciplinaire de haut niveau, le Centre d’Études Supérieures de Civilisation Médiévale (CESCM), propose une formation complète en études médiévales, qui n’exclut pas une spécialisation progressive dans une discipline (histoire, histoire de l’art, archéologie, études littéraires, philologie, épigraphie, musicologie). Comptant parmi les rares formations réellement interdisciplinaires en études médiévales proposées en France, visant l’excellence, ce master se veut aussi fortement tourné vers l’international.

Objectifs

L’objectif premier de la formation est de former de futurs chercheurs et enseignants de haut niveau dans les différents champs disciplinaires couverts par le diplôme. Au-delà de l’apprentissage formel, la formation vise toutefois à rendre les étudiants autonomes, à développer leurs propres capacités (de communication notamment) et leur propre stratégie intellectuelle. Ce faisant, le diplôme obtenu leur permettra d’occuper un emploi dans de nombreux domaines exigeant de la créativité, mais aussi des qualités d’analyse et de synthèse, bien au-delà de la spécialisation qu’ils auront acquise. En outre, l’étude du passé développe une intelligence du monde (logiques sociales, identité et relativité des cultures, langues variées), formant de véritables citoyens, capables d’une distance critique envers tout discours et tout type de relation humaine. Sans que l’étude du passé éclaire directement le présent, elle donne les moyens intellectuels d’être au monde de façon satisfaisante pour l’individu et pour la société.

Savoir-faire et compétences

Quelle que soit la discipline de prédilection de l’étudiant, il doit fréquenter et être capable d’aborder tous les types de sources médiévales, ce qui nécessite la compréhension de langues anciennes (latin ou langues vernaculaires, voire arabe), la maîtrise des règles du discours écrit (littéraire, épigraphique et diplomatique), la capacité à analyser les formes des monuments artistiques et des restes matériels vernaculaires ; une partie de cette analyse et la présentation des résultats passent par la maîtrise d’outils informatiques et numériques, dans la perspective des “humanités numériques”, et par l’usage de langues étrangères modernes. Plus largement, la formation vise au développement de compétences analytiques, rédactionnelles et de synthèse.

Les + de la formation

Appuyée sur le CESCM, le master Mondes médiévaux entend offrir une formation transdisciplinaire d’excellence dans le domaine des études médiévales. L’ancrage provincial d’une telle offre, qui tire parti des recherches d’un laboratoire reconnu en France et à l’étranger et de ressources documentaires locales de première importance, le nombre des champs disciplinaires concernés (histoire, histoire de l’art, archéologie, lettres, philologie, épigraphie et musicologie) en font une formation sans équivalent aux échelles nationales et internationales.

Son originalité dans le paysage académique français tient aux diverses approches méthodologiques et à la familiarisation concomitante avec

– les écrits (littéraires et documentaires),
– les productions matérielles utilitaires,
– les œuvres d’art (peintures, sculptures),
– les mécanismes sociaux,
– les contacts et les échanges linguistiques et culturels,
– les pratiques anthropologiques

et
– les dynamiques de l’histoire.

Par une insertion précoce dans les activités multiples du laboratoire (colloques, séminaires, semaines d’études médiévales, master class, conférences…), elle offre aux étudiants l’occasion d’une expérience peu commune et fortement tournée vers l’international, ainsi que l’opportunité de rencontres avec des chercheurs français et étrangers accueillis au Centre pour quelques jours ou pour des séjours de recherche de plusieurs mois.

Une formation tournée vers l’international

Le CESCM, unité mixte de recherche regroupant des chercheurs CNRS et des enseignants-chercheurs, jouit d’un vaste réseau de relations internationales du fait du rayonnement personnel de ses membres, des liens tissés avec les anciens étudiants des Semaines d’études médiévales, et de ceux noués avec de nombreux instituts étrangers, formalisés par des conventions de collaborations scientifiques. Outre des accords Erasmus conclus avec 66 universités européennes, des partenariats pédagogiques sont en cours avec les universités de Leeds et de Knoxville (Texas). Désireuse de développer la mobilité entrante, l’équipe pédagogique entend déposer un projet de Master Erasmus Mundus.


La formation est conjointe aux UFR de Lettres et Langues et de Sciences Humaines et Arts.

Voir le site du master : http://sha.univ-poitiers.fr/master-mention-mondes-medievaux/

[20 février 2024] Atelier de la doc

Anne-Sophie Traineau-Durozoy (Conservateur au SCD de Poitiers, responsable du fonds ancien et du pôle Moyen Âge) et Martine Henrot (CNRS, bibliothèque du CESCM) proposent une nouvelle saison d’ateliers de formation d’une heure, visant à présenter les ressources numériques autour du Moyen Âge et valoriser la méthodologie documentaire.

Christine de Pizan Multi-Tasking, par Mike Licht. Flickr.com. CC BY 2.0

 

  • Date :  mardi 20 février 2024 de 12h30 à 13h30
  • Lieu : Pôle documentaire Berthelot du CESCM (rez-de-jardin)

Un atelier d’une heure dédiée à la découverte de la base Romane

Présentation par Carolina Sarrade

La base Romane propose en version numérisée, une partie des archives conservées à la Photothèque, qui comptent près de 250 000 documents (photographies, diapositives, plans, relevés archéographiques etc …). Au total, ce sont plus de 13 000 images images et données descriptives relatives à l’architecture et au décor monumental de la période romane (Xe-XIIe siècles). En une heure, vous découvrirez la base et apprendrez à chercher efficacement dans les ressources numériques. 

Ouvert aux Master 1 et 2, doctorants, enseignants-chercheurs, personnel et extérieurs.

Nous espérons vous y voir nombreux, cet atelier est ouvert à tous, destiné à échanger sur les ressources numériques et axé sur l’interactivité : vous êtes chaleureusement conviés à partager ce moment !

Georges Pon (1938-2023)

 

Georges Pon, membre du CESCM, Maître de conférence en histoire médiévale, retraité depuis 1998, nous a quitté le 29 décembre 2023.

 Agrégé d’histoire, Georges Pon est devenu, en 1968, assistant d’histoire du Moyen Âge, puis maître de conférence en 1974 à l’université de Poitiers. Grand érudit, traducteur hors pair, éditeur rigoureux, Georges Pon était aussi très investi dans son rôle d’enseignant. Il a contribué très largement à la vie intellectuelle de sa discipline par des recensions régulières dans les Cahiers de Civilisation médiévale. Étudiant parisien, il avait choisi pour son premier poste la ville de Poitiers parce qu’il connaissait le CESCM ; un lieu de recherche qu’il a contribué à faire vivre grâce à son engagement sans faille et dont il a écrit l’histoire en 2004. Il en a, par ailleurs, assuré le secrétariat général pendant dix ans. Notre collègue a également été un membre actif de la société d’études médiévales.

Georges Pon “a privilégié le travail d’équipe, l’érudition, mais en même temps montré le souci de faire connaître par la traduction à un plus vaste public les textes médiévaux. C’est pour lui la «vraie gloire», une gloire durable” (Edina Bozoky et Jean-Luc Terradillos, Actualités Nouvelle-Aquitaine, n° 121, 2018, p. 56).

Voici l’entretien publié dans L’Actualité Nouvelle-Aquitaine n° 121 où il nous livre en toute modestie son parcours d’érudition, de l’histoire économique à l’histoire religieuse en passant par les traductions du latin et les éditions critiques.

Centre d'Études supérieures de civilisation médiévale (UMR 7302)

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search