Fontevraud et ses prieurés. Etudes d’histoire, histoire de l’art et archéologie

Fontevraud et ses prieurés. Etudes d’histoire, histoire de l’art et archéologie

Claude Andrault-Schmitt, Patrick Bouvart et Cécile Treffort

Limoges : Presses universitaires de Limoges, 2021

302 p.

ISBN : 978-284-287-817-7

Présentation

Si le monastère de Fontevraud est étudié depuis longtemps, et savamment, le réseau de ses prieurés reste insuffisamment exploré, qu’il s’agisse des établissements installés au plus près du Moûtier principal, dans la même enceinte, ou des satellites dispersés en France, en Angleterre et un peu en Espagne. En septembre 2015, un colloque a permis d’ouvrir ce dossier passionnant. Chacun des sites évoqués a été traité de façon autonome, mais l’ensemble a mis en cause la pertinence des listes tardivement établies, l’universalité du système des prieurés doubles (femmes et hommes dans deux cloîtres proches), la façon de nommer les dépendances.

La recherche n’est qu’amorcée. Toutefois, les Actes ici réunis montrent que si la problématique est originale, en raison d’un gouvernement centralisé, exercé par une femme, elle est susceptible d’éclairer l’étude d’autres ordres religieux. Ainsi, interroger la terminologie et la notion de prieuré, qui au Moyen Âge central renvoie exclusivement aux personnes, prieurs et prieures, se situe au cœur de l’actualité scientifique.

Introduit par un avant-propos de Jacques Dalarun, l’ouvrage aborde ensuite des sujets soulignant l’originalité du phénomène fontevriste : les questions de l’inventaire, de la genèse, voire de l’échec, des prieurés; la présentation des fonds d’archives disponibles ; une mise en perspective politique et artistique dans l’Aquitaine plantagenêt. La quatrième et plus importante partie du recueil réunit six ensembles claustraux en huit contributions. Ces monographies sont diversement argumentées en raison des conditions de l’investigation archéologique mais aussi des rythmes d’évolution des fondations; elles appellent au lancement de nouveaux chantiers et à la multiplication des enquêtes.

Sommaire

– Présentation – Claude ANDRAULT-SCHMITT

– Avant-propos : Le projet de Fontevraud – Jacques DALARUN

I – La question de l’ordre fontevriste

– Les prieurés de l’ordre de Fontevraud : définition et inventaire des sites – Patrick BOUVART

– Divorcer de Pétronille ou adhérer à Fontevraud. Géraud de Salles et la genèse de l’Ecclesia fontevriste – Alexis GRELOIS

II – Les sources

– Le « Trésor » de l’abbaye de Fontevraud  aux Archives départementales de Maine-et-Loire – Élisabeth VERRY

– Le grand cartulaire de Fontevraud, un monument pour le premier siècle de l’ordre – Robert FAVREAU

– Un prieuré fontevriste frustré dans l’Espagne  du XIIe siècle, Gema del Vino – Charles GARCIA

III – Le contexte de l’Aquitaine Plantagenêt

– The Plantagenets and the Priories of Fontevraud: New Connections, Old Resonances? – Nicholas VINCENT

– Fontevraud et les ordres « au désert ».  L’expression architecturale de l’austérité et sa chronologie en territoire Plantagenêt – Claude ANDRAULT-SCHMITT

– Les prieurés fontevristes de Lencoître et Villesalem : la place de la sculpture dans les églises – Bénédicte FILLION-BRAGUET

IV- Les prieurés à la lumière des enquêtes archéologies

– Saint-Lazare de Fontevraud – Daniel PRIGENT

– Le Clos de la Madeleine à Fontevraud : étude préalable d’archéologie – Stéphane AUGRY

– Quelques réflexions sur le Clos de la Madeleine à Fontevraud : bilan et perspectives – Patrick BOUVART et Stéphane AUGRY

– Les fouilles archéologiques du prieuré de la Madeleine-lez-Orléans – Philippe BLANCHARD

– Une installation difficile pour les moniales,  une archéologie complexe. L’exemple de Montazais – Patrick BOUVART

– Tusson : de la recherche archéologique à la valorisation patrimoniale – Didier DELHOUME, Patrick BOUVART

– 50 ans de recherches au prieuré de  Moreaucourt (Somme) : des résultats et un potentiel à explorer – Sébastien SIREAU

– Les possessions de l’eau du prieuré fontevriste de Moreaucourt (XIIe-XVIIIe siècle) – Christophe CLOQUIER

– Conclusions – Cécile TREFFORT

– Références complètes des ouvrages cités

– Index des noms de personnes (antérieurs à la Révolution)

– Établissements religieux et églises cités

La photothèque sur le terrain

Cliché C. Boisseau-CESCM

 Avec l’arrivée de l’été et les restrictions sanitaires qui s’allègent, la photothèque peut enfin reprendre ses missions sur le terrain. Notre photographe, Lisa-Oriane Crosland, réalise des campagnes photographiques sur site afin de permettre l’augmentation du fonds documentaire et l’incrémentation de la base Romane.

 

Les communes visitées ne manquent pas de faire connaître le travail de la photothèque :

Mission à Notre-Dame du vieux Pouzauges, en Vendée, le 19 mai : https://www.pouzauges.com/seance-photos-a-leglise-du-vieux-pouzauges/ 

Campagne photographique durant la Mission en Bourgogne (8 jours) : Chapelle de la commanderie à Villemoison (58200) | Église Saint Pierre et Saint Paul à Sussey (21430) | Église Saint-Ferréol à Curgy (71400) | Église Saint-Pierre de Gourdon (71300) | Église Saint-Nizier à Burnand (71460) | Église Saint-Philibert à Tournus (71700) | – Chapelle des moines à Berzé-la-Ville (71960) | – Cathédrale Saint-Cyr-et-Sainte-Julitte de Nevers (58000)
 
 
 

La rumeur des distances traversées

La rumeur des distances traversées.
Transferts culturels, traductions et translations entre Moyen Âge et Modernité.

Claudio Galderisi

Turnhout : Brepols, 2021

(Bibliothèque de Transmédie (BITAM 9), 603 p. 95€

ISBN: 978-2-503-59404-0


Les vingt-cinq chapitres de cet ouvrage offrent une vue d’ensemble de la pratique de la translation, de la traduction et des transferts culturels, de leur portée quantitative et typologique, de leurs enjeux épistémologiques et historiques, de leurs impasses, de leurs silences, de leurs faux-semblants et de leurs faux-amis, mais également de leur charge vivifiante, du profit que les lettrés et les indocti peuvent en retirer.

Cet ouvrage ne s’interroge pas seulement sur l’utilitas, le plaisir, les buts éthiques, politiques et moraux de la traduction. La traduction n’est que l’un des vecteurs de la translatio studii, qui alimente à travers la circulation culturelle et universitaire, le choc des mythologies, la confrontation de la pensée sauvage et de la pensée cléricale, tous les transferts qui s’opèrent du passé vers le présent, de l’Est vers l’Ouest, et parfois de l’Ouest vers l’Est. Ce livre propose alors des études d’autres modalités de transfert culturel, d’autres types de mutations qui dessinent des fractales culturelles dans l’espace-temps qui sépare et réunit l’Antiquité et le monde médiéval, l’Orient et l’Occident, les mondes médiévaux et les mondes modernes. L’observation de ces transferts culturels nous offre une image vivante et vivifiante de la civilisation médiévale et nous oriente dans les chemins et parfois les impasses qu’elle a empruntés au Moyen Âge, et au-delà jusqu’à nous. Claudio Galderisi, professeur de langues et littératures de la France médiévale à l’Université de Poitiers (CESCM), a dirigé les trois volumes des Translations médiévales. Cinq siècles de traductions en français au Moyen Âge (XIe -XVe s.) (Brepols, 2011) et a codirigé une dizaine de volumes sur la traduction et les transferts culturels.

Table of Contents

Avant-propos : perspectives et prospectives

Partie I : L’invention du Moyen Âge
Le Moyen Âge des pertes, des gains et une capitalisation majeure
Une civilisation juchée sur les épaules des lettres

Partie II. 1 : Des géants sur les épaules des nains…
Le translateur : Pont et planche du nouveau monde
La langue d’oïl (et la langue d’oc) au miroir des traductions
Le silence des siècles et la traduction empêchée
La traduction manipulée

Partie II. 2 : Mythologie antique et horizons chrétiens : trois exemples de concurrence culturelle
Alcide, le héros oublié de la translatio studii
Alexandre : Bâtisseur et ‘fossoyeur’ d’Alexandrie
Paris au Moyen Âge entre mythisation et représentation littéraire in absentia

Partie III : Les lettres françaises à l’école des traducteurs
Des translateurs-nains aux créateurs de la prose savante
Liste des traducteurs des XIVe et XVe
Des nains devenus des maîtres à penser: Les traductions des miroirs des princes
L’âge de la traduction : Moyen Âge vs Renaissance

Partie IV : Les deux sœurs de la Romania : France et Italie
La France et l’Italie : Faux-amis et vrais transferts culturels au Moyen Âge
Un cas emblématique du bilinguisme roman : Brunetto Latini entre création, compilation et… autotraduction
Une auctoritas problématique : Bonaventure de Demena et l’autotraduction

Partie V. 1 : L’héritage de la translatio studii : de la francophonie au médiévalisme
Du même au même ? La vieille langue était une langue jeune
Lingua Gallica ad Europam

Partie V. 2 : Quatre modalités de la mutation littéraire 
La fée envolée vers la Modernité
Entre réécriture et traduction : Stendhal et les Chroniques italiennes
L’anachronisme sublimé ou La Pisanelle de D’Annunzio
Réécritures vivifiantes : Le Jongleur de Notre-Dame
Le médiévalisme en trompe-l’œil

Conclusion : Pour une nouvelle translatio studii

Apostille anachronique

Index des auteurs
Index des titres
Index des manuscrits

ACTUS CESCM 2021/3

Événements

 

[2-3 juin 2021] : Indexer les images médiévales : du langage documentaire à la recherche scientifique

  • Mercredi 23 juin (13h30-16h30) : Atelier de réflexion en ligne de GRAPH-EAST, sur le thème « la mission de terrain, l’avant et l’après ».
  • Mercredi 30 juin et jeudi 1er juillet : « Workshop on Epigraphic Writing on Monuments, Objects, Seals and Coins in the Latin Kingdom of Jérusalem », organisé par Estelle Ingrand-Varenne dans le cadre de GRAPH-EAST avec Robert Kool (IAA-Archeological Research Department)

Les liens seront prochainement sur : https://grapheast.hypotheses.org/


Appel à communication

 

Appel à communication : Politique et poétique du gueux (13-14 oct. 2022)


Participations à colloque

 
* Stephen Morrison, Ileana Sasu et Véronique Soreau participent au 60e colloque de la SEAS Renaissances (3 au 5 juin 2021 à Tours) pour l’atelier Moyen Âge.
 
* Martin Aurell préside la Session 1 : Oppositions et redéfinitions entre communautés ecclésiastiques, au Colloque international Communautées déchirées ? Violences et divisions au sein des communautés de l’Occident grégorien (mi XIe-mi XIIe siècles) : entre pratiques et discours (1er-2 juillet 2021, organisé par les UMR TEMOS et LAMOP avec le soutien de l’Université d’Angers).
 

IMC 2021 :

  • 6 july – Sarah Casano-Skaghammar : Les relations intrafamiliales entre clercs et laïcs: L’exemple de la famille de Nemours, XIIe-XIIIe siècles.
  • 8 july – Estelle Ingrand-Varenne : The Use of Languages in the Inscriptions of the Latin Kingdom of Jerusalem.
  • 8 july – Emilie Kurdziel participe à la table ronde « Carriers of Change and Records of Reform: Texts and/as Ideals of religious Life in the Early Middle Ages ».
  • 9 july – Tina Anderlini organise la session 2216 Inside out: Clothing as a Social Reveale et intervient : Hidden Faults?: Costumes and Clothing Accessories as Unveilers of Vices and Virtues.
  • 9 july – Emilie Kurdziel: Clerical and Cenobitic Status in the 9th-10th Centuries: A New Paradigm?
 
* Christelle Chaillou-Amadieu (CNRS/CESCM) et Viola Mariotti (ANR Maritem) participent au XIIIe Congrès international de l’AIEO (Univ. de Turin, 12-17 juillet 2021), en ligne : Le chansonnier du Roi, Paris, BnF fr. 844. Étude et édition. 
 
 

Publication

 

Les portails romans de Bourgogne


Divers

 

L’équipe GRAPH-EAST sera en mission de terrain en Chypre du 12 au 22 juillet.

***

Émilie Kurdziel et Fiona Griffith (U. Stanford) ont obtenu du France-Stanford Center un financement de 33 000 dollars pour un programme de recherche d’un an consacré aux « Femmes et concubines de prêtres en Occident (800-1200) / Priests’ Wives and Concubines in the Medieval West (800-1200) ». Il donnera lieu à deux manifestations scientifiques en 2022, l’une à Stanford, l’autre à Poitiers, et débouchera sur la rédaction d’un livre collectif bilingue.

***

Amicie Pélissié du Rausas a reçu le prix de thèse de l’École Doctorale « Humanités » pour sa thèse De guerre, de trêve et de paix. Les relations franco-anglaises de la bataille de Taillebourg au traité de Paris (1242-1259).

***

Thomas Guglielmo, en Master 1 mondes médiévaux au CESCM, réalise un mémoire sous la direction de Cécile Voyer portant sur la représentation du corps lépreux au Moyen Âge. Il est à la photothèque pour aider aux missions de conservation, notamment au rangement des archives photos dans le compactus et aidera au test de la nouvelle version de la base de données Romane.

[7 mai 2021] STEMMATA QUID FACIUNT ? NOBLESSE D’AME OU DE SANG AU MOYEN ÂGE

Journée d’étude, CESCM (Poitiers), le vendredi 7 mai 2021

Dir. Martin Aurell et Clément de Vasselot

Journée d’étude en présentiel au CESCM, salle Crozet, dans la limite des places disponibles dans le respect des consignes sanitaires.

La journée sera retransmise en distanciel, les personnes intéressées doivent contacter l’adresse suivante : clement.devasselot@univ-angers.fr pour obtenir un accès à la salle virtuelle.

 

« À quoi bon les arbres généalogiques ? À quoi sert d’être célèbre en raison d’une longue suite d’aïeux ? La seule noblesse est la vertu. » Cité à satiété par les intellectuels du XIIe siècle, le célèbre passage des Satires de Juvénal résume une croyance fort répandue dans leur milieu. Cette idée est-elle spécifique à quelques clercs savants, férus de classiques latins et défenseurs de l’idée paulinienne de l’égalité radicale des baptisés « ne faisant qu’un dans le Christ » (Gal 3, 28) ? À l’encontre de la taxinomie sociale de l’époque, une telle conception ne leur serait-elle pas exclusive ?

N’en déplaise à Juvénal et à ses commentateurs médiévaux, la généalogie compte pour beaucoup dans la conscience que les nobles ont d’eux-mêmes, alors que leurs aïeux héroïques leur semblent bien supérieurs au commun des mortels. Au sein du lignage, la transmission onomastique ou héraldique corrobore une filiation prestigieuse. Il en va encore davantage avec le domaine familial, doté d’un château, symbole de leur seigneurie, et d’une nécropole où reposent les ancêtres. De longue date, les médiévistes suivent ces pistes. La prosopographie les pousse à structurer chaque lignage dans un tableau de filiation, et à retracer les réseaux consolidant sa domination. Ils définissent ainsi la noblesse en fonction de son monopole de la guerre, de son autorité sur les hommes et de sa possession de la terre. Sa capacité à transmettre à sa descendance l’héritage ancestral leur semble capitale.

Au-delà de ses biens matériels, l’aristocratie médiévale perdure à cause d’une large reconnaissance sociale. Elle devient ainsi « noblesse », selon la vieille définition des Étymologies d’Isidore de Séville, qui joue sur notus (participe passé adjectivé de gnosco, « connaître ») et sur ses dérivés notabilis et nobilis pour conclure : « Le noble est celui dont le nom et la famille sont connus. » Cette reconnaissance sociale est la réputation ou fama, le regard qu’autrui porte sur chacun. Elle se mêle inextricablement de l’honneur, mais aussi de la honte (verecundia) qu’entraîne sa perte. C’est pourquoi le comportement individuel rejaillit sur chaque dynastie nobiliaire. « Dans les nobles doit reparaître la grandeur d’âme de leurs ancêtres qui conquirent la noblesse par leurs exploits », affirme Jean de Meung. La prééminence sociale dépend étroitement de la vertu, qu’on conçoit certes comme la qualité découlant des actes bons posés par le libre arbitre individuel, mais aussi comme une virtus ou force charismatique se transmettant de père en fils dans quelques lignées privilégiées.

 

Programme

 

9h-9h30 – Martin AURELL (Univ. Poitiers) et Clément de VASSELOT (Univ. Angers) : Introduction

9h30-10h – Michel FAUQUIER (Institut Albert-le-Grand, Université de Poitiers, Rennes School of Business) : Faut-il être noble pour être saint ? Les faux-semblants de l’hagiocratie à travers l’exemple mérovingien

10h-10h30 : Discussion

10h30-10h45 : Pause

10h45-11h15Guy PERRY (Univ. Oxford) : Advertising virtue and minimizing vice : the case of the house of Brienne, c.950-1356

11h15-11h45 : Discussion.

11h45-12h15 – Gregory LIPPIATT (Univ. Exeter) : Creating Real Crusading Dynasties : The Montforts and the Briennes around the Mediterranean in the Thirteenth Century

12h15-12h30 : Discussion

 

14h00-14h30Rodolphe BILLAUD (ICES) : Le futur Édouard Ier et les faiblesses du lignage noble en Angleterre au milieu du XIIIe siècle

14h30-15h : Discussion.

15h-15h30 : Charles de MIRAMON (CNRS) et Maaike van der LUGT (Univ. Versailles) : L’angoisse de la descendance. Noblesse, hérédité et eugénisme à la fin du Moyen Âge

15h30-16h : Discussion

16h-16h15 : Pause

16h15-16h45Adriane BOUSSAC (EPHE) : Pour faire cas vilain homme noble perd sa noblesse. Théories et pratiques de la déchéance de la noblesse dans le royaume de France à la fin du Moyen Âge

16h45-17h15 : Discussion.

17h15-17h45  – Thierry DUTOUR (Sorbonne Univ.) : Nous sommes esgaulx à peu près. Les incertitudes de la justification de la supériorité nobiliaire à la fin du Moyen Age en France

17h45-18h : Discussion. Fin du colloque

 

Liste d’adresses e-mails

Martin Aurell : Martin.aurell@univ-poitiers.fr

Rodolphe Billaud : drrodbillaud@gmail.com

Adriane Boussac : adriane.boussac@ephe.psl.eu

Thierry Dutour : dutour@me.com

Michel Fauquier : michel.fauquier@orange.fr

Gregory Lippiatt : gemlippiatt@gmail.com

Maike van der Lugt : maaike.vanderlugt@uvsq.fr

Charles de Miramon : miramon@ehess.fr

Guy Perry : guy.perry@keble.ox.ac.uk

Clément de Vasselot : clement.de.vasselot@univ-poitiers.fr

Centre d'Études supérieures de civilisation médiévale (UMR 7302)

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search