Cahiers de civilisation médiévale 64 (fascicule 254)

Parution du dernier numéro des Cahiers de civilisation médiévale, 64e année, numéro 254, avril-juin 2021.

Table des matières

Articles
Chantal Maréchal
, Pierre de Dreux, dit Mauclerc, serait-il l’auteur de Tydprel ? Deuxième partie : une approche intimiste, 103
DOI : 10.4000/ccm.7103

Roland Viade
, La sauveté de Laramet : du village à la seigneurie, 115
DOI : 10.4000/ccm.7188


Comptes rendus

Rémy Cordonnier, Book of Beasts: The Bestiary in the Medieval World, catalogue de l’exposition du J. Paul Getty Museum (Los Angeles, Getty Center, 14 mai-18 août 2019), Elizabeth Morrison et Larissa Grollemond (dir.), 143

Geneviève Dumas, Antoine Calvet, L’alchimie au Moyen Âge : XIIe-XVe siècles, 147

Alejandro García Morilla, Johanna Dale, Inauguration and Liturgical Kingship in the Long Twelfth Century: Male and Female -Accession Rituals in England, France and the Empire, 151

Éric Palazzo, Thomas E. A. Dale, Pygmalion’s Power: Romanesque Sculpture, the Senses, and Religious Experience, 153

Jean-Hervé Foulon, The Deeds of the Abbots of St Albans: Gesta Abbatum Monasterii Sancti Albani, James G. Clark (éd.) et David Preest (trad.), 155

Jacques Verger, Alexandre Delin, Les étudiants gallois à l’université d’Oxford : 1282-1485, 158

Brînduşa-Elena Grigoriu, Entre le cœur et le diaphragme : (d)écrire les émotions dans la littérature narrative et scientifique du Moyen Âge, actes de colloque (Louvain-la-Neuve, 8-9 décembre 2016), Craig Alexander Baker, Mattia Cavagna et Grégory Clesse (dir.), 161

Hannes Amberger, Jan C. Klok, Der Lukaskommentar des Bonaventura von Bagnoregio als Handbuch der franziskanischen Spiritualität, 165

Tasnime Ayed, Carolyne Larrington, Winter is coming : les racines médiévales de Game of Thrones, Antoine Bourguilleau (trad.), 168

Pascal Chareille, Arnaud Lestremau, Donner sens au nom de personne dans le royaume anglo-saxon (Xe-XIe siècles) : essai d’histoire sociale, 171

Philippe Frieden, La Lettre-Miroir dans l’Occident latin et vernaculaire du Ve au XVe s., Dominique Demartini, Sumi Shimahara et Christiane Veyrard-Cosme (dir.), 174

Nicolas Ruffini-Ronzani, La Lotharingie en question : identités, oppositions, intégration / Lotharingische Identitäten im Spannungsfeld: zwischen integrativen und partikularen Kräften, actes des 14es Journées lotharingiennes, 10-13 octobre 2006, Michel Margue et Hérold Pettiau (dir.), 177

Dora Faraci, Caterina Mordeglia, Animali sui banchi di scuola: le favole dello pseudo-Dositeo (ms. Paris, BnF, lat. 6503), 180

Arnaud Lestremau, Personal Names and Naming Practices in Medieval Scotland, Matthew Hammond (dir.), 183

Martine Yvernault, Romance Rewritten: The Evolution of Middle English Romance. A Tribute to Helen Cooper, Elizabeth Archibald, Megan G. Leitch, Corinne J. Saunders (dir.), 186

Anne Adrian, Der Schatz von Münster: Wertvolle Reliquiare und Kunstwerke aus der Domkammer. The Treasure of Münster: Precious Reliquaries and Works of Art from the Domkammer, Udo Grote (dir.), 190

Aymat Catafau, Michel Zimmermann, Naissance de la Catalogne (VIIIe-XIIe siècle), 192

Appel à communications : Journée d’études : Carnets de recherche en Histoire de l’art et Archéologie

Journée d’études organisée par le département d’Histoire de l’art et Archéologie de l’Université de Poitiers, sous la coordination de Marcello Angheben (CESCM) et Véronique Meyer (Criham), avec la participation de l’Institut Catholique de Paris.

• Appel à communications jusqu’au : 4 octobre 2021

• Date et lieu de la journée d’études : Jeudi 14 octobre 2021 – Poitiers, faculté des Sciences humaines et arts

Journée d’études dédiée à l’actualité de la recherche en Histoire de l’art et Archéologie, par les étudiants de master de l’Université de Poitiers : master Histoire, Civilisations et Patrimoine et master Mondes médiévaux, avec la participation de l’Institut Catholique de Paris.
Dans le cadre de cette journée d’études, les étudiants ayant terminé leur année de Master 1 ou 2 présentent les résultats de leur mémoire de recherche.

Informations complémentaires

Propositions de communications

Les propositions de communication sont à adresser par mail avant le 4 octobre 2021.
Elles devront faire figurer un résumé (200 à 300 mots), accompagné d’une courte biographie (comprenant vos nom, prénom, adresse email, laboratoire).

Contacts

Marcello Angheben et Véronique Meyer
✉  marcello.angheben@univ-poitiers.fr, veronique.meyer@univ-poitiers.fr

À consulter

ACTUS CESCM 2021/4

Événements

 

Nomination de Cécile Treffort à l’IUF (projet CARMECA)

 

Il reste des places pour aller voir le Palais de Poitiers les fouilles de la Tour Maubergeon, la semaine prochaine (jusqu’au 9 juillet) sur inscriptions.

Toutes les informations ICI


Publications

 

La rumeur des distances traversées

***

Fontevraud et ses prieurés. Etudes d’histoire, histoire de l’art et archéologie

***

Parution le 4 juillet 2021 : Transferts culturels entre France et Orient latin (XIIe-XIIIe siècles)

***

La mise en ligne de la première partie de la collection Civilisation médiévale (9 premiers numéros) est effective : https://www.persee.fr/collection/civme.

***

Une traduction de traduction de Pascale Drouet – Albert Manguel, La Perle d’Estrémadure. Une histoire de l’île de Ré, photographies de Thierry Girard, L’Atlantique & l’Escampette, mai 2021, 125 p.
 

Colloque

 

[9-10 sept. 2021] : l’absence au Moyen Âge


Appel à communication (rappel)

Appel à communication : Politique et poétique du gueux (13-14 oct. 2022)


Épigraphie

 
 
  • Mardi 29 juin, 17h, conférence organisée par le groupe “Epigraphik in der Hollandstraße” : Sara Tucci, A New Area of Graphic Particularism? Lombardic Writing in the Adriatic Arc (7th-11th cent.), informations icimerci de contacter par mail andreas.zajic@oeaw.ac.at

 

  • Mercredi 30 juin- Jeudi 1er juillet, workshop Epigraphic Writing in the Latin Kingdom of Jerusalem, co-organisé avec Robert Kool (IAA, Israel) ; informations : https://grapheast.hypotheses.org/158 et lien Zoom sur demande (n’hésitez pas à écrire à Estelle Ingrand-Varenne). 

Photothèque

 

La photothèque sur le terrain

***

Résumé des journées d’études « Indexer les images médiévales : du langage documentaire à la recherche scientifique » à lire ICI

 


Soutenances de thèse

 

  • Lise Boulesteix soutiendra sa thèse le 2 sept. 2021 « Les cryptes du Limousin (VIIe-XIIe s.) »

 

  • Marion Loiseau soutiendra sa thèse le 24 sept. 2021 « Les femmes et leurs images : identité, projection, invention de soi dans les livres d’heures de la France de l’Ouest au XVe siècle »

Plus de détails sur les lieux et horaires à la rentrée.


Participation à colloque

 

Participent aux XXIIIèmes rencontres « Dîwân », du 1er au 3 juillet, Abderrazak Halloumi : « Le monde des anges dans le Livre de l’eschielede Mahomet » et Sami Benkerfallah : « Les logiques de transmission du pouvoir à la fin de la période mamelouke (1468-1517) »

Nomination de Cécile Treffort à l’IUF (projet CARMECA)

Billet écrit à quatre mains, par M. Durier et C. Treffort.

Cécile Treffort vient d’être nommée membre senior de l’Institut universitaire de France (IUF), au terme d’une sélection confiée à un jury pluridisciplinaire international qui entend ainsi récompenser et soutenir, au sein d’une riche carrière académique, une recherche scientifique de haut niveau. Elle reste en poste à l’Université de Poitiers, mais cette distinction est accompagnée, pour une durée de cinq ans à partir du 1er octobre 2021, d’une importante décharge de cours et de crédits scientifiques lui permettant de mener à bien un programme personnel tout en favorisant l’émergence de nouveaux travaux collectifs, par exemple par l’organisation de rencontres scientifiques, et en assurant la diffusion de ses résultats auprès des étudiants comme du grand public.

Si le projet présenté à l’IUF s’inscrit dans la lignée de plusieurs de ses travaux précédents1, Cécile Treffort entend surtout, grâce à cette nomination, explorer un champ en grande partie nouveau pour elle : le monde vaste et multiforme de la poésie dite épigraphique, jusqu’alors délaissée par les historiens et pourtant omniprésente, tant dans les manuscrits que dans les inscriptions matérielles. Son projet de recherche, intitulé CARMECA (Carmina epigraphica carolingiens) repose d’abord sur l’inventaire, l’édition, la traduction et l’étude des poèmes d’usage ou à vocation épigraphique des VIIIe-Xe siècles, y compris ceux transmis par voie uniquement manuscrite. Il vise à comprendre les modalités de leur composition littéraire, leur relation à la matière et à l’espace, leur enjeu historique. Les Carmina epigraphica (ou épigrammes) relèvent en effet d’une production versifiée (notamment métrique) inscrite ou rédigée dans l’intention plus ou moins explicite de la faire apposer sur la pierre, le métal, la peinture murale, la mosaïque, voire le tissu, le verre, l’os ou tout autre matériau.

Révélant le sens de l’objet ou de l’édifice-support, ces poèmes font partie intégrante de la culture écrite, visuelle et monumentale du regnum Francorum. Loin d’être un genre littéraire mineur, cette production représentait 1 à 2 % des 400 000 inscriptions de l’empire romain et certains recueils tardo-antiques (l’Anthologie latine, la sylloge de Tours) ont été copiés massivement dans les scriptoria carolingiens. Les inscriptions rédigées aux VIIIe-Xe siècles sont beaucoup moins nombreuses, mais la proportion de textes versifiés plus importante. En embrassant tous les types (épitaphes, dédicaces, objets parlants…), on parvient déjà, après un premier repérage rapide, à plusieurs centaines de pièces poétiques. Il s’agit donc d’une production significative, puisant ses racines dans une tradition ancienne, dont les plus grands littérateurs carolingiens se sont emparée, lui octroyant de nouvelles lettres de noblesse : ainsi, Alcuin, Théodulf, Walafrid Strabon, Raban Maur, Micon en ont composé pour les communautés religieuses de Poitiers, Tours, Lyon, Saint-Riquier en Francie occidentale, Cologne, Salzburg, Fulda ou encore Reichenau en Francie orientale.

Poèmes d’Alcuin pour les lieux d’un monastère, ici le dortoir et les latrines (Wien, Österreischische Nationalbibliothek, ms 808, fol. 229, en ligne sur le site de la ÖnB)

La place de ces poèmes dans la culture carolingienne a déjà suscité un réel intérêt chez certains chercheurs, pour reconstituer un paysage architectural disparu (même si l’exercice est délicat) ou en tant qu’épigraphie littéraire, sorte de poésie du lieu, de l’image et de la matière. Ils n’ont en revanche pas été analysés comme phénomène culturel en soi et n’ont pas suscité de réflexion de fond quant à leur nature, leur fonction, voire leur légitimité scientifique en tant que type documentaire spécifique. Or, indépendamment de son support, la poésie épigraphique carolingienne semble présenter une vraie cohérence, formelle et fonctionnelle. L’établissement d’un inventaire, indispensable pour réunir un solide corpus d’étude, permet d’abord de réfléchir à la caractérisation du « poème épigraphique ». L’hésitation terminologique (versus, titulus, carmen, inscriptio, epigramma) pose en effet la question de la limite du genre, difficile à établir notamment pour les témoins manuscrits qui oscillent entre intention et fiction de monumentalisation. Dans certains recueils, des épitaphes alternent ainsi avec des poèmes destinés à des objets parlants, qui pouvaient tout aussi bien être lus comme des énigmes, tandis que par les formules ou les lieux communs convoqués, certaines d’entre elles, très longues, se rapprochent du genre de la déploration funèbre (planctus).

Les carmina epigraphica sont donc au cœur de cette poésie de la « renaissance » carolingienne, métrique, rythmique ou autre, usant volontiers de la rime ou de l’allitération pour donner au discours une musicalité particulière. À la triple perspective de visibilité, de lisibilité et de publicité généralement reconnue à l’écriture « exposée », s’ajoute donc une recherche de rythme et d’harmonie dont on se demande si elle a, ou non, une incidence sur la mémorisation des textes, voire sur une éventuelle performance orale. Marquée par une forte intertextualité qui transcende les supports et les lieux, ces carmina forment une matière littéraire mouvante, avec des formules, des vers, des distiques qui passent d’une inscription à l’autre, des carmina qui puisent citations ou allusions dans des poèmes extérieurs, des compositions en apparence identiques qui présentent d’importantes variantes selon les manuscrits.

L’étude de la tradition manuscrite va de fait bien au-delà d’une simple pratique éditoriale. En effet, les carmina epigraphica peuvent revêtir une tonalité particulière selon leur contexte de copie, qu’ils soient ordonnés en série plus ou moins fixe, dispersés parmi d’autres écrits ou intégrés dans une trame narrative. On peut d’ailleurs s’interroger sur la fréquence et la raison de leur intégration massive dans des récits qui révèlent les circonstances de leur mise en écriture, en matière, presque en scène. L’analyse des procédés rhétoriques inhérents à la narration devient alors nécessaire pour déterminer les degrés relatifs de réalité et de fiction à l’œuvre dans cette rédaction enchâssée.

Poème de Théodulf d’Orléans inscrit sur la mosaïque d’abside de l’église de Germigny-des-Prés (cliché J.-P. Brouard / CESCM)

La fascination carolingienne envers ces inscriptions poétiques réelles ou fictives oblige à s’interroger in fine sur ce qui leur donne tant de valeur aux yeux des élites politico-religieuses. Suscitant un réel engouement, les carmina epigraphica marquent en effet les plus grandes œuvres d’art et constructions monumentales de l’époque, portant la titulature des autels et des églises, révélant le nom des commanditaires, appelant à la prière, complétant le message iconographique par des mots qui font écho à la culture religieuse ou savante contemporaine. Circulant dans tout l’empire par copies manuscrites interposées, ces textes présentent, au-delà d’une apparente diversité, une réelle unité formelle et thématique aux fortes résonnances politico-religieuses. S’affranchissant des contraintes physiques d’un ancrage dans un lieu donné (y compris quand le « lieu » est un « objet »), on peut se demander dans quelle mesure ils peuvent participer à la construction d’un monde idéel qui porte les valeurs et les espoirs des Carolingiens, parallèlement au monde réel qu’ils ponctuent de leurs mots.

  1. Mémoires carolingiennes, PUR, 2008, Corpus des épitaphes carolingiennes du Centre-Ouest, CNRS Éditions, 2020, articles dédiés à Alcuin et Théodulf notamment []

Transferts culturels entre France et Orient latin (XIIe-XIIIe siècles)

 Transferts culturels entre France
et Orient latin (XIIe-XIIIe siècles)

Sous la dir. de Martin Aurell, Marisa Galvez et Estelle Ingrand-Varenne

Paris : Classiques Garnier, 2021

(Rencontres, Série Histoire, n° 10)

ISBN : 978-2-406-11405-5 (br.)  36€ / 978-2-406-11406-2 (rel.) 75€

Comment comprendre les relations entre France et Orient au Moyen Âge ? La méthode des transferts culturels permet de réfléchir aux circulations et interactions des langages, idées, biens et modes de vie, dans le va-et-vient incessant entre mondes latin, byzantin et arabo-musulman aux XIIe-XIIIe siècles.

How can we understand the relationship between France and the East in the Middle Ages? The method of cultural transfers allows to reflect on the interactions of languages, ideas, goods and ways of life, in the incessant to-and-fro between the Latin, Byzantine and Arab-Muslim worlds in the 12th-13th c.

 

Table des matières

 

Martin AURELL, Marisa GALVEZ et Estelle INGRAND-VARENNE : Introduction


Première partie

Échange, circulation, imitation


Jaroslav FOLDA : Crusader Gothic. Artistic Imitation, Interaction, and Transfer

Stéphane BOISSELLIER : Religious elites in Christian and Islamic societies, a possible comparison?

Estelle INGRAND-VARENNE : Transferts épigraphiques. Les inscriptions de l’abbaye du Val de Josaphat à Jérusalem

Robert KOOL : Finding French Deniers in the Latin Kingdom of Jerusalem. The Archaeological and Cultural Perspective

Sébastien GASC : Les monnayages méditerranéens des XIIe et XIIIe siècles. Exemples numismatiques des influences et transferts culturels entre Islam et chrétienté latine


Deuxième partie

Interaction linguistique, littéraire et scientifique

Laura MiINERVINI : Les manuscrits français d’Outremer. Un nouveau bilan

Cyril ASLANOV : Old French and Armenian in Contact in Cilicia.
A Short-Lived Episode?

Cinzia PiGNATELLI : Deux guides de Terre Sainte dans les Otia imperialia de Gervais de Tilbury et leur traduction par Jean d’Antioche

Catalina GIRBEA : Des transferts culturels épiques et romanesques
aux XIIe-XIIIe siècles

Abderrazak HALLOUMI : Le Livre de l’Eschiele Mahomet : un exemple d’un double transfert ? Adaptation ou réécriture ?

Olivier HANNE : Adélard de Bath et les Arabes. Le renouvellement des sciences en Syrie du Nord au XIIe siècle

Troisième partie

Altérité et acculturation

Florian BESSON : Devenir étranger. Des anti-transferts culturels
en Orient latin

Martin AURELL : De l’acculturation à l’ethnotype.
L’altérité du Latin d’Orient

Adrian BOAS : The Acclimatisation of the Frankish Population
to Life in the Latin East. Some Examples from Daily Life

Clément de VASSELOT de RÉGNÉ : Guy de Lusignan. Pouvoir et récits du règne entre Occident, Orient latin et Chypre

Steven ISAAC : “There and Back Again”. Women and Holy War

Claudio GALDERISI : Conclusions. De la translatio studii et imperii à la translatio imperii et studii

Index des personnes
Index des lieux
Résumés

Centre d'Études supérieures de civilisation médiévale (UMR 7302)

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search