Publication : Simon de Montfort (c. 1170-1218). Le croisé, son lignage et son temps

Simon de Montfort (c. 1170-1218). Le croisé, son lignage et son temps.

Gregory LIPPIATT, Laurent MACÉ, Martin AURELL (éds.)

Turnhout: Brepols, 2020 (Histoires de famille, la parenté au Moyen Âge HIFA, 21)

286 p. – ISBN: 978-2-503-58224-5

La carrière de Simon de Montfort – seigneur français, earl anglais, croisé en Terre sainte et dans le Midi de la France – n’a pas cessé de marquer ses contemporains et sa postérité. Bien de ses compagnons d’armes ont vu en lui le plus pieux et le plus courageux des héros, le modèle du chevalier du Christ (miles Christi). Cette image prestigieuse a cours de son vivant et après son prétendu martyre au service du combat contre la dépravation hérétique. Cependant, dans les contrées occitanophones et dans la péninsule Ibérique, sa réputation devient aussi celle d’un brigand, d’un barbare, d’un intrus étranger, cupide et sans scrupules. Les actes du colloque tenu à Poitiers en 2018 reviennent sur sa vie et sur son lignage afin de comprendre l’homme dans toutes ses contradictions : le croisé incorruptible en Terre sainte, mutilant toute une garnison en Languedoc, le vainqueur du roi d’Aragon, soumettant toutes ses conquêtes au roi de France, le spoliateur des seigneurs légitimes du Midi, protégeant les veuves et le clergé local, le membre d’un puissant lignage franco-normand dont son héritage se perpétue dans toute l’Europe. Simon est à la fois le produit de son temps et l’agent de son devenir, un conquérant et un perdant. Caractère sombre et puissant, il semble être à l’image de son emblème héraldique: un lion à la queue fourchée.

Table of Contents

 

Gregory Lippiatt, Introduction

Simon et la croisade Albigeoise

Jean-Louis Biget, Tenir la pays :  Montfort entre villes et châteaux d’Occitanie

Gregory Lippiatt, Reform and Custom. The Statutes of Pamiers in Early Thirteenth-Century Christendom

Martín Alvira, Simon et Pierre II d’Aragon : Faits et mémoire

Damian J. Smith, Simon of Montfort and the Orphan King

Simon : le baron, ses hommes et ses représentations

Nicholas Vincent, Exiled Hero or Absconding Alien? Simon V de Montfort in England

Laurent Macé,  Le sceau de majesté de Simon V de Montfort, comte de Toulouse, princeps et monarcha (1216-1218)

Daniel Power, The Albigensian Crusade after Simon of Montfort (1218-1224)  

 Lindy Grant, The Montforts and the Capetian Court. Amaury V and His Family

Le lignage de Simon et sa culture

Sophie T. Ambler, Simon of Montfort (d.1265) and Montfortian Family Memory

Amicie Pélissié du Rausas, Un croisé en Gascogne. Simon VI et la Gascogne Plantagenêt (1248-1252)

Rodolphe Billaud, Simon VI et l’occupation du comté de Chester (1264-1265)

Catalina Girbea, Les Montfort et l’héraldique imaginaire

Conclusions

Martin Aurell, Conclusions 


G.E.M. LIPPIATT est Leverhulme Early Career Fellow à l’University of East Anglia et auteur de Simon V of Montfort and Baronial Government, 1195-1218 (OUP). Il habite à Norwich avec sa femme et ses deux filles.

Laurent MACÉ est professeur de l’histoire médiévale à l’Université de Toulouse 2-Jean Jaurès et membre du laboratoire Framespa (Toulouse). Ses travaux de recherche portent essentiellement sur les comtes de Toulouse des XIIe et XIIIe siècles.

Martin AURELL est professeur d’histoire médiévale à l’Université de Poitiers et directeur du Centre d’Études Supérieures de Civilisation Médiévale. Il a publié de nombreux livres sur la culture seigneuriale au Moyen Âge, y compris Des chrétiens contre les croisades (Fayard).

Actus CESCM 2020/4

Événements

 




L’atelier du groupe « dates et formules » – COSME qui devait se tenir le 12 mars,  est annulé en raison du contexte sanitaire actuel.

***

La conférence de Jean-Pierre Devroey (Université Libre de Bruxelles), L’hypothèse des ravageurs des céréales dans l’origine des échecs de récoltes de 791-794, prévue le 13 mars est annulée en raison du contexte sanitaire actuel.

***

La troisième des rencontres IMAGO de l’année 2019-2020 qui devait se tenir le Jeudi 19 mars est annulée en raison du contexte sanitaire actuel.

***

 
La journée d’études : Les cryptes romanes et leur décor peint, initialement prévue le 2 avril est annulée en raison du contexte sanitaire actuel.
 

***

 

Conférence de Fuensanta Murcia Nicolás, Fundación Seneca, Murcia, Le culte de la Vierge et ses images dans les Cantigas de Santa Maria d’Alphonse X le Sage, le 2 avril de 14h à 16h en salle Crozet du CESCM, annulée en raison du contexte sanitaire actuel.

***

 

 Philippe Jacquet et Laurent Hablot organisent les 6 et 7 avril prochain à Poitiers deux journées dédiées à leur programme SIGILLA, au CESCM et aux archives départementales.

Information à venir prochainement.

***

 
 
La prochaine séance du séminaire d’épigraphie SEMPER intitulée “Écritures éphémères? – 2” aura lieu le jeudi 16 avril 2020, au CESCM, en salle Crozet.
Vous trouverez le résumé de la séance précédente sur le même thème à ce lien, ainsi que toute l’actualité de l’épigraphie médiévale sur le Carnet de recherche EPIMED.
Vous y êtes tous les bienvenus; n’hésitez pas à proposer un dossier.
N’hésitez pas non plus à soumettre vos articles à la revue en ligne In-Scription.
 

Appel à communication

 
L’appel à communication  Effet de réel, effet du réel : la littérature médiévale au miroir des histoires (21-23 janv. 2021) est repoussé jusqu’au 30 avril, merci d’en faire une large diffusion autour de vous.
 

Participation à colloque

 
 
Jérôme Devard intervient au colloque : Les espaces carcéraux au Moyen Âge, 1er-3 avril 2020 à Bordeaux : Se je vous raiembroie, voldriés le vous ?”. Les réclusions de Lancelot dans le Lancelot-Graal : le milieu carcéral aristocratique au prisme de la littérature fictionnelle du XIIIe siècle.

Publication

 

CIFM : Epitaphes carolingiennes du Centre-Ouest (milieu VIIIe- fin du Xe siècle)

Divers

 

Maria Aimé Villano, doctorante en co-tutelle au CESCM et à l’Università Ca’ Foscari (Venise, Italie), soutiendra sa thèse le 23 mars à l’Université de Venise, Le colonne del ciborio della Basilica di San Marco a Venezia (Les colonnes du Ciborium de la Basilique de Saint Marc à Venise), sous la direction de Vincent Debiais et  Stéfano Riccioni.

 
 

Effet de réel, effet du réel : la littérature médiévale au miroir des histoires (21-23 janv. 2021)

Appel à communication : Effet de réel, effet du réel : la littérature médiévale au miroir des histoires (21-23 janv. 2021)

Université de Poitiers – CESCM – CNRS, en collaboration avec la Société de langues et littératures médiévales d’oc et d’oïl

Comité d’organisation : Claudio Galderisi

Vladimir Agrigoroaei, Christelle Chaillou, Pierre-Marie Joris, Pierre Levron, Cinzia Pignatelli

Version imprimable  ICI


Présentation

La question du réel est tout entière celle des lettres médiévales : de leur réalité matérielle et intellectuelle, de leur horizon de production et de réception, de leurs auteurs affichés ou anonymes, de leur vocation. Mais qu’est-ce que le réel au Moyen Âge ?

Qu’il s’agisse de la matérialité de l’œuvre, de sa paternité, des commanditaires ou des destinataires qui en éclairent l’existence, des faits de langue qui la connotent, la localisent, la datent, l’inscrivent dans un continuum linguistique, des enjeux intellectuels, politiques ou religieux qui la subsument ou de la création poétique ou fictionnelle qui en fait une réalité littéraire à la fois subsidiaire et autonome par rapport à l’horizon temporel dans lequel le texte est écrit, la recherche est confrontée à l’éternel calibrage de la bonne distance critique. Si ce que l’on doit comprendre est déjà en partie compris dans le texte, il est alors indispensable pour l’herméneute de savoir reconnaître ce que l’intention des auteurs a voulu faire apparaître dans l’œuvre pour qu’elle soit ainsi comprise, de savoir identifier ce que s’y est glissé et qui constitue la partie résiduelle du cercle herméneutique que seuls le temps et la recherche peuvent espérer mettre au jour.

Le premier de ces deux réels, que Roland Barthes a baptisé « effet de réel », paraît signaler des processus esthétiques qui jouent sur les ressorts de l’illusion référentielle et de la suspension d’incrédulité. Le second, que Nancy Regalado a appelé avec une formule heureuse « effet du réel », semble désigner les traces plus ou moins conscientes des relations biunivoques que le texte entretient avec la réalité extratextuelle. Ainsi posés l’un en face de l’autre, ces deux réels semblent recouvrir la presque totalité des lettres médiévales. Rares sont en effet les œuvres où l’auteur n’a pas essayé d’entraîner le lecteur vers un monde en trompe l’œil ; encore plus rares sont les textes qui ne révèlent pas des signes, du moins à nos yeux, de la réalité historique, linguistique ou intellectuelle dont ils sont à la fois le reflet et le creuset.

Or la notion de réel n’est évidemment pas la même au Moyen Âge et aujourd’hui ; elle est aussi très différente pour un auditeur de la matière de Bretagne ou des chansons de geste au XIIe siècle ou pour un lecteur de Charles d’Orléans et de François Villon à la moitié du XVe siècle.

Les lettres médiévales posent à l’herméneute une multitude de questions qui gravitent autour de ces deux réels et de leurs seuils. Qu’est-ce qui est réel et qu’est-ce qui ne l’est pas pour un lecteur médiéval qui croit davantage aux merveilles et aux miracles qu’à la réalité qui l’entoure ? En lisant le Roman d’Eneas, dont l’auteur ne revendique pas la source réelle, le lecteur médiéval reconnaît-il dans ce silence une volonté de dissimuler l’effet du réel, une sorte de refus de l’effet de réel ou un effet du réel poétique ? Et que pense ce même lecteur devant ce que nous appelons le topos du livre source qu’il rencontre dans un grand nombre de romans arthuriens ? Effet de réel ou effet du réel, ou les deux, selon que l’on se situe du côté de l’auteur ou d’un lecteur pas toujours suffisant ? Que perçoit au juste ce lecteur de l’effet du réel ? Les enjeux historiques, idéologiques, dynastiques qui traversent les lettres médiévales et qui expliquent en partie les choix des auteurs, sont-ils compris comme des effets du réel par des lecteurs qui seraient en dehors du cercle des commanditaires ou destinataires ? L’effet de réel du lecteur médiéval est-il le même que croit reconnaître aujourd’hui l’herméneute en quête d’illusion référentielle ? Et, a contrario, comment se façonne pour un auteur médiéval et pour son propre lecteur la perception du réel ? Robert de Clari décrivant Constantinople reflète-t-il ce qu’il voit ou témoigne-t-il de la diffusion de la matière d’Antiquité dans son milieu culturel ? Y a-t-il une langue pour les effets de réel et une langue propre à l’effet du réel ? Ces deux effets sont-ils l’un et l’autre associés spécifiquement à des motifs, à des genres, à des matières ? L’illusion référentielle opère-t-elle de la même manière dans un poème en vers ou dans un récit en prose ? La réalité psychologique et la réalité historique peuvent-elles modifier l’interaction entre ces deux réels jusqu’à parfois les confondre ? Enfin, comment la réalité plurielle du texte médiéval s’articule-t-elle avec ces deux expressions de la subjectivité littéraire ?

Il ne s’agit là que de quelques-unes parmi les interrogations que pose la question du réel, sous toutes ses formes, dans les textes médiévaux. Ces questions seront abordées lors des deux journées de communications et dans les conférences du samedi ouvertes au grand public : au réel de la ville. Le colloque sera structuré en quatre séances qui recouvrent les principales questions ici évoquées et qui correspondent à autant d’approches du sujet : épistémologique, historique et historiographique, linguistique, esthétique.

Les propositions de communication (titre et résumé), seront soumises au comité scientifique du colloque. Elles sont à adresser à colloqueCESCM2021@gmail.com, avant le 30 avril 2020.

Comité scientifique : Martin Aurell, Joëlle Ducos, Jean-Marie Fritz, Claudio Galderisi, Nancy Regalado, Jean-Claude Schmitt, Jean-René Valette, Jean-Jacques Vincensini, Fabio Zinelli, Michel Zink.

CIFM : Epitaphes carolingiennes du Centre-Ouest (milieu VIIIe- fin du Xe siècle)

 Cécile Treffort

Épitaphes carolingiennes du Centre-Ouest (milieu VIIIe– fin du Xe siècle)

Paris : CNRS éditions, 2020

(Corpus des inscriptions de la France médiévale, HS) 183 p., ISBN : 978-2-271-07003-6

Ce volume hors-série du Corpus des inscriptions de la France médiévale rassemble plus de 80 inscriptions funéraires d’époque carolingienne (milieu du VIIIe – fin du Xe siècle) provenant de l’ouest de la France actuelle (Anjou, Maine, Touraine, Poitou), région alors partagée entre Aquitaine et Neustrie. Il compte autant de véritables épitaphes (plates tombes ou stèles placées sur les sépultures) que de plaques obituaires, commémorant la mort d’un individu, fixées voire intégrées dans le mur de l’église ou du cloître, et même une « endotaphe », inscription déposée dans la tombe. Éditées selon les normes actuelles, traduites et abondamment commentées, ces inscriptions sont accompagnées de nombreux dessins et clichés photographiques, le tout précédé d’une importante introduction historique et méthodologique.

Avec un quart des pièces datées à l’année près, cet ensemble représente un corpus de référence pour tous les spécialistes de paléographie manuscrite ou épigraphique. Il fournit un matériau précieux pour aborder de manière renouvelée la question de la réforme carolingienne dans sa dimension graphique, linguistique ou liturgique. De multiples observations matérielles et techniques viennent compléter notre connaissance d’une écriture « exposée », sculptée sur du calcaire ou de l’ardoise, parfois incrustée de plomb, qui vient utilement compléter le paysage des productions graphiques contemporaines aux côtés des documents d’archives et des manuscrits conservés dans les bibliothèques. Le lecteur traversera dans ce volume des lieux essentiels pour l’histoire du regnum Francorum, qu’il s’agisse de centres religieux liés à de grands scriptoria comme Tours ou Angers, de lieux de pouvoir comme Melle avec ses mines d’argent et son atelier monétaire, ou d’agglomérations secondaires plus méconnues mais dont la présence d’inscriptions semble pourtant révéler l’importance. Il y croisera des personnages plus ou moins célèbres comme la comtesse Adda ou l’évêque Ebroin à Poitiers, l’abbé Dodon de Saint-Savin et, bien sûr, Alcuin à Tours, mais également une multitude d’hommes, de femmes et d’enfants dont la mémoire n’a été gardée que par leur inscription dans la pierre. En mettant en scène une société aristocratique formée de clercs autant que de laïcs, ce corpus permet ainsi d’appréhender de manière originale l’histoire sociale, politique, religieuse et culturelle de cette région et, plus généralement, celle de l’empire carolingien.

Cécile Treffort, professeure des universités en histoire médiévale à Poitiers, ancienne directrice du CESCM, est spécialiste de l’histoire culturelle, religieuse et funéraire des VIIe-XIIe siècles, et plus particulièrement de l’époque carolingienne. Elle dirige le Corpus des inscriptions de la France médiévale depuis 2001.

 

 

Actus CESCM 2020/3

Événements

 

[5 mars] Journée d’études : Les cryptes romanes et leur décor peint

 

[12 mars] Atelier du groupe « dates et formules » – COSME

[13 mars] Conférence de Jean-Pierre Devroey

[19 mars] Axe 3 : Les rencontres Imago/3

Parution

 

Le souffle de Dieu

 


Appel à contribution

 

Un appel à communication de la part d’Alexis Avdeeff (Gresco), Nadine Dieudonné-Glad (Herma), Emilie Kurdziel (CESCM) et Séverine Lemaître (Herma)

Numériser et mettre en ligne des fonds patrimoniaux anciens. Et après ?


 

Appel à présentations FOCUS 2020/2021


Divers

 

À compter du 2 mars, nous avons le plaisir d’accueillir Martine Henrot, notre nouvelle collègue assistante-ingénieure CNRS en documentation.

***

Après l’art contemporain, le palais s’ouvre à l’archéologie médiévale
Alors que la salle des pas perdus pourrait rouvrir avec une exposition cet été, la tour Maubergeon et le square Jeanne d’Arc vont être étudiés par des médiévistes pendant les prochains mois.
Voir l’article ICI

 


Participation à colloques …

 

  • Jérôme Devard sera au colloque Rencesvals, Le personnage de chanson de geste, 12-14 mars 2020 à Nancy : La maison de Gascogne dans les récits de la Matière de France : l’avènement d’un lignage comme réponse spécifique à des contingences matrimoniales intertextuelles.
  • Estelle Ingrand-Varenne participe au séminaire interdisciplinaire des sciences du texte Armando Petrucci, Rome, le 19 mars : The Languages in the Inscriptions of the latin Kingdom of Jerusalem.
  • Colloque conclusif COL&MON, Monde canonial, monde monastique. Transferts, permutations, échanges IXe-XIIe siècle, COLMON, St-Étienne, 27-29 février 2020, avec Claude Andrault-Schmitt : La distinction par l’image architecturale ? Réflexions sur la différence entre bâtiments pour séculiers et bâtiments pour réguliers (Aquitaine du nord), et Quel regard l’approche monumentale peut-elle apporter à la problématique des changements institutionnels ? (Table-ronde) et Pascale Brudy : Résistances au changement de statut. Le cas du conflit entre Baignes et Cluny.

Centre d'Études supérieures de civilisation médiévale (UMR 7302)