Actus CESCM 2021/1

Colloque, séminaire

 

[29 mars-2 avril 2021] : Les médiévistes face aux médiévalismes : rejet, accompagnement ou appropriation ?

***

Le 25 mars (14h-16h), Estelle Ingrand-Varenne organise un webinaire Retour aux sources  de l’histoire des croisades avec Clément Dussart et Martin Aurell : http://www.crfj.org/webinaire-retour-aux-sources-des-croisades-25-mars-2021/


Publications

 

Transferts culturels franco-italiens au Moyen Âge – Trasferimenti culturali italo francesi

***

Parution du volume 2 de la revue en ligne Textus & Musica :

https://textus-et-musica.edel.univ-poitiers.fr/

***

Cahiers de civilisation médiévale 63 (fascicule 252)

***

Dans le dernier Microscoop du CNRS, un article d’Henrique Sarmento-Pedro, Le bois de cervidé, une matière première de l’artisanat du Moyen-Âge.

Lire l’article ICI

 


Billets de soutenance

 

Soutenance de thèse d’Amicie Pélissié du Rausas (20 novembre 2020)

***

Soutenance de thèse de Charlotte Pichot (27 novembre 2020)

***

Soutenance de thèse d’Élise Vernerey (11 décembre 2020)


Divers

 

Contrat d’IR de 3 mois pour Manon Durier à compter du 1er avril, dans le cadre de GRAPH-EAST.

Soutenance de thèse d’Élise Vernerey (11 décembre 2020)

Élise Vernerey a soutenu sa thèse de doctorat en histoire de l’art médiéval à l’Université de Poitiers « Voir ne consiste à ne pas voir : la sculpture du portail et la théologie apophatique au XIIe siècle (Saint-Denis, Moissac, Aulnay) » devant un large jury en semi-présentiel, compte tenu de la situation sanitaire actuelle. Composé de sept chercheurs en histoire de l’art, des images et de la liturgie, ainsi qu’en en histoire et en histoire des textes, ce jury reflète toute la richesse de la thèse défendue en ce jour du 11 décembre 2020 : Marcello Angheben (maître de conférences HDR, CESCM / Univ. Poitiers, co-directeur de thèse), Vincent Debiais (chargé de recherches, EHESS/CNRS, rapporteur et président du jury), Bruno Hass (maître de conférences, Univ. Paris 1-Panthéon Sorbonne), Éric Palazzo (professeur, CESCM/Univ. Poitiers, rapporteur), Dominique Poirel (directeur de recherches, IRHT/CNRS), Daniel Russo (professeur émérite, Univ. Bourgogne Franche-Comté) et Cécile Voyer (professeure, CESCM/Univ. Poitiers, co-directrice de thèse).

Le président du jury commence par donner la parole à l’impétrante qui, durant trente minutes, présenta rigoureusement sa thèse relevant de l’étude des images du XIIe siècle (un premier volume d’écriture de cinq-cents quarante-et une pages contenant une bibliographie d’une trentaine de pages et un second volume de cent-quatre planches de couleur, dont le jury eu à cœur de signaler la belle qualité des clichés personnels). D’emblée, Élise Vernerey met un point d’honneur à souligner la nature pluridisciplinaire de son propos par la mise en relation d’une analyse formelle et discursive de l’image avec les discours épistémologiques sur la nature attribuée à l’image par certains théologiens, héritiers de la tradition néoplatonicienne. L’intérêt de cette démarche est double, précise-t-elle, car « l’étude de leurs présupposés théoriques permet de penser les décors dans la confrontation à l’homme, tant de celui qui en fait l’expérience au seuil de l’église que de celui qui en est le créateur ». Sur la base de ses travaux de master (les peintures murales de Saint-Martin de Fenollar et la sculpture du portail de Saint-Lazare d’Autun), la candidate explique avec brio les raisons qui l’ont amené à privilégier dans sa thèse une approche monographique (Saint-Denis, Moissac et Aulnay) plutôt qu’une analyse sérielle qui n’aurait pas permis d’appréhender pleinement le fonctionnement et la relation de l’homme aux images. Le découpage de la thèse en trois parties monographiques et indépendantes est motivé par la volonté d’articuler les analyses iconographiques avec les théories de l’image. Le lien établi dans le travail d’Élise Vernerey entre la théologie et l’image repose pourtant sur une problématique classique en histoire de l’art, celle des enjeux de la création plastique au Moyen Âge. C’est dans cette perspective qu’elle interroge l’articulation entre le prototype et l’image en tant qu’objet, les rapports entre le sujet figuré et la figuration du sujet, ou encore le statut de l’image au Moyen Âge. Les trois études de cas (Saint-Denis, Moissac et Aulnay) mettent ensemble en exergue « la nature défective absolue de l’image artificielle ». De plus, la considération matérielle des œuvres d’art l’invite à penser la technique de la sculpture – par la soustraction ou la « purification » de la matière pour atteindre une forme idéelle – comme le reflet de l’homme dans son cheminement à Dieu, en quête de la Ressemblance autrefois perdue. Aussi, la sculpture fait-elle écho au « procédé » de la théologie négative ou théologie apophatique qui accorde une place fondamentale à la mise en exergue de « l’impossibilité de comprendre Dieu, perçue comme quelque chose de total ». Les trois dossiers monographiques soulèvent plusieurs questionnements propres à l’étude de l’image médiévale que l’on pourrait ici résumer en trois points : les moyens de la mise en images de chaque décor (voire de chaque partie du décor) ; le rôle du regardeur (car « l’appréhension de l’homme face au décor est dépendante de ses capacités visuelles et de son mouvement, ce qui est signifiant dans la zone de franchissement d’un portail ») ; et enfin, la finalité de leur création (autrement dit « le mouvement vers Dieu qu’elles suscitent chez le regardeur »). En cela, Élise Vernerey définit son approche comme « téléologique ». La candidate poursuit ensuite son exposé sur les choix originaux des auteurs convoqués pour chacun des décors étudiés – plusieurs fois débattus au cours de la soutenance (Jean Scot Érigène, le Pseudo-Denys, Grégoire de Nysse et Maxime le Confesseur pour Saint-Denis ; Jean Scot Érigène et Grégoire de Nysse pour Moissac ; Boèce et Gilbert de la Porée pour Aulnay). Elle est longuement revenue sur le carolingien Jean Scot Érigène dont la pensée aurait, selon elle, exercé une influence considérable à Saint-Denis compte tenu de ses liens avec le réseau clunisien, et surtout, en raison de l’impact de sa condamnation au début du XIIIe siècle. Ses écrits seraient tributaires du Pseudo-Denys et de Grégoire de Nysse, c’est pourquoi il lui est apparu judicieux de lire ces auteurs avec attention. Pour finir, Élise Vernerey délivre sa nouvelle lecture des trois portails de Saint-Denis, de Moissac et d’Aulnay en résumant les trois chapitres de son étude et ses conclusions. Ses interprétations originales sont ici justifiées par des analyses iconographiques et des liens historiques qui semblent se dessiner entre les théoriciens de l’image et leurs éventuels concepteurs. De ces trois grands dossiers, il en ressort plusieurs considérations sur l’image du XIIe siècle. En fait, l’image sculptée susciterait un procédé mental et dynamique favorisant le « mouvement intellectuel du regardeur » qui s’inscrit en parallèle de « son mouvement physique ». Les détails dans la sculpture reflèteraient non seulement la portée réflexive de l’image, mais également le procédé de négation que l’autrice a tenté de mettre en lumière dans sa thèse. L’image ne serait donc pas « en position de transmettre une vérité » mais induirait « un exercice spirituel chez celui qui la contemple ».

Après un exposé clair et précis, salué par Vincent Debiais lors de son intervention finale, celui-ci invite successivement les membres du jury à débattre avec la candidate. Au cours des échanges, cette dernière est félicitée de manière générale pour le sérieux de son travail (la finesse de ses analyses iconographiques, l’ampleur de ses lectures, son aisance rédactionnelle, etc.), et en particulier, pour le courage dont elle a fait preuve en se lançant dans une recherche très ambitieuse.

D’abord, Marcello Angheben rappelle que les travaux d’Élise Vernerey s’inscrivent dans la continuité de ses recherches en master où elle avait déjà montré « des aptitudes exceptionnelles » à convoquer des textes – jusque-là ignorés par les historiens de l’art – pour les confronter aux images médiévales. D’après lui, son travail de doctorat reflète une curiosité intellectuelle naturelle, doublée d’une attention remarquable accordée aux images. Il regrette toutefois que la question de l’anagogie n’ait pas suffisamment été traitée au regard de l’importance accordée aux conceptions de Grégoire de Nysse, du Pseudo-Denys et de Jean Scot Érigène dans sa thèse. Toujours est-il que les recherches de sa doctorante lèvent le voile sur bon nombre de questions laissées en suspens par les historiens de l’art en donnant une belle visibilité au portail d’Aulnay.

C’est avec le même enthousiasme que les discussions se poursuivent avec l’intervention de Cécile Voyer. En revenant sur son parcours doctoral, elle valorise l’efficacité et l’engagement de sa doctorante d’une part dans le monde de la recherche (l’obtention d’un contrat doctoral en 2016, une participation active à de nombreuses manifestations scientifiques, la parution de plusieurs articles scientifiques et de vulgarisation) et d’autre part, dans la vie du laboratoire (représentante des doctorantes et des doctorants, membre active de JANUA). Élise Vernerey est par la suite largement complimentée pour sa disposition évidente à la conceptualisation et sa grande sensibilité pour les images, leur matière, leur forme et ce qu’elles donnent à voir. Les points discutés par Cécile Voyer sur le degré d’intentionnalité prêté aux concepteurs des images ont donné lieu à de beaux échanges intellectuels qui illustrent parfaitement bien la grande force de cette thèse selon la professeure, à savoir de susciter de nouvelles réflexions sur des œuvres très connues.

La parole est ensuite donnée à Dominique Poirel pour son rapport qui est orienté sur son champ d’expertise et un point mineur de la thèse d’Élise Vernerey : la circulation des textes et des idées. S’il lui témoigne toute son admiration pour le travail impressionnant de lecture et d’assimilation de textes théologiques, philosophiques et littéraires, il émet quelques réserves sur le recours à certains théoriciens de l’image en se basant sur l’état de la circulation des textes au XIIe siècle. Malgré ses désaccords sur la définition de la théologie apophatique et l’influence du Pseudo-Denys dont la candidate prend note, Dominique Poirel affirme toutefois qu’il a pris un grand plaisir à lire cette thèse.

Après avoir une nouvelle fois félicité Élise Vernerey pour son courage et son travail intellectuel, Éric Palazzo exprime alors sa perplexité sur le choix des sites étudiés, lui donnant l’impression d’une hésitation entre plusieurs thèses. Une brève discussion est engagée sur la question du visible et de l’invisible dans la théologie, puis sur le chapitre consacré à Moissac et les développements portant sur la liturgie. En dépit des lacunes principalement d’ordre d’érudition, le professeur signale néanmoins avec insistance que l’autrice a démontré toutes ses capacités d’iconographe.

L’intervention de Bruno Haas vient compléter les précédentes remarques formulées par les membres du jury. Tout en saluant le caractère interdisciplinaire de l’approche d’Élise Vernerey jugée « très méritoire », il considère que l’ensemble de la thèse manque d’une assise plus solide en matière de méthode et de théorie de l’image. En revanche, l’examinateur se réjouit de l’interprétation ingénieuse des détails iconographiques qui renouvelle le regard porté sur ces trois portails. Il a particulièrement été sensible au premier chapitre sur Saint-Denis ; il s’agit d’une « une belle réussite », selon ses propres mots, qui nécessiterait une publication à part entière « pour sans doute s’imposer dans la littérature ».

À l’instar de ses collègues, Daniel Russo complimente Élise Vernerey pour la qualité générale de son travail. Il est revenu sur l’ensemble de la thèse en l’agrémentant de nombreuses références bibliographiques pour approfondir davantage encore sa réflexion en attirant son attention sur la nécessité de contextualiser les différentes figures intellectuelles convoquées dans son étude. Le chercheur insiste sur la valeur ajoutée de cette thèse dans l’étude des portails romans en la remerciant vivement pour la pertinence de sa recherche conceptuelle.

L’examen de la thèse se termine enfin par l’appréciation de Vincent Debiais. À maintes occasions, le président du jury exprime son enthousiasme à propos de ce travail de doctorat « stimulant et novateur » au regard de l’ambition et de l’audace des choix intellectuels adoptés par Élise Vernerey. Il lui fait part de son admiration pour avoir présenté une « véritable thèse » avec ses paris, ses réussites et parfois certaines limites. Il critique en effet une « une histoire des images coupée du social » qui ne permet pas de résoudre la question même du sens de l’art abordée par l’autrice. Des défis d’ordre anthropologique restent encore à être relevés pour l’aboutissement de cette recherche. Il n’en demeure pas moins que la thèse qui en est issue est « importante pour l’histoire de l’art médiéval et pour une meilleure compréhension du geste d’image au Moyen Âge » comme déclaré en guise de conclusion de son rapport.

C’est donc sans surprise à l’issue d’une brève délibération que le jury a décerné le titre de docteure en histoire de l’art médiéval à Élise Vernerey en soulignant de nouveau ses grandes capacités intellectuelles, la pertinence de ses analyses iconographiques et tout le travail lui restant à poursuivre sur les points d’érudition. Pour paraphraser les membres du jury, nous lui souhaitons la bienvenue dans le labyrinthe, et enfin, le meilleur pour l’avenir.

Transferts culturels franco-italiens au Moyen Âge – Trasferimenti culturali italo francesi

Transferts culturels franco-italiens au Moyen Âge – Trasferimenti culturali italo francesi

Roberto Antonelli, Joëlle Ducos, Claudio Galderisi et Arianna Punzi (dir.)

Turnhout, Brepols, 2020

(Bibliothèque de Transmédie, 8), 292 p.

ISBN : 978-2-503-58771-4. 70 €

La Società italiana di Filologia romanza, la Société de langues et littératures médiévales d’oc et d’oïl et la Société de Linguistique romane ont décidé d’organiser conjointement un colloque consacré au thème des « transferts culturels franco-italiens au Moyen Âge ». Le thème des transferts culturels, choisi par les trois sociétés, est apparu comme le meilleur moyen d’étudier ce qui à la fois rapproche et sépare ces deux espaces centraux de la Romania.

Le colloque a permis de contribuer au renouvellement des études comparatistes dans le domaine des lettres médiévales, favorisant une meilleure communication entre les spécialistes de la civilisation littéraire du Moyen Âge. La structuration des trois journées en cinq séances principales et deux tables rondes a également permis de réfléchir à ce sujet selon cinq approches complémentaires qui entendent tenir compte de l’ensemble des mouvements qui mettent en relation et en tension les lettres gallo-romanes et le volgare tout au long du Moyen Âge vernaculaire.

Table des matières :

1. Approches méthodologiques et traditions critiques / Approcci metodologici et tradizioni critiche 

Massimo Bonafin, Somiglianze e differenze nella comparazione
Frédéric Duval – Elisa Guadagnini, La rappresentazione lessicale del teatro antico nel Medioevo francese e italiano: per una lessicologia storica tra « transferts culturels » e comparatismo
Lino Leonardi, Ce que la philologie italienne a appris de la philologie française

2. Influences linguistiques et modèles artistiques et littéraires / Influenze linguistiche, artistiche e letterarie 

Maria Colombo-Timelli, Usuriers, couards, traîtres: la (mauvaise) réputation des Lombards en moyen français
Maria Luisa Meneghetti, Du motif littéraire au motif artistique dans la culture française du Moyen Âge
Cinzia Pignatelli, La première traduction française des traités moraux d’Albertano da Brescia a-t-elle été réalisée par un italien? Retour sur une thèse récente

3. Traductions et bilinguisme / Traduzioni e bilinguismo 

Claudio Galderisi, Deux cultures littéraires séparées par une même langue-mère? Quelques seuils de la traduction entre l’oïl et l’italien (et vice-versa)
Federico Saviotti, Traduire les troubadours. La lyrique occitane dans le transfert culturel franco-italien
Fabio Zinelli, De la France-Italie à l’Italo-France (ou de l’histoire littéraire comme délocalisation)

4. Modernité et Moyen Âge / Medioevo e Modernità

Roberto Antonelli, Dans l’abîme des archétypes
Sébastien Douchet, Esquisse d’une réception française de Brunet Latin à l’âge classique (XVIe-XVIIIe siècles)
Antonio Pioletti Francia, Italia, Mediterraneo: filologia romanza e filologie nazionali fra Medioevo e Moderno
Jean-Jacques Vincensini, Lévi-Strauss à Carduel. Pensée mythique et médiévistiques italienne et française


 

Cahiers de civilisation médiévale 63 (fascicule 252)

Parution du dernier numéro des Cahiers de civilisation médiévale, 63e année, numéro 252, octobre-décembre 2020.

SOMMAIRE

Robert MAXWELL, Le doute, la crédulité et la pratique artistique au XIIe siècle, 211

Peter SCOTT BROWN,
Détruire un autel : Amat d’Oloron, Bérenger de Tours, l’abbaye de Montierneuf et les débuts de la « réforme grégorienne » au concile de Poitiers en 1075, 233


Comptes rendus

Patricia ROCHWERT-ZUILI, Carlos Alvar, Arthur, Charlemagne et les autres : entre France et Espagne, S. Hibbs et B. Gaillard (trad.), 267

Marie-Pascale HALARY, Le beau et la beauté au Moyen Âge, O. Boulnois et I. Moulin (dir.), 270

Lucie MALBOS, Stéphane Coviaux, La fin du monde viking, 273

Carol SWEETENHAM, Crusading Europe: Essays in Honour of Christopher Tyerman, G. E. M. Lippiatt et Jessalynn L. Bird (éd.), 276

Stéphane PEGUINOT, Les documents du commerce et des marchands entre Moyen Âge et époque moderne (XIIe-XVIIsiècle), C. Mantegna et O. Poncet (dir.), 278

Nicolas THOMAS, Geneviève Dumas, Ymage de vie : spéculation et expérimentation dans un traité d’alchimie médiévale, 281

Pierre LEVRON, M. Lindsay Kaplan, Figuring Racism in Medieval Christianity, 283

Marilyn NICOUD, Erik Kwakkel, Francis L. Newton et Eliza Glaze (introd.), Medicine at Monte Cassino. Constantine the African and the Oldest Manuscript of his Pantegni, 286

Gabriel MARTINEZ-GROS, Bernard Lewis, Les Assassins : terrorisme et politique dans l’Islam médiéval, 289

Valérie TOUREILLE, Medieval and Early Modern Murder: Legal, Literacy and Historical Contexts, L. Tracy (dir.), 291

Barbara OBRIST, Michel Scot, « Liber particularis », « Liber physonomie »: édition critique, introduction et notes, O. Voskoboynikov (éd.), 293

Anne IBOS-AUGE, Music, Myth and Story in Medieval and Early Modern Culture, K. Butler et S. Bassler (éd.), 296

Amélie RIGOLLET, Melissa Pollock, The Lion, the Lily, and the Leopard: The Crown and Nobility of Scotland, France, and England and the Struggle for Power (1100-1204), 299

Véronique SOREAU, Vous avez dit mandragore ? Une médecine médiévale, catalogue d’exposition (Musée de Saint-Antoine-L’Abbaye, 8 juillet-11 novembre 2018), S. Demarthe (dir.), 300


Notes brèves

Émilie NADAL, Michelle P. Brown, Understanding Illuminated Manuscripts: A Guide to Technical Terms, Revised Edition, E. C. Teviotdale et N. K. Turner (collab.), 305

Patrick KERNEVEZ, Patrick Huchet, Entre Moyen Âge et Renaissance, les grandes heures de Josselin, 306

Laurent VALLIERE, Gilles-Marie Moreau, Calixte II (v. 1060-1124) : « le Père de la paix », 307

Juan Francisco ESTEBAN LORENTE, Lourdes de Sanjosé I Llongueras, Al servei de l’altar : tresors d’orfebreria de les eglésies catalanes, segles IX-XIII, 308

Éric PALAZZO, Ordo Virtutum: Hildegarda de Bingen, E. Vernet et M. Vernet (éd. et trad.), 309

Haude MORVAN, Les vivants et les morts dans les sociétés médiévales, 48e Congrès de la Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public (Jérusalem, 4-7 mai 2017), 310

Soutenance de thèse de Charlotte Pichot (27 novembre 2020)

Le 27 novembre 2020 dans la salle des Actes de l’université de Poitiers, Charlotte Pichot a soutenu sa thèse, intitulée « Forfaicte de son corps » : le corps féminin et le crime à la fin du Moyen Âge. Centre-Ouest, Sud-Ouest du royaume de France (XIVe-XVe siècles), en présence du jury composé de M. Martin Aurell (Professeur Université de Poitiers, directeur de recherche), M. Louis de Carbonnières (Professeur, Université de Lille, rapporteur), Mme Claude Gauvard (Professeure émérite, Université Panthéon-Sorbonne), M. Didier Lett (Professeur, Université Paris-Diderot, rapporteur et président du jury), Mme Sara McDougall (maîtresse de conférences, John Jay College of Criminal Justice, New York) et Mme Isabelle Mathieu (maîtresse de conférences, Université d’Angers, directrice de recherche).

Extrait de la lettre de rémission octroyée à Laurence Poitevin. AN JJ 160, 112, fol. 83v, novembre 1405, bailliage de Chartres.

Charlotte nous propose ici une belle étude, à la croisée des travaux sur le corps et sur le genre, encore à ses débuts pour le Moyen Âge. À ce carrefour historiographique, une question domine : quelle est la place du corps en tant qu’objet, mobile ou instrument du crime ?

Pour aborder cette question, elle s’est penchée sur un corpus conséquent, composé de documents normatifs (coutumes, droit civil et droit canon), les textes littéraires (écrits didactiques, ou encore fictionnels comme les Évangiles des quenouilles) et surtout de sources judiciaires. En dépouillant ses dernières, elle a consacré son étude à 1058 lettres de rémission, toutes relatives au crime touchant les femmes.

De cette recherche, les membres du jury ont souligné la qualité et l’originalité de son travail sur le concept de corps féminin, élément central pour caractériser les crimes relatifs aux femmes. La rédaction des lettres de rémission étant affaire d’hommes, Charlotte a interrogé leurs représentations. Tout d’abord, la réputation des femmes dépendait souvent de la gestion, bonne ou mauvaise, de leur corps. Ce dernier, bien plus que sujet de violences, peut être un objet de stratégies de défense, d’échanges ou encore de convoitises pour les hommes. Ces définitions s’accompagnent d’une analyse, tant quantitative que qualitative, des crimes relatifs au corps féminin. Elle souligne par cette étude l’existence de méfaits particulièrement genrés, notamment l’adultère et le viol.

Afin d’apporter une dimension diachronique, elle compare deux temps de la production judiciaire. Charlotte propose alors quelques pistes en confrontant les règnes de Charles VI et de Louis XI (augmentation des meurtres sur les épouses et légère diminution des grâces pour viol sous Louis XI, critiques grandissantes à l’encontre de la prostitution).

Les membres du jury ont félicité Charlotte pour ce travail, soulignant son approche particulièrement novatrice de l’étude du corps, et non l’image classique de la femme criminelle ou victime. Ils ont également remarqué l’attention portée aux émotions, Charlotte ouvrant une porte sur l’intime, ce qui est un grand apport de la thèse. Si certains membres du jury ont émis quelques réserves sur le plan, ils ont reconnu qu’il était difficile d’en proposer un autre.

Entourée, tant en présentiel comme qu’en distanciel, Charlotte est devenue à l’issue de cette journée docteure en histoire médiévale. Il ne semble en rien que ce soit une fin, car cette recherche n’en est qu’à ses débuts.

Nous te souhaitons de rester encore longtemps dans la « marmite des lettres de rémission ».

 

 

 

 

Centre d'Études supérieures de civilisation médiévale (UMR 7302)

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search