Archives par mot-clé : Thèse

Soutenance de thèse de Manon Durier, CESCM (19 février 2016)

Les monuments funéraires dans le diocèse de Limoges (XIe-XIIIe siècle). Échos d’un idéal religieux.

Le 19 février 2016, Manon Durier soutenait en salle René Crozet sa thèse consacrée aux monuments funéraires des XIe-XIIIe siècles en Limousin, en présence d’un jury composé de Claude Andrault-Schmitt et Cécile Treffort (co-directrices de recherche), Brigitte Boissavit-Camus (présidente ; Université Paris Ouest – Nanterre La Défense), Quitterie Cazes (Université Toulouse Jean Jaurès), Jean-Loup Lemaitre (EPHE) et Philippe Plagnieux (Université Paris I Panthéon-Sorbonne – École nationale des chartes).

SONY DSC
Epitaphe de l’abbé Ramnulphe à Lesterps (cl. : M. Durier)

Le travail proposé par Manon Durier est le fruit d’une recherche pluridisciplinaire alliant une démarche résolument archéologique – qui s’illustre notamment à travers le corpus de monuments réunis –, et une réflexion sémantique relevant d’une approche plus strictement historienne. Le monumentum et l’imago ont ainsi été mis à contribution pour offrir une définition du monument funéraire qui donne toute sa direction au traitement du sujet : M. D. l’envisage comme une « sculpture signalant l’emplacement d’une tombe et/ou célébrant la mémoire d’un défunt ». Les 283 monuments étudiés font dès lors tous preuve d’une maîtrise technique ou artistique dans leur mise en œuvre, induisant une analyse qui repose finalement en grande partie sur la possibilité de se raccrocher à une forme, un tracé ou une représentation.

Inscriptions funéraires et pierres tombales aux contours et aux décors variés (en bâtière, ornées d’une simple croix, gisants, etc.) se côtoient dans un volume annexe, illustré de photographies dont la grande qualité est une invitation au lecteur à examiner l’objet. Beaucoup de ces monuments, chichement ornés et taillés dans le gris granite limousin, peuvent paraître bien ingrats et peu enclins à susciter le désir du chercheur. Il fallait oser s’y attaquer, et cela a été bien fait, dans un équilibre maintenu avec les pierres inscrites, si « parlantes » qu’elles auraient aisément pu dominer le propos. Le corpus constitué se détache par les formes envisagées et par la chronologie qu’il couvre de la zone de confort des travaux sur le monument funéraire, très empreints de la figuration des morts, et par là-même bien souvent axés sur les XIIIe-XVe siècles. L’originalité de l’étude se situe également dans l’espace considéré, le vaste diocèse de Limoges, dont M. D. a su cerner les spécificités en termes de spiritualité et de culture religieuse. Celles-ci s’expriment dans une documentation nécrologique abondante, ou encore un grand nombre de lanternes des morts, qui parsèment un territoire particulièrement pénétré du pouvoir intercesseur des saints. Sur fond de recherche intense de salut, le monument funéraire se révèle alors être l’« écho d’un idéal religieux », celui de la communion de l’Église, qui réunit morts et vivants, clercs et laïcs, en des lieux et temps définis par la théologie chrétienne.

Les choix méthodologiques et orientations analytiques de M. D. ont suscité des discussions pendant près de quatre heures. Il a notamment été question des difficultés à dater un grand nombre de ces monuments, inhérentes à la sobriété formelle de certains d’entre eux et aux flottements des critères paléographiques en épigraphie médiévale. La discussion chronologique devra assurément se poursuivre dans le sens adopté par M. D., qui, comme l’a souligné Quitterie Cazes, a évité l’écueil d’un raisonnement circulaire induit par la notion de typologie. La réflexion sur le sujet pourra également faire l’objet d’autres prolongements, sur le monument funéraire en tant qu’expression de l’individualité du mort vis-à-vis de la communauté (Cécile Treffort), ou encore sur les tombeaux des saints, dont la mise à l’écart – bien que mûrement réfléchie – a été regrettée par Jean-Loup Lemaitre. Ces questionnements (re)lancés pendant la soutenance sont ceux d’observateurs qui, tout en saluant l’esprit de synthèse de M. D., ont formulé à plusieurs reprises leur souhait d’en lire et d’en savoir toujours davantage.

Le lecteur de la thèse sera finalement sensible aux précautions épistémologiques prises par son auteur (Claude Andrault-Schmitt) et à la mise en perspective méthodologique de son objet d’étude (Quitterie Cazes), à un travail qui maîtrise et renouvelle une historiographie bien ancrée (Cécile Treffort), dépassant la compréhension unilatérale du monument funéraire comme commémoration (Brigitte Boissavit-Camus) et incitant à la remise en question des grands principes d’analyse sur le tombeau médiéval (Philippe Plagnieux). Il constitue dans le même une temps contribution notable à l’histoire médiévale du Limousin (Jean-Loup Lemaitre). La communauté scientifique dispose désormais d’une étude régionale qui servira de référence à des recherches ultérieures sur le monument funéraire.

Les formulations répétées et nourries portant sur les qualités de la thèse soutenue ont été suivies d’une brève délibération du jury, à l’issue de laquelle Manon Durier s’est vu accorder le titre de docteur avec la mention très honorable, assortie des félicitations.

 

Soutenance de thèse de Guilhem de Corbier, CESCM (15 décembre 2015)

Les ouvrages historiques des guerres de Religion de Lancelot Voisin de La Popelinière : élaboration et postérité.

Mardi 15 décembre 2015, Guilhem de Corbier soutient sa thèse de doctorat intitulée Les ouvrages historiques des guerres de Religion de Lancelot Voisin de La Popelinière : élaboration et postérité, devant un jury composé de Denise Turrel (Université de Poitiers, directrice), Benoist Pierre (Université François-Rabelais de Tours, président), Philip Benedict (Université de Genève), Hugues Daussy (Université de Franche-Comté), François Brizay (Université de Poitiers) et Geneviève Guilleminot (Bibliothèque nationale de France).

0003
Couverture du 1er volume de L’Histoire de France (cliché : Médiathèque François-Mitterrand. Poitiers. Olivier Neuillé)

C’est autour de l’écrivain et historien français protestant, Lancelot Voisin, seigneur de La Popelinière (1540/45-1608) et de ses deux succès éditoriaux, consacrés aux guerres de Religion, c’est-à-dire à l’histoire de son temps, La Vraye et Entière Histoire et L’Histoire de France (publiées entre 1571 et 1581), que Guilhem de Corbier a construit son travail de recherche[1]. Alors qu’au XVIe siècle la hiérarchie des savoirs se recompose et que l’histoire est considérée comme un art, ars historica, avant de devenir une science, La Popelinière est guidé par l’idée que cette discipline est à l’origine de toutes les autres sciences et propose une écriture « neutre », véritable innovation, surtout lorsqu’il aborde l’actualité brûlante des conflits religieux.

Résultat d’un minutieux travail d’enquête, traquant la vérité, remontant de manière généalogique aux origines, suivant de manière critique chaque pièce du dossier aux archives régionales, nationales, à l’étranger (ce qui a permis à GC de retrouver une lettre manuscrite inédite de l’auteur à Londres, souligne Denise Turrel), cette thèse est une contribution décisive pour faire connaître « un auteur plus loué que lu » (Philip Benedict), d’autant plus méritoire qu’elle a été menée en même temps qu’un travail salarié.

GC présente sa recherche sous forme de diptyque, qui aurait mérité de se décliner en trois, quatre voire cinq parties, selon le jury. La reconstruction de la vie de La Popelinière, tout d’abord, jusqu’à la publication de ses premières œuvres montre la formation d’un auteur et d’un acteur des guerres de religion, et ses stratégies de publication. Puis, la manière de construire l’opus magnum (apports, emprunts et postérité) est présentée. La Popelinière jouit en effet d’une grande réputation pour l’écriture de l’histoire en France au XVIe s ; son but est de construire une histoire générale, impartiale, attentive aux causes et aux résultats des actions.

Itinéraire et formation lettrée et sociale. Converti à la Réforme calviniste à l’âge de seize ans, La Popelinière est un ancien soldat et diplomate, et non un théologien, ayant ainsi œuvré au nom du parti protestant pendant quinze ans, tout en racontant l’histoire des troubles de son temps dus à la scission confessionnelle entre catholiques et huguenots. Le mérite de GC est de saisir les différents réseaux auxquels appartient l’historien : réseau familial et parentellaire d’origine poitevine[2], réseau des réformés, particulièrement des imprimeurs protestants, éditeurs, libraires jusqu’aux colporteurs, qui ont joué un rôle dans le succès de ses ouvrages (La Vraye et Entière Histoire, connaît trois éditions revues et augmentées de 1571 à 1579). Retracer ce milieu des imprimeurs et le choix de La Popelinière de confier ses manuscrits à des officines de Caen puis de La Rochelle au détriment d’autres est d’autant plus important que toutes ses éditions sont anonymes et sans privilège, leur publication n’étant pas autorisée par la monarchie ; leur adresse typographique est fausse afin de protéger auteur, imprimeur et éditeur contre les sanctions qui émanent du pouvoir.

Stratégies d’écriture de l’histoire. La méthode historique de La Popelinière peut se résumer en trois points : l’insertion de documents, nouveauté par rapport aux historiens et chroniqueurs du Moyen Âge ; l’emprunt à ses prédécesseurs, ce qui pose la question du rapport aux sources, à leur citation et déformation ; la volonté inébranlable de neutralité, jusqu’à adoucir le récit qu’il emprunte. Certaines de ces méthodes sont communes avec ses contemporains, tel Théodore de Bèze, à la différence près que La Popelinière n’écrit pas pour la gloire de Dieu, même si des connotations réformées sont sous-jacentes, mais pour la neutralité. Benoist Pierre fait remarquer que ce terme est sans doute anachronique pour le XVIe et qu’une sémantique propre à cette époque aurait été préférable, à travers des mots comme concorde, paix, édit de tolérance, de pacification, en lien avec la vérité/Vérité, donc la théologie et la spiritualité. La Popelinière est finalement victime de ce choix puisque ses œuvres subissent la concurrence éditoriale. Elles sont immédiatement reprises, légèrement modifiées par les protestants à Genève et plagiées par des écrivains catholiques à Paris. Ces derniers auteurs changent le sens souhaité par La Popelinière dans ses écrits.

Le dernier chapitre – particulièrement apprécié par Hugues Daussy – « La condamnation de l’Histoire de France et la postérité de l’œuvre » montre l’historien, déjà attaqué par les catholiques à partir de 1573, désormais condamné par le camp protestant auquel il appartient : ses coreligionnaires lui infligent un procès ainsi qu’à son imprimeur, car il aurait parlé de certains protestants en des termes diffamants. Il est condamné à se tenir à l’écart de la Cène jusqu’à ce qu’il s’engage à corriger ses fautes. Il promet vainement de le faire en février 1585, ce qui lui permet d’être réintégré à la Cène. Il reste exilé à Paris et cesse dès lors de livrer au public les événements de son temps en France et ailleurs en Europe. La suite de l’histoire, Lancelot Voisin de La Popelinière l’écrira autrement. Considérés comme des sources fondamentales pour l’étude de guerres de religion, ses écrits historiques influenceront pourtant les historiens postérieurs, tant catholiques que protestants, au cours des siècles suivants.

Témoignant d’une très bonne maîtrise des sources et de la bibliographie – celle-ci est riche de plus de 800 titres et comporte des thèses et des mémoires inédits – et de réelles qualités de chercheur croisant les données, GC se voit décerner par le jury le titre de docteur avec mention très honorable grâce à ce travail sur La Popelinière, historien des guerres de Religion.

 

[1] Le premier tome a fait l’objet d’une édition critique, d’après l’exemplaire de la Médiathèque de Poitiers (Genève : Droz, 2011), à laquelle ont collaboré Denis Turrel, Véronique Larcade, Pascal Rambeaud, Thierry Rentet, Guilhem de Corbier, Jean Hiernard. Ce travail a constitué l’un des axes de la Fédération FESMAR en projet entre le CESCM et le Centre d’études supérieures de la Renaissance – CESR de Tours, et il a bénéficié d’un partenariat avec la Médiathèque de Poitiers. Un deuxième est prêt à paraître, dirigé par D. Turrel et préparé par Jean-Claude Laborie, Benoist Pierre et Pierre-Jean Souriac

[2] Il est né en Bas-Poitou (actuel département de la Vendée) et vit principalement à La Rochelle, capitale huguenote du royaume de France au cours de cette période.

Soutenance de thèse de José Miguel De Toro Vial, CESCM (19 décembre 2014)

L’Antiquité orientale dans l’historiographie latine du XIIe siècle : une thèse de doctorat signée José Miguel De Toro Vial

Jean-Marie Moeglin a appliqué aux chroniques médiévales le mot d’Antoine Blondin : à l’image de l’épée de Charlemagne, elles sont longues, plates et mortelles !

Il fallait toute l’opiniâtreté de José De Toro, aujourd’hui assistant à l’Universidad Católica de la Santísima Concepción (Chili), pour prendre à bras-le-corps un sujet longtemps délaissé par les historiens et aux sources d’un accès difficile. Il en résulte une thèse de 820 pages, soutenue le vendredi 19 décembre 2014 avec la mention très honorable, assortie des félicitations d’un jury unanime présidé par Mr Patrick Gautier Dalché (IRHT/CNRS), et où siégeaient, outre Mr Jean-Marie Moeglin (Université Paris-Sorbonne), Mr Martin Aurell, directeur de la thèse (Université de Poitiers/CESCM), Mme Mireille Chazan (Université de Metz) et Mme Catherine Gaullier-Bougassas (Université Lille 3).

Alexandre et les rois vaincus, Paris, Bibliothèque Ste-Geneviève, ms. 1182, folio 268, Italie, xiie siècle, cliché IRHT-CNRS
Alexandre et les rois vaincus, Paris, Bibliothèque Ste-Geneviève, ms. 1182, folio 268, Italie, XIIe siècle, cliché IRHT-CNRS

Sans maîtrise préalable du français, José De Toro vint pour la première fois en France en 2005 dans le but de travailler sur les chroniqueurs médiévaux. Il y découvrit les chroniques universelles et l’intérêt des historiens du Moyen Âge pour l’Orient. Après avoir décroché le master Civilisation antique et médiévale au CESCM avec la mention excellent, il bénéficia entre 2007 et 2011 d’une bourse du gouvernement français ainsi que de la bourse CONICYT du gouvernement chilien pour la préparation de sa thèse de doctorat.

Qu’est-ce que l’Orient ancien du point de vue de l’Occident médiéval ? Quelle vision les historiens du Moyen Âge en avaient-ils ? Les chroniques universelles permettent de répondre à cette question, et elles sont nombreuses ! Néanmoins, peu d’entre-elles ont été éditées jusqu’à présent, bien qu’il s’agisse de textes très diffusés dans les bibliothèques médiévales, ayant pour certains fait l’objet de traductions dès le XIIIe siècle. Définir la chronique universelle n’est pas chose facile, mais plus fondamentalement encore, c’est la définition du métier d’historien pendant la « renaissance du XIIe siècle » (un cadre chronologique élargi pour la circonstance à la période 1080-1210) que pose l’étude de telles sources. Ainsi José De Toro s’est-il efforcé de tester les thèses de Bernard Guenée : voir récemment Histoire et culture historique dans l’Occident médiéval1

Armé d’une solide culture classique et d’une bonne maîtrise du latin, José De Toro a passé une part substantielle du temps de son doctorat dans les fonds anciens des bibliothèques d’Europe, au contact de sources qui attendaient toujours leur transcripteur. L’exhumation de ces textes est le premier apport majeur de cette thèse.

Le second porte sur la connaissance de la méthode des chroniqueurs. La richesse du contenu des chroniques universelles est telle que José De Toro a dû se résoudre à limiter son effort d’analyse à deux thèmes principaux : les descriptions de Babylone d’une part, la vie d’Alexandre le Grand d’autre part. Dans le cas de la cité de Babylone, le travail des chroniqueurs médiévaux a consisté à faire coïncider les propos des historiens de l’Antiquité avec le récit biblique. Le regard porté sur l’Orient par ces chroniqueurs fut avant tout géographique et politique (les généalogies impériales tiennent une large place dans ces chroniques) ; dotés d’un esprit critique, ils n’ont pas cru que ces contrées lointaines regorgeaient de richesses, et ont mis en doute l’existence des merveilles relatées dans les vies d’Alexandre. Quant à la figure du Conquérant, ils se sont efforcés de tempérer les jugements sévères formulés à son encontre par l’historien du Ve siècle Orose, et de moraliser sa biographie comme il convenait à un maillon important de la chaîne du Salut.

Faut-il distinguer les histoires des chroniques ? Opposer les auteurs des vies « romanesques » d’Alexandre aux historiens rédacteurs des chroniques universelles ? Est-il seulement possible de définir un « genre littéraire » qui aurait pour nom chronique universelle ? Les points de débats n’ont pas manqué au cours de la soutenance. On retiendra l’intérêt véritable des historiens médiévaux pour l’Orient ancien et l’existence d’une méthode historique (combinaison des sources, démarche critique). L’Orient ancien des chroniqueurs médiévaux n’était pas un fantasme ; c’était une réalité humaine et de surcroît symptomatique du fait que distinguer l’histoire de la fiction avait du sens au XIIe siècle.

 

  1. Histoire et culture historique dans l’Occident médiéval, Paris : le Grand livre du mois, 2011 []

Concours de thèse d’histoire du CTHS 2015

Les Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques lancent, à partir du 15 janvier 2015, la septième édition du concours de thèses ouvert aux jeunes docteurs en histoire.

 

CTHS

 Qui peut participer ?
Pour être candidat, il faut avoir soutenu une thèse d’histoire (y compris histoire des sciences et des techniques) entre le 31 octobre 2013 et le 31 décembre 2014.

Vous trouverez le règlement complet et la fiche d’inscription au concours :

http://cths.fr/_files/ac/concoursthese_cths_2015_web.pdf

Pourquoi ?
À l’issue du concours, les lauréats verront leurs thèses publiées dans la collection CTHS-Histoire. Le CTHS offre pour cela un accompagnement assez rare : un historien ainsi qu’un éditeur de l’équipe apportent les conseils nécessaires afin de faciliter le passage de la thèse au livre.

Quel calendrier ?
Les inscriptions seront ouvertes du 15 janvier au 2 mars 2015.

Une présélection des candidatures aura lieu en mars 2015.
La délibération finale sera rendue en juillet 2015.

Contact concours : Clémence de Clavière | 01 55 95 89 13 | clemence.nogarede@recherche.gouv.fr
Contact presse : Stéphanie Henry | 01 55 95 89 62 | stephanie.henry@cths.fr
Adresse postale : CTHS, 110 rue de Grenelle, 75357 Paris cedex 07

 

 

Soutenance de thèse de Gaël Chenard, École des Chartes (10 décembre 2014)

Le 10 décembre dernier, dans la grande salle de l’École nationale des Chartes, Gaël Chenard a soutenu sa thèse de doctorat, consacrée à L’administration d’Alphonse de Poitiers en Poitou et en Saintonge (1241-1271), devant un jury présidé par Élisabeth Lalou (Université de Rouen – Haute Normandie) et composé de Martin Aurell (Université de Poitiers, codirecteur), Olivier Guyotjeannin (École nationale des Chartes, codirecteur), Olivier Mattéoni (Université Paris I – Panthéon Sorbonne) et Nicholas Vincent (University of East Anglia).Alphonse

L’historiographie récente a relégué à l’arrière-plan Alphonse, comte de Poitiers, frère de Louis IX, figure secondaire de la légende du saint roi, et objet, jadis, d’un livre important d’Edgard Boutaric (1870). Gaël Chenard nous invite à renverser la perspective. Son travail interdira de se contenter de tenir Alphonse de Poitiers pour un serviteur un peu anonyme du grand dessein capétien (notamment par la préparation du rattachement du Midi à la Couronne). Le prince, en effet, n’est pas « l’ombre du roi ». L’héritage de son beau-père Raymond VII de Toulouse fait de lui, lorsque Louis IX revient d’Orient, en 1254, le premier vassal du royaume. Alphonse mène sa propre politique et défend ses intérêts, en opposition, parfois, aux entreprises de son frère, mais suivant une même conception de l’exercice du gouvernement et de la souveraineté royale.

C’est à cette construction originale que s’attache Gaël Chenard, qui reconstitue les logiques pratiques de l’administration princière, et montre en quoi le Poitou et la Saintonge ont représenté un espace d’expérimentation politique. La richesse de la documentation permet de donner chair à cette administration et à son personnel. L’attention portée aux mécanismes de la production et de la circulation documentaires écarte le risque du fonctionnalisme, et met en évidence les modes de gestion et les équilibres entre l’administration comtale et les intérêts locaux.

Pour le prince et ses conseillers, qui séjournent habituellement dans le Bassin parisien, ces terres, éloignées, ne peuvent faire l’objet d’une gestion identique à celle du domaine royal, où le contrôle exercé sur les officiers locaux est plus immédiat. Le dispositif administratif relève de la « centralisation princière ». L’information remonte au comte et aux institutions centrales (qui monopolisent les compétences techniques), auxquels appartient le pouvoir de décision. Ce dispositif repose d’autre part sur l’intéressement de relais locaux : les contrats de fermage doivent être compris comme un moyen de gouverner à bon compte. Toutefois, l’évolution conduit à une forme de « centralisation administrative », où l’existence d’agents et d’institutions permanents dispense de la présence du prince.

La comptabilité occupe une place de choix dans le travail de Gaël Chenard ; deux volumes de la thèse sont consacrés à l’édition des comptes. Cette importance s’explique à nouveau par le caractère exceptionnel de la documentation conservée (si l’on compare, notamment, avec ce dont on dispose pour l’administration royale). Mais elle se trouve d’abord justifiée par le fait que la comptabilité est « l’outil du contrôle par excellence ». Les documents comptables, produits par l’administration centrale, témoignent ici d’une approche plus juridique qu’économique, et d’un système où la pression exercée sur les officiers locaux est considérable : les sénéchaux, en particulier, sont appelés à compenser les impayés, et certains d’entre eux sont de ce fait lourdement endettés à leur sortie de charge.

C’est à une brillante réflexion sur le gouvernement des hommes au Moyen Âge que convie la thèse, comme en témoignent les perspectives de recherche qui ressortent, au fil de la soutenance, de la discussion avec le jury : autant de pistes ouvertes autour de l’organisation judiciaire, de l’héritage plantagenêt, de l’administration des possessions méridionales d’Alphonse de Poitiers, ou encore de la comparaison avec les outils comptables des siècles postérieurs. Au terme d’une brève délibération, le jury accorde au travail de Gaël Chenard la mention Très honorable, assortie de ses félicitations unanimes : on espère pouvoir bientôt lire le livre dont la publication, désormais, s’impose.