Archives par mot-clé : Thèse

Soutenance de thèse d’Élise Vernerey (11 décembre 2020)

Élise Vernerey a soutenu sa thèse de doctorat en histoire de l’art médiéval à l’Université de Poitiers « Voir ne consiste à ne pas voir : la sculpture du portail et la théologie apophatique au XIIe siècle (Saint-Denis, Moissac, Aulnay) » devant un large jury en semi-présentiel, compte tenu de la situation sanitaire actuelle. Composé de sept chercheurs en histoire de l’art, des images et de la liturgie, ainsi qu’en en histoire et en histoire des textes, ce jury reflète toute la richesse de la thèse défendue en ce jour du 11 décembre 2020 : Marcello Angheben (maître de conférences HDR, CESCM / Univ. Poitiers, co-directeur de thèse), Vincent Debiais (chargé de recherches, EHESS/CNRS, rapporteur et président du jury), Bruno Hass (maître de conférences, Univ. Paris 1-Panthéon Sorbonne), Éric Palazzo (professeur, CESCM/Univ. Poitiers, rapporteur), Dominique Poirel (directeur de recherches, IRHT/CNRS), Daniel Russo (professeur émérite, Univ. Bourgogne Franche-Comté) et Cécile Voyer (professeure, CESCM/Univ. Poitiers, co-directrice de thèse).

Le président du jury commence par donner la parole à l’impétrante qui, durant trente minutes, présenta rigoureusement sa thèse relevant de l’étude des images du XIIe siècle (un premier volume d’écriture de cinq-cents quarante-et une pages contenant une bibliographie d’une trentaine de pages et un second volume de cent-quatre planches de couleur, dont le jury eu à cœur de signaler la belle qualité des clichés personnels). D’emblée, Élise Vernerey met un point d’honneur à souligner la nature pluridisciplinaire de son propos par la mise en relation d’une analyse formelle et discursive de l’image avec les discours épistémologiques sur la nature attribuée à l’image par certains théologiens, héritiers de la tradition néoplatonicienne. L’intérêt de cette démarche est double, précise-t-elle, car « l’étude de leurs présupposés théoriques permet de penser les décors dans la confrontation à l’homme, tant de celui qui en fait l’expérience au seuil de l’église que de celui qui en est le créateur ». Sur la base de ses travaux de master (les peintures murales de Saint-Martin de Fenollar et la sculpture du portail de Saint-Lazare d’Autun), la candidate explique avec brio les raisons qui l’ont amené à privilégier dans sa thèse une approche monographique (Saint-Denis, Moissac et Aulnay) plutôt qu’une analyse sérielle qui n’aurait pas permis d’appréhender pleinement le fonctionnement et la relation de l’homme aux images. Le découpage de la thèse en trois parties monographiques et indépendantes est motivé par la volonté d’articuler les analyses iconographiques avec les théories de l’image. Le lien établi dans le travail d’Élise Vernerey entre la théologie et l’image repose pourtant sur une problématique classique en histoire de l’art, celle des enjeux de la création plastique au Moyen Âge. C’est dans cette perspective qu’elle interroge l’articulation entre le prototype et l’image en tant qu’objet, les rapports entre le sujet figuré et la figuration du sujet, ou encore le statut de l’image au Moyen Âge. Les trois études de cas (Saint-Denis, Moissac et Aulnay) mettent ensemble en exergue « la nature défective absolue de l’image artificielle ». De plus, la considération matérielle des œuvres d’art l’invite à penser la technique de la sculpture – par la soustraction ou la « purification » de la matière pour atteindre une forme idéelle – comme le reflet de l’homme dans son cheminement à Dieu, en quête de la Ressemblance autrefois perdue. Aussi, la sculpture fait-elle écho au « procédé » de la théologie négative ou théologie apophatique qui accorde une place fondamentale à la mise en exergue de « l’impossibilité de comprendre Dieu, perçue comme quelque chose de total ». Les trois dossiers monographiques soulèvent plusieurs questionnements propres à l’étude de l’image médiévale que l’on pourrait ici résumer en trois points : les moyens de la mise en images de chaque décor (voire de chaque partie du décor) ; le rôle du regardeur (car « l’appréhension de l’homme face au décor est dépendante de ses capacités visuelles et de son mouvement, ce qui est signifiant dans la zone de franchissement d’un portail ») ; et enfin, la finalité de leur création (autrement dit « le mouvement vers Dieu qu’elles suscitent chez le regardeur »). En cela, Élise Vernerey définit son approche comme « téléologique ». La candidate poursuit ensuite son exposé sur les choix originaux des auteurs convoqués pour chacun des décors étudiés – plusieurs fois débattus au cours de la soutenance (Jean Scot Érigène, le Pseudo-Denys, Grégoire de Nysse et Maxime le Confesseur pour Saint-Denis ; Jean Scot Érigène et Grégoire de Nysse pour Moissac ; Boèce et Gilbert de la Porée pour Aulnay). Elle est longuement revenue sur le carolingien Jean Scot Érigène dont la pensée aurait, selon elle, exercé une influence considérable à Saint-Denis compte tenu de ses liens avec le réseau clunisien, et surtout, en raison de l’impact de sa condamnation au début du XIIIe siècle. Ses écrits seraient tributaires du Pseudo-Denys et de Grégoire de Nysse, c’est pourquoi il lui est apparu judicieux de lire ces auteurs avec attention. Pour finir, Élise Vernerey délivre sa nouvelle lecture des trois portails de Saint-Denis, de Moissac et d’Aulnay en résumant les trois chapitres de son étude et ses conclusions. Ses interprétations originales sont ici justifiées par des analyses iconographiques et des liens historiques qui semblent se dessiner entre les théoriciens de l’image et leurs éventuels concepteurs. De ces trois grands dossiers, il en ressort plusieurs considérations sur l’image du XIIe siècle. En fait, l’image sculptée susciterait un procédé mental et dynamique favorisant le « mouvement intellectuel du regardeur » qui s’inscrit en parallèle de « son mouvement physique ». Les détails dans la sculpture reflèteraient non seulement la portée réflexive de l’image, mais également le procédé de négation que l’autrice a tenté de mettre en lumière dans sa thèse. L’image ne serait donc pas « en position de transmettre une vérité » mais induirait « un exercice spirituel chez celui qui la contemple ».

Après un exposé clair et précis, salué par Vincent Debiais lors de son intervention finale, celui-ci invite successivement les membres du jury à débattre avec la candidate. Au cours des échanges, cette dernière est félicitée de manière générale pour le sérieux de son travail (la finesse de ses analyses iconographiques, l’ampleur de ses lectures, son aisance rédactionnelle, etc.), et en particulier, pour le courage dont elle a fait preuve en se lançant dans une recherche très ambitieuse.

D’abord, Marcello Angheben rappelle que les travaux d’Élise Vernerey s’inscrivent dans la continuité de ses recherches en master où elle avait déjà montré « des aptitudes exceptionnelles » à convoquer des textes – jusque-là ignorés par les historiens de l’art – pour les confronter aux images médiévales. D’après lui, son travail de doctorat reflète une curiosité intellectuelle naturelle, doublée d’une attention remarquable accordée aux images. Il regrette toutefois que la question de l’anagogie n’ait pas suffisamment été traitée au regard de l’importance accordée aux conceptions de Grégoire de Nysse, du Pseudo-Denys et de Jean Scot Érigène dans sa thèse. Toujours est-il que les recherches de sa doctorante lèvent le voile sur bon nombre de questions laissées en suspens par les historiens de l’art en donnant une belle visibilité au portail d’Aulnay.

C’est avec le même enthousiasme que les discussions se poursuivent avec l’intervention de Cécile Voyer. En revenant sur son parcours doctoral, elle valorise l’efficacité et l’engagement de sa doctorante d’une part dans le monde de la recherche (l’obtention d’un contrat doctoral en 2016, une participation active à de nombreuses manifestations scientifiques, la parution de plusieurs articles scientifiques et de vulgarisation) et d’autre part, dans la vie du laboratoire (représentante des doctorantes et des doctorants, membre active de JANUA). Élise Vernerey est par la suite largement complimentée pour sa disposition évidente à la conceptualisation et sa grande sensibilité pour les images, leur matière, leur forme et ce qu’elles donnent à voir. Les points discutés par Cécile Voyer sur le degré d’intentionnalité prêté aux concepteurs des images ont donné lieu à de beaux échanges intellectuels qui illustrent parfaitement bien la grande force de cette thèse selon la professeure, à savoir de susciter de nouvelles réflexions sur des œuvres très connues.

La parole est ensuite donnée à Dominique Poirel pour son rapport qui est orienté sur son champ d’expertise et un point mineur de la thèse d’Élise Vernerey : la circulation des textes et des idées. S’il lui témoigne toute son admiration pour le travail impressionnant de lecture et d’assimilation de textes théologiques, philosophiques et littéraires, il émet quelques réserves sur le recours à certains théoriciens de l’image en se basant sur l’état de la circulation des textes au XIIe siècle. Malgré ses désaccords sur la définition de la théologie apophatique et l’influence du Pseudo-Denys dont la candidate prend note, Dominique Poirel affirme toutefois qu’il a pris un grand plaisir à lire cette thèse.

Après avoir une nouvelle fois félicité Élise Vernerey pour son courage et son travail intellectuel, Éric Palazzo exprime alors sa perplexité sur le choix des sites étudiés, lui donnant l’impression d’une hésitation entre plusieurs thèses. Une brève discussion est engagée sur la question du visible et de l’invisible dans la théologie, puis sur le chapitre consacré à Moissac et les développements portant sur la liturgie. En dépit des lacunes principalement d’ordre d’érudition, le professeur signale néanmoins avec insistance que l’autrice a démontré toutes ses capacités d’iconographe.

L’intervention de Bruno Haas vient compléter les précédentes remarques formulées par les membres du jury. Tout en saluant le caractère interdisciplinaire de l’approche d’Élise Vernerey jugée « très méritoire », il considère que l’ensemble de la thèse manque d’une assise plus solide en matière de méthode et de théorie de l’image. En revanche, l’examinateur se réjouit de l’interprétation ingénieuse des détails iconographiques qui renouvelle le regard porté sur ces trois portails. Il a particulièrement été sensible au premier chapitre sur Saint-Denis ; il s’agit d’une « une belle réussite », selon ses propres mots, qui nécessiterait une publication à part entière « pour sans doute s’imposer dans la littérature ».

À l’instar de ses collègues, Daniel Russo complimente Élise Vernerey pour la qualité générale de son travail. Il est revenu sur l’ensemble de la thèse en l’agrémentant de nombreuses références bibliographiques pour approfondir davantage encore sa réflexion en attirant son attention sur la nécessité de contextualiser les différentes figures intellectuelles convoquées dans son étude. Le chercheur insiste sur la valeur ajoutée de cette thèse dans l’étude des portails romans en la remerciant vivement pour la pertinence de sa recherche conceptuelle.

L’examen de la thèse se termine enfin par l’appréciation de Vincent Debiais. À maintes occasions, le président du jury exprime son enthousiasme à propos de ce travail de doctorat « stimulant et novateur » au regard de l’ambition et de l’audace des choix intellectuels adoptés par Élise Vernerey. Il lui fait part de son admiration pour avoir présenté une « véritable thèse » avec ses paris, ses réussites et parfois certaines limites. Il critique en effet une « une histoire des images coupée du social » qui ne permet pas de résoudre la question même du sens de l’art abordée par l’autrice. Des défis d’ordre anthropologique restent encore à être relevés pour l’aboutissement de cette recherche. Il n’en demeure pas moins que la thèse qui en est issue est « importante pour l’histoire de l’art médiéval et pour une meilleure compréhension du geste d’image au Moyen Âge » comme déclaré en guise de conclusion de son rapport.

C’est donc sans surprise à l’issue d’une brève délibération que le jury a décerné le titre de docteure en histoire de l’art médiéval à Élise Vernerey en soulignant de nouveau ses grandes capacités intellectuelles, la pertinence de ses analyses iconographiques et tout le travail lui restant à poursuivre sur les points d’érudition. Pour paraphraser les membres du jury, nous lui souhaitons la bienvenue dans le labyrinthe, et enfin, le meilleur pour l’avenir.

Soutenance de thèse de Charlotte Pichot (27 novembre 2020)

Le 27 novembre 2020 dans la salle des Actes de l’université de Poitiers, Charlotte Pichot a soutenu sa thèse, intitulée « Forfaicte de son corps » : le corps féminin et le crime à la fin du Moyen Âge. Centre-Ouest, Sud-Ouest du royaume de France (XIVe-XVe siècles), en présence du jury composé de M. Martin Aurell (Professeur Université de Poitiers, directeur de recherche), M. Louis de Carbonnières (Professeur, Université de Lille, rapporteur), Mme Claude Gauvard (Professeure émérite, Université Panthéon-Sorbonne), M. Didier Lett (Professeur, Université Paris-Diderot, rapporteur et président du jury), Mme Sara McDougall (maîtresse de conférences, John Jay College of Criminal Justice, New York) et Mme Isabelle Mathieu (maîtresse de conférences, Université d’Angers, directrice de recherche).

Extrait de la lettre de rémission octroyée à Laurence Poitevin. AN JJ 160, 112, fol. 83v, novembre 1405, bailliage de Chartres.

Charlotte nous propose ici une belle étude, à la croisée des travaux sur le corps et sur le genre, encore à ses débuts pour le Moyen Âge. À ce carrefour historiographique, une question domine : quelle est la place du corps en tant qu’objet, mobile ou instrument du crime ?

Pour aborder cette question, elle s’est penchée sur un corpus conséquent, composé de documents normatifs (coutumes, droit civil et droit canon), les textes littéraires (écrits didactiques, ou encore fictionnels comme les Évangiles des quenouilles) et surtout de sources judiciaires. En dépouillant ses dernières, elle a consacré son étude à 1058 lettres de rémission, toutes relatives au crime touchant les femmes.

De cette recherche, les membres du jury ont souligné la qualité et l’originalité de son travail sur le concept de corps féminin, élément central pour caractériser les crimes relatifs aux femmes. La rédaction des lettres de rémission étant affaire d’hommes, Charlotte a interrogé leurs représentations. Tout d’abord, la réputation des femmes dépendait souvent de la gestion, bonne ou mauvaise, de leur corps. Ce dernier, bien plus que sujet de violences, peut être un objet de stratégies de défense, d’échanges ou encore de convoitises pour les hommes. Ces définitions s’accompagnent d’une analyse, tant quantitative que qualitative, des crimes relatifs au corps féminin. Elle souligne par cette étude l’existence de méfaits particulièrement genrés, notamment l’adultère et le viol.

Afin d’apporter une dimension diachronique, elle compare deux temps de la production judiciaire. Charlotte propose alors quelques pistes en confrontant les règnes de Charles VI et de Louis XI (augmentation des meurtres sur les épouses et légère diminution des grâces pour viol sous Louis XI, critiques grandissantes à l’encontre de la prostitution).

Les membres du jury ont félicité Charlotte pour ce travail, soulignant son approche particulièrement novatrice de l’étude du corps, et non l’image classique de la femme criminelle ou victime. Ils ont également remarqué l’attention portée aux émotions, Charlotte ouvrant une porte sur l’intime, ce qui est un grand apport de la thèse. Si certains membres du jury ont émis quelques réserves sur le plan, ils ont reconnu qu’il était difficile d’en proposer un autre.

Entourée, tant en présentiel comme qu’en distanciel, Charlotte est devenue à l’issue de cette journée docteure en histoire médiévale. Il ne semble en rien que ce soit une fin, car cette recherche n’en est qu’à ses débuts.

Nous te souhaitons de rester encore longtemps dans la « marmite des lettres de rémission ».

 

 

 

 

Soutenance de thèse d’Amicie Pélissié du Rausas (20 novembre 2020)

Amicie Pélissié du Rausas a soutenu le 20 novembre 2020 une thèse de doctorat en histoire intitulée De guerre, de trêve, de paix : les relations franco-anglaises de la bataille de Taillebourg au traité de Paris (années 1240 – années 1260). Le jury était composé de Martin Aurell (professeur à l’université de Poitiers), David Carpenter (professeur au King’s College de Londres), directeurs de la thèse, Frédéric Boutoulle (professeur à l’université Bordeaux Montaigne, président du jury et rapporteur), Stéphane Péquignot (directeur de recherches à l’EPHE, rapporteur), Frédérique Lachaud (professeur à l’université Paris Sorbonne) et Nicholas Vincent (professeur à l’université d’East Anglia).

Référence pour la miniature : Cambridge, CCC MS D 16II, f. 163r. Reproduction d’un accord de trêve dans la Chronica de Matthieu Paris (c. 1243).

 

Le président ouvre la soutenance et donne la parole à Amicie Pélissié du Rausas pour une présentation de ses recherches. Elle évoque les défis rencontrés pendant sa thèse, son choix de revenir systématiquement aux originaux, et ses trois chapitres de thèse. Ceux-ci sont organisés autour de la question suivante : comment, à quelles conditions, et pourquoi, France et Angleterre passent-elles d’une relation de conflit militaire à la construction de la paix ? Après un premier chapitre sur la bataille de Taillebourg, étudiée comme un « événement-observatoire » à la manière du dimanche de Bouvines de Georges Duby, Amicie Pélissié du Rausas a décortiqué les dix-sept années de trêves séparant cette bataille du traité de Paris de 1259. Ce dernier, objet de la troisième partie, a été étudié à nouveaux frais, grâce à une analyse serrée de la documentation. Elle dresse enfin plusieurs constats à l’issue de ces quatre années de recherche : la vitalité de l’étude de la diplomatie médiévale et ses rapports avec l’histoire politique, l’importance de l’étude des originaux, le caractère encore peu travaillé du règne de Louis IX.

Au cours de leurs prises de parole respectives, les membres du jury félicitent Amicie Pélissié du Rausas pour son travail remarquable, présenté dans un style clair, précis et imagé. Ils soulignent le souci constant d’Amicie de retourner voir les originaux, ce qui, grâce à sa très grande maîtrise du latin et de la paléographie et à des analyses rigoureuses, lui a permis de faire d’importantes découvertes. Des documents inédits ont été exhumés et mis en valeur. Les annexes sont de grande qualité. Tous appellent à la publication rapide d’une thèse brillante. Enfin, les directeurs de thèse d’Amicie ainsi que Nicholas Vincent font le constat d’une thèse qui réunit le meilleur de l’empirisme anglais et de l’approche conceptualisée à la française. 

Les lignes qui suivent reprennent certains des points mis en avant par les différents membres du jury. Par souci de fluidité, certaines des réponses d’Amicie Pélissié du Rausas ont été intégrées entre crochets dans le corps des interventions.

David Carpenter rappelle le parcours d’excellence de cette dernière et son travail de master remarqué sur le procès de Simon de Montfort, « un brillant travail de détective ». Amicie Pélissié du Rausas a produit un récit complètement nouveau de cette période charnière pour l’étude des relations anglo-françaises allant de la bataille de Taillebourg au Traité de Paris. David Carpenter passe en revue quelques éléments particulièrement bien traités : le récit nouveau de l’implication des Lusignan, appuyé sur un traité d’alliance redécouvert dans les archives britanniques ; la campagne de 1242 éclairée grâce aux enquêtes de Louis IX et où apparaît la culture de l’époque, oscillant entre la brutalité et le respect de Louis IX pour les liens féodaux ; l’étude des acteurs des trêves ; la description des célébrations à Paris et notamment l’identification du Vieux-Temple comme lieu de séjour d’Henri III ; l’attention portée à la paléographie dans l’étude du traité de Paris ; la redécouverte des négociations autour du comté de Richmond. Il souligne l’importance de l’amitié entre les rois, sans laquelle le traité n’aurait pas été possible et s’interroge sur ce qui rend possible ou empêche la négociation d’un traité. Il note qu’il n’est pas tout à fait d’accord avec l’interprétation d’Amicie quant à la question du sort complexe du comté anglais de Richmond et de l’Agenais, dont on dispose en marge du traité du 1259, ce qui ouvre des discussions à venir. David Carpenter revient sur les redécouvertes documentaires importantes faites par Amicie Pélissié du Rausas, notamment le texte de la proclamation des pouvoirs du conseil baronnial d’octobre 1258, dont une copie dans les archives françaises survivait, ignorée jusqu’à ce jour. Il conclut en soulignant qu’il s’agit d’un travail extraordinaire, merveilleux, formidable, brillement écrit, faisant preuve d’une extraordinaire compréhension de la manière dont la diplomatie fonctionnait. L’ouvrage tiré de la thèse sera une lecture essentielle pour toute personne intéressée par l’histoire de la paix.

Martin Aurell souligne sa joie devant cette excellente thèse qui termine un parcours d’excellence, à cheval entre la France et l’Angleterre. Il souligne lui aussi l’attention portée aux documents, grâce à une grande maîtrise du latin et de la paléographie : ce travail sur les documents a livré des idées essentielles à la thèse, et Amicie Pélissié du Rausas a bien maîtrisé le problème lié à l’important décalage entre les archives anglaise et française. Parmi les trouvailles documentaires, Martin Aurell évoque les annales d’un Parisien anonyme,  conservées à la British Library et qu’il espère voir édité, les sondages dans la gigantesque collection Joursanvault, rassemblant des milliers de pièces françaises à la British Library, la collaboration avec Katy Bernard et Joël Miro Lozano, de l’université de Bordeaux-3, aboutissant à belle présentation de la seule version occitane médiévale connue du traité de Paris en annexe 11. Martin Aurell indique que le plan chrono-thématique de la thèse est classique, mais s’imposait et est très équilibré. Tandis qu’Amicie Pélissié du Rausas aborde sans a priori la bataille de Taillebourg et le traité de Paris, la deuxième partie, sur les trêves, est la plus originale et représente un apport capital à l’étude de la diplomatie médiévale. Il espère une publication au plus vite de la thèse, qui viendra apporter de nouveaux éclairages au siècle de Saint Louis, parent pauvre de l’historiographie française, et remercie vivement Amicie Pélissié du Rausas.

Nicholas Vincent parle d’une thèse extraordinaire, Amicie Pélissié du Rausas étant un digne successeur de Charles Bémont et Charles Petit-Dutaillis. À propos de la première partie, il souligne le poids du passé sur les belligérants et les ombres des précédents rois gravitant autour d’Henri III et de Louis IX. Il pointe quelques manques possibles de la thèse : l’étude des zones d’influences, des familles gravitant autour des Capétiens et Plantagenêt notamment. Il revient ensuite sur l’importance à ses yeux de la distribution par Louis IX de certains titres qui étaient encore attribués en Angleterre, notamment ceux de comte et Poitou et de comte d’Anjou : il y voit une provocation importante à l’encontre d’Henri III. Amicie Pélissié du Rausas approuve et indique qu’elle n’avait pas pensé à lier ce point avec la période de glaciation diplomatique qu’elle avait observée à partir d’autres éléments. Nicholas Vincent indique enfin plusieurs éléments méritant enquête, notamment la question des titres en Provence, le problème de la Savoie, de Toulouse ainsi que la question des relations avec l’empire. [Amicie Pélissié du Rausas précise qu’elle s’est beaucoup intéressée aux Lusignan, sans doute au détriment de l’étude du titre de comte de Poitou, ce qu’elle nuancera en reprenant sa thèse pour publication.] Il conclut par de nouvelles félicitations pour cette thèse raffinée, brillante, précise.

            Frédérique Lachaud salue l’excellent travail d’Amicie Pélissié du Rausas. Elle suggère de réfléchir à une publication de chaque partie séparément, en apportant un peu plus de contextualisation. Les documents sont nombreux, font l’objet d’analyses fines et équilibrées, et outre les originaux, il faut souligner l’utilisation de sources moins évoquées comme les coutumiers ou les miroirs au prince. Parmi les passages particulièrement bien menés, Frédérique Lachaud relève les développements sur l’argumentaire autour de la restitution des terres Plantagenêt, le cas des Lusignan dans le jeu diplomatique triangulaire, l’analyse des trêves, le développement sur l’étiquette et la mise en scène de la rupture, le récit de la politique de la terre brûlée menée par les Gascons, l’analyse des opérations maritimes et les développements sur la sécurité lors des opérations côtières. La troisième partie renouvelle considérablement les points de vue sur la fabrique de la paix, tandis que la question des hommages est traitée avec brio. Frédérique Lachaud pointe quelques éléments intéressants à creuser : la question de la hiérarchisation des fiefs (les Capétiens développant une politique consistant à transformer la hiérarchie féodale), celle des pratiques qui semblent relever de la guerre, mais que l’on trouve en temps de paix, comme la pourvoyance, le sauf-conduit. On pourrait enfin s’attendre à des considérations plus développées sur la langue du traité. Frédérique Lachaud conclut qu’il s’agit d’un travail exceptionnel. Dans ses réponses, Amicie Pélissié du Rausas souligne que l’emboîtement des enjeux locaux, indiqué par Frédérique Lachaud comme une question à creuser, est un champ de recherches à investiguer. Elle n’a pas eu le temps de le faire pendant sa thèse, mais étendra ses recherches sur la question, tout comme sur celle de la hiérarchisation des fiefs, notamment autour de la dialectique féodalité/souveraineté. Elle indique en outre ne pas avoir été plus loin sur la question des sauf-conduits et du droit de pourvoyance en temps de paix, voulant notamment éviter le risque de produire une monographie d’histoire anglaise en l’absence de sources équivalentes en France.

 

Stéphane Péquignot voit dans cette thèse un travail important et neuf qui contribue au renouveau des études sur la guerre et libère le traité de Paris de divers biais historiographiques. Amicie Pélissié du Rausas a su intégrer de nouvelles méthodes et utiliser une perspective diachronique longtemps délaissée afin de se défaire du stigmate de l’histoire événementielle. Il souligne à propos de la deuxième partie l’intérêt accordé aux pratiques et acteurs de la trêve, insuffisamment étudiés jusque-là et les nombreuses mises au point très utiles, notamment sur le processus de ratification des traités. Il indique que la prise en compte de la bibliographie ibérique, italienne et allemande sur les trêves et les ruptures de paix aurait permis de nuancer l’idée d’une nouveauté de l’objet « trêve » dans l’historiographie ainsi que quelques montées en généralité à partir des cas anglais et français présentes dans la thèse [Amicie Pélissié du Rausas répond qu’elle étendra ses recherches à d’autres espaces, en intégrant ces bibliographies complémentaires, et indique en outre l’intérêt du dossier de trêves anglo-gallois, piste de recherche qu’elle compte explorer dans les années à venir.]. La troisième partie permet enfin de réinterpréter le traité de Paris en montrant le souci commun chez Henri III et Louis IX d’une paix juste et durable, relativisant ainsi la valeur et la signification de l’hommage prêté par Henri III pour la Gascogne. En dépit de rares coquilles et de quelques affirmations générales, il s’agit d’un travail de toute première importance, faisant preuve d’un souci de contextualisation, de mise à distance critique de sources, parmi lesquelles figurent des pièces exceptionnelles. Stéphane Péquignot pose enfin plusieurs questions pour prolonger la réflexion, auxquelles Amicie Pélissié du Rausas répond de la façon suivante :  à la question de savoir s’il existe des termes techniques pour qualifier les acteurs des trêves, elle dit n’en avoir rencontré aucun au cours de ses recherches. Une comparaison entre le traité de Paris et le traité de Corbeil qui précède de dix jours la première version des articles de la paix de Paris serait intéressante : elle a déjà identifié une main de chancellerie commune aux documents, et indique qu’il serait intéressant de prolonger ce travail. Enfin, à propos du patchwork linguistique relevé dans la documentation autour du traité de Paris (les documents liés aux trêves étant en latin et le texte du traité de Paris en français), elle propose de creuser la piste familiale et celle des enjeux de la proclamation d’une paix que l’on veut largement connue. 

 

Le président du jury, Frédéric Boutoulle, clôt la séance en soulignant le remarquable travail réalisé par Amicie Pélissié du Rausas qui évite les écueils de l’histoire événementielle, de l’histoire bataille et de l’histoire par les grands hommes. Il se demande si faire commencer la thèse en 1224 ou en 1219 (première fois qu’un Capétien atteint la vallée de la Garonne) n’aurait pas été pertinent [Amicie Pélissié du Rausas répond qu’elle a fait le choix de 1242 et non de 1219 afin de travailler sur la relation entre Louis IX et Henri III, elle souhaitait aussi se limiter à deux décennies afin d’éviter une histoire trop événementielle et de pouvoir traiter pendant la thèse une masse déjà considérable de sources]. Il voit dans le souci de légaliser l’entrée en guerre une manifestation du monopole de la violence légitime, dont la politique de Louis IX est une bonne illustration. Frédéric Boutoulle marque son intérêt pour la non-bataille de Taillebourg/Sainte et la manière dont Amissie Pélissié du Rausas déconstruit les récits, et donne de l’épaisseur et du relief aux éléments en les traitant indépendamment, sources et historiographie à l’appui. Plusieurs remarques sont faites, notamment à propos de l’absence de la convocation du 25 mai 1242 concernant l’ensemble de la Gascogne dans l’étude. Le chapitre deux est une analyse très fine des trêves et de la charge symbolique qui lui est attaché. Le corps de négociateurs étudiés est impressionnant et le travail de prosopographie qui l’accompagne permet de montrer que l’on choisit des personnes ayant déjà une expérience des affaires gasconnes. Le dernier chapitre est une apothéose, une étude à nouveaux frais du traité de Paris qui montre que les motivations des rois ne sont plus les mêmes : Henri III se préoccupe de son engagement en Sicile tandis que Louis IX est marqué par le désir de restituer les biens. Amicie Pélissié du Rausas décrit très bien l’exceptionnelle longueur des négociations, les réticences des déçus de la paix, prend à bras le corps les passages abscons et très contradictoires du traité de Paris. Frédéric Boutoulle termine par souligner l’intérêt de l’hommage, pour la première fois intégré dans un traité de paix, prêté à Paris et par un roi déjà couronné. Il conclut en rappelant qu’il s’agit d’un travail tout à fait novateur, apportant un regard nouveau sur un grand nombre de sujets et mettant à l’honneur une belle collaboration franco-britannique qu’il espère voir se prolonger. Amicie Pélissié du Rausas répond à plusieurs remarques, notant notamment qu’elle avait travaillé sur la convocation anglo-gasconne avant d’oublier de l’intégrer dans son manuscrit, et indique à propos des trêves avoir essayé de voir s’il y avait un rapprochement possible entre la captation princière de la trêve et les trêves de Dieu, sans résultats concluants, mais la question mériterait discussion.

Après brève délibération, Frédéric Boutoulle annonce qu’au terme d’une très riche soutenance, le jury décerne unanimement le grade de docteur à Amicie Pélissié du Rausas. S’il n’existe plus de mentions honorifiques, le jury n’en exprime pas moins ses plus chaleureuses félicitations pour un travail qu’il espère voir rapidement publié et qu’il souhaite ouvrir les portes d’un bel avenir professionnel. 

Soutenance de thèse de Caroline Lambert (30 nov. 2019)

Le 30 novembre 2019, dans la Salle des Actes de l’Hôtel Fumé, Madame Caroline Lambert soutenait sa thèse de doctorat, Entre traduction, translation et création : Le Livre des douze perilz d’enfer. Étude et édition, devant un jury composé par Claudio Galderisi (Université de Poitiers, Directeur de thèse) Cinzia Pignatelli (Université de Poitiers, Co-directrice de thèse), Françoise Laurent (Université de Bourgogne/Franche-Comté, Rapporteur), Tania Van Hemelryck (Université Catholique de Louvain, Rapporteur) et Jean-Marie Fritz (Université Clermont Auvergne, Président de jury).

Inspiré par les recherches autour des translations médiévales – et plus particulièrement par le grand projet de recensement Transmedie – le travail de Caroline nous fournit l’édition critique d’un texte inédit du XVe siècle, Le Livre des douze perilz d’enfer, complétée par une étude du contexte de production et de réception. 

Œuvre probable de Robert Blondel, composée à la demande et à l’intention de la reine Marie d’Anjou vers 1450, le Livre des douze perilz d’enfer est « un ouvrage moral, voire pieux, à caractère didactique, dispensant des conseils pour éviter lesdits périls et ayant l’ambition de dissuader les pécheurs, en recourant au rappel des finalités infernales » (p. xxiv).

L’un des plus grands mérites de cette thèse – comme l’ont à plusieurs reprises souligné les membres du jury – est, sans doute, d’avoir identifié le texte-source, un sermon latin du franciscain Bernardin de Sienne  (De duodecim periculis quae superveniunt peccatoribus in ultimo fine), saint prédicateur très proche du frère de Marie, René d’Anjou.

L’étude comparative menée par Caroline a montré qu’entre traduction, translation et création, l’auteur du Livre s’approprie, avec originalité, une œuvre-matricielle qui finalement « sert de modèle et d’inspiration bien plus que de texte-source » (Conclusion générale, p. cdlxxxiv).

À la fois traducteur, translateur et auteur, Robert Blondel fait donc d’un texte homilétique un traité d’édification morale et politique où les renvois intertextuels se multiplient.

Après quelques ajustements, la thèse de Caroline fera l’objet d’une publication qui permettra aux futurs lecteurs non seulement de disposer d’une édition critique solide qui demeurait attendue et souhaitée, mais également d’avoir accès à un texte passionnant, de grand intérêt linguistique et littéraire, qui pourra ouvrir la voie à d’autres études et approfondissements.

Finalement, à la suite d’une discussion animée par les plus riches échanges, Caroline a obtenu le grade de Docteur de l’Université de Poitiers.

Nos plus sincères félicitations, Caroline ! Ad maiora !

 

 

Alessia Chapel

Soutenance de thèse de Mélanie Riveault, CESCM (22 nov. 2019)

Le 22 novembre 2019, à l’Hôtel Berthelot, en salle Crozet du CESCM, Mélanie Riveault soutenait sa thèse de doctorat en histoire de l’art médiéval.

Son travail, intitulé L’iconographie des bréviaires monastiques en usage en France ; le décor enluminé et historié du bréviaire de Montiéramey (Paris, BnF, ms. Latin 796), XIIe siècle, a été présenté devant un jury composé d’Éric Palazzo (Université de Poitiers, directeur de thèse), Cécile Voyer (Université de Poitiers), Vincent Debiais (Chargé de recherche CNRS, rapporteur) et Daniel Russo (Université de Bourgogne Franche-Comté, président du jury, rapporteur).

Comme le rappelle l’impétrante lors de l’ouverture des échanges, la thèse de Mélanie Riveault s’inscrit en prolongement des travaux de recherche menés dans le cadre de son master en histoire de l’art médiéval. Initialement consacré à l’analyse des décors de quinze bréviaires-manuscrits d’usage monastique en France médiévale du XIe à la fin du XIVe siècle, ce travail de doctorat a finalement été focalisé sur l’étude des vingt-et-une initiales historiées et de la peinture du bréviaire de Montiéramey. La pertinence de cette approche monographique a été soulignée par le jury, eu égard à l’absence d’étude de ces images et cela en dépit de l’originalité et de l’importance, dorénavant manifeste, de ce manuscrit du XIIe siècle.

Organisé en six chapitres, le volume de 347 pages, richement illustré, s’ouvre sur une large remise en contexte du manuscrit dans l’histoire des bréviaires en occident, du point de vue textuel comme de celui des décors. Le propos de Mélanie Riveault se concentre ensuite sur l’étude de son environnement de création immédiat et la définition de son usage probable au sein du monastère de Montiéramey, monastère dont elle démontre, par ailleurs, toute l’importance et le rayonnement historique.

 Le cœur de l’étude, que constitue l’analyse discursive des décors du manuscrit, est introduit par une nécessaire synthèse d’ordre stylistique de ces derniers. La « démarche iconographique » est organisée de façon thématique et selon une approche sélective des images permettant des développements scientifiques jugés appréciables et perspicaces par le jury, bien que reposants sur un argumentaire qui gagnerait, toujours selon ses membres, à être approfondi. Au-delà d’une analyse justifiée du décor, mettant en lumière le développement d’une véritable « pensée ecclésiologique et sacrificielle », le travail Mélanie Riveault lui permet d’avancer l’hypothèse d’une commande du manuscrit en l’honneur de la translation, dans le monastère, des reliques du saint Victor d’Arcis au XIIe siècle.

Si des défauts de nature formelle ont pu être relevés concernant le corps du texte, la finesse de la réflexion est corroborée par un minutieux examen codicologique, sous la forme d’une base documentaire détaillée et constituée de notices placées en annexe, un travail très solide, amplement salué par le jury pour son irréprochable rigueur et la grande qualité de son contenu.

Ce travail de doctorat sérieux et intéressant, qui participe pleinement à l’approfondissement de la connaissance des manuscrits du XIIe siècle, a fait l’objet d’échanges enrichissants entre la candidate et les membres du jury. Après une brève délibération, le jury a accordé de manière unanime le titre de docteur à Mélanie Riveault.