Archives par mot-clé : Thèse

Un prix mérité pour une jeune docteure du CESCM

 Cette année, Cécile Maruéjouls, docteure du CESCM a remporté le prix de thèse SHES,  avec sa très belle thèse soutenue le 24 novembre 2023 : Entre la Terre et le Ciel. La figure de Marie l’Égyptienne dans tous ses états en Occident (XIIe-XVIe siècle) (cf. le billet consacré à sa soutenance).

Le Collège des Écoles doctorales de Poitiers a organisé la 14ème édition de la cérémonie de remise de diplôme en l’honneur de ses docteurs, le vendredi 16 février 2024, Sur le Campus de l’Université.

La jeune docteure nous évoque sa thèse et sa remise de prix :

“Mon étude sur la légende de Marie l’Égyptienne s’intéresse à l’ontologie chrétienne en général, aux états du corps dans l’anthropologie religieuse en particulier. En croisant l’histoire des images, la littérature et la théologie, j’ai souhaité montrer que cette légende, faite de textes et d’images, proposait une représentation de la quête humaine de Dieu, un mouvement vers le divin se donnant à voir à travers les états du corps dans les images médiévales.La réflexion est développée en cinq chapitres qui découvrent progressivement la vie admirable d’un femme pécheresse devenue sainte femme au terme de sa pénitence. La thèse explore les méandres d’une aventure de la sainteté à partir de la pensée figurative, profondément réticulaire et arborescente des concepteurs d’images.

Je suis très reconnaissante d’avoir reçu le prix de thèse du secteur SHES pour ce travail de très longue haleine qui met en valeur marie l’Égyptienne, cette sainte injustement oubliée.  Avec ce prix, ce sont les études médiévales qui sont récompensées mais surtout la recherche en histoire de l’art, ma belle discipline que j’ai eu l’honneur de représenter devant le collège doctoral de l’université de Poitiers et j’en suis ravie !”


Le concours de prix de thèse ouvert à tous les docteurs de l’établissement ayant soutenu leur thèse entre le 1er décembre 2022 et le 31 décembre 2023. Quatre prix, d’un montant de 600 euros chacun, viennent récompenser un docteur pour chaque secteur doctoral : Droit ; Sciences pour l’Ingénieur et Aéronautique ; Ingénierie chimique, biologique et géologique ; Sciences Humaines économiques et sociales.

Les critères de sélection pris en compte par le jury du concours sont la valorisation de la thèse (sous la forme de publications, de communications à des congrès, de création de brevets etc.), l’évaluation de la thèse par les rapporteurs et le jury de soutenance, le caractère innovant et l’originalité de la thèse, son ouverture à l’international, la capacité du candidat à communiquer sur ses travaux en direction d’un public de non-spécialistes.

Pour participer il fallait adresser à l’école doctorale de rattachement un dossier de candidature comprenant une lettre de présentation de la thèse, un CV et la copie des pré-rapports et du rapport de soutenance, selon les modalités indiquées dans le règlement.

 

 

 

Soutenance de thèse de Cécile Maruéjouls (24 novembre 2023)

Le vendredi 24 novembre 2023, Cécile Maruéjouls a soutenu sa thèse de doctorat en Histoire de l’Art intitulée « Entre la Terre et le Ciel. La figure de Marie l’Égyptienne dans tous ses états en Occident (XIIe-XVIe siècle) » au Centre d’Études Supérieures de Civilisation Médiévale de l’Université de Poitiers. Réalisé sous la direction de Cécile Voyer (professeure des universités, CESCM/Université de Poitiers), ce travail a été présenté devant un jury composé de Damien Boquet (professeur des universités, TELEMMe/Université d’Aix-Marseille), Quitterie Cazes (professeure des universités, FRAMESPA/Université Toulouse Jean Jaurès, rapporteur), Vincent Debiais (chargé de recherche au CNRS, CRH-EHESS/CNRS, président du jury, rapporteur), Jean-Marie Fritz (professeur des universités, CPTC/Université de Bourgogne), Didier Lett (professeur des universités, ICT/Université Paris Diderot) et Isabelle Marchesin (conservatrice de musée, habilitée à diriger les recherches).

Le président du jury, Vincent Debiais, ouvre la séance et donne la parole à l’impétrante pour une vingtaine de minutes. Cécile Maruéjouls commence par remercier les membres du jury pour leur présence. Sa gratitude la plus profonde va à sa directrice, Cécile Voyer, qui l’a suivie et toujours soutenue durant ces six années de doctorat. Ses remerciements vont ensuite à Martin Aurell et François Brizay, respectivement directeur du CESCM et directeur de l’École Doctorale Humanités durant la réalisation de sa thèse.

Le choix de travailler sur la légende de Marie l’Égyptienne s’est imposé en fin de deuxième année de doctorat, resserrant un sujet qui se voulait à l’origine plus général. Prolongement des mémoires de recherche de Cécile qui avaient porté sur la figure de Merlin, il devait traiter un large corpus de personnages surhumains parmi lesquels Mélusine ou Marie l’Égyptienne. Mais la masse trop conséquente de textes et de représentations qu’il aurait fallu s’approprier a conduit Cécile et sa directrice à recentrer le sujet autour de cette dernière figure.

Cette légende, largement diffusée du VIe au XVIe siècle, raconte l’histoire de Marie, une belle jeune femme égyptienne vivant à Alexandrie. Prostituée, elle embarque un jour pour Jérusalem en compagnie de pèlerins. Mais lorsqu’elle arrive devant le Saint-Sépulcre, ses péchés l’empêchent d’y pénétrer. Ce n’est qu’après les avoir confessés devant une image de la Vierge qu’elle se convertit, se repent et peut entrer dans la maison de Dieu. Lorsqu’elle retourne rendre grâce à Marie, elle est enjointe à partir en pénitence. Commencent alors 47 années d’isolement dans le désert durant lesquelles Marie l’Égyptienne s’inflige des souffrances, devenant physiquement repoussante tandis que son esprit se purifie. Elle accomplit plusieurs miracles auxquels assiste le moine Zosime. Lors de sa troisième visite à Marie l’Égyptienne, ce dernier découvre sa dépouille et l’ensevelit avec l’aide d’un lion.

Particulièrement marquée par la représentation de Marie l’Égyptienne sur un chapiteau du Musée des Augustins de Toulouse, Cécile s’est attelée à rechercher et recenser toutes ses représentations occidentales. C’est un corpus de 128 images qu’elle a pu rassembler, tous supports confondus, dans l’Europe de l’Ouest du XIIe au XVIe siècle. Comme le précisera Vincent Debiais, l’étude iconographique que propose Cécile réunit un corpus riche avec des images parfois méconnues dans un arc chronologique et géographique large, permettant de mettre en évidence de nombreuses transformations. Des choix ont toutefois dû être opérés pour que le sujet soit à la fois cohérent et réalisable. L’art italien a notamment été exclu, car trop singulier à partir du XIIIe siècle, et assimilant souvent la figure de Marie l’Égyptienne à celle de Marie Madeleine.

L’exploration de ce thème s’est faite en deux temps : celui de l’assimilation du sujet et celui de son appropriation. Cécile a pu proposer à partir de son corpus une typologie des modalités de représentation corporelle adaptée aux différents contextes de création. Parfois nue, parfois vêtue, décharnée ou charnue, couverte de poils ou dissimulée par ses cheveux, les modes de représentation de Marie l’Égyptienne sont multiples. L’impétrante a pu mettre en évidence le rapport de la sainte à Dieu, entre éloignement et rapprochement, et ainsi montrer que le mouvement de conversion de Marie était privilégié à travers ces images. Son approche s’est toutefois démarquée par sa pluridisciplinarité, par le nécessaire et conjoint recours aux sources iconographiques, théologiques et littéraires. Il s’agissait enfin pour Cécile d’ancrer sa réflexion sur le visuel et de montrer que la légende illustrait un mouvement vers le divin à travers les états du corps de la sainte.

La thèse de Cécile Maruéjouls est organisée en cinq chapitres traitant de trois thèmes principaux autour des représentations de Marie l’Égyptienne. Le premier d’entre eux s’intéresse à la conversion et ses enjeux, et met en évidence leur importance figurative de premier ordre. Le second chapitre se penche davantage sur le corps humilié de Marie, sur la souffrance vertueuse et purificatrice. Il s’agit d’une enquête sur la pénitence et l’ascèse corporelle et spirituelle. Le troisième chapitre met en évidence la fonction talismanique de la pilosité de Marie l’Égyptienne pour transformer la beauté charnelle en beauté spirituelle. La chevelure se mue alors en une véritable grotte permettant le retranchement de la sainte, nécessaire protection charnelle pour une transformation spirituelle. Ce thème est prolongé dans le quatrième chapitre avec l’analyse du corps sublimé de l’ermite. La chevelure devient voile de gloire, le signe performatif de sa conversion. Le cinquième et dernier chapitre se concentre enfin sur l’âme de Marie, qui retourne dans le désert pour revenir à la nudité originelle et ainsi se réconcilier avec la Création. Il s’agit alors pour la sainte d’établir ici-bas son corps éternel dans l’au-delà, et pour Cécile de questionner également les complexes relations homme-bête. Si cœur (Chapitre 1), corps (Chapitres 2 à 4) puis âme (Chapitre 5) rythment successivement ce travail, l’impétrante espère toutefois avoir réussi à transcender cette division apparente au sein de son texte. Après l’avoir pensé selon une réflexion sur le visuel, Cécile a remodelé son plan de la sorte en 2021 pour mieux épouser le cheminement de sa pensée, mais également le cheminement de Marie l’Égyptienne. Cécile Voyer insistera d’ailleurs sur cette évolution que le lecteur peut aisément suivre, de la pécheresse à la sainte en passant par la pécheresse repentie puis pénitente. C’est ainsi la volonté narrative qui a pris le dessus dans la construction de son travail, en suivant les principes d’ontologie du devenir chrétien : aversio, conversio et reversio. Si Cécile voit à travers elle un risque d’avoir eu parfois recours à des répétitions ou des rappels, la structure de sa thèse a été à de nombreuses reprises saluée par les membres de son jury pour sa clarté et sa fluidité.

BL, Royal 10 E IV, Raymund de Peñafort avec glose de Bernard de Parme, Calendarium, Décrétales de Grégoire IX avec glossa ordinaria dites les Décrétales de Smithfield, Toulouse (copiste), Londres (enlumineur), 4ème quart du XIIIe – 1er quart du XIVe s., f. 284 (détail). Le miracle de la lévitation, Zosime se prosternant devant Marie l’Égyptienne au désert © Bl.uk/manuscripts / BL

La parole est donnée à Cécile Voyer, directrice de la thèse, qui fait part de sa grande joie et de son émotion de voir aboutir ce travail. Elle revient sur le parcours de Cécile, qu’elle suit depuis la L1. Elle se souvient très bien d’elle en TD d’Histoire de l’art médiéval à l’université Bordeaux Montaigne en 2012, et de l’enthousiasme que semblait déjà soulever cette discipline chez elle. « Une véritable conversio s’était opérée en fin de L3 », soulève Cécile Voyer en riant. C’est en 2017 que l’impétrante quitte Bordeaux pour s’inscrire en Master 2 à Poitiers, afin de poursuivre son travail de recherche autour du personnage de Merlin. Curiosité, rigueur et créativité transparaissaient déjà dans son travail. Doctorante contractuelle, investie dans la vie scientifique du laboratoire, dans l’association Janua et sa revue des Annales de Janua, représentante des doctorants auprès de l’École Doctorale… Cécile a toujours été très active et présente dans tous les échelons de l’Université de Poitiers.

Pour Cécile Voyer, l’impétrante présente une thèse impressionnante, qu’elle a su construire en témoignant d’une évolution constante de sa réflexion et de son écriture. Elle en profite pour saluer les échanges de grande qualité qu’elles ont pu avoir tout au long de ces six années. Le résultat obtenu est d’autant plus beau et honorable compte tenu des conditions dans lesquelles elle a été réalisée depuis le printemps 2020. Cécile étudie avec méticulosité et finesse les différents états du corps de la sainte et propose une ontologie du devenir chrétien en suivant les trois concepts d’aversio, de conversio et de reversio. Si la thèse s’articule autour d’une pensée complexe, notamment inhérente aux concepts théologiques, le discours de Cécile n’en demeure pas moins fluide et très bien structuré. Son approche prudente et progressive du propos, par crainte de perdre le lecteur, a été tout à fait pertinente, et les répétitions que cela a pu induire ont toujours été bienvenues et ont su apporter systématiquement de nouveaux éléments. C’est d’autant plus louable que le corpus d’images réuni, comptant 128 occurrences, a nécessité une variété d’approches et de méthodes qui ont toutes été parfaitement maîtrisées.

Cécile Voyer insiste à nouveau sur la finesse et l’innovation de cette thèse, qu’elle espère voir publiée rapidement. Pour conclure son intervention empreinte d’une grande émotion communicative, la directrice de thèse félicite encore une fois Cécile pour « cette très belle réussite ».

La parole est ensuite donnée à Didier Lett, qui commence par remercier l’impétrante « pour la lecture de ce très beau travail », assurant avoir beaucoup appris en la lisant. La figure de Marie l’Égyptienne étant à ses yeux trop mal connue, il se montre très reconnaissant pour le travail spécifique réalisé par Cécile à ce sujet. Il met en avant l’exhaustivité de cette étude, à travers l’approche fine des vitae et de leurs mises en images. La description de ces dernières est de grande qualité et alimentée par des réflexions à la fois larges et précises sur de nombreux sujets tels que la couleur ou les représentations de la souffrance. Si le corps, l’âme et le cœur semblent à priori distincts aussi bien dans la structure de la thèse que dans l’histoire même de Marie l’Égyptienne, Cécile est parvenue à les lier pour outrepasser ces barrières apparentes. Outre les nombreux aspects que Didier Lett déclare avoir apprécié lors de la lecture de cette thèse, il insiste sur la grande précision qui y est portée sur les mots, exposant des propos et des concepts complexes de manière à la fois poussée, claire et fluide.

Didier Lett conseille ensuite à l’impétrante la consultation de plusieurs références bibliographiques pour pousser encore plus loin sa réflexion, notamment sur la nature adamique ou sur le thème de la chevelure. Il évoque également sa soif d’en apprendre plus sur les concepteurs d’images, que Cécile n’a de cesse de mentionner au cours de sa thèse. Ces commentaires n’enlèvent toutefois rien à la grande qualité et à l’exhaustivité de ce travail, qu’il espère voir publié.

Vincent Debiais invite ensuite Quitterie Cazes à prendre la parole. Elle remercie à son tour Cécile pour la réalisation de ce travail, lors de la lecture duquel elle s’est véritablement « régalée ». Si elle croyait bien connaître le chapiteau du Musée des Augustins, elle admet ne le connaître à présent vraiment que grâce à Cécile. Passionnée par sa manière de présenter cette histoire, de la mettre en écho de tant d’éléments complémentaires, et du recours aux ressources de disciplines très différentes, Quitterie Cazes a « appris énormément de choses ». Elle insiste sur le « travail d’écriture très fin, qui correspond très bien à la finesse du travail d’analyse ». Si elle a été à plusieurs reprises surprise par des éléments présentés dans la thèse, elle a systématiquement été très vite convaincue par les démarches adoptées et les choix faits par l’auteure.

L’un des aspects de la thèse qui a le plus passionné Quitterie Cazes a été l’enrichissement des connaissances sur des images dont les spécialistes avaient déjà connaissance, mais sur lesquelles ils ne s’étaient pas particulièrement arrêtés. Pour elle, il leur manquait les clés de compréhension que Cécile apporte avec son travail. D’autant plus que l’impétrante ne surinterprète jamais les documents iconographiques, mais explore ce qui est véritablement représenté. « Extraordinaire », « formidable », « fondamental », « pur bonheur rare lorsqu’on lit une thèse », « absolument réjouissant »… Les nombreux adjectifs que Quitterie Cazes emploie lors de son discours témoignent du plaisir évident qu’elle a eu lors de la lecture de la thèse de Cécile, thèse qu’elle espère voir publiée.

C’est ensuite au tour de Jean-Marie Fritz de s’exprimer. Il se joint aux précédents intervenants pour dire le bien qu’il pense de la thèse de Cécile, à la lecture de laquelle il a « éprouvé un grand plaisir et tiré un grand profit ». Les qualités de ce travail sont grandes et multiples, notamment dans la fluidité de la langue et de la structure, mais plus encore dans ses apports. La diversité des images et de leur plasticité montre bien la variété des adaptations iconographiques. Jean-Marie Fritz a apprécié les portraits en diptyques proposés, notamment entre Marie l’Égyptienne et Marie Madeleine. Il admet « la force de l’image qu’on n’a pas en littérature » et met en avant le rapport entre texte et image qui est très bien défendu par la thèse. De plus, Cécile a su aller « au-delà de la facilité qui aurait été de n’exploiter que les versions françaises de l’histoire de la sainte ».

En tant que spécialiste de la littérature, Jean-Marie Fritz apporte beaucoup de précisions dans ce domaine, résumant les apports de Cécile et les alimentant de ses propres réflexions. Son intervention est riche de conseils au sujet d’éléments à affiner et parfois à corriger quelque peu, apportant des précisions et des pistes très fines concernant les traductions et interprétations des sources textuelles. Il s’agit pour lui d’un « travail tout à fait remarquable et agréable à lire » qu’il appréciera de voir publié.

Cécile Voyer reprend la parole pour rapporter les commentaires d’Isabelle Marchesin qui n’a pas pu être présente pour la soutenance. Elle a tenu à ce que la directrice de thèse transmette ses propos « avec le sourire dans la voix ». Il s’agit pour elle d’un travail précis et érudit, qui est proprement une thèse en ce qu’elle prend position tout au long de son exposé. La conclusion de ce travail est pour elle « une des plus brillantes qu’il lui a été donné de lire ». Cécile a privilégié la fluidité de la lecture à la rigueur académique habituelle, ce qui a été plus qu’appréciable compte tenu de la complexité des concepts de sa matière. Comme Quitterie Cazes, Isabelle Marchesin a aussi parfois eu des réserves concernant certains éléments, avant d’être convaincue de leur raison d’être ou de la manière de faire de Cécile. Les chemins empruntés par l’auteure sont toujours le fruit d’une réflexion poussée étayée par des justifications pertinentes. Pour Isabelle Marchesin, cette thèse a été « tout aussi agréable à lire qu’elle a été éclairante ».

Damien Boquet débute son intervention en qualifiant l’ouvrage de « très très belle thèse ». Choisissant de se détacher de ses notes, il souhaite se placer en défenseur de certains points du travail de Cécile, qu’elle n’ose pas mettre en valeur selon lui. C’est le cas des éléments concernant le thème de la « grotte capillaire » notamment, et de manière plus générale de la végétalisation de Marie l’égyptienne, thème plus exceptionnel que l’animalisation. S’il manquerait peut-être pour lui un rappel un peu plus explicite de la chronologie des représentations, l’histoire de cette iconographie est très perceptible à travers la thèse. L’esthétisation de Marie l’Égyptienne se fait de plus en plus grande au fur et à mesure du Moyen Âge, notamment dans l’évolution des poils au cours des siècles que Cécile met en évidence. Compte tenu de son domaine d’étude, il a également été sensible à l’attention portée aux émotions, notamment à la honte, à la vergogne.

Au sein de la thèse, les contextualisations des différents propos sont bien menées et très bienvenues, bien qu’on puisse parfois leur reprocher un manque de nuances, sur les différentes formes de pénitence par exemple. Pour Damien Boquet, Cécile a su exploiter dans une belle dynamique les concepts clés d’aversio, de conversio et de reversio. Il admet à travers cette thèse avoir été particulièrement convaincu de la puissance des images à ce sujet, puissance qu’elle présente et utilise avec une grande pertinence. Enfin, il défend à nouveau l’audace de Cécile et de son travail, et l’invite à la défendre de même.

Vincent Debiais introduit son intervention, qui sera la dernière de la soutenance, en déclarant que Cécile est « un petit caillou dans sa chaussure ». Après avoir laissé planer le doute durant un fragment de seconde quant à la signification de cette phrase, il explique qu’elle est en effet l’une des raisons le faisant regretter d’avoir quitté le CESCM. Il évoque alors longuement l’enthousiasme qu’il a ressenti à la lecture de cette thèse, et souligne la qualité de la présentation orale avec laquelle Cécile a ouvert la séance, à la fois exigeante et simple. En cela, elle a su parfaitement incarner aujourd’hui tout le travail construit au cours de ces six années.

Il insiste sur la manière très habile que Cécile a eu de ne pas décrire le corpus d’un bloc, mais de plutôt le laisser prendre sa place naturellement dans son propos. C’est l’analyse de ces images qui a permis le développement. En cela, elle a épargné aux yeux de Vincent Debiais « un préalable souvent imbuvable ». Les choix opérés tout au long de la thèse sont toujours justifiés et « la méthodologie adoptée est stimulante ». Devant ce travail ne pouvant que forcer le respect, Vincent Debiais se joint à tous les autres membres du jury pour faire part de son désir de voir la thèse de Cécile publiée.

Au terme de la délibération, Vincent Debiais nous intime d’attendre son signal avant de laisser s’exprimer notre joie. Le jury a décidé à l’unanimité d’accorder à Cécile Maruéjouls le grade de docteure. Les mentions n’ont plus cours, mais les membres du jury tiennent à lui adresser à l’unanimité leurs félicitations. Cécile prête serment et, sur un signe de tête du président de séance, toute la salle peut enfin applaudir longuement la nouvelle docteure.

Bravo, chère Cécile, pour ce très beau travail et cette superbe soutenance. Si elle a été la plus belle manière de terminer ce parcours si difficile, nous espérons, et sommes même persuadés, qu’elle n’est que le début d’un très bel avenir. 

Soutenance de thèse de Thierry Grégor (11 janvier 2023)

Le mercredi 11 janvier 2023, le Centre d’Études Supérieures de Civilisation Médiévale de l’Université de Poitiers a vu Thierry Grégor soutenir sa thèse de doctorat en Histoire et Archéologie intitulée « Étude technique des inscriptions médiévales en Poitou-Charentes ». Réalisé sous la direction de Cécile Treffort (professeure des universités, CESCM/Université de Poitiers), ce travail a été présenté devant une salle René Crozet comble et un jury composé de Philippe Bernardi (directeur de recherche au CNRS, LAMOP/Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, président du jury), Brigitte Boissavit-Camus (professeure des universités, ArScAn/Université Paris Nanterre), Quitterie Cazes (professeure des universités, FRAMESPA/Université Toulouse Jean Jaurès, rapporteur), Vincent Debiais (chargé de recherche au CNRS, CRH-EHESS/CNRS, rapporteur) et Philippe Plagnieux (professeur des universités, HiCSA/Université Paris I Panthéon-Sorbonne, École des chartes). À travers la diversité des disciplines représentées par les membres de ce jury transparaît le caractère interdisciplinaire de cette thèse de doctorat.

Le président du jury, Philippe Bernardi, ouvre la séance et donne la parole à l’impétrant. Durant une vingtaine de minutes, Thierry Grégor présente son travail de thèse. Cette dernière est le fruit d’un parcours riche et pour le moins atypique. Après douze ans d’activité en maçonnerie et taille de pierre, il se tourne au milieu des années 1990 vers l’enseignement en devenant professeur de maçonnerie, de taille de pierre et de dessin bâtiment en lycée professionnel et dans l’Établissement Régional d’Enseignement Adapté de Saintes. C’est en 1996 qu’il débute des études d’Histoire. Très rapidement, au gré d’échanges et de communications, les différents spécialistes du travail de la pierre que Thierry rencontre, qu’ils soient archéologues ou épigraphistes, prennent conscience de la richesse et du potentiel de son regard de praticien sur leurs différents sujets d’étude. Durant près de vingt ans, Thierry échange, transmet et collabore avec de nombreux chercheurs en France et à l’international. En 2015, c’est sur une idée d’Estelle Ingrand-Varenne que Thierry propose à Cécile Treffort de diriger sa thèse. C’est ainsi que l’impétrant débute un travail de recherche qui durera sept ans et sera réalisé en parallèle de son activité d’enseignement en maçonnerie.

La motivation première de cette thèse a été d’étudier les techniques utilisées dans la réalisation des inscriptions, Thierry ayant à cœur de mettre ses compétences au service des épigraphistes et des archéologues afin de nourrir leurs sujets d’étude d’informations complémentaires. La principale difficulté a été pour lui le rassemblement du corpus, couvrant toute la période médiévale et circonscrit au Poitou-Charentes. Si les inscriptions jugées exceptionnelles par leur réalisation ou leur intérêt historique ont été aisément localisables, il en a été différemment de nombreuses autres qui avaient été disséminées ou égarées au cours du temps. La démarche scientifique de Thierry ne pouvant se passer de l’étude directe des objets, beaucoup de temps a ainsi été consacré à la recherche documentaire, à la quête des éléments lapidaires et à leur relevé.

 La thèse de Thierry Grégor s’organise en trois volumes. Le premier constitue l’étude proprement dite. À travers de nombreux exemples, Thierry met notamment en évidence la longue évolution des techniques de taille de pierre et de gravure de l’Antiquité à la fin du Moyen Âge. Plus de trente techniques de gravure ont ainsi pu être déterminées et peuvent participer à affiner la datation des inscriptions. Le second volume consiste en une présentation exhaustive des outils de taille de pierre et de gravure. Les nombreuses photographies et illustrations, ces dernières ayant été en grande partie réalisées par son ami et collègue Bertrand Riba, ont été saluées à de multiples reprises par les membres du jury pour leur aspect très pédagogique. Le troisième volume est quant à lui composé d’un catalogue des 400 inscriptions étudiées par Thierry et de l’index. L’apport de son regard de praticien a permis à Thierry d’extraire de nombreuses informations des traces présentes dans la pierre, de l’outil utilisé à la position du corps du graveur, en passant par l’adaptation de l’un ou de l’autre en fonction de chaque situation. Cette démarche associant expérience professionnelle, observation des traces archéologiques et analyses iconographiques fait toute la richesse de ce travail.

Si Thierry admet que cette thèse incarne le résultat et l’aboutissement d’un parcours, il avoue néanmoins la considérer davantage comme une étape, au regard de la multitude de questionnements, de perspectives et de projets qu’elle a fait naître.

À l’issue de cet exposé, le président du jury donne la parole à Cécile Treffort. Celle-ci se présente comme la directrice de Thierry, mais aussi comme son amie, rôle double qui la voit aujourd’hui « heureuse et fière de le voir soutenir cette thèse ». Elle tient également à saluer l’assistance, qui a joué un rôle important dans l’accompagnement de Thierry lors de ce travail. Cécile Treffort rappelle que la thèse a été préparée en parallèle d’une activité d’enseignement très prenante, et que sa forte dimension pédagogique en est imprégnée. La directrice mentionne le caractère perfectible de ce travail dans son argumentation, sa rédaction et sa présentation, mais elle tient surtout à souligner l’ampleur du travail accompli, la volonté sans faille dont a fait preuve Thierry, et sa ténacité sur la prise en compte des remarques et des commentaires, qualités qui « forcent le respect ».

Pour Cécile Treffort, l’une des difficultés qu’a rencontrées Thierry résidait dans l’une de ses forces : il s’agissait de son expérience professionnelle dans le domaine de la taille de pierre, dont il a pu être difficile de se départir. Cela s’est ressenti dans la difficulté à concevoir la transformation technique autrement que comme des phénomènes de progrès ou de décadence, ou encore dans la difficulté de conceptualiser des pratiques qu’il avait acquises au cours de son parcours professionnel. Thierry a dû apprendre à passer d’un exposé pédagogique à l’argumentation scientifique. Tout cela n’a pas été facile mais a été une réussite. Pour Cécile Treffort, c’est un « travail fondamental » que présente Thierry, qui ouvre de nombreuses portes et perspectives dans de nombreux domaines.

Elle remercie enfin Thierry de lui avoir fait confiance tout au long de ses recherches, et se dit très émue d’être présente pour cette soutenance. À ses yeux, « c’est un évènement pour le laboratoire, pour le Corpus des Inscriptions de la France Médiévale, pour l’archéologie régionale, mais aussi pour toute la communauté scientifique », et cela a été rendu possible par son travail et sa personnalité.

La parole est ensuite donnée par le président à Quitterie Cazes, rapporteur de la thèse, qui choisit de ne pas forcer un vouvoiement qui ne lui serait pas naturel. Elle introduit son propos en insistant sur le « grand plaisir » qu’elle a eu à consulter ce travail, le qualifiant de « très beau », « très intéressant », et de « fondamental ». Elle tient à mettre en avant le caractère original de ce sujet, développant de nombreux aspects techniques à partir de l’analyse des objets. Le fil directeur cohérent a conduit à la production d’une étude technique solide, d’une base de données très utile et d’un catalogue des outils qu’il sera nécessaire de publier. Pour Quitterie Cazes, ce travail de doctorat permet de ne plus voir les inscriptions de la même manière, et d’ouvrir de nouvelles et nombreuses portes. Une telle démarche était véritablement nécessaire aux yeux du rapporteur. Dans la méthode que Thierry expose, il insiste sur la nécessaire connaissance des matériaux, des outils, des traces, des contextes archéologiques, de l’étude physique des supports… Le rapport entre les praticiens et la pierre revient plusieurs fois dans la thèse et laisse transparaître l’expérience et la sensibilité de Thierry liées à sa pratique passionnée du travail de la pierre.

Quitterie Cazes souligne ensuite certains points qui auraient pu être approfondis, qu’il s’agisse de l’état des connaissances sur les métiers au Moyen âge ou des relations entre les graveurs et les sculpteurs à la période gothique par exemple. Elle admet cependant que ces manques sont justifiables, car la nature même de la thèse de Thierry ouvre à énormément de questionnements et qu’elle a nécessité d’opérer des choix. Si les interprétations ne sont parfois pas assez poussées à son goût, et que les propos auraient parfois mérité davantage de développement et d’argumentation, c’est aussi lié au fait que la frustration du lecteur est exacerbée devant les problématiques qu’ouvre la recherche de Thierry. Quitterie Cazes, comme tous les autres membres du jury, invite ce dernier à publier de nombreux articles pour progressivement compenser cette frustration. Cette thèse reste pour elle un « magnifique travail » qui s’inscrit dans l’histoire des techniques, et dont certains défauts sont largement compensés par la richesse du contenu et le soin pédagogique et scientifique de Thierry. Ce travail constitue pour Quitterie Cazes un « tournant historiographique important, comme le furent les travaux de Jean-Claude Bessac de son temps. ». Elle félicite à nouveau l’impétrant pour ce « très beau travail accompli » et conclue en déclarant qu’on « ne lira plus jamais les inscriptions de la même manière ».

Le président du jury donne ensuite la parole à Vincent Debiais, le second rapporteur de la thèse. Cette soutenance est pour lui source d’une grande joie intellectuelle et humaine. Il se dit très ému et très honoré car il a beaucoup appris auprès de Thierry au cours de ces vingt dernières années. Assumant cette posture complice et amicale avec l’impétrant, Vincent Debiais souhaite toutefois s’adresser à lui en le vouvoyant, ne serait-ce que pour « se calmer lui-même ». Comme pour appuyer cette prise de recul, le rapporteur commence par une forte critique, qui lui paraît dérisoire face à la pertinence des remarques de Quitterie Cazes, mais qu’il juge néanmoins importante. C’est vers le registre d’écriture utilisé par Thierry que vont ses reproches, considérant que la qualité de cette thèse mériterait un passage d’une langue « trop sur le bloc » à une écriture plus canonique. Les modifications que Thierry apportera à son manuscrit en vue de sa publication ne pourront que rendre encore plus grand le plaisir que Vincent Debiais a éprouvé lors de sa lecture.

Le travail de Thierry est aux yeux du rapporteur le fruit de plusieurs décennies de formation professionnelle, de connaissances qu’il est le seul à posséder et qu’il livre généreusement à la communauté scientifique. Mais pour Vincent Debiais, le travail est loin d’être terminé : cette dernière continuera d’avoir besoin de Thierry, malgré la publication future de sa thèse. Vincent Debiais félicite l’expertise et la solidité d’approche de l’impétrant, qui a « inventé une méthode » à la croisée de la taille de pierre, de l’archéologie et de l’épigraphie. Il est parvenu à mettre ces trois disciplines en résonnance, à tel point qu’il a pu être compliqué de relier son étude à l’Histoire médiévale elle-même. L’approche et la grande spécialisation de Thierry l’a en effet parfois empêché de prendre suffisamment de recul pour voir la lettre, la ligne, le texte au-delà de la trace, et de rattacher son corpus à un contexte historique, social, local, économique, politique… Cependant, ces frustrations sont très vite dépassées par ce qu’apporte Thierry de novateur, par ses « excellentes analyses » et la présentation de ce « formidable point de vue à adopter par les épigraphistes ». « L’horizon de références unique » de ce travail est le fruit d’un fascinant mélange entre la rigueur scientifique de Thierry et sa sensibilité, au point que l’ont ait parfois du mal à discerner ce qui relève de l’analyse ou de son « approche passionnelle du bloc ». Vincent Debiais émet le souhait que Thierry incarne plus encore le rôle d’entremetteur entre les différentes disciplines à l’avenir. En mettant généreusement à la disposition du lecteur une énorme quantité d’informations, Thierry « a converti une expertise technique en mérite doctoral ».

C’est ensuite à Brigitte Boissavit-Camus que Philippe Bernardi donne la parole. C’est avec un grand plaisir qu’elle voit l’aboutissement de ce travail, tenant Thierry « en grande estime pour son expérience, sa compétence et sa grande disponibilité lors de chaque sollicitation ». Ce sujet « original au sens propre » l’a grandement intéressée, notamment pour l’analyse de la matérialité des inscriptions et pour le choix de cette région. La recherche de Thierry est aboutie et présentée au travers d’un texte fluide. Si elle a noté au sein de la bibliographie l’absence de distinction entre les sources primaires et secondaires, elle trouve ce choix justifié au vu de la manière de Thierry d’exploiter chaque source comme une ressource à part entière. Brigitte Boissavit-Camus, à l’instar des autres membres du jury, met en avant le grand soin pédagogique mis en œuvre pour guider le lecteur à travers un discours clair, en particulier dans les différentes analyses et dans la présentation des outils et de de leur maniement. Afin de clarifier encore le propos, elle aimerait que dans la publication apparaissent davantage les sites de références pour les outils présentés, les lieux de conservation des inscriptions étudiées et peut-être des illustrations agrandies ou enrichies afin de mettre en valeur les traces exposées. Elle soulève à son tour le caractère original de la thèse de Thierry Grégor, et ainsi de la difficulté de l’inscrire au sein d’une discipline existante. Il s’agit pour elle d’une véritable thèse d’archéologie dans ses méthodes et ses démonstrations. Plus qu’une thèse d’histoire des techniques, elle s’apparente plutôt à une thèse d’archéologie des techniques. La vision de praticien de l’impétrant nourrit abondamment et de manière très novatrice le sujet de la réalisation des blocs et des inscriptions. Dans la succession d’interrogations que Brigitte Boissavit-Camus formule ensuite transparait le caractère fondamental du travail de Thierry et la multiplicité de questionnements nouveaux qu’il a suscité. Elle le félicite enfin et le remercie pour « ce beau travail qui va être très utile à la communauté pour la reconnaissance des outils et de leurs traces, qui livre un état des lieux tout en invitant à une approche globale et humaine par son propos novateur ».

Le président du jury donne la parole à Philippe Plagnieux, qui débute son propos en présentant sa catégorisation des impétrants en deux grandes familles. La première et la plus grande est composée de jeunes chercheurs qui se destinent à une carrière universitaire et desquels il est attendu un certain respect des normes académiques. La seconde rassemble les chercheurs engagés depuis de nombreuses années dans d’autres carrières, souhaitant traduire leur expérience dans une thèse, et qui ont plus de mal à se plier aux règles normatives de l’université, catégorie à laquelle appartient donc Thierry. Pour Philippe Plagnieux, cette thèse est un « vent de fraîcheur incitant à déplacer le regard », mais cela n’empêche pas selon lui la nécessité de revoir le texte en vue de sa publication. En lien encore une fois avec les portes ouvertes par Thierry, Philippe Plagnieux évoque le fait qu’il aurait été intéressant, bien que compliqué, de développer ponctuellement des dossiers, des études de cas thématiques, au sein de la thèse. Il insiste en particulier sur le sujet de la qualification des artisans par Thierry : tailleurs de pierre, lapicides, graveurs… statuts qui mériteraient d’après lui d’être explorés à l’avenir. Enfin, Philippe Plagnieux met en avant la qualité d’expert de Thierry, qui apporte beaucoup aux personnes avec lesquelles il collabore. Son travail constitue une « approche technique qui n’avait jamais été entreprise » qu’il a découverte « avec un véritable plaisir ». Chaque fiche d’analyse technique est un « travail fabuleux », « un petit bijou ».

C’est enfin Philippe Bernardi qui prend la parole en tant que président du jury. Lui aussi insiste sur le plaisir et le grand intérêt qu’il a eu à la lecture de cette thèse, qui « oscille entre étude technique et hommage aux travailleurs ». Le président évoque à son tour la difficulté à classer ce travail au sein des catégories classiques. Il ne s’agit pas à ses yeux d’une thèse en histoire des techniques applicable à l’épigraphie, mais plutôt d’une « histoire matérielle » en ce qu’on entre avec elle dans la matière, une « histoire technique des techniques ». Tout comme les autres membres du jury, il salue le véritable « manuel pour les spécialistes des autres disciplines » que constitue le volume traitant des outils. L’approche des évolutions de la gravure tout au long du Moyen Âge est très convaincante, et le catalogue présenté en troisième volume aiguise l’œil, et « invite à ne pas considérer les inscriptions gravées que comme des inscriptions gravées ». Pour Philippe Bernardi, il s’agit ici d’une importante base de travail témoignant tout à la fois de l’expérience, de la sensibilité et de la longue recherche de Thierry.

Cliché V. Ernst-maillet – CESCM)

Après une courte délibération, le jury insiste une dernière fois sur la grande nécessité de publier ce travail après application des quelques modifications suggérées. Le président du jury déclare que les membres ont unanimement accordé à Thierry Grégor le grade de docteur, et que leurs plus sincères félicitations sont de rigueur, bien que les mentions honorifiques n’existent plus. L’assistance dut encore patienter le temps que Thierry prête serment, avant de laisser éclater sa joie dans une très longue ovation.

À l’issue de cette soutenance, de nombreux collègues et amis de Thierry se sont joints à lui pour célébrer cet évènement, lui témoignant leur profonde affection et lui adressant leurs chaleureuses félicitations et leurs souhaits de réussites dans les projets à venir. Mais, plus encore, nous espérons tous avoir encore et aussi souvent que possible l’honneur et le plaisir de partager de ton temps. Nous sommes unanimes quant au fait que ton érudition, ta bienveillance, ta gentillesse et ton sourire ont toujours été et seront toujours les garants de beaux et riches moments. Bravo encore, cher Thierry !

L’envol de Marion Loiseau

 
Lauréate du prix de thèse “L ‘art et l’essai “, INHA/CTHS 2022
 
 Marion Loiseau qui a soutenu une très belle thèse, le 24 septembre 2021 au CESCM, sur « Les femmes et leurs images, identité, projection, invention de soi dans les livres d’heures de la France de l’Ouest au XVe siècle », sous la direction de Cécile Voyer, est lauréate du prix de thèse “L’art et l’essai 2022” de l’Institut national d’histoire de l’art et le Comité des travaux historiques et scientifiques.
 
Depuis 2004, l’Institut national d’histoire de l’art (INHA) et le Comité des travaux historiques et scientifiques (CTHS) décernent le prix de thèse « L’Art et l’Essai ». Destiné à soutenir les travaux de recherche en histoire de l’art, il permet la publication de deux thèses par an aux éditions de l’INHA et du CTHS. 
La thèse de Marion Loiseau met en lumière le contenu discursif des images et les spécificités de la pratique religieuse des femmes laïques à la fin du Moyen par une analyse très fine du décor peint dans les livres d’heures. La jeune chercheuse présentera sa thèse et son projet du publication lors de la remise officielle du prix, le samedi 4 juin dans la chapelle basse Saint-Saturnin à Fontainebleau dans le cadre du festival international d’histoire de l’art.
 
Toutes nos félicitations à la lauréate.

Soutenance de thèse d’Élise Vernerey (11 décembre 2020)

Élise Vernerey a soutenu sa thèse de doctorat en histoire de l’art médiéval à l’Université de Poitiers « Voir ne consiste à ne pas voir : la sculpture du portail et la théologie apophatique au XIIe siècle (Saint-Denis, Moissac, Aulnay) » devant un large jury en semi-présentiel, compte tenu de la situation sanitaire actuelle. Composé de sept chercheurs en histoire de l’art, des images et de la liturgie, ainsi qu’en en histoire et en histoire des textes, ce jury reflète toute la richesse de la thèse défendue en ce jour du 11 décembre 2020 : Marcello Angheben (maître de conférences HDR, CESCM / Univ. Poitiers, co-directeur de thèse), Vincent Debiais (chargé de recherches, EHESS/CNRS, rapporteur et président du jury), Bruno Haas (maître de conférences, Univ. Paris 1-Panthéon Sorbonne), Éric Palazzo (professeur, CESCM/Univ. Poitiers, rapporteur), Dominique Poirel (directeur de recherches, IRHT/CNRS), Daniel Russo (professeur émérite, Univ. Bourgogne Franche-Comté) et Cécile Voyer (professeure, CESCM/Univ. Poitiers, co-directrice de thèse).

Le président du jury commence par donner la parole à l’impétrante qui, durant trente minutes, présenta rigoureusement sa thèse relevant de l’étude des images du XIIe siècle (un premier volume d’écriture de cinq-cents quarante-et une pages contenant une bibliographie d’une trentaine de pages et un second volume de cent-quatre planches de couleur, dont le jury eu à cœur de signaler la belle qualité des clichés personnels). D’emblée, Élise Vernerey met un point d’honneur à souligner la nature pluridisciplinaire de son propos par la mise en relation d’une analyse formelle et discursive de l’image avec les discours épistémologiques sur la nature attribuée à l’image par certains théologiens, héritiers de la tradition néoplatonicienne. L’intérêt de cette démarche est double, précise-t-elle, car « l’étude de leurs présupposés théoriques permet de penser les décors dans la confrontation à l’homme, tant de celui qui en fait l’expérience au seuil de l’église que de celui qui en est le créateur ». Sur la base de ses travaux de master (les peintures murales de Saint-Martin de Fenollar et la sculpture du portail de Saint-Lazare d’Autun), la candidate explique avec brio les raisons qui l’ont amené à privilégier dans sa thèse une approche monographique (Saint-Denis, Moissac et Aulnay) plutôt qu’une analyse sérielle qui n’aurait pas permis d’appréhender pleinement le fonctionnement et la relation de l’homme aux images. Le découpage de la thèse en trois parties monographiques et indépendantes est motivé par la volonté d’articuler les analyses iconographiques avec les théories de l’image. Le lien établi dans le travail d’Élise Vernerey entre la théologie et l’image repose pourtant sur une problématique classique en histoire de l’art, celle des enjeux de la création plastique au Moyen Âge. C’est dans cette perspective qu’elle interroge l’articulation entre le prototype et l’image en tant qu’objet, les rapports entre le sujet figuré et la figuration du sujet, ou encore le statut de l’image au Moyen Âge. Les trois études de cas (Saint-Denis, Moissac et Aulnay) mettent ensemble en exergue « la nature défective absolue de l’image artificielle ». De plus, la considération matérielle des œuvres d’art l’invite à penser la technique de la sculpture – par la soustraction ou la « purification » de la matière pour atteindre une forme idéelle – comme le reflet de l’homme dans son cheminement à Dieu, en quête de la Ressemblance autrefois perdue. Aussi, la sculpture fait-elle écho au « procédé » de la théologie négative ou théologie apophatique qui accorde une place fondamentale à la mise en exergue de « l’impossibilité de comprendre Dieu, perçue comme quelque chose de total ». Les trois dossiers monographiques soulèvent plusieurs questionnements propres à l’étude de l’image médiévale que l’on pourrait ici résumer en trois points : les moyens de la mise en images de chaque décor (voire de chaque partie du décor) ; le rôle du regardeur (car « l’appréhension de l’homme face au décor est dépendante de ses capacités visuelles et de son mouvement, ce qui est signifiant dans la zone de franchissement d’un portail ») ; et enfin, la finalité de leur création (autrement dit « le mouvement vers Dieu qu’elles suscitent chez le regardeur »). En cela, Élise Vernerey définit son approche comme « téléologique ». La candidate poursuit ensuite son exposé sur les choix originaux des auteurs convoqués pour chacun des décors étudiés – plusieurs fois débattus au cours de la soutenance (Jean Scot Érigène, le Pseudo-Denys, Grégoire de Nysse et Maxime le Confesseur pour Saint-Denis ; Jean Scot Érigène et Grégoire de Nysse pour Moissac ; Boèce et Gilbert de la Porée pour Aulnay). Elle est longuement revenue sur le carolingien Jean Scot Érigène dont la pensée aurait, selon elle, exercé une influence considérable à Saint-Denis compte tenu de ses liens avec le réseau clunisien, et surtout, en raison de l’impact de sa condamnation au début du XIIIe siècle. Ses écrits seraient tributaires du Pseudo-Denys et de Grégoire de Nysse, c’est pourquoi il lui est apparu judicieux de lire ces auteurs avec attention. Pour finir, Élise Vernerey délivre sa nouvelle lecture des trois portails de Saint-Denis, de Moissac et d’Aulnay en résumant les trois chapitres de son étude et ses conclusions. Ses interprétations originales sont ici justifiées par des analyses iconographiques et des liens historiques qui semblent se dessiner entre les théoriciens de l’image et leurs éventuels concepteurs. De ces trois grands dossiers, il en ressort plusieurs considérations sur l’image du XIIe siècle. En fait, l’image sculptée susciterait un procédé mental et dynamique favorisant le « mouvement intellectuel du regardeur » qui s’inscrit en parallèle de « son mouvement physique ». Les détails dans la sculpture reflèteraient non seulement la portée réflexive de l’image, mais également le procédé de négation que l’autrice a tenté de mettre en lumière dans sa thèse. L’image ne serait donc pas « en position de transmettre une vérité » mais induirait « un exercice spirituel chez celui qui la contemple ».

Après un exposé clair et précis, salué par Vincent Debiais lors de son intervention finale, celui-ci invite successivement les membres du jury à débattre avec la candidate. Au cours des échanges, cette dernière est félicitée de manière générale pour le sérieux de son travail (la finesse de ses analyses iconographiques, l’ampleur de ses lectures, son aisance rédactionnelle, etc.), et en particulier, pour le courage dont elle a fait preuve en se lançant dans une recherche très ambitieuse.

D’abord, Marcello Angheben rappelle que les travaux d’Élise Vernerey s’inscrivent dans la continuité de ses recherches en master où elle avait déjà montré « des aptitudes exceptionnelles » à convoquer des textes – jusque-là ignorés par les historiens de l’art – pour les confronter aux images médiévales. D’après lui, son travail de doctorat reflète une curiosité intellectuelle naturelle, doublée d’une attention remarquable accordée aux images. Il regrette toutefois que la question de l’anagogie n’ait pas suffisamment été traitée au regard de l’importance accordée aux conceptions de Grégoire de Nysse, du Pseudo-Denys et de Jean Scot Érigène dans sa thèse. Toujours est-il que les recherches de sa doctorante lèvent le voile sur bon nombre de questions laissées en suspens par les historiens de l’art en donnant une belle visibilité au portail d’Aulnay.

C’est avec le même enthousiasme que les discussions se poursuivent avec l’intervention de Cécile Voyer. En revenant sur son parcours doctoral, elle valorise l’efficacité et l’engagement de sa doctorante d’une part dans le monde de la recherche (l’obtention d’un contrat doctoral en 2016, une participation active à de nombreuses manifestations scientifiques, la parution de plusieurs articles scientifiques et de vulgarisation) et d’autre part, dans la vie du laboratoire (représentante des doctorantes et des doctorants, membre active de JANUA). Élise Vernerey est par la suite largement complimentée pour sa disposition évidente à la conceptualisation et sa grande sensibilité pour les images, leur matière, leur forme et ce qu’elles donnent à voir. Les points discutés par Cécile Voyer sur le degré d’intentionnalité prêté aux concepteurs des images ont donné lieu à de beaux échanges intellectuels qui illustrent parfaitement bien la grande force de cette thèse selon la professeure, à savoir de susciter de nouvelles réflexions sur des œuvres très connues.

La parole est ensuite donnée à Dominique Poirel pour son rapport qui est orienté sur son champ d’expertise et un point mineur de la thèse d’Élise Vernerey : la circulation des textes et des idées. S’il lui témoigne toute son admiration pour le travail impressionnant de lecture et d’assimilation de textes théologiques, philosophiques et littéraires, il émet quelques réserves sur le recours à certains théoriciens de l’image en se basant sur l’état de la circulation des textes au XIIe siècle. Malgré ses désaccords sur la définition de la théologie apophatique et l’influence du Pseudo-Denys dont la candidate prend note, Dominique Poirel affirme toutefois qu’il a pris un grand plaisir à lire cette thèse.

Après avoir une nouvelle fois félicité Élise Vernerey pour son courage et son travail intellectuel, Éric Palazzo exprime alors sa perplexité sur le choix des sites étudiés, lui donnant l’impression d’une hésitation entre plusieurs thèses. Une brève discussion est engagée sur la question du visible et de l’invisible dans la théologie, puis sur le chapitre consacré à Moissac et les développements portant sur la liturgie. En dépit des lacunes principalement d’ordre d’érudition, le professeur signale néanmoins avec insistance que l’autrice a démontré toutes ses capacités d’iconographe.

L’intervention de Bruno Haas vient compléter les précédentes remarques formulées par les membres du jury. Tout en saluant le caractère interdisciplinaire de l’approche d’Élise Vernerey jugée « très méritoire », il considère que l’ensemble de la thèse manque d’une assise plus solide en matière de méthode et de théorie de l’image. En revanche, l’examinateur se réjouit de l’interprétation ingénieuse des détails iconographiques qui renouvelle le regard porté sur ces trois portails. Il a particulièrement été sensible au premier chapitre sur Saint-Denis ; il s’agit d’une « une belle réussite », selon ses propres mots, qui nécessiterait une publication à part entière « pour sans doute s’imposer dans la littérature ».

À l’instar de ses collègues, Daniel Russo complimente Élise Vernerey pour la qualité générale de son travail. Il est revenu sur l’ensemble de la thèse en l’agrémentant de nombreuses références bibliographiques pour approfondir davantage encore sa réflexion en attirant son attention sur la nécessité de contextualiser les différentes figures intellectuelles convoquées dans son étude. Le chercheur insiste sur la valeur ajoutée de cette thèse dans l’étude des portails romans en la remerciant vivement pour la pertinence de sa recherche conceptuelle.

L’examen de la thèse se termine enfin par l’appréciation de Vincent Debiais. À maintes occasions, le président du jury exprime son enthousiasme à propos de ce travail de doctorat « stimulant et novateur » au regard de l’ambition et de l’audace des choix intellectuels adoptés par Élise Vernerey. Il lui fait part de son admiration pour avoir présenté une « véritable thèse » avec ses paris, ses réussites et parfois certaines limites. Il critique en effet une « une histoire des images coupée du social » qui ne permet pas de résoudre la question même du sens de l’art abordée par l’autrice. Des défis d’ordre anthropologique restent encore à être relevés pour l’aboutissement de cette recherche. Il n’en demeure pas moins que la thèse qui en est issue est « importante pour l’histoire de l’art médiéval et pour une meilleure compréhension du geste d’image au Moyen Âge » comme déclaré en guise de conclusion de son rapport.

C’est donc sans surprise à l’issue d’une brève délibération que le jury a décerné le titre de docteure en histoire de l’art médiéval à Élise Vernerey en soulignant de nouveau ses grandes capacités intellectuelles, la pertinence de ses analyses iconographiques et tout le travail lui restant à poursuivre sur les points d’érudition. Pour paraphraser les membres du jury, nous lui souhaitons la bienvenue dans le labyrinthe, et enfin, le meilleur pour l’avenir.