Archives par mot-clé : Thèse

Soutenance de thèse d’Émilie Mineo, CESCM (13 décembre 2016)

Le mardi 13 décembre 2016, Émilie Mineo a soutenu au CESCM son mémoire de thèse de doctorat intitulé : L’artiste, l’écrit et le monument. Signatures épigraphiques en France au Moyen Âge central. Cette recherche est présentée sous la forme de deux volumes abondamment illustrés en couleurs, le premier de synthèse faisant 399 pages et le second d’annexes de 198 pages. La diversité des spécialités des examinateurs invités traduisait bien la pluridisciplinarité du travail présenté.

Ce jury, réuni en salle Crozet, était composé de :

Monique Bourin, professeure émérite d’histoire du Moyen Âge, université Paris I Panthéon-Sorbonne

Manuel Antonio Castiñeiras Gonzalez, professeur agrégé d’histoire de l’art du Moyen Âge, université autonome de Barcelone (Espagne), rapporteur

Vincent Debiais, chargé de recherche au CNRS, CESCM (Poitiers)

Eliana Magnani, chargée de recherche au CNRS, LAMOP (Paris)

Benoît-Michel Tock, professeur d’histoire du Moyen Âge, université de Strasbourg, rapporteur et président

Cécile Treffort, professeure d’histoire du Moyen Âge, université de Poitiers, directrice de recherche.

 Chauvigny (86), église Saint-Pierre, chapiteau de l’adoration de mages et signature de Gofridus. (Cliché Émilie Mineo)

Chauvigny (86), église Saint-Pierre, chapiteau de l’adoration de mages et signature de Gofridus. (Cliché Émilie Mineo)

La candidate a commencé par retracer l’évolution de ses travaux, à partir d’un sujet d’abord pensé comme l’édition d’un corpus, associée à une solide introduction analysant la condition sociale de l’artiste à l’époque romane. En effet l’historiographie, principalement italienne, incitait à penser que l’auteur désigné par une inscription était nécessairement l’artiste à l’origine de l’œuvre ainsi signée. Néanmoins les réalités documentaires très contrastées entre la France et l’Italie, tant en quantité qu’en contenu, rendaient d’autant plus indispensable l’établissement d’une réflexion théorique jusqu’alors absente des publications sur les signatures épigraphiques. À partir de la cinquantaine d’attestations conservées en France pour les XIe-XIIe siècles et d’une documentation manuscrite variée, Émilie Mineo a entrepris de refonder les bases méthodologiques de son sujet en clarifiant les terminologies employées et en réalisant un important travail de terrain pour nourrir une réflexion sur le support.

Il en résulte en premier lieu une définition précise de l’expression conventionnelle « signature épigraphique » : il s’agit de « toute inscription dont la fonction est d’assigner à un ou plusieurs individu(s), au moyen d’un énoncé verbal, la responsabilité de la réalisation d’une œuvre à laquelle l’inscription est matériellement ou visuellement rattachée (indépendamment de la véracité d’une telle attribution) ». La jeune chercheuse a ensuite orienté son analyse autour de trois problématiques. La première questionne la valeur auctoriale des sources considérées, c’est-à-dire le lien entre signature et artiste, avec un traitement tout en nuances qui montre pourquoi les interrogations contemporaines sur la paternité des œuvres sont non seulement biaisées, mais aussi anachroniques. La seconde, la plus originale selon le jury, touche à la réalisation matérielle de la signature épigraphique. L’accent a été mis sur ce qu’elle implique en termes de maîtrise de l’écrit, et donc de formation culturelle de l’ensemble hétérogène formé par les scripteurs. Le troisième axe de réflexion vise à éclairer les enjeux associés aux signatures épigraphiques. Leur localisation montre qu’elles étaient généralement peu voire pas visibles, mais qu’elles s’approchaient des parties les plus sacrées des édifices ecclésiaux : Émilie Mineo argumente leur lecture dans une perspective eschatologique.

Le président du jury, Benoît-Michel Tock, a ensuite passé la parole à la directrice de recherche de la candidate.

Cécile Treffort a tout d’abord résumé la richesse du parcours professionnel de la chercheuse à Poitiers, après une solide formation à l’université de Pise. Dans le cadre de son contrat doctoral puis en tant qu’ATER, elle a en effet montré la variété de ses qualités pédagogiques tandis que ses publications attestent déjà ses compétences scientifiques. Abordant ensuite les deux volumes présentés, Cécile Treffort a loué la finesse et la rigueur de l’analyse, malgré une historiographie italienne chargée et une documentation française ingrate. Elle a également insisté sur le travail de terrain, aussi coûteux que chronophage. Le résultat est selon elle une synthèse qui établit une nouvelle méthodologie, pose des questions inédites et parvient à renverser des consensus anciens. Michel Castiñeiras a notamment relevé la maturité dans l’utilisation des sources, avec une réflexion épistémologique riche qui fait progresser la recherche en histoire de l’art. Vincent Debiais n’a pas manqué de superlatifs pour exprimer son admiration et sa reconnaissance pour un travail novateur combinant inventaire et analyse historique, sur un sujet qui méritait d’être traité du point de vue épigraphique. Le soin apporté à l’étude anthroponymique a naturellement beaucoup intéressé Monique Bourin, mais elle a également souligné la variété des sources traitées ainsi que la rigueur de la jeune chercheuse qui n’a pas hésité à démonter idées reçues plus charmantes que fondées. L’exemplarité méthodologique d’Émilie Mineo a également été relevée par Eliana Magnani. Quant à Benoît-Michel Tock, il a fait le portrait scientifique d’une jeune médiéviste pétrie de talents, ouverte d’esprit, dotée de solides capacités de lecture et d’analyse, ayant acquis une connaissance impressionnante de la bibliographie internationale. L’appel de ses vœux d’une publication rapide a été approuvé par ses collègues.

Quelques inévitables regrets ont été pointés. Michel Castiñeiras aurait souhaité une plus grande contextualisation des datations dans les notices ainsi que, dans la synthèse, un développement plus important du thème de la matérialité des supports. Pour Vincent Debiais, les notices auraient également pu contextualiser davantage les édifices concernés. Il a en outre proposé, pour questionner le sens du geste d’écriture, une étude plus approfondie de la place du corpus choisi au sein des pratiques épigraphiques en général. L’absence de véritable lien entre le volume de synthèse et celui de notices a posé problème à Michel-Benoît Tock, de même que quelques éditions désormais obsolètes. Après Monique Bourin et Eliana Magnani, il a vivement regretté l’absence de tableaux et de cartes, reproche entendu par la candidate, qui a néanmoins argumenté par la non-représentativité statistique d’un ensemble documentaire d’une cinquantaine d’inscriptions souvent datées dans des fourchettes chronologiques larges : elle a fait ces outils lors de ses recherches, mais les a jugés trop trompeurs pour les inclure dans le document final.

L’ensemble des membres du jury s’est accordé à souligner la variété des compétences mises en œuvre par la candidate : épigraphie, paléographie, latin, histoire, histoire de l’art, diplomatique mais aussi lexicographie, métrique et même photographie. La qualité de la rédaction et de la mise en page a également fait l’unanimité. Les notices, les prolégomènes historiographiques ainsi que la partie consacrée à la formation culturelle des artistes ont particulièrement convaincus les examinateurs. Ils en ont conclu à la solidité des résultats établis par Émilie Mineo, tout en évoquant l’étendue du vaste programme de recherche qui s’ouvre désormais devant elle.

Après 3h40 d’échanges scientifiques, les membres du jury se sont brièvement retirés pour délibérer. À leur retour, le président a souligné la très grande qualité de la soutenance, la précision des réponses et l’ardeur de la candidate. En raison de la qualité de ses travaux, Il a ensuite déclaré Émilie Mineo digne du titre de docteur de l’université de Poitiers en histoire et histoire de l’art des mondes anciens et médiévaux, avec la mention Très Honorable. Il a ajouté que, si le règlement avait permis cette précision, le jury aurait unanimement ajouté ses félicitations.

Cérémonie de remise des diplômes aux docteurs de l’université de Poitiers, promotion Pascal Ory (2016) (Cliché Hervé Jolly)

Voir les références bibliographiques d’Emilie Mineo

Soutenance de thèse de Julie Métois, CESCM (24 juin 2016)

Le 24 juin 2016 dans la salle des Actes de l’Hôtel Fumé, Julie Métois soutenait sa thèse de doctorat en littérature française médiévale, titrée : « Histoires inédites de la translatio studii : des poètes aux chroniqueurs. Édition critique et études des Adventures qui avinrent a Troies de Jean de Flixecourt et de l’Estoire des Troiens de Jofroi de Waterford ». Les travaux de recherche ont été exposés devant un jury ainsi composé : Claudio Galderisi et Cinzia Pignatelli (co-directeurs de thèse), Laurence Mathey-Maille (Université du Havre), Francine Mora-Lebrun (Université de Versaille-Saint-Quentin-en-Yvelines, rapporteur), Pierre Nobel (Université de Strasbourg, rapporteur), Jean-Jacques Vincensini (Université de Tours).

1-jofroi-waterford

Le projet de thèse de Julie nait à la suite du travail d’édition porté a bon terme pendant son Master et grâce à sa grande passion pour l’objet manuscrit. Cette étude consiste en une édition critique et dans l’analyse traductologique de deux ouvrages jusqu’à aujourd’hui inédits. Les Adventures et l’Estoire sont, notamment, les traductions en ancien français les plus fidèles au récit écrit en latin Historia de excidio Troiae, composé au passage entre le Ve et le VIe siècle par Darès le Phrygien. Ayant combattu directement la guerre de Troie, Darès était considéré comme une source véritable au Moyen Âge : son De excidio a reçu les faveurs de plusieurs auteurs médiévaux, parmi lesquels on cite Isidore de Séville et Benoît de Sainte-Maure.

Le but de cette thèse est double : rendre accessibles aux spécialistes les traductions des ouvrages encore inédites et proposer une étude traductologique comparative des deux auteurs contemporains. Julie a atteint ces objectifs, menant une démarche en deux moments. Premièrement, elle propose l’édition de ces ouvrages en trois étapes successives : à travers l’identification des exemplaires, par une analyse codicologique et enfin par une étude linguistique. Les analyses codicologiques et paléographiques soignées visent à corroborer les hypothèses déjà avancées concernant la datation et la provenance des traductions : l’examen linguistique va compléter les informations présentées, identifiant aussi les aires géographiques de provenance des traducteurs.

L’étude des exemplaires est basée pour le roman de Jofroi de Waterdorf sur un manuscrit de la Bibliothèque Nationale de France (Fr. 1822, f. 46r-57r) très bien conservé. De la traduction de Jean de Flixencourt on a des versions conservées dans deux manuscrits, l’un consultable à la Bibliothèque Royale de Copenhague (GKS 487, f. 45r-60v) et un autre à la Bibliothèque Nationale de Turin (1677 / L IV 33). Ce dernier se présente en très mauvais état, ayant subi l’incendie de la bibliothèque au début du XXe siècle. À cause de l’état incomplet de ce dernier, l’exemplaire de Copenhague s’est imposé comme objet d’étude pour aboutir à la recherche.

Les conclusions partielles que Julie avance après cette première analyse permettent d’affirmer que Jofroy de Waterford offre une traduction mot à mot de la source latine, ainsi que Jean de Flixecourt prend la liberté de proposer des ajouts et des arrangements de la version originelle.

Dans une deuxième partie, « une étude traductologique méticuleuse » (Claudio Galderisi) est présentée, servant à comprendre les revendications des auteurs et à proposer une analyse pratique de la traduction. À son tour cette partie se développe en trois moments : l’identification des exemplaires latins potentiellement employés par les traducteurs, qui fait déduire que le moine bénédictin Jean de Flixecourt s’appuie sur des manuscrits provenant des alentours de Corbie, ainsi que Jofroi de Waterford traduit à partir d’exemplaires anglais (ce qui ne devrait pas étonner, étant un moine dominicain d’origine irlandaise). La collation qui suit a permis de travailler sur trois manuscrits : le Royal ms. 10 A X (British Library) et le ms. lat. 4126 (Bibliothèque nationale de France) sur lesquels s’appuie la traduction de Jofroi de Waterford et le ms. 880 (Bibliothèque municipale de Douai) à la base du travail de Jean de Flixencourt. Enfin, une étude des prologues et des épilogues des deux traducteurs ainsi qu’une analyse de la langue, latine et française, complètent les deux étapes précédentes, soulignant un esprit plus conservateur dans le roman de Jofroi de Waterford et une attitude didactique et innovatrice dans la traduction de Jean de Flixecourt.

Cette recherche assidue et précise apporte enfin des résultats importants pour les études autour du phénomène de la translation studii et imperii, à travers une approche exhaustive à deux auteurs médiévaux jusqu’ici assez négligés, qui montrent par leurs ouvrages de rester fortement enracinés à la tradition ancienne, tout en cherchant des approches innovantes.

Nombreuses ont été les qualités de cette thèse déclarées par les membres du jury.

La méticulosité et la précision dont Julie a fait preuve tout au long de la rédaction de la thèse, ont été constamment admirées.

À plusieurs reprises on a souligné le mérite du travail, celui de dépasser les limites de la simple analyse philologique, touchant aussi à des champs d’études complémentaires (codicologie, paléographie) qui enrichissent et complètent les analyses linguistiques proposées par Julie.

Jean-Jacques Vincensini affirme que cet œuvre d’édition de textes va enfin combler le vide de transcription des deux ouvrages inédits, se proposant comme une recherche essentielle pour les spécialistes.

Le deuxième volume de la recherche a été aussi spécialement apprécié. Dans les annexes de ce « travail de thèse méthodique et qui se lit avec plaisir » (Francine Mora-Lebrun), on ne trouve pas que les éditions soignées des deux romans de Jean de Flixecourt et de Joffroi de Waterford, protagonistes de la recherche. À enrichir le matériel de comparaison et pour une meilleure compréhension du lecteur, Julie propose aussi une transcription de la source originaire en latin, ainsi que celle de certains autres témoins du De excidio[1]. L’édition du manuscrit de Turin a été spécialement appréciée, définie par J.-J. Vincensini comme « une entreprise épique », à la lumière de son état de conservation fragmentaire. Ce volume complémentaire, mais pas accessoire, du travail doctoral ici présenté se révèle ainsi un « outil de travail indispensable pour le médiéviste », comme l’affirme Claudio Galderisi.

À la lumière de toutes les qualités de cette thèse « fondée sur une démarche scientifique remarquable » (Laurence Mathey-Maille), et dans le souhait d’une prospère suite de ses recherches, Julie Métois a reçu le titre de docteur avec mention très honorable, assortie des félicitations du jury.

[1] Notamment : Royal ms. 10 A X (British Library) ; ms. 880 (Bibliothèque municipale de Douai) ; lat. 4126 (Bibliothèque nationale de France).

Soutenance de thèse de Guillaume Yatté, CESCM ( 4 mai 2016)

Le mercredi 4 mai 2016, a eu lieu la soutenance de thèse de doctorat de Guillaume Yatté, dans le cadre d’une cotutelle entre l’Université Félix Houphouët-Boigny d’Abidjan et l’Université de Poitiers. La thèse s’intitulait : « La politique extérieure du roi Charles V de Valois : instrument d’édification de l’État monarchique (1364-1380) » et le jury était composé comme suit : Stéphane Boissellier et Laurent Hablot (co-directeurs de recherche), M’Bra Simon-Pierre Ekanza (Université Félix Houphouët-Boigny d’Abidjan, cotutelle), Jean-Marie Moeglin ( Université de Paris IV-Sorbonne, rapporteur), Xavier Hélary ( Université de Lyon III, rapporteur) et Jacques Paviot ( Université de Paris-Est Créteil)

Gestes et actes des pairs de France au cours du sacre : Les pairs tiennent ensemble la couronne sur la tête de Charles V Source British Library, Ms Cotton Tiberius B. VIII, fol. 59v
Gestes et actes des pairs de France au cours du sacre : Les pairs tiennent ensemble la couronne sur la tête de Charles V
Source British Library, Ms Cotton Tiberius B. VIII, fol. 59v

La thèse de 527 pages s’articule autour de 3 parties équilibrées qui tiennent compte à la fois de la chronologie du règne et des grands enjeux « diplomatiques » de la politique de Charles V. Elle est fondée sur des sources originales et appuyée sur une importante bibliographie.

Dans une introduction très claire et dense, l’auteur situe les cadres généraux de l’étude, présente sa problématique, analyse les différentes sources et définit son sujet comme l’étude de « l’ensemble des décisions et des actions mises en œuvre, au nom de la Couronne, en vue d’établir des relations d’ordre politique et stratégique, non seulement avec les grands vassaux établis dans le royaume, mais aussi avec des personnalités étrangères qui sont détentrices d’autorité royale, princière et papale en Occident ».

La première partie (123 pages) propose une réflexion sur « l’espace politique français » et sur la question de la « souveraineté royale », posée notamment par l’affaissement de l’autorité du roi du fait des menées anglaises et navarraises. La « politique extérieure » s’exprime ici à l’intérieur des frontières du royaume, au prisme des revendications concurrentes de la couronne de France par le roi d’Angleterre Édouard III et par le roi de Navarre Charles « le Mauvais ». La deuxième partie (138 pages) développe les rapports entre le royaume de France et les puissances étrangères, avec en arrière-plan les rivalités franco-anglaise et franco-navarraise. Elle fait ressortir l’importance des stratégies d’alliance qui ont été orientées vers plusieurs États tels que le Saint-Empire Romain, le Saint-Siège, la Castille, la Couronne d’Aragon, l’Écosse, etc. La troisième et dernière partie (135 pages) se penche sur la « reconquête de la prépondérance française dans l’Occident médiéval ». Elle s’observe à travers la propagande et la communication politique au service de l’affermissement du pouvoir royal, la défense et la libération  de l’espace monarchique rendues possibles au préalable par une restructuration de l’armée et une redynamisation de la marine, enfin une reconstruction du prestige du roi de France auprès de l’Empire et de la Papauté.

Selon Jean-Marie Moeglin, les analyses conduites convainquent du bien-fondé de la méthode suivie et de l’intérêt de ses résultats. Évitant les écueils de l’événementiel, la thèse donne une très solide analyse de la politique menée par le roi. On peut toutefois reprocher une approche un peu « classique » dans un domaine, celui des « relations internationales », qui a connu d’importants renouvellements au cours des dernières années. Xavier Hélary souligne que dans l’ensemble, le travail convainc pleinement de la légitimité de la démarche suivie par l’auteur, même si on peut regretter que le choix n’ait pas été fait de mener un dépouillement plus intense des fonds d’archives.

Guillaume a également réussi à montrer l’originalité de son étude à travers des subtilités et des développements sur des concepts clefs qui enrichissent le débat sur l’histoire des « relations internationales » et de la diplomatie au Moyen Âge. Ce sont par exemple le respect des frontières du royaume, la communication politique et la considération de l’opinion publique, le mercenariat dans les domaines maritimes et militaires, le rayonnement artistique et culturel de la capitale parisienne, etc.

Ce travail rigoureux et solide a favorisé des échanges enrichissants entre le candidat et les membres du jury. Après une brève délibération, le jury unanime a accordé le titre de docteur à Guillaume Yatté avec la mention très honorable, assortie des félicitations.

 

 

 

 

Soutenance de thèse de Manon Durier, CESCM (19 février 2016)

Les monuments funéraires dans le diocèse de Limoges (XIe-XIIIe siècle). Échos d’un idéal religieux.

Le 19 février 2016, Manon Durier soutenait en salle René Crozet sa thèse consacrée aux monuments funéraires des XIe-XIIIe siècles en Limousin, en présence d’un jury composé de Claude Andrault-Schmitt et Cécile Treffort (co-directrices de recherche), Brigitte Boissavit-Camus (présidente ; Université Paris Ouest – Nanterre La Défense), Quitterie Cazes (Université Toulouse Jean Jaurès), Jean-Loup Lemaitre (EPHE) et Philippe Plagnieux (Université Paris I Panthéon-Sorbonne – École nationale des chartes).

SONY DSC
Epitaphe de l’abbé Ramnulphe à Lesterps (cl. : M. Durier)

Le travail proposé par Manon Durier est le fruit d’une recherche pluridisciplinaire alliant une démarche résolument archéologique – qui s’illustre notamment à travers le corpus de monuments réunis –, et une réflexion sémantique relevant d’une approche plus strictement historienne. Le monumentum et l’imago ont ainsi été mis à contribution pour offrir une définition du monument funéraire qui donne toute sa direction au traitement du sujet : M. D. l’envisage comme une « sculpture signalant l’emplacement d’une tombe et/ou célébrant la mémoire d’un défunt ». Les 283 monuments étudiés font dès lors tous preuve d’une maîtrise technique ou artistique dans leur mise en œuvre, induisant une analyse qui repose finalement en grande partie sur la possibilité de se raccrocher à une forme, un tracé ou une représentation.

Inscriptions funéraires et pierres tombales aux contours et aux décors variés (en bâtière, ornées d’une simple croix, gisants, etc.) se côtoient dans un volume annexe, illustré de photographies dont la grande qualité est une invitation au lecteur à examiner l’objet. Beaucoup de ces monuments, chichement ornés et taillés dans le gris granite limousin, peuvent paraître bien ingrats et peu enclins à susciter le désir du chercheur. Il fallait oser s’y attaquer, et cela a été bien fait, dans un équilibre maintenu avec les pierres inscrites, si « parlantes » qu’elles auraient aisément pu dominer le propos. Le corpus constitué se détache par les formes envisagées et par la chronologie qu’il couvre de la zone de confort des travaux sur le monument funéraire, très empreints de la figuration des morts, et par là-même bien souvent axés sur les XIIIe-XVe siècles. L’originalité de l’étude se situe également dans l’espace considéré, le vaste diocèse de Limoges, dont M. D. a su cerner les spécificités en termes de spiritualité et de culture religieuse. Celles-ci s’expriment dans une documentation nécrologique abondante, ou encore un grand nombre de lanternes des morts, qui parsèment un territoire particulièrement pénétré du pouvoir intercesseur des saints. Sur fond de recherche intense de salut, le monument funéraire se révèle alors être l’« écho d’un idéal religieux », celui de la communion de l’Église, qui réunit morts et vivants, clercs et laïcs, en des lieux et temps définis par la théologie chrétienne.

Les choix méthodologiques et orientations analytiques de M. D. ont suscité des discussions pendant près de quatre heures. Il a notamment été question des difficultés à dater un grand nombre de ces monuments, inhérentes à la sobriété formelle de certains d’entre eux et aux flottements des critères paléographiques en épigraphie médiévale. La discussion chronologique devra assurément se poursuivre dans le sens adopté par M. D., qui, comme l’a souligné Quitterie Cazes, a évité l’écueil d’un raisonnement circulaire induit par la notion de typologie. La réflexion sur le sujet pourra également faire l’objet d’autres prolongements, sur le monument funéraire en tant qu’expression de l’individualité du mort vis-à-vis de la communauté (Cécile Treffort), ou encore sur les tombeaux des saints, dont la mise à l’écart – bien que mûrement réfléchie – a été regrettée par Jean-Loup Lemaitre. Ces questionnements (re)lancés pendant la soutenance sont ceux d’observateurs qui, tout en saluant l’esprit de synthèse de M. D., ont formulé à plusieurs reprises leur souhait d’en lire et d’en savoir toujours davantage.

Le lecteur de la thèse sera finalement sensible aux précautions épistémologiques prises par son auteur (Claude Andrault-Schmitt) et à la mise en perspective méthodologique de son objet d’étude (Quitterie Cazes), à un travail qui maîtrise et renouvelle une historiographie bien ancrée (Cécile Treffort), dépassant la compréhension unilatérale du monument funéraire comme commémoration (Brigitte Boissavit-Camus) et incitant à la remise en question des grands principes d’analyse sur le tombeau médiéval (Philippe Plagnieux). Il constitue dans le même une temps contribution notable à l’histoire médiévale du Limousin (Jean-Loup Lemaitre). La communauté scientifique dispose désormais d’une étude régionale qui servira de référence à des recherches ultérieures sur le monument funéraire.

Les formulations répétées et nourries portant sur les qualités de la thèse soutenue ont été suivies d’une brève délibération du jury, à l’issue de laquelle Manon Durier s’est vu accorder le titre de docteur avec la mention très honorable, assortie des félicitations.

 

Soutenance de thèse de Guilhem de Corbier, CESCM (15 décembre 2015)

Les ouvrages historiques des guerres de Religion de Lancelot Voisin de La Popelinière : élaboration et postérité.

Mardi 15 décembre 2015, Guilhem de Corbier soutient sa thèse de doctorat intitulée Les ouvrages historiques des guerres de Religion de Lancelot Voisin de La Popelinière : élaboration et postérité, devant un jury composé de Denise Turrel (Université de Poitiers, directrice), Benoist Pierre (Université François-Rabelais de Tours, président), Philip Benedict (Université de Genève), Hugues Daussy (Université de Franche-Comté), François Brizay (Université de Poitiers) et Geneviève Guilleminot (Bibliothèque nationale de France).

0003
Couverture du 1er volume de L’Histoire de France (cliché : Médiathèque François-Mitterrand. Poitiers. Olivier Neuillé)

C’est autour de l’écrivain et historien français protestant, Lancelot Voisin, seigneur de La Popelinière (1540/45-1608) et de ses deux succès éditoriaux, consacrés aux guerres de Religion, c’est-à-dire à l’histoire de son temps, La Vraye et Entière Histoire et L’Histoire de France (publiées entre 1571 et 1581), que Guilhem de Corbier a construit son travail de recherche[1]. Alors qu’au XVIe siècle la hiérarchie des savoirs se recompose et que l’histoire est considérée comme un art, ars historica, avant de devenir une science, La Popelinière est guidé par l’idée que cette discipline est à l’origine de toutes les autres sciences et propose une écriture « neutre », véritable innovation, surtout lorsqu’il aborde l’actualité brûlante des conflits religieux.

Résultat d’un minutieux travail d’enquête, traquant la vérité, remontant de manière généalogique aux origines, suivant de manière critique chaque pièce du dossier aux archives régionales, nationales, à l’étranger (ce qui a permis à GC de retrouver une lettre manuscrite inédite de l’auteur à Londres, souligne Denise Turrel), cette thèse est une contribution décisive pour faire connaître « un auteur plus loué que lu » (Philip Benedict), d’autant plus méritoire qu’elle a été menée en même temps qu’un travail salarié.

GC présente sa recherche sous forme de diptyque, qui aurait mérité de se décliner en trois, quatre voire cinq parties, selon le jury. La reconstruction de la vie de La Popelinière, tout d’abord, jusqu’à la publication de ses premières œuvres montre la formation d’un auteur et d’un acteur des guerres de religion, et ses stratégies de publication. Puis, la manière de construire l’opus magnum (apports, emprunts et postérité) est présentée. La Popelinière jouit en effet d’une grande réputation pour l’écriture de l’histoire en France au XVIe s ; son but est de construire une histoire générale, impartiale, attentive aux causes et aux résultats des actions.

Itinéraire et formation lettrée et sociale. Converti à la Réforme calviniste à l’âge de seize ans, La Popelinière est un ancien soldat et diplomate, et non un théologien, ayant ainsi œuvré au nom du parti protestant pendant quinze ans, tout en racontant l’histoire des troubles de son temps dus à la scission confessionnelle entre catholiques et huguenots. Le mérite de GC est de saisir les différents réseaux auxquels appartient l’historien : réseau familial et parentellaire d’origine poitevine[2], réseau des réformés, particulièrement des imprimeurs protestants, éditeurs, libraires jusqu’aux colporteurs, qui ont joué un rôle dans le succès de ses ouvrages (La Vraye et Entière Histoire, connaît trois éditions revues et augmentées de 1571 à 1579). Retracer ce milieu des imprimeurs et le choix de La Popelinière de confier ses manuscrits à des officines de Caen puis de La Rochelle au détriment d’autres est d’autant plus important que toutes ses éditions sont anonymes et sans privilège, leur publication n’étant pas autorisée par la monarchie ; leur adresse typographique est fausse afin de protéger auteur, imprimeur et éditeur contre les sanctions qui émanent du pouvoir.

Stratégies d’écriture de l’histoire. La méthode historique de La Popelinière peut se résumer en trois points : l’insertion de documents, nouveauté par rapport aux historiens et chroniqueurs du Moyen Âge ; l’emprunt à ses prédécesseurs, ce qui pose la question du rapport aux sources, à leur citation et déformation ; la volonté inébranlable de neutralité, jusqu’à adoucir le récit qu’il emprunte. Certaines de ces méthodes sont communes avec ses contemporains, tel Théodore de Bèze, à la différence près que La Popelinière n’écrit pas pour la gloire de Dieu, même si des connotations réformées sont sous-jacentes, mais pour la neutralité. Benoist Pierre fait remarquer que ce terme est sans doute anachronique pour le XVIe et qu’une sémantique propre à cette époque aurait été préférable, à travers des mots comme concorde, paix, édit de tolérance, de pacification, en lien avec la vérité/Vérité, donc la théologie et la spiritualité. La Popelinière est finalement victime de ce choix puisque ses œuvres subissent la concurrence éditoriale. Elles sont immédiatement reprises, légèrement modifiées par les protestants à Genève et plagiées par des écrivains catholiques à Paris. Ces derniers auteurs changent le sens souhaité par La Popelinière dans ses écrits.

Le dernier chapitre – particulièrement apprécié par Hugues Daussy – « La condamnation de l’Histoire de France et la postérité de l’œuvre » montre l’historien, déjà attaqué par les catholiques à partir de 1573, désormais condamné par le camp protestant auquel il appartient : ses coreligionnaires lui infligent un procès ainsi qu’à son imprimeur, car il aurait parlé de certains protestants en des termes diffamants. Il est condamné à se tenir à l’écart de la Cène jusqu’à ce qu’il s’engage à corriger ses fautes. Il promet vainement de le faire en février 1585, ce qui lui permet d’être réintégré à la Cène. Il reste exilé à Paris et cesse dès lors de livrer au public les événements de son temps en France et ailleurs en Europe. La suite de l’histoire, Lancelot Voisin de La Popelinière l’écrira autrement. Considérés comme des sources fondamentales pour l’étude de guerres de religion, ses écrits historiques influenceront pourtant les historiens postérieurs, tant catholiques que protestants, au cours des siècles suivants.

Témoignant d’une très bonne maîtrise des sources et de la bibliographie – celle-ci est riche de plus de 800 titres et comporte des thèses et des mémoires inédits – et de réelles qualités de chercheur croisant les données, GC se voit décerner par le jury le titre de docteur avec mention très honorable grâce à ce travail sur La Popelinière, historien des guerres de Religion.

 

[1] Le premier tome a fait l’objet d’une édition critique, d’après l’exemplaire de la Médiathèque de Poitiers (Genève : Droz, 2011), à laquelle ont collaboré Denis Turrel, Véronique Larcade, Pascal Rambeaud, Thierry Rentet, Guilhem de Corbier, Jean Hiernard. Ce travail a constitué l’un des axes de la Fédération FESMAR en projet entre le CESCM et le Centre d’études supérieures de la Renaissance – CESR de Tours, et il a bénéficié d’un partenariat avec la Médiathèque de Poitiers. Un deuxième est prêt à paraître, dirigé par D. Turrel et préparé par Jean-Claude Laborie, Benoist Pierre et Pierre-Jean Souriac

[2] Il est né en Bas-Poitou (actuel département de la Vendée) et vit principalement à La Rochelle, capitale huguenote du royaume de France au cours de cette période.