Archives par mot-clé : Revue en ligne

Revue interdisciplinaire : Textus & Musica

Le premier numéro de la revue interdisciplinaire Textus & Musica créée par Christelle Chaillou-Amadieu (CNRS/CESCM) et Federico Saviotti (Université de Pavie) avec la collaboration de Vanessa Ernst-Maillet (CNRS/CESCM ) pour la mise en ligne vient  de paraître.

La revue Textus & Musica propose d’accueillir et de promouvoir le dialogue entre les disciplines philologique et musicologique. Prenant naissance de l’expérience du groupe de recherche franco-italien « Philologie et Musicologie », Textus & Musica souhaite prolonger la réflexion interdisciplinaire sur les compositions poético-musicales du Moyen Âge et de la Renaissance, en valorisant les études sur les corpus chantés, de toutes formes et de toutes traditions, provenant de toute aire culturelle de l’Europe jusqu’en 1600.

La revue accueille des articles individuels ou collectifs, en français, italien ou anglais, portant un regard à la fois sur le texte et sur la musique. Publiée en accès libre, la revue, à cadence semestrielle, fera paraître chaque année : 1) un premier fascicule thématique, faisant l’objet d’un appel à contributions, ou bien contenant l’édition d’actes des rencontres « Philologie et Musicologie » ou d’autres journées d’études d’intérêt interdisciplinaire ; 2) un deuxième fascicule « mélanges » (dont les articles seront mis en ligne au fur et à mesure), contenant des études scientifiques de thématique libre, de courts essais ou notes et des comptes rendus d’ouvrages.

La conception de Textus & Musica est celle d’une publication en ligne, profitant de tout le potentiel qu’offre le support numérique, afin de favoriser le partage des produits de la recherche philologique et musicologique. L’intégration de contenus divers (images et schémas, éditions multimédia, enregistrements de performances philologiquement et musicologiquement fondées, etc.) est vivement encouragée.

Les articles du fascicule thématique sont soumis à évaluation de la part des curateurs et/ou du comité scientifique ; les autres articles sont évalués selon un principe de double expertise (double-blind peer-review). Les propositions d’articles peuvent être envoyées à l’adresse suivante : textusetmusica@ml.univ-poitiers.fr.

Le premier numéro, « Qui dit tradition dit faute ? » La faute dans les corpus chantés du Moyen Âge et de la Renaissance, dirigé par Christelle Chaillou-Amadieu et Federico Saviotti rassemble une partie des communications de la troisième rencontre « Philologie et Musicologie » organisée en mai 2017 à Saint-Guilhem-le-Désert par Gisèle Clément (Université de Montpellier, directrice du CIMM), Fabio Zinelli (EPHE-SAPRAT) et les éditeurs du volume. La perspective de la rencontre était de faire ressortir les ressemblances et les divergences dans le traitement, théorique et pratique, des erreurs léguées par les traditions philologique et musicologique. Les contributions montrent de multiples facettes aussi bien sur l’exploitation de la faute par le chercheur que sur la conception même de l’erreur à l’époque où ont été́ produites – et reproduites – les œuvres étudiées.

 


De inventoribus litterarum : l’histoire de l’écriture vue par les savants carolingiens.

SVMMA : Revista de Cultures Medievals

slider_4Publication du premier numéro de la revue en ligne SVMMA par l’Institut de Recerca en Cultures Medievals (IRCVM) de l’Université de Barcelone.

Il faut s’identifier pour pouvoir devenir lecteur ou auteur.

Cécile Treffort (CESCM) publie un article dans ce premier numéro : De inventoribus litterarum : l’histoire de l’écriture vue par les savants carolingiens.

Résumé : A l’époque carolingienne, les lettrés qui oeuvrent activement à la réforme religieuse et culturelle du regnum Francorum, portent une attention particulière à l’histoire de l’écriture et à l’invention de l’alphabet. Dans les chroniques et les traités de grammaire, plusieurs traditions s’articulent, puisant à des sources antérieures l’histoire de la translatio studii à travers le déluge ou celle de la chaîne historique des inventeurs, de l’écriture hébraïque puis grecque à l’alphabet latin. Certains textes, notamment un court traité attribué à Raban Maur, élargissent la perspective au-delà des frontières de la chrétienté. Tous témoignent d’une conscience vive du caractère conventionnel de l’écriture, de son rapport étroit avec la culture et la langue, et participe à une imprégnation quotidienne soutenant le vaste mouvement de la renovatio carolingienne.

Mots clés : écriture, regnum Francorum, translatio studii, réforme carolingienne

Abstract: In the Carolingian period, scholars who work actively in the religious and cultural reform of the regnum Francorum, pay attention to the history of writing and the invention of the alphabet. Chronicles and grammatical treatises use several previous traditions to draw the history of the translatio studii through the Flood or the historical chain of inventors for the hebrew, greek and latin alphabets. Some texts, including a short treatise attributed to Raban Maur, widen the perspective beyond the frontier of the Christendom. All show a lively consciousnesse of the conventional nature of the writing, its narrow relationship with the culture and the language, and by a daily impregnation, support the vast movement of the carolingian renovatio.

Key Words: writing, regnum Francorum, translatio studii, carolingian reform