Archives par mot-clé : publications Moyen Âge

Mobilités du lignage anglo-normand de Briouze (mi-XIe siècle-1326)

Amélie Rigollet

Mobilités du lignage anglo-normand de Briouze (mi-XIe siècle–1326)

Turnhout : Brepols, 2021 (Histoires de famille. La parenté au Moyen Âge-HIFA 22)

ISBN: 978-2-503-59248-0 / 519 p., 79€

La famille de Briouze se désigne elle-même, depuis le milieu du XIe siècle, par un toponyme, en référence au centre originel de sa puissance territoriale. Le qualificatif d’« anglo-normand » employé pour désigner le lignage de Briouze permet d’évoquer sa double appartenance culturelle. Le lignage dépasse cette acception binaire en s’implantant dans les régions annexées par la couronne anglaise. Les Briouze sont des seigneurs transrégionaux, puisqu’au gré des conquêtes, ils construisent un vaste patrimoine transmaritime, morcelé à l’intérieur du monde anglo-normand.

Relier les parcours individuels et les stratégies lignagères aux évolutions d’ensemble : cette démarche permet de saisir la complémentarité des phénomènes à des échelles variées pour discerner les particularismes propres aux Briouze. L’interconnexion entre expansion territoriale, ascension sociale et loyauté envers la royauté est l’une des caractéristiques de leur histoire. Cette dernière est écrite par le recoupement d’actes collectés dans les fonds ecclésiastiques et les archives du pouvoir souverain, croisés aux discours produits par l’historiographie médiévale. Les discontinuités coïncident avec l’évolution de la structure du lignage et des rapports entre la famille et le pouvoir.

La capacité d’adaptation – ou l’inadaptation – du lignage de Briouze aux différentes formes de mobilités, question centrale de cet ouvrage, transparaît dans leur aptitude à affronter et surmonter les situations de crise. À l’intersection des formes de mobilités aux évolutions distinctes – politique, sociale, culturelle et économique – se trouve la mobilité géographique, trait d’union entre ces transformations différenciées ainsi imbriquées. Chaque rupture, chaque chute du lignage éclate sous la pression du pouvoir politique mais survient lorsque les possibilités d’expansions territoriales sont contrariées ou empêchées.
Docteure en histoire médiévale, chercheuse associée au CESCM.

 

Table of Contents

Remerciements
Table des matières
Abréviations
Préface

Introduction. Sur les traces des Briouze

Première partie : 1066-1175

Des seigneurs pionniers
Briouze, du toponyme à la topolignée
La seigneurie nouvelle de Briouze aux confins du duché
Guillaume Ier de Briouze (c. 1030-c. 1095), de Briouze à Bramber, gardien des frontières du monde anglo-normand
La fidélité des Briouze face à l’instabilité du pouvoir (1087-1154)
Conclusion : Distance entre les Briouze et le pouvoir royal

Tripolarité castrale
Briouze, en bordure du marais du Grand Hazé
Bramber, dans l’estuaire de l’Adur
Radnor, sur un éperon rocheux de la Radnor Forest
Conclusion : À la conquête de l’ouest

Fondations bénédictines
Le fief de Briouze, entre idéal aristocratique et réalité monastique
La seigneurie de Bramber, un nouvel enjeu très attractif
Conclusion : Décentrement du dominium

Polarisation des affinités
Une topolignée mobile au gré des stratégies matrimoniales
La parenté de Briouze, un réseau égocentré
Identifier les réseaux de fidélité dans l’entourage seigneurial
Conclusion : Typologie de la polarisation des affinités

Gérer la dispersion des richesses foncières
Le capital : les terres recensées par les enquêtes royales
Les ressources : profits complémentaires issus du domaine
Le personnel : délégation de la gestion des terres éparses
Les charges : indices d’une stratégie d’extension territoriale
Conclusion : Gérer le polycentrisme territorial

Deuxième partie : 1175-1211

De pionnier à occupant, expansion castrale dans la marche de Galles
Densification de l’implantation galloise
Les Briouze, gardiens et protecteurs de châteaux de la marche
Conclusion : Être seigneur dans une région frontalière hybride

Portrait historiographique de Guillaume III, seigneur de la marche
Un guerrier cruel
Un chevalier pieux, protecteur de l’Église galloise
Conclusion : Portrait ambivalent d’un seigneur de la marche

Guillaume III de Briouze, « favori » du roi Jean (1199-1207)
Les étapes de la faveur royale
Guillaume III a-t-il les moyens de ses ambitions ?
Conclusion : Les prémices de la disgrâce

Prévalence de la parentèle dans l’entourage de Guillaume III de Briouze
Importance des Saint-Valéry
Placer ses parents
Conclusion : Un réseau familial en clair-obscur

L’obsession irlandaise
La mémoire d’un échec familial (1177)
Guillaume III de Briouze obnubilé par Limerick
Les absents ont toujours tort
Conclusion : « Risquer les périls de la Fortune »

La Fortune destructrice : récits d’un déclin
Les motifs narratifs de la chute
Les récits de la chute, critiques voilées du pouvoir royal
Mathilde de Briouze, cible de la disgrâce
Guillaume IV le Jeune, l’oublié des récits
Dualité des contestations de Gilles de Briouze, évêque rebelle
Conclusion : Une vérité insaisissable

Troisième partie : 1211-1326

Altérités (1211-1232)
Quand le parent devient Autre
Altération de l’autorité familiale divisée
Quand l’Autre devient parent  
Conclusion : Un patronyme, deux sous-lignées

Ève de Briouze et ses filles (1230-1246)
Ève, épouse de Guillaume V de Briouze et dame de la Marche
Les quatre filles d’Ève, objets de convoitise
Ève, une jeune veuve dynamique et autonome
Conclusion : Extinction de la sous-lignée cadette

Chevaliers au lion (mi-XIIIe siècle-1326)
La figure du chef : expression de la domination seigneuriale
Guillaume VI, un loyal partisan du roi
Le lion combattant pour la lutte du Bien contre le Mal
Emblème du chevalier chrétien
Conclusion : Identité et mémoire familiale

L’attachement des vassaux
Implantation des lignées vassaliques
Servir les seigneurs de Briouze
Conclusion : Des liens d’affection durables

Dislocation de la puissance seigneuriale
Jean de Montbray, le substitut
Le Gower et la remise en cause de l’autorité des Briouze
La réaction des Briouze
Conclusion : Collision de trajectoires

Conclusion : Progressions du lignage de Briouze

Annexe 1: Actes émis par les seigneurs de Briouze
Annexe 2: Les possessions anglaises de Guillaume Ier de Briouze selon le Domesday Book
Annexe 3: Itinéraire de Guillaume III de Briouze, témoin royal (1194-1207)
Annexe 4: Enquête menée en 1319 sur les terres de Guillaume VII de Briouze, seigneur de Gower

Sources et Bibliographie

Table des figures

Transferts culturels entre France et Orient latin (XIIe-XIIIe siècles)

 Transferts culturels entre France
et Orient latin (XIIe-XIIIe siècles)

Sous la dir. de Martin Aurell, Marisa Galvez et Estelle Ingrand-Varenne

Paris : Classiques Garnier, 2021

(Rencontres, Série Histoire, n° 10)

ISBN : 978-2-406-11405-5 (br.)  36€ / 978-2-406-11406-2 (rel.) 75€

Comment comprendre les relations entre France et Orient au Moyen Âge ? La méthode des transferts culturels permet de réfléchir aux circulations et interactions des langages, idées, biens et modes de vie, dans le va-et-vient incessant entre mondes latin, byzantin et arabo-musulman aux XIIe-XIIIe siècles.

How can we understand the relationship between France and the East in the Middle Ages? The method of cultural transfers allows to reflect on the interactions of languages, ideas, goods and ways of life, in the incessant to-and-fro between the Latin, Byzantine and Arab-Muslim worlds in the 12th-13th c.

 

Table des matières

 

Martin AURELL, Marisa GALVEZ et Estelle INGRAND-VARENNE : Introduction


Première partie

Échange, circulation, imitation


Jaroslav FOLDA : Crusader Gothic. Artistic Imitation, Interaction, and Transfer

Stéphane BOISSELLIER : Religious elites in Christian and Islamic societies, a possible comparison?

Estelle INGRAND-VARENNE : Transferts épigraphiques. Les inscriptions de l’abbaye du Val de Josaphat à Jérusalem

Robert KOOL : Finding French Deniers in the Latin Kingdom of Jerusalem. The Archaeological and Cultural Perspective

Sébastien GASC : Les monnayages méditerranéens des XIIe et XIIIe siècles. Exemples numismatiques des influences et transferts culturels entre Islam et chrétienté latine


Deuxième partie

Interaction linguistique, littéraire et scientifique

Laura MiINERVINI : Les manuscrits français d’Outremer. Un nouveau bilan

Cyril ASLANOV : Old French and Armenian in Contact in Cilicia.
A Short-Lived Episode?

Cinzia PiGNATELLI : Deux guides de Terre Sainte dans les Otia imperialia de Gervais de Tilbury et leur traduction par Jean d’Antioche

Catalina GIRBEA : Des transferts culturels épiques et romanesques
aux XIIe-XIIIe siècles

Abderrazak HALLOUMI : Le Livre de l’Eschiele Mahomet : un exemple d’un double transfert ? Adaptation ou réécriture ?

Olivier HANNE : Adélard de Bath et les Arabes. Le renouvellement des sciences en Syrie du Nord au XIIe siècle

Troisième partie

Altérité et acculturation

Florian BESSON : Devenir étranger. Des anti-transferts culturels
en Orient latin

Martin AURELL : De l’acculturation à l’ethnotype.
L’altérité du Latin d’Orient

Adrian BOAS : The Acclimatisation of the Frankish Population
to Life in the Latin East. Some Examples from Daily Life

Clément de VASSELOT de RÉGNÉ : Guy de Lusignan. Pouvoir et récits du règne entre Occident, Orient latin et Chypre

Steven ISAAC : “There and Back Again”. Women and Holy War

Claudio GALDERISI : Conclusions. De la translatio studii et imperii à la translatio imperii et studii

Index des personnes
Index des lieux
Résumés

Fontevraud et ses prieurés. Etudes d’histoire, histoire de l’art et archéologie

Fontevraud et ses prieurés. Etudes d’histoire, histoire de l’art et archéologie

Claude Andrault-Schmitt, Patrick Bouvart et Cécile Treffort

Limoges : Presses universitaires de Limoges, 2021

302 p.

ISBN : 978-284-287-817-7

Présentation

Si le monastère de Fontevraud est étudié depuis longtemps, et savamment, le réseau de ses prieurés reste insuffisamment exploré, qu’il s’agisse des établissements installés au plus près du Moûtier principal, dans la même enceinte, ou des satellites dispersés en France, en Angleterre et un peu en Espagne. En septembre 2015, un colloque a permis d’ouvrir ce dossier passionnant. Chacun des sites évoqués a été traité de façon autonome, mais l’ensemble a mis en cause la pertinence des listes tardivement établies, l’universalité du système des prieurés doubles (femmes et hommes dans deux cloîtres proches), la façon de nommer les dépendances.

La recherche n’est qu’amorcée. Toutefois, les Actes ici réunis montrent que si la problématique est originale, en raison d’un gouvernement centralisé, exercé par une femme, elle est susceptible d’éclairer l’étude d’autres ordres religieux. Ainsi, interroger la terminologie et la notion de prieuré, qui au Moyen Âge central renvoie exclusivement aux personnes, prieurs et prieures, se situe au cœur de l’actualité scientifique.

Introduit par un avant-propos de Jacques Dalarun, l’ouvrage aborde ensuite des sujets soulignant l’originalité du phénomène fontevriste : les questions de l’inventaire, de la genèse, voire de l’échec, des prieurés; la présentation des fonds d’archives disponibles ; une mise en perspective politique et artistique dans l’Aquitaine plantagenêt. La quatrième et plus importante partie du recueil réunit six ensembles claustraux en huit contributions. Ces monographies sont diversement argumentées en raison des conditions de l’investigation archéologique mais aussi des rythmes d’évolution des fondations; elles appellent au lancement de nouveaux chantiers et à la multiplication des enquêtes.

Sommaire

– Présentation – Claude ANDRAULT-SCHMITT

– Avant-propos : Le projet de Fontevraud – Jacques DALARUN

I – La question de l’ordre fontevriste

– Les prieurés de l’ordre de Fontevraud : définition et inventaire des sites – Patrick BOUVART

– Divorcer de Pétronille ou adhérer à Fontevraud. Géraud de Salles et la genèse de l’Ecclesia fontevriste – Alexis GRELOIS

II – Les sources

– Le « Trésor » de l’abbaye de Fontevraud  aux Archives départementales de Maine-et-Loire – Élisabeth VERRY

– Le grand cartulaire de Fontevraud, un monument pour le premier siècle de l’ordre – Robert FAVREAU

– Un prieuré fontevriste frustré dans l’Espagne  du XIIe siècle, Gema del Vino – Charles GARCIA

III – Le contexte de l’Aquitaine Plantagenêt

– The Plantagenets and the Priories of Fontevraud: New Connections, Old Resonances? – Nicholas VINCENT

– Fontevraud et les ordres « au désert ».  L’expression architecturale de l’austérité et sa chronologie en territoire Plantagenêt – Claude ANDRAULT-SCHMITT

– Les prieurés fontevristes de Lencoître et Villesalem : la place de la sculpture dans les églises – Bénédicte FILLION-BRAGUET

IV- Les prieurés à la lumière des enquêtes archéologies

– Saint-Lazare de Fontevraud – Daniel PRIGENT

– Le Clos de la Madeleine à Fontevraud : étude préalable d’archéologie – Stéphane AUGRY

– Quelques réflexions sur le Clos de la Madeleine à Fontevraud : bilan et perspectives – Patrick BOUVART et Stéphane AUGRY

– Les fouilles archéologiques du prieuré de la Madeleine-lez-Orléans – Philippe BLANCHARD

– Une installation difficile pour les moniales,  une archéologie complexe. L’exemple de Montazais – Patrick BOUVART

– Tusson : de la recherche archéologique à la valorisation patrimoniale – Didier DELHOUME, Patrick BOUVART

– 50 ans de recherches au prieuré de  Moreaucourt (Somme) : des résultats et un potentiel à explorer – Sébastien SIREAU

– Les possessions de l’eau du prieuré fontevriste de Moreaucourt (XIIe-XVIIIe siècle) – Christophe CLOQUIER

– Conclusions – Cécile TREFFORT

– Références complètes des ouvrages cités

– Index des noms de personnes (antérieurs à la Révolution)

– Établissements religieux et églises cités

La rumeur des distances traversées

La rumeur des distances traversées.
Transferts culturels, traductions et translations entre Moyen Âge et Modernité.

Claudio Galderisi

Turnhout : Brepols, 2021

(Bibliothèque de Transmédie (BITAM 9), 603 p. 95€

ISBN: 978-2-503-59404-0


Les vingt-cinq chapitres de cet ouvrage offrent une vue d’ensemble de la pratique de la translation, de la traduction et des transferts culturels, de leur portée quantitative et typologique, de leurs enjeux épistémologiques et historiques, de leurs impasses, de leurs silences, de leurs faux-semblants et de leurs faux-amis, mais également de leur charge vivifiante, du profit que les lettrés et les indocti peuvent en retirer.

Cet ouvrage ne s’interroge pas seulement sur l’utilitas, le plaisir, les buts éthiques, politiques et moraux de la traduction. La traduction n’est que l’un des vecteurs de la translatio studii, qui alimente à travers la circulation culturelle et universitaire, le choc des mythologies, la confrontation de la pensée sauvage et de la pensée cléricale, tous les transferts qui s’opèrent du passé vers le présent, de l’Est vers l’Ouest, et parfois de l’Ouest vers l’Est. Ce livre propose alors des études d’autres modalités de transfert culturel, d’autres types de mutations qui dessinent des fractales culturelles dans l’espace-temps qui sépare et réunit l’Antiquité et le monde médiéval, l’Orient et l’Occident, les mondes médiévaux et les mondes modernes. L’observation de ces transferts culturels nous offre une image vivante et vivifiante de la civilisation médiévale et nous oriente dans les chemins et parfois les impasses qu’elle a empruntés au Moyen Âge, et au-delà jusqu’à nous. Claudio Galderisi, professeur de langues et littératures de la France médiévale à l’Université de Poitiers (CESCM), a dirigé les trois volumes des Translations médiévales. Cinq siècles de traductions en français au Moyen Âge (XIe -XVe s.) (Brepols, 2011) et a codirigé une dizaine de volumes sur la traduction et les transferts culturels.

Table of Contents

Avant-propos : perspectives et prospectives

Partie I : L’invention du Moyen Âge
Le Moyen Âge des pertes, des gains et une capitalisation majeure
Une civilisation juchée sur les épaules des lettres

Partie II. 1 : Des géants sur les épaules des nains…
Le translateur : Pont et planche du nouveau monde
La langue d’oïl (et la langue d’oc) au miroir des traductions
Le silence des siècles et la traduction empêchée
La traduction manipulée

Partie II. 2 : Mythologie antique et horizons chrétiens : trois exemples de concurrence culturelle
Alcide, le héros oublié de la translatio studii
Alexandre : Bâtisseur et ‘fossoyeur’ d’Alexandrie
Paris au Moyen Âge entre mythisation et représentation littéraire in absentia

Partie III : Les lettres françaises à l’école des traducteurs
Des translateurs-nains aux créateurs de la prose savante
Liste des traducteurs des XIVe et XVe
Des nains devenus des maîtres à penser: Les traductions des miroirs des princes
L’âge de la traduction : Moyen Âge vs Renaissance

Partie IV : Les deux sœurs de la Romania : France et Italie
La France et l’Italie : Faux-amis et vrais transferts culturels au Moyen Âge
Un cas emblématique du bilinguisme roman : Brunetto Latini entre création, compilation et… autotraduction
Une auctoritas problématique : Bonaventure de Demena et l’autotraduction

Partie V. 1 : L’héritage de la translatio studii : de la francophonie au médiévalisme
Du même au même ? La vieille langue était une langue jeune
Lingua Gallica ad Europam

Partie V. 2 : Quatre modalités de la mutation littéraire 
La fée envolée vers la Modernité
Entre réécriture et traduction : Stendhal et les Chroniques italiennes
L’anachronisme sublimé ou La Pisanelle de D’Annunzio
Réécritures vivifiantes : Le Jongleur de Notre-Dame
Le médiévalisme en trompe-l’œil

Conclusion : Pour une nouvelle translatio studii

Apostille anachronique

Index des auteurs
Index des titres
Index des manuscrits

Dante et Shakespeare

Dante et Shakespeare Cosmologie, politique, poétique

Isabelle BATTESTI et Pascale DROUET

Paris : Classiques Garnier, 2020

(Encounters, 468), 351 p.

ISBN : 978-2-406-10125-3

 

This collection of essays invites a comparative approach of Dante and Shakespeare’s respective works according to three main lines: cosmology (a meditation on the divine and on the natural order); politics (a reflection upon human society and political constitution); and poetics (a reflection upon the art of writing).

Voir la parution sur le site de l’éditeur ICI


TABLE DES MATIÈRES

 

Isabelle BATTESTI et Pascale DROUET : Introduction

Première Partie

ORDRE COSMIQUE, DÉSORDRES POLITIQUES

Piero BOITANI : La musique des sphères. Dante et Shakespeare

Arianna HIJAZIN et Federico ROSSI : « Quasi una ordinata civilitade ». Ordre cosmique et ordre politique chez Dante et Shakespeare

William FRANKE : De Dante à Mallarmé à travers l’Hamlet de Shakespeare. Négativité de la révélation poético-prophétique dans la modernité

Deuxième partie

AVEUGLEMENTS ET DÉRÈGLEMENTS DU DÉSIR

Angela SCHUMANN : « Let me be ignorant ». Une lecture thomiste de l’aveuglement chez Dante et Shakespeare

Manuele GRAGNOLATI et Francesca SOUTHERDEN : Compulsion, plaisir, regret. Volonté et passivité dans trois sonnets de Dante, Pétrarque et Shakespeare

Raffaele PINTO : Théologisme philogyne (Dante) et anti-théologisme misogyne (Shakespeare)

Troisième partie

RENCONTRES POÉTIQUES, RENCONTRES RHÉTORIQUES

Emilia DI ROCCO : Dante et Shakespeare, une relation difficile

Christophe CAMARD : « In abito leggier di peregrino ». Échos et influence de Dante dans le Roméo et Juliette de Shakespeare

Franziska MEIER : Dante et Shakespeare, et les couleurs rhétoriques

Quatrième partie

L’HÉRITAGE CONTEMPORAINLA « FONCTION-AUTEUR » DE DANTE ET SHAKESPEARE

Bruno PINCHARD : Hugo entre Dante et Shakespeare. Une médiation poétique

Emilie GEORGES : Éclat dantesque. Splendeur et fragment dans les Cantos d’Ezra Pound

Filippo FONIOLES :  Livres perdus de Dante et de Shakespeare. Les classiques à l’épreuve de la littérature de genre

René de CECCATTY : Écriture, traduction et modernité. La Divine Comédie aujourd’hui

Louis ANDRE et Édouard LEKSTON : Dante et Shakespeare, croisements graphiques.entretien de Louis André avec Édouard Lekston

Bibliographie

Index des noms propres

Résumés

Table des illustrations