Archives par mot-clé : Programme Imago

Appel à communications et à inscriptions – 13èmes Rencontres du GRIM (27 mai 2020)

Groupe de Recherches en Iconographie Médiévale / IMAGO

Treizièmes Rencontres du GRIM
Mercredi 27 mai 2020- Paris, INHA, salle Vasari

Appel à communications et à inscriptions

Le GRIM – Groupe de Recherches en iconographie médiévale – est un collectif académique fondé par Christian Heck, qui s’intéresse à l’analyse et l’interprétation des œuvres du Moyen Âge, mais aussi aux corpus et bases d’images qui les rendent possibles. Il est dorénavant lié à IMAGO, association d’historiens de l’art sise au CESCM de Poitiers, et porté par un nouveau comité scientifique : Isabelle Marchesin, conseillère scientifique du domaine histoire de l’art médiéval, INHA ; Charlotte Denoël, Conservateur en chef, service des manuscrits médiévaux, BnF ; Anne-Orange Poilpré, MCF, Université Paris 1/HiCSA ; Cécile Voyer, Pr, Université de Poitiers/CESCM).

Le GRIM organise des conférences ponctuelles (Les rencontres Imago, au CESCM de Poitiers) et des journées d’études (à l’Institut national d’histoire de l’art, à Paris), qui sont ouvertes à tous, tout en donnant une place notable aux doctorants et aux jeunes chercheurs (dès le Master 2).

Comme pour les précédentes journées du GRIM, les communications dureront 20 mn. Elles seront dédiées aux questions de méthodologie et d’historiographie, et non à la présentation générale des fruits d’une recherche. Elles éviteront les longues descriptions énumératives, pour se concentrer sur des dossiers précis, et s’attacheront à en expliciter les cadres théoriques.

La journée d’étude du mercredi 27 mai 2020, qui aura lieu à l’INHA (salle Vasari), s’intitule : Les états du corps en images.

Depuis les deux dernières décennies, les historiographies médiévistes anglo-américaine et  européenne se sont emparées de la question de la matérialité et de la perception sensible des œuvres.

Au-delà de la matérialité et de la sensorialité, une question mérite d’être explorée, dont l’horizon d’anthropologie religieuse est fondamental pour la compréhension des images et des comportements : celui des états du corps, rendus visibles par des ornements, des traits anatomiques des mouvements spécifiques, et par des situations singulières dans les lieux et les espaces des images. Or, figurer le corps suppose un recours à une grande variété d’approches et de moyens plastiques : dissimulé par son vêtement ou révélé par la nudité, montré entièrement ou partiellement, marqué ou non par des caractères sexués, exalté dans sa chair et son volume par un rendu tridimensionnel, ou sublimé par l’abstraction. Bien qu’ayant renoncé un temps à la représentation en ronde-bosse, l’art médiéval repense la représentation du corps, autorisant une forme de séduction physique à travers la figuration, notamment à partir de la fin du XIIe siècle.  

Le corps est omniprésent dans les images médiévales car son intérêt est sans cesse renouvelé par l’éventail de possibles presque infini qu’il offre. Il est en effet considéré comme un instrument dont le chrétien dispose. Autrement dit, il est neutre et peut conduire au meilleur comme au pire, siège des faiblesses humaines, mais aussi voie du Salut. Le refus du dualisme entre corps et âme – contre toute la tradition antique – s’explique par la revalorisation de la chair liée à l’incarnation du Christ (« la chair est le gond du Salut » explique Tertullien). Toutes ces manières de concevoir le corps en image renvoient bien sûr à sa valeur anthropologique, mais aussi à une capacité à traduire, par le travail plastique et visuel, différents niveaux de conscience, de connaissance ou d’ignorance. Au-delà de sa présence, on s’interrogera sur ce que le figuré exprime de l’état du corps tour à tour pécheur, souffrant, contraint, martyrisé, transcendé par l’esprit, ressuscité, glorieux, divin, objet d’adoration dont la substance se manifeste dans les espèces eucharistiques.

Ces corps en images sont à considérer en fonction de l’environnement iconique qu’ils peuplent, mais aussi en tenant compte du contexte, notamment celle de la mise en visibilité des images. En outre, cette journée permettra d’aborder les questions de simulacre, de séduction, d’imaginatio, propres aux images mais aussi de mesurer l’apport des études comportementales à notre discipline. À partir d’études de cas, il s’agira donc de considérer la rencontre entre la représentation et son support, et de rendre compte des méthodes d’analyse engagées dans l’étude.

Les propositions de communications se feront par retour du formulaire ci-joint en courrier attaché avant le vendredi 24 janvier 2020, à l’adresse suivante : imago.grim.contact@gmail.com
Formulaire inscription ICI

 

L’accès aux Rencontres du GRIM est ouvert à tous, et les étudiants de licence et de Master sont cordialement invités à venir écouter les conférenciers. Le GRIM ne disposant d’aucun budget, les intervenants et les auditeurs s’adresseront aux centres de recherche dont ils dépendent pour une éventuelle prise en charge des frais.

Le programme définitif sera établi et diffusé début mai, envoyé par e-mail à toutes les personnes inscrites, et également disponible sur le site du CESCM : https://cescm.labo.univ-poitiers.fr/la-formation/grim-imago/

Les Responsables du GRIM


NB : Indépendamment de la journée d’étude du 27 mai, les chercheurs en iconographie médiévale occidentale, byzantine ou islamique, peuvent, s’ils le souhaitent, inscrire leur sujet d’étude et leurs publications dans le Répertoire du GRIM, par l’entremise d’un autre formulaire ci-joint, à remplir ou à mettre à jour pour les personnes déjà inscrites.

Voir le formulaire ICI

[27 nov.] Axe 3 : les rencontres imago/2

La deuxième des rencontres IMAGO de l’année 2019-2020 se tiendra le mercredi 27 novembre au CESCM (salle Berger) de 10h30 à 12h.

 

Xavier Barral i Altet, professeur d’histoire de l’art médiéval des Universités de Rennes et de Venise Ca’Foscari, Bibliothèque Hertziana, Rome, présentera ses réflexions sur  Questions d’iconographie : à propos de quelques images de la broderie de Bayeux au sens controversé.

Ces rencontres sont consacrées aux images médiévales, aux signes, aux formes et  aux représentations. Ouvertes à toutes et à tous, elles sont pensées comme un espace de discussion autour d’un sujet, d’un thème, un dossier.

Vous êtes donc cordialement invités à échanger autour du thème de la rencontre ou de l’objet d’étude présenté.

Nous espérons tous vous retrouver, chers collègues, chers amis, chers étudiants, le 27 novembre, et sommes à votre disposition pour tout renseignement complémentaire.

Contact : cecile.voyer@univ-poitiers.fr

 

 

 

 

 

 

 

[23 mai] Rencontres du GRIM (12e édition) Matérialité, visualité et signification

Journées d’études :

Date : 23 mai 2019, 10h – 16h

Lieu : Galerie Colbert, salle Giorgio Vasari, Institut national d’histoire de l’art, 2 rue Vivienne ou 6 rue des Petits- Champs – 75 002 Paris

Métro : Ligne 3 : Bourse Lignes 1 et 7 : Palais Royal – Musée du Louvre Lignes 7 et 14 : Pyramides

Pour plus d’information

Accueil INHA : 01 47 03 89 00 –  www.inha.fr

Télécharger le programme ICI

Evangéliaire de Bernward, Hildesheim, Dom-Museum, DS 18, f. 17, début xie, Photo © Dom-Museum Hildesheim (détail).

Le GRIM – Groupe de recherches en iconographie médiévale – est un collectif académique fondé par Christian Heck, qui s’intéresse à l’analyse et l’interprétation des œuvres médiévales ainsi qu’aux corpus et bases d’images qui les rendent possibles. Dorénavant lié à IMAGO et favorisant la prise de parole de jeunes chercheurs, il organise sa 12e journée d’études sur le thème « Matérialité, visualité et signification ».

Les notions de matérialité et de visualité constituent deux champs de recherche majeurs dans le domaine des sciences humaines et sociales. Centrées autour de l’œuvre comme artefact et comme chose vue, elles permettent de nouer un riche dialogue entre l’histoire de l’art, l’anthropologie, la culture matérielle et l’histoire des sciences et des techniques. Les interventions poseront la rencontre entre le matériau, le signe et l’image, et rendront compte des méthodes d’analyse engagées dans l’étude.

En partenariat avec le GRIM et IMAGO (Centre d’études supérieures de civilisation médiévale, université de Poitiers)

Comité scientifique

Charlotte Denoël (BnF), Isabelle Marchesin (INHA), Anne- Orange Poilpré (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), Cécile Voyer (université de Poitiers)

Intervenants

Amal Azzi (Master 2, université de Nantes), Virginia Grossi (Master 2, université de Pise-Scuola, Normale Superiore de Pise), Maria Lesimple (doctorante, université Grenoble- Alpes), Francisco Mamani Fuentes (doctorant, École Normale Supérieure-PSL et université de Grenade), Cécile Maruéjouls (doctorante, université de Poitiers), Melissa Nieto (doctorante, université de Lausanne), Audrey Pennel (docteure, université Bourgogne-Franche-Comté), Emeric Rigault (doctorant, université Toulouse-Jean Jaurès), Audrey Ségard (docteure, université Lille 3), Élise Vernerey (doctorante, université de Poitiers)


Programme

 

10hIntroduction par Charlotte Denoël, Isabelle Marchesin, Anne-Orange Poilpré et  Cécile Voyer

10h10 – La charpenterie  mudéjar : le bois comme support d’un langage symbolique en Espagne, Francisco Mamani Fuentes (doctorant, École Normale Supérieure- PSL et université de Grenade)

10h30 – Focus sur la matérialité des murs, traces de l’intervention humaine et mémoire des hommes. L’exemple de saint Georges au château de Selles de Cambrai (Nord), Audrey Ségard (docteure, université Lille 3)

10h50 – Stratégies dévotionnelles de Marguerite d’Autriche. Le trésor de Brou : reconstitution in situ du trésor légué par Marguerite d’Autriche à sa fondation funéraire, Maria Lesimple (doctorante, université Grenoble-Alpes) Discussion et pause

11h10- Discussion et pause

11h40 – Entre matérialité et iconographie de l’architecture : la rotonde de Saint-Jean à Vigolo Marchese (Plaisance) comme interprétation du modèle du Saint-Sépulcre, Virginia Grossi (Master 2, université de Pise-Scuola, Normale Superiore de Pise)

12h – Une sculpture sans-papiers : approche méthodologique de la matérialité, Amal Azzi (Master 2, université de Nantes)

12h20 – Discussion

12h45 – Pause déjeuner

14h – Exacerber la matière picturale  pour faire connaître l’intervalle entre le sensible et le divin. L’exemple du sanctuaire de Saint-Martin de Fenollar, Élise Vernerey (doctorante, université de Poitiers)

14h20 – Le corps, le signe et l’image : autour  de la console figurative de la Dernière communion de Marie l’Égyptienne (Colmar, musée Unterlinden, v. 1150), Cécile Maruéjouls (doctorante, université de Poitiers)

14h40 – La danseuse et la relique. À propos d’un chapiteau roman de la cathédrale de Besançon et des nouvelles pratiques de l’image de saint Jean-Baptiste au tournant des XIe  et XIIe  siècles, Emeric Rigault (doctorant, université Toulouse-Jean Jaurès)

15h – Discussion et pause

15h30 – Salvum me fac deus : réflexions sur la matérialité d’un psautier- bréviaire bâlois féminin du XIIIe  siècle, Melissa Nieto (doctorante, université de Lausanne)

15h50 – Du portrait de Toute Belle à la statue de Pygmalion : l’image du féminin modelé comme support de prière amoureuse, aux XIVe  et XVe siècles, Audrey Pennel (docteure, université Bourgogne-Franche-Comté)

16h10 – Discussion