Archives par mot-clé : photothèque

[15 novembre] Focus n° 2 : le ciborium de San Marco

Vous êtes chaleureusement convié.e.s au Focus n° 2, autour du ciborium de San Marco de Venise.

Le jeudi 15 novembre, 12h-13h, CESCM-Pôle documentaire.

Construit comme un high-light sur le fonds iconographique du CESCM, les « Focus » proposent de montrer la corrélation entre le fonds physique, la base Romane et le travail scientifique, et ce par la collaboration des chercheurs et de l’équipe de la Photothèque.

Le 15 novembre, nous vous proposons une discussion scientifique et conviviale sur le ciborium de San Marco de Venise, en compagnie de notre invitée Maria Villano, doctorante sous la direction de Stefano Riccioni et de Vincent Debiais. Le questionnement portera sur une sélection iconographique et épigraphique de cette œuvre célèbre, mais peu étudiée jusqu’à présent et à la datation controversée. Ouvert à tous et axé sur l’interactivité, vous êtes convié à partager ce moment autour d’un verre.

N’hésitez pas à apporter votre casse-croûte, nous déjeunerons ensemble lors de cet échange.

Appel à contributions FOCUS, 2018-2019 : L’étude des images

Construits comme un high-light sur le fonds iconographique du CESCM, les « Focus » proposent de montrer la corrélation entre le fonds documentaire de la Photothèque et le travail des chercheurs, et ce dans un cadre scientifique tout autant que convivial.

Axé sur l’échange scientifique et chaleureux, ce rendez-vous ouvert à tous se déroule une fois par mois  au Pôle documentaire du CESCM, de 12h à 13h.

Initiés depuis octobre 2016, les Focus ont été l’occasion de nombreux zoom sur des aspects précis de la recherche en médiévistique. La présentation d’une heure sur le temps de midi est l’occasion d’échanges scientifiques hors du contexte conventionnel de séminaires ou de conférences. La diversité des approches, des supports et des méthodes enrichit les discussions, lesquelles permettent de présenter des travaux mais aussi d’affermir des hypothèses, d’expérimenter de nouvelles pistes ou de vérifier des approches novatrices, et ce dans un cadre bienveillant et amical ouvert à tous.

L’année 2018-2019 sera orientée vers l’étude de l’image par la culture visuelle, l’iconographie, la technique, l’analyse des signes iconiques et alphabétiques, etc.

Enseignants-chercheurs, chercheurs, docteurs, ingénieurs de recherches et d’études, professionnels, spécialistes et doctorants sont invités à proposer leur contribution. Tout sujet, work in progress ou étude accomplie, est susceptible d’être soumis sous réserve d’un lien avec le fonds de la Photothèque du CESCM et/ou la base Romane.

 


Proposition de contribution (résumé 10 lignes max. avec exemples précis) à communiquer sont à retourner avant le 10 juin 2018 par mail à phototheque.cescm@univ-poitiers.fr

Tout sujet ou support, work in progress ou étude accomplie est susceptible d’être soumis sous réserve d’un lien avec le fonds de la Photothèque et/ou la base Romane.

Pour toute information complémentaire : phototheque.cescm@univ-poitiers.fr

[29 mars] Journée d’étude : « Architectes et ingénieurs 1500-1600 »

Journée d’étude : « Architectes et ingénieurs 1500-1600 », organisée par Nicolas Prouteau (Maître de conférences en archéologie médiévale Université de Poitiers – Directeur-adjoint du laboratoire / CESCM, UMR 7302 du CNRS) et Alain Salamagne (Professeur d’histoire de l’architecture – CESR, UMR 7323 du CNRS), dans le cadre du programme FESMAR.

Date : Jeudi 29 mars 2018, 10h-17h30.

Lieu : CESR – Salle Rapin, Centre d’études supérieures de la Renaissance 59, rue Néricault-Destouches – 37000 Tours.

Dans sa thèse bien connue (Aux origines de l’artiste moderne, Paris, 1989) Martin Warnke soulignait que l’artiste cessant d’être un travailleur pour devenir serviteur du prince, abandonnait du même coup les contraintes et les systèmes de valeur propres aux métiers. La thèse a depuis lors été nuancée mais elle pose clairement la question du statut de l’architecte vers 1500, entre la ville et la cour, au service de grands commanditaires. Se développe aussi à partir de la Renaissance la figure de l’ingénieur, en relation avec la fortification des places fortes, la création de villes et les projets d’urbanisme. Ce fut le cas en Italie comme dans les anciens Pays-Bas et en France dès la première moitié du XVIe siècle. L’ingénieur italien, théoricien, homme de cour souvent, était d’abord un concepteur de projets mais restait très souvent éloigné de la pratique. « Deviseurs de bastimens » pour l’italien Fra Giocondo ou « faiseurs de chasteaulx » pour Dominique de Cortone, les Italiens mentionnés en France à partir du début du XVIe siècle posent aussi la question des relations entre la France et l’Italie. Mais d’autres encore, comme Bazille de l’Escole, attesté de Rhodes aux Pays-Bas, attestent que les références étaient désormais devenues internationales et que la figure de l’ingénieur était bien au centre de l’idée de la « révolution militaire » du XVIe siècle.

Maître maçon, architecte ou ingénieur, ce débat d’idée fut fondamental dans la première moitié du XVIe siècle lorsqu’au statut du maître maçon s’ajouta celui de l’architecte, dans un débat d’idée dont un ensemble de sources se fait l’écho. L’accent sera mis sur la question de la formation et des domaines de compétence des architectes et ingénieurs durant la période incriminée (1500-1600).

Programme :

9h45 Accueil

10h-13h :

Alain Salamagne (Professeur Université de Tours, CESR) En guise d’introduction, architectes-ingénieurs 1500

Florian Meunier (Docteur en histoire de l’art, conservateur en chef au département des Objets d’art du musée du Louvre) Les connaissances techniques des architectes français vers 1500 : l’exemple de Martin Chambiges et de son entourage.

Étienne Hamon (Professeur d’histoire de l’art médiéval, Université de Lille, UMR IRHiS) La maîtrise d’œuvre de la fortification de Paris à la fin du XVe siècle ; l’exemple du boulevard de la tour de Billy (v. 1470-1476).

Olivier Biguet (Conservateur du patrimoine, Ville d’Angers) Jean Delespine, architecte angevin de la Renaissance.

14h30-17h30 :

Clément Alix (Pôle d’archéologie de la ville d’Orléans / Chercheur associé CESR) Architectes à Orléans.

Pascal Brioist (Professeur d’histoire moderne, Université de Tours, Centre d’Études Supérieures de la Renaissance UMR/CNRS, 7323) La formation des ingénieurs entre Italie et France au XVIe siècle.

Raphaël Tassin (Ater Université de Poitiers – UFR SHA) L’activité des ingénieurs militaires italiens dans l’Est de la France (1540-1610).

Nicolas Prouteau (Maître de conférences en archéologie médiévale Université de Poitiers- Directeur-adjoint du CESCM) En guise de conclusion.

Télécharger le programme.

Contact : Marie-Laure Masquilier. 
            

L’Index of Medieval Art de Princeton au CESCM

L’Index of Medieval Art de Princeton accessible gratuitement au Pôle documentaire du CESCM.

 

Le célèbre répertoire iconographique des images médiévales, fondé en 1917 par le Pr. Charles Rufus Morey (directeur du Département d’Art et d’Archéologie de l’Université de Princeton de 1924 à 1945), est dès à présent consultable au Pôle documentaire du CESCM.

Originellement, l’inventaire nommé Index of Christian Art se présentait sous une forme papier consultable à l’Université de Princeton et au Getty Research Institute-USA, à la bibliothèque universitaire d’Utrecht-Pays-Bas et à la Bibliothèque apostolique vaticane-Vatican. La version papier fut abandonnée dans les années 1990, lors du développement du numérique, au profit d’une base de données en ligne d’accès payant indexant progressivement les notices papier et les clichés argentiques composant le fonds documentaire.

Cette première base de données évolue aujourd’hui vers une nouvelle version, fruit d’un long travail de réflexion et de mise en œuvre par l’équipe de Princeton, formée de docteur.e.s en histoire de l’art responsables de l’indexation, et d’informaticiens rompus aux bases de données.

Rassemblant des notices sur les œuvres chrétiennes allant des premiers temps apostoliques au début de l’époque moderne, et sans limite géographique, elle est aujourd’hui rebaptisée Index of Medieval Art, ouvrant ainsi les champs d’investigations à l’iconographie chrétienne, juive, musulmane et aux sujets profanes.

Son atout majeur réside dans la quantité des documents traités, leur variété (tous les supports sont considérés : enluminure, ivoire, émail, sculpture, peinture, orfèvrerie, vitrail, etc.), l’amplitude chronologique et la richesse des références bibliographiques. Elle pèche cependant par des clichés photographiques généralement anciens, pas toujours de qualité optimale et fréquemment en noir et blanc. Soumis à la législation et aux droits photographiques, les images sont consultables pour la recherche personnelle mais non libres de droits : elles ne peuvent donc être utilisées pour des publications ou communications. Ces quelques déconvenues mises à part, l’utilisation de l’IMA reste un pré-requis à toute recherche en médiévistique : elle offre un fonds documentaire d’une richesse inégalée, un véritable outil de recherche scientifique fondamental et indispensable.

Avec la Photothèque du CESCM, riche de plus de 247 000 documents iconographiques relatifs à l’architecture et au décor monumental essentiellement d’époque romane, les deux institutions – Princeton et CESCM- constituent les deux fonds documentaires d’images médiévales les plus riches au monde. Le CESCM est donc heureux de permettre, au sein même du Pôle documentaire, d’accéder gratuitement à l’IMA, sans restriction de consultation mais sur rendez-vous préalable. Un nombre important de consultants justifiera, dans un an, la reconduction de cette acquisition.

Pour de plus amples informations ou prise de rendez-vous : phototheque.cescm@univ-poitiers.fr

 

L’œil et le Clic – VI

L’exposition temporaire intitulée « L’œil et le Clic » présente son nouveau cliché, toujours sous la prise de vue experte de Jean-Pierre Brouard, photographe du CESCM. Une occasion de (re)découvrir son travail en faveur de la recherche scientifique, les qualités professionnelles de son œil averti et l’assurance du geste, déclenchant le « clic » de l’objectif.

Jusqu’au jeudi 1er avril, découvrez l’œuvre photographique au CESCM, près de la cheminée du rez-de-chaussée, et tentez votre chance pour gagner l’exemplaire des Cahiers de civilisation médiévale de votre choix ! Répondez à la question posée sur les bulletins de participation, le tirage au sort désignera le gagnant parmi les bonnes réponses.

Bonne découverte, et bonne chance !