Archives par mot-clé : photo

[13 avril] Journée d’étude jeunes chercheurs – Association JANUA

Journée jeunes chercheurs Janua : La corporalité antique et médiévale

Date : 13 avril 2017 – 9h / 18h

Lieu :  Poitiers, faculté des Sciences humaines et arts, hôtel Berthelot, salle Crozet, 24 rue de la chaîne – Bât. E13

Journée d’études jeunes chercheurs organisée par l’association Janua.
Ouvert à tous les étudiants

Présentation

Janua, association des étudiants en Master et des doctorants de l’Université de Poitiers antiquisants et médiévistes, rattachés respectivement aux laboratoires HeRMA (Hellénisation et Romanisation dans le Monde Antique) et CESCM (Centre d’Études Supérieures de Civilisation Médiévale), organise le 13 avril 2017 une journée d’étude à destination des jeunes chercheurs (étudiants en Master Recherche, doctorants, docteurs ayant soutenu depuis moins de trois ans). Le thème retenu cette année est celui de la corporalité, entendue au sens large : qu’elle soit personnelle ou collective, matérielle, spirituelle, liée à la nomenclature des gestes, à la question des comportements, à l’idée de norme, etc.

La corporalité antique et médiévale

La corporalité, concept central de nos sociétés, facteur clé pour la compréhension de l’homme et de ce qui l’entoure, se situe au carrefour de nombreuses disciplines : psychologie, histoire, histoire de l’art, archéologie, philosophie, littérature, sociologie, anthropologie, etc., pour ne parler que des sciences sociales. De par son rapport étroit à la spiritualité, au concept d’âme, le corps se trouve au cœur du discours médical, littéraire, philosophique et théologique médiéval. L’Antiquité a elle aussi longtemps disserté sur cette notion ; pensons simplement au corps homérique, à ce qu’en dirent Hippocrate, Platon et Aristote, ou Ovide.

La recherche s’est depuis longtemps intéressée à cette thématique foisonnante, qu’il s’agisse de la question de l’expérience corporelle, de la connaissance du corps et de ses pratiques, du rapport à son corps et à celui des autres, du corps comme support d’identité individuelle et collective. Qu’il soit corps biologique, corps spirituel, corps social, corps en puissance, corps en représentation, ces différents aspects de la corporalité antique et médiévale ont fait l’objet d’études ponctuelles et d’approches plus larges. De nombreux travaux ont déjà permis de faire avancer la recherche : Une histoire du corps au Moyen Âge, de Jacques Le Goff et Nicolas Truong en 2003 ; Penser et représenter le corps dans l’Antiquité, publié en 2006 sous la direction de Francis Prost et Jérôme Wilgaux aux Presses Universitaires de Rennes ; ou tout récemment l’ouvrage de Jérome Baschet sur la relation entretenue entre le corps et l’âme au Moyen Âge.

L’objectif de cette rencontre est donc de faire le point sur les différentes dimensions de la corporalité antique et médiévale, de jeter des ponts entre les deux périodes. Loin du discours classique opposant le corps spirituel, philosophique, entendu comme « corporalité », et le corps matériel, plus concret, incarné, il conviendra de se situer dans l’interstice de ces deux notions afin d’envisager le corps comme un tout, sous toutes ces facettes. Les axes de recherche de cette journée d’étude peuvent être multiples et impliquer plusieurs disciplines ; nous nous contenterons d’évoquer ici quelques-unes d’entre elles : le corps « archéologique », envisagé sous l’angle funéraire, anthropologique, mais aussi rituel ; le corps comme objet de connaissances, notamment au prisme de la littérature savante ; le corps « social », comme expérience de soi et dans son rapport aux autres comme fondement de la société ; le corps spirituel, plus particulièrement dans son rapport avec l’âme, où se pose également la question du corps mystique, eucharistique ; enfin le corps comme représentation littéraire ou artistique.  Perméables entre eux, tous ces aspects invitent à une approche interdisciplinaire.

Tout jeune chercheur spécialisé dans l’étude des civilisations antique et médiévale peut faire une proposition de communication. Les contributions apportées lors de cette journée ont vocation à être publiées l’année suivante dans les Annales de Janua.


Programme

• 9h – Accueil des participants
• 9h15 – Introduction de la journée par les représentants des laboratoires CESCM et HeRMA

Séance I – Le corps spirituel : au carrefour du discours philosophique et religieux

Modératrice : Pauline Maouchi (Université de Poitiers)

• 9h30 – Maël Goarzin (Université de Lausanne)
Le corps du philosophe dans les biographies néoplatoniciennes : représentations du corps et exercices spirituels

• 10h15 – François Wallerich (Université Paris Ouest-Nanterre)
Penser la présence de Dieu dans les corps. L’eucharistie et ses analogies dans un fragment pastoral inédit du XIIIe siècle

• 11h – Pause

• 11h15 – Joanna Augustyn (Université de Varsovie)
Condamnées à être un corps ? Les saintes travesties dans l’hagiographie française médiévale

• 12h – Fatma Touj (Université de Tunis)
L’inhumation en décubitus latéral, survivance et identité ethnique : étude comparative entre les trois nécropoles puniques, Cap Zbib (Bizerte), El Mansoura (Cap Bon) et El Hkayma (Sahel)

• 12h45 – Pause déjeuner

Séance II – Corps politique, corps social : approches croisées

Modératrice : Sarah Skaghammar (Université de Poitiers)

• 14h15 – Caroline Husquin (Université Bretagne-Sud)
Les deux corps du prince : corporalités impériales et traitement littéraire à travers l’exemple d’Hadrien

• 15h – Charlotte Pichot (Université de Poitiers)
Le corps (féminin) est-il un miroir de l’honneur ? Quelques pistes de réflexion autour des sources judiciaires du bas Moyen Âge

• 15h45 – Pause

• 16h – Thierry Gregor (Établissement Régional d’Enseignement Adapté Théodore Monod de Saintes)
La posture du corps dans le chantier médiéval

• 16h45 – Sophie Hulot (Université Bordeaux Montaigne)
Ne nudarent corpora : le corps du soldat romain exposé à la violence de guerre (de la deuxième guerre punique aux Flaviens)

• 17h30 – Conclusions de la journée et présentation des Annales de Janua


Comité scientifique

Martin Aurell, Professeur d’Histoire médiévale, directeur de l’UMR 7302 CESCM

Lydie Bodiou, Maître de conférences en Histoire grecque

Nadine Dieudonné-Glad, Professeure d’Archéologie antique, directrice de l’EA 3811 HeRMA

Estelle Ingrand-Varenne, Ingénieure d’études au CNRS, Histoire médiévale

Pierre-Marie Joris, Maître de conférences en Littérature médiévale d’oc et d’oïl

Éric Palazzo, Professeur d’Histoire de l’art du Moyen Âge

Ghislaine Stouder, Maître de conférences en Histoire romaine

Alexandre Vincent, Maître de conférences en Histoire romaine


Bureau de l’association

Présidente : Caroline Lambert (Doctorante en Lettres médiévales)

Secrétaire : Nicolas Michel (Deuxième année de Master CHPS, Histoire médiévale)

Secrétaire-adjoint  : Cheyenne Noël (Deuxième année de Master CHPS, Histoire de l’art médiéval)

Trésorière : Alessia Chapel (Doctorante en Lettres médiévales)


Contact

[6 avril 2017] Architectes, artistes et ingénieurs 1350-1500

Architectes, artistes et ingénieurs 1350-1500

PROGRAMME FESMAR – UNIVERSITÉ DE POITIERS, CESCM (UMR/CNRS 7302) – UNIVERSITÉ FRANÇOIS RABELAIS DE TOURS, CESR (UMR/CNRS, 7323)


Date : le 6 avril 2017

Lieu : Université François-Rabelais de Tours, 3, rue des Tanneurs, 37041, Tours Cedex
TA EXT Amphi 2 « Claude Doubinsky »

Programme

9h45 – accueil

10h-13h00

* Nicolas Prouteau (Maître de conférences, Université de Poitiers, CESCM) : En guise d’introduction, le maître-maçon au XIIIe siècle

* Frédérique Costantini (Maître de conférences, Université de Bordeaux-Montaigne) : Les architectes de la Chaise-Dieu

Philippe Bernardi (Directeur de recherche CNRS, Université de Paris I, Lamop) : Les architectes d’Avignon

Yves Gallet (Professeur d’histoire de l’art médiéval, Université Bordeaux-Montaigne) : La question du style personnel de l’architecte au XIVe siècle. L’exemple de Matthieu d’Arras

14h30-17h30

Alain Salamagne (Professeur Université François-Rabelais de Tours, CESR) : En guise d’introduction, l’itinérance de l’architecte vers 1400

Philippe Goldman (Attaché de conservation du patrimoine honoraire) : Les architectes de Bourges

Thomas Rapin (Chercheur associé CESR) : Les architectes du duc de Berry

Flaminia Bardati (Sapienza Università di Roma) : Dominique de Cortone et le statut d’architecte au début du XVIe siècle


Contact : Marie-Laure Masquilier
Télécharger le programme
              

[5 avril] Was There a crisis of monasticism in the Late Middle Ages?

Le CESCM a le plaisir de recevoir, les 4 et 5 avril 2017, Emilia Jamroziak, Directrice de l’Institut of Medieval Studies de la prestigieuse université de Leeds, avec laquelle le CESCM collabore pour la BCM.


Was There a crisis of monasticism in the Late Middle Ages?

Mercredi 5 avril de 14h à 16h

Salle Gaston Berger (CESCM, 24 rue de la Chaîne, Poitiers)

Spécialiste d’histoire monastique, Emilia Jamroziak, professeur d’histoire médiévale et directrice de l’Institute for Medieval Studies à l’Université de Leeds, étudie les interactions entre les institutions religieuses, et plus particulièrement les monastères cisterciens dans leurs relations avec les laïcs, aussi bien en Grande-Bretagne qu’en Europe centrale ou en Scandinavie.

Principaux ouvrages : Rievaulx Abbey and its Social context (2004)1, Survival and Success on Medieval Borders (2011)2 , The Cistercian Order in Medieval Europe 1090–1500 (2013) 3

Emilia Jamroziak dirige l’Institute for Medieval Studies de l’Université de Leeds, avec lequel le CESCM collabore étroitement dans le cadre de la Bibliographie de Civilisation Médiévale. Nos centres respectifs préparent une convention pour faciliter les échanges d’étudiants de Master, de doctorants, d’enseignants et de chercheurs. Le mardi 4 avril, Emilia Jamroziak participera à la journée organisée par la chaire régionale d’histoire monastique de Cécile Treffort.

  1. E. JAMROZIAK, Rievaulx Abbey and its Social Context, 1132-1300
    Memory, Locality, and Networks, Brepols, 2004, xii-252 p. []
  2. E. JAMROZIAK, Survival and Success on Medieval Borders
    Cistercian Houses in Medieval Scotland and Pomerania from the Twelfth to the Late Fourteenth Century, Brepols, 2011, xvi-215 p. []
  3. E. JAMROZIAK. The Cistercian Order in Medieval Europe, 1090–1500, Routledge, Abingdon & New York, 2013, vii-315 p. []

[12 avril] La base Titulus

Anne-Sophie Traineau-Durozoy (Conservateur au SCD de Poitiers, responsable du fonds ancien et du pôle Moyen Âge) propose une nouvelle saison de 6 séances d’atelier de formation d’une heure, visant à présenter les outils en ligne autour du Moyen Âge.

christine-de-pizan-multi-tasking

  • Date : mercredi 12 avril 2017 de 12h à 13h
  • Lieu : Pôle Documentaire Berthelot du CESCM (rez-de-jardin)
  • Thématique : Ressources en ligne pour la musicologie médiévale
  • Intervenants :

– Anne-Sophie Traineau-Durozoy,

–  Estelle Ingrand-Varenne

  • Public : étudiants (master 1 et 2), doctorants, enseignants-chercheurs, personnel

Nous espérons vous y voir nombreux, ces ateliers étant destinés à échanger sur les ressources numériques.

La base de données Romane … un bilan, une enquête.

À la fin de ce billet, il y a un sondage : il nous tient à cœur que vous preniez le temps de le remplir.

 

Depuis sa création en 1955, la photothèque du CESCM veille à l’accroissement constant de son fonds patrimonial d’art roman, couvrant l’Europe occidentale du VIIIe au XIIIe siècle. Cette collection – initiée grâce au parcours en images à travers la France effectué par René Crozet -, s’est vu enrichie par de nombreux dons de spécialistes et passionnés du patrimoine médiéval, mais également par les acquisitions faites auprès de photographes professionnels et d’institutions spécialisées.

Le fonds comporte actuellement près de 200 000 documents : clichés noir et blanc, diapositives, plaques de verre, cartes postales, plans et coupes axonométriques des édifices, relevés archéographiques de peintures murales et une augmentation permanente d’images numériques réalisées par Jean-Pierre Brouard, photographe du CESCM.

La vocation première des ingénieures de la Photothèque, spécialistes de l’image médiévale, repose sur la conservation, la valorisation et la mise à disposition des clichés servant aux recherches et aux publications en histoire de l’art médiéval des enseignants, des chercheurs, des étudiants et du public en général.

Pendant de nombreuses années, la consultation de la collection s’est effectuée soit à partir des fichiers manuels thématiques disponibles au sein de la salle Saint-Louis, soit à travers une recherche de type ‘topographique’ qui s’effectuait dans la salle d’archives attenante.

Au milieu des années 90, avec l’arrivée des images numériques et des nouvelles technologies, la Photothèque a mis l’accent sur les missions photographiques des monuments dans leur ensemble, et envisagé la gestion électronique de son fonds. Deux bases de données sont nées de cette réflexion : la première « Romane », une base de type monographique, ayant pour objectif de présenter le fonds sous la forme d’images associées à un contenu textuel. La seconde « Peinture », base de type iconographique liée au projet d’inventaire des peintures murales romanes de France, engagé par John Ottaway1. L’interface de ces deux bases conçues d’une façon analogue a facilité leur refonte en 2006, vers une seule base de données qui est l’actuelle BASE ROMANE. Mise en ligne en 2012, elle contient actuellement plus de 18 000 fiches dans sa version interne et environ 12 000 dans sa version publique.

http://baseromane.fr/accueil2.aspx

Depuis 2014, le fonds documentaire et l’exploitation des données recueillies sur le terrain sont mis à disposition des consultants dans un compactus mutualisé avec le fonds épigraphique, optimisant ainsi la conservation des documents fragiles. La photothèque fait à présent partie intégrante du Pôle Documentaire Berthelot, espace d’étude dédié à la production scientifique et au travail intellectuel ; lieu propice à la recherche par la richesse de son fonds et des compétences des ingénieurs d’études en charge des collections : archéographe, documentaliste, épigraphiste, historien de l’art.

L’accès aux données patrimoniales est assidument enrichi par leur indexation dans la base ROMANE, offrant la possibilité aux chercheurs de constituer des corpus sériels, d’établir des comparaisons et d’observer les œuvres dans leur contexte.

Depuis 2012, l’équipe de la photothèque porte une attention particulière à la précision des datations en s’appuyant sur la bibliographie consultée. Elle participe à la critique d’authenticité des œuvres à travers l’indexation des clichés avant et après restauration, montrant les différents états de conservation ainsi que les éléments disparus, ce qui constitue un outil historiographique essentiel à la recherche.

Depuis novembre 2015, en collaboration avec la plateforme de numérisation de la MSHS et l’ingénieur David Chesnet, ROMANE a commencé à intégrer les clichés numériques de près de 300 plans grand-format et de plaques de verre, inexploités jusqu’alors.

En mars 2016, dans le but de donner à ROMANE une plus-value scientifique et une meilleure visibilité, nous avons débuté le protocole de migration pour la sauvegarde et l’hébergement de la base depuis le CRITT-Informatique vers le TGIR Huma-Num (CNRS), avec l’implantation d’un module permettant le moissonnage par ISIDORE.

L’évolution numérique des bases des données et la facilité d’accès aux images via internet remettent en question la réflexion sur les problèmes de consultation et d’indexation. Il est important pour notre équipe d’estimer la valeur de la documentation fournie par la base ROMANE auprès du public. Nous avons donc établi une enquête de satisfaction auprès des utilisateurs de la base dans le but de réfléchir à son éventuelle restructuration, perfectionner ses modules informatiques et viser à une base plus performante et répondant au plus près aux besoins des usagers.

Ce sondage, à l’initiative des ingénieures de la Photothèque du CESCM, porte sur l’utilisation de la base de données ROMANE et vise à déterminer quelle utilisation est faite de cet outil dans les divers domaines de la recherche et de l’enseignement de l’histoire de l’art médiéval.


L’enquête en ligne

L’équipe de la Photothèque du CESCM remercie toutes les personnes qui prendront le temps de répondre à ce questionnaire (de 5 minutes) qui nous permettra d’avoir une vue sur les besoins et les attentes formulées par les usagers.

http://enquete.univ-poitiers.fr/index.php?sid=99468&lang=fr

 

  1. article dans les Cahiers de civilisation médiévale,  1996, Vol 39, n° 156, pp. 391-394 : voir article []