Archives par mot-clé : photo

[21 mars] Séminaire : La croisée des signes : l’écriture et l’image médiévale

La croisée des signes : l’écriture et l’image médiévale

Dans le cadre du séminaire Art médiéval et liturgie, coordonné par Éric Palazzo (Université de Poitiers / CESCM) – Master Civilisation, Histoire, Patrimoine, Sources.

Intervention de Vincent Debiais, chargé de recherche au CNRS / CESCM.

Chauvigny, collégiale Saint-Pierre, chapiteau de l’Annonce aux Bergers, XIIe siècle Cliché V. Debiais / CESCM)

L’écriture est omniprésente dans les images médiévales. Ce constat a alimenté un pan entier de la médiévistique au cours des trente dernières années, celui de l’étude des relations entre le texte et l’image. Le livre de Vincent Debiais, récemment paru aux Éditions du Cerf, La croisée des signes : l’écriture et les images médiévales (800-1200), envisage à nouveaux frais ces questions en les abordant au prisme de la coprésence des signes alphabétiques et iconique au sein d’une même image, qu’elle soit peinte sur l’enduit ou sur le verre, sculptée dans la pierre ou le métal, composée en mosaïque ou en textile. En analysant les dispositifs de l’inscription, sa forme, sa localisation et son contenu, cette étude propose de dépasser le constat de l’omniprésence de l’écriture dans l’image pour interroger les conditions et les effets de cette rencontre. L’émergence d’une signification augmentée de l’image, voire d’une image nouvelle, se produit dans la friction du texte et de l’image, et l’écriture devient partie intégrante du processus de création du visuel. À partir d’exemples produits entre 800 et 1200, cette étude met en perspective les pratiques artistiques et épigraphiques avec la théologie de l’image. Elle étudie ces objets qui traduisent dans le matériau la réflexion médiévale sur les capacités respectives de l’écriture et de l’image à mettre en signe l’étendue de la Création et l’histoire du monde.

21 mars 2017 – 16h – 18h

• Poitiers, faculté des Sciences humaines et arts, salle des Actes
Hôtel Fumé – 8 rue René Descartes

• Ouvert à tous les étudiants

Télécharger le programme

         

 

[23 février – 11h30] L’heure nécessaire de SHA : Martin Aurell

L’heure nécessaire de la faculté de SHA de l’Université de Poitiers revient ! Une heure ouverte à tous à la rencontre des Sciences Humaines.

Martin Aurell, Professeur d’histoire à l’université de Poitiers, Directeur du CESCM « De Richard Cœur de Lion à la croisade albigeoise : la chanson engagée des troubadours »

La chanson engagée est, aujourd’hui comme hier, un des moyens les plus efficace pour faire de la propagande. Elle est particulièrement répandue au Moyen Âge, où troubadours et trouvères chantent autant la guerre que l’amour. En voyage perpétuel, les jongleurs diffusent largement, par la voix et la musique, leurs combats politiques. Aux XIIe et XIIIe siècles, deux événements ont provoqué un éclosion de chansons : d’une part, la captivité en Rhénanie de Richard Cœur de Lion au retour de la croisade, et de l’autre les violences de la croisade albigeoise. Préservées dans de superbes manuscrits, souvent enluminées, ces chansons continuent de nous toucher.


Amphithéâtre Descartes, Hôtel Fumé – 8, rue René Descartes POITIERS

Jeudi 23 février 2017 à 11h30 – Entrée libre et gratuite

[7 mars] : Séminaire : incarnations du langage

Incarnations du langage. Pour une première exploration de la chair des mots dans les pratiques épigraphiques

Dans le cadre du séminaire Art médiéval et liturgie, coordonné par Éric Palazzo (Université de Poitiers / CESCM) – Master Civilisation, Histoire, Patrimoine, Sources.

Intervention d’Estelle Ingrand-Varenne, ingénieur d’études en analyse de sources au CNRS / CESCM.

Peintures murales de l’église de Vallenay, XIIIe s. (Cliché : Jean-Pierre Brouard / CESCM)

Ce séminaire propose une exploration du langage dans sa chair – du nom propre et des adverbes de lieu aux paroles du Christ – à travers les pratiques épigraphiques médiévales. Au-delà de la simple mise par écrit et dans la matière, il s’agit de comprendre en quoi l’économie graphique manifeste la corporéité de certains mots et permet une éclosion sémantique, en quoi la prise en charge de la subjectivité et du contexte spatio-temporel dans l’opération de déixis trouve une présence physique par le médium inscrit, enfin en quoi le processus d’incarnation du langage culmine à travers les paroles du Christ peintes ou sculptées.

7 mars 2017 – 16h / 18h

• Poitiers, faculté des Sciences humaines et arts, salle des Actes
Hôtel Fumé – 8 rue René Descartes

• Ouvert à tous les étudiants

Télécharger le programme

          

 

La base de données Romane … un bilan, une enquête.

À la fin de ce billet, il y a un sondage : il nous tient à cœur que vous preniez le temps de le remplir.

 

Depuis sa création en 1955, la photothèque du CESCM veille à l’accroissement constant de son fonds patrimonial d’art roman, couvrant l’Europe occidentale du VIIIe au XIIIe siècle. Cette collection – initiée grâce au parcours en images à travers la France effectué par René Crozet -, s’est vu enrichie par de nombreux dons de spécialistes et passionnés du patrimoine médiéval, mais également par les acquisitions faites auprès de photographes professionnels et d’institutions spécialisées.

Le fonds comporte actuellement près de 200 000 documents : clichés noir et blanc, diapositives, plaques de verre, cartes postales, plans et coupes axonométriques des édifices, relevés archéographiques de peintures murales et une augmentation permanente d’images numériques réalisées par Jean-Pierre Brouard, photographe du CESCM.

La vocation première des ingénieures de la Photothèque, spécialistes de l’image médiévale, repose sur la conservation, la valorisation et la mise à disposition des clichés servant aux recherches et aux publications en histoire de l’art médiéval des enseignants, des chercheurs, des étudiants et du public en général.

Pendant de nombreuses années, la consultation de la collection s’est effectuée soit à partir des fichiers manuels thématiques disponibles au sein de la salle Saint-Louis, soit à travers une recherche de type ‘topographique’ qui s’effectuait dans la salle d’archives attenante.

Au milieu des années 90, avec l’arrivée des images numériques et des nouvelles technologies, la Photothèque a mis l’accent sur les missions photographiques des monuments dans leur ensemble, et envisagé la gestion électronique de son fonds. Deux bases de données sont nées de cette réflexion : la première « Romane », une base de type monographique, ayant pour objectif de présenter le fonds sous la forme d’images associées à un contenu textuel. La seconde « Peinture », base de type iconographique liée au projet d’inventaire des peintures murales romanes de France, engagé par John Ottaway1. L’interface de ces deux bases conçues d’une façon analogue a facilité leur refonte en 2006, vers une seule base de données qui est l’actuelle BASE ROMANE. Mise en ligne en 2012, elle contient actuellement plus de 18 000 fiches dans sa version interne et environ 12 000 dans sa version publique.

Depuis 2014, le fonds documentaire et l’exploitation des données recueillies sur le terrain sont mis à disposition des consultants dans un compactus mutualisé avec le fonds épigraphique, optimisant ainsi la conservation des documents fragiles. La photothèque fait à présent partie intégrante du Pôle Documentaire Berthelot, espace d’étude dédié à la production scientifique et au travail intellectuel ; lieu propice à la recherche par la richesse de son fonds et des compétences des ingénieurs d’études en charge des collections : archéographe, documentaliste, épigraphiste, historien de l’art.

L’accès aux données patrimoniales est assidument enrichi par leur indexation dans la base ROMANE, offrant la possibilité aux chercheurs de constituer des corpus sériels, d’établir des comparaisons et d’observer les œuvres dans leur contexte.

Depuis 2012, l’équipe de la photothèque porte une attention particulière à la précision des datations en s’appuyant sur la bibliographie consultée. Elle participe à la critique d’authenticité des œuvres à travers l’indexation des clichés avant et après restauration, montrant les différents états de conservation ainsi que les éléments disparus, ce qui constitue un outil historiographique essentiel à la recherche.

Depuis novembre 2015, en collaboration avec la plateforme de numérisation de la MSHS et l’ingénieur David Chesnet, ROMANE a commencé à intégrer les clichés numériques de près de 300 plans grand-format et de plaques de verre, inexploités jusqu’alors.

En mars 2016, dans le but de donner à ROMANE une plus-value scientifique et une meilleure visibilité, nous avons débuté le protocole de migration pour la sauvegarde et l’hébergement de la base depuis le CRITT-Informatique vers le TGIR Huma-Num (CNRS), avec l’implantation d’un module permettant le moissonnage par ISIDORE.

L’évolution numérique des bases des données et la facilité d’accès aux images via internet remettent en question la réflexion sur les problèmes de consultation et d’indexation. Il est important pour notre équipe d’estimer la valeur de la documentation fournie par la base ROMANE auprès du public. Nous avons donc établi une enquête de satisfaction auprès des utilisateurs de la base dans le but de réfléchir à son éventuelle restructuration, perfectionner ses modules informatiques et viser à une base plus performante et répondant au plus près aux besoins des usagers.

Ce sondage, à l’initiative des ingénieures de la Photothèque du CESCM, porte sur l’utilisation de la base de données ROMANE et vise à déterminer quelle utilisation est faite de cet outil dans les divers domaines de la recherche et de l’enseignement de l’histoire de l’art médiéval.


L’enquête en ligne

L’équipe de la Photothèque du CESCM remercie toutes les personnes qui prendront le temps de répondre à ce questionnaire (de 5 minutes) qui nous permettra d’avoir une vue sur les besoins et les attentes formulées par les usagers.

http://enquete.univ-poitiers.fr/index.php?sid=99468&lang=fr

 

  1. article dans les Cahiers de civilisation médiévale,  1996, Vol 39, n° 156, pp. 391-394 : voir article []

[19-30 juin] Semaines d’études médiévales 2017

Le CESCM organise depuis 1954 une session annuelle internationale francophone de formation, qui regroupe une quarantaine d’étudiants, doctorants et jeunes chercheurs, français et étrangers. Les conférences, les séances de travail autour des ressources documentaires, les excursions et visites au programme des stagiaires sont proposées par des spécialistes du Moyen Âge venus du monde entier.

Cette manifestation interdisciplinaire, unique en son genre, a contribué à construire et à renforcer, depuis une soixantaine d’année, un solide réseau national et international dans le domaine de l’étude du Moyen Âge.

Admission sur dossier, date limite de candidature : 30 mars 2017

Les candidatures peuvent être envoyées dès à présent au moyen du Formulaire de candidature

Auditeurs libres : Bulletin d’inscription

Pour consulter les  Modalites-pratiques

Obtenir le RIB du CESCM


Tél : 33 (0)5 49 45 45 57

renseignements : secretariat.cescm@univ-poitiers.fr

Programme

 

Lundi 19 juin

10h – Accueil des stagiaires
Présentation du CESCM- Ressources documentaires du CESCM

14h – Visite de Notre-Dame-la-Grande (Cécile Voyer)

16h – Conférence inaugurale de Paul Binski, Caius College (Cambridge) : « Rhetoric, Affect and Gothic Sculpture: some questions of method »

18h – Allocutions et cocktail

 

Mardi 20 juin

9h – Conférence de Martin Nejedlý, Univ. de Prague : « Mélusine, légende généalogique de la maison de Luxembourg »

13h30 – Conférence de Lindy Grant, Univ. de Reading : « Le patronage artistique et culturel de Blanche de Castille »

17h – Visite du Baptistère Saint-Jean  et de la Cathédrale Saint-Pierre (Claude Andrault-Schmitt, Cécile Treffort)

 

Mercredi 21 juin

9h – Conférence de Stephen Morrison, Univ. de Poitiers : « Le scribe médiéval au travail : création, amélioration, déformation, transformation. Les témoignages tirés de textes moyen anglais en prose (XVe s.) »

13h30 – Conférence d’Éric Palazzo, Univ. de Poitiers : « Modernité de l’activation sensorielle de l’art médiéval  »

16h – Présentation des Manuscrits enluminés de la Médiathèque François-Mitterrand (Eric Palazzo)

 

Jeudi 22 juin

9h – Conférence de Laura Kendrick, Univ. de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines : « Articuler, visualiser, enseigner le Credo des Apôtres au Moyen Âge : du Psautier d’Utrecht au Creed Play de York »

13h30 – Ressources numériques de la médiévistique (Anne-Sophie Traineau-Durozoy)

17h – Table ronde de Jeunes Chercheurs, organisée par l’association Janua

 

Vendredi 23 juin

9h – Conférence de Martin Aurell, Univ. de Poitiers : « L’honneur de la reine ou la mauvaise réputation d’Aliénor d’Aquitaine »

13h30 – Conférence de Sarah Guérin, Univ. de Pennsylvania : « Yves de Chartres, ses ivoires, et ses héritiers : une approche prosopographique aux ivoires médiévaux, entre roman et gothique »

17h – Visite de Saint-Jean-de-Montierneuf (Cécile Treffort)

 

Dimanche 25 juin

8h – Excursion à l’Abbaye Saint-Amant-de-Boixe de Melle (églises romanes et mines d’argent des rois francs) (Cécile Treffort, A. Vignet, Cécile Voyer)

 

Lundi 26 juin

13h30 – Conférence de Laurent Hablot, EPHE / Univ. de Poitiers :      « Un armorial de la bataille de Poitiers (1356) ou une légende urbaine ? Le décor héraldique de l’église des Jacobins de Poitiers »

16h – Visite du Palais des Comtes (Laurent Hablot, Claude Andrault-Schmitt)

Mardi 27 juin

9h – Conférence de Maria Luisa Meneghetti, Univ. de Milan : « L’art (ou la science?) de dater les poèmes de Guillaume d’Aquitaine »

13h30 – Conférence (aux Archives départementales) de Luis Filipe Oliveira, Univ. d’Algarve : « Les ordres militaires et les villes du Portugal médiéval »

16h – Présentation de Documents originaux des Archives départementales (Pierre Carouge, Gaël Chenard)

 

Mercredi 28 juin

9h – Conférence de Stéphane Boissellier, Univ. de Poitiers : « Raconter pour convaincre : le récit de la bataille du Salado (1340) et sa réception supposée par l’aristocratie portugaise »

13h30 – Excursion au Haut-Clairvaux (château) et à l’Église romane de Lencloître (Nicolas Prouteau, Cécile Voyer)

 

Jeudi 29 juin

9h – Conférence d’Alberto Montaner, Univ. de Saragosse :                      « Chansons de geste de frontière et émotions épiques en Castille médiévale »

13h30 – Visite de Saint-Hilaire-le-Grand (Cécile Voyer)

19h – Repas international, Organisé par Janua et la Société d’études médiévales

 

Vendredi 30 juin

10h – Conférence de clôture par Constant Mews, Monash Univ. (Melbourne) : « L’évolution des idées sur l’âme aux XIIe-XIIIe siècles : du De spiritu et anima d’Alcher de Clairvaux à Thomas d’Aquin »

12h – Conclusions


Voir programme et affiche