Archives par mot-clé : photo

[9-10 sept. 2021] : l’absence au Moyen Âge

Journées doctorales internationales du CESCM (Université de Poitiers, France)

Lieu : CESCM, Hôtel Berthelot, 24 rue de la Chaîne, POITIERS

Dates : 9 et 10 septembre 2021

Jeudi 9 septembre

 

Modération : Cécile MARUEJOULS et Élise VERNEREY

 

09.00 – Accueil des participants

09.30 – Martin AURELL, Professeur d’histoire médiévale, directeur du CESCM : Introduction aux journées d’études

 

Le médiéviste face à l’absence

 Composer avec l’absence de sources

 

 10.00 – Claire BOISSEAU (Univ. Poitiers) : Étudier les peintures murales : l’archéographie comme remède à la disparition de vestiges picturaux

10.20 – Isaac MARTINEZ ESPINOSA (Univ. Madrid) : The absence of war and castles on the Northern Border: absence of control and revolts in the late Middle Ages

Discussion / Pause

Considérer l’absence délibérée

11.00 – Julie RICHARD DALSACE (Univ. Paris I Panthéon-Sorbonne) : Absence de carte, absence de texte dans deux manuscrits carolingiens du livre XIV des Étymologies

11.20 – Lorenz A. HINDRICHSEN (Univ. Copenhague) : Reading absence: Interpreting erasure in late medieval visual representations of ethnicity

Discussion / Déjeuner

 

La quête de l’absence

Matérialiser l’absence

14.00 – Gabrielle SCHMID (Univ. Poitiers) : Pallier l’absence : voir, c’est toucher. Thomas l’apôtre comme médiateur vers le corps du Christ.

14.20 – Marie-Anne LE LANNOU (Univ. Poitiers) : Absence du Graal et transformation des corps vivants en reliques dans les romans du Graal : exemples du Haut Livre du Graal et de la Quatrième21Continuation de Perceval

Discussion

 Penser le repli

 15.00 – Annabel DUKES (Univ. York) : Sore he may wepin. Ant bittre teris letin. Mon þad of luue con. Experiencing the Crucifixion through Interacting Types of Absence in Thirteenth-Century Middle English Poems

15.20 – Marta MILAZZO (Univ. Padoue) : L’expérience de l’absence de Merlin : un cas inédit d’interfictionalité

Discussion / Pause

Le langage de l’absence

 16.00 – Julien STOUT (Univ. de Montréal) : En présence de l’auteur, en l’absence de grammaire, aux limites de la ville et de la vie : l’impossible autorité livresque d’Adam de la Halle, poète arrageois de langue d’Oil, dans le manuscrit de Paris, BnF fr. 295566

16.20 – Maxime JUIN (Univ. Paris I Panthéon-Sorbonne/EHESS) : Libérer l’absence

L’image à l’épreuve des passés contingents

16.40 – Abderrazak HALLOUMI (Univ. Poitiers) : La révélation voilée. Le langage apophatique dans le Livre de l’Eschiele Mahomet et dans les récits du mi’rāj en arabe

Discussion 

18.00 – Conférence d’Olivier BOULNOIS, Professeur à l’École Pratique des Hautes Études

 

 Vendredi 10 Septembre

 

Modération : Émilie MARGAIX et Corinne LAMOUR

Faire face à l’absence

Ressentir l’absence : une expérience familiale

 

9.00 – Justine AUDEBRAND (Univ. Paris I Panthéon-Sorbonne) : « Pourquoi donc, mon frère, as-tu laissé s’écouler tant de temps sans venir me voir ? » : dire et pallier l’absence du frère au début du Moyen Âge (VIIe-Xe siècles)

9.20 – Antonin BESSON (Univ. d’Orléans) : Le bruit et le silence. Autour du Deuil d’Aude dans le manuscrit de Châteauroux de La chanson de Roland

9.40 – Teresa STEFFENINO (Univ. Bâle) : La maternité absente et l’absence de la maternité absente. Le cas d’Aurembiaix d’Urgell en contexte

Discussion / Pause

 

En l’absence du pouvoir : Déléguer et pallier

10.20 – Camille RUTSAERT (Univ. Saint-Louis-Bruxelles) : Absence de père, absence de frère, la fragilité d’une succession féminine. Préparer l’héritière et les mentalités dans les principautés des Pays-Bas aux XIVe-XVe siècles

10.40 – Diana MARTINS (Univ. Lisbonne) : Eyes, mouth and ears of an absent King: the actions of the protuguese ambassador Joao Simao (1300-1304)

Discussion

11.00 – Clarck Junior MEMBOUROU MOICHEMEME (Univ. Bretagne Occidentale) : Pallier l’absence de l’émir à La Mecque (XIIIe-XIVe siècle)

11.20 – Marie DELEZENNE (Univ. d’Artois) : Kant mesirez en ala horz du pais. Pallier les absences de Robert II en Artois (1270-1292)

Discussion / Déjeuner

 

L’absence et la loi

Légiférer l’absence 

14.00 – Margot LAPRADE (Univ. Paris 1 Panthéon-Sorbonne) : Forcer l’absence : la séparation de corps du couple clérical en Gaule au haut Moyen Âge (IVe-XIe siècle)

14.20 – Samir BENKHERFALLAH (Univ. Poitiers) : S’absenter bon gré, mal gré : fuir, se cacher, s’exiler à la cour mamelouke

Discussion / Pause

 

Légiférer en l’absence 

15.00 – Bastien MICHEL (Univ. Caen) : Défaillants et justiciés pour leurs deffaultes : l’absence de Robert de Tancarville à l’ost de Flandre (1297)

15.20 – Vincent LÉTHUMIER (Univ. Paris I Panthéon-Sorbonne) : Le roy ne doibt surseoir de procedder audict proces par leur absence. Les incertitudes procédurales autour des pairs de France absents pour juger au Parlement de Paris (XIIIe-XVe siècles)

Discussion / Conclusions


Comité scientifique :

Corinne Lamour, Cécile Maruéjouls, Émilie Margaix et Elise Vernerey

   

Appel à communication : Politique et poétique du gueux (13-14 oct. 2022)

A Notable Discovery of Cozenage, 1591, Robert Greene

Politique et poétique du gueux : rogues et pícaros dans l’Espagne et l’Angleterre médiévales et renaissantes (13-14 oct. 2022)

Más abajo la versión en español 
Please scroll down for English

 

FRANÇAIS/FRANCÉS/FRENCH


Porteurs de projet :
Pierre DARNIS (Université de Bordeaux 3, AMERIBER – EA 3656)
Pascale DROUET (Université de Poitiers, CESCM – UMR 7302)

Date et lieu : 13-14 octobre 2022
Université de Poitiers, CESCM–UMR 7302 (Hôtel Berthelot, 24 rue de la Chaîne, Poitiers)

Argumentaire :


Au sein de la littérature occidentale, on a rapidement perçu dans la picaresque une « tradition historiquement et géographiquement délimitée »1 propre à l’Espagne du « Siècle d’or », un genre à part quasiment sans précédent. À cette idée reçue, de récentes études viennent rappeler l’importance des origines apuléiennes et lucianesques de cette formule narrative « neuve ». Le gueux à l’esprit madré semble bien ainsi le fils prodigue des Anciens. Ne faudrait-il pas, dès lors, prolonger la réflexion et reconsidérer à tout le moins le cliché scientifique qui voit dans ce personnage le parfait exemple (dissident) du héros de la Renaissance ? Le Moyen Âge n’a-t-il pas participé lui aussi à l’engendrement de l’aigrefin ?

Du reste, sur la péninsule Ibérique, qui vit naître Lazarillo sur les rives du Tormès, il ne serait pas surprenant de voir affleurer quelques racines qui durent marquer de leur empreinte les vicissitudes de cet anti-héros propre à la première modernité. Que penser, en effet, de l’influent personnage de l’insubordonné qui, se
positionnant contre le monarque ou contre ses différents bras institutionnels, a trouvé de nombreux échos ? Le Cid Campeador, dont s’inspira Corneille en France, est certainement l’une des figures les plus marquantes du Moyen Âge sud-européen, dans la
continuité d’Achille contre Agamemnon et, plus proche de lui, de Renaud de Montauban contre Charlemagne.

En Angleterre, le débat scientifique invite à questionner la pluralité des métamorphoses picaresques. À la charnière du XVIe et du XVIIe siècle, les « connycatching pamphlets » de Robert Greene, ces opuscules qui détaillent par le menu les agissements frauduleux d’habiles plume-pigeons, rencontrent un franc succès. Thomas Nashe publie The Unfortunate Traveller, considéré comme roman picaresque. Avec les personnages de Falstaff dans King Henry IV et d’Autolycus dans The Winter’s Tale, Shakespeare met en scène des roublards somme toute sympathiques et dont la notion très relative de l’honneur n’est pas sans rappeler l’ethos paradoxal du pícaro,
« incarnation exemplaire de l’antihonneur »2 . Beaucoup de ces figures de fictions sont héritières de la mètis grecque, des ruses du baron de Maupertuis, traduites par William Caxton sous le titre The History of Reynard the Fox (1481), tout autant que des premiers récits picaresques espagnols. On pourra donc se demander comment la source espagnole « se greffe en Angleterre sur la tradition nationale (celle des livres de gueuserie et du Jack Wilton de Thomas Nashe), qu’il infléchit dans le sens d’un anathème contre le vice »3.

Les personnages marginaux appelés respectivement rogues et pícaros ont déjà fait, séparément, l’objet d’études variées4. La perspective ici envisagée propose de les mettre en regard et de les faire dialoguer, afin de s’interroger sur la création, la circulation et l’évolution des modèles littéraires d’une époque à l’autre (Moyen Âge et Renaissance) et d’un pays à l’autre (Espagne et Angleterre). Dans ce cadre, on invitera les chercheurs à considérer ce que ces représentations fictionnelles nous disent de la société dans laquelle ils agissent : les choix sociopolitiques qui s’expriment d’une part,
des attentes et les réponses éventuelles des lecteurs et des spectateurs de l’autre. On pourra se demander alors de quelle manière les gueux s’inscrivent dans la société ou s’en démarquent, quelle voie, peut-être, suggère leur auteur, dans un contexte où le
conformisme et l’utopisme s’entrecroisent fréquemment.

N’est-ce pas, d’ailleurs, une nouvelle taxinomie qui émerge alors ? À quel moment ces termes spécifiques apparaissent-ils et pourquoi précisément à ce moment là ? Selon l’Oxford English Dictionary, la première occurrence rogue daterait de 1489, avec pour sens de « idle vagrant, vagabond », alors que l’acception varie en 1568 où il se
met à désigner « a dishonest, unprincipled person ; a rascal, a scoundrel »5 ; la langue anglaise s’approprierait le terme de pícaro en 1622, comme synonyme de « rogue, scoundrel »6. Or, ces deux termes, qui ne sont pas exactement synonymes, ne recouvrent-pas une réalité semblable. Des emprunts existent-ils d’un pays à l’autre qui conservent la spécificité de chaque terme ? À quel moment les divers ouvrages (opuscules populaires, ballades en prose, récits, pièces de théâtre) qui les représentent sont-ils traduits de l’anglais à l’espagnol ou de l’espagnol à l’anglais ? Dans quelle optique ? Pourquoi, par exemple, environ vingt-quatre années s’écoulent entre la parution du Guzmán de Alfarache de Mateo Alemán et sa traduction par James Mabbe ? Comment la représentation de l’anti-honneur évolue-t-elle ? Pourquoi Richard Head reprend-il la veine picaresque à l’époque de la Restauration avec The English Rogue ? Ce sont là quelques questions, parmi d’autres, auxquelles ce colloque espère pouvoir répondre.


Comité scientifique :

William C. CARROLL (Boston University, USA)
Michel CAVILLAC (University of Bordeaux Montaigne)
Pierre DARNIS (University of Bordeaux Montaigne)
Pascale DROUET (University of Poitiers)
Gordon MCMULLAN (King’s College London, England)
Valentín NUÑEZ RIVERA (Université de Huelva, Espagne)
Fabrice QUERO (University of Paul-Valéry Montpellier 3)

+ une bio-biblio rédigée de 200 mots maximum + merci de préciser si vous êtes intéressé par une publication ultérieure) avant fin août à pierre.darnis@u-bordeaux-montaigne.fr et pascale.drouet@univ-poitiers.fr

Les communications pourront se faire en 3 langues : français, anglais, espagnol


Política y poética picarescas: rogues y pícaros en la España y la Inglaterra medievales y renacentistas (13-14 de oct. de 2022)

Convocatoria:

Dentro de la literatura occidental, la crítica vio muy pronto en la picaresca una “tradición histórica y geográficamente acotada”7, propia de la España del Siglo de Oro,  un género aparte casi sin precedentes. A este respecto, estudios recientes comienzan a poner de relieve la importancia de los orígenes apuleyano y lucianesco de esta “nueva” fórmula narrativa. Con su espíritu ladino, el pícaro se presenta como el hijo pródigo de los Antiguos. ¿No convendría, por lo tanto, seguir rastreando sus huellas y cuestionar el clisé científico que ve en este personaje un acabado ejemplo del antihéroe renacentista? ¿No participó también la Edad Media en la gestación del futuro “mozo de muchos amos”?

Sea como fuere, no sería de extrañar que la particular y moderna configuración de este antihéroe encontrara en la península ibérica algunas raíces viejas capaces aún de dar nuevos frutos. ¿No podemos pensar, por ejemplo, que el influyente personaje del rebelde, por su oposición al monarca o a sus distintos brazos institucionales, desencadenará profundas repercusiones intertextuales? La figura de El Cid campeador, que Pierre Corneille retomó en Francia, fue sin duda una de las más importantes del Medievo meridional, en la línea del Aquiles contra Agamenón y del Reinaldos de Montalván contra Carlomagno.

En Inglaterra, el debate científico invita a cuestionar la pluralidad de las metamorfosis picarescas. En el umbral del siglo XVII, los “cony-catching pamphlets” de Robert Green, aquellos opúsculos que cuentan con todo lujo de detalles las ingeniosas trampas de agudos estafadores, empiezan a triunfar. Thomas Nashe publica The Unfortunate Traveller, que entronca con el género picaresco. Con los personajes de Falstaff en King Henry IV y de Autolycus en The Winter’s Tale, Shakespeare pone en escena unos trúhanes bastante simpáticos, cuyo singular concepto del honor recuerda el ethos paradójico del pícaro, “ejemplar encarnación del antihonor”8. No pocos protagonistas de estas ficciones son los herederos de la mètis griega, de las astucias del barón de Maupertuis, que William Caxton tradujo al inglés con el título The History of Reynard the Fox (1481), y de los primeros relatos picarescos españoles. Habría que preguntarse entonces cómo el subtexto español “casa en Inglaterra con la tradición nacional (la de los libros de vagabundos y del Jack Wilton de Thomas Nashe), y lo reviste con un acusado matiz de condena del vicio”9. Los personajes marginales, llamados respectivamente rogues y pícaros, han sido objeto ya de varios estudios independientes10. La perspectiva que propone este encuentro busca, pues, cotejarlos y relacionarlos entre sí para que la crítica se interrogue sobre la creación, la circulación y la evaluación de los modelos literarios desde una época hacia otra (Edad Media/Edad Primomoderna) y de un país a otro (España/Inglaterra). En este marco, el CESCM invita a los investigadores a que examinen lo que estas representaciones ficcionales revelan sobre la realidad sociopolítica en que se enmarcan, así como las expectativas y eventuales respuestas de lectura que inducen. Asimismo, cabría preguntarse de qué manera los pícaros se inscriben dentro de la sociedad, o se desmarcan de la misma, en un contexto en que el conformismo y el utopismo se entrecruzan a menudo.

Una nueva taxonomía parece también tomar forma. ¿En qué momento, por consiguiente, se irá perfilando un léxico específico y por qué precisamente en aquellos años? Según el Oxford English Dictionary, la primera ocurrencia del rogue dataría de 1489 con el sentido de “idle vagrant, vagabond”, mientras que el significado del vocablo cambiaría en 1568, cuando empezó a designar a un “dishonest, unprincipled person; a rascal, a scoundrel”11; la lengua inglesa se apropiaría el término pícaro en 1622, como sinónimo de “rogué, scoundrel”12. Ahora bien, estos dos términos no son rigurosamente sinónimos. ¿Existen, pues, de una lengua a otra préstamos que conservan las especificidades de cada término original? ¿En qué momento las distintas obras (opúsculos populares, baladas en prosa, relatos, comedias) que los acogen se traducen del inglés al castellano y del castellano al inglés? ¿Con qué finalidad? ¿Por qué, por ejemplo, entre la publicación del Guzmán de Alfarache de Mateo Alemán y la de su traducción por James Mabble transcurren nada menos que veinticuatro años? ¿Qué evolución se puede percibir en la representación del antihonor? ¿Por qué retomará Richard Head la vena picaresca durante la época de la Restauración con The English Rogue? Estos son sólo algunos de los interrogantes a los cuales el coloquio que presentamos tratará de dar respuesta.

Lugar:

Université de Poitiers, CESCM – UMR 7302 (Hôtel Berthelot, 24 rue de la Chaîne, Poitiers)

Comité organizador:

Pierre Darnis (Université de Bordeaux 3, AMERIBER – EA 3656) Pascale Drouet (Université de Poitiers, CESCM – UMR 7302)

Comité científico:

William C. CARROLL (Boston University, USA)
Michel CAVILLAC (University of Bordeaux Montaigne)
Pierre DARNIS (University of Bordeaux Montaigne)
Pascale DROUET (University of Poitiers)
Gordon MCMULLAN (King’s College London, England)
Valentín NUÑEZ RIVERA (Université de Huelva, Espagne)
Fabrice QUERO (University of Paul-Valéry Montpellier 3)

Las propuestas, que se pueden enviar hasta el 31 de agosto de 2021 en formato PDF, deben incluir

  • un título,
  • un resumen de 300 palabras como máximo con el eje temático al que se adscribe
  • una bibliografía indicativa (hasta 200 palabras).

Email de contacto:

pascale.drouet@univ-poitiers.fr

pierre.darnis@u-bordeaux-montaigne.com


ANGLAIS/INGLÉS/ENGLISH

Política y poética picarescas: rogues y pícaros en la España y la Inglaterra medievales y renacentistas (13-14 de octubre de 2022)

Rogues and Pícaros in Medieval and Early Modern Spain and England: Politics and Poetics International Conference in Poitiers (France)

Conference Organizers:

Pierre DARNIS (University of Bordeaux 3, AMERIBER – EA 3656) Pascale DROUET (University of Poitiers, CESCM – UMR 7302)

Venue:

13-14 October 2022

University of Poitiers, CESCM – UMR 7302 (Hôtel Berthelot, 24 rue de la Chaîne, Poitiers, France – https://cescm.labo.univ- poitiers.fr)

Argument:

Within Western literature, the picaresque was quickly perceived as a “historically and geographically delimited tradition”13 specific to Spain during the Golden Age, a genre apart from the rest, almost without precedent. Going against this common misconception, recent studies have reminded us of the importance of the Apuleian and Lucian origins of this ‘new’ narrative formula. The wily beggar thus seems the prodigal son of the Ancients. Shouldn’t we therefore extend the reflection and, at the very least, reconsider the scientific cliché that sees in this character the perfect (dissident) example of the Renaissance hero? Didn’t the Middle Ages also contribute to the creation of the cunning rogue?

Moreover, on the Iberian peninsula, where Lazarillo was born on the banks of the Tormès River, it would not be surprising to find some precursors of this early modern antihero. What about the influential character of the insubordinate, who, whether  against the monarch or his various institutional arms, found an interesting echo? The

Cid Campeador, on whom Corneille drew inspiration in France, is certainly one of the most striking figures of the South European Middle Ages, in the continuity of Achilles against Agamemnon and, closer to him, of Renaud de Montauban against Charlemagne.

In England, the academic debate invites us to question the plurality of picaresque metamorphoses. At the turn of the sixteenth and seventeenth centuries, Robert Greene’s conny-catching pamphlets, which detailed the fraudulent activities of cozeners, were a great success. Thomas Nashe’s The Unfortunate Traveller was considered as a picaresque novel. With the characters of Falstaff in King Henry IV and Autolycus in The Winter’s  Tale, Shakespeare portrayed a number of endearing rogues whose notion of honour was reminiscent of the paradoxical ethos of the pícaro, “the exemplary embodiment of anti- honour”14. Many of these fictional figures are heirs to the Greek mètis, to the ruses of the Baron de Maupertuis, translated by William Caxton in 1481 as The History of Reynard the Fox, and to early Spanish picaresque novels. The question is how the picaresque novel “grafted itself in England on the national tradition (that of the beggar books and Thomas Nashe’s Jack Wilton), which it inflected in the direction of anathema against vice”15.

The marginal characters known respectively as rogues and pícaros have already been the subjects of various academic studies, yet separately16. The perspective envisaged here proposes to compare them and place them in dialogue, in order to question the creation, circulation and evolution of literary models from one period to another (Middle Ages and Renaissance) and from one country to another (Spain and England). One may thus wonder what these fictional representations tell us about the society in which they acted, about its socio-political choices on the one hand, and about the expectations and answers of readers and spectators on the other. One may wonder whether (and/or how) rogues find their places in society or how they stand out from it, and where the author stand especially in a socio-political context in which conformism and utopianism often intersect.

When do these specific terms, ‘rogues’ and ‘pícaros’, appear and why precisely at this point? According to the Oxford English Dictionary, the first occurrence of ‘rogue’ dates back to 1489, meaning “idle vagrant, vagabond”, but the meaning changes in 1568, when it begins to designate “a dishonest, unprincipled person; a rascal, a scoundrel”17; the English language appropriated the term ‘pícaro’ in 1622, as a synonym of ‘rogue, scoundrel”18. However, these two terms, which are not exactly synonymous, do not cover a similar reality. Do borrowings exist from one country to another, thus  preserving the specificity of each term? When were the various works (popular pamphlets, prose ballads, stories, plays) that represent them translated from English to Spanish or from Spanish to English? What did these translations target? For example, why is there a gap of about twenty-four years between the publication of Mateo Alemán’s Guzmán de Alfarache and its translation by James Mabbe? How did the representation of the notion of anti-honour evolve? Why did Richard Head take up the picaresque vein at the time of the Restoration with The English Rogue and not earlier? These are some of the questions this conference aims at answering.

Scientific Committee:

William C. CARROLL (Boston University, USA)
Michel CAVILLAC (University of Bordeaux Montaigne)
Pierre DARNIS (University of Bordeaux Montaigne)
Pascale DROUET (University of Poitiers)
Gordon MCMULLAN (King’s College London, England)
Valentín NUÑEZ RIVERA (Université de Huelva, Espagne)
Fabrice QUERO (University of Paul-Valéry Montpellier 3)

Proposals (300 words maximum for the abstract + a written bio-biblio of 200 words maximum + please specify if you are interested in having your paper published) should be sent before late August 2021 to pierre.darnis@u-bordeaux-montaigne.fr and pascale.drouet@univ-poitiers.fr

Proposals may be submitted (and papers given) in 3 languages: French, English and Spanish.

  1. Gérard Genette, Des genres et des oeuvres, Paris, Seuil, 2012, p. 131. []
  2. Maurice Molho & Jean-François Reille (éd.), « Introduction à la pensée picaresque », Romans picaresques espagnols, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1968, p. cv. []
  3. Marcel Bataillon, Le Roman picaresque, Paris, La Renaissance du livre, 1931, p. cxxx. []
  4. Voir, par exemple, Craig Dionne and Steve Mentz (eds), Rogues in Early Modern English Culture, Ann Arbor, University of Michigan Press, 2006 ; Pascale Drouet, De la filouterie dans l’Angleterre de
    Shakespeare : Études sur Shakespeare et ses contemporains, Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, 2013. []
  5. Oxford English Dictionary, « rogue, n. and adj.», A.n.1, puis 2.a. []
  6. Ibid., « picaro ». []
  7. Gérard Genette, Des genres et des œuvres, Paris, Seuil, 2012, p. 131. []
  8. Maurice Molho & Jean-François Reille (éd.), « Introduction à la pensée picaresque », Romans picaresques espagnols, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1968, p. cv. []
  9. Marcel Bataillon, Le Roman picaresque, Paris, La Renaissance du livre, 1931, p. cxxx. []
  10. Voir, par exemple, Craig Dionne and Steve Mentz (eds), Rogues in Early Modern English Culture, Ann Arbor, University of Michigan Press, 2006 ; Pascale Drouet, De la filouterie dans l’Angleterre de Shakespeare : Études sur Shakespeare et ses contemporains, Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, 2013 []
  11. Oxford English Dictionary, « rogue, n. and adj.», A.n.1, puis 2.a. []
  12. Ibid., « picaro ». []
  13. Gérard Genette, Des genres et des œuvres, Paris, Seuil, 2012, p. 131. []
  14. Maurice Molho & Jean-François Reille (éd.), « Introduction à la pensée picaresque », Romans picaresques espagnols, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1968, p. cv. []
  15. Marcel Bataillon, Le Roman picaresque, Paris, La Renaissance du livre, 1931, p. cxxx. []
  16. See, for example, Craig Dionne and Steve Mentz (eds), Rogues in Early Modern English Culture, Ann Arbor, University of Michigan Press, 2006 ; Pascale Drouet, De la filouterie dans l’Angleterre de Shakespeare : Études sur Shakespeare et ses contemporains, Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, 2013. []
  17. Oxford English Dictionary, « rogue, n. and adj.», A.n.1, puis 2.a. []
  18. Ibid., « picaro ». []

Le projet épigraphique GRAPH-EAST récompensé par l’ERC

L’ERC récompense le projet d’épigraphie GRAPH-EAST au CESCM, nous avons interviewé Estelle Ingrand-Varenne, lauréate de cette bourse ERC Starting grant.

Bonjour Estelle, et félicitation pour ce projet. Avant que tu nous le présentes en détail, l’ERC c’est quoi ?

J.P. Brouard/CESCM (mission 2015)

 ERC est l’abréviation de European Research Council dont la devise est : « Supporting top researchers from anywhere in the world ». Il attribue des bourses de recherche individuelles pour des projets exploratoires originaux, en particulier à l’interface des champs disciplinaires. Les bourses starting grant s’adressent aux jeunes chercheurs qui ont 3 à 7 d’expérience après leur thèse (j’ai soutenu en 2013)1. Elles sont d’1,5 million d’euros pour 5 ans.

 

Quel est le but de GRAPH-EAST : « Latin as an Alien Script in the Medieval ‘Latin East’ » ?

Aujourd’hui, la plupart des panneaux de signalisation au Moyen-Orient porte les noms de villes transcrits en caractères latins, ce qui les rend familiers à tous. C’était le contraire au VIIe s. à l’aurore de la conquête arabe et alors que l’empire devient byzantin. L’écriture latine disparaît du paysage graphique monumental de la Méditerranée orientale.

Progressivement, jusqu’à l’expansion ottomane au XVIe s., les pèlerins, les marchands, les croisés venus d’Occident établissent des hospices, des églises, des châteaux, et y apposent des inscriptions et graffiti en alphabet latin, autrement dit un signe devenu exogène. Ils tentent ainsi à travers la pierre, la peinture ou la mosaïque, de s’approprier tant graphiquement que spatialement et symboliquement les lieux, dont les lieux saints du Christianisme.

L’étude de ces inscriptions se heurte à 3 problèmes : l’absence d’un corpus complet, le concept d’ « Orient latin » suggérant une latinisation uniforme, mêlant écriture, langue, culture et rite religieux, et limité aux croisades, et une vision de l’épigraphie figée et cloisonnée, ne prenant pas en compte l’environnement plurigraphique propre à l’Orient.

GRAPH-EAST veut changer d’échelle et de paradigme en explorant l’écriture épigraphique latine en Méditerranée orientale, de la Grèce et de la Turquie à l’Égypte en passant par la Syrie-Palestine et Chypre, en contact, en interaction et en concurrence avec les inscriptions grecques, arabes, hébraïques, arméniennes, syriaques, etc.

Le projet propose une étude innovante d’environ 2 500 inscriptions et graffitis, dont beaucoup sont inédits. Il vise à comprendre la représentation et la pratique de l’écriture latine, étrangère dans les empires byzantin et islamique, à fournir une histoire de l’épigraphie dans cette région, et à analyser cette écriture latine migrante à travers le prisme des transferts culturels entre l’Occident et l’Orient, avec une équipe internationale et pluridisciplinaire.

Que va faire concrètement l’équipe pendant les 5 ans ?

Le projet va se dérouler en deux temps : 3 ans pour répertorier, transcrire, traduire, éditer tous ces textes sur TITULUS, afin de les rendre accessibles à tous. Cela signifie de nombreuses missions de terrain dans les 10 pays concernés, où on va tester de nombreuses techniques de prises de vue surtout pour les graffitis (3D, photogrammétrie, RTI, laser), mais aussi en archives et en bibliothèque. Avec la situation sanitaire actuelle, qui plus est différente d’un pays à l’autre, il faudra aussi faire preuve de flexibilité, d’adaptabilité et redoubler d’inventivité.

Pendant les deux dernières années, nous allons réfléchir lors de colloques et workshops avec une équipe d’experts internationaux spécialistes des inscriptions byzantines, arabes, hébraïques, syriaques, arméniennes, éthiopiennes, sur la rencontre des écritures.

Enfin, une exposition virtuelle sera organisée avec le Musée de Cluny ; j’espère que d’autres musées nous rejoindront. Une série documentaire va aussi être réalisée grâce à deux vidéastes qui vont suivre l’équipe pendant les 5 ans.

Comment as-tu préparé ce projet ? On imagine qu’il faut s’y prendre bien en amont ; quelles ont été les étapes ?

Au départ il y a deux ingrédients : une idée qui tient à cœur (les inscriptions de l’Orient latin) et l’émulation (avec Martin Aurell qui préparait un ERC Consolidator). J’ai commencé à prendre quelques renseignements sur le montage de projet ERC auprès de Cédric Lebailly à la cellule de valorisation de l’Université de Poitiers en fin d’année 2018. Mon séjour de trois mois à Jérusalem au premier trimestre 2019 m’a ensuite confortée dans le choix du sujet : l’épigraphie latine en Méditerranée orientale médiévale est un (quasi) désert scientifique ! Il y a un vrai défi à relever, un champ disciplinaire à ouvrir. J’ai commencé à me mettre à préparer le dossier en mai à mon retour.

Au CNRS, on a la chance d’être très bien accompagné pour un tel montage : un ingénieur projet a suivi le dossier jusqu’au dépôt (budget, administratif, éthique), un soutien financier de l’InSHS m’a été attribué pour faire des missions préparatoires, enfin j’ai suivi une formation à Paris sur l’écriture de ce type de projet qui a été d’une grande aide.

En octobre 2019, le dossier a été déposé. L’évaluation se fait en deux étapes, par un panel d’experts. La seconde étape est une audition à Bruxelles, elle n’a pas eu lieu cette année à cause de la COVID-19 ; le jury a décidé à partir des dossiers écrits.

Je dois ajouter que, si c’est un sujet de recherche personnel, l’aventure a été collective. J’ai contacté de nombreux experts et leur enthousiasme m’a beaucoup motivée ; j’ai demandé des relectures critiques à plusieurs collègues du CESCM, j’ai fait appel aux collègues anglophones pour affiner la langue, et deux chercheurs – Cécile Treffort et Vladimir Agrigoroaei – font partie intégrante de l’équipe. J’en profite pour tous les remercier chaleureusement. C’est donc un travail et une réussite de groupe, pour la discipline épigraphie et pour le laboratoire.

Un mot de conclusion ?

Je ne peux qu’inciter fortement mes jeunes collègues à se lancer dans cette aventure, on a vraiment carte blanche pour monter son projet. Et maintenant, j’ai hâte que GRAPH-EAST commence réellement, même si j’ai déjà préparé le terrain par mon détachement au Centre de recherche français à Jérusalem ; le vrai lancement aura lieu au début d’année 2021.

  1. E. Ingrand-Varenne, Langues de bois, de pierre et de verre Latin et français dans les inscriptions médiévales, Paris, Classiques Garnier, 2018, 579 p. []