Archives par mot-clé : photo

[7-9 févr.] Le Manuscrit du Roi, Paris BnF fr. 844, Table-ronde interdisciplinaire (Rome)

Dates : 7-9 févr. 2018

Lieu : Institut Français-Centre Saint-Louis

Largo Giuseppe Toniolo, 20-22, 

00186 Roma RM, Italie

 Élaboré dans la seconde moitié du XIIIe siècle, vraisemblablement en Artois, le Manuscrit du Roi (Paris BnF fr. 844) conserve un patrimoine considérable. Le chansonnier compte plus de cinq cents pièces, en grande partie issues de la tradition courtoise des trouvères. Des chansons de troubadours, des pièces polyphoniques, quelques chansons religieuses en latin ou plusieurs œuvres instrumentales agrémentent le recueil ; certaines compositions furent même ajoutées dans les espaces blancs entre la fin du XIIIe et le début du XVe siècle. Remarquable témoignage musical et poétique, mais aussi historique, du fait de ses possibles voyages (notamment à la cour angevine de Naples) ou en raison de ses célèbres détenteurs, le Manuscrit du Roi mérite un travail approfondi par une équipe interdisciplinaire afin d’en délimiter les principes de composition, tant musicaux, poétiques, linguistiques que picturaux. De nombreuses contradictions affectant les travaux actuels nuisent à la pleine compréhension du sens historique et culturel du recueil. Le présent projet vise à les surmonter.

L’atelier regroupe des sessions thématiques divisées en brèves interventions (10 minutes) afin d’offrir une appréciation synthétique du recueil. Chaque séance se poursuivra par un temps de table-ronde.

Organisateurs :

Christelle Chaillou-Amadieu (CNRS/CESCM UMR 7302)

Federico Saviotti (Università di Pavia)

Inscription :

Sur Scienceconf ICI

Institutions partenaires :


Programme

 

mercredi 7 février 2018
14:3018:30 Corpus
14:30 – 14:38 Le grafie musicali di MGianluca Bocchino (Sapienza, Università di Roma)
14:40 – 14:48 Fra testi e autori: gli unica anticofrancesi Luca Gatti (Università degli studi di Parma)
14:50 – 14:58 Aspects linguistiques. Les chansons en langue d’OïlOreste Floquet (Sapienza University, Rome)
15:00 – 15:08 Il corpus “nobiliare” incipitario: tipologie testuali e contestualizzazione storicaStefano Resconi (Università degli Studi di Milano)
15:10 – 15:18 Les motets : état, typologie, notation, concordancesGaël Saint-Cricq (Université de Rouen Normandie)
15:20 – 15:28 Les mélodies de troubadoursChristelle Chaillou-Amadieu (Centre d’Études Supérieures de Civilisation médiévale, Poitiers)
15:30 – 15:38 La silloge occitana W, tra florilegio e aggiunte tardive – Federico Saviotti, Università degli Studi di Pavia
15:40 – 15:48 Elementi artesiani tra corpo antico e addizioniAlexandros Maria Hatzikiriakos (Sapienza University, Rome)
15:50 – 15:58 Les chansons en latinChristelle Cazaux-Kowalski (Fachhochschule Nordwestschweiz / Musik-Akademie Basel Schola Cantorum Basiliensis – Hochschule für Alte Musik)
16:00 – 16:08 Les pièces ajoutées au 14e siècle (pièces vocales et estampies)Isabelle Ragnard (Université Paris-Sorbonne)
16:1016:40 Pause
16:4018:00 Discussion
jeudi 8 février 2018
09:0012:30 État de la recherche
09:10 – 09:18 Les notations musicales Christelle Cazaux-Kowalski (Fachhochschule Nordwestschweiz / Musik-Akademie Basel Schola Cantorum Basiliensis – Hochschule für Alte Musik)
09:20 – 09:28 Panorama des éditions des motetsGaël Saint-Cricq (Université de Rouen Normandie)
09:30 – 09:38 Les pièces ajoutées au 14e siècle (pièces vocales et estampies)Isabelle Ragnard (Université Paris-Sorbonne)
09:40 – 09:48 Le chansonnier du…? f. fr. 844 tra Morea, Artois e Napoli Alexandros Maria Hatzikiriakos (Università degli Studi di Roma « La Sapienza », Rome)
09:50 – 09:58 Aspects linguistiques. Les chansons en langue d’oïlOreste Floquet (Università degli Studi di Roma « La Sapienza », Rome)
10:00 – 10:08 Osservazioni sulle opzioni di canone poetico rappresentate nel canzoniereStefano Resconi (Università degli Studi di Milano)
10:10 – 10:18 Le affascinanti ipotesi di Beck & Beck: il ruolo di Carlo d’Angiò e le “aggiunte autografe” Federico Saviotti (Università degli Studi di Pavia)
10:20 – 10:28 Les mélodies de troubadoursChristelle Chaillou-Amadieu (Centre d’Études Supérieures de Civilisation médiévale, Poitiers)
10:3011:00 Pause
11:0012:20 Discussion
12:2014:00 Déjeuner
14:0018:00 Datation et localisation
14:00 – 14:08 Aspects linguistiques. Les chansons en langue d’oïlOreste Floquet (Università degli Studi di Roma « La Sapienza », Rome)
14:10 – 14:18 Le rôle ambigu du prince de Morée dans la composition du manuscrit Vladimir Agrigoroaei (Centre d’Études Supérieures de Civilisation médiévale, Poitiers)
14:20 – 14:28 Il trattamento dei trovieri artesiani nel canzoniere M (anche in confronto all’affine T)Stefano Resconi (Università degli Studi di Milano)
14:30 – 14:38 Provenance et chronologie des motetsGaël Saint-Cricq (Université de Rouen Normandie)
14:40 – 14:48 Les notations musicales Christelle Cazaux-Kowalski (Fachhochschule Nordwestschweiz / Musik-Akademie Basel Schola Cantorum Basiliensis – Hochschule für Alte Musik)
14:50 – 14:58 La tradizione manoscritta musicale di MGianluca Bocchino (Sapienza, Università di Roma)
15:00 – 15:08 Les mélodies de troubadoursChristelle Chaillou-Amadieu (Centre d’Études Supérieures de Civilisation médiévale, Poitiers)
15:10 – 15:18 Le “assenze” del canzoniere MLuca Gatti (Università degli studi di Parma)
15:20 – 15:28 Addizioni angioine e/o napoletane?Alexandros Maria Hatzikiriakos (Università degli Studi di Roma « La Sapienza », Rome)
15:30 – 15:38 La scripta delle aggiunte occitanicheMaria-Teresa Rachetta (Università degli Studi di Roma « La Sapienza », Rome, King‘s College London, London)
15:4016:10 Pause
16:1018:00 Discussion
vendredi 9 février 2018
09:0013:00 Présentations libres
09:00 – 09:08 L’edizione dei testi occitanici nel corpus CAO Maria-Teresa Rachetta (Università degli Studi di Roma « La Sapienza », Rome, King‘s College London, London)
09:10 – 09:18 I problemi ecdotici delle addizioni affrontati nell’edizione-studio: Musiche da una corte effimera. Lo Chansonnier du Roi (Parigi, BnF, f. fr. 844) nella Napoli dei primi Angioini. Medioevi, Verona, Fiorini, (in corso di stampa) Alexandros Maria Hatzikiriakos (Università degli Studi di Roma « La Sapienza », Rome)
09:20 – 09:28 Le attribuzioni discordanti: problemi, fonti, prospettiveLuca Gatti (Università degli studi di Parma)
09:30 – 09:38 Les chansons en langue d’Oïl. HypothèsesOreste Floquet (Università degli Studi di Roma « La Sapienza », Rome)
09:40 – 09:48 La tradizione manoscritta musicale di M e UGianluca Bocchino (Sapienza, Università di Roma)
09:50 – 09:58 Tracce di una fonte artesiana sI (affine a M) anche in Italia?Stefano Resconi (Università degli Studi di Milano)
10:00 – 10:08 MarginaliaFederico Saviotti (Università degli Studi di Pavia)
10:10 – 10:18 Quelques pistes sur la transmission des motets du Roi et des chansonniers M/TGaël Saint-Cricq (Université de Rouen Normandie)
10:20 – 10:28 Rythme et métrique : le cas des dansas Christelle Chaillou-Amadieu (Centre d’Études Supérieures de Civilisation médiévale, Poitiers)
10:3011:00 Pause
11:0012:20 Discussion
12:2014:00 Déjeuner
14:0016:00 Avenir du projet de recherche – Christelle Chaillou-Amadieu et Federico Saviotti

 

 

 

L’œil et le Clic – VI

L’exposition temporaire intitulée « L’œil et le Clic » présente son nouveau cliché, toujours sous la prise de vue experte de Jean-Pierre Brouard, photographe du CESCM. Une occasion de (re)découvrir son travail en faveur de la recherche scientifique, les qualités professionnelles de son œil averti et l’assurance du geste, déclenchant le « clic » de l’objectif.

Jusqu’au jeudi 1er avril, découvrez l’œuvre photographique au CESCM, près de la cheminée du rez-de-chaussée, et tentez votre chance pour gagner l’exemplaire des Cahiers de civilisation médiévale de votre choix ! Répondez à la question posée sur les bulletins de participation, le tirage au sort désignera le gagnant parmi les bonnes réponses.

Bonne découverte, et bonne chance !

[Appel à communication] Journée jeunes chercheurs Janua 2018

Appel à communication : La violence guerrière : de l’Antiquité au Moyen-Âge

Janua, association des étudiants en Master et des doctorants de l’Université de Poitiers antiquisants et médiévistes, rattachés respectivement aux laboratoires HeRMA (Hellénisation et Romanisation dans le Monde Antique) et CESCM (Centre d’Études Supérieures de Civilisation Médiévale), organise le 26 avril 2018 une journée d’étude à destination des jeunes chercheurs (de l’inscription en master aux trois ans écoulés après la soutenance de thèse), elle sera consacrée au thème de la ‘violence guerrière’. Son objectif est de présenter des travaux, achevés ou en cours, sur l’usage et la représentation de cette dernière. Dans une perspective transdisciplinaire, le choix de ce thème questionne la richesse de ses appréhensions et ouvre des discussions sur les divergences et les similarités de celles-ci à travers des sources (textes, images, architectures, musiques et objets mobiliers) et des périodes diverses (Antiquité et Moyen Âge).

Chapiteau de Conques (Cliché CESCM Léonet-Bastien)

De par son étymologie, la notion de violence (violentia) possède une connotation péjorative. Elle qualifie l’absence de contrôle, l’emportement. Dérivée du concept mélioratif de vis (vigueur, force), sa définition repose avant tout sur le principe d’outrance. Dans l’Antiquité comme au Moyen Âge, la violence de la nature et des colères divines est essentiellement perçue comme juste, bien qu’insaisissable pour l’homme. Au contraire, la ‘violence humaine’ suppose que la force employée se déploie hors de son cadre moral ou de ses limites sociales et institutionnelles. La violence individuelle, non contrôlée par la raison, est brute voire brutale (brutalis) et renvoie à la démesure (hubris). Elle est, de fait, condamnable et son contrôle constitue l’un des enjeux politiques majeurs des institutions.

La sécurité intérieure est le socle de la prospérité d’un territoire et du bien-être d’une communauté. Toutefois, le maintien de cette stabilité implique paradoxalement l’usage de la violence par l’institution qui en est la garante. L’accroissement d’un pouvoir, la défense de ses frontières et de ses règles ne peuvent se faire sans le recours à la fonction militaire. S’intéresser à la violence guerrière nécessite alors d’envisager toute l’ambiguïté supportée par cette expression.

Cette journée d’étude se trouvera découpée en trois axes. Le premier sera l’occasion d’aborder la ‘violence guerrière’ via ses représentations (historiques, iconographiques, philosophiques, musicales et littéraires) et leurs dépendances au contexte historique et social dans lequel elles ont été exprimées. Le second regroupera les études (archéologiques et historiques) de la réalité concrète de la pratique guerrière. Le troisième axe rassemblera quant à lui les interventions qui porteront sur les sources théoriques des rapports entre le concept de ‘guerre’ et celui de ‘violence’.

Axe 1 : Quels discours ?

La représentation, visuelle ou textuelle, de la ‘violence guerrière’ est un témoignage de sa réalité. Elle suppose aussi de considérer un autre niveau de lecture. En donnant à voir ou en décrivant celle-ci, on révèle une idéologie. La légitimé de la ‘violence guerrière’ reflète celle de l’autorité qui la commande et la régule. Exalter les qualités des figures de cette violence ou condamner leurs démérites n’est jamais neutre et s’inscrit en parallèle avec les rapports de force qui en motivent le discours.

Sa dénonciation insiste généralement sur le caractère irréfléchi et déloyal du combat. Elle fait écho, pour ces critiques, à la déviance morale individuelle de son représentant. Au contraire, la valorisation de cette violence est légitimée par le caractère transcendant de la mission qui lui est assignée. Son acteur n’est que le médiateur d’une justice qui le dépasse, le bras armé du divin ou le garant de la paix et de la prospérité dont la guerre est la promesse. En ayant recours à ce ‘mal nécessaire’, on justifie les desseins qui sont profitables à une communauté, au-delà de l’individu.

Axe 2 : Quelles réalités ?

Les sources textuelles, les images et la littérature sont des reconstructions qui permettent d’éclairer sur la réalité de la pratique martiale. Toutefois, à ce titre, les vestiges archéologiques sont primordiaux en tant que témoins objectifs et matériels. Ils sont les traces d’une réalité complexe. Le statut du guerrier, par exemple, dépend pour une grande part de sa place dans la hiérarchie militaire. Il est perceptible dans la qualité de son armement et par sa situation lors du combat.

La valeur donnée, souvent a posteriori, à la ‘violence guerrière’ repose entièrement sur les causes, les conditions et les conséquences de son exercice. La longueur des hostilités et le nombre de vies sacrifiées, l’attaque de la population civile sont autant de propriétés d’une guerre néfaste. Souvent mises en exergue par les sources littéraires et iconographiques, ces données formelles ne sont vérifiables que par la recherche archéologique.

Axe 3 : Quelles définitions ?

Ce troisième axe est orienté vers une appréhension de la ‘violence guerrière’ au niveau spéculatif. Il s’agit de saisir comment penser la guerre comme concept. Ces études sont possibles par le biais des sources philosophiques notamment mais aussi des arts lorsque, par exemple, la guerre y est personnifiée.

Entre celle du dernier recours par une posture uniquement défensive telle qu’elle est prônée par Platon et celle de la démesure inévitable d’un gouvernement réaliste selon Machiavel, la définition intellectuelle du bon usage du fait guerrier reçoit une acceptation flexible et généreuse en réflexions. Ces dernières, nous l’espérerons, feront naître de nombreux échanges à propos de la ‘violence guerrière’ au cours de cette journée qui lui sera dédiée.


Tout jeune chercheur spécialisé dans l’étude des civilisations antique et médiévale peut faire une proposition de communication. Les contributions apportées lors de cette journée ont vocation à être publiées l’année suivante dans les Annales de Janua.

Les propositions de communication peuvent être rédigées en français et doivent être envoyées avant le jeudi 1er février 2018 (inclus), accompagnées d’un curriculum vitae, à l’adresse association.janua@gmail.com sous la forme d’un résumé d’environ 500 mots.

Elles seront soumises au conseil scientifique qui donnera une réponse autour du 1er mars 2018. La JJC aura lieu le 26 avril 2018 au CESCM de Poitiers.

L’hébergement et la restauration seront pris en charge par JANUA, ainsi qu’une partie des frais de transport (pour ces derniers, les intervenants seront remboursés sur justificatif et dans la limite de 80 euros par personne). N’hésitez pas à nous contacter à l’adresse email de l’association pour toute information complémentaire.

            Comité scientifique

Nadine Dieudonné-Glad (Professeure d’Archéologie antique, directrice de l’EA 3811 HeRMA)

Martin Aurell (Professeur d’Histoire médiévale, directeur de l’UMR 7302 CESCM)

Cécile Voyer (Professeure d’Histoire de l’art du Moyen Âge)

Claudio Galderisi (Professeur de Lettres médiévales)

Alexandre Vincent (Maître de conférences en Histoire romaine)

Nicolas Prouteau (Maître de conférences en Archéologie médiévale)

Mathilde Carrive (Maître de conférences en Histoire de l’Art de l’Antiquité romaine)

 

Responsable :

Janua

 

       

 

Échanges avec les médiévistes américains

Dans le cadre d’un financement obtenu via le Centre France-Stanford (Californie), trois enseignants-chercheurs du Centre d’études supérieures de civilisation médiévale (CESCM) vont se rendre en avril prochain dans la prestigieuse Université de Stanford pour travailler, avec leurs collègues médiévistes américains, sur la thématique suivante : les échanges culturels entre l’Occident et l’Orient au XIIIe siècle. Entretien avec Martin Aurell, historien-médiéviste, directeur du CESCM, à l’initiative de ce projet.

Les trois participants du laboratoire CESCM au programme avec Stanford: de gauche à droite, E. Ingrand-Varenne, M. Aurell et N. Prouteau (© JP Brouard)

Qu’est-ce qui a motivé cet échange avec l’Université de Stanford ?

Il y a une dizaine d’années, j’ai été invité à l’Université de Stanford pour présenter, lors d’un colloque international, mes travaux sur la féodalité dans le sud de La France. J’avais alors établi des liens avec certains de mes homologues américains. Lorsque j’ai eu connaissance d’un appel d’offres d’échange international lancé par le Centre France-Stanford, partenaire du Ministère français des Affaires étrangères dans cette prestigieuse université (elle est classée 3e meilleure université mondiale dans le classement de Shangaï et compte pas moins de 20 prix Nobel), j’ai réactivé mes relations, notamment avec Marisa Galvez, spécialiste de la littérature médiévale pour envisager un travail commun.
Ensemble nous avons monté un programme autour d’une thématique, qui nous anime tous les deux : les échanges durant les croisades au XIIIe siècle entre le sud de la France et l’Orient.

C’est un sujet peu exploré car on a longtemps considéré les guerres de religion comme une période de chaos qui n’avait rien apporté. C’est une idée qui est de plus en plus remise en cause car ceux qui les menaient, par exemple Richard Cœur-de-Lion et Saladin, se respectaient. Des échanges, autres que guerriers, ont donc eu lieu, de dimension culturelle ou de pratiques sociales, entre musulmans et chrétiens via les croisés et les pèlerins.
Ce qui fait écho avec l’actualité. C’est un point qui, je pense, nous a aidé à obtenir les financements.

Quelle forme va prendre cette collaboration ?

Elle va se traduire par l’organisation de deux colloques : l’un qui aura lieu à l’Université de Stanford en avril prochain et un second qui se déroulera à l’Université de Poitiers en 2019. Pour ce qui est du premier colloque, je serai du voyage ainsi que deux collègues du CESCM : Estelle Ingrand-Varenne du CNRS qui est épigraphiste médiévale (spécialiste des inscriptions) et Nicolas Prouteau, maître de conférences, archéologue, spécialiste des châteaux.
Ces colloques, qui réuniront aussi 10 experts et chercheurs américains, vont offrir l’opportunité de mieux comprendre les échanges mercantiles, artistiques et idéologiques durant cette période de croisade et évaluer leur influence sur la culture chrétienne et musulmane. Chaque intervenant, dans sa discipline, aura une demi-heure pour exposer ses travaux, temps qui sera suivi d’échanges. Les deux colloques déboucheront ensuite sur l’édition d’un ouvrage.

Qu’attendez-vous de ce déplacement aux États-Unis ?

Ce sera pour nous l’occasion de confronter nos idées. Il est important d’aller voir en dehors de l’Europe la façon d’appréhender la recherche sur le Moyen Âge. Les  États-Unis sont un véritable laboratoire d’idées, les chercheurs ont une approche imaginative qui nous manque un peu.
L’objectif est aussi de jeter les bases d’une collaboration future entre les médiévistes francophones et américains.