Archives par mot-clé : Peintures murales

[14 nov. 2023] Focus n° 2 : Les peintures murales de Berzé-la-Ville

Initiés depuis 2016 et construits comme un high-light sur le fonds iconographique du CESCM, les « Focus » montrent la corrélation entre le fonds documentaire de la Photothèque et son intégration dans la base Romane.

Le mardi 14 novembre, de 12h à 13h au pôle documentaire, dans un cadre scientifique tout autant que convivial, nous accueillerons dans ce second Focus de la rentrée Alexis Minault, pour découvrir son passage au sein de la Photothèque, lors de son stage de master 1 Mondes médiévaux et l’indexation réalisée sur :

 

Les peintures murales de Berzé-la-Ville

Un avant goût de l’indexation ICI


 

Ouvert à tous et axé sur l’interactivité, vous êtes conviés à partager ce moment autour d’un verre.
N’hésitez pas : apportez votre casse-croûte !

[10 oct. 2023] Focus n° 1 : Les peintures murales de Lignières-en-Touraine

Initiés depuis 2016 et construits comme un high-light sur le fonds iconographique du CESCM, les « Focus » montrent la corrélation entre le fonds documentaire de la Photothèque et son intégration dans la base Romane.

Le mardi 10 octobre, de 12h à 13h au pôle documentaire, dans un cadre scientifique tout autant que convivial, nous accueillerons dans ce premier Focus de l’année Sarah Maçonnerie, pour découvrir son passage au sein de la Photothèque, lors de son stage de master 1 Mondes médiévaux et l’indexation réalisée sur :

les peintures murales de Lignières-en-Touraine

Photothèque/CESCM – L.-O.Crosland/2022

 

Ouvert à tous et axé sur l’interactivité, vous êtes conviés à partager ce moment autour d’un verre.
N’hésitez pas : apportez votre casse-croûte !

 

Voici un exemple de peinture de l’église Saint-Martin de Lignières-de-Touraine (Indre-et-Loire, 37), indexée  avec l’aimable collaboration de Tiffany Davin (master 1 Mondes médiévaux) …. pour vous donner un avant gout du Focus …..

Photothèque/CESCM – L.-O.Crosland/2022

Le mois de novembre fait partie du thème du calendrier. Le calendrier est souvent la représentation des travaux des 12 mois, parfois associés aux signes du zodiaque. Louis Réau regroupe le calendrier sous “ La vie matérielle ou les occupations des mois”. On peut retrouver le thème du calendrier dans les psautiers, sur des peintures murales ou en sculpture. Leur représentation est un thème plutôt profane. Les représentations des travaux ne sont pas fixées bien qu’on ait des thèmes récurrents. On s’intéresse au mois de novembre, il s’agit du onzième mois de l’année. A Lignières-de-Touraine, chaque mois est représenté dans un carré peint sur l’arc triomphal.

Description de la peinture murale

Le calendrier se situe dans l’intrados de l’arc triomphal du côté ouest orienté vers la nef. Seulement dix mois sont représentés car décembre et janvier ont disparu lors des restaurations. Une inscription permet d’identifier chaque mois. L’inscription NOVEMBER pour nous indiquer le mois. La scène présente une chasse au sanglier. Un homme s’apprête à abattre un sanglier avec son arc et sa flèche. Ils sont entourés de végétaux, d’arbres.  

Indexation

Sujet :  “mois de septembre”, “calendrier”, “scène de chasse”.  Dans le Timel, le mois de novembre est associé à la glandée.

Thème :  CHASSE, TIR (le Larousse : action, manière de lancer, à l’aide d’une arme, un projectile sur un but appelé objectif).

Personnage : PAYSAN : on indexe “paysan”. Le terme chasseur n’est pas dans le Timel.

Nature – Lieu :  ARBRE, PLANTE, SANGLIER (?), PORC (?), NOVEMBRE, HERBE

Objet – Architecture : ARC,  FLÈCHE

La base romane indexe les mois de l’année séparément. Pour le mois de novembre sculpté dans la cathédrale de Vézelay, le médaillon de la première voussure représente l’abattage du cochon. En comparaison avec la peinture murale de Lignières-de-Touraine, seule la manière de tuer est différente. A Vézelay, on emploie une hache tandis le paysan tue à l’arc.

Bibliographie

MANE Perrine, Comparaison des thèmes iconographiques des calendriers monumentaux et enluminés en France, aux XIIe et XIIIe s, Poitiers, Centre d’études supérieures de civilisation médiévale CESCM, 1986.

REAU Louis, Iconographie de l’art chrétien, Paris, 1957

TESNIERE Marie-Hélène, « Les travaux des mois », dans Bestiaire médiéval. Enluminures, 2018, p. 209‑225.

[8-10 juin 2022] Colloque : Le décor peint des cryptes romanes

Colloque international organisé par le CESCM, sous la coordination de Marcello Angheben, Claire Boisseau et Fabio Scirea.
Crypte de Saint-Savin-sur-Gartempe (Cliché J.-P. Brouard/CESCM)
 

Dates : mercredi 8 au vendredi 10 juin.

Lieux : En présentiel à Poitiers et en visioconférence (lien ICI).

 

Poitiers, faculté des Sciences humaines et arts et hôtel Berthelot :

– Mercredi 8 juin : Poitiers, hôtel Berthelot – salle Crozet – 24 rue de la chaîne – bât. E13
– Jeudi 9 juin : Poitiers, faculté des Sciences humaines et arts – amphi Descartes – 8 rue René Descartes – bât. E18

Ouvert à toutes et tous

Pour les présentations en italien, une traduction en français est proposée aux auditeurs.

 

Programme

 

Mercredi 8 juin 2022

Hôtel Berthelot – salle Crozet – 24 rue de la chaîne – bât. E13

• 9h – Accueil

• 9h15 – Marcello Angheben (Université de Poitiers, CESCM), Claire Boisseau (CESCM) et Fabio Scirea (Università degli Studi di Milano)  : Présentation

Session 1

Présidence : Cécile Voyer (Université de Poitiers, CESCM)

 

• 9h30 – Christian Sapin (CNRS) : Architecture et fonction des cryptes : des premiers décors aux peintures carolingiennes

• 10h10 – Marcello Angheben (Université de Poitiers, CESCM)
Les multiples fonctions des décors peints des cryptes romanes : l’exemple d’Anagni

10h50Pause

• 11h10 – Valentino Pace (Trinity Coll., Hartford, CT, Rome Campus) : La crypte de l’abbé Épiphane à San Vincenzo al Volturno

• 11h50 – Claire Boisseau (Université de Poitiers, CESCM) : La crypte de Saint-Savin-sur-Gartempe : passion peinte et culte des saints

12h30 – Discussion

Session 2

Présidence : Valentino Pace (Trinity Coll., Hartford, CT, Rome Campus)

 

• 14h30 – Marie-Gabrielle Caffin (chercheuse indépendante) : Que nous disent de la dévotion les décors peints des cryptes romanes de Bourgogne ?

• 15h10 – Amaëlle Marzais (Université de Tours LAT, CESCM) : La crypte de Tavant : architecture et décor peint

15h50 – Pause

• 16h10 – Gerardo Boto (Universitat de Girona) : Visualiser la vertu pérenne des frères martyrs : les peintures de l’église inférieure de San Juan de la Peña

• 16h50 – Marc Sureda (Museu Episcopal de Vic) : Les peintures de la crypte nord de l’ancienne cathédrale Saint-Vincent de Roda de Isábena

• 17h30 – Marco Rossi (Université Catholique de Milan) : La décoration de la crypte de San Pietro al Monte a Civate et son contexte : hypothèses et problématiques

18h10 – Discussion

 

Jeudi 9 juin 2022

Faculté des Sciences humaines et arts – amphithéâtre Descartes – 8 rue René Descartes – Bât. E18

Session 3

Présidence : Marco Rossi (Université Catholique de Milan)

 

• 9h – Andrea Tilatti (Università degli Studi di Udine) : La cripta di Aquileia come problema storiografico e… storico

• 9h40 – Luigi Schiavi (Università degli Studi di Pavia) : La crypte de l’église de San Giovanni Domnarum à Pavie et ses peintures de la seconde moitié du XIIe siècle

10h20 – Pause

• 10h40 – Scirea Fabio (Università degli Studi di Milano) : Le décor peint de la crypte de San Filastrio dans la « Rotonda » de Brescia

• 11h20 – Irene Quadri (Université de Lausanne) : Nouvelle lecture de la crypte de l’abbaye de Marienberg à Burgusio

• 12h – Giulia Bordi (Università di Roma Tre) : La cripta della cattedrale di Spoleto e il ciclo pittorico con le storie di san Benedetto

12h40 – Discussion

Session 4

Présidence : Fabio Scirea

• 14h40 – Lorenzo Riccardi (Ministero della cultura) : Tra Gaeta e Montecassino: la cripta dipinta del santuario di S. Maria del Piano ad Ausonia

• 15h20 – Maddalena Vaccaro (Università degli Studi di Salerno) :
Moltiplicazione degli spazi e devozioni mediterranee : la cripta di Minuta di Scala nel contesto italomeridionale normanno

16hPause

• 16h20 – Giulia Arcidiacono (Università di Catania) et Tancredi Bella (Università di Catania, CESCM) : La crypte de San Marciano à Syracuse : architecture, décor peint, espace liturgique

17h – Discussion et conclusion

 

Visite de la crypte de Notre-Dame-la-Grande

17h30

Par Claude ANDRAULT-SCHMITT, Visite réservée aux intervenants du colloque.

 

Vendredi 10 juin 2022

Visite de Montmorillon et de Saint-Savin-sur-Gartempe

 

Pour les auditeurs du colloque, sur réservation préalable auprès de Claire Boisseau : claire.boisseau@univ-poitiers.fr

• 8h – Départ en car de Poitiers.

• 9h30 – Crypte de Montmorillon, Visite par Claudine Landry (Docteure en histoire de l’art)

• 11h – Crypte de Saint-Savin-sur-Gartempe, Visite par Claire Boisseau et Carolina Sarrade (Université de Poitiers, CESCM)

• 12h15 – Déjeuner

• 15h – Retour à Poitiers

[15 oct. 2019] Focus n° 1 : les peintures de l’église Notre-Dame à Rizières

Nous avons le plaisir de vous convier chaleureusement au Focus n° 1, consacré aux peintures de l’église Notre-Dame à Rizières.

Le focus aura lieu le mardi 15 octobre, 12h-13h, au CESCM-Pôle documentaire.

Construit comme un high-light sur le fonds iconographique du CESCM, les « Focus » proposent de montrer la corrélation entre le fonds physique, la base Romane et le travail scientifique, et ce par la collaboration des chercheurs et de l’équipe de la Photothèque. Le 15 octobre, nous vous proposons une discussion scientifique et conviviale autour aux peintures de l’église Notre-Dame à Rizières, en compagnie d’Anaëlle Marzais, doctorante en co-tutelle avec le CESR de Tours. Ouvert à tous et axé sur l’interactivité, vous êtes conviés à partager ce moment autour d’un verre. N’hésitez pas à apporter votre casse-croûte, nous déjeunerons ensemble lors de cet échange.

Rafca Nasr à Poitiers, nous parle des peintures rupestres au Liban

Rafca Nasr vient de Byblos (Jbeil) au Liban, et effectue ses études sur les peintures murales du Moyen Âge au Liban. Nous l’accueillons au CESCM pour 6 mois, dans le cadre d’une convention de cotutelle avec l’Université libanaise de Beyrouth.

Cliché E. Avril
Cliché E. Avril

Rafca, parlez-nous de votre parcours universitaire :

J’étudie à l’Université Libanaise de Beyrouth, et suite à l’obtention d’un DES en Arts et Archéologie, j’ai souhaité préparer un doctorat en cotutelle avec Nada Helou (Université Libanaise de Beyrouth) et Marcello Angheben (Université de Poitiers/CESCM), dont le sujet est « Le décor en peinture murale du Moyen Âge au Liban. La peinture rupestre ».

Vous avez déjà quelques belles expériences professionnelles …

J’ai acquis depuis 2009, une riche expérience dans le domaine de la restauration des peintures murales, à travers plusieurs expériences lors des interventions russes et polonaises :

– Restauration des fresques des églises d’Edde El Batroune et de Rachkida, avec la mission russe sous la direction de V. Sarabianov (mars/avril 2012)

– Restauration des fresques médiévales, avec la mission polonaise à Maad de l’Université de Varsovie, sous la direction de K. Chmilewski (juillet 2009)

– Restauration des fresques médiévales de l’église de Kfarhelda avec la mission polonaise de l’Université de Varsovie, sous la direction de K. Chmilewski (sept. 2010 et sept. 2011)

– Restauration des fresques médiévales des églises de Kfarhelda et d’Amioun, avec la mission polonaise de l’Université de Varsovie, sous la direction de K. Chmilewski (sept. 2013)

J’ai aussi effectué un stage de restauration de mosaïques en Syrie avec une équipe italienne, à Damas sous la direction de l’Ambassade d’Italie, en juillet 2010.

Ces découvertes de terrain m’ont permis de connaître relativement bien les aspects matériels et techniques des peintures murales et des mosaïques de pavement.

Cela nous amène à votre sujet de thèse …

 J’ai souhaité étudier le décor en peinture murale du Moyen Âge au Liban et plus précisément la peinture rupestre.

Parmi les vestiges médiévaux conservés au Liban, les églises forment un groupe important du patrimoine religieux et historique. Parallèlement à 3 types de plans d’églises construites en maçonnerie, il en existe un quatrième, celui de l’architecture rupestre. Ce dernier ne se plie à aucune règle, aucun schéma ou structure régulière, pour la simple raison que sa structure est organiquement rattachée à la configuration du terrain et à la forme de la grotte.

Les églises décorées de peinture, qui font l’objet de mon étude, sont concentrées sur le territoire du comté de Tripoli qui s’étend du sud de Byblos jusqu’au nord de Tripoli. Le Liban étant un pays montagneux, il est entaillé de vallées très profondes sur les flancs desquelles s’ouvrent des cavités rocheuses qui ont servi, au Moyen Âge, de refuge pour les chrétiens et plus spécialement pour les ascètes fuyant aux plaisirs de la vie matérielle. Ceux-ci trouvaient dans ces grottes l’endroit idéal pour leur solitude et leur union avec Dieu.

Monastère de la croix, Vallée Sainte (Liban / Cliché R. Nasr

La vallée de la Qadicha, qui signifie la Vallée sainte, située au nord du Liban, est la vallée la plus habitée au Moyen Âge : elle est parsemée de chapelles, de monastères et d’ermitages, tous situés à flanc de falaise. Un certain nombre de ces lieux de culte avaient les parois couvertes de peintures rupestres ; la majeure partie de sites étudiés remontent aux XIIe et XIIIe siècles. : Les grottes que j’étudie sont soit complètement nichées dans le rocher comme Mar Marina à Qalamoun, soit comme la chapelle de Kfar Chleiman taillées dans la roche, ou bien à moitié rupestres comme la plupart des sites. S’ajoutent aussi les églises construites en grande partie en maçonnerie mais ayant une petite partie rattachée ou s’appuyant sur un rocher.Me basant sur l’analyse de la peinture rupestre d’une quinzaine d’églises, mon objectif vise à étudier le décor des églises situées dans des endroits éloignés, difficiles d’accès, voire parfois inaccessibles. L’abondance des établissements rupestres à peinture témoigne de la vitalité de la région à l’époque médiévale et de sa vie religieuse.

Que souhaitez-vous faire ressortir de cette étude ?

Ma tâche consiste à élucider un côté resté méconnu dans l’étude des fresques médiévales du Liban, qui est celui de l’existence de cette peinture rupestre en tant que phénomène. Me basant sur l’analyse iconographique, liturgique, stylistique et comparative, j’aspire à trouver non seulement des influence et les interactions, mais aussi qui sont les personnes ayant contribué à la réalisation de telles peintures : est-ce les religieux eux-mêmes qui les ont exécutés, ou ont-ils fait appel à des artisans ? Pour qui étaient-elles exécutées, y a-t-il eu des donateurs laïques ou uniquement le clergé ? Il s’agit également de comparer ces peintures à celles reproduites dans des églises dites « plus ordinaires » et de spécifier s’il existait une peinture particulière pour les églises rupestres.

L’analyse doit s’appuyer sur des modèles issus principalement du patrimoine de l’art local, la peinture du Levant (chrétien et musulman) mais aussi de la koinè byzantine et du monde occidental des Croisés. L’approche avec les styles contemporains permet de repérer les points de convergence et de divergence avec le style de ces fresques rupestres. Cette étude devra mener à situer les peintures rupestres du Liban dans leur contexte artistique, religieux et historique, afin d’ouvrir une nouvelle page concernant l’histoire des fresques et les techniques utilisées dans la réalisation de ces œuvres d’art.

Gabriel, détail de l’Annonciation / Cliché R. Nasr

Vous êtes allée plusieurs mois « sur le terrain »

Avant de commencer le travail bibliographique, j’ai visité durant quatre mois la majorité des églises médiévales à fresque du Liban pour contempler et prospecter les compositions peintes. J’ai essayé d’identifier les figures et les scènes, parfois voilées sous une couche épaisse de crasse et de calcaire. Après la prise de notes et l’exécution de fichiers pour les différents éléments du décor, j’ai photographié les scènes et les détails représentés dans chaque église. Pour finir, j’ai rassemblé une bibliographie précieuse sur les fresques du Liban.

Quelles sont les raisons de votre venue à Poitiers ?

Je suis à Poitiers pour effectuer ma thèse de doctorat et travailler avec l’équipe de peintures murales du CESCM et je vais suivre une formation sur les relevés donnée par Carolina Sarrade, archéographe à la photothèque. Je vais faire un stage avec elle sur le terrain et apprendre ensuite la reprise informatique des relevés.

La pratique du relevé stratigraphique devrait m’offrir la possibilité d’acquérir une connaissance approfondie de l’œuvre. La réalisation du relevé conduit à reproduire les gestes du peintre et à mieux comprendre sa démarche et, lorsque le relevé est traité informatiquement, il permet de restituer les formes peu lisibles et de décomposer la stratigraphie, autrement dit les étapes du processus pictural ou les différentes interventions chronologiques sur une même image.

 

Centre d'Études supérieures de civilisation médiévale (UMR 7302)

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search