Archives par mot-clé : musicologie

Appel à communication : Réappropriations contemporaines des répertoires chantés du Moyen Âge (26-27 sept. 2024)

Appel à communication

Réappropriations contemporaines des répertoires chantés du Moyen Âge



Jeudi 26 et vendredi 27 septembre 2024
Université Catholique de l’Ouest, Angers
Clôture de l’appel : 15 juin 2024

Les propositions sont à envoyer à l’adresse de la revue textusetmusica@ml.univ-poitiers.fr

 

 

Si la chanson du Moyen Âge n’a eu de cesse d’influencer la création musicale depuis la Renaissance, comme l’a montré notamment John Haines, les réappropriations des répertoires chantés à l’époque contemporaine sont encore un domaine assez peu exploré. Les études sur le médiévalisme ont trouvé leur place dans le milieu académique anglo-saxon depuis les années 70 et interrogent autant nos connaissances de la période médiévale qu’elles alimentent la réflexion sur notre monde contemporain et ses représentations. Elles sont également très présentes dans la recherche francophone depuis une vingtaine d’années. Toutefois, la dimension musicale reste assez peu explorée et rares sont les musicologues à avoir investi ce champ disciplinaire qui se situe aux confins de différentes pratiques culturelles, et touche en particulier le vaste domaine de l’interprétation musicale. L’étude du médiévalisme musical convoque ainsi tout autant les problématiques des performance studies que celles de l’histoire des représentations ou des reconstructions des paysages sonores du passé émanant du développement des sound studies.

Ce colloque invite à la mise en commun de toutes approches visant à dresser un état des lieux de la notion de réappropriation, appliquée aux répertoires chantés, de ses premières attestations notées en Occident jusqu’au début du XVe siècle. Il s’agira donc d’étudier différents contextes et pratiques contemporaines dans lesquelles la musique vocale médiévale prend place, en tant qu’objet premier ou simple référent.


Les communications pourront s’articuler selon l’un ou plusieurs des axes suivants :

  1. Les réappropriations des corpus chantés médiévaux dans la démarche artistique des musiciens contemporains, qu’ils soient professionnels ou amateurs, investis dans une recherche d’authenticité ou dans la recréation d’un imaginaire médiéval. Les objets d’études peuvent être constitués d’enregistrements, de captations, de retours d’expérience ou tout autre support faisant état d’une situation de performance et permettant de mesurer la distance entre la source et sa recréation pour un public contemporain.
  2. L’étude des représentations suscitées par les répertoires vocaux du Moyen Âge dans des productions culturelles contemporaines relevant de différents domaines artistiques (littérature, cinéma, jeux vidéo, bande dessinée) ou manifestations (spectacles, festivals). Les champs ouverts à la réflexion portent sur l’incarnation des acteurs des pratiques chantées, la mise en scène de leurs contextes et espaces d’interprétation comme sur les choix inhérents aux répertoires eux-mêmes.
  3. L’analyse des dispositifs de médiation portant sur les répertoires chantés médiévaux permettant d’observer comment se construit un meta-discours, avec ses représentations implicites et ses enjeux propres en fonction du public visé. Les supports à envisager sont divers, qu’ils soient à destination du grand public (sites internet, jaquettes de disques, émissions de télévision, articles de presse, programmes de concert, etc.) ou adaptés à des situations plus spécifiquement pédagogiques (manuels scolaires, supports pédagogiques, conférences, stages). Les perspectives d’études pourront alors interroger les champs de la sociologie de la culture, des sciences de l’information et de la communication ou de la linguistique.

Certaines communications pourront être publiées dans la revue en ligne Textus & Musica. Des possibilités de financement seront étudiées au cas par cas, pour les communicants ne bénéficiant pas de l’aide d’un laboratoire de recherche.

Comité d’organisation :

Christelle Chaillou (CNRS/CESCM de Poitiers)

Oreste Floquet (Université de Rome-La Sapienza)

Anne-Zoé Rillon-Marne (Université Catholique de l’Ouest, Angers)


Comité scientifique :

Vladimir Agrigoroaei (CNRS/CESCM de Poitiers)

Gisèle Clément (Université de Montpellier)

Luca Gatti (Université de Rome-La Sapienza)

Nathalie Le Luel (Université Catholique de l’Ouest, Angers)

Delphine Pasques (Université Paris-Sorbonne)

Isabelle Ragnard (Université Paris-Sorbonne)

Jehanne Roul (Université Catholique de l’Ouest, Angers)

Federico Saviotti (Université de Pavie)

Vasco Zara (Université de Rouen)

 

 

 

[11-13 déc. 2023] Colloque Philologie et Musicologie

Colloque Philologie et Musicologie : L’édition des corpus chantés du Moyen Âge et de la Renaissance, hier aujourd’hui et demain

 

Reg.lat.1490_0179_fa_0086r_m

 

Date : 11-13 décembre 2023, CESCM de Poitiers

Lieu : CESCM (salle Crozet), Hôtel Berthelot, 24 rue de la Chaîne – POITIERS

Concert à Notre-Dame-la-Grande le mardi 12 à 19h : Brice DUISIT et Cristina AURICH, Le Manuscrit du Roi, Paris, BnF fr. 844. Voir ICI

 

Si vous souhaitez suivre le colloque en distanciel, merci d’en faire la demande à christelle.chaillou.amadieu@univ-poitiers.fr

 

Lundi 11 décembre

 

13h30 – accueil des participants

14h – introduction

14h15 – conférence de Gaël SAINT-CRICQ (Université Lumière  Lyon 2) : L’édition des polyphonies vernaculaires de l’Ars Antiqua : un parcours historiographique et philologique.

Session 1 : Problématiques de l’édition d’aujourd’hui, première partie

16h – Leo LOUSBERG (Utrecht University) : Signal tones: layers of variance in medieval plainchant

16h30 – Marina NAVAS (Universitat Rovira i Virgili) et Camilla TALFANI (Université de Lausanne)  : Problèmes d’édition et comportement du copiste du chansonnier des troubadours R : essai sur un corpus avec notation musicale

17h – Christelle CHAILLOU (CNRS/CESCM de Poitiers) et Federico SAVIOTTI (Università di Pavia) : Les motets entés du Manuscrit, Paris BnF fr. 845

17h30 – Guillaume BUNEL (Sorbonne Université) : Les canons d’Antoine Busnoys (ca. 1430-1492) : questions de réception et d’édition

Mardi 12 décembre 2023

Session 1 : Problématiques de l’édition d’aujourd’hui, deuxième partie

9h – Carlos C. IAFELICE (Università di Pavia)  : La notazione musicale delle ballades nel Codice Chantilly: alcune riflessioni a partire dalla prospettiva ecdotica

9h30 – Luca GATTI et Antonio CALVIA (Università di Pavia)  : A propos de l’édition critique du corpus de Andrea da Firenze

10h – Giacomo FERRARIS (Università di Firenze)  : Misura per misura: Problemi di metro e di sottoposizione alla musica nell’edizione del repertorio del Trecento italiano

10h30 – Kristin HOEFENER (Universidade Nova de Lisboa) : Le culte de Catherine de Sienne : La création et la transmission d’un office liturgique entre l’Italie et le Portugal au XVe siècle

Pause

Session 2 : Édition et interprétation musicale

11h 30 – Brigitte Irene PUZZO (Universidade de Coimbra) :  “Al suono della nostra melodia”: il sottile confine tra lingua e musica

12h – Isabelle RAGNARD (Sorbonne Université) : Les transcriptions des « rondeaux » polyphoniques d’Adam de la Halle et leurs doubles sonores : un effet de miroir grossissant

Session 3 : L’édition et les humanités numériques

14h : Kevin ROGER (CESR de Tours) : La Music Encoding Initiative : Redéfinir l’édition des musiques du Moyen Âge et de la Renaissance

14h30 : David CHAPPUIS (Haute école de musique de Genève) : L’édition au cœur de l’interprétation musicale ou l’influence des humanités numériques dans le projet ‘Chanter les motets de Philippe de Vitry’

Pause

15h30 : Roberto RIBUOLI (Università di Roma Sapienza) : Verso un’analisi OMR dei manoscritti trovierici: il caso della plica in M e T

16h : Jean-Baptiste CAMPS (École Nationale des chartes-PSL), Christelle CHAILLOU (CNRS/CESCM de Poitiers), Léontine FORTIN (CNRS/CESCM de Poitiers) et Federico SAVIOTTI (Università di Pavia) : Le Manuscrit du Roi, projet ANR MAritem

 

19h – Concert de Brice DUISIT et Cristina AURICH

Le Manuscrit du Roi, Paris, BnF fr. 844

Église Notre-Dame-la-Grande de Poitiers

 

Mercredi 13 décembre

Session 4 : Histoire de l’édition

9h – Jean-François GOUDESENNE (CNRS/IRHT) : Des opuscules poétiques de la renaissance carolingienne et de l’antiquité

9h30 – Fabio SANGIOVANNI (Università di Padova) : Dialettica dell’edizione di testi romanzi con melodia attorno al 1872

10h – Grégoire BAUGUIL (Université de Poitiers-Criham et Università di Pavia) : Les recueils organisés par tonal type au XVIe siècle. Une longue ou courte vie ?

Pause

11h30 – Giorgio MONARI (Università di Roma Sapienza) : Pour une édition des cinq chants des « Toupinambous » transcrits et publiés dans l’Histoire d’un voyage faict en la terre du Brésil de Jean de Léry (s. XVI)

12h – Aicha KALLELI (Université de Tunis) : Enjeux de l’adoption de la notation musicale occidentale en Tunisie

12h30 – Conclusions du colloque


Comité d’organisation

Christelle Chaillou (CNRS-CESCM de Poitiers)
Luca Gatti (Università di Pavia – Dipartimento di Musicologia e Beni Culturali)
Federico Saviotti (Università di Pavia – Dipartimento di Studi Umanistici)
Philippe Vendrix (CNRS-CESR de Tours)

   

[12 déc. 2023] Concert musique médiévale

Le Manuscrit du Roi, Paris, BnF fr. 844

Brice Duisit – chant et vièle
Cristina Alìs Raurich – organetto
 

 

Mardi 12 décembre à 19h

Église Notre-Dame-la-Grande

Entrée libre et gratuite

 

 

Douce dame sans pitié

Saurait on imaginer que, au Moyen Âge, le mal d’amour était une vraie maladie ? Que les amants mouraient réellement de ce doux mal de la Mélancolie ? Non, nous ne pouvons le croire ; nous lisons encore les poèmes et les chansons d’amour du XIIIe siècle sourire aux lèvres, attendris par l’adolescente fraîcheur de leurs si « naïves » amourettes… 

Pourtant, il s’y est dit toute la profonde douleur que nos poètes livraient pour leur survie. Car « aimer » leur était une épouvantable torture que seul les miels sucrés de la poésie et du chant avaient pouvoir de transcender.
Alors pourquoi restons nous sourds à leur insupportable détresse au point de ne pouvoir reconnaître aujourd’hui l’angoissante emprise du tumulte amoureux ? N’en aurions nous donc pas encore fini avec l’Amour ?
 
Ainsi, qu’ils furent de langue d’Oc ou d’Oïl, troubadours, trouvères, clercs ou laïcs, ils mirent leur mal en mots et ils le dirent en musique, dans la monodie des cansò ou dans la polyphonie des motets vernaculaires. Leurs œuvres furent rassemblées dans de somptueux manuscrits où nous trouvons aujourd’hui encore le témoignage de leur détresse.
 
Le Chansonnier du Roi (Bnf fr.844), copié dans la sphère arrageoise durant la seconde moitié du XIIIe siècle, compile les pièces des plus importants des poètes du genre. Les chansons d’amour  y occupent une place prépondérante. C’est là que nous avons puisé la majeure partie de nos chants pour faire de ce programme l’écho de leur discours. C’est un discours secret, dit sur des mélodies d’orfèvres, qui se chuchote avec pudeur dans l’intimité des amants… 
 
 

[Appel à communication] : Colloque Philologie et Musicologie

Appel à communications
Colloque Philologie et Musicologie :
L’édition des corpus chantés du Moyen Âge et de la Renaissance, hier aujourd’hui et demain.
Poitiers, 11-13 décembre 2023

  • Comité d’organisation :

Christelle Chaillou (CNRS-CESCM de Poitiers)
Luca Gatti (Università di Pavia – Dipartimento di Musicologia e Beni Culturali)
Federico Saviotti (Università di Pavia – Dipartimento di Studi Umanistici)
Philippe Vendrix (CNRS-CESR de Tours)

De toute évidence, l’effort de présenter au public d’aujourd’hui les textes et les mélodies des corpus chantés du Moyen Âge et de la Renaissance occupe une place centrale dans les travaux des spécialistes. Que cela soit en musicologie ou en philologie, l’édition fait appel à une théorisation et à des pratiques différentes. Orientées vers le texte (verbal ou musical) tel que l’auteur l’a conçu ou bien vers le témoin (manuscrit ou imprimé) qui l’a conservé en témoignant d’un acte de réception historiquement et culturellement saisissable, les éditions textuelle et/ou musicales peuvent privilégier l’une ou l’autre de ces “deux vérités” selon le but et l’audience visée par la publication mais aussi du positionnement méthodologique de l’éditeur, philologue ou musicologue. Pour plusieurs raisons intrinsèques à l’histoire différente de l’écriture des mots et des sons, de la tradition des textes et des mélodies, mais aussi des deux disciplines concernées, dès la fin du XIXe siècle la philologie a eu tendance à choisir la première approche, la musicologie la deuxième. Néanmoins, les dernières décennies ont apporté des nouveautés aussi bien sur le plan théorique (par ex. la réflexion de d’Arco Silvio Avalle et la “philologie matérielle” en Italie, la New Philology dans la critique anglo-saxonne) que sur le plan opérationnel (la disponibilité des technologies numériques et, tout récemment, de l’AI), destinées à rendre le panorama de l’ecdotique textuelle et musicale plus varié et moins prévisible dans ses développements.

Plusieurs colloques et recueils d’études se sont penchées sur ce sujet dans le cadre de l’une des deux disciplines, surtout de la philologie. Dans le sillon des recherches conduites depuis plus qu’une décennie par le groupe franco-italien “Philologie et Musicologie” et de l’organisation de plusieurs colloques mêlant nos deux disciplines, notre intention est de susciter une discussion interdisciplinaire sur les méthodes et les pratiques d’édition des compositions musico-poétiques du XIe au XVIe siècle qui prenne en considération les deux aspects (texte et musique) et/ou la possibilité que l’approche de l’un des deux puisse éclairer et fournir des solutions éditoriales profitables pour l’autre. Cela s’avère d’autant plus opportun que le rapprochement des musicologues et des philologues travaillant sur le même objet ne se fait que très lentement, comme le démontre la relative rareté des éditions musico-textuelles et, encore plus, de celles qui sont fiables sur les deux versants.

Une liste, non exhaustive, des sujets de communications pourra inclure :

  • L’histoire de l’édition (méthodes, résultats, problèmes, etc.)
  • L’édition numérique actuelle (outils, enjeux, potentialités)
  • Le public visé par l’édition (musicologues, philologues, musiciens, etc.
  • L’influence des éditions sur l’interprétation musicale
  • La correction des fautes musicales et textuelles

Les communications dureront 20 minutes et seront suivies de 10 minutes de débat. Les communications feront l’objet d’une publication dans la revue en ligne Textus et Musica.

Les propositions de communication, d’environ 250 mots devront être envoyées à l’adresse de la revue textusetmusica@ml.univ-poitiers.fr avant le 20 mai 2023.

Le colloque aura lieu en décembre 2023 à l’université de Poitiers. Les frais des intervenants seront pris en charge.


Call for papers
Congresso “Filologia e Musicologia” :
L’edizione dei componimenti poetico-musicali del Medioevo e del Rinascimento, ieri, oggi e domani
Poitiers, 11-13 dicembre 2023

  • Comitato organizzatore:

Christelle Chaillou (CNRS-CESCM de Poitiers)
Luca Gatti (Università di Pavia – Dipartimento di Musicologia e Beni Culturali)
Federico Saviotti (Università di Pavia – Dipartimento di Studi Umanistici)
Philippe Vendrix (CNRS-CESR de Tours)

Rendere disponibili alla fruizione del pubblico di oggi i testi e le melodie dei corpora cantati del Medioevo e del Rinascimento costituisce un aspetto tra i più importanti del lavoro degli specialisti. L’edizione, sia essa di stampo musicologico oppure filologico, può essere improntata a principi e seguire pratiche diverse. Orientata al testo (verbale o musicale) così come concepito dall’autore, oppure a una testimonianza (manoscritta o a stampa) che di fatto costituisce un atto di ricezione storicamente e culturalmente tangibile, l’edizione testuale e/o musicale può privilegiare l’una o l’altra di queste “due verità”, non solo a seconda dello scopo e dei destinatari dell’edizione stessa, ma anche del posizionamento teorico dell’editore (filologo oppure musicologo). Per diverse ragioni intrinseche alla differente storia della scrittura delle parole e delle note musicali, della tradizione di testi e melodie e delle stesse discipline coinvolte (filologia e musicologia), almeno dalla fine del XIX secolo la filologia tende a prediligere il primo approccio, la musicologia il secondo. Tuttavia, negli ultimi decenni si riscontrano non solo novità metodologiche (basti citare la riflessione di d’Arco Silvio Avalle e la “filologia materiale” in Italia, oppure la New Philology nella critica anglosassone), ma anche di ordine operativo (tra cui la disponibilità di tecnologie digitali e, più recentemente, dell’AI), tali da rendere certamente più vario, e al contempo meno prevedibile nei suoi sviluppi, il panorama dell’ecdotica testuale e musicale.

Diversi convegni e raccolte di studi sono stati dedicati a questi argomenti, in particolare dal punto di vista della filologia. Ora, sulla scia delle ricerche ormai pluridecennali del gruppo franco-italiano “Filologia e Musicologia”, si intende stimolare un dibattito interdisciplinare su metodi e pratiche di edizione di composizioni poetico-musicali dall’XI al XVI secolo, a partire da punti di vista che prendano in esame entrambi gli aspetti (testo e musica) o quantomeno la possibilità che l’approccio a uno dei due elementi permetta di individuare soluzioni editoriali proficue anche per l’altro. Ciò pare tanto più necessario se si considera la relativa rarità di edizioni congiunte di musica e testo, per non dire di quelle realmente affidabili su entrambi i versanti.

Sono esemplificate, di seguito, solo alcune delle piste di indagine possibili:

  • Storia delle edizioni (metodi, pratiche, risultati, problemi, etc.)

  • L’edizione digitale (strumenti, sfide, potenzialità)

  • Il pubblico dell’edizione (musicologi, filologi, musicisti, etc.)

  • L’influenza delle edizioni sull’interpretazione musicale

  • La correzione degli errori, musicali e testuali

  • L’edizione poetico-musicale: storia, pratiche, futuro

Le comunicazioni dovranno riguardare sia l’edizione del testo sia quella della musica; particolarmente apprezzati saranno gli interventi a due voci, proposti da un(a) musicologo/a e un(a) filologo/a. Comunicazioni incentrate su un solo aspetto (testuale o musicale) saranno accolte solo se in presenza di una significativa apertura rivolta all’altro versante.

Le comunicazioni avranno una durata di 20 minuti e saranno seguite da 10 minuti di dibattito. I contributi saranno, in seguito, oggetto di pubblicazione in un numero monografico della rivista on-line Textus et Musica.

Le proposte di comunicazione, di 250 parole ca., dovranno essere inviate all’indirizzo della rivista textusetmusica@ml.univ-poitiers.fr entro il 20 maggio 2023.

Il convegno si terrà, dall’11 al 13 dicembre 2023, presso l’Università di Poitiers. Eventuali spese di viaggio e alloggio da parte dei relatori potranno essere prese in carico dall’organizzazione.

Textus & Musica : volume 3.

Le troisième numéro de la revue interdisciplinaire Textus & Musica créée par Christelle Chaillou-Amadieu (CNRS/CESCM) et Federico Saviotti (Université de Pavie) avec la collaboration de Vanessa Ernst-Maillet (CNRS/CESCM ) pour la mise en ligne vient  de paraître. Il s’intitule : Langues et musiques dans les corpus chantés du Moyen Âge et de la Renaissance.

Le présent fascicule de Textus&Musica rassemble une partie des communications prononcées lors de la quatrième rencontre interdisciplinaire organisée par le groupe de recherche franco-italien « Philologie et musicologie » du 1er au 5 juin 2019 (https://philomusi4.sciencesconf.org/). Le congrès international Langues et musiques dans les corpus chantés du Moyen Âge et de la Renaissance, qui eut lieu à l’abbaye de Morimondo et à l’Université de Pavie, avait pour perspective d’étudier les influences de la langue sur la composition musicale dans les répertoires chantés du XIIe au XVIe siècle, en latin ou en langues vernaculaires. Ainsi, les contributions de ce volume proposent d’étudier cette question dans une perspective transversale, même lorsqu’elles ne traitent que d’un seul domaine, afin de considérer les pièces dans leur globalité pour mieux en comprendre la texture musicale et textuelle, de problématiser l’approche des objets d’étude en fonction des apports de l’autre discipline et de stimuler la réflexion au sein même de l’autre champ disciplinaire.

 La 4e rencontre « Philologie et Musicologie », placée sous le label de l’Université Franco-Italienne, a bénéficié d’un soutien matériel et financier important, y compris pour l’organisation du Festival Musici vagantes (https://philomusi4.sciencesconf.org/resource/page/id/2), associé aux travaux du Congrès. Les organisateurs tiennent à remercier particulièrement : le Dipartimento di Studi umanistici dell’Università di Pavia (“Dipartimenti di Eccellenza Program [2018–2022]” financé par le Ministère de l’Education, de l’Université et de la Recherche [MIUR]) ; le Centre International des Musiques Médiévales de Montpellier ; l’Université Paul-Valery et le Centre d’Études Médiévales de Montpellier ; le Centre d’Études Supérieures de Civilisation Médiévale de Poitiers ; l’École Pratique des Hautes Études (SAPRAT EA 4116) ; l’Université Franco-Italienne ; la commune de Morimondo, la fondation Abbatia Sancte Marie de Morimundo, la paroisse de Santa Maria Nascente de Morimondo (MI), l’office de tourisme de Morimondo pour leur accueil et la mise à disposition de leurs locaux.

La revue Textus & Musica propose d’accueillir et de promouvoir le dialogue entre les disciplines philologique et musicologique. Prenant naissance de l’expérience du groupe de recherche franco-italien « Philologie et Musicologie », Textus & Musica souhaite prolonger la réflexion interdisciplinaire sur les compositions poético-musicales du Moyen Âge et de la Renaissance, en valorisant les études sur les corpus chantés, de toutes formes et de toutes traditions, provenant de toute aire culturelle de l’Europe jusqu’en 1600.

La revue accueille des articles individuels ou collectifs, en français, italien ou anglais, portant un regard à la fois sur le texte et sur la musique. Publiée en accès libre, la revue, à cadence semestrielle, fera paraître chaque année : 1) un premier fascicule thématique, faisant l’objet d’un appel à contributions, ou bien contenant l’édition d’actes des rencontres « Philologie et Musicologie » ou d’autres journées d’études d’intérêt interdisciplinaire ; 2) un deuxième fascicule « mélanges » (dont les articles seront mis en ligne au fur et à mesure), contenant des études scientifiques de thématique libre, de courts essais ou notes et des comptes rendus d’ouvrages.

La conception de Textus & Musica est celle d’une publication en ligne, profitant de tout le potentiel qu’offre le support numérique, afin de favoriser le partage des produits de la recherche philologique et musicologique. L’intégration de contenus divers (images et schémas, éditions multimédia, enregistrements de performances philologiquement et musicologiquement fondées, etc.) est vivement encouragée.

Les articles du fascicule thématique sont soumis à évaluation de la part des curateurs et/ou du comité scientifique ; les autres articles sont évalués selon un principe de double expertise (double-blind peer-review). Les propositions d’articles peuvent être envoyées à l’adresse suivante : textusetmusica@ml.univ-poitiers.fr. Le premier numéro, “Qui dit tradition dit faute ?” La faute dans les corpus chantés du Moyen Âge et de la Renaissance, dirigé par Christelle Chaillou-Amadieu et Federico Saviotti rassemble une partie des communications de la troisième rencontre « Philologie et Musicologie » organisée en mai 2017 à Saint-Guilhem-le-Désert par Gisèle Clément (Université de Montpellier, directrice du CIMM), Fabio Zinelli (EPHE-SAPRAT) et les éditeurs du volume. La perspective de la rencontre était de faire ressortir les ressemblances et les divergences dans le traitement, théorique et pratique, des erreurs léguées par les traditions philologique et musicologique. Les contributions montrent de multiples facettes aussi bien sur l’exploitation de la faute par le chercheur que sur la conception même de l’erreur à l’époque où ont été́ produites – et reproduites – les œuvres étudiées.