Archives par mot-clé : musicologie

Appel à contributions = Congrès « Philologie et musicologie », IVe rencontre franco-italienne

Appel à contributions/Call for papers

philomusi4@sciencesconf.org

https://philomusi4.sciencesconf.org

Langues et musiques dans les corpus chantés du Moyen Âge et de la Renaissance

Congrès « Philologie et musicologie », IVe rencontre franco-italienne

Morimondo, Italie

1er– 4 juin 2019

  • Comité d’organisation

Christelle Chaillou-Amadieu, Gisèle Clément, Fedon Nicolaou, Federico Saviotti et Fabio Zinelli

  • Comité scientifique

Francesco Carapezza, Christelle Cazaux-Kowalski, Frédéric Duval, Isabelle Fabre, Claudio Galderisi, Isabelle His, Maria Sofia Lannutti, Maria Luisa Meneghetti, Delphine Pasques et Michel Zink

La quatrième rencontre « Philologie et musicologie » se fixe pour objectif d’étudier les rapports entre langues et musiques dans les corpus chantés du Moyen Âge et de la Renaissance. Comment la langue influe-t-elle directement sur les modalités de composition ?

Pour répondre à cette question, nous envisageons un double postulat : d’un côté la substance même d’une langue conditionnerait certains éléments de la composition musicale qui lui sont associés comme le rythme ou la courbe musicale et, d’un autre côté, des modalités de composition pourraient être communes à certaines traditions linguistiques comme, par exemple, les procédés de centonisation. Même si la littérature sur le sujet est abondante, elle est principalement monodisciplinaire ; les travaux transversaux mêlant des compétences égales en philologie et en musicologie sont rares. Si de nombreux musicologues ou philologues se sont intéressés au rapport existant entre musique et langue, nous souhaitons que nos études s’orientent à présent vers un véritable travail entre musicologues et spécialistes des textes. De la même manière, sont peu pratiquées 1) la comparaison entre plusieurs traditions linguistiques et 2) leurs implications dans la création musicale. Plus encore, demandons-nous si ce rapport à la langue fluctue selon les genres, les formes et comment une même langue est traitée dans un cadre monodique ou polyphonique. Enfin, le travail en diachronie jusqu’au XVIe siècle aura pour objectif de délimiter les continuités et les particularités entre les différentes périodes, tant linguistiques que musicales.

La réflexion portera sur la langue latine et l’ensemble des langues vernaculaires. En suivant une tradition désormais bien établie, la rencontre privilégiera les interventions interdisciplinaires et collaboratives. Les communications individuelles et/ou consacrées à l’une des deux disciplines sont toutefois encouragées si elles entendent problématiser l’approche des objets d’étude vis-à-vis des apports de l’autre discipline ou si elles stimulent la réflexion au sein même de l’autre camp disciplinaire. Le sujet pourra être traité selon deux axes principaux :

I – Le rapport littéral entre musique et langue. La thématique suggère une étude des liens directs entre la musique et le texte ; elle s’adresse particulièrement aux travaux interdisciplinaires. Les travaux comparatifs situés entre plusieurs traditions linguistiques sont les bienvenus. Plusieurs pistes sont envisageables :

  1. Morphosyntaxe et structure musicale : langue et forme musicale, langue et structure des motifs musicaux, etc.
  2. Métrique et musique : accentuation et rythme musical, choix du mètre/séquence rythmique particulière, etc.
  3. Phonétique et musique : rapport entre la matière sonore de la langue (accents grammaticaux et métriques) et courbe musicale, allitérations, assonances, rimes et musique, etc.
  4. Musique et langue en diachronie : modifications des rapports entre langue et musique, évolutions linguistiques et musicales, etc.
  5. Particularités musicales des textes plurilingues.
  6. Traduction de textes : continuité ou discontinuité de la musique, rapport avec la prosodie, etc.

II – Diversités des langues et traditions musicales. La seconde thématique se veut principalement comparative ; elle pourra concerner les axes suivants :

  1. Particularités linguistiques dans les corpus chantés qui pourraient avoir des incidences sur la mélodie ou la polyphonie.
  2. Particularités musicales en lien avec la langue employée.
  3. Comparaison entre les langues : métrique, accentuation, sonorité, etc.
  4. Comparaison entre les mélodies ou les polyphonies ayant comme support des langues différentes : troubadours, trouvères, Minnesänger, etc.
  5. Réécritures : emprunts, contrafacta, citations, etc.

La quatrième rencontre aura lieu en Italie dans le village de Morimondo qui accueillera aussi le festival de musiques anciennes Musici Vagantes, associé à notre congrès depuis la rencontre de Rome en 2015.

Les langues officielles du congrès sont le français, l’italien et l’anglais. Les propositions de communications, composées d’un titre et un résumé d’environ 200 mots, devront nous parvenir au plus tard le 15 septembre 2018 à l’adresse suivante : philomusi4@sciencesconf.org

ou directement en ligne : https://philomusi4.sciencesconf.org

Après expertise du comité scientifique, une réponse sera donnée au plus tard le 15 octobre 2018. Les interventions feront l’objet d’une publication. Les présentations individuelles dureront 20 minutes et seront suivies par 10 minutes de discussion. Les présentations collaboratives (2 ou 3 intervenants) disposeront du double de temps.

Les frais d’inscription au congrès s’élèvent à 40 euros et seront gratuits pour les doctorants. Les frais de déplacement, d’hébergement et les dîners seront à la charge des participants. Le comité d’organisation pourra toutefois accorder des bourses pour couvrir tout ou partie des frais engendrés aux chercheurs qui ne disposent pas de possibilités de financement par leur laboratoire ; les doctorants et les jeunes docteurs seront bien entendu prioritaires.


Call for papers

philomusi4@sciencesconf.org

https://philomusi4.sciencesconf.org 

Lingua e musica nei corpora cantati del Medioevo e del Rinascimento

Congresso “Filologia e Musicologia” IV incontro italo-francese

Morimondo (MI)

1-4 giugno 2019

 

  • Comitato organizzatore :

Christelle Chaillou-Amadieu, Gisèle Clément, Fedon Nicolaou, Federico Saviotti e Fabio Zinelli

  • Comitato scientifico :

Francesco Carapezza, Christelle Cazaux-Kowalski, Frédéric Duval, Isabelle Fabre, Claudio Galderisi, Isabelle His, Maria Sofia Lannutti, Maria Luisa Meneghetti, Delphine Pasques e Michel Zink

Con il quarto incontro “Filologia e Musicologia”, intendiamo porre al centro della riflessione degli studiosi i rapporti tra lingua/lingue e musica nei corpora cantati medievali e rinascimentali. Quanto e come, innanzitutto, la lingua influisce sulle modalità compositive?

Per rispondere a questa domanda, muoviamo da un postulato duplice: da una parte, è la sostanza stessa di un idioma a condizionare determinati elementi della composizione melodica ad essa strettamente associati, come il ritmo o la curva musicale; dall’altra, talune modalità compositive potrebbero rivelarsi comuni a specifiche tradizioni linguistiche (come, ad esempio, il processo di centonizzazione). Per quanto la bibliografia sull’argomento sia abbondante, essa appare in maniera preponderante limitata a una sola disciplina: gli approcci trasversali, che contemperino competenze musicologiche e filologiche, rimangono piuttosto rari. Se è vero che molti filologi e musicologi si sono già interessati al rapporto che intercorre tra lingua e musica, sarebbe assai proficuo che i nostri studi si orientassero a una condivisione delle esperienze e a un lavoro comune. Parimenti, il confronto fra ambiti linguistici diversi sul tema della creazione musicale è un campo ancora relativamente poco praticato. In tal senso, vogliamo interrogarci anche sul variare delle implicazioni linguistico-musicali a seconda dei generi, delle forme melodiche e delle tipologie testuali, così come tra monodia e polifonia. Infine, la scelta di un’ampia prospettiva diacronica, che va dal XII al XVI secolo, piuttosto inusuale anche in relazione alla specializzazione degli studiosi, consentirà – ci auguriamo – di superare le delimitazioni talvolta troppo nette tra i diversi periodi e, al contempo, di valorizzare le particolarità, tanto linguistiche quanto musicali, delle rispettive produzioni.

Oggetto dell’analisi saranno il latino e le lingue volgari dell’Europa occidentale. Seguendo una tradizione ormai ben consolidata, si privilegeranno gli interventi di taglio interdisciplinare e, in particolare, quelli proposti in collaborazione da due o tre specialisti di ambito differente. Le comunicazioni monodisciplinari e/o individuali saranno tuttavia le benvenute, qualora intendano confrontarsi con l’approccio dell’altra disciplina.

Il tema potrà essere sviluppato seguendo una o più delle piste che vengono proposte di seguito.

I – Lo specifico rapporto tra lingua e musica (studio delle implicazioni dirette tra melodia e testo: si presta particolarmente a lavori interdisciplinari, nonché ad approcci comparativi che chiamino in causa diversi ambiti linguistici).

  1. Morfosintassi e struttura musicale: lingua e forma melodica, lingua e struttura dei motivi musicali, etc.
  2. Metrica e musica: accentuazione e ritmo, scelta del metro e della sequenza ritmica, etc.
  3. Fonetica e musica: suoni della lingua e curva musicale, allitterazioni e assonanze, rime e melodia, etc.
  4. Musica e lingua in diacronia: cambiamenti nel rapporto tra lingua del testo e musica, evoluzioni linguistiche e musicali, etc.
  5. Particolarità musicali dei testi plurilingue.
  6. Traduzione: continuità/discontinuità della musica, rapporto con la prosodia, etc.

II – Varietà delle lingue e delle tradizioni musicali (studio eminentemente comparativo: potrà essere svolto mediante approcci monodisciplinari e individuali che interessino l’altra disciplina).

  1. Particolarità linguistiche che potrebbero avere incidenza sulla composizione melodica.
  2. Particolarità musicali legate alla lingua impiegata.
  3. Confronto tra le lingue: prosodia, accentuazione, sonorità, etc.
  4. Confronto tra le melodie in ambiti linguistico-letterari differenti: ad es. trovatori, trovieri e Minnesänger.
  5. Riscritture: prestiti, contrafacta, citazioni, etc.

Il congresso si terrà nel villaggio di Morimondo (MI), tra Pavia e Milano, che accoglierà anche il festival di musica antica Musici Vagantes, associato ai nostri incontri da Roma 2015.

Le proposte di comunicazioni, che devono includere un titolo e un abstract di circa 200 parole, dovranno essere trasmesse entro il 15 settembre 2018 all’indirizzo seguente: philomusi4@sciencesconf.org

o online : https://philomusi4.sciencesconf.org

Dopo una valutazione da parte del comitato scientifico, daremo risposta ai proponenti entro il 15 ottobre 2018. È prevista la pubblicazione degli atti del congresso.

Le comunicazioni individuali dureranno 20 minuti e saranno seguite da 10 minuti di discussione. Le presentazioni in collaborazione (2 o 3 relatori) disporranno del doppio del tempo.

La quota d’iscrizione al congresso sarà di 40 euro (gratuito per i dottorandi). Le spese di viaggio e soggiorno saranno a carico dei partecipanti. Tuttavia, sarà possibile garantire un rimborso totale o parziale a coloro che non potessero ottenerlo dalla propria Università o centro di ricerca (la priorità sarà ovviamente data a dottorandi e non strutturati).


Call for papers

philomusi4@sciencesconf.org

https://philomusi4.sciencesconf.org

Languages and music within the vocal corpuses from the Middle Ages and the Renaissance

4th International French-Italian Symposium
“Philology and Musicology”

Morimondo, Italy

June 1-4, 2019

 

  • Organizing committee:

Christelle Chaillou-Amadieu, Gisèle Clément, Fedon Nicolaou, Federico Saviotti eand Fabio Zinelli

  •  Scientific Committee:

Francesco Carapezza, Christelle Cazaux-Kowalski, Frédéric Duval, Isabelle Fabre, Claudio Galderisi, Isabelle His, Maria Sofia Lannutti, Maria Luisa Meneghetti, Delphine Pasques and Michel Zink

The 4th symposium “Philology and Musicology” aims to address the question of the relationship between languages and music in the vocal corpuses from the Middle Ages and the Renaissance. How does language directly affect the compositional process?

In order to answer this question, we consider a double postulate:  on the one hand, the very substance of a language would condition certain elements of the musical composition associated with it, such as the rhythm or the musical phrase and, on the other hand, the compositional process might be common to certain linguistic traditions, for example, the processes of “centonization”. Although the literature on the subject is abundant, it is mainly monodisciplinary; transversal work combining equal skills in philology and musicology are rare. While many musicologists and philologists have been interested in the relationship between music and language, we wish now to orient our studies towards a real collaboration between musicologists and text specialists. In the same way, comparative studies of several linguistic traditions are relatively rare, as are studies of their implications in musical creation. Moreover, we question whether this relation to language varies according to genres and forms, and how the same language is treated in monody or polyphony. Finally, the consideration of this question diachronically up to the 16th century will aim to delimit the continuities and particularities between different periods, both linguistic and musical.

Texts in both Latin and the vernacular languages will be taken into account. Following a now well-established tradition, the meeting will privilege interdisciplinary and collaborative contributions. Individual contributions and/or contributions devoted to one or the other of the two disciplines are nevertheless encouraged, as long as they aim to problematize the consideration of the objects of study in relation to the contributions of the other discipline, or if they stimulate reflection within the other disciplinary domain. The subject may be treated according to two main axes:

I – The literal relationship between music and language. The theme suggests a study of the direct links between music and text; it is particularly suited to interdisciplinary work. Comparative works situated among several linguistic traditions are welcome. Possible approaches might include:

  1. Morphosyntax and musical structure: language and musical form, language and structure of musical motifs, etc.
  2. Metrics and music: accentuation and musical rhythm, choice of meter / specific rhythmic sequence, etc.
  3. Phonetics and music: relationship between the sound material of the language (grammatical and metrical accents) and musical curve, alliterations, assonances, rhymes and music, etc.
  4. Music and language in diachrony: changes in the relationship between language and music, linguistic and musical evolution, etc.
  5. Musical particularities of plurilingual texts.
  6. Translation of texts: continuity or discontinuity of music, relation with prosody, etc.

II – Diversity of languages and musical traditions. The second theme is mainly comparative; it may concern the following axes:

  1. Linguistic features in vocal corpuses that could affect melody or polyphony.
  2. Musical features related to the language used.
  3. Comparison between languages: metrics, accentuation, sound, etc.
  4. Comparison between melodies or polyphonies setting texts in different languages: troubadours, trouvères, Minnesänger, etc.
  5. Rewritings: borrowings, contrafacta, quotations, etc.

The fourth meeting will take place in Italy in the village of Morimondo, which will also host the medieval music festival Musici Vagantes, associated with our congress since the Rome meeting in 2015.

Proposals for papers, consisting of a title and a summary of approximately 200 words, must be received no later than September 15, 2018 at the following address: philomusi4@sciencesconf.org

or online : https://philomusi4.sciencesconf.org

After review by the scientific committee, a decision will be conveyed no later than October 15, 2018. The papers will be published in the proceedings of the symposium.

Official languages of the symposium are French, Italian and English. Individual presentations should last 20 minutes and will be followed by 10 minutes of discussion. Collaborative presentations (2 or 3 speakers) will have double time.

The conference registration fee is 40 €; free for doctoral students. Travel expenses, accommodation and dinners will be at the charge of the participants. The organizing committee may, however, award grants to cover all or part of the costs incurred by researchers who do not have funding possibilities from their research centres; doctoral students and young PhDs will of course have priority.

[20 mars] Outils numériques autour de la tradition des chansonniers (XIIIe-XIVe siècles)

Anne-Sophie Traineau-Durozoy (Conservateur au SCD de Poitiers, responsable du fonds ancien et du pôle Moyen Âge) propose une nouvelle saison de 6 séances d’atelier de formation d’une heure, visant à présenter les outils en ligne autour du Moyen Âge.

Christine de Pizan Multi-Tasking, par Mike Licht. Flickr.com. CC BY 2.0
  • Date : mardi 20 mars de 12h à 13h
  • Lieu : Pôle Documentaire Berthelot du CESCM (rez-de-jardin)
  • Thématique : Outils numériques autour de la tradition des chansonniers (XIIIe-XIVe siècles)
  • Intervenants :

– Anne-Sophie Traineau-Durozoy,

– Christelle Chaillou-Amadieu (chargée de recherche CNRS au CESCM)

  • Public : étudiants (master 1 et 2), doctorants, enseignants-chercheurs, personnel

Le prochain atelier aura lieu le 5 avril, Vladimir Agrigoroaei (chargé de recherche CNRS au CESCM) présentera des bases de données de manuscrits.

Nous espérons vous y voir nombreux, ces ateliers étant destinés à échanger sur les ressources numériques.

Les noces de Philologie et Musicologie : textes et musique au Moyen-Âge

Les noces de Philologie et Musicologie : textes et musique au Moyen-Âge

Sous la dir. de Christelle Cazaux-Kowalski, Christelle Chaillou-Amadieu, Anne-Zoé Rillon-Marne et Fabio Zinelli

Paris : Classiques Garnier, 2018

(Civilisation médiévale, 22) – 569 p.

ISBN : 978-2-503-57343-4

Philologues, musicologues, historiens et littéraires explorent les relations entre texte et musique au Moyen Âge : création et réception des répertoires, sources manuscrites, aspects formels de la lyrique sacrée ou profane, tendances passées et actuelles de la recherche, nouvelles approches méthodologiques.

TABLE DES MATIÈRES
Christelle CAZAUX-KOWALSKI, Christelle CHAILLOU-AMADIEU, Anne-Zoé RILLON-MARNE et Fabio ZINELLI
Introduction
Première partie
MUSIQUE ET POÉSIE
ENTRE HISTOIRE ET HISTORIOGRAPHIE
Michel ZINK
– Que reste-t-il de nos amours ?
Christelle CHAILLOU-AMADIEU et Fabio ZINELLI
– Entretien avec Michel Zink
Martin AURELL
– Troubadours et trouvères. Musique, société et amour courtois
Deuxième partie
MUSICOLOGIE ET PHILOLOGIE
REGARDS CROISÉS
Christelle CHAILLOU-AMADIEU
– Philologie et musicologie. Les variantes musicales dans les chansons de troubadours
Océane BOUDEAU
– La question des variantes dans les nova cantica de l’office de la Circoncision de Sens
Fabio ZINELLI
– Musicologie et Philologie : deux disciplines « auxiliaires »
Jean-Baptiste CAMPS
– Musicologie et philologie numériques
Francesco CARAPEZZA
– Transmission et interprétation. À propos des mélodies des troubadours
Marie-Noël COLETTE
– Tropes et prosules : poésie et musique
Federico SAVIOTTI
– Philologie versus musicologie ? Pour une approche pragmatique de la lyrique médiévale
Troisième partie
USAGES ET PRATIQUE DES SOURCES
Susan RANKIN
– Writing and Reading. Word and Sound in the Ninth Century
Christelle CHAILLOU-AMADIEU et Oreste FLOQUET
– Musique mesurée ou non mesurée ? Étude sur le rythme dans les monodies des troubadours
Anne IBOS-AUGÉ
– « L’en i chante et lit ». Le discours musical dans les textes littéraires médiévaux
Agathe SULTAN
– Alphée et Aréthuse. Sur quelques sources notées des ballades médiévales
Quatrième partie
STRUCTURES FORMELLES ET TECHNIQUES DE
COMPOSITION
Paolo CANETTIERI
– La division strophique des chansons de troubadours. Entre métrique, musique et syntaxe
Marie-Geneviève GROSSEL
– Les figures de répétition dans la chanson de trouvères
Mark EVERIST
– Le conduit à nombre de voix variable (1150-1250)
Margaret DOBBY
– Texte et musique dans les motets sur Flos Filius ejus. L’exemple de Fidelis gratuletur / Domino
Anna ALBERNI et Maria Sofia LANNUTTI
– « Lay ves França ». Les structures formelles de la musique et de la poésie dans la lyrique catalane des origines
Cinquième partie
POUVOIR DES MOTS ET DU CHANT
Antoni ROSSELL
– Laetitia, tristitia, timor, ira, cupiditas… La emoción en la lírica trovadoresca
John HAINES
– Le praecantator et l’art du verbe
Gilbert DAHAN
– Voix de la liturgie, voix du théâtre dans le drame religieux (Xe-XIIIe siècle)
Marie FORMARIER
– La mise en scène rhétorique de la musique dans les premiers récits exemplaires cisterciens
Anne-Zoé RILLON-MARNE
– Images pour l’œil et pour l’oreille au service de la méditation monastique. Le Lignum vitae de Bonaventure dans le manuscrit Darmstadt 2777
Gisèle CLÉMENT
– Poésie courtoise et déclamation dans les motets pétroniens. Position du problème
Index des noms de personnes
Index des incipits littéraires et musicaux
Index des sources manuscrites
 Résumés

[21-24 mai] 1er Congrès international franco-italien « Qui dit tradition dit faute ? »

1er Congrès international franco-italien
« Qui dit tradition dit faute ? »
La faute dans les corpus chantés du Moyen Âge et de la Renaissance
Philologie et musicologie

La notion de « faute » soulève de sérieuses difficultés en philologie et en musicologie, mais aussi chez les interprètes. La connaissance des corpus chantés du Moyen-Âge repose généralement sur des copies, que l’on imagine plus ou moins éloignées des mélodies et des textes tels qu’ils ont été composés ou chantés en leur temps. Même si la plupart des pièces profanes écrites jusqu’au XIVe siècle sont attribuées, rien n’assure que les transcriptions ont été contrôlées par les auteurs. Au cours du XIVe siècle, le droit de regard des poètes
sur l’écriture de leurs pièces se répand, mais la notation musicale en usage ne garantit pas encore une pleine conformité avec l’exécution musicale, voire avec l’intention des compositeurs. En philologie et en musicologie, la notion de « faute » n’est pourtant pas abordée de la même manière et ne revêt pas non plus la même importance. Pour la critique textuelle, c’est sur les fautes évidentes et significatives que se fonde la possibilité de reconstruire la généalogie d’un texte.
Les musiciens et musicologues en revanche considèrent peu la véracité de la faute ; ils préfèrent évoquer la notion de « variante » provenant de diverses performances musicales et donc de la créativité de l’interprète.
L’appréciation de la faute en poésie et en musique constitue donc un sujet pour lequel une réelle collaboration entre spécialistes des textes, musicologues et musiciens s’impose comme une nécessité. Les communications résultent de cette collaboration et seront suivies chacune de réponses et d’un débat.

Lieu : Saint-Guilhem-le-Désert, Musée de l’abbaye de Gellone

Congrès organisé avec le concours du Centre d’Études Médiévales de Montpellier, du Centre d’Études Supérieures de Civilisation médiévale de Poitiers, de l’École Pratique des Hautes Études et de l’Université de Pavie.

En contrepoint du congrès se déroulera le Festival Musici Vagantes
Saint-Guilhem-le-Désert (21-24 mai 2017 / Abbaye de Gellone)


Dimanche 21 mai

10h00 : Ouverture de l’exposition sur les instruments médiévaux

14h00 : Accueil & Inscriptions

14h30 : Enjeux de l’ «archéo-lutherie», présentation grand public par les luthiers Olivier Féraud et Yves d’Arcizas

16h30 : Ouverture du congrès par Fabio Zinelli

17h00 : Conférence inaugurale de Claudio Galderisi : De la philologie comme forme d’exécution des œuvres médiévales. Le bruit des innovations et les variantes des interprètes

18h15 : Concert déambulatoire : Brice Duisit, A l’Escola N’Eblon

19h30 : Cocktail dînatoire

21h00 : Concert abbatiale,
La Flama (dir. Xavier Terrasa),
La Flama del trobador desconegut

Lundi 22 mai

9h00 : Session 1
Davide Checchi et Michele Epifani : « C’est pas ma faute ». La responsabilité des philologues et musiciens envers la tradition.

10h00 : Session 2
Francesco Carapezza et Robert Lug : Notation musicale et fautes métriques dans le corpus des lais lyriques gallo-romans

11h00 : Pause-café

11h30 : Session 3
Gianluca Bocchino et Luca Gatti : Errori attributivi e mouvance melodica : il caso di Compains Jehan, un gieu vous voel partir (Linker 1, 9)

12h30 : Déjeuner

14h30 : Session 4
John Haines et Christopher Callahan : La partie ancienne du chansonnier de Thibaut de Champagne.

15h30 : Session 5
Stefano Milonia : La chanson un peu particulière de Richard Coeur de Lion
Nicholas Bleisch : Transposed Texts : Mis-Reading Note and Word in the Trouvère Ms. F-Pn fr. 24406

16h30 : Pause

18h00 : Conférence plénière de Frédéric Duval : Les concepts d’erreur ou de faute en critique textuelle

21h00 : Concert abbatiale
Les Chantres du Thoronet (dir. Damien Poisblaud),
Requiem grégorien à 4 parties

Mardi 23 mai

9h00 : Session 5
Elsa De Luca et Océane Boudeau : Correction, erreur et variante : l’exemple du plainchant médiéval

10h00 : Shin Nishimagi : Fautes révélant une théorie méconnue dans une tradition des tonaires aquitains (XIe-XIIe s.)
Fedon Nicolaou : Les Lusignans et saint Hilarion,
la construction forcée d’une tradition ?

11h00 : Pause-café

11h30 : Session 8
Gisèle Clément et Damien Poisblaud : Grégorien sans faute ? Problématique (autour ?) d’une restauration

12h30 : Déjeuner

14h30 : Session 9
Christelle Cazaux-Kowalski et Anne-Zoé Rillon-Marne : Carmina burana versus Notre-Dame : une approche philologique et musicale des conduits

15h30 : Session 10
Christelle Chaillou et Federico Saviotti : Évoquer la faute dans le cas des ajouts tardifs en occitan du ms BnF fr. 844

16h30 : Pause

18h00 : Conférence plénière de Marie-Noël Colette : Divergences d’écriture et corrections de copistes dans les manuscrits du Haut Moyen-Âge

19h00 : Dîner

21h00 : Concert abbatiale
Alla francesca (dir. Brigitte Lesne),
Variations amoureuses

Mercredi 24 mai

9h00 : Session 11
Francesco Zimei et Paola Elia : Fenomenologia del residuum nei canzonieri polifonici, con un focus su alcune fonti quattrocentesche
di area iberica

10h : Session 12
Massimo Privitera et Maria Antonella Balsano : Musica sbagliata

11h00 : Pause-café

11h30 : Session 13
Séverine Delahaye Grélois : La première fois c’est une erreur. La deuxième fois c’est un procédé. De l’usage de la dissonance dans la
poésie de la Renaissance
Jérémie Couleau : Contrapunto bestiale : la faute dans les sources théoriques et musicales du chant sur le livre

12h30 : Déjeuner

14h30 : Session 14
Fanch Thoraval et Mathieu Ferrand : À qui la faute ? Musique, métrique et pédagogie latine dans les traditions éditoriales de la
Brevis Grammatica de Francesco Negri et des Scenica Progymnasmata de Johannes Reuchlin – 1480-1550

15h30 : Brigitte Lesne, Anne Ibos-Augé et Marie-Geneviève Grossel : Le mot, la note et le copiste : aperçus sur les versions parallèles
des chansons, conduits et motets aux XIIe et XIIIe siècles

17h00 : Pause

17h30 : visite

20h00 : Concert abbatiale
Magister Petrus (dir. Mauricio Molina),
Cupid Behind the Walls. Love’s seduction
and the medieval cleric

21h30 : Banquet


Voir le programme et l’affiche ICI

Contacts et organisateurs :

Gisèle Clément : gisele.clement@univ-montp3.fr
Christelle Chaillou-Amadieu : chaillouchristelle@hotmail.com
Federico Saviotti : federico.saviotti@unipv.it
Fabio Zinelli : zinelli2001@yahoo.it

                     

Ressources en ligne pour la musicologie médiévale

L’atelier numérique du CESCM et du SCD de Poitiers du 7 mars 2017 était consacré aux ressources en ligne sur la musique médiévale : répertoires bibliographiques et discographiques, bases de données et catalogues en ligne, méta-sites et portails d’information, ces ressources se sont multipliées et enrichies au cours des dernières années, offrant des possibilités de recherche et d’information accessibles à tout médiéviste, même non musicologue.

Bibliographie générale et accès à des ressources en texte intégral

Le RILM (Répertoire international de littérature musicale) est la base de données bibliographique de référence en musique, quels que soient les types de répertoires ou les périodes chronologiques. Plus de 875 000 références sont indexées, ouvrages, thèses, articles de périodiques, publications collectives, recueils de mélanges, comptes rendus du XIXe siècle à nos jours.

Le SCD de l’université de Poitiers est abonné au RILM. À noter que les éditeurs de la base proposent depuis peu une option « full text » permettant d’accéder, en plus de la base de données bibliographique, au texte intégral de 200 titres de périodiques.

En dehors du RILM, 110 périodiques musicaux sont également indexés et accessibles en texte intégral dans JSTOR. De nombreux articles de périodiques musicaux mais également non musicaux peuvent être consacrés à des sujets en rapport avec la musique médiévale.

Discographies

Les musicologues ont souvent recours aux enregistrements sonores dans le cadre de l’enseignement comme de la recherche. Il existe des ressources recensant la discographie existante et permettant d’identifier précisément des œuvres musicales ayant fait l’objet d’enregistrements commerciaux.

Le site Medieval.org recense toutes les publications discographiques sur la musique médiévale (et plus largement sur la musique ancienne) depuis l’époque du vinyle jusqu’à nos jours.

Concernant plus spécifiquement le répertoire liturgique, le frère Jérôme Weber, prêtre, enseignant et chercheur américain, est à l’origine d’une base de données, Chant discography, commencée en 1972 sous forme papier, et qui aujourd’hui fait l’objet d’un site accessible librement en ligne. Cette discographie a pour ambition de signaler tous les enregistrements de chant liturgique depuis l’ère du 78 tours jusqu’à nos jours, ce qui est extrêmement utile dans un type de répertoire où nombre d’enregistrements échappent aux labels discographiques et aux circuits de distribution habituels.

Sources et répertoire musical

Les efforts des musicologues dans la mise à disposition d’instruments de recherche se sont naturellement portés sur le recensement des sources manuscrites et sur le répertoire musical médiéval. Les plus importantes bases de données librement accessibles à la communauté scientifique concernent essentiellement la musique religieuse, le chant liturgique et la théorie musicale. La musique profane commence également à faire l’objet de bases de données en ligne, mais elle est tout de même moins bien servie.

Concernant le chant liturgique, il faut citer en premier lieu Cantus Index. Il s’agit d’un site-portail piloté par l’université de Waterloo (Canada) avec différents partenaires dans les universités et centres de recherche européens, permettant d’interroger simultanément plusieurs bases de données indexant le répertoire contenu dans les sources liturgiques médiévales (antiphonaires et  graduels, missels, bréviaires, etc.). La recherche s’effectue par incipit textuel ou musical, par genre de pièce mais aussi par fête liturgique, par cote de manuscrit. L’intérêt de ces bases est de permettre une comparaison entre les répertoires de différents manuscrits, dans différentes régions et à différentes époques. Par ailleurs, des liens permettent de passer des données recueillies dans la base à la source numérisée sur internet quand elle existe.

De nombreux sites réalisés par des centres de recherche offrent un choix plus ou moins large d’instruments de recherche et d’outils d’identification concernant les sources et le répertoire musical médiéval. Le site Musicalia Mediaevalia (MusMed), réalisé par le musicologue Christian Meyer, ancien chargé de recherche au CNRS, est l’un des plus riches dans ce domaine : il permet d’accéder à de nombreux instruments de recherche utiles pour l’identification des pièces de chant contenues dans les manuscrits médiévaux et l’étude de la théorie et de la musique médiévale. Il recense entre autres toutes les sources liturgiques notées conservées dans les bibliothèques publiques et les dépôts d’archives en France (en complément des volumes par région du Catalogue des manuscrits notés chez Brepols).

Concernant la musique polyphonique, il faut citer la base DIAMM (Digital archive of Medieval Music) qui recense et inventorie de manière extrêmement précise et détaillée le répertoire contenu dans les sources de la polyphonie médiévale du XIIIe siècle à 1550.

Dans le domaine de la musique monodique profane (lyrique des troubadours et trouvères), il existe encore peu de ressources à ce jour permettant d’interroger le répertoire musical des chansonniers musicaux, en dehors de la Troubadour Melodies Database. Citons enfin la base REFRAIN, mise en œuvre par l’université de Southampton en collaboration avec la FESMAR, qui intéresse autant les littéraires que les musicologues : elle recense en effet les insertions de refrains issus de pièces musicales dans les manuscrits littéraires français du XIIIe siècle.

Enfin, dans le domaine de la théorie musicale, il existe également plusieurs ressources en ligne particulièrement précieuses, notamment le Thesaurus musicarum latinarum qui donne accès aux textes de théorie musicale du IIIe au XVIIe siècle. Le Lexicon musicum Latinum medii aevi est un site qui est également dédié à la théorie musicale médiévale : sources, auteurs, traductions de traités, renvois aux textes en ligne, bibliographie, et un précieux lexique des mots latins employés pour décrire la musique, avec traduction française, anglaise et allemande.

Organologie, iconographie musicale, archéologie du son

L’étude des instruments de musique reste le parent pauvre de la musicologie médiévale. Des sites réalisés en marge des institutions académiques, notamment par des luthiers ou des spécialistes d’organologie existent mais ne sont pas toujours pérennes ni régulièrement mis à jour. Il faut saluer cependant la base de données issue du projet ANR Musiconis, qui recense et analyse les représentations de la performance musicale sur des supports matériels du VIIIe au XVIe siècle, apportant un niveau d’expertise scientifique qui dépasse largement la question de l’iconographie musicale et de l’organologie médiévale, grâce à la collaboration d’historiens d’art, de musicologues et de facteurs d’instruments.

D’autres projets de recherche interdisciplinaires touchant à l’archéologie du son et à la question de l’exploitation sonore de l’espace ecclésial permettent également de fédérer les compétences d’archéologues, d’acousticiens, de musicologues, d’historiens et d’historiens d’art.

Les ressources décrites au fil de ces quelques lignes, et bien d’autres encore, peuvent être retrouvées dans la rubrique consacrée à la musique du site Ménestrel.