Archives par mot-clé : Moyen Âge

[24-25 nov.] Nomination savante, nomination populaire des circonscriptions administratives et autres territoires juridictionnels

Programme de recherche Le lexique du territoire et la nomination des lieux dans les œuvres savantes et les sources documentaires, en latin, langues romanes et arabe (Fédération de recherches 3482-FESMAR).

Après une première réunion les 9 et 10 décembre 2016, destinée à organiser le programme de recherche et la mise en place des instruments pour constituer un lexique collaboratif, une journée d’étude, dont les actes ont vocation à être publiés, est organisée à Poitiers : elle portera spécifiquement sur le thème Nomination savante, nomination populaire des circonscriptions administratives et autres territoires juridictionnels.

Organisé par Stéphane Boissellier (CESCM) et Nathalie Bouloux (CESR)

Dates : 24 et 25 novembre 2017

Lieu : CESCM (salle Berger) – Poitiers

Les hommes donnent des noms propres à eux-mêmes, à d’autres êtres vivants qui leur sont le plus familiers (les animaux domestiques), à certains objets (les épées des chevaliers) et enfin aux lieux. Dans le dernier cas, ces noms peuvent être descriptifs, commémoratifs (d’un homme ou d’un événement) ou invocatoires (noms de saints notamment). Ils s’appliquent à l’origine à un lieu « ponctuel » (habitat ou élément bien caractérisé de l’environnement), en suivant des processus de nomination dont les acteurs nous échappent le plus souvent ; l’usage pesant d’un poids considérable dans l’emploi de ces toponymes, il est probable que ce sont les usagers eux-mêmes qui jouent un rôle déterminant, sinon dans le choix initial, au moins dans la perpétuation des noms.

La formation des territoires fait appel à des processus plus complexes mais plus accessibles documentairement, parce qu’ils impliquent une volonté collective, souvent concentrée et exercée par des autorités politiques. En ce qui concerne le nom propre de ces territoires, c’est le plus souvent un lieu particulièrement notable, déjà nommé donc obéissant aux mécanismes susdits), qui est choisi comme éponyme pour désigner la totalité du territoire, dont il constitue d’ailleurs souvent le « chef-lieu » ; le problème du « choix » est donc secondaire.

Mais ces territoires s’inscrivent dans un maillage de l’espace plus ou moins systématique, mis en œuvre par les autorités ; ils sont donc désignés aussi par un nom commun qui constitue une catégorie administrative (baillage, wilaya…). A priori, c’est la culture savante des milieux dirigeants qui préside au choix des vocables désignant les circonscriptions administratives – et plus encore pour les « territoires imaginaires » servant aux géographes à découper l’espace rationnellement et abstraitement.

Toutefois, la culture populaire peut jouer un rôle jusque dans la nomination générique des espaces, et ceci de deux façons. Tout d’abord, il existe des entités spatiales en étendue qui sont quasiment inconnues des autorités (les « quartiers » agricoles ou résidentiels au sein d’un terroir, ou les « pays » issus de vieilles divisions, notamment tribales, disparues auxquels les usagers restent attachés) ; certes, ces « territoires » n’ont pas un contenu politique, au sens institutionnel, et ne maillent pas forcément l’espace de façon exhaustive. Mais c’est plus encore par l’usage des différentes catégories de territoires (même dûment désignées par les autorités) que les populations peuvent intervenir : quand ils s’adressent à un notaire ou répondent à un enquêteur (ou encore quand des auteurs les font parler de façon réaliste, comme dans les fabliaux), les gens du peuple inscrivent leur vie dans un territoire officiel mais vécu (la paroisse, le hisn), aux dépens des circonscriptions plus abstraites (fiscales, militaires) ou trop grandes imposées par le pouvoir, lesquelles sont sur-représentées dans la documentation écrite et donc dans l’esprit des historiens…

 

Programme

 

Vendredi 24 novembre 14h-18h

Nommer les lieux étrangers et lointains, un mode d’appropriation ?

Lucie Malbos (université de Poitiers) : Des peuples aux royaumes en Scandinavie au haut Moyen Âge

Emmanuelle Vagnon (Cnrs Lamop Paris I) : Nommer les lieux sur les cartes marines : reflet de la pratique ou représentation politique ? (XIIIe-XVIe siècles)

Le lexique des circonscriptions administratives

Émilie Kurdziel (université de Poitiers) : La nomination des circonscriptions administratives dans les actes italiens des IXe-XIe siècles

Pause

Yassir Benhima (université Paris III–Sorbonne Nouvelle) : Organisation territoriale et nomenclature administrative au Maroc (XIIIe-XVIe siècles)

Sylvain Gouguenheim (ENS-LSH (Lyon) : Premiers aperçus sur le lexique territorial employé par l’Ordre teutonique en Prusse (XIIIe-XIVe siècles)

 

Samedi 25 novembre 8h30-12h30

 

Philippe Jansen (université de Nice – Sophia Antipolis) : Le districtus (contado ou terra) et ses subdivisions locales dans les statuts et les actes de la pratique en Italie centrale : de l’espace vécu à l’espace administré

Nommer les villes et les lieux dans les villes

Miguel Calleja (universidad de Oviedo) : Le lexique de l’espace urbain dans les chartes : León et Castille, XIIIe siècle

Pause

Régis Le Gall Tanguy : Nommer les rues : Quimper aux XIIIe-XIVe siècles

Harmony Dewez (université de Poitiers) : La topologie médiévale : entre droit, histoire et géographie

 

Contacts

Nathalie Bouloux : nathalie.bouloux@univ-tours.fr

Stéphane Boissellier : stephane.boissellier@univ-poitiers.fr


 

      

        

Les MGH en version numérique

Dans le cadre des ateliers numériques du CESCM et du SCD de l’Université de Poitiers, Émilie Kurzdiel et Anne-Sophie Traineau ont présenté le 3 octobre 2017 le corpus de textes des MGH (Monumenta Germaniae Historica)

 Que trouve-t-on dans les MGH ?

L’acronyme MGH désigne une collection de recueils de sources écrites d’époque médiévale pour la très grande majorité d’entre elles, en langue latine et couvrant l’espace dominé par les souverains mérovingiens, carolingiens puis germaniques (Italie incluse donc). Fleuron de l’érudition et de la philologie allemande du XIXe siècle, la collection compte aujourd’hui environ 300 volumes, répartis entre cinq séries principales :

  • les scriptores (écrivains au sens large, rassemblant des écrits de type historiographique : histoires, chroniques, annales, etc.),
  • les leges (textes normatifs : lois et constitutions des royaumes francs et carolingiens, législation conciliaire, capitulaires, etc.),
  • les diplomata (actes, chartes et diplômes des souverains mérovingiens, carolingiens et germaniques)
  • les epistolae (vaste collection de lettres, de souverains mais aussi d’autres personnages évêques ou pape par exemple),
  • les antiquitates (poèmes et écrits de type mémoriel).

Les séries complémentaires sont nombreuses et ne rassemblent pas toutes des éditions de textes (on y trouve également des études et des outils de recherche) :

  • Quellen zur Geistesgeschichte des Mittelalters,
  • Deutsches Mittelalter. Kritische Studientexte,
  • Hebräische Texte aus dem mittelalterlichen Deutschland,
  • Indices,
  • Hilfsmittel,
  • Schriften der Monumenta Germaniae Historica,
  • Studien und Texte,
  • Die Monumenta Germaniae Historica auf CD-ROM (eMGH),
  • Zur Geschichte der Monumenta Germaniae Historica.

Une base de données payante

La version des MGH mise en ligne sur Brepolis est très probablement la meilleure. Accessible aux Poitevins (sur place pour tous et à distance pour la communauté universitaire) par le portail documentaire du Service commun de la documentation de l’Université de Poitiers, elle contient les éditions de textes des cinq séries principales (jusqu’aux volumes les plus récents) et d’autres publications des MGH (notamment quelques-unes des séries complémentaires et une partie de la revue Deutsches Archiv für Erforschung des Mittelalters).

Le texte de l’apparat critique n’est pas interrogeable par le moteur de recherche, mais il est accessible, par l’intermédiaire d’une icône montrant un livre ouvert à côté de chaque résultat de la recherche, via le site dMGH. Les jokers (pour remplacer des caractères, en cas notamment d’incertitude sur la graphie, qui a pu évoluer, ou pour les verbes conjugués ou les mots déclinés) et opérateurs booléens (et, ou, sauf) permettent d’interroger avec précision la base pour faire une recherche lexicale ou retrouver une référence précise. Il n’est pas nécessaire, pour les caractères i/j et u/v, de rentrer à chaque fois les différentes graphies : la base vérifie les formes.

Outre l’écran de recherche, il existe deux autres manières d’interroger la base :

  • L’« index des textes », qui permet de retrouver un extrait, court ou long, dont on aurait les références (les textes sont classés par ordre alphabétique d’auteurs, ou de titres en cas d’anonymat)
  • La « répartition des formes », qui affiche les occurrences de mots par séries/périodes.

De nombreux « plus » facilitent également la recherche. Un bouton, à gauche de la page des résultats, permet d’interroger la base des dictionnaires latins de Brepolis (qui en contient beaucoup). Grâce à la « Recherche des textes similaires », on peut enquêter sur la postérité d’une citation… ou la source d’une référence. Il est possible également d’exporter les données ; les références bibliographiques, ainsi qu’une datation, sont données pour chaque extrait.

Mais, pour utiliser cette base, il faut que la bibliothèque dans laquelle on est inscrit y soit abonnée…

 

Accès gratuits

Le plus pratique des accès gratuits est celui offert par les MGH eux-mêmes, qui mettent en ligne sur dMGH les volumes des séries principales et de deux des séries complémentaires, jusqu’à ceux parus en 2010 (cette date n’a pas changé depuis plusieurs années ! Il ne s’agit pas d’une « barrière mobile »). Contrairement à la base sur Brepolis, l’écran de recherche interroge le contenu de l’apparat critique. On peut utiliser des jokers et des opérateurs booléens (mais, attention, l’aide est en allemand !). La recherche à facettes, pour restreindre le nombre de résultats obtenus, n’est guère utile car elle est plus axée sur les travail d’édition que sur le texte original (on peut affiner par séries, auteurs / éditeurs, dates (d’édition), auteurs (mélange des éditeurs et des auteurs médiévaux) et lieux).

Une autre ressource gratuite est également utile : le site Documenta omnia catholica, qui contient les versions numérisées de certains volumes des MGH et donne un accès, par le Conspectus, à tous les textes mis en ligne sur le site pour un auteur. Il ne semble pas mis à jour depuis 2011, mais, malgré sa charte graphique très datée, il est très pratique.

Une présentation détaillée des fonctionnalités de ces différents sites se trouve sur le site de Ménestrel.

L’auteure remercie Anne-Sophie Traineau pour son aimable collaboration.

CESCM Actus 2017/5

Colloques, journées d’études …

 

 

 

***

Stéphane Boissellier, Charles Garcia et Jérôme Devard organisent le colloque  international Las siete Partidas : une codification normative pour un nouveau monde, du 2 au 4 nov. à la Casa de Velazquez (Madrid).


 Événements

 

  • Une 2ème journée de formation à l’encodage XML-TEI dans  Titulus est proposée par Estelle Ingrand-Varenne et Clara Renedo Mirambell le mercredi 18 octobre au CESCM (salle Berger, 10h-16h30), voir le programme.

 

 

  • Le premier focus de la saison, organisé par la photothèque aura lieu le 26 octobre à 12h, au pôle documentaire avec Claudine Landry-Delcroix, Docteure en histoire de l’art. La discussion portera sur les peintures récemment mises au jour dans le transept sud de l’édifice cultuel.

 


Publications

 

 

 

 


Participations à colloques …

 


 Actualités CNRS / CESCM

 

  • Un article de Vladimir Agrigoroaei est paru dans le dernier Microscoop, à lire ICI

 

  •  À l’extrémité du Finistère, l’abbaye des Anges, élevée au XVIe siècle face à la mer, renferme dans l’épaisseur de ses murs une exceptionnelle collection de pots acoustiques. À quoi servaient-ils ? Une équipe d’archéologues, d’acousticiens, d’historiens et de musicologues, dont Bénédicte Palazzo-Bertholon associée au CESCM, cherche à comprendre les fonctions techniques et symboliques de ce dispositif ingénieux jusqu’ici peu documenté.

Voir le film dans le Journal du CNRS


 Les actualités de la photothèque

 

L’exposition Liturgie, objets, vêtements & inscriptions au Pôle documentaire du CESCM.

Et le grand jeu-concours L’œil et le clic  !

[19 octobre] Journée d’études : Carnets de recherche en Histoire de l’art et Archéologie

Journée d’études organisée par le département d’Histoire de l’art et Archéologie, sous la coordination de Marcello Angheben (CESCM) et Véronique Meyer (Criham).

Date : 19 octobre 2017 – 9h15 / 17h30

Lieu : Poitiers, présidence de l’Université, amphi Guérin
15, rue de l’Hôtel Dieu

• Ouvert à tous les étudiants

Journée d’études dédiée à l’actualité de la recherche par les étudiants de master en Histoire de l’art et Archéologie de l’Université de Poitiers – master Civilisation, Histoire, Patrimoine et Sources. Dans le cadre de cette journée d’études, les étudiants ayant terminé leur année de Master 1 ou 2 présentent les résultats de leurs mémoires de recherche.

 

Programme prévisionnel

Matinée

• 9h15 – Véronique Meyer et Marcello Angheben
Introduction

• 9h30 – Julie Caron
Les mosaïques du territoire picton à l’époque romaine : études stylistique et technique

• 10h – Élise Mercier
Les sépultures privilégiées dans les églises de Palestine à la période byzantine (IVe-VIIe siècle)

• 11h – Pierre Darras-Renouf
Les maisons-tours médiévales de San Gimignano

• 11h30 – Lucie Marie
Les pendentifs marteau de Thor en Angleterre (750-1100)

• 12h – Marjolaine Massé
Les images des élites au haut Moyen Âge sous les dynasties carolingienne et ottonienne

 

Après-midi

• 13h30 – Amaëlle Marzais
Les peintures romanes de l’église Saint-Georges de Rochecorbon (Indre-et-Loire) : approches technique, iconographique et stylistique

• 14h – Aude Rouquié
Châteaux et enceintes urbaines dans les enluminures du Moyen Âge tardif

• 14h30 – Isabel Barros Felix
Le Traité des quatre dernières choses : étude des enluminures des manuscrits KBR. ms. 11129, KBR. ms. 9048 et BnF. ms. fr. 993

• 15h30 – Delphine Desbourdes
Dessins d’architecture de l’Ancien Régime : Usages et perceptions. Le cas des plans du château de Versailles aux Archives Nationales

• 16h – Morgane Leblanc
Aimé Octobre : les difficultés de la recherche concernant un sculpteur peu connu du XIXe siècle

• 16h30 – François Maillet
Anna de Noailles et le portrait : mise en image d’une femme écrivain en début de siècle

• 17h – Véronique Meyer et Marcello Angheben
Conclusions

CESCM Actus 2017/4

Événements

 

  • Le 3 octobre de 12h à 13h, vous êtes invités au premier atelier numérique de la saison, organisé par le CESCM et le SCD de Poitiers : Anne-Sophie Traineau-Durozoy accueille Émilie Kurdziel pour présenter le Monumenta Germaniæ Historica et ses versions numériques, au Pôle documentaire du CESCM.

 

  • Une 2ème journée de formation à l’encodage XML-TEI dans  Titulus est proposée par Estelle Ingrand-Varenne et Clara Renedo Mirambell le mercredi 18 octobre au CESCM (salle Berger, 10h-16h30), voir le programme.

 

 

  • Séminaire permanent d’épigraphie médiévale : SEMPER, le 19 octobre (salle Crozet).

 

  • Le 19 octobre à 18h30, Médiathèque de Poitiers (salle R. Bloch), dans le cadre des RV du Moyen Âge : « L’écriture dans les images médiévales (800-1200) : le sens à la croisée des chemins« , par Vincent Debiais. Ouvert à tous.

Publication

 

Parution de l’ouvrage de Gregory Lippiatt (University of East Anglia (Norwich), associé au CESCM, Simon V of Montfort and Baronial Government, 1195-1218 (Oxford univ. press, 2017).

Oxford Historical Monography


Participations à colloques …

 

  • Edina Bozoky participe au 6e colloque international Hagiotheca The Saints of Rome: Diffusion and Reception from Late Antiquity to Early Modern Period (Rome, Accademia d’Ungheria, 4-6 octobre) avec une communication sur « The Relationship of Local Apostolic Saints with Saint Peter and Saint Clement ».
  • En tant que président de l’Association qualité de la science française, Claudio Galderisi ouvre le colloque « Le bon gouvernement de la recherche » (13 octobre, Collège de France).
  • Edina Bozoky participe au colloque « Itinérances maritimes en Méditerranée » (12-13 oct., Toulon et Marseille) avec une communication sur « Traversées miraculeuses ».

 Les actualités de la photothèque

 

L’agenda des FOCUS de l’année 2017-2018 sur le thème Cathédrale de Poitiers, approches techniques et matière, est disponible ICI

Rappel : Les actualités de la photothèque dynamique :

L’exposition Liturgie, objets, vêtements & inscriptions au Pôle documentaire du CESCM.

Et le grand jeu-concours L’œil et le clic  !


Informations

 

Cécile Voyer a le plaisir de vous annoncer que Marjolaine Massé, rejoint Marion Loiseau, une autre doctorante du CESCM, comme  chargée d’études et de recherche pour le domaine histoire de l’art médiéval de l’INHA.

***

L’Assemblée générale annuelle de la Société d’études médiévales se tiendra le jeudi 12 octobre de 11h à 12h et sera suivie d’un déjeuner.Ce sera l’occasion de faire le point sur l’année déroulée, présenter les projets à venir et donner à chacun-e- l’envie d’être adhérent-e !

***

Le bureau de JANUA (association des étudiant-e-s du CESCM et d’HeRMA), vous présente son nouveau bureau 2017/2018 :

Juliette Thibault, doctorante CESCM (présidente),

Cécile Maruéjouls, doctorante CESCM (secrétaire),

Louis-Nobi Georgel, Master 2 validé (secrétaire adjoint),

Élise Vernerey, doctorante CESCM (trésorière).