Archives par mot-clé : Moyen Âge

[13 juin 2024] : 15e rencontres GRIM-IMAGO

15e rencontres GRIM-IMAGO

Animal, animalité, bestialité dans les images médiévales

 

Date : 13 juin 2024

Lieu : INHA, 2 rue Vivienne, 75002. M° Bourse ou Palais Royal – Salle Demargne (dans la Galerie Colbert)

Métro : Ligne 3 : Bourse Lignes 1 et 7 : Palais Royal – Musée du Louvre Lignes 7 et 14 : Pyramides

 

Accueil INHA : 01 47 03 89 00 –  www.inha.fr

PROGRAMME

10h / Introduction

10h15 / Pierre-Olivier Dittmar, L’animal comme image dans l’occident médiéval 

11h / Raphaël Demès, Phénix ou harpie ? Le cas d’un oiseau à tête humaine sur le linceul du comte de Castille, Sancho García (965-1017)

11h30 / pause

11h45 / Kshanti Gamage, La crosse serpentiforme en émail de l’Œuvre de Limoges (1190-1230) : représentation et performance

12h15 / Angélique Ferrand, Voir autrement le Cancer de Sant Pere de Sorpe (XIIe siècle) : d’une vermine anthropocéphale aux souffrances de Job

12h45 / Déjeuner

 14h15 / Rémy Cordonnier, In medio bove atque leonis. Indices iconographiques d’un probable usage judiciaire du porche méridional de Notre-Dame de Saint-Omer au Moyen Âge central

15h / Alexis Minault, Conchiée ou conchylliologique ? La chevalerie selon l’herméneutique des duels dérisoires : les affrontements (d’)hybrides dans les marginalia gothiques

15h30 / Pause

15h45 / Chloé Gourgues, Animaux, hybrides et humains tenants héraldiques dans les sceaux bretons de la fin du Moyen Âge

16h15 / Marie Piccoli-Wentzo, Les animaux font ils le paysage ? Parcourabilité, scénographie et rapport au spectateur dans les images érémitiques en Italie XIVe XVe siècles

Comité scientifique : Mathieu Beaud (MCF, Université de Lille / IRHIS), Bertrand Cosnet (MCF, Université de Lille / IRHIS), Charlotte Denoël (Conservateur en chef, service des manuscrits médiévaux, BnF), Anne-Orange Poilpré (PR, Université Paris 1/HiCSA), Ambre Vilain (MCF, Université de Nantes / CReAAH), Cécile Voyer (PR Université de Poitiers/CESCM).

Le GRIM organise des conférences ponctuelles (Les rencontres Imago, au CESCM de Poitiers), les Rendez-vous du GRIM (en visioconférence) et des journées d’études (à l’Institut national d’histoire de l’art, à Paris). Les journées d’études sont ouvertes à tous, tout en donnant une place privilégiée aux doctorants et aux jeunes chercheurs (dès le Master 2).

[Exposition] Radegonde, 1500 ans de présence à Poitiers (27 avril-20 juillet 2024)

Reine, moniale et sainte, Radegonde serait née vers 520 en Thuringe et morte le 13 août 587 à Poitiers. Celle qui devint reine des Francs, à la suite de son mariage avec Clotaire Ier fut aussi la fondatrice de l’abbaye Sainte-Croix de Poitiers. Faiseuse de miracles et combattante de la Grand’Goule, le personnage fascine dès le VIe siècle et fait l’objet d’un culte très vivant dans le Poitou jusqu’à nos jours. A travers des documents patrimoniaux prestigieux, découvrez Radegonde et son empreinte sur la ville de Poitiers.

Exposition créée en partenariat avec le Centre d’Études Supérieures de Civilisation Médiévale de Poitiers (CESCM)

Conférences, ateliers, concert, la médiathèque vous propose différentes animations ! Découvrez le programme par ICI 👇
 
 
Où ? Médiathèque François-Mitterrand
4 rue de l’Université 86 Poitiers – 05 49 52 31 51
 
Quoi ? Exposition | Exposition
 
Conditions : Entrée libre

Appel à communication : Réappropriations contemporaines des répertoires chantés du Moyen Âge (26-27 sept. 2024)

Appel à communication

Réappropriations contemporaines des répertoires chantés du Moyen Âge



Jeudi 26 et vendredi 27 septembre 2024
Université Catholique de l’Ouest, Angers
Clôture de l’appel : 15 juin 2024

Les propositions sont à envoyer à l’adresse de la revue textusetmusica@ml.univ-poitiers.fr

 

 

Si la chanson du Moyen Âge n’a eu de cesse d’influencer la création musicale depuis la Renaissance, comme l’a montré notamment John Haines, les réappropriations des répertoires chantés à l’époque contemporaine sont encore un domaine assez peu exploré. Les études sur le médiévalisme ont trouvé leur place dans le milieu académique anglo-saxon depuis les années 70 et interrogent autant nos connaissances de la période médiévale qu’elles alimentent la réflexion sur notre monde contemporain et ses représentations. Elles sont également très présentes dans la recherche francophone depuis une vingtaine d’années. Toutefois, la dimension musicale reste assez peu explorée et rares sont les musicologues à avoir investi ce champ disciplinaire qui se situe aux confins de différentes pratiques culturelles, et touche en particulier le vaste domaine de l’interprétation musicale. L’étude du médiévalisme musical convoque ainsi tout autant les problématiques des performance studies que celles de l’histoire des représentations ou des reconstructions des paysages sonores du passé émanant du développement des sound studies.

Ce colloque invite à la mise en commun de toutes approches visant à dresser un état des lieux de la notion de réappropriation, appliquée aux répertoires chantés, de ses premières attestations notées en Occident jusqu’au début du XVe siècle. Il s’agira donc d’étudier différents contextes et pratiques contemporaines dans lesquelles la musique vocale médiévale prend place, en tant qu’objet premier ou simple référent.


Les communications pourront s’articuler selon l’un ou plusieurs des axes suivants :

  1. Les réappropriations des corpus chantés médiévaux dans la démarche artistique des musiciens contemporains, qu’ils soient professionnels ou amateurs, investis dans une recherche d’authenticité ou dans la recréation d’un imaginaire médiéval. Les objets d’études peuvent être constitués d’enregistrements, de captations, de retours d’expérience ou tout autre support faisant état d’une situation de performance et permettant de mesurer la distance entre la source et sa recréation pour un public contemporain.
  2. L’étude des représentations suscitées par les répertoires vocaux du Moyen Âge dans des productions culturelles contemporaines relevant de différents domaines artistiques (littérature, cinéma, jeux vidéo, bande dessinée) ou manifestations (spectacles, festivals). Les champs ouverts à la réflexion portent sur l’incarnation des acteurs des pratiques chantées, la mise en scène de leurs contextes et espaces d’interprétation comme sur les choix inhérents aux répertoires eux-mêmes.
  3. L’analyse des dispositifs de médiation portant sur les répertoires chantés médiévaux permettant d’observer comment se construit un meta-discours, avec ses représentations implicites et ses enjeux propres en fonction du public visé. Les supports à envisager sont divers, qu’ils soient à destination du grand public (sites internet, jaquettes de disques, émissions de télévision, articles de presse, programmes de concert, etc.) ou adaptés à des situations plus spécifiquement pédagogiques (manuels scolaires, supports pédagogiques, conférences, stages). Les perspectives d’études pourront alors interroger les champs de la sociologie de la culture, des sciences de l’information et de la communication ou de la linguistique.

Certaines communications pourront être publiées dans la revue en ligne Textus & Musica. Des possibilités de financement seront étudiées au cas par cas, pour les communicants ne bénéficiant pas de l’aide d’un laboratoire de recherche.

Comité d’organisation :

Christelle Chaillou (CNRS/CESCM de Poitiers)

Oreste Floquet (Université de Rome-La Sapienza)

Anne-Zoé Rillon-Marne (Université Catholique de l’Ouest, Angers)


Comité scientifique :

Vladimir Agrigoroaei (CNRS/CESCM de Poitiers)

Gisèle Clément (Université de Montpellier)

Luca Gatti (Université de Rome-La Sapienza)

Nathalie Le Luel (Université Catholique de l’Ouest, Angers)

Delphine Pasques (Université Paris-Sorbonne)

Isabelle Ragnard (Université Paris-Sorbonne)

Jehanne Roul (Université Catholique de l’Ouest, Angers)

Federico Saviotti (Université de Pavie)

Vasco Zara (Université de Rouen)

 

 

 

Soutenance de thèse d’Henrique Sarmento Pedro (13 décembre 2023)

Le mercredi 13 décembre 2023, Henrique Sarmento Pedro a soutenu sa thèse de doctorat en archéologie intitulée « Un artisanat pour les élites ? Le travail des matières dures d’origine animale en contexte élitaire dans l’ouest de la France à la fin du Moyen Âge (XIe-XVe siècle) : approche interdisciplinaire » devant une Salle des Actes comble. Menée au Centre d’Études Supérieures de Civilisation Médiévale de l’Université de Poitiers, cette thèse a été réalisée sous la direction de Martin Aurell (professeur des universités, CESCM UMR 7302/Université de Poitiers) et Nicolas Prouteau (maître de conférences, CESCM UMR 7302/Université de Poitiers), et présentée devant un jury composé d’Aurélia Borvon (archéozoologue, ArScAn UMR 7041/Université Paris Nanterre ; Oniris VetAgroBio Nantes, rapporteur), Luc Bourgeois (professeur des universités, CRAHAM UMR 6273/Université Caen Normandie, rapporteur) et Pierre-Yves Laffont (professeur des universités, CReAAH UMR 6566/Université Rennes 2, président du jury).

Le président du jury, Pierre-Yves Laffont, ouvre la séance et donne la parole à l’impétrant. Henrique Sarmento Pedro tient tout d’abord à remercier ses deux co-directeurs de thèse pour leur confiance tout au long de ce travail, ainsi que Cécile Voyer, directrice du CESCM, et François Brizay, directeur de l’École Doctorale Humanités.

L’artisanat qui a fait l’objet de cette thèse est encore aujourd’hui mal connu. Longtemps appelé « tabletterie » par commodité, il méritait de plus amples recherches à partir des collections archéologiques. Mais loin de n’être qu’un doctorat en archéologie, le travail réalisé s’est voulu profondément interdisciplinaire, en profitant de l’apport de sources et de spécialités différentes : anthropologie sociale, biologie, archéologie, génétique, physique des matériaux… Ces va-et-vient constants ont été nécessaires pour mieux définir les productions et mieux appréhender divers aspects complexes, dont celui de la culture matérielle médiévale.

L’artisanat des matières dures d’origine animale regroupe un ensemble de métiers médiévaux liés par le travail de matières différentes : os, bois de cervidé, ivoire, nacre, écaille ou encore fanon de baleine. Cette activité prend un véritable essor durant la seconde moitié du Moyen Âge, incarnée dans une vaste gamme de production allant du dé à jouer aux montures de lunettes en passant par les objets liturgiques. De nombreuses zones d’ombres subsistent à son sujet. Quelle organisation prend-elle au sein des espaces élitaires ? Quels sont les liens entre ces objets et le statut social de leurs propriétaires ? Ces problématiques, desquelles découlent beaucoup d’autres, ont été abordées par une méthodologie précise depuis le Master, effectué également au CESCM de l’Université de Poitiers, et ont été approfondies durant la thèse avec une forte volonté de diffusion.

Le constat de devoir analyser ces artefacts en contexte de résidences élitaires déjà bien étudiées avait été établi très tôt. Pour Henrique, l’enquête a donc commencé par la consultation de nombreux rapports de fouilles en lien avec ces structures, afin de constituer un corpus de sites qui avaient livré de tels objets en contexte. Une exception a été accordée à certaines pièces muséales, notamment lorsque leur provenance était suffisamment bien renseignée. Néanmoins, il a parfois été difficile de déterminer les espaces précis de découverte de certaines d’entre elles au sein des sites, même dans le cadre de rapports de fouille. Certains objets étaient également conservés chez des particuliers et ont induit des retards dans la progression du travail. L’analyse des artefacts, présentés selon des numéros d’inventaire propres à la thèse, a ensuite pris la forme de mesures, de dessins, de photographies, de descriptions et d’interprétations. Toutes les informations ont été renseignées dans deux bases de données à l’aide des logiciels Microsoft Excel et FileMaker Pro. Ces outils ont notamment permis la réalisation d’analyses quantitatives et qualitatives.

La méthodologie mise en place a permis de développer le plan de l’étude, organisé en trois parties. La première est intitulée « Principes fondateurs », la seconde « Approvisionnement, production et usage » et la troisième « Corpus archéologique. Histoire, typologie et fonction ». Il a tout d’abord été nécessaire de définir dans la première partie un certain nombre de notions et de contextes. Henrique a pu la développer en présentant une historiographie exhaustive, regroupant les apports de chaque discipline scientifique à cet artisanat à l’échelle nationale et internationale. La documentation s’est en effet révélée abondante, profitant d’un fort engouement pour ce sujet depuis une vingtaine d’années.

Le dépouillement de la documentation archéologique a conduit Henrique à fixer le cadre géographique aux régions actuelles de Nouvelle-Aquitaine, Pays de la Loire, Bretagne et Centre-Val de Loire. L’objectif était également de montrer une certaine interpénétration entre les pratiques de cet artisanat en Angleterre et en France. Il est en effet apparu rapidement que de mêmes objets étaient produits de part et d’autre de la Manche mais s’adaptaient à des approvisionnements différents. Au sein de l’espace géographique étudié, les occupations élitaires semblent être plutôt des lieux de consommation que de production, très peu de déchets ayant été découverts sur place. Néanmoins, il est nécessaire de se méfier d’un certain nombre de biais de la recherche. Une partie des ateliers était probablement établie dans les centres urbains alors en pleine expansion, le développement des élites bourgeoises entraînant une demande de plus en plus forte pour les objets en matière dure d’origine animale. Le constat d’une scission opérée au XIIIe siècle, notamment perceptible à travers les déchets de production, a invité Henrique à placer son cadre chronologique du XIe au XVe siècle.

Les conclusions de cette étude ont principalement concerné le travail de l’os et du bois de cervidé. Le travail de la corne a été plus difficile à appréhender, la kératine ne se conservant que rarement. L’ivoire, quant à lui, est principalement transformé dans les grandes villes.

La thèse se conclue par une troisième partie regroupant les analyses typologiques, fonctionnelles et historiques. Les matières dures d’origine animale sont exploitées pour la production de catégories précises d’objets. Henrique a ainsi pu développer des questionnements sur la culture matérielle des élites, et sur la manière dont elle peut être identifiée et discriminée à partir des artefacts. De nombreux résultats ont pu découler de ce travail. Les appliques décoratives, dés et instruments de musique se retrouvent dans tous types de contextes. Les dés semblent notamment utilisés par toutes les catégories sociales, tandis que les échecs sont réservés aux élites, incarnant une vision idéalisée de la société médiévale perceptible à travers leurs contextes de découverte et les témoignages des sources textuelles. De la même manière, les éléments d’arbalètes ne se retrouvent qu’en contexte élitaire. Pour ce qui est des jeux de mérelle et de trictrac, les conclusions sont moins évidentes. Si le trictrac est un jeu plutôt réservé aux élites, ce n’est pas le cas de la mérelle. Mais les jetons sont semblables et compliqués à interpréter. Ce sont plus fréquemment les matériaux que les objets eux-mêmes qui permettent de caractériser un contexte social. Tandis que l’os et la corne sont très communs, l’ivoire témoigne d’une dimension beaucoup plus prestigieuse. Quant à l’os de cétacé, il reste rare.

La datation de sites archéologiques s’appuyant beaucoup sur les études de mobilier, Henrique a questionné la capacité datante des objets en matière dure d’origine animale. Il apparaît que les formes typologiques des objets n’évoluent que très peu, limitant les possibilités d’établissement de chrono-typologies. En Europe, les pièces d’échecs ne sont par exemple pas chronologiquement fiables. Les noix d’arbalètes pourraient témoigner d’une évolution chronologique en fonction de leur taille, mais c’est une approche qui est encore trop instable. Néanmoins, la décoration des objets permet parfois de proposer des datations. C’est le cas notamment avec les ocelles des dés, bien que la chronologie ne demeure parfois qu’approximative. Les artefacts plus rares semblent quant à eux plus pertinents pour dater une occupation.

Henrique revient ensuite sur des considérations formelles à propos de son manuscrit. Il insiste sur le soin qu’il a porté à la présentation de synthèses à la fin de chaque partie, concluant ses propos et facilitant les transitions. La conclusion a volontairement présenté les données collectées de manière fortement synthétique, afin d’éviter de trop nombreuses répétitions. Les quelques coquilles et maladresses qui subsistent dans la rédaction seront corrigées prochainement.

Cette thèse de doctorat avait pour objectif de poser les bases de futurs travaux. L’impétrant a conscience que concentrer cette étude sur les résidences élitaires de la seconde moitié du Moyen Âge seules a été indispensable pour être réalisable, mais a nécessairement induit un biais. Une ouverture du sujet vers les milieux ruraux et religieux serait intéressante à développer. Les perspectives de recherche nouvelles liées à cet artisanat sont nombreuses au sujet des contextes, des métiers, selon des disciplines différentes, notamment en procédant à des analyses archéométriques systématiques, sur des matériaux particuliers comme l’ivoire, ou sur des thèmes précis tels que celui de la chasse à la baleine.

La parole est donnée à Nicolas Prouteau, qui fait part de son plaisir et de sa grande émotion de voir soutenu ce travail. D’abord directeur du Master d’Henrique de 2017 à 2019, il a ensuite été son co-directeur de thèse. Il tient à revenir sur le parcours de l’impétrant. Né à Lisbonne en 1992, Henrique a effectué toute sa scolarité à Pointe-Noire, au Congo. Après une Licence de Sciences de la Nature, de la Terre et de l’Environnement, spécialité Géologie, obtenue à l’Université d’Aix-Marseille, il a réalisé un Master 1 portant sur la phylogénie des primates anthropoïdes au laboratoire PALEVOPRIM de Poitiers, avant de reprendre un cursus complet en Histoire de l’Art et Archéologie de la même université. Au cours de cette formation, il a participé à de nombreux chantiers d’archéologie programmée, d’abord en Préhistoire puis sur des sites élitaires médiévaux. Pour N. Prouteau, l’orientation de la recherche d’Henrique « est née entre Talmont et Poitiers ».

C’est en 2017 qu’il débute un Master 1 au CESCM intitulé « L’artisanat des matières dures d’origine animale en contexte aristocratique dans le Centre-Ouest de la France (XIIe-XVe siècles). Contribution à l’étude d’un artisanat méconnu ». Son travail témoigne alors déjà d’une maturité et d’un regard particulier porté sur ce sujet d’étude, notamment dû à sa formation précédente. Il est poursuivi en Master 2 sous le titre « L’artisanat des matières dures d’origine animale en contexte élitaire dans l’ouest de la France (XIIe-XVe siècle). Guide méthodologique ». Au cours du Master, Henrique devient très vite responsable de secteur sur les chantiers programmés du CESCM, lors desquels il fait preuve de grandes motivation et disponibilité. Son sérieux et la qualité de son travail lui ont permis d’obtenir une allocation ministérielle pour réaliser sa thèse, chose rare pour des étudiants en archéologie, et plus rare encore pour des archéologues du CESCM, souligne N. Prouteau. Ce doctorat a débuté dans un contexte compliqué lié à la pandémie, mais les difficultés rencontrées alors ne transparaissent que peu dans le travail effectué. Ce dernier témoigne d’un nombre impressionnant de lectures, d’un grand sérieux dans les méthodologies et les réflexions, et a été réalisé dans un temps très court. Henrique a su collaborer avec la quasi-totalité des archéologues et personnels opérant dans l’Ouest de la France. Il a fait montre d’une grande force de travail, aussi bien seul qu’en équipe.

La forme générale de la thèse comprend quelques scories et phrases complexes à comprendre. Pour N. Prouteau, certains paragraphes sont conçus comme si Henrique « était anglais ou allemand », sa maîtrise de plusieurs langues ayant probablement influé sur son expression écrite.

La thèse est organisée en deux volumes pour un total de 1168 pages. Le premier est celui du texte et comporte 617 pages, tandis que le second regroupe 551 pages de figures et d’annexes.  Le volume d’annexes est très fourni, présenté de manière très pédagogique, et les figures sont très soignées. Pour faciliter encore la lecture, les tableaux auraient pu être intégrés dans le corps du texte.

La première partie commence par la définition très bienvenue des notions principales, notamment celles d’artisan, de culture matérielle, de technique et d’élite. L’historiographie est bien menée et parfois très dense, et la méthodologie est bien exposée. Henrique est très à l’aise sur des sujets parfois complexes, comme l’ostéologie et les méthodes archéométriques.

N. Prouteau évoque ensuite certains sujets qui invitent à la réflexion et au débat, notamment sur la sédentarité des artisans dans les châteaux ou les liens entre chasse et statut social. L’exploitation systématique des données quantitatives mériterait d’être nuancée par des pourcentages et des probabilités. Henrique admettra par la suite qu’il devrait se détacher quelque peu des aspects numéraires et statistiques. N. Prouteau regrette le manque de comparaisons avec le monde méditerranéen. Ce à quoi Henrique répondra que le sujet aurait été intéressant, mais que le temps imparti, très limité, ne lui avait pas permis d’être exhaustif sur tous les points, et qu’il a en l’occurrence fait le choix de s’orienter plutôt vers le nord de l’Europe.

La troisième partie, présentant le corpus archéologique, est très bien construite. Les présentations typologiques y sont ponctuées par de nombreuses interprétations, comparaisons et synthèses. N. Prouteau conclue son intervention en insistant sur le parcours de l’impétrant « qui force le respect ». Il le remercie sincèrement pour sa confiance et sa fidélité au cours de ces dernières années.

La parole est ensuite donnée à Martin Aurell, également co-directeur de la thèse. Celui-ci se présente avec humour comme le « membre le moins compétent de ce jury », mais en même temps directeur officiel de ce travail en raison de l’absence de professeur en archéologie médiévale à Poitiers depuis le départ de Luc Bourgeois. Il tient à exprimer son « admiration pour la qualité de ce travail », qu’Henrique a réussi à mener à bien dans les délais fixés par l’école doctorale, alors que ces derniers sont peu adaptés à nos disciplines, notamment dans le cas d’une allocation. M. Aurell admire la double culture de l’auteur que laisse transparaître cette thèse, entre biologie et mondes médiévaux. Pour lui, une certaine maturité, un goût de l’interdisciplinarité et les expériences de terrain ont donné une certaine assise à ce travail.

L’introduction est pour lui très conceptuelle et de grande qualité. La bibliographie rassemblée est impressionnante, comprenant plus de 80 pages de références dans toutes les langues. Henrique est parvenu à s’inscrire dans une vaste historiographie.

M. Aurell affirme n’avoir trouvé que peu de coquilles dans le corps de texte. L’un des principaux reproches qu’il pourrait formuler serait un certain « excès de modestie ou de rigueur scientifique ». Pour lui, Henrique aurait pu mettre davantage en valeur ses acquis et ses réflexions, il en aurait été légitime. M. Aurell pense que cela relève de la personnalité de l’impétrant, « discret, souriant, attentif aux cours, courtois, un peu timide… ». Il pense toutefois qu’il est doté d’une grande capacité à se faire des amis, au vu des remerciements fournis en introduction de la thèse et de la salle comble à l’occasion de la soutenance. Henrique admettra par la suite que son caractère timide a probablement joué sur l’écriture, et qu’il devrait effectivement travailler sur son excès de prudence et d’humilité.

Un autre reproche que pourrait formuler M. Aurell est le fait qu’Henrique aurait parfois pu être plus explicite pour le non-spécialiste, ce que l’impétrant reconnaîtra également. Cette thèse fait preuve d’une « haute technicité au sens noble » et a beaucoup appris au co-directeur de la thèse. Il prend pour exemple sa meilleure compréhension de la révolution du plastique, qui a notamment supplanté ces matériaux.

Au cours de ce travail, Henrique argumente bien la nécessité d’une démarche thématique plutôt que chronologique, notamment parce que les évolutions chronologiques des objets en matière dure d’origine animale sont compliquées à mettre en évidence. Il fait preuve d’une très grande rigueur, peut-être due à son bagage scientifique, qui se ressent notamment à travers la minutie des mesures. M. Aurell vante la « patience de l’archéologue » qui le fascine chaque fois. Le corpus étudié est impressionnant, composé de 865 artefacts dont 649 objets finis et 216 indices de travail. Parmi eux, seuls 91 objets n’ont pas pu être directement étudiés par Henrique car ils avaient disparu des collections. Il est également regrettable qu’il ait manqué de financements pour mener à bien les projets d’analyses archéométriques. Afin de tout de même prêcher pour sa discipline, M. Aurell considère que les références littéraires auraient mérité une meilleure mise en contexte. Ce à quoi Henrique répondra qu’il a préféré davantage se concentrer sur la remise en contexte des images, plus aisées à aborder que les textes en eux-mêmes en raison de sa formation.

M. Aurell insiste sur le fait qu’Henrique n’est pas seulement un archéologue de terrain, même s’il l’a « souvent croisé boueux, en t-shirt, rentrant du Palais de Poitiers ». En t-shirt, et ce peu importe la saison de l’année, ce qui fait beaucoup rire les membres du public qui ont l’habitude de côtoyer Henrique. Pas seulement un archéologue de terrain donc, mais aussi un « archéologue de bibliothèque » dont témoignent les nombreuses références très différentes et complémentaires présentées dans la très vaste bibliographie et le très bon résumé de la tradition historiographique.

« Pour tous médiévistes, au-delà de l’archéologie, votre thèse est très utile », conclut M. Aurell. Il s’agit pour lui d’un travail très important et impressionnant compte tenu du temps imparti et de l’investissement permanent d’Henrique dans les différents chantiers archéologiques portés par le laboratoire. Il clôt son intervention, empreinte d’humour et contredisant son introduction par sa grande pertinence, en lui exprimant son « admiration et toutes les félicitations les plus sincères. »

C’est ensuite au tour de Luc Bourgeois de prendre la parole. En tant que rapporteur, il avait pu avoir « la primeur de quelques bribes du travail », mais a fortement apprécié sa version finale. Ce rôle de rapporteur le poussera à se montrer volontairement critique vis-à-vis de la thèse d’Henrique.

La forme de la thèse est pour lui tout à fait correcte, avec des « formules parfois baroques ». Il précise avoir l’habitude de toujours commencer la lecture d’une telle étude par le catalogue, avant de consulter la synthèse. Il a donc commencé par le volume des « annexes », terme qu’il n’aime pas en raison de son caractère dépréciatif, et qu’il préfère donc appeler « catalogue ». Cette partie comprend 551 pages pour 865 pièces. Le découpage en catégories est tout à fait justifié mais provoque toutefois une lecture peut-être trop tronçonnée. Ce à quoi Henrique répondra qu’il espérait fluidifier le sujet à travers cette organisation, et non le hacher.

Le premier volume de 617 pages présente un texte dense, articulé en trois parties mais sans chapitres et numérotations intercalaires. Luc Bourgeois évoque le fait qu’il manque peut-être donc un peu de respiration pour le lecteur. Il est admiratif de la « bibliographie énorme », regroupant environ 1 200 références, auxquelles il suggère l’adjonction de quelques autres.  

L. Bourgeois évoque le fait qu’Henrique aurait pu adapter les bornes chronologiques à sa propre étude, plutôt que s’y adapter. Il a été étonné par l’absence de double datation : une datation du contexte et une datation typologique des objets. Une notice des sites aurait également été bienvenue, et aurait nécessité une justification plus développée de la présence de certains d’entre eux et de l’absence d’autres. Henrique justifiera cette absence de notices par le grand nombre de sites étudiés, mais admet l’intérêt que cela aurait présenté et suggère de les présenter de manière simplifiée, peut-être sous forme de tableaux.

L. Bourgeois aurait aimé que certains choix, comme celui d’exclure les contextes religieux, soient davantage argumentés. D’autant plus que certains objets sont issus de ces contextes, et que d’autres n’ont pas de provenance, notamment pour ce qui est des objets muséaux, ce qui a peut-être eu pour effet de biaiser certaines analyses. L’exploitation d’autres ensembles aurait peut-être permis d’avoir un regard différent sur l’usage de certains artefacts. Henrique aurait peut-être pu rester plus ouvert sur ces questions de contextes, et ensuite en tirer des conclusions.

Il évoque des nuances qu’il aurait parfois voulu voir approfondies, notamment du point de vue du statut des sites et de leurs occupants, qui est l’un des sujets de prédilection du rapporteur. Beaucoup de cas particuliers font que L. Bourgeois était un peu gêné par la définition de « corpus élitaire ». Certains contextes élitaires étaient parfois habités par des personnes de rang social peu élevé, d’autres sites changent complètement d’occupants au cours du temps… Des nuances seront donc à apporter sur ces caractérisations de sites.

Malgré un aspect chronologique parfois à revoir, à affiner, et des analyses à réévaluer selon différents critères, Henrique a fait preuve d’une « grande maîtrise » au cours de cette thèse. Il s’agit pour L. Bourgeois d’un travail très riche, abordant beaucoup de sujets en exploitant de nombreuses disciplines. Sa publication nécessitera toutefois la refonte de certains de ses composants. L’impression d’une grande masse de documentation cache paradoxalement le fait que peu de chercheurs s’intéressent à ce beau sujet. L. Bourgeois insiste donc sur l’existence de places à prendre, et « espère qu’une de ces places reviendra [à Henrique] ».

Le président du jury donne ensuite la parole à Aurélia Borvon, qui félicite Henrique pour ce travail. Elle s’excuse par avance du mal qu’elle risque d’avoir à le vouvoyer, et abandonne cette formalité au bout de quelques phrases, au profit du tutoiement. A. Borvon se dit très heureuse de voir ce travail s’achever par « une belle soutenance extrêmement claire », bien qu’elle aurait aimé qu’elle soit accompagnée d’un diaporama.

Au vu du temps imparti, il s’agit pour elle d’un travail « extrêmement conséquent ». Peu de thèses en archéologie sont soutenues dans ces délais en présentant un travail si poussé. Sur la forme, elle avoue avoir été parfois gênée, parfois surprise. Elle insiste sur la nécessité de toujours guider le lecteur et de systématiquement justifier ses choix, ce qui a parfois manqué. Elle invite Henrique à faire attention au sens des mots et à être précis dans leur utilisation. À l’inverse, l’impétrant fait parfois preuve de trop de précisions, comme pour la mention systématique du poids précis des objets, qui n’est pas toujours nécessaire dans le corps de texte. A. Borvon évoque le fait qu’il lui avait été parfois difficile de savoir s’il avait lui-même observé l’objet présenté ou s’il avait repris les informations d’autres études. Pour ce qui est des critères d’identification, comme pour discriminer un manche de couteau d’une applique décorative par exemple, elle aurait aimé une sorte de « fiche de lecture » pour mieux suivre le cheminement d’identification. Elle aurait apprécié qu’une petite partie traite des coquillages, et insiste comme M. Aurell avant elle sur l’intérêt qu’il y aurait à développer davantage le sujet des perles.

Si la bibliographie force le respect, Henrique aurait pu ne pas tout présenter de manière détaillée. Cela a parfois eu pour effet de créer de « petits soucis de hiérarchie » des informations. Certains éléments auraient pu n’être présentés qu’en notes de bas de page. Comme L. Bourgeois, elle avoue ne pas apprécier le terme d’« annexes », qu’il conviendrait mieux pour elle d’appeler « preuves ». Les renvois entre les figures et le texte mériteraient également d’être clarifiés.

A. Borvon aborde ensuite un certain nombre de thèmes qui l’ont particulièrement interpelée compte tenu de sa spécialisation. Elle qualifie la troisième partie de « très claire » et celles traitant des typologies ou encore plus précisément des lunettes d’« absolument passionnantes ». Elle regrette cependant qu’Henrique ait choisi de ne pas s’attarder sur les objets réalisés en bois de rennes et d’élan pour des raisons géographiques, tandis qu’il inclut ceux réalisés en ivoire de morse et d’éléphant. Quant au travail de l’os de baleine, Henrique fournit là aussi « un travail passionnant ». L’artisanat de ce matériau spécifique pourrait-il mettre en évidence un travail sur os frais ou sec, sachant qu’il peut être plus compliqué de récupérer des os frais de baleine plutôt que d’en ramasser sur les côtes ?

A. Borvon conclut en insistant sur le fait que ce « travail extrêmement conséquent » présente des « apports indéniables ». Le sujet qu’Henrique a su s’approprier est compliqué et demande un recours à de multiples ressources qu’il a su mettre en œuvre. Elle a appris à la lecture de cette thèse des informations très intéressantes sur des objets qu’elle rencontre régulièrement, mais dont elle n’avait jusqu’alors pas toutes les clés de compréhension. Elle félicite l’impétrant pour ce beau travail et lui « souhaite plein de belles choses » pour la suite de son parcours.

C’est à Pierre-Yves Laffont que revient de clôturer cette soutenance. Après avoir remercié les deux co-directeurs de thèse de l’avoir convié, il remercie Henrique pour ce travail. Le président du jury confie qu’aucune thèse en archéologie, à sa connaissance, n’a été réalisée aussi rapidement, et fait part de son « grand plaisir à la lire ». Il s’agit pour lui d’une thèse impressionnante, de 1168 pages au total, dont pas moins de 7 pages consacrées aux remerciements ! Avoir réussi à travailler avec autant de personnes est également très impressionnant.

P.-Y. Laffont qualifie la mise en page d’« assez rustique ». Il aurait peut-être fallu utiliser les citations avec plus de parcimonie, certaines n’étant pas très utiles. Il salue l’utilisation de conclusions intermédiaires, parfois un peu trop longues mais facilitant la lecture. Le second volume nécessitera des réajustements en vue de la publication de la thèse.

L’historiographie est très complète et très bienvenue, et P.-Y. Laffont considère qu’Henrique « s’inscrit dans son prolongement ». L’impétrant ne se contente pas de faire une étude des objets mais propose véritablement une étude de la culture matérielle médiévale à travers les contextes élitaires.

Le président du jury soulève à son tour le manque ponctuel de justifications pour les choix opérés. Comme les membres du jury précédents, il déplore la prudence extrême dont fait preuve Henrique et qu’il devra corriger, les hypothèses manquant de force et d’affirmation malgré leur pertinence. Il regrette également, comme L. Bourgeois avant lui, l’absence de présentation des sites, mais approuve la proposition d’Henrique d’y remédier par la production d’un tableau.

La base de données est très importante et impressionnante, et le plan classique, thématique et organisé en trois parties. Le cadre historique était peut-être de trop pour ce type de sujet, et « passe un peu pour un exercice obligé ». Il aurait peut-être été intéressant de se concentrer sur les évolutions économiques et les évolutions des élites plutôt que sur de l’histoire politique générale.

Pour P.-Y. Laffont, la conclusion ne rend pas non plus suffisamment justice au travail d’Henrique, bien que celui-ci ait défendu sa concision par une volonté de fluidité. Pour le président du jury, « l’exposé oral était beaucoup plus puissant ». Il félicite à nouveau Henrique et l’encourage à publier ce travail après avoir repris les éléments formels abordés lors de la soutenance.

Après une brève délibération tenue à huis clos, le public est invité à reprendre place dans la Salle des Actes. P.-Y. Laffont annonce que le jury a décidé à l’unanimité d’accorder le grade de docteur à Henrique Sarmento Pedro. Bien que les mentions n’aient plus cours, les membres du jury tiennent à lui adresser leurs félicitations. L’assemblée nombreuse doit encore attendre que le jeune docteur prête serment. Après de longues secondes d’euphorie contrôlée, les amis, collègues, et membres de la famille d’Henrique sont enfin autorisés à exprimer leur joie dans de longs applaudissements.

Félicitations à toi, cher Henrique. Que la fin de ce parcours ne soit que le début de belles aventures. Nous avons tous hâte de partager la suite avec toi !

Actus CESCM 2024/3

N’hésitez pas à diffuser autour de vous ! Et à vous inscrire si nécessaire ….

Cliquer sur chaque encart permet d’accéder aux billets détaillés.


Événements

 

[28 mars 2024] Séminaire « Femmes et compagnes de prêtres au Moyen Âge central »

***

[4 avril 2024] rencontres imago #2

***

[11 avril 2024] Journée jeunes chercheurs Janua

***

 

Le 11 avril à 18h30 (salle Crozet du CESCM), les Conférences du Moyen Âge accueillent Valérie Toureille (historienne, professeure d’histoire du Moyen Âge à l’Université Cergy-Paris) qui nous parlera de son ouvrage Jeanne d’Arc (La Procure, 2020) et le regard qu’elle y apporte.

***

[12 avril 2024] Les master class du CESCM #3

***

Prochain webinaire d’épigraphie le mardi 16 avril 2024 (16h-18h) : Hallie G. Meredith (Assistant Professor of the History of Ancient Art, Washington State University), “When Inscriptions are Not: The Case of Imagistic Script as Makers’ Marks on Late Antique Diatreta”. Lien Zoom sur https://epimed.hypotheses.org/3399 

***

[28-31 mai 2024] Colloque international : l’art roman au XXIe siècle

***

[17-28 juin 2024] Semaines d’études médiévales – #SEM_cescm


Appels à com’

 

Appel à communication : Supports, style et usages de la poésie funéraire (IXe-XIIe siècles)

***

[Appel à communication] Samouraïs et chevaliers à l’écrit et l’écran (16-17 oct. 2025)


Participation à colloques

 

Pierre Bigot participe au colloque Nemetons et enclos sacrés : espace et temps des dieux – I (Bruxelles, 23 mars) : L’arbre, la connaissance dans la mort. Les exemples scandinaves.

Le 4 avril, VII congreso internacional o camiño do medievalista Chronicon Mundi (3-5 de abril, Santiago de Compostela) auquel participeront Benjamin Franzani : La memoria normada y la gesta de Guillaume / Carolina Sarrade : Análisis arqueográfico, resultados técnicos, estilísticos y cronológicos sobre las pinturas de Saint-Savin-sur-Gartempe (Vienne – France), qui sera aussi modérateur de la table ronde “Lembranza pétrea: usos do patrimonio relixioso “.

Estelle Ingrand-Varenne et Clément Dussart participeront au 1er colloque international de l’ERC-2020-AdG Graff-IT project Writing on the Margins. Graffiti in Italy and beyond (7th-16th c.) (Rome, 10-12 avril 2024)

Estelle Ingrand-Varenne et Thierry Grégor participeront au Workshop Jérusalemn-Lalibela. CFEE-CRFJ” (Jérusalem, 17-21 mai 2024)


Publications

 

Cahiers de civilisation médiévale 265 : Ordonner l’Église

***

Tous les outils sont bons afin de réaliser sa veille documentaire. Savez-vous que les Cahiers de civilisation médiévale et la Bibliographie de civilisation médiévale mettent en ligne la liste de tous les ouvrages reçus en service presse ?

En janvier et février voici les ouvrages reçus par le service presse : https://ccm.cnrs.fr/janvier/ et https://ccm.cnrs.fr/fevrier/

***

Pouvoir et solidarités d’une famille seigneuriale


Soutenances de thèses

 

* Sami BENKHERFALLAH (4 avril, salle Crozet, 14h) = Le sultan en son trône : identité(s), culture(s) et pratiques de cour à l’époque mamelouke (1468 -1517)

* Afonso Celso MALECHA TEXEIRA (3 mai, salle Crozet, 14h) = La production de l’espace colonial portugais du Maghreb au Golfe de Guinée (1415-1522) : Villes, comptoirs et réseaux commerciaux


Pôle documentaire

 

Focus 2023/2024 : appel à présentations

***

[10 avril 2024] : Atelier de la doc


Divers

 

Une chaleureuse passionnée au CESCM : Nancy Thebaut

***

[Exposition] Peintures catalanes (11 mars-21 mai 2024)

***

Radegonde, 1500 ans de présence à Poitiers : Exposition créée en partenariat avec le CESCM, du 27 avril 2024 au 20 juillet 2024, Médiathèque François-Mitterrand, 4 rue de l’Université à Poitiers – 05 49 52 31 51. Détails dans le lien