Archives par mot-clé : Moyen Âge

Les saints face aux barbares au haut Moyen Âge : réalités et légendes

Edina Bozoky

Les saints face aux barbares au haut Moyen Âge : réalités et légendes

Rennes : PUR, 2017

(Histoire) 208 p., 20€

ISBN : 978-2-7535-5394-1

 

Les légendes des saints, pénétrées d’un christianisme militant, ont largement contribué à la mauvaise réputation des barbares (Huns, Goths, Vandales, Vikings, Hongrois…). Ce livre montre comment l’idéal de sainteté, avec la glorification des victimes des barbares, est tributaire du contexte idéologique et politique de l’époque de la rédaction des récits. Au-delà de l’analyse du rapport entre réalité et fiction dans les textes hagiographiques, il éclaire aussi l’attitude à l’égard de l’autre, de l’étranger.

Avec le soutien de l’université de Poitiers.

Introduction (Fichier pdf, 598 Ko)

Table des matières (Fichier pdf, 577 Ko)

Les auteurs (Fichier pdf, 561 Ko)

4e de couverture (Fichier pdf, 28 Ko)

Edina Bozoky est maître de conférences émérite en histoire médiévale à l’université de Poitiers et membre du Centre d’études supérieures de civilisation médiévale. Son principal domaine de recherche concerne le culte des saints et des reliques au Moyen Âge. Elle a organisé plusieurs colloques sur ce thème : Les reliques : objets, cultes, symboles (avec Anne-Marie Helvétius), Turnhout, Brepols, 1999 ; Saints d’Aquitaine. Missionnaires et pèlerins du haut Moyen Âge, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2010 ; Hagiographie, idéologie et politique au Moyen Âge en Occident, Turnhout, Brepols, 2012.

[31 mai] La langue française et la question de la paix à la fin du XIVe siècle

La langue française et la question de la paix à la fin du XIVe siècle

Lieu : Poitiers, CESCM, 24 rue de la Chaîne – salle Crozet

Date : mercredi 31 mai de 16h à 17h30

Invitée par Martin Aurell au CESCM du 15 mai au 15 juin 2017, Professeure assistante avancée de littérature française du Moyen Âge à l’université du Tennessee, Knoxville, Anne-Hélène Miller étudie les domaines français et occitan à la fin du Moyen Âge dans une approche interdisciplinaire (littérature, sociolinguistique, histoire, art, théologie). Ses recherches portent notamment sur Guillaume de Machaut, Jean Froissart, Nicole Oresme, Eustache Deschamps, et le Roman de la Rose. Elle est actuellement présidente de la Société Internationale Guillaume de Machaut et elle fait partie du comité exécutif du forum Lettres Médiévales françaises du MLA.

Sa conférence s’inscrit dans son projet actuel de livre sur le statut littéraire du français en France au XIVe siècle. Il s’agit de revisiter l’articulation entre la dimension tout d’abord transnationale de la langue française dès le XIIe siècle e et celle de la prise de conscience du rôle de la langue dans la construction d’une identité « nationale » à partir du XIVe siècle. Ces deux aspects sont trop souvent considérés séparément dans l’histoire de la langue française. Il s’agira donc de les explorer en créant des liens entre une variété de texte et d’auteurs, en particulier de Jean Froissart et de Philippe de Mézières.

Voir la bibliographie ICI

Soutenance de thèse d’Astrid Noterman, CESCM (21 décembre 2016)

Le 21 décembre 2016, Astrid Noterman soutenait sa thèse de Doctorat en Sciences du temps et de l’espace, intitulée « Violation, pillage, profanation : la perturbation des sépultures mérovingiennes au haut Moyen Âge (VIe-VIIIe siècles) dans la moitié nord de la France », en salle Crozet du CESCM. Le jury était composé de Cécile Treffort (CESCM-Université de Poitiers) et Cécile Chapelain de Sereville-Niel, (CRAHAM-Université de Caen) co-directrices de thèse, Brigitte Boissavit-Camus (Université Paris X, Nanterre), Dominique Castex (CNRS), Alain Dierkens (Président, Université libre de Bruxelles), Laurent Verslype (Université catholique de Louvain).

Le président ouvre la soutenance  puis l’impétrante prend la parole et expose son sujet, son parcours commencé en 2010 avec un Master recherche, sa double rencontre, avec Cyrille Le Forestier et avec une publication  « La nécropole mérovingienne de Hordain »1. Elle explique au jury qu’elle s’est rendue compte qu’il n’y avait pas d’études récentes sur le sujet, quelques études étrangères mais qui n’ont que peu évoluées depuis le XIXe siècle et que le développement récent de l’archéothanatologie et les résultats possibles de cette méthode lui donnèrent l’idée de son sujet de thèse. D’emblée s’imposa pour elle la confrontation entre les données du XIXe siècle avec celles contemporaines. Il fallut donc reprendre l’ensemble de ces sources : les données textuelles, les données archéologiques et les données anthropologiques. Ce travail fut d’une grande richesse pour l’impétrante malgré les difficultés rencontrées (la reprise multiple des plans par exemple) et déboucha sur cinq ans d’intense activité réalisée en même temps que son activité professionnelle. Mme Noterman réalisa dès lors de nouveaux modèles de fiches anthropologiques de terrain mais également des fiches spécifiques et des fiches utilisées en fouille programmée par le CRAHAM de Caen puis décida ensuite de construire une base de données.

Ces travaux donnèrent des résultats : des pillages au VIe siècle avec une apogée au VIIe siècle, un pourcentage de pillage de plus ou moins 50% (ce qui paraît élevé et questionne), un lien à faire entre architecture funéraire et aménagement de surface qui peut également entrainer des désordres, une partition entre l’est et l’ouest de la France pour le type de récupération. L’intérêt du sujet ouvre de nombreuses perspectives : sont là pour le prouver les journées d’études, séminaires et colloques dans lesquels l’impétrante est intervenue et l’idée de réaliser des journées de recherches dans le cadre d’un PCR qui permettrait d’affiner la base de données.

Lors de sa prise de parole, Mme Treffort reconnaît avoir eu initialement des doutes sur l’existence d’informations archéologiques et sur l’accès possible aux données archéologiques récentes : le défi est bien relevé, le phénomène de pillage existe et cette thèse de 2 volumes, l’un de 571 pages et l’autre de 260 pages est là pour le prouver. Elle relève deux phrases importantes de la thèse : « le bouleversement d’une tombe ne semble pas être un problème à son étude » (p. 12) et, en parlant des outils d’analyse, qu’il faut « replacer l’humain au centre de l’étude sur les réouvertures de tombes » (p. 11). Mme Treffort précise que Mlle Noterman a ouvert, avec sa thèse, un vaste champ de recherche, c’est donc un travail dynamique et prometteur.

Mme Chapelain de Seréville-Niel prend à son tour la parole pour évoquer avec émotion et fierté cette première co-direction avec une de ses premières étudiantes. Selon elle, l’élément à souligner dans la thèse est la création de la base de données avec sa fiche de travail évolutive testée par les archéologues. Elle insiste sur son investissement au sein du CRAHAM et de. Elle est d’autre part très impliquée dans la recherche tant pour des articles, son expertise sur le chantier, sa participation à des groupes de travail internationaux, dans des communications et des colloques et la co-organistion de la 9e Rencontre du GAAF.

Pour la co-directrice ainsi que les autres intervenants du jury, le plan peut paraître complexe et donner une impression de redondance ; mais il fut choisi suite à des discussions avec les deux co-directrices ; Mlle Noterman a de plus eu de nombreux contacts avec des collègues étrangers afin de confronter les différents points de vue. S’il lui est conseillé de faire des tableaux contextualisés et des statistiques sur les gros sites, Mlle Noterman souligne que par rapport aux statistiques, ses limites étaient atteintes mais que cela sera repris ultérieurement car le sujet va être continué. Finalement, après une après-midi de riches échanges scientifiques, le jury déclare A. Noterman admise au grade de docteur, en la félicitant non seulement pour le travail accompli mais également pour la qualité de sa prestation orale et de la soutenance.

[1] Demolon Pierre (Dir.), La nécropole mérovingienne de Hordain (Nord), VIe-IXe siècles après J.-C., Douai, Communauté d’agglomération du Douaisis, direction de l’archéologie, 2006, 269 p.

Appel à contributions FOCUS année universitaire 2017-2018

Construits comme un high-light sur le fonds iconographique du CESCM, les « Focus » proposent de montrer la corrélation entre le fonds documentaire de la Photothèque et le travail des chercheurs, ce dans un cadre scientifique tout autant que convivial. Axé sur l’échange scientifique et chaleureux, ce rendez-vous ouvert à tous se déroule au Pôle documentaire du CESCM, de 12h à 13h.

Initiés depuis octobre 2016, les Focus ont été l’occasion cette année d’échanger autour des chapiteaux de Moissac avec Vincent Debiais, des peintures de la crypte de Chartres avec Estelle Ingrand-Varenne, Carolina Sarrade et Chrystel Lupant, des traces d’outils  laissées dans la pierre avec Thierry Grégor, de la Bible de Saint-Yrieix avec Pamela Nourrigeon et des signatures épigraphiques avec Émilie Mineo. La diversité des approches, des supports et des méthodes enrichit ces échanges, lesquels permettent d’affermir des hypothèses, d’expérimenter de nouvelles pistes ou de vérifier des approches novatrices avant publication, et ce dans un cadre bienveillant et amical.

Chercheurs, enseignants-chercheurs, doctorants, ingénieurs de recherche et d’étude sont donc invités à proposer leur contribution. Les résumé 10 lignes max. avec exemples précis sont à retourner avant le 10 juillet 2017 (Focus 1er semestre) ou le 5 novembre 2017 (Focus 2e semestre) par mail à phototheque.cescm@univ-poitiers.fr

Tout sujet ou support, work in progress ou étude accomplie est susceptible d’être soumis sous réserve d’un lien avec le fonds de la Photothèque et/ou la base Romane.

Pour toute information complémentaire : phototheque.cescm@univ-poitiers.fr

 

 

[30 mai 2017] Trames arborescentes III

Troisième journée d’étude du projet Trames arborescentes
Organisée par Naïs Virenque et Antoine Paris
Référent institutionnel : Marcello Angheben
CESCM (Poitiers), en partenariat avec le CESR de Tours et avec le soutien de la Fesmar
Lieu : Poitiers, CESCM, 24 rue de la Chaîne – salle Crozet
Date : 30 mai 2017
Programme en ligne ICI

Les trames arborescentes, outils d’écriture et de fabrique de l’histoire de l’Antiquité à la Renaissance

9h00-9h10
Accueil des participants en salle Crozet

9h10-9h30 : Ouverture de la journée
Martin Aurell, Professeur d’Histoire médiévale, Directeur du CESCM, Université de Poitiers

Présentation de la journée
– Antoine Paris, Doctorant en Langue et Littérature grecques et Études bibliques, Orient et Méditerranée, Université de Paris Sorbonne et Université de Montréal
– Naïs Virenque, Doctorante en Histoire de l’Art, CESR, Université de Tours / ATER en Histoire de l’Art médiéval et moderne, Université Lyon III

 9h30-12h15 : première séance – L’usage des trames arborescentes dans la démarche méthodologique d’écriture et de fabrique de l’histoire
Présidence : Michaël Gasperoni, Chargé de recherches au CNRS, Centre Roland Mousnier, Paris

• 9h30-10h15 – Penser en arborescence : le plan, la méthode et la fiction du cheminement
Romain Lossec, Professeur de Philosophie, Lycée Marguerite de Navarre, Bourges

10h15-10h30 : pause

•10h30-11h15
Les arbres du royaume de Dieu. L’image de l’arbre dans les paraboles de l’Évangile selon Marc
Antoine Paris, Doctorant en Langue et Littérature grecques et Études bibliques, Orient et Méditerranée, Université de Paris Sorbonne et Université de Montréal

•11h15-12h00
Palmes et palmiers autour du Misteri d’Elx : un arbre et ses feuilles pour relier les textes, les cultes et les rites de la cité
Sophie Albert, Maître de conférence en Littérature française, EA
« Études et édition de textes médiévaux », Université de Paris-Sorbonne

12h00-12h15 : discussions et conclusions
12h15-13h30 : déjeuner en salle Berger

13h30-15h15 : deuxième séance – L’usage de trames arborescentes dans la démarche de mise en récit et/ou en image de l’histoire familiale
Présidence : Christiane Klapisch-Zuber, Directrice d’études en Histoire médiévale, EHESS

• 13h30-14h15
La trame arborescente de la voussure externe du portail central de Saint-Denis, image d’une histoire symbolique du sacerdoce
Élise Vernerey, Doctorante en Histoire de l’Art médiéval, CESCM, Université de Poitiers

• 14h15-15h00
The cognatic principle on trial: Arbores and kin relations in marriage dispensations from late medieval Florence
Jasmin Hauck, Doctorante en Histoire médiévale, Université d’
Eichstätt-Ingolstadt et Università degli Studi Roma III

15h00-15h15 : discussions et conclusions
15h15-15h30 : pause

15h30-16h15 : troisième séance – Les trames arborescentes dans les processus historiques de mise en place d’une généalogie des savoirs
Présidence : Sergi Sancho Fibla, Postdoctorant du Labexmed, TELEMME, Université Aix-Marseille Université / CNRS

• 15h30-16h15
La trame arborescente et l’origine du savoir : orientation et méthode d’un outil d’investigation mnémonique au Moyen Âge et à la Renaissance
Naïs Virenque, Doctorante en Histoire de l’Art, CESR, Université de Tours / ATER en Histoire de l’Art médiéval et moderne, Université Lyon III

16h15-17h00
Trames arborescentes et généalogie des savoirs médicaux
: les enjeux de la description a capite ad calcem
Laetitia Marcucci, Docteur en Philosophie, ATER à l’Université d’Aix-
Marseille

17h00-17h15 : discussions et conclusions

17h15-17h30
Conclusions et ouverture sur la quatrième journée (Lyon, automne
2017)
– Antoine Paris, Doctorant en Langue et Littérature grecques et Études bibliques, Orient et Méditerranée, Université de Paris Sorbonne et Université de Montréal
– Naïs Virenque, Doctorante en Histoire de l’Art, CESR, Université de Tours / ATER en Histoire de l’art médiévale te moderne, Université Lyon III