Archives par mot-clé : Moyen Âge

Actus CESCM 2020/5

Master mondes médiévaux

 

les inscriptions au master Mondes Médiévaux 2020/2021 au CESCM c’est maintenant et jusqu’au 15 mai et c’est ICI

Merci de diffuser largement !

Le master Mondes Médiévaux 2020-2021


Publications

 

Publication : Simon de Montfort (c. 1170-1218). Le croisé, son lignage et son temps

***

Aliénor d’Aquitaine

***

Les stratégies de la narration dans la peinture médiévale

***

Un article de Claire Boisseau dans le dernier Microscoop, lire en pages 3 et 4 ICI 

***

Ouvrages Moyen Âge acquis par le SCD-Poitiers (janvier-mars 2020)


Colloques

Nous sommes dans le regret de devoir annuler les Semaines d’études médiévales compte tenu du contexte sanitaire.

***

Le séminaire d’épigraphie SEMPER profite de ce temps de confinement pour repenser son fonctionnement et se doubler d’un webinaire. Format plus court (1h), plus souple et plus régulier. Les séances sont en deux parties : 30 minutes de présentation, suivies de 30 minutes de discussion.

Ce webinaire est ouvert à tous. Pour participer aux séances, il suffit de cliquer sur le lien Zoom affiché (c’est le même lien pour les 5 rencontres) : https://epimed.hypotheses.org/2202

 


Appel à contribution

 

Journées d’étude : Indexer les images médiévales : du langage documentaire à la recherche scientifique (25-26 nov.)


Divers

 

Cécile Voyer a obtenu une délégation d’un an au CESCM à compter du 1er septembre 2020 pour continuer à mener le programme collectif sur la collégiale Saint-Hilaire de Poitiers et ses chanoines.

En lien un billet pour annoncer le programme ICI

***

Nous recevrons en délégation CNRS :

— Elisabeth Pinto-Mathieu, professeur de littérature médiévale à l’Université d’Angers .
— Pierre Darnis, MCF HDR à l’Université de Bordeaux, littérature de la fin du Moyen Age-début époque moderne espagnole.
 

***

Épisode 37 – Sébastien et les troubadours d’Aquitaine

***
 
Du 14 septembre au 9 octobre prochain, première campagne de fouilles au sein de la Citadelle du Château d’Oléron (17) :
L’objectif de cette campagne, dirigée par Bastien Gissinger (Archéologue départemental, Service d’archéologie départementale Direction de la Culture du Sport et du Tourisme) est de vérifier et d’explorer des vestiges ressentis comme de potentiels restes castraux liés au château féodal dont la localisation est à ce jour inconnue. Une campagne de prospection géophysique réalisée en 2019 a fourni des éléments probants. Il recherche des bénévoles expérimentés, disposant d’un véhicule personnel. 2 semaines minimum.
 
Contacter :  bastien.gissinger@charente-maritime.fr– 05.46.97.66.93
 

 

Axe 3 : Programme collectif sur la collégiale Saint-Hilaire de Poitiers et ses chanoines

Cliché Lisa-Oriane Crosland (CESCM)

L’ année de délégation au CNRS accordée à Cécile Voyer, Professeur d’histoire de l’art au CESCM, au titre de l’année universitaire 2020-2021, sera propice à développer le programme collectif de recherche consacré à l’étude de la collégiale Saint-Hilaire de Poitiers et ses chanoines; un projet qu’elle coordonne avec Éric Sparhubert (Maître de Conférences en Histoire de l’Art médiéval CRIHAM). L’objectif de ce projet est bien sûr d’étudier le monument et son décor (deux états à restituer, l’église du XIe siècle avec sa nef charpentée, et celle du début du XIIe siècle avec sa nef voûtée), mais aussi de restituer son décor peint (relevés archéographiques et restitution des couleurs) avec Carolina Sarrade (archéographe-CESCM) pour les relevés et l’équipe d’Xlim, dirigée par Noël Richard (Maître de conférence Xlim) pour les couleurs et pigments. L’idée est aussi de réfléchir aux aménagements liturgiques en lien avec le culte de saint Hilaire, mais aussi d’étudier dans la mesure du possible l’histoire de communauté canoniale et ses liens les comtes et les évêques (avec les historiens, Émilie Kurdziel (maître de conférences en histoire-CESCM), Hélène Caillaud, membre associée au CRIHAM-Limoges…), bref la place de cet établissement canonial dans l’espace de la cité au premier Moyen Âge.

Cécile Voyer va également continuer à développer un projet de recherche plus personnel autour du scriptorium de Saint-Bertin et de la personnalité de l’abbé Odbert (fin du Xe siècle- début du XIe siècle). Ces recherches s’inscrivent dans la poursuite de ses précédents travaux sur les Évangiles de l’Arsenal (Paris, Arsenal, ms 592) – Orner la parole de Dieu, éd. Classiques Garnier, 2018 –  et sur les manuscrits de Flandres de cette période singulière, qualifiée souvent à tort de « charnière ». Ce projet est au cœur de l’actualité de la recherche : Charlotte Denoël, conservatrice des manuscrits anciens à la BnF, a lancé une vaste enquête sur l’enluminure du livre en France aux Xe et XIe siècles.

Détail manuscrit Boulogne 11

C. Voyer a entamé une recherche sur les Évangiles de Saint -Bertin (Boulogne, BM, ms. 11) ainsi que sur les autres manuscrits peints sous l’abbatiat d’Odbert. Plus particulièrement, la créativité du scriptorium de Saint-Bertin est certes liée à la personnalité brillante de son abbé, à la fois peintre et concepteur d’images, mais aussi aux liens étroits entretenus avec l’Angleterre. Si la circulation des peintres et des scribes entre Saint-Bertin et Canterbury est connue, l’assimilation du répertoire visuel anglais, issu d’une histoire bien différente de celle des Flandres, par les moines bertiniens mérite d’être analysée. Il semble que ce projet pourrait éclairer à la fois la vie culturelle et visuelle de la communauté monastique à un moment de son histoire mais être également un observatoire idéal de la manière dont elle se pense dans le monde composite auquel elle appartient (l’importance prise par les cycles christologiques, la construction d’une mémoire de la fondation entre le Xe et le XIe siècle grâce à une rhétorique visuelle). Les réformes à l’œuvre et l’esprit de renovatio dans ces monastères dans la seconde moitié du Xe siècle pourraient permettre de penser à nouveaux frais les réformes du XIe siècle et le rôle que l’historiographie leur attribue pour « l’âge roman ».

Les stratégies de la narration dans la peinture médiévale

Les stratégies de la narration dans la peinture médiévale : La représentation de l’Ancien Testament aux IVe-XIIe siècles

M. ANGHEBEN (ed.)

Turnhout  : Brepols, 2020 (Culture et société médiévales (CSM 37)

 

464 p. – ISBN: 978-2-503-58171-2

 

Depuis les débuts de l’art chrétien, l’Ancien Testament a reçu une place singulière dans le décor des églises comme dans l’illustration des manuscrits. Certaines formules conçues aux IVe-Ve siècles se sont imposées durant tout le Moyen Âge, comme celles de Saint-Pierre de Rome, et une influence encore plus large a longtemps été attribuée à la Genèse Cotton ou à son modèle. Les œuvres médiévales ne reproduisent toutefois presque jamais servilement celles qui les ont précédées. Les concepteurs les ont constamment réélaborées pour des raisons probablement multiples : adapter la composition au cadre imposé par l’architecture ou le découpage du folio, optimiser les ressorts de la narration pour en faciliter la lecture ou toucher plus efficacement la sensibilité du spectateur, enchaîner les scènes pour entraîner le regard dans le sens de la lecture ou relier sémantiquement deux épisodes voisins, induire un sens spécifique inspiré par la théologie ou la liturgie, ou encore exprimer visuellement des ambitions institutionnelles voire politiques. Les quinze articles réunis dans cet ouvrage développent ces questionnements en les appliquant à des ensembles peints ou en mosaïque représentatifs de la période envisagée : les œuvres conservées ou perdues des premiers siècles, Saint-Pierre de Rome, Saint-Paul-hors-les-Murs et leurs avatars médiévaux, les bibles carolingiennes de Tours et celles de Ripoll, Galliano, les autres ensembles lombards, Saint-Savin-sur-Gartempe, Château-Gontier, Palerme et Monreale. Pour enrichir cette réflexion, le champ d’investigation a été étendu aux cycles néotestamentaires des églises médiobyzantines et aux mosaïques de Saint-Marc de Venise. Dans la conclusion, Herbert Kessler propose en effet une mise au point stimulante sur la délicate question de la Genèse Cotton en nuançant son influence sur le cycle vénitien. L’ouvrage offre ainsi un panorama très complet de la représentation de l’Ancien Testament et une réflexion foisonnante sur les stratégies de la narration.

Table of Contents

 

Introduction

Marcello Angheben, Les stratégies de la narration dans la peinture médiévale. Problématiques et perspectives

I. Des premiers siècles au Moyen Âge central

Jean-Michel Spieser, Les cycles paléochrétiens dits narratifs

Anne-Orange Poilpré, Figurer l’Ancien Testament dans la Bible chrétienne à l’époque carolingienne. (Re)composer l’histoire

Manuel Antonio Castiñeiras Gonzalez, Les Bibles de Ripoll et de Rodes et les ivoires de Salerne. La narration biblique sur des supports variés : modèles, adaptions et discours

Judith Soria, Temporalité et causalité narratives dans les décors médiobyzantins

II. Les traditions romaine et lombarde

Serena Romano, San Pietro, San Paolo, e la narrazione cristiana. Riflessioni su una possibile storia

Irene Quadri, Dipingere all’ombra di prototipi illustri. La narrazione veterotestamentaria nei cicli tipologici di XI e XII secolo in Italia centrale

Marco Rossi, Les cycles de l’Ancien Testament à Galliano et dans la peinture lombarde du XIesiècle

Fabio Scirea, La représentation de l’histoire d’Adam et Ève dans les milieux ambrosiens aux XIe-XIIe siècles

III. Saint-savin et la peinture « septentrionale »

Søren Kaspersen, Genesis Cycles: Tradition, Theology and Politics. From Cotton Genesis to Saint-Savin-sur-Gartempe

Christian Davy, Les peintures murales de Saint-Jean-Baptiste de Château-Gontier et de Saint-Savin-sur-Gartempe. De la similitude à la dissemblance

Kai Christian Ghattas, Reanimating the Scripture: Movement and Body Memory in the Paintings of Saint-Savin

IV. Les mosaïques siciliennes

Giulia Arcidiacono, Le storie della Genesi nella Cappella Palatina di Palermo. Qualche osservazione sulle fonti iconografiche e sulle strategie narrative

Tancredi Bella, Le récit de la Genèse dans les mosaïques de la cahtédrale de Monreale

Herbert L. Kessler, Conclusion. La Genèse Cotton est morte

Planches

Aliénor d’Aquitaine

Aliénor d’Aquitaine
 
Martin Aurell
 
Paris : PUF, 2020
160 p.

ISBN : 978-2-13-081808-3

 

Aliénor d’Aquitaine (1124-1204) est certainement la plus célèbre des reines médiévales, dont la légende noire nourrit encore de nos jours bien des romans. Épouse successive de Louis VII de France et d’Henri II d’Angleterre, elle met au monde au moins dix enfants, dont les célèbres Richard Cœur de Lion et Jean sans Terre. Voyageuse infatigable jusqu’en Terre Sainte, en Italie du Sud ou en Castille, elle fomente une vaste révolte contre son second mari. Devenue veuve, elle joue un rôle politique toujours plus important.
C’est au travers de sa féminité (fille, femme, épouse, mère) que Martin Aurell choisit de présenter l’itinéraire audacieux de ce personnage aux multiples facettes, de la nuptialité au veuvage.

 
 

Martin Aurell est spécialiste de l’aristocratie, la parenté, les pouvoirs et la culture en Occident aux Xe-XIIIe siècles. Il est professeur d’histoire médiévale à l’Université de Poitiers, où il dirige le Centre d’études supérieures de civilisation médiévale (UMR 7302). Il est l’auteur d’une dizaine de livres, dont L’Empire des Plantagenêt (1154-1224) (Perrin, 2003), souvent réédité et traduit. Il a dirigé de nombreux ouvrages collectifs, notamment sur Aliénor d’Aquitaine et les Plantagenêt.

 

Le master Mondes Médiévaux 2020-2021

Modalités d’inscription :

Elle se fait sur l’application e-candidat
– Du 20 avril au 15 mai
– Résultats au plus tard normalement le 19 juin

Présentation

Le Moyen Âge est une période historique particulièrement exotique, qui exerce à juste titre une vraie fascination. Mais, pour comprendre réellement cette période, il faut acquérir une formation intellectuelle exigeante : les textes (littéraires ou pratiques), les images, les monuments, les restes matériels que nous a laissés cette période ne sont pas directement accessibles, et ils nécessitent des techniques variées pour être intelligibles.

Le Master Mondes Médiévaux de l’Université de Poitiers, adossé à un laboratoire de recherches pluridisciplinaire de haut niveau, le Centre d’Études Supérieures de Civilisation Médiévale (CESCM), propose une formation complète en études médiévales, qui n’exclut pas une spécialisation progressive dans une discipline (histoire, histoire de l’art, archéologie, études littéraires, philologie, épigraphie, musicologie). Comptant parmi les rares formations réellement interdisciplinaires en études médiévales proposées en France, visant l’excellence, ce master se veut aussi fortement tourné vers l’international – dimension qui pourra être encore renforcée par l’ouverture d’un master conjoint Erasmus Mundus, actuellement en projet.

Objectifs

L’objectif premier de la formation est de former de futurs chercheurs et enseignants de haut niveau dans les différents champs disciplinaires couverts par le diplôme. Au-delà de l’apprentissage formel, la formation vise toutefois à rendre les étudiants autonomes, à développer leurs propres capacités (de communication notamment) et leur propre stratégie intellectuelle. Ce faisant, le diplôme obtenu leur permettra d’occuper un emploi dans de nombreux domaines exigeant de la créativité, mais aussi des qualités d’analyse et de synthèse, bien au-delà de la spécialisation qu’ils auront acquise. En outre, l’étude du passé développe une intelligence du monde (logiques sociales, identité et relativité des cultures, langues variées), formant de véritables citoyens, capables d’une distance critique envers tout discours et tout type de relation humaine. Sans que l’étude du passé éclaire directement le présent, elle donne les moyens intellectuels d’être au monde de façon satisfaisante pour l’individu et pour la société.

Savoir-faire et compétences

Quelle que soit la discipline de prédilection de l’étudiant, il doit fréquenter et être capable d’aborder tous les types de sources médiévales, ce qui nécessite la compréhension de langues anciennes (latin ou langues vernaculaires, voire arabe), la maîtrise des règles du discours écrit (littéraire, épigraphique et diplomatique), la capacité à analyser les formes des monuments artistiques et des restes matériels vernaculaires ; une partie de cette analyse et la présentation des résultats passent par la maîtrise d’outils informatiques et numériques, dans la perspective des « humanités numériques », et par l’usage de langues étrangères modernes. Plus largement, la formation vise au développement de compétences analytiques, rédactionnelles et de synthèse.

Les + de la formation

Appuyée sur le « Centre d’Études Supérieures de Civilisation Médiévale » (CESCM), le master « Mondes médiévaux » entend offrir une formation transdisciplinaire d’excellence dans le domaine des études médiévales. L’ancrage provincial d’une telle offre, qui tire parti des recherches d’un laboratoire reconnu en France et à l’étranger et de ressources documentaires locales de première importance, le nombre des champs disciplinaires concernés (histoire, histoire de l’art, archéologie, lettres, philologie, épigraphie et musicologie) en font une formation sans équivalent aux échelles nationales et internationales.

Son originalité dans le paysage académique français tient aux diverses approches méthodologiques et à la familiarisation concomitante avec

– les écrits (littéraires et documentaires),

– les productions matérielles utilitaires,

– les œuvres d’art (peintures, sculptures)

– les mécanismes sociaux,

– les contacts et les échanges linguistiques et culturels

– les pratiques anthropologiques

et

– les dynamiques de l’histoire.

Par une insertion précoce dans les activités multiples du laboratoire (colloques, séminaires, semaines d’études médiévales, master class, conférences…), elle offre aux étudiants l’occasion d’une expérience peu commune et fortement tournée vers l’international, ainsi que l’opportunité de rencontres avec des chercheurs français et étrangers accueillis au Centre pour quelques jours ou pour des séjours de recherche de plusieurs mois.

Une formation tournée vers l’international

Le CESCM, unité mixte de recherche regroupant des chercheurs CNRS et des enseignants-chercheurs, jouit d’un vaste réseau de relations internationales du fait du rayonnement personnel de ses membres, des liens tissés avec les anciens étudiants des Semaines d’études médiévales, et de ceux noués avec de nombreux instituts étrangers, formalisés par des conventions de collaborations scientifiques. Outre des accords Erasmus conclus avec 66 universités européennes, des partenariats pédagogiques sont en cours avec les universités de Leeds et de Knoxville (Texas). Désireuse de développer la mobilité entrante, l’équipe pédagogique  entend déposer un projet de Master Erasmus Mundus.


La formation est conjointe aux UFR de Lettres et Langues et de Sciences Humaines et Arts.

Voir le site du master : http://sha.univ-poitiers.fr/master-mention-mondes-medievaux/