Archives par mot-clé : Moyen Âge

ACTUS CESCM 2022/1

Événements

 

De l’extraction à la taille : nouvelles données pétrographiques et techniques concernant les sarcophages de pierre du baptistère Saint-Jean à Poitiers

Par Thierry Grégor et Daniel Morleghem, Hôtel de l’Échevinage et des Grandes-Écoles le 19 janvier à 17h30.

***

[20-22 janv. 2022] : Effet de réel, effet du réel : la littérature médiévale au miroir des histoires

***

[24 janvier 2022] Les rencontres imago/2

***

[27 janv. 2022] : les RV du Moyen Âge


Appel à communication

 

[Appel à communication] : Le sang et la vertu. Noblesse de sang et noblesses d’âme au Moyen Âge (oct. 2023)

***

Appel à communications : Les états du corps en images (mai 2022)


Publications

 

Mobilités du lignage anglo-normand de Briouze (mi-XIe siècle-1326)

***

Nouvel article sur In-Scription : revue en ligne d’études épigraphiques  : Valentin Louineau propose une belle synthèse sur les inscriptions tracées sur la lame des épées au Moyen Âge : Écrire dans l’acier des lames : les inscriptions des épées médiévales (XIe-XVe siècles).

***

 Parution de l’ouvrage The Regional and Transregional in Romanesque Europe, avec Notre-Dame la Grande en couverture : Actes du cinquième congrès international bisannuel d’art roman de la British Archaeological Association (BBA), The Regional and Transregional in Romanesque Art and Architecture, accueillis à Poitiers en avril 2018.
 
 
Le numéro de janvier du Picton, qui contient plusieurs articles de collègues du CESCM. Voir la table des matières ICI

***

 
Jérome Devard annonce la mise en ligne du volume 12 de la revue numérique Miscellanea Juslittera dont il s’occupe au laboratoire POLEN (Univ. Orléans). Numéro thématique intitulé :  Le Songe du Vergier : une compilation juridico-littéraire du XIVe siècle au service du Pouvoir”. Tous les numéros en ligne à l’adresse suivante : www.juslittera.com

***

 
Composé de 17 articles, le dossier est publié en open access dans In-Scription : revue en ligne d’études épigraphiques, une revue hébergée par le CESCM, avec les contributions de Thierry Grégor, Estelle Ingrand-Varenne et bien d’autres épigraphistes in-scription.edel.univ-poitiers.fr/index.php
 

Participation à colloque

 

Le 31 janvier, Sarah Casano participe à Crises politiques
et discontinuité documentaire Webinaire (via Teams) : « Assurer la stabilité en temps de crise. Les serviteurs royaux et le couronnement de Louis IX. »


Pole documentaire

 

[27 janv. 2022] : Les Ateliers de la doc

***

Les nouvelles acquisitions de l’inscripthèque sont à retrouver ici https://epimed.hypotheses.org/2438 

***

Le travail de Robert Favreau dépasse largement les frontières de la discipline épigraphique, avec plus de deux cents articles et des dizaines de livres, mais il a paru important à Vanessa Ernst-Maillet après réflexion avec lui et les collègues d’épigraphie de créer une collection HAL : Robert Favreau et l’épigraphie médiévale.

Cette collection en ligne rassemble sa riche bibliographie et propose “en partie” un accès en ligne aux articles et ouvrages utile aux réflexions sur les inscriptions et plus généralement sur l’ensemble de la culture écrite du Moyen Âge. Voir la collection ICI


Divers

 

Nous avons le plaisir d’accueillir Stéphanie Thomas, IE en analyse de sources sur le poste de la photothèque à compter de lundi prochain 17 janvier.

***

Martin Lešák soutiendra sa thèse “Rome 795-844: Ritual spaces, presbytery mosaics and stational liturgy”, sous la direction d’Éric Palazzo et Ivan Foletti (Université de Brno), le 20 janvier 2022 à 14h, salle Guillemet, Hôtel Fumé (UFR SHA).

***

Le lundi 17 janvier à 21 heures (France 3) dans l’émission de “Secrets d’histoire” :  Martin Aurell présentera Richard Cœur de Lion, son action à Saint-Hilaire, le palais des ducs et Notre-Dame la Grande…

 

 

[27 janv. 2022] : Les Ateliers de la doc

Anne-Sophie Traineau-Durozoy (Conservateur au SCD de Poitiers, responsable du fonds ancien et du pôle Moyen Âge) et Martine Henrot (CNRS, bibliothèque du CESCM) proposent une nouvelle saison d’ateliers de formation d’une heure, visant à présenter les outils en ligne autour du Moyen Âge.

Christine de Pizan Multi-Tasking, par Mike Licht. Flickr.com. CC BY 2.0
  • Date : jeudi  27 janvier 2022 de 12h à 13h
  • Lieu : Pôle documentaire Berthelot du CESCM (rez-de-jardin)
  • Thématique :

 Les ressources en ligne sur l’Angleterre médiévale –

  • Intervenant.e.s :

– Harmony Dewez

– Anne-Sophie Traineau-Durozoy,

Public : étudiants (master 1 et 2), doctorants, enseignants-chercheurs, personnel (masque obligatoire)

Nous espérons vous y voir nombreux, cet atelier est ouvert à tous, destiné à échanger sur les ressources numériques et axé sur l’interactivité : vous êtes chaleureusement conviés à partager ce moment !

[Appel à communication] : Le sang et la vertu. Noblesse de sang et noblesses d’âme au Moyen Âge (oct. 2023)

Appel à communications : Le sang et la vertu.
Noblesse de sang et noblesses d’âme au Moyen Âge

Colloque international – Poitiers, 12-14 octobre 2023

CESCM – UMR 7302 et CRM – UMR 8596

Call for papers: Blood and Virtue.
Nobility of Blood and Nobilities of soul in the Middle Ages

International colloquium – Poitiers, 12th-14th October 2023

CESCM – UMR 7302 and CRM – UMR 8596

            L’existence, au Moyen Âge, d’une catégorie sociale disposant d’une situation élevée en raison de sa naissance est un véritable lieu commun. Dès le VIIe siècle, Isidore de Séville, jouait sur notus (de gnosco, « connaître ») et sur ses dérivés notabilis et nobilis, et définissait le noble comme « celui dont le nom et la famille sont connus ». Cependant, alors que cette qualité se transmet de manière héréditaire, la prééminence sociale de la noblesse est aussi justifiée par les qualités et les vertus éminentes de ses membres. Vers 1030, Wolfhere de Hildesheim rappelle, dans sa Vita Godehardi, que « nul ne doit être considéré comme noble s’il ne peut prouver avoir été anobli par la vertu ». Les auteurs du XIIe siècle reprennent longuement cette idée, s’appuyant sur les écrivains de l’Antiquité et notamment sur un célèbre passage des Satires de Juvénal : « À quoi bon les arbres généalogiques ? À quoi sert d’être célèbre en raison d’une longue suite d’aïeux ? La seule noblesse est la vertu ».

Cette contradiction est réutilisée à l’envi par les clercs qui, en opposant la noblesse de sang et la noblesse d’âme, entendent critiquer la conduite des aristocrates pour leur proposer un modèle comportemental davantage en accord avec la doctrine chrétienne ou encore mettre en exergue les qualités suréminentes d’une personnalité dépourvue de noblesse de sang mais revêtue de sainteté. D’autres penseurs résolvent assez facilement ce paradoxe apparent grâce à l’idée d’une transmission par le sang d’une prédisposition à la vertu. Si Jean de Meung, dans le Roman de la Rose, affirme d’abord « Nul n’est noble s’il n’est attentif aux vertus […] Noblesse vient des qualités de cœur. Car noblesse de lignage n’est pas noblesse qui vaille si la bonté du cœur y faille », il ajoute ensuite « Aussi, en eux doit reparaître la grandeur d’âme de leurs parents qui conquirent la noblesse par leurs grands exploits ». Le consensus autour de la supériorité de la noblesse d’âme sur la noblesse de sang se traduit par une attente sociale de l’existence de ces qualités éthiques chez ceux à qui l’on reconnaît une prééminence héréditaire. Cela implique également la possibilité de sa perte comme le souligne Jean Miélot, traduisant le De nobilitate de Buonaccorso de Montemagno : « Cuides-tu que on doive appeler ceulx cy nobles, desquelz la vie a este plus meschant de tant quilz ont estaient en eulx la plus excellente lumiere de noblesse ? » La réponse est sans appel : « Ilz ont deservi d’estre appellez non pas seulement non nobles, mais tres obscurs et descongneus ». La valeur sociale du sang et de la naissance est donc contrebalancée par le comportement individuel qui rejaillit sur chaque dynastie nobiliaire.

            Partant du constat que la tension entre sang et vertu dans la conception de la noblesse mérite encore d’être approfondie, tout comme du besoin de faire la synthèse des recherches souvent éparses sur ces questions, une première journée de prospection a été tenue en mai 2021. Il est apparu que la dimension éthique de la représentation de la noblesse offrait un champ d’étude encore en partie à explorer, et qu’il s’agissait d’une voie d’approche particulièrement riche et prometteuse pour renouveler les travaux consacrés à la noblesse. Le projet de colloque issu de ces premières réflexions a pour objet d’examiner la manière dont s’articulent, dans la Chrétienté latine médiévale, noblesse héréditaire et noblesse d’âme. Il invite les participants à se pencher sur les représentations mentales partagées ou, au contraire, antithétiques, que les non-nobles et les nobles pouvaient avoir de la dimension éthique du rôle social de ces derniers. Il appelle à une approche largement interdisciplinaire, dans la mesure où ces thématiques relèvent de l’histoire, de l’histoire de l’art, de l’histoire du droit et de la littérature. Le cadre temporel et géographique doit amener à saisir aussi bien les continuités que les évolutions ou les spécificités régionales.

Nous proposons trois axes de réflexion pour ce colloque :

  • Axe 1 : La noblesse d’âme des nobles de sang.
  • Axe 2 : La noblesse d’âme comme fait social.
  • Axe 3 : La noblesse d’âme comme critère de noblesse.

Axe 1 : La noblesse d’âme des nobles de sang.

            Ce premier axe questionne les conceptions théoriques de la noblesse d’âme et de la vertu qui est attendue de la part des nobles. À quoi correspondent ces qualités éthiques que l’on exige des nobles ? Quels sont les comportements attendus d’un noble qui permettent de justifier sa suprématie sociale ? Peut-on parler d’une position univoque de la société face à ces attentes ? Existe-t-il des modèles concurrents ? Comment le noble vertueux ou, au contraire, son antithèse est-il représenté dans l’iconographie ou la littérature ? Comment pense-t-on les rapports entre la virtus qui se transmet de manière héréditaire et les actes bons qui relèveraient du libre arbitre individuel ?

Axe 2 : La noblesse d’âme comme fait social.

            Il s’agit ici de s’interroger sur la manière dont ces conceptions théoriques se traduisent dans les faits. Les nobles se sentent-ils tenus par des obligations éthiques ? La dialectique entre le sang et la vertu est-elle reflétée par le système de valeurs que les nobles se transmettent de génération en génération ? Se traduit-elle dans ses engagements politiques et religieux ? Qu’en est-il des communautés non-chrétiennes au sein de la Chrétienté latine ?

Axe 3 : La noblesse d’âme comme critère de noblesse.

            Ce troisième axe entend s’interroger sur la noblesse d’âme en tant que critère discriminant au sein du groupe social nobiliaire, mais aussi de la société toute entière. La reconnaissance de qualités éthiques peut-elle entraîner un anoblissement ? Le mérite éthique facilite-t-il l’intégration à la noblesse ? Est-il perçu comme déterminant dans l’ascension sociale ? Quelle est la part de l’aspect éthique dans l’existence de professions anoblissantes ou, au contraire, dérogeantes ? Quelle part tient l’absence de ces « qualités de cœur » dans la déchéance d’un noble ? Est-il possible de perdre son appartenance à la noblesse pour des raisons d’ordre exclusivement moral ? La chute d’un individu entraîne-t-elle la damnatio memoriae de toute sa maison ? Existe-t-il des possibilités de regagner sa noblesse après une déchéance ? Qu’en est-il des enfants d’un noble déchu ? Comment cela se traduit-il aussi bien symboliquement que concrètement ?

The existence, in the Middle Ages, of a social category with a high situation because of its birth is commonplace. As early as the 7th century, Isidore of Seville played on notus (adjectivized past participle of gnosco, “know”) and its derivatives notabilis and nobilis, and defined the noble as “Someone whose name and family are known”. However, while this quality is inherited, the social pre-eminence of the nobility is also justified by the outstanding qualities and virtues of its members. Around 1030, Wolfhere of Hildesheim recalled that “no one should be considered noble if he cannot prove that he was ennobled by virtue”. The authors of the twelfth century take up this idea at length, relying on the writers of Antiquity and in particular on a famous passage of the Juvenal’s Satires: “What is the point of family trees? What is the point of being famous because of a long chain of ancestors? The only nobility is the virtue”.

This contradiction is reused nonstop by the clerics, who in opposing the nobility of blood and the nobility of soul, intend to criticize the conduct of the aristocrats to propose them a behavioral model closer with the Christian doctrine or to emphasize the overbearing qualities of a personality devoid of blood nobility but holy. Other thinkers quite easily resolve this apparent paradox through the idea of a blood transmission of a predisposition to virtue. If Jean de Meung, in the Roman de la Rose, first of all, affirms “No one is noble unless he is attentive to virtues… Nobility comes from qualities of the heart. For nobility of lineage is not nobility that is worth if the goodness of the heart fails it”, he then adds “Also in them must reappear the greatness of soul of their parents who conquered the nobility by their great exploits”. The consensus around the superiority of soul nobility over blood nobility results in a social expectation of the existence of these ethical qualities in those to whom we recognize a hereditary pre-eminence. This also implies the possibility of his loss. The social value of blood and birth is therefore counterbalanced by the individual behavior that reflects on each nobiliary dynasty.

Starting from the observation that the tension between blood and virtue in the conception of the nobility still deserves to be dealt in depth and the need to synthesize the often-scattered research on these questions, the first day of prospecting was held in May 2021. It appeared that the ethical dimension of the representation of the nobility offered a field of research still in part to be explored and that it was a particularly rich and promising approach to renew the nobility studies. The purpose of the draft colloquium resulting from these first reflections is to examine how are articulated, in medieval Latin Christianity, hereditary nobility and nobility of soul. It invites the participants to consider the shared or, on the contrary, antithetical mental representations that non-nobles and nobles could have of the ethical dimension of the latter’s social role. It calls for a broadly interdisciplinary approach, insofar as these themes relate to history, art history, the history of law, and literature. The temporal and geographical framework must make it possible to grasp both continuities and regional developments or specificities.

We propose three themes of reflection for this colloquium:

  • Theme 1: Blood nobles’ Nobility of soul.
  • Theme 2: Nobility of soul as a social fact.
  • Theme 3: Nobility of soul as a criterion of nobility.

Theme 1: Blood nobles’ Nobility of soul.

This first theme questions the theoretical conceptions of the nobility of soul and the virtue that is expected from the nobles. To what do these ethical qualities which are demanded of nobles correspond? What are the expected behaviors of a nobleman that justify his social supremacy? Can we speak of a firm’s unequivocal position in the face of these expectations? Are there competing models? How is the virtuous noble or, on the contrary, its antithesis represented in iconography or literature? How do we think about the relationship between the virtues that are passed on hereditary and the good acts that would come under an individual free will?

Theme 2: Nobility of soul as a social fact.

The question here is how these theoretical conceptions are translated into reality. Do nobles feel bound by ethical obligations? Is the dialectic between blood and virtue reflected in the system of values that the nobles pass on from generation to generation? Does it translate into its political and religious commitments? What about the non-Christian communities within Latin Christendom?

Theme 3: Nobility of soul as a criterion of nobility.

This third theme aims to question the nobility of the soul as a discriminating criterion within the aristocratic social group, but also within society as a whole. Can the recognition of ethical qualities lead to an anomaly? Does ethical merit facilitate integration into the nobility? Is it perceived as a determinant of social ascension? What is the share of the ethical aspect in the existence of ennobled or, on the contrary, derogatory professions? What part does the absence of these «qualities of heart» play in the decline of a nobleman? Is it possible to lose one’s nobility for exclusively moral reasons? Does the fall of an individual lead to the damnatio memoriae of his entire house? Are there opportunities to regain nobility after a forfeiture? What about the children of a fallen nobleman? How does this translate both symbolically and concretely?

Période/Period : Ve-XVe siècles/5th-15th centuries

Espace/Area : Chrétienté latine/The Latin West

Lieu/Place : Poitiers, CESCM.

Date/Date : 12-14 octobre 2023/12th-14th October 2023

Modalités d’intervention/Communication form

Les communicants interviendront sur une durée de 30 minutes qui sera suivie d’un temps de discussion.

Papers will be 30 minutes each, followed by a discussion.

Modalités de soumission/Submission form

Les propositions de communication devront correspondre aux thèmes de réflexion développés ci-dessus. Elles prendront la forme d’un résumé (300-500 mots), accompagné d’un titre provisoire. Elles devront être soumises par email en format Word ou OpenOffice (.doc, .docx, .odt) aux organisateurs avant le 1er juin 2022.

The communication proposals should correspond to the themes of reflection developed above. They will take the form of a summary (300-500 words), accompanied by a provisional title. They must be submitted by email in Word or OpenOffice format (.doc, .docx, .odt) to the organizers before 1 June 2022.

Organisateurs/Organizers

Édition/Publication

Les actes de ce colloque, accompagnés de ceux de la journée d’étude de prospection du 8 mai 2021, seront publiés.

The proceedings of this colloquium, along with those of the exploration Study day of May 8th, 2021, will be published.

Mobilités du lignage anglo-normand de Briouze (mi-XIe siècle-1326)

Amélie Rigollet

Mobilités du lignage anglo-normand de Briouze (mi-XIe siècle–1326)

Turnhout : Brepols, 2021 (Histoires de famille. La parenté au Moyen Âge-HIFA 22)

ISBN: 978-2-503-59248-0 / 519 p., 79€

La famille de Briouze se désigne elle-même, depuis le milieu du XIe siècle, par un toponyme, en référence au centre originel de sa puissance territoriale. Le qualificatif d’« anglo-normand » employé pour désigner le lignage de Briouze permet d’évoquer sa double appartenance culturelle. Le lignage dépasse cette acception binaire en s’implantant dans les régions annexées par la couronne anglaise. Les Briouze sont des seigneurs transrégionaux, puisqu’au gré des conquêtes, ils construisent un vaste patrimoine transmaritime, morcelé à l’intérieur du monde anglo-normand.

Relier les parcours individuels et les stratégies lignagères aux évolutions d’ensemble : cette démarche permet de saisir la complémentarité des phénomènes à des échelles variées pour discerner les particularismes propres aux Briouze. L’interconnexion entre expansion territoriale, ascension sociale et loyauté envers la royauté est l’une des caractéristiques de leur histoire. Cette dernière est écrite par le recoupement d’actes collectés dans les fonds ecclésiastiques et les archives du pouvoir souverain, croisés aux discours produits par l’historiographie médiévale. Les discontinuités coïncident avec l’évolution de la structure du lignage et des rapports entre la famille et le pouvoir.

La capacité d’adaptation – ou l’inadaptation – du lignage de Briouze aux différentes formes de mobilités, question centrale de cet ouvrage, transparaît dans leur aptitude à affronter et surmonter les situations de crise. À l’intersection des formes de mobilités aux évolutions distinctes – politique, sociale, culturelle et économique – se trouve la mobilité géographique, trait d’union entre ces transformations différenciées ainsi imbriquées. Chaque rupture, chaque chute du lignage éclate sous la pression du pouvoir politique mais survient lorsque les possibilités d’expansions territoriales sont contrariées ou empêchées.
Docteure en histoire médiévale, chercheuse associée au CESCM.

 

Table of Contents

Remerciements
Table des matières
Abréviations
Préface

Introduction. Sur les traces des Briouze

Première partie : 1066-1175

Des seigneurs pionniers
Briouze, du toponyme à la topolignée
La seigneurie nouvelle de Briouze aux confins du duché
Guillaume Ier de Briouze (c. 1030-c. 1095), de Briouze à Bramber, gardien des frontières du monde anglo-normand
La fidélité des Briouze face à l’instabilité du pouvoir (1087-1154)
Conclusion : Distance entre les Briouze et le pouvoir royal

Tripolarité castrale
Briouze, en bordure du marais du Grand Hazé
Bramber, dans l’estuaire de l’Adur
Radnor, sur un éperon rocheux de la Radnor Forest
Conclusion : À la conquête de l’ouest

Fondations bénédictines
Le fief de Briouze, entre idéal aristocratique et réalité monastique
La seigneurie de Bramber, un nouvel enjeu très attractif
Conclusion : Décentrement du dominium

Polarisation des affinités
Une topolignée mobile au gré des stratégies matrimoniales
La parenté de Briouze, un réseau égocentré
Identifier les réseaux de fidélité dans l’entourage seigneurial
Conclusion : Typologie de la polarisation des affinités

Gérer la dispersion des richesses foncières
Le capital : les terres recensées par les enquêtes royales
Les ressources : profits complémentaires issus du domaine
Le personnel : délégation de la gestion des terres éparses
Les charges : indices d’une stratégie d’extension territoriale
Conclusion : Gérer le polycentrisme territorial

Deuxième partie : 1175-1211

De pionnier à occupant, expansion castrale dans la marche de Galles
Densification de l’implantation galloise
Les Briouze, gardiens et protecteurs de châteaux de la marche
Conclusion : Être seigneur dans une région frontalière hybride

Portrait historiographique de Guillaume III, seigneur de la marche
Un guerrier cruel
Un chevalier pieux, protecteur de l’Église galloise
Conclusion : Portrait ambivalent d’un seigneur de la marche

Guillaume III de Briouze, « favori » du roi Jean (1199-1207)
Les étapes de la faveur royale
Guillaume III a-t-il les moyens de ses ambitions ?
Conclusion : Les prémices de la disgrâce

Prévalence de la parentèle dans l’entourage de Guillaume III de Briouze
Importance des Saint-Valéry
Placer ses parents
Conclusion : Un réseau familial en clair-obscur

L’obsession irlandaise
La mémoire d’un échec familial (1177)
Guillaume III de Briouze obnubilé par Limerick
Les absents ont toujours tort
Conclusion : « Risquer les périls de la Fortune »

La Fortune destructrice : récits d’un déclin
Les motifs narratifs de la chute
Les récits de la chute, critiques voilées du pouvoir royal
Mathilde de Briouze, cible de la disgrâce
Guillaume IV le Jeune, l’oublié des récits
Dualité des contestations de Gilles de Briouze, évêque rebelle
Conclusion : Une vérité insaisissable

Troisième partie : 1211-1326

Altérités (1211-1232)
Quand le parent devient Autre
Altération de l’autorité familiale divisée
Quand l’Autre devient parent  
Conclusion : Un patronyme, deux sous-lignées

Ève de Briouze et ses filles (1230-1246)
Ève, épouse de Guillaume V de Briouze et dame de la Marche
Les quatre filles d’Ève, objets de convoitise
Ève, une jeune veuve dynamique et autonome
Conclusion : Extinction de la sous-lignée cadette

Chevaliers au lion (mi-XIIIe siècle-1326)
La figure du chef : expression de la domination seigneuriale
Guillaume VI, un loyal partisan du roi
Le lion combattant pour la lutte du Bien contre le Mal
Emblème du chevalier chrétien
Conclusion : Identité et mémoire familiale

L’attachement des vassaux
Implantation des lignées vassaliques
Servir les seigneurs de Briouze
Conclusion : Des liens d’affection durables

Dislocation de la puissance seigneuriale
Jean de Montbray, le substitut
Le Gower et la remise en cause de l’autorité des Briouze
La réaction des Briouze
Conclusion : Collision de trajectoires

Conclusion : Progressions du lignage de Briouze

Annexe 1: Actes émis par les seigneurs de Briouze
Annexe 2: Les possessions anglaises de Guillaume Ier de Briouze selon le Domesday Book
Annexe 3: Itinéraire de Guillaume III de Briouze, témoin royal (1194-1207)
Annexe 4: Enquête menée en 1319 sur les terres de Guillaume VII de Briouze, seigneur de Gower

Sources et Bibliographie

Table des figures

[27 janv. 2022] : les RV du Moyen Âge

Histoire de la médecine

Le diagnostic différentiel au Moyen Âge

Par Laetitia Loviconi (Maître de conférences EPHE)

Le diagnostic différentiel constitue       une démarche clé de la pratique médicale, s’appuyant sur la sémiologie et la nosologie.


Lieu : CESCM (salle Crozet, 24 rue de la chaîne – POITIERS)

En distanciel : https://univ-poitiers.webex.com/univ-poitiers/j.php?MTID=mf23a3276c9f74f2fa774f13fefdab070

Date : jeudi 27 janvier 2022 à 18h30

Entrée libre, pass sanitaire obligatoire

Pour voir l’affiche ICI

 

Contact : anne.sophie.traineau.durozoy@univ-poitiers.fr
05 49 45 32 91