Archives par mot-clé : Moyen Âge

[7 mai 2021] STEMMATA QUID FACIUNT ? NOBLESSE D’AME OU DE SANG AU MOYEN ÂGE

Journée d’étude, CESCM (Poitiers), le vendredi 7 mai 2021

Dir. Martin Aurell et Clément de Vasselot

Journée d’étude en présentiel au CESCM, salle Crozet, dans la limite des places disponibles dans le respect des consignes sanitaires.

La journée sera retransmise en distanciel, les personnes intéressées doivent contacter l’adresse suivante : clement.devasselot@univ-angers.fr pour obtenir un accès à la salle virtuelle.

 

« À quoi bon les arbres généalogiques ? À quoi sert d’être célèbre en raison d’une longue suite d’aïeux ? La seule noblesse est la vertu. » Cité à satiété par les intellectuels du XIIe siècle, le célèbre passage des Satires de Juvénal résume une croyance fort répandue dans leur milieu. Cette idée est-elle spécifique à quelques clercs savants, férus de classiques latins et défenseurs de l’idée paulinienne de l’égalité radicale des baptisés « ne faisant qu’un dans le Christ » (Gal 3, 28) ? À l’encontre de la taxinomie sociale de l’époque, une telle conception ne leur serait-elle pas exclusive ?

N’en déplaise à Juvénal et à ses commentateurs médiévaux, la généalogie compte pour beaucoup dans la conscience que les nobles ont d’eux-mêmes, alors que leurs aïeux héroïques leur semblent bien supérieurs au commun des mortels. Au sein du lignage, la transmission onomastique ou héraldique corrobore une filiation prestigieuse. Il en va encore davantage avec le domaine familial, doté d’un château, symbole de leur seigneurie, et d’une nécropole où reposent les ancêtres. De longue date, les médiévistes suivent ces pistes. La prosopographie les pousse à structurer chaque lignage dans un tableau de filiation, et à retracer les réseaux consolidant sa domination. Ils définissent ainsi la noblesse en fonction de son monopole de la guerre, de son autorité sur les hommes et de sa possession de la terre. Sa capacité à transmettre à sa descendance l’héritage ancestral leur semble capitale.

Au-delà de ses biens matériels, l’aristocratie médiévale perdure à cause d’une large reconnaissance sociale. Elle devient ainsi « noblesse », selon la vieille définition des Étymologies d’Isidore de Séville, qui joue sur notus (participe passé adjectivé de gnosco, « connaître ») et sur ses dérivés notabilis et nobilis pour conclure : « Le noble est celui dont le nom et la famille sont connus. » Cette reconnaissance sociale est la réputation ou fama, le regard qu’autrui porte sur chacun. Elle se mêle inextricablement de l’honneur, mais aussi de la honte (verecundia) qu’entraîne sa perte. C’est pourquoi le comportement individuel rejaillit sur chaque dynastie nobiliaire. « Dans les nobles doit reparaître la grandeur d’âme de leurs ancêtres qui conquirent la noblesse par leurs exploits », affirme Jean de Meung. La prééminence sociale dépend étroitement de la vertu, qu’on conçoit certes comme la qualité découlant des actes bons posés par le libre arbitre individuel, mais aussi comme une virtus ou force charismatique se transmettant de père en fils dans quelques lignées privilégiées.

 

Programme

 

9h-9h30 – Martin AURELL (Univ. Poitiers) et Clément de VASSELOT (Univ. Angers) : Introduction

9h30-10h – Michel FAUQUIER (Institut Albert-le-Grand, Université de Poitiers, Rennes School of Business) : Faut-il être noble pour être saint ? Les faux-semblants de l’hagiocratie à travers l’exemple mérovingien

10h-10h30 : Discussion

10h30-10h45 : Pause

10h45-11h15Guy PERRY (Univ. Oxford) : Advertising virtue and minimizing vice : the case of the house of Brienne, c.950-1356

11h15-11h45 : Discussion.

11h45-12h15 – Gregory LIPPIATT (Univ. Exeter) : Creating Real Crusading Dynasties : The Montforts and the Briennes around the Mediterranean in the Thirteenth Century

12h15-12h30 : Discussion

 

14h00-14h30Rodolphe BILLAUD (ICES) : Le futur Édouard Ier et les faiblesses du lignage noble en Angleterre au milieu du XIIIe siècle

14h30-15h : Discussion.

15h-15h30 : Charles de MIRAMON (CNRS) et Maaike van der LUGT (Univ. Versailles) : L’angoisse de la descendance. Noblesse, hérédité et eugénisme à la fin du Moyen Âge

15h30-16h : Discussion

16h-16h15 : Pause

16h15-16h45Adriane BOUSSAC (EPHE) : Pour faire cas vilain homme noble perd sa noblesse. Théories et pratiques de la déchéance de la noblesse dans le royaume de France à la fin du Moyen Âge

16h45-17h15 : Discussion.

17h15-17h45  – Thierry DUTOUR (Sorbonne Univ.) : Nous sommes esgaulx à peu près. Les incertitudes de la justification de la supériorité nobiliaire à la fin du Moyen Age en France

17h45-18h : Discussion. Fin du colloque

 

Liste d’adresses e-mails

Martin Aurell : Martin.aurell@univ-poitiers.fr

Rodolphe Billaud : drrodbillaud@gmail.com

Adriane Boussac : adriane.boussac@ephe.psl.eu

Thierry Dutour : dutour@me.com

Michel Fauquier : michel.fauquier@orange.fr

Gregory Lippiatt : gemlippiatt@gmail.com

Maike van der Lugt : maaike.vanderlugt@uvsq.fr

Charles de Miramon : miramon@ehess.fr

Guy Perry : guy.perry@keble.ox.ac.uk

Clément de Vasselot : clement.de.vasselot@univ-poitiers.fr

Les portails romans de Bourgogne

Les portails romans de Bourgogne : thèmes et programmes

Marcello Angheben

Turnhout : Brepols, 2021

Art History (Outside a Series) (STAH), 479 p., 100€

ISBN : 978-2-503-58435-5

L’ouvrage examine l’iconographie de l’ensemble des portails romans de Bourgogne en les abordant de manière sérielle, en fonction de leurs thèmes, avant de les considérer séparément comme autant de programmes uniques.

Dans le domaine de la sculpture romane, la Bourgogne est incontestablement l’une des terres les plus fécondes, avec des centaines de chapiteaux et une cinquantaine de portails historiés. L’iconographie de ces portails n’a pourtant jamais fait l’objet d’une étude d’ensemble. Cet ouvrage vient donc combler cette lacune à travers une démarche originale consistant à étudier séparément les thèmes et les programmes. Cette méthode, qui a déjà montré sa pertinence dans l’analyse des chapiteaux romans de Bourgogne, permet de comprendre les programmes les plus rudimentaires à travers ceux qui intègrent des composantes iconiques plus explicites, et tenter ainsi de dégager les sens génériques partagés par la totalité ou la majorité des œuvres appartenant à la même série. Il est alors plus aisé de dégager dans un second temps les significations plus spécifiques des programmes à travers une approche monographique.

Le premier chapitre de l’ouvrage, consacré à la genèse et au développement des portails romans de Bourgogne, vise à les situer dans leur contexte chronologique et artistique. Les chapitres centraux, qui constituent le cœur de l’étude, traitent des thèmes principaux en les confrontant aux textes, à la tradition iconographique et au contexte historique et culturel, pour pouvoir déterminer le plus précisément possible la part de leur vaste champ sémantique privilégiée par les concepteurs : l’Ascension et les théophanies dérivées de l’Ascension, le Jugement dernier, la Pentecôte de Vézelay et la Vierge à l’Enfant. Le sixième et dernier chapitre aborde chaque portail du corpus dans l’ordre alphabétique en reprenant brièvement les conclusions issues des chapitres précédents et en approfondissant les traits originaux des programmes. Cet ouvrage offre ainsi pour la première fois un panorama exhaustif et une étude approfondie de l’iconographie des portails romans de Bourgogne.

Marcello Angheben est maître de conférences habilité à diriger des recherches à l’Université de Poitiers et membre du CESCM. Ses recherches portent principalement sur l’art des XIe-XIIIe siècles et plus particulièrement sur l’iconographie. Il a écrit un livre sur la sculpture romane de Bourgogne et deux livres sur le Jugement dernier. Ses travaux portent actuellement sur les décors des sanctuaires et leurs rapports avec la liturgie et la dévotion, et sur les peintures de la nef de Saint-Savin-sur-Gartempe au sujet desquelles il prépare une monographie collective.

Voir la table des matières ICI

 

[2-3 juin 2021] : Indexer les images médiévales : du langage documentaire à la recherche scientifique

Indexer les images médiévales : du langage documentaire à la recherche scientifique

Dates : 2 et 3 juin 2021

Lieu : CESCM-Poitiers / Distanciel

Les journées auront lieu au CESCM, selon les mesures sanitaires en vigueur. Les personnes désirant participer aux journées à distance recevront les informations de connexion par mail. Pour assister aux journées, en présence ou à distance, merci de vous inscrire.

Inscriptions et informations : phototheque.cescm@univ-poitiers.fr

PROGRAMMATION

 

Mercredi 2 juin

9h : Accueil des participants

9h30-10h : Pamela NOURRIGEON (Univ. Poitiers) : Introduction

10h-10h45 : Marcello ANGHEBEN (Univ. Poitiers) : La Tour de Babel de l’indexation des images médiévales : réflexions sur la conception des thésaurus

Pause

11h00-11h45 : Pierre-Olivier DITTMAR (EHESS) : L’indexation comme performance et prétexte

11h45-12h15 : Elise HADDAD (EHESS) : Bases de données et sérialité des images : un usage statistique

Repas

14h-14h45 : Angélique FERRAND (Univ. Nantes) : Indexer, localiser, contextualiser les images médiévales pour mieux saisir leurs dynamiques : mise en réseau(x) des signes du Zodiaque figurés en contexte ecclésial

14h45-15h30 : Raphaël DEMES (Univ. Lille) : De l’image au texte. Réflexions sur la formalisation des informations à partir d’une base de données sur l’iconographie du paon et du phénix au Moyen Âge

Pause

15h45-16h30 : Catherine FERNANDEZ (Univ. Princeton) : L’iconographie in-situ et l’articulation digitale de l’espace : Nouveaux développements à l’Index of Medieval Art

 

Jeudi 3 juin 2021

 

9h00-9h45 : Ismérie TRIQUET (Univ. Rouen) : Indexer les images des mondes normands et anglo-normands issues des manuscrits médiévaux

9h45-10h30 : Cristina CABADA GIADAS (Univ. Saint-Jacques de Compostelle) : Une expérience d’indexation fine

Pause

10h45-11h30 : Marie-Thérèse CAMUS (Univ. Poitiers) et Tancredi BELLA (Univ. Catane) : Un apport capital dans la connaissance de l’art médiéval au XIXe siècle : la collection Fernand de Dartein au CESCM, indexation

Repas

14h-16h : Séance d’indexation collective

Pause

16h-17h : Discussions et perspectives


Les journées auront lieu au CESCM, selon les mesures sanitaires en vigueur. Les personnes désirant participer aux journées à distance recevront les informations de connexion par mail. Pour assister aux journées, en présence ou à distance, merci de vous inscrire.

Inscriptions et informations : phototheque.cescm@univ-poitiers.fr

Journées d’études organisées par :

Photothèque du CESCM, Université de Poitiers. – 24, rue de la Chaine, POITIERS

             

[29 avril 2021] Journée d’études : Les cryptes romanes et leur décor peint

Journée d’études organisée par le CESCM, sous la coordination de Marcello Angheben et Claire Boisseau
 

Date :  Jeudi 29 avril 2021 – 9h / 17h30

En visioconférence : lien de connexion

La journée se déroule en présentiel (Poitiers, hôtel Berthelot – 24 rue de la chaîne – salle Crozet), pour les étudiants de Master 1 Mondes médiévaux (séminaire Histoire de l’art II, coordonné par Marcello Angheben), sur inscription préalable :
marcello.angheben@univ-poitiers.fr, claire.boisseau@univ-poitiers.fr

Programme :

 

• 9h – Accueil et présentation de la journée

• 9h30 – Christian Sapin (Directeur de recherche émérite CNRS, UMR Artehis, Auxerre-Dijon) : Architecture, fonctions et circulations

• 10h10 – Marcello Angheben (Maître de conférence en histoire de l’art, Université de Poitiers / CESCM) : Présentation des problématiques : les exemples italiens

10h50 – Pause

• 11h10 – Carolina Sarrade (Archéographe, ingénieure d’études, Université de Poitiers / CESCM) : La crypte de Saint-Savin : approche technique

• 11h50 – Claire Boisseau (Doctorante, Université de Poitiers / CESCM) : Comprendre les peintures de la crypte de Saint-Savin à la lumière du culte des saints

 

• 14h – Amaëlle Marzais (Doctorante contractuelle, Université de Tours / CESR, en codirection avec le CESCM) : La crypte de Tavant : architecture et décor peint

• 14h40 – Géraldine Fray (Conservatrice-restauratrice de peinture murale, EURL FRAY) : Bilan sanitaire de la crypte de Notre-Dame-la-Grande : une stabilité précaire

15h20 – Pause

• 15h40 – Claudine Landry (Docteure en histoire de l’art) : Le décor de la crypte de l’église Notre-Dame de Montmorillon

• 16h20 – Cécile Voyer (Professeure d’histoire de l’art, Université de Poitiers, CESCM) : Le décor peint de la crypte de la collégiale de Saint-Aignan-sur-Cher, une image de la confession

• 17h – Conclusions

Contacts :

marcello.angheben@univ-poitiers.fr

claire.boisseau@univ-poitiers.fr

Voir le programme ICI 


       

Actus CESCM 2021/2

Événements

 

[26 mars 2021] : Atelier interdisciplinaire du CESCM

***

 

[29 mars-2 avril 2021] : Les médiévistes face aux médiévalismes : rejet, accompagnement ou appropriation ?

 


Publications

 

Excalibur, Durental, Joyeuse : la force de l’épée

***

Cahiers de civilisation médiévale 64 (fascicule 253)

***

Dans le dernier Microscoop une double page sur la photothèque par Pamela Nourrigeon en lien ICI

 


Divers

 

Louisa Foroughi, Assistant Professor, Lafayette College, USA est chercheuse invitée au CESCM de février à août 2021. Nous l’avions déjà accueillie au CESCM en 2019.

Lire l’interview ICI

***

Monsieur Palazzo participe à un colloque en l’honneur d’Herbert Kessler, Une mirada perspicaz al arte medieval. Homenaje a Herbert L. Kessler, Aguilar de Campoo, 21-23 de octubre de 2021, intervention intitulée : Anochronic Limitotions: A Medieval Reflection on the Scuolo di Son Giorgio degli Schiovoni

Centre d'Études supérieures de civilisation médiévale (UMR 7302)

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search