Archives par mot-clé : Livres d’Heures

Soutenance de thèse de Maria Paola Corti, CESCM (15 décembre 2014)

 

Poitiers, UFR Sciences Humaines et Arts, CESCM, Salle Crozet, lundi 15 décembre 2014, 14 heures.

Soutenance de la thèse « Le livre d’heures de Catherine de Clèves, duchesse de Gueldre », par Maria Paola CORTI, en vue de l’obtention du diplôme de Doctorat Sciences du temps et de l’espace, sous la direction conjointe des Professeurs Martin Aurell et Anne-Marie Legaré.

Membres du jury : Françoise AUTRAND (Présidente du jury), Martin AURELL, Anne-Marie LEGARÉ, Josefina PLANAS et Wim BLOCKMANS.

 Heures_Catherine_Cleves

Le livre d’heures de Catherine de Clèves, duchesse de Gueldre, est le point de départ d’une réflexion interdisciplinaire menée par Maria Paola Corti, à la croisée de l’histoire et de l’histoire de l’art. L’observation d’une similitude entre deux représentations du Christ voilé, présentes à la fois dans le livre d’heures de Catherine de Clèves et dans celui de son grand-père Jean Ier de Bourgogne, attisa sa curiosité et initia son questionnement. A partir d’un corpus élargi à une trentaine de manuscrits, produits par la parenté bourguignonne de Catherine de Clèves, l’image est conçue comme un instrument de proclamation de l’identité personnelle et familiale, selon une démarche à la fois identitaire et mémorielle. A la recherche des liens de parenté dans l’iconographie des livres d’heures, Maria Paola Corti examine méticuleusement les emblèmes, les couleurs et les diverses symboles représentant les ancêtres, placés au cœur de figurations pieuses. Elle introduit le concept novateur de « groupe-mémoire », forme de culture communautaire du lignage. Le livre d’heure est considéré comme un lieu vivant de mémoire personnelle, un locus memoriӕ. Ainsi, Maria Paola Corti constate la prédominance de références aux armes paternelles dans les livres d’heures féminins, privilégiées par rapport à celles de l’époux. La dévotion est cependant une activité de couple, unissant spirituellement les conjoints. Le livre d’heure est un objet de dévotion intime, sans ostentation, un objet qui agit sur l’individu au moment de la prière. La « performativité » de la prière est aperçue dans la gestuelle précisée par les rubriques des ouvrages. L’analyse de la possession et la circulation du livre révèle son usage en tant que lien de sociabilité.

Plusieurs points et interrogations soulevés par cette thèse ouvrent de nouvelles pistes d’approfondissement, telles la notion d’ « image-portrait », l’archéologie du livre, ou encore la transmission des livres par héritage. Maria Paola Corti réussit un véritable « tour de force » géographique et linguistique, en rédigeant sa thèse depuis le Chili où elle enseigne à l’université. Elle écrit dans une langue, le français, qui n’est pas sa langue maternelle et utilise également l’anglais, l’allemand, le flamand et le latin. Pour reprendre la teneur de la synthèse finale proposée par Françoise Autrand, l’apport théorique de la thèse de Maria Paola Corti est la superposition de trois niveaux d’analyse, partant de l’identité de l’individu au sein du groupe-mémoire afin d’appréhender la culture commune au groupe-mémoire et dessiner les contours d’une communauté dévotionnelle transcendante. La rigueur de son raisonnement et sa solide érudition ont ainsi permis à Maria Paola Corti d’obtenir la mention très honorable, avec les félicitations du jury.

L’imprimerie au XVe siècle et les incunables

L’imprimerie au XVe siècle

À la fin du Moyen Âge, les échanges de l’Europe avec l’Asie ont permis l’introduction de l’art de l’estampe, une ancienne technique orientale permettant de multiplier les textes et les images sur papier à partir d’une planche gravée. Vers 1450 à Mayence, Johannes Gutenberg adapte ce principe pour inventer la presse typographique afin de satisfaire la demande croissante en livres. Cette invention révolutionnaire transforme les conditions techniques de la fabrication des livres et leur diffusion. Grâce à ses caractères mobiles (petites baguettes avec un signe typographique à l’une de ses extrémités), l’imprimerie permet de reproduire plusieurs exemplaires d’un même texte dans un temps court et à un prix très avantageux. Jusqu’alors en effet, les manuscrits, laborieusement copiés à la main durant de longs mois, coûtaient fort cher.

C’est donc grâce à la presse manuelle associée à la gravure sur bois et à des caractères typographiques très solides, mobiles et de taille identique que, pour la première fois en Europe, textes et images sont multipliés à une grande échelle. Véritable révolution en terme de technologie (reproduction en série) et de communication, mais aussi dans le rapport à l’écrit, l’invention du livre imprimé permet de développer le marché du livre et de satisfaire les attentes des nouvelles élites, bourgeois et commerçants, et leur goût pour l’information, la culture et la lecture.

Les incunables

Les incunables (du mot latin incunabula qui signifie « berceau ») sont les premiers livres imprimés de l’invention de l’imprimerie à l’année 1500. Le format des incunables est à l’origine calqué sur celui des manuscrits : aucune page de titre, mais un incipit (ou début du texte) et un colophon [Image D inc 53, folio 88v] où l’on trouve généralement des informations telles que la date, le lieu et le nom de l’imprimeur ; les premiers caractères imprimés imitent les écritures manuscrites. Puis la page de titre [Image D inc 53, folio 1r] fut introduite : elle contenait parfois une marque d’imprimeur-libraire ou une présentation du contenu du manuscrit. L’art de l’enluminure, hérité des manuscrits, est toutefois préservé dans les incunables [Image D inc 4, folio 33r, folio 19v]. Certains d’entre eux pouvaient aussi contenir des gravures avec des scènes colorées après l’impression. Les livres d’Heures ont fait partie de ces premiers livres imprimés et enluminés.

D Inc, f° 33r / Cliché BM Poitiers
St Jean-Baptiste et St Pierre entourés de scènes diverses, D Inc 4, f° 33r
Cliché BM Poitiers

L’apparition des livres d’Heures imprimés date de 1486. Ils sont vendus avec grand succès jusqu’à la moitié du XVIe siècle. En 1488 paraît le premier livre d’Heures imprimé à l’usage de Poitiers, quelques années après l’installation du premier atelier d’imprimerie poitevin, vers 1478, à proximité de l’abbaye de Saint-Hilaire-le-Grand.

Avec l’aimable collaboration de Anne-Sophie Traineau-Durozoy, Responsable du Fonds Ancien et du Pôle Moyen Âge du SCD de Poitiers.

 

 

 

Aspects sociaux d’un ouvrage de piété

Indicateur du statut social

Le livre d’heures est initialement utilisé par les personnalités les plus fortunées de la société de la fin du Moyen Âge. C’est un objet de prestige, parfois offert en cadeau diplomatique : sa qualité renseigne sur son propriétaire. Protégé d’une reliure ou conservé dans un coffre, le livre est soigné, comme le chante Eustache Deschamps à la fin du XIVe siècle :

Heures me fault de Nostre Dame
Si comme il appartient a fame
Venue de noble paraige
Qui soient de soutil ouvraige
D’or et d’azur, riches et cointes,
Bien ordonnées et bien pointes,
De fin drap d’or tres bien couvertes (Œuvres IX)

La poésie met en parallèle le statut noble du client (paraige noble) et l’excellence du travail (soutil ouvraige). La richesse et l’élégance du livre sont célébrées (d’or et d’azur, riches et cointes). Progressivement pourtant, la production stimulée par la demande des bourgeois s’oriente aussi vers des livres de moindre qualité1.

canvas.1
Armes René et Jeanne, tourterelles, Ms 41, f° 22 / Cliché BM Poitiers

Marques de possessions

Support de dévotion personnelle, cet objet de luxe participe au prestige de son propriétaire, roi, seigneur ou bourgeois, homme ou femme, lequel fait apposer parfois armoiries [C1] , devises, emblèmes ou ex-libris. L’étude de ceux-ci, dans le ms. 53, révèle un ouvrage passé de mains de femmes en mains de femmes ; le livre d’heures est un marqueur de l’identité familiale et fait partie des héritages. Toutes les marques de possession apportent un état civil au manuscrit, permettant d’identifier le commanditaire ou le destinataire, de déterminer date et lieu de production, de retracer l’histoire du livre, ainsi que les aspects sociaux de la possession et de la bibliophilie2.

Iconographie de l’histoire sociale

L’image a une grande richesse documentaire et esthétique. Le livre peint dans l’enluminure insiste sur la valeur du manuscrit comme instrument dévotionnel privé [C2]. De petit format, maniable et utilisé dans l’intimité, il reflète les traits sensibles de la prière liée à une pratique religieuse individuelle (devotio moderna) et empathique. L’image propose aussi des informations concrètes. La chambre de la Vierge meublée de tissus lourds contextualise la vie bourgeoise du XVe siècle [C3]. L’actualisation de portraits, tels les Mages nomades du Proche-Orient parés de manteaux nobles de la fin du Moyen Âge, bordés d’hermine ou de galons d’or [C4], démontre que les scènes enluminées sont loin d’être anecdotiques. Elles sont outils de compréhension de l’histoire sociale3.

 

 [C1][fig. Ms 53, f 18] ou [Ms 41, f 22, armes René et Jeanne, + tourterelles]

 [C2][fig. Ms 1097, f 74v].

 [C3][fig. Ms 53, f 18] ou [Ms 50, f 17]

 [C4][fig. ms. 1106, f. 32]

  1. Léon Marie Joseph DELAISSE, « The importance of books of hours for the history of medieval books », dans Gatherings in honour of Dorothy E. Miner, Baltimore, The Walters Art Gallery, 1974, p. 203-224, Isabelle DELAUNAY, « Livres d’heures de commande et d’étal : quelques exemples choisis dans la librairie parisienne, 1480-1500 », dans L’artiste et le commanditaire aux derniers siècles du Moyen Âge : XIIIe-XVIe siècles, éd. F. Joubert, Paris, Presses de l’Université de Paris-Sorbonne, 2001, p. 249-270. []
  2. Michel Pastoureau, « L’héraldique au service de la codicologie », dans Codicologica. Towards a science of handwritten books. Vers une science du manuscrit. Bausteine zur Handschriftenkunde., éd. A. Gruys et P. Gumbert, Leyde, E. J. Brill, 1978, vol. 4 Essais méthodologiques, p. 75-88. []
  3. Virginia REINBURG, French books of hours : making an archive of prayer, c. 1400-1600, Cambridge, New York, Cambridge University Press, 2012. []

L’enluminure au Moyen Âge

Sur la surface unie et blanche du parchemin qui composait un codex prenaient place deux éléments : le corps de texte calligraphié et le décor appelé enluminure. Ce terme, découlant/dérivant du verbe latin illuminare – littéralement mettre en lumière – « rassemble plus largement tous les éléments décoratifs et les représentations imagées exécutées dans un manuscrit pour l’embellir »1.

Couleurs et métaux

L’enlumineur débutait son travail par une ébauche plus ou moins soignée qui, le plus souvent à la mine de plomb, s’effaçait sous la couche de peinture finale. Le choix de la technique ou des procédés utilisés dans un manuscrit était déterminé par divers facteurs comme le choix du support ou le prix assigné à sa réalisation. A l’intérieur d’un même manuscrit pouvaient se succéder et se côtoyer diverses manières (peinture, dessin, esquisse, croquis, jeu de plume) mais également plusieurs matières2.

L’étude chimique, possible grâce aux techniques modernes d’analyse, recense les différents composants de la matière colorée. Les pigments, souvent difficile à obtenir, étaient une matière précieuse qu’il fallait parfois faire venir de loin. Ils pouvaient être d’origine végétale : noix de galle (noir), indigo, bleuet, guède, sureau (bleu), iris, lys, baies de mures ou de chèvrefeuille (vert) ; d’origine animale : khermès et murex (rouge), os calcinés (noir) ; ou d’origine minérale : blanc de plomb, craie (blanc), minium et vermillon (rouge), vert-de-gris (vert), orpiment ou jaune d’arsenic (jaune), lapis-lazuli ou azurite (bleu)3.

Les métaux – or, argent, cuivre, étain, plomb – étaient également souvent employés dans l’enluminure, comme pigment de la peinture, de l’encre ou encore comme feuille, et révélaient /relevaient d’une production luxueuse plus rare et fastueuse. L’or, métal largement privilégié pour enluminer ces objets, aussi bien de grande que de moyenne valeur, était destiné à « mettre en lumière » aussi bien les décors des manuscrits que les écritures qu’ils contenaient. Il pouvait être utilisé de deux manières, soit en poudre selon la technique dite à la coquille, soit à partir de feuilles dont il est souvent possible d’observer les plis [renvoi Ms 53 (292) f 40r]. L’usage d’un métal précieux, induisant nécessairement une illustration plus coûteuse qu’un décor simplement peint ou encré, était à la fois un révélateur de la valeur du livre à l’époque médiévale, une manifestation de son statut au sein de la société, mais également une source d’informations sur la richesse de son commanditaire.

Peintres et ateliers

La partie du décor la plus ambitieuse (les lettrines, les miniatures ainsi que les pleines pages ou cycles d’illustrations – pouvant recevoir un décor ornemental, géométrique, aniconique, factice, architectural, habité, animé ou historié) était systématiquement confiée à des spécialistes. Pour ce faire, ils remplissaient les espaces préalablement laissés vierges par le ou les copistes4 en suivant les indications et signes d’attente qui, notés au bord de la feuille de parchemin, disparaissaient souvent lors de la rognure des cahiers5. Travaillant comme de véritables professionnels, ces enlumineurs, artisans laïcs établis au cœur des villes, étaient organisés en ateliers selon une hiérarchie stricte6. Chacun exécutait une partie du décor à la hauteur de sa qualification ; le maître, le plus expérimenté de tous, se réservait les peintures en pleine page ainsi que les grandes miniatures et déléguait à ses compagnons et apprentis, moins chevronnés que lui, l’exécution des marginalia, des lettrines, des lettres ornées ou filigranées7 [renvoi Ms 51 (332) f 15r].

Ainsi, chacun apportait son savoir faire pour qu’avec soin et plus ou moins d’habileté soient ornés ces précieux livres. En effet, dans plusieurs des livres d’heures constituant cette riche collection peuvent être observés des travaux de qualités différentes. Sur des thèmes iconographiques identiques, il est possible de distinguer des ateliers aux artisans particulièrement adroits et avertis [renvoi Ms 55 (334) f 53r], tandis qu’au contraire, d’autres semblent être, au regard de leur maladresse certaine et un peu grossière, constitués d’artisans moins habiles voire inexpérimentés [renvoi Ms 44 (267) f 38v].

MAE -ANNONCEAUXBERGERS
Annonce aux bergers, Ms 55 (334) f° 53v / Cliché BM Poitiers

Le décor, élément essentiel au manuscrit médiéval, faisait du livre un objet complexe et luxueux régi par un ensemble de codes, de motifs et de formules, empreint à la fois de valeurs esthétiques, religieuses, intellectuelles et sociales. Exécuté à une époque particulière, (produit par des hommes,) son décor est le reflet de la mentalité d’un groupe d’individus assurément limité à une classe sociale privilégiée de la société8. Pivot de la culture pendant tout le Moyen Age, le livre continua, contrairement aux idées reçues, à être enluminé bien après l’invention de l’imprimerie [renvoi D Inc. 4 f 24r, et Imp. CR 48 bis f 36v].

Glossaire

Animé : Constitué principalement d’êtres vivants.

Architectural : Représentant un édifice ou une partie d’édifice.

Anionique : Qui ne comporte la représentation d’aucun être ou objet.

Codex : Livre formé de feuilles pliées et assemblées en un ou plusieurs cahiers cousus par un fil le long de la pliure.

Dessin : Représentation sur une surface à l’aide d’outils graphiques (crayon, plume, etc.).

Dorure à la coquille : Technique de dorure utilisant une poudre d’or finement broyée qui, mélangée à un liant, se fixera au support.

Dorure à la feuille : Technique de dorure utilisant des feuilles d’or obtenues grâce au martelage du métal brut.

Croquis : Dessin simplifié, exécuté rapidement.

Cycle d’illustrations : Suite de représentations illustrant les phases successives d’un récit ou les différentes parties d’un texte.

Esquisse : Dessin léger, ne représentant que les lignes principales du sujet figuré.

Factice : Qui n’est ni figuratif, ni strictement géométrique.

Figuratif : Représentant des objets ou des êtres existant dans la réalité ou en imagination.

Géométrique : Formé de figures susceptibles d’être dessinées à la règle ou au compas.

Habité : Constitué d’éléments inanimés au milieu desquels apparaissent quelques êtres vivants.

Historié : Qui représente une scène, un personnage ou un objet significatif, relatif au texte ou non.

Iconographie : Ensemble des représentations d’un objet, d’un personnage, d’un thème, etc. Étude de ces représentations.

Jeu de plume : Dessin ornemental qui, exécuté à l’aide d’une plume, présente de multiples courbes et contre-courbes enchevêtrées et imbriquées les unes dans les autres.

Lettrine : a. [Sens restreint :] Initiale se détachant sur un fond peint (ornemental ou historié) qui l’encadre.

                    b. [Sens large :] Initiale décorée par un procédé quelconque.

Lettre filigranée : Initiale décorée d’un réseau plus ou moins dense et régulier de fioritures exécutées à la plume, à l’encre noire ou de couleur, sans fond peint.

Marginalia : Notes manuscrites ou décoratives placées dans les marges de la page de parchemin.

Mine de plomb : Matière minérale traçante dont est fait le crayon.

Miniature : Peinture exécutée dans un manuscrit, et plus particulièrement celle qui appartient à l’illustration proprement dite.

Parchemin : Peau d’animal dépilée et effleurée ayant subi un traitement non tannant (ou très peu tannant) puis un séchage sous tension le rendant propre à recevoir l’écriture sur ses deux faces.

Pigment : substance qui confère sa couleur à une préparation.

Pleine page : Peinture exécutée dans un manuscrit sur la totalité d’une page de parchemin.

Rognure des cahiers : action qui, effectuée après la collation (assemblage des cahiers constituant un manuscrit), vise à découper les bord des feuilles de parchemin afin de les égaliser.

  1. J. DALARUN, Le Moyen Age en lumière, Paris, Fayard, 2002, p. 370 []
  2. P. GEHIN (dir.), Lire le manuscrit médiéval – Observer et décrire, Paris, A. Colin, 2007, p. 134 []
  3. R. CLEMENS et T. GRAHAM, Introduction to manuscript studies, Ithaca, London, Cornell University Press, 2007 , p. 30-33 []
  4. J. DUFOUR, « Comment on fabriquait les manuscrits », dans Dossier de l’archéologie, Enluminure carolingienne et romane, numéro 14, 1976, pp. 8-15 , p. 8 []
  5. Idem. []
  6. W. ROWAN W, Illuminated manuscripts and their makers, London, V & A Publications, 2003, p. 8 []
  7. C. GAUVARD, La France au Moyen Age du Ve au XVe siècle, Paris, Presses universitaires de France, 1996, p. 263 []
  8. H. TOUBERT, « Formes et fonctions de l’enluminure », dans Histoire de l’édition française – Le livre conquérant du Moyen Age au milieu du XVIIe siècle, Tome 1, Paris, Promodis, 1982, pp. 87-129, p. 87 []

Vie spirituelle et dévotion au Moyen Âge : pratique des livres d’heures

Vie spirituelle et dévotion au Moyen Âge : pratique des livres d’heures1

La religion chrétienne était omniprésente dans la société médiévale. La journée s’organisait autour de la sonnerie des cloches de l’église qui appelait quotidiennement au recueillement. Les communautés religieuses se réunissaient toutes les trois heures pour prier : de matine (minuit) à complie (21h). Ces heures dites canoniales réglaient la vie ecclésiastique. La prière était très importante : à travers l’acte contemplatif, l’âme des fidèles se rapprochait de Dieu. Les croyants imploraient alors la miséricorde du Sauveur. Par cette vie spirituelle, les chrétiens prouvaient à Dieu leur amour et espéraient se montrer dignes d’entrer au royaume des Cieux à leur mort. A la fin du Moyen Âge, les laïcs célébraient leur foi avec une grande dévotion. Ils ressentaient le besoin croissant de s’adresser directement à Dieu, en privé, par une lecture intériorisée des psaumes, prières et oraisons. Pour ce faire, ils utilisaient un recueil de prière, le livre d’heures, qui permettait de suivre la liturgie des heures. Ce guide de dévotion personnelle constitue aujourd’hui un précieux témoignage historique : son contenu nous indique avec précision les différents saints et manifestations religieuses commémorés dans les diocèses à cette époque. En effet, nous trouvons par ordre d’apparition :

  • le calendrier liturgique : il indique les principales fêtes des apôtres et martyrs, ainsi que les saints célébrés chaque jour. La présence de noms de saints régionaux, écrits par ordre d’importance, nous renseignent sur la provenance du manuscrit. Par exemple, dans le ms. 53, saint Rémi et sainte Geneviève, fêtés respectivement le 1er octobre et le 26 novembre, nous renvoie aux usages liturgiques du diocèse de Paris. [Ms 53 f°12v : fête de Sainte Geneviève/Genovese]
  • l’office de la Vierge : il est introduit par une enluminure narrant la vie de la Vierge et l’enfance du Christ. Ce texte varie selon la localisation. A la fin du Moyen Âge, la Vierge Marie occupait une place centrale dans le cœur des fidèles : elle était la Mère de la miséricorde, l’unique espoir des désespérés. La piété populaire invoquait Marie contre tous les dangers qui guettaient l’humanité et contre tous les malheurs qui l’accablaient. Elle protégeait aussi bien de l’enfer que des maux terrestres, en particulier de la peste2. [Ms 46 (304) f°17]
  • les sept psaumes de la pénitence : ces psaumes de supplication du roi David étaient récités par le fidèle pour obtenir le pardon de ses péchés. Le texte est généralement introduit par une enluminure représentant le roi David en prière. [Ms 47 (308) f°110]
David en prière, Ms 47 (308) f° 110 / Cliché BM Poitiers

  • l’office des morts : ce chapitre servait à faire mémoire des morts ; le texte était récité par un homme d’église à l’occasion des funérailles, puis quotidiennement par la famille pour le repos de l’âme du défunt. [Ms 50 (324) f°157]
  • les suffrages : ces petits recueils rassemblaient des prières destinées aux saints auxquels le fidèle vouait une dévotion particulière. Ils sont souvent illustrés par une miniature du saint invoqué.

D’autres chapitres interchangeables sont également présents : des extraits des Evangiles, les Heures de la Croix, du saint-Esprit, et des oraisons diverses. Ils sont introduits en général par une enluminure qui permet aux fidèles de situer les différents chapitres en l’absence de table des matières.

Malgré ce socle commun, il est important de souligner que chaque livre d’heures est unique : le commanditaire pouvait demander l’ajout d’offices particuliers et de mentions de saints pour lesquels il avait une dévotion particulière.

Glossaire3 :

Contemplation : considération portant sur Dieu ou les choses divines ; état de l’âme absorbée en Dieu.

Rédemption : action de participer au salut de son âme ou de celle d’autrui par l’expiation de ses péchés et les efforts spirituels.

Oraison : invocation collective qui termine les heures canoniales ou qui ponctue une célébration liturgique.

Diocèse : circonscription ecclésiastique placée sous la juridiction d’un évêque ou d’un archevêque.

Supplication : prière pressante et humble en faveur de quelqu’un.

 

  1. Pour de plus amples informations sur l’historique et l’usage des livres d’heures de Poitiers, se référer à l’ouvrage :  Hélène RICHARD, Livres d’heures de la Bibliothèque municipale de Poitiers : exposition, Musée Sainte-Croix, 22 janvier-8 mars 1982, Poitiers – Poitiers : Musée Sainte-Croix, 1981. []
  2. Jean DELUMEAU, Des religions et des hommes, Paris : Desclée de Brouwer, 1997. []
  3. Institut national de la langue française, Trésor de la Langue Française : dictionnaire de la langue du XIXe et du XXe siècle, 1789-1960, Paris, Gallimard, 1988 []