Archives par mot-clé : Littérature médiévale

Semaines d’études médiévales 2013 – Conférence de Martin Aurell

« Joyeuse », l’épée du sacre des rois de France, est le point de départ qu’a choisi par Martin Aurell, professeur d’histoire à l’Université de Poitiers et membre du CESCM, pour commencer sa conférence sur « Le glaive : symboles et société » prononcée dans le cadre des Semaines d’études médiévales.

290px-Epée_JoyeuseAu cours de cet exposé, préambule à une recherche de grande envergure, Martin Aurell a proposé deux axes de réflexion : d’abord, un aperçu des mythes et des croyances anciennes, héritage culturel symboliquement riche sur lequel s’ancrent certaines pratiques sociales de l’épée au Moyen Âge ; ensuite, le discours de l’Église le glaive et ses usages.

La première partie de la conférence de Martin Aurell était consacrée à une approche comparatiste faisant dialoguer les mythologies grecque, latine, scandinave et germanique avec la littérature médiévale, principalement la matière arthurienne. En accordant une place importante au merveilleux (avec des découvertes surnaturelles d’épées, véritables talismans confiés à un héros qui s’identifie complètement à son arme), ces récits dénotent un attachement affectif très fort de la part du guerrier à son glaive, symbole de sa force et de sa légitimité, mais aussi de celles de son lignage. Offerte en gage, en garantie ou en cadeau, l’épée traverse le temps et l’espace de la fiction médiévale.

Dans un deuxième temps, et en partant de la belle plaque émaillée du tombeau de Geoffroy, aujourd’hui au Musée du Mans, Martin Aurell a analysé quelques-uns des discours produits par le milieu ecclésiastique sur l’épée, en particulier sur les épées mentionnées dans le Nouveau Testament et la naissance de théorie des deux glaives. Martin Aurell montre ainsi que l’épée des mythes est peu à peu christianisée. Elle acquiert un pouvoir et une fonction spirituels ; elle sert l’Église dans la propagation de la foi et la lutte contre les infidèles ou les hérésies.

Richement illustré, appuyé sur un dossier textuel très fourni, l’exposé de Martin Aurell a encore une fois démontré l’ampleur des connaissances de son auteur, notamment dans la matière littéraire, ses qualités d’orateur et la richesse des questionnements formulés.

https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/1/12/Geoffrey_of_Anjou_Monument.jpg