Archives par mot-clé : Littérature médiévale

Maugis d’Aigremont, chanson de geste : suivie de La Mort de Maugis

DEVARDPrésentation et traduction de Rémi Fournier-Lanzoni et Jérôme Devard

 Maugis d’Aigremont, chanson de geste suivie de La Mort de Maugis

 Paris : L’Harmattan, 2014. – 284 pages (Littérature Classique. Textes et Commentaires)

 ISBN : 978-2-343-02918-4

Maugis d’Aigremont et La Mort de Maugis sont des chansons de geste du XIIIe siècle. Ces épopées hors du commun appartiennent à la Geste de Mayence et retracent la destinée de Maugis, chevalier, larron, enchanteur et devin, qui non seulement combat les Sarrasins devant Tolède, Milan ou Palerme, mais aussi mène des batailles sans merci contre l’empereur Charlemagne grâce à l’aide de ses dons de magicien, de son cheval-fée Bayard et de sa fameuse épée Froberge. Force est de constater qu’avec le personnage de Maugis, on assiste à une ouverture de l’épopée vers d’autres genres littéraires qui traduit en partie l’influence étrangère sur le domaine national. Si certains de ses traits moraux, comme la passion amoureuse, l’appel de la quête ou le don de la prophétie sont inspirés du roman, son essence profonde, la sincérité de son personnage vis à vis de la tradition épique, ainsi que de sa destiné légendaire aux côtés de son cousin Renaut de Montauban, l’apparentent cependant au monde des conquérants de nos épopées nationales. Désormais les chansons de geste ne se limiteront moins à des récits de combats chevaleresques où la monotonie des exploits ne se voit guère compensée par la variété des personnages. Avec Maugis d’Aigremont et La Mort de Maugis, le lecteur sentira peu à peu l’influence des légendes celtiques, la Matière de Bretagne, l’imaginaire païen, bref le merveilleux.

Rémi Fournier-Lanzoni enseigne actuellement l’italien à Wake Forest University en Caroline du Nord, États-Unis. Il a obtenu un doctorat en lettres à la Florida State University avec une thèse sur la chanson de geste Maugis d’Aigremont en 1995. Il est aussi l’auteur de deux ouvrages sur l’histoire du cinéma français et la comédie italienne.

Jérôme Devard est actuellement Attaché temporaire d’enseignement et de recherche à l’Université d’Orléans. Par ailleurs, il prépare une thèse intitulée « Parenté et Pouvoir(s) dans la Matière de France et le Roman de Renart. Approche socio-juridique de la représentation familiale aux XIIe-XIIIe siècles », sous la codirection des professeurs Stéphane Boissellier et Claudio Galderisi. Il est l’auteur d’un premier essai publié aux éditions L’Harmattan sous le titre : « Le Roman de Renart. Le reflet critique de la société féodale »1. En outre, il a rédigé plusieurs articles s’intéressant à la conception et la représentation des notions de droit et de norme dans la littérature médiévale.

  1. Jérome DEVARD, Le Roman de Renart. Le reflet critique de la société féodale, Paris, L’Harmattan, 2010, 219 p. []

Atelier interdisciplinaire du CESCM (13 au 17 janvier 2014) – 3/5

Mercredi 15 janvier 2014

La troisième séance était consacrée à la littérature médiévale.

Dans Lire le poème didactique au XIIIe siècle, Valérie Fasseur (maître de conférence en langues et littérature française médiévales, en délégation CNRS au CESCM) est revenue sur la Querelle des Universités qui a agité le Paris intellectuel, religieux et littéraire des années 1250, à travers les récits allégoriques qu’ont pu en faire des poètes tels que Rutebeuf. L’auteure a rappelé toute la difficulté à trouver un équilibre entre l’exégèse de textes poétiques – encouragée par nombre d’auteurs et théologiens médiévaux depuis Jean Scot Érigène – et la prudence interprétative, nécessaire, mais qui ne doit pas décliner l’invitation au commentaire faite par le livre médiéval. Elle s’est ensuite attachée à une première étude de cas en retraçant l’évolution du langage poétique employé par Rutebeuf lors de la Querelle. Dans les premiers poèmes satiriques où il traite du sujet, Rutebeuf adopte une « manière rude », pamphlétaire, jouant sur l’affect plus que sur des arguments intellectuels. Dans sa Repentance toutefois, le poète prend conscience de l’incapacité de cette véhémence verbale à convaincre et enseigner, et part à la reconquête du langage poétique. Cette démarche aura moins pour objet de lutter contre les Mendiants, même si cette lutte demeurera d’actualité, que de trouver la voie du Salut et de la rectitude. La Leçon d’Hypocrisie et d’Humilité, écrite quelques temps plus tard, se pare alors d’une nouvelle forme littéraire, abandonnant la polémique au profit d’un pastiche du mode allégorique du songe raconté. En troquant sa « manière rude » pour l’allégorie, plus subtile et métaphorique, plus ambigüe aussi, le poète emprunte la manière de ses ennemis « hypocrites » et la retourne contre eux. Il atteint ainsi un double but, remporter la joute verbale qui l’oppose aux Mendiants, et amener son lecteur à interpréter le texte au-delà de ses apparences triviales.

C’est un cheminement inverse qui est révélé dans la seconde étude, consacrée au Roman de la Rose de Jean de Meun. Au cours de ce récit allégorique apparaît un personnage nommé Faux-semblant. Menteur et tueur en tout point détestable, ce dernier sème pourtant le doute en tenant un discours de sincérité et d’esprit critique, forçant le lecteur à critiquer et interpréter le roman par lui-même. Cet avatar de l’auteur, menteur (« fictionneur ») qui porte un discours de vérité, amène par ses paroles une réflexion sur l’herméneutique en dénonçant la prétention à enseigner des choses complexes au moyen d’exposés littéraux. Le récit montre ici que l’abandon du langage allégorique, et de la richesse interprétative qu’il permet, au profit d’un exposé littéral perçu comme un appauvrissement du sens profond et caché, demeure néfaste et condamnable. Cette riche interprétation du texte de Jean de Meun participe d’un mouvement de réhabilitation de cet auteur, universitaire baigné de lectures savantes, trop souvent présenté comme le successeur paillard de Guillaume de Lorris.

compagnon de Sainte Catherine, fin XIIe s. Crypte de l'église Notre-Dame, Montmorillon (Vienne) / Cliché S. G. Heller
Compagnon de Sainte Catherine, fin XIIe s. Crypte de l’église Notre-Dame, Montmorillon (Vienne) Cliché S. G. Heller  

Le Roman de la Rose fut également abordé par la très dynamique Sarah-Grace Heller, chercheuse de l’Université de l’Ohio et invitée au CESCM (voir interview), dans son exposé consacré à La mode au Moyen Âge. Nourrie de textes sociologiques et sémiotiques, dont ceux de Roland Barthes, l’intervenante a présenté ses recherches actuelles, qui tentent de poser les critères permettant d’identifier l’existence ou non d’un « système de mode » au sein des sociétés, contemporaines comme médiévales, occidentales ou non. Plus qu’un ensemble de codes vestimentaires ou visuels, la mode peut aussi être définie par les discours qu’elle génère ou qui la font, la consommation qu’elle engendre, la psychologie individuelle ou collective qui la régit. Si l’historiographie considère que la mode, au sens actuel du terme, apparaît en Occident au XIVe siècle avec les habits modelés d’après les formes corporelles, Sarah-Grace Heller s’attache à montrer qu’il est possible d’identifier des systèmes de mode antérieurs, relatés par plusieurs textes dont le Roman de Guillaume de Lorris.

L’auteur y expose comment, pour gagner le cœur de sa Rose, le gentilhomme se doit d’être bien habillé, selon ses moyens, élégant sans être orgueilleux. Les personnifications de l’Avarice ou de la Convoitise interviennent pour désigner les excès à éviter, tout comme elles suggèrent des pratiques de consommation bien plus concrètes, comme le fait de renouveler régulièrement sa garde-robe, de restreindre sa boulimie consommatrice… des conseils toujours sages et actuels. Dans un fabliau du XIIIe siècle (Le Dit de Ménage), on retrouve cette conception de la mode comme aide à la séduction. Il s’agit ici d’une liste de choses que tout bon ménage se doit de posséder ; y figurent, parmi les chaudrons, matelas et autres écuelles, les bijoux et vêtements tant appréciés de ces dames… De fait, les textes médiévaux semblent surtout s’attacher à décrire les parures féminines, même si la recherche de l’auteure est encore loin d’être achevée. Sarah-Grace Heller a en effet entrepris d’étudier les anciens systèmes de mode d’après le plus de sources possibles, y compris l’archéologie, ce qui l’amène à s’intéresser également à la période mérovingienne et aux parures de bijoux qu’ont livrées les tombes.

L’après-midi était consacré à une initiation pratique au logiciel bibliographique Zotero, assurée par Blaise Royer, secrétaire des Cahiers de civilisation médiévale, et Vanessa Ernst-Maillet, chargée de l’information scientifique et technique pour le CESCM. Karine Corre, responsable du service de presse BCM-CCM pour le CESCM et Blanca Angeles (doctorante au CESCM) ont ensuite présenté la Bibliographie de Civilisation médiévale et l’International Medieval Bibliography, outils de recherche en ligne élaborés par l’Université de Leeds et le CESCM.

Soutenance de thèse de Pierre Courroux, CESCM (6 décembre 2013)

Poitiers, UFR Sciences Humaines et Arts, Salle des actes, vendredi 6 décembre 2013, 14h30.

Soutenance de la thèse L’écriture de l’histoire dans les chroniques de langue française (XIIe-XVe s.). Les critères de l’historicité médiévale, présentée par Pierre Courroux pour l’obtention du doctorat en histoire médiévale, sous la direction d’Édina Bozóky et de Claudio Galderisi.

Composition du jury : Jean-Claude Schmitt (président du jury), Élisabeth Van Houts, Jean-Jacques Vincensini, Francine Mora-Lebrun (excusée), Édina Bozóky, Claudio Galderisi.

La critique moderne a bien souvent fait preuve d’une grande sévérité à l’égard des chroniqueurs de langue française du Moyen Âge. Discrédités parce qu’ils avaient une approche littéraire de l’histoire, ils ont, à maintes reprises, été jugés incapables d’objectivité et de compréhension des événements qu’ils décrivaient. Pierre Courroux est non seulement parvenu à démontrer que ces chroniqueurs étaient pleinement conscients de leur démarche, mais il a aussi réussi à réconcilier la littérature et l’histoire dans une thèse aux qualités nombreuses : les membres du jury ont souligné, entre autres, l’efficacité de la démarche adoptée et du plan, le sérieux de la méthodologie employée ainsi que la grande capacité du candidat à manipuler des concepts historiques, littéraires et philosophiques, en trois années seulement. Ces qualités ont valu à Pierre Courroux d’obtenir la mention très honorable et les félicitations du jury.Bataille_Stirling_Froissart

L’entreprise de Pierre Courroux était à la fois novatrice et risquée : il a tenté, à partir des œuvres de cinq auteurs médiévaux (Benoît de Sainte-Maure, Philippe Mousket, Jean d’Outremeuse, Jean Froissart et Enguerrand de Monstrelet), de comprendre la démarche et la pratique de l’écriture de l’histoire du XIIe au XVe siècle. Afin d’y parvenir, il a consacré la première partie de sa thèse à identifier le cadre théorique dont disposaient les historiens médiévaux. La terminologie employée par ces auteurs français pour désigner le genre auquel appartient leur texte est alors nébuleuse, mais l’étude menée dans cette partie démontre que leur démarche est principalement fondée sur l’historiographie antique : écrire l’histoire est avant tout un exercice littéraire (mais sérieux !).

La deuxième partie de cette thèse vise à dessiner une histoire évolutive de l’historiographie française du XIIe au XVe s. par le biais d’une analyse de la vie et de l’œuvre des cinq auteurs et du contexte dans lequel ils ont évolué. Ces cinq exemples offrent autant de nuances de l’historiographie médiévale par la diversité de leur style, de leur forme et de leur contexte de création. Cependant, un point fondamental rassemble ces œuvres : elles entretiennent toutes d’étroites relations avec l’écriture romanesque. Dès lors, Pierre Courroux a choisi de valoriser la polygénéricité à l’œuvre au sein de ces textes qu’il a classés dans deux catégories, proto-romanesque ou proto-chronique. Ces récits, influencés par le roman et l’histoire, font partie de ce que l’auteur de cette thèse a nommé « diasystème chronico-romanesque ».

La troisième partie définit les critères de l’historicité médiévale. Les chroniqueurs médiévaux n’hésitaient pas à recourir à la fiction. En effet distincte du mensonge, elle ne s’opposait pas alors à la vérité de l’écriture historique. Au contraire, à leur sens, elle permet de ménager une cohérence et une vraisemblance lorsqu’ils ne parvenaient pas à expliquer les événements et leur causalité. Ces historiens veillaient tout de même à cadrer leur imagination et leurs inventions, puisqu’ils sélectionnaient attentivement leurs sources afin de garantir la véracité de leur texte et sa fiabilité. La fiction, créant de la vraisemblance, était pour eux un moyen d’accès privilégié à une vérité supérieure plus proche de la vérité absolue, divine. Cette partie démontre également que les chroniqueurs utilisaient par ailleurs divers procédés rhétoriques et stylistiques (amplification, recours aux effets de réel et au merveilleux) dans un but d’instruction et d’édification : la fiction constituait un mode d’appropriation du passé pour qu’il soit compris dans le présent.

Cette réflexion est alimentée par un riche travail proposant en annexe un répertoire chronologique de l’ensemble des œuvres historiques de langue française – avec le parti-pris d’écarter l’hagiographie et la chanson de geste – et des tableaux et cartes géographiques localisant la production historiographique en fonction des périodes étudiées. Des index par auteurs anciens et modernes, œuvres et personnages constituent un outil précieux pour se repérer aisément dans ce travail de plus de 650 pages.

Cette thèse, rendant tout leur mérite aux historiens médiévaux trop souvent sous-estimés, répond à de nombreuses questions concernant les liens entre histoire et littérature, entre vérité, fiction et mensonge. Ce travail ouvre de nouvelles perspectives et pourra être élargi à une étude comparative entre l’historiographie française médiévale et antique, et pourra se poursuivre à travers l’étude d’autres chroniqueurs médiévaux.

La préservation de la mémoire monastique et les conflits sociaux au Moyen Âge : le cas des  »Chroniques anonymes » de Sahagún

Abside San Tirso
Abside San Tirso

Au Moyen Âge, le monastère dédié aux martyrs Facond et Primitif se trouvait à Sahagún, l’une des principales villes hispaniques du chemin de Saint-Jacques. Ce centre religieux bénédictin, gros producteur de documents écrits, nous a légué un important fonds d’archives dans lequel se trouvent deux chroniques, dites « anonymes », grâce auxquelles nous pouvons aujourd’hui étudier les stratégies médiévales de l’écriture.

La suite de l’article de Charles Garcia  dans Microscoop (journal de la Délégation CNRS Centre limousin Poitou-Charentes) de juillet 2013. Un colloque sur ce sujet a été organisé en mai 2013 au CESCM.


Semaines d’études médiévales 2013 – Conférence de Martin Aurell

« Joyeuse », l’épée du sacre des rois de France, est le point de départ qu’a choisi par Martin Aurell, professeur d’histoire à l’Université de Poitiers et membre du CESCM, pour commencer sa conférence sur « Le glaive : symboles et société » prononcée dans le cadre des Semaines d’études médiévales.

290px-Epée_JoyeuseAu cours de cet exposé, préambule à une recherche de grande envergure, Martin Aurell a proposé deux axes de réflexion : d’abord, un aperçu des mythes et des croyances anciennes, héritage culturel symboliquement riche sur lequel s’ancrent certaines pratiques sociales de l’épée au Moyen Âge ; ensuite, le discours de l’Église le glaive et ses usages.

La première partie de la conférence de Martin Aurell était consacrée à une approche comparatiste faisant dialoguer les mythologies grecque, latine, scandinave et germanique avec la littérature médiévale, principalement la matière arthurienne. En accordant une place importante au merveilleux (avec des découvertes surnaturelles d’épées, véritables talismans confiés à un héros qui s’identifie complètement à son arme), ces récits dénotent un attachement affectif très fort de la part du guerrier à son glaive, symbole de sa force et de sa légitimité, mais aussi de celles de son lignage. Offerte en gage, en garantie ou en cadeau, l’épée traverse le temps et l’espace de la fiction médiévale.

Dans un deuxième temps, et en partant de la belle plaque émaillée du tombeau de Geoffroy, aujourd’hui au Musée du Mans, Martin Aurell a analysé quelques-uns des discours produits par le milieu ecclésiastique sur l’épée, en particulier sur les épées mentionnées dans le Nouveau Testament et la naissance de théorie des deux glaives. Martin Aurell montre ainsi que l’épée des mythes est peu à peu christianisée. Elle acquiert un pouvoir et une fonction spirituels ; elle sert l’Église dans la propagation de la foi et la lutte contre les infidèles ou les hérésies.

Richement illustré, appuyé sur un dossier textuel très fourni, l’exposé de Martin Aurell a encore une fois démontré l’ampleur des connaissances de son auteur, notamment dans la matière littéraire, ses qualités d’orateur et la richesse des questionnements formulés.

https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/1/12/Geoffrey_of_Anjou_Monument.jpg