Archives par mot-clé : Littérature médiévale

Marjolaine Raguin, chercheur invité au CESCM

Marjolaine Raguin est accueillie comme chercheur invité au CESCM en décembre et janvier sous la responsabilité scientifique de Monsieur le Professeur Martin Aurell.

marjolaine.raguinParlez-nous de votre parcours universitaires lors de vos études :

J’ai fait des études de romanistique, avec une spécialisation en philologie occitane lors du doctorat. Étant donné que je savais depuis bien longtemps vouloir travailler sur des textes littéraires du Moyen Âge français et occitan écrit en contexte de conflit religieux militarisé (du type croisade), j’ai complété ma formation par de la théologie et du Droit. J’ai donc une licence (2006), un master (2008) et un doctorat (2011) de l’Université Paul-Valéry – Montpellier III, ainsi qu’une licence de l’Institut protestant de Théologie (Faculté de Montpellier, 2008) et un master de Droit (2015) de l’Université Montpellier I.

Mais surtout, et c’est ce que je retiens essentiellement de mon parcours universitaire, j’ai toujours voyagé dans le cadre de mes études (Italie, USA) et plus tard de ma vie professionnelle (Italie, Canada) et cela afin d’aller à la rencontre d’autres manières de penser, de travailler et d’enseigner. En 2005-2006, je suis partie en séjour Erasmus à l’université de l’Aquila en Italie, apprendre l’art de la philologie romane dans sa tradition italienne, sous la responsabilité d’Anna Ferrari. Ensuite, j’ai eu l’immense chance  d’être invitée par Beverly Mayne Kienzle à la Divinity School de l’Université Harvard (Etats-Unis) alors que j’étais doctorante, afin de travailler avec elle sur la partie de ma thèse consacrée à la prédication médiévale (on devrait dire cistercienne essentiellement) dans le contexte de la croisade albigeoise.

J’écrivais alors une thèse de langue et littérature médiévale d’oc intitulée aujourd’hui Propagande politique et religieuse dans la Chanson de la Croisade albigeoise, texte de l’Anonyme placée sous la codirection de Gérard Gouiran (Université Paul-Valéry Montpellier III) et de Jean-Pierre Chambon (Université Paris-Sorbonne). Auparavant, en master 1, j’avais travaillé, toujours en littérature et philologie, sur l’utilisation du texte biblique dans la rhétorique anti-hérésie dans un autre texte narratif occitan du XIIIe siècle, Las Novas del heretje, puis en master 2, propédeutique à la thèse, sur l’hérésie et l’hérétique dans la première partie Chanson de la Croisade albigeoise. On le voit, les ressorts stylistiques et intellectuels d’une argumentation visant à convaincre et persuader dans la littérature du Moyen Âge, et en contexte de conflit religieux et militaire, m’ont toujours vivement intéressée. Enfin, en master de Droit l’année dernière, des études reprises pour élargir mes connaissances – c’est la même démarche qui m’avait amenée en fac de théologie –, j’ai travaillé, toujours en philologue, sur le traitement de la femme et la colonisation lors du règlement juridique, à Pamiers en 1212, de la pacification des terres conquises par Simon de Montfort.

Enfin, je signale – car à mes yeux c’est important, et c’est une des forces de notre pays pour les étudiants (pour le stade postdoctoral c’est une toute autre affaire) -, que j’ai fait toutes mes études grâce à des bourses universitaires, et ai pu commencer ma vie professionnelle dès ma première année de thèse dans le cadre d’une allocation de recherche qui m’a aussi permis d’être monitrice de l’enseignement supérieur.

Qu’avez-vous fait après votre doctorat à Montpellier ?

Après mon doctorat, bonne question. J’ai soutenu en novembre 2011 ; inscrite sur la liste de qualification aux fonctions de maître de conférences dans les sections 9 et 73 du CNU (hiver 2012), au vu de l’absence de poste à dominante ancien occitan (quel euphémisme !) je me suis organisée afin de pouvoir continuer à faire avant tout de la recherche et à enseigner dans des conditions plutôt bonnes. Et en la matière, les maîtres mots sont mobilité et endurance.

D’abord je devais repartir directement aux USA en janvier 2012, accueillie à nouveau à Harvard par Beverly M. Kienzle. Nous avons eu en même temps un problème de santé (travailler derrière un ordinateur ou penchée sur des livres, est résolument mauvais pour le squelette) et j’ai donc dû différer mon voyage. Ensuite, j’ai dû m’occuper de la publication de ma thèse, écrire des articles, participer à des événements scientifiques, élargir mes champs de recherche, continuer à apprendre…et chercher du travail, tout cela en sachant que ce qui comptait pour moi par-dessus tout c’était de pouvoir exercer une activité de recherche, si possible complétée d’enseignement.

Sur quoi portent vos activités d’enseignement et de recherche ?

Mes études doctorales, soutenues par une allocation ministérielle de recherche et un monitorat de l’enseignement supérieur m’ont permis de commencer à enseigner à l’Université de Montpellier. Je dispensais alors des cours et animais des TD de Langue et littérature médiévales occitanes, et de civilisation médiévale essentiellement. Lors de mon séjour aux Etats-Unis, j’ai aussi eu la chance de me voir confier pendant 3 mois la partie d’étude de textes de langue d’oc du séminaire de Beverly M. Kienzle, Christian Latin and medieval Christianity, et d’enseigner à un public de doctorants anglophones. C’était très agréable et convivial, nous étions tous bien jeunes aussi.

Pendant l’été 2012, j’ai été recrutée comme ATER de Langue et littérature françaises médiévales à l’Université de Haute-Alsace (2012-2013). J’ai aussi été enseignante invitée de philologie gallo-romane à l’Université de Messine (session intensive de 20h à l’automne 2012, Italie), puis à nouveau ATER à l’Université de Clermont-Ferrand en 2013-2014. Ensuite, j’ai fait un post doctorat au Département de français de l’Université de Toronto (2014). Je suis maintenant chargée de cours en langue et littérature françaises du Moyen Âge et histoire de la langue française auprès des Universités de Toulon et de Montpellier, et collaborateur postdoctoral à un projet anglo-italien sur les chansons de croisade françaises et occitanes dirigé à l’Université de Warwick par Linda M. Paterson. Voilà pour l’aspect administratif.

Mon activité d’enseignement est aujourd’hui focalisée sur les langues et littératures d’oc et d’oïl (et surtout d’oïl), la philologie gallo-romane et l’histoire de la langue française. Au cours de ces années, j’ai eu l’occasion de me constituer une expérience vraiment diversifiée : CM, TD, enseignements de spécialité ou trandisciplinaires, préparation au concours, séminaires de recherche, et d’être face à un public francophone, anglophone ou italianophone. Cela m’a obligée à une certaine flexibilité mais c’est intellectuellement et humainement vraiment enrichissant.

En ce qui concerne la recherche je me suis résolument tournée vers une approche conjointe en français et en occitan, des corpus lyriques et épiques.

Lors de mon post doctorat à Toronto, sous la direction de Dorothea Kullmann, j’ai travaillé sur les formules dans l’épique occitane. J’y cherchais à l’origine, car j’avais été recrutée pour cela, des influences du français ou des formules de pseudo-français dans le corpus épique occitan en comparant ses tournures formulaires avant les plus anciens textes épiques français, mais j’ai pu aussi mettre au jour des formulations typiquement d’oc. Tout cela constitue un énorme dossier, qui est toujours en cours de rédaction pour publication. De ce fait, j’ai décidé que, vu le peu d’intérêt de nos études pour l’épique d’oc, il fallait tenter une initiative pour conjuguer les forces de chercheurs épars ; et c’est ainsi que je suis devenue responsable d’un numéro thématique de la Revue des langues romanes (1, 2017 en cours d’écriture) consacré à l’épique occitane. J’ai aussi écrit sur des sujets plus variés : les réécritures de l’épique en prose aux XIVe-XVIe siècles, l’essor de la philologie au XIXe siècle et ses effets sur les idéologies renaissantistes d’oc ; je collabore avec Jean-Pierre Chambon pour une série de travaux philologiques.

Par la croisade en quelque sorte je passe de l’épique à la lyrique, bien que présenté ainsi cela reste schématique. J’ai entamé un projet au long cours – qui constituera à terme le principal document de mon dossier d’habilitation – sur les chansons de croisade françaises et occitanes à visée exhortative ou critique. Il s’agit d’en étudier, toujours du point de vue du philologue, les structures, les arguments etc. et surtout de percevoir l’originalité de leur discours et leur capacité à se faire prédication et écho de celle-ci. C’est un sujet vraiment très intéressant dont les disciplines connexes sont l’histoire et la théologie. J’ai la chance de pouvoir travailler sur un corpus initial entièrement revu et réédité pour la partie éditoriale du projet, presque terminé, et dirigé à Warwick par Linda M. Paterson Troubadours, trouvères and the Crusades auquel je collabore pour la partie d’étude des textes. Et c’est cette première étape qui m’amène parmi vous à Poitiers.

Pourquoi le choix du CESCM ?

Je suis ici dans le cadre de ma collaboration à ce projet de recherche Troubadours, trouvères and the Crusades mené principalement à l’Université de Warwick, afin d’écrire dans un ouvrage de Linda M. Paterson consacré au corpus des chansons de croisade françaises et occitanes, un chapitre sur la rhétorique (style et arguments) de ces textes. J’en profite d’ailleurs pour la remercier d’avoir su trouver les fonds dans le budget du projet pour me permettre d’être ici à Poitiers dans de bonnes conditions.

Le CESCM fut pour moi une évidence pour deux raisons. La première est la présence de Martin Aurell qui est l’auteur d’un ouvrage récent et essentiel sur la critique chrétienne de la croisade aux XIIe et XIIIe siècles, Des chrétiens contre les croisades, XIIe-XIIIe siècle1 et a eu la gentillesse d’accepter de m’accueillir ici au CESCM comme chercheur invité, sous sa responsabilité scientifique, lorsque je l’ai sollicité. La seconde est bien sûr la richesse du fonds Moyen Âge de la bibliothèque universitaire, et les collections propres du CESCM.

L’intense vie scientifique de la médiévistique me permet ici d’espérer des échanges féconds enrichissants avec les médiévistes présents. Enfin j’ajouterai que Poitiers et le CESCM pour une occitanisante, furent aussi le lieu, en son temps, de Pierre Bec.

Vous avez récemment publié un ouvrage.

Oui c’est exact. Après ma soutenance, j’ai eu la chance d’obtenir un Prix de thèse, et de trouver un éditeur. Ma thèse est parue cet automne aux éditions Honoré Champion sous le titre Lorsque la poésie fait le souverain : étude sur la « Chanson de la croisade Albigeoise »2 . Préfacé par Beverly Mayne Kienzle, l’ouvrage est donc l’étude, dans le champ de la littérature médiévale épique, d’un discours de propagande en faveur du parti des Raimondins de Toulouse dans le cadre de la Croisade albigeoise. Parmi les révisions qui ont visé à rendre l’ouvrage plus accessible à un lecteur non spécialiste (ce qui me tenait à cœur), j’ai ajouté un avant-propos qui tente d’expliquer avec des mots simples un sujet assez complexe. Je suis très heureuse de cette parution, qui après avoir pris du retard, me permet enfin de finir de tourner la page.

Un dernier mot ?

Oui, je voulais remercier les personnels du Centre, ainsi que ma collègue de bureau Bonnie Effros, de la bienveillance de leur accueil, qui me permet de passer un séjour agréable en plus d’être fécond.

Ouvrir ce lien pour consulter la bibliographie complète de Marjolaine

Avec l’aimable participation d’Estelle Ingrand-Varenne

 

 

 

  1. Martin AURELL, Des chrétiens contre les croisades, XIIe-XIIIe siècle, Paris, Fayard, 2013 []
  2. Marjolaine RAGUIN, Lorsque la poésie fait le souverain : étude sur la « Chanson de la croisade Albigeoise », Paris, H. Champion, 2015, 680 p. []

[3-4 septembre 2015] La traduction “empêchée”, les supercheries et les catastrophes

Journées d’étude (CESCM-CESR) Poitiers, organisées par Claudio Galderisi et Jean-Jacques Vincensini.

Dans le cadre du deuxième volet du projet ARC LINGUAE (« Topologie des translations médiévales : Explorations des frontières de la translatio »).

Les clercs médiévaux ont été les premiers à faire de la traduction une liturgie de la secondarité et une éthique de la subjectivité ; ils ont été également les acteurs d’une sélection intellectuelle et littéraire, qui pour être moins visible, et moins étudiée, n’en constitue pas moins la trace d’une certaine imperméabilité du monde médiéval. À côté de la formidable entreprise de forgerie du présent à travers la réécriture du passé qu’a été la translatio studii, ces admirateurs des auctoritates en ont délaissé plus d’une. Ces absences sont d’autant plus frappantes, que la traduction, l’adaptation, la citation, y compris non créditée et donc pouvant faire transiter dans la culture vernaculaire aussi des seniores théoriquement incompatibles avec l’horizon chrétien, apparaissent comme consubstantielles à l’œuvre du clerc médiéval. Parallèlement à ce silence des clercs, il y a des textes qui affichent leur secondarité, en surjouant parfois du rapport à l’auctoritas, selon un modèle rhétorique qui a été appelé « topos du livre source ». Comment interpréter cette incontestable disposition à la falsification propre à des clercs nourris de morale chrétienne ? Autant de questions qui permettront d’analyser au-delà de la surface du texte les stratégies et les mécanismes de cette étonnante altérité textuelle.

« Cornelius Nepos découvre dans une armoire l'Histoire de Troie de Darès le Phrygien »  Benoît de Sainte-More, Roman de Troie, Paris, BnF, anonyme, début du XIVe s.
« Cornelius Nepos découvre dans une armoire l’Histoire de Troie de Darès le Phrygien »
Benoît de Sainte-More, Roman de Troie, Paris, BnF, anonyme, début du XIVe s.

Participeront à cette journée d’étude une dizaine de spécialistes selon le modèle de la journée sur la traduction intralinguale organisée le 4 et 5 septembre 2014 :

– Vladimir Agrigoroaei (Post-doc, Univ. de Vérone-CESCM),

– Anna Maria Babbi (Professeur, Univ. de Vérone),

– Giovanni Borriero (Maître de conférences, Université de Padoue),

– Olivier Delsaux (Post-doc FNRS, Louvain),

– Jean-Marie Fritz (Professeur, Université de Dijon),

– Claudio Galderisi (Professeur, Univ. Poitiers-CESCM),

– Pierre-Marie Joris (Maître de conférences, Univ. Poitiers-CESCM),

– Françoise Laurent, (Professseur, Université de Clermont-Ferrand)

– Daniel O’Sullivan, (Professor, University of Mississipi)

– Cinzia Pignatelli (Maître de conférences, Univ. de Poitiers-CESCM),

– Jean-Jacques Vincensini (Professeur, Univ. de Tours-CESR),

– Michel Zink (Professeur au Collège de France ; secrétaire perpétuel de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres).

 

Contacts :

claudio.galderisi@univ-poitiers.fr
lalasoa.raynaud@univ-poitiers.fr

Téléchargement : Dépliant du programme des 3 et 4 septembre 2015

Programme

Jeudi 3 septembre


Table 1 : Le livre absent et son simulacre

14h30 – Claudio Galderisi : Le miroir de la source et les seuils de la traduction

14h50 – Jean-Jacques Vincensini : Effets thématiques et linguistiques de la nostalgie littéraire : les traductions du Moyen Âge flamboyant face à l’invention de sources

15h10 – Discussion

15h40 – Pause

Table 2 : Supercheries et sources empêchées ou cachées

16h – Anna Maria Babbi : La source cachée du Roman d’Eneas

16h20 – Françoise Laurent : Construire la vérité du texte sur des sources orales ? Le cas  inédit de la Vie de saint Thomas Becket de Guernes de Pont-Sainte-Maxence

16h40 – Discussion

17h10 – Pause

Table 2 : Suite

17h30 – Olivier Delsaux : Traduction empêchée, contrainte ou détournée : les paradoxes du poète, traducteur et humaniste Laurent de Premierfait

16h50 – Jean-Marie Fritz : Falsification suprême ? Lettres ou livres écrits par le Christ (légende d’Abgar, petit livret du Graal, lettre tombée du ciel …)

18h10 – Discussion

Vendredi 4 septembre


Table 3 :  La source entre mirage et recherche

10h – Vladimir Agrigoroaei : Comment trouver une traduction perdue. Les textes ‘vaudois’ du XIIe siècle

10h20 – Giovanni Borriero : Sources et auteurs dans la matière d’Alexandre

10h40 – Daniel O’Sullivan : Emprunts, glissements et effacements lyriques dans les traductions françaises du Ludus super Anticlaudianum  d’Adam de la Bassée

11h – Discussion

11h20 – Pause

11h45 –  Michel Zink : Conclusions

 

Participeront à la discussion des différentes tables rondes :

Pierre-Marie Joris (Maître de conférences, Univ. de Poitiers-CESCM)

Cinzia Pignatelli (Maître de conférences, Univ. de Poitiers-CESCM)

logo CESCM  CESR

 

[21-22 mai 2015] La notion de matière littéraire au Moyen Âge – II

Colloque international organisé par le CELLAM-CETM (université Rennes 2), le CESCM (université de Poitiers)

Dates :

Poitiers, les 12 et 13 mars 2015, salle Crozet du CESCM / Télécharger le programme

Rennes, les 21 et 22 mai 2015, Amphi B6 du CELLAM-CETM (Université de Rennes 2) Télécharger le programme

Saint-Savin sur Gartempe, N° de support DVD 00199 (Cliché photothèque  CESCM)
Saint-Savin sur Gartempe (Cliché J-P. Brouard / base Romane CESCM)

Tous les médiévistes ont un jour cité Jean Bodel : « Ne sont que .III. matieres a nul home antandant :
De France et de Bretaigne et de Rome la grant. »[1]

ou Chrétien de Troyes :

« Del Chevalier de la charrete
Comance Crestïens son livre,
Matiere et san li done et livre
La contesse et il s’antremet
de panser […] »[2].

Pourtant la lecture de bien des textes soulève des questions du type de celle que pose M. Szkilnik dans L’Archipel du Graal : « Si Jean Bodel avait lu l’Estoire del Saint Graal, à quelle matière l’aurait-il rattachée ? »[3], d’autant plus que la fin du Moyen Âge semble pratiquer ce que Richard Trachsler appelle « l’interférence des matières »[4].

Lors de ce colloque international, on s’interrogera sur la fréquence en ancien et moyen français des emplois de ce mot matiere (voire de ses équivalents en latin médiéval et dans d’autres langues). On questionnera la métaphore qui sous-tend ce terme matiere (ainsi que le latin materia, voire ses équivalents dans d’autres langues médiévales). Qu’est-ce qu’une matière pour un théologien, pour un auteur d’encyclopédie, pour un médecin ? L’apport de l’histoire des sciences pourrait se révéler important pour comprendre la métaphore sous-jacente à l’emploi littéraire.

 

Programme

 

Jeudi 21 mai


10h30 : Accueil des participants

11h : Ouverture

* La matiere, de la physis à la théologie et à la littérature

11h30 Denis Hüe (Université Rennes 2) : La matière imparfaite et les voies de sa perfection (Bersuire et quelques autres)

12h Quentin Vincenot (Université Rennes 2) : La peau du loup-garou, une entrée en matière

12h30-14h30 : Déjeuner

* La matiere littéraire : approches critiques et définitionnelles

14h30 Danièle James-Raoul (Université de Bordeaux) : La materia en question dans les arts poétiques médio-latins des XIIe et XIIIe siècles

15hAdeline Latimier (Université Rennes 2) : Le rôle du nom propre dans l’intégration d’un roman à une matière : réflexions sur l’inscription de romans tardifs en vers dans la matière arthurienne

15h30 Antonio Prudenzano (Université de Cagliari) : La matière, c’est (à) moi. La présence des adjectifs possessifs et l’attribution du matériau diégétique dans la littérature française du Moyen Âge

16h Hélène Bouget (Université de Bretagne Occidentale) : Matière et source : approche historiographique et critique

16h30-17h : pause

* Mise à l’épreuve de la notion de matière hors du champ romanesque

17h Sarah Delale (Université Paris IV Sorbonne) : Transformations de la matière et composition littéraire chez Christine de Pizan

17h30 Fabienne Pomel (Université Rennes 2) : La matière et le geste créateur dans l’écriture philosophique et allégorique de Christine de Pizan (Le Chemin de longue étude et L’Advision Cristine)

18h Ana Loba (Université Adam Mickiewicz, Poznan) : « Un « rude » écrivain face à une matière « soutile » : Philippe de Mézières et son Livre de la vertu du sacrement de mariage et reconfort des dames mariées

18h30 María Pilar Suárez (Universidad Autónoma de Madrid) : Matière littéraire/matière discursive: Le discours et le geste dans le théâtre médiéval

Dîner à 20h

Vendredi 22 mars


* Matières et transgressions : Rome, France et Bretagne

8h – Alain Corbellari (Universités de Lausanne et de Neuchâtel) : L’épopée impertinente

8h30Lucilla Spetia (Université de L’Aquilla) : Le creuset du roman médiéval : l’interférence des genres dans Yvain et dans Partenopeus de Blois

9hNatalia Dolgorukova (École des Hautes Études en Sciences Économiques, Université d’État Moscou, Paris IV Sorbonne) : Quand la matière devient héroïne d’une parodie

9h30Luminita Diaconu (Université de Bucarest) : Concurrence et degrés d’assimilation des matières dans deux romans du XIIIe siècle : Guillaume de Dole et Flamenca

10h-10h30 : pause

10h30 Myriam White (Université d’Arras) : Transgression des « matières » et conception de la « fiction »

11h Silvère Menegaldo (Université d’Orléans) : Erreurs en la matière ? A propos de certaines interférences entre référence mythologique et référence épique dans la poésie lyrique du XIVe siècle

11h30 Géraldine Toniutti (Université de Lausanne) : L’interférence des matières : une poétique du Moyen Âge finissant ?

12h-14h : Déjeuner

* D’autres matières ? Autour du Graal

14h Karine Bougie (Université d’Ottawa) : La « matere du Saint Graal » et ses auteurs

14h30 – Mihaela Voicu (Université de Bucarest) : La spiritualisation de la matiere dans les romans du Graal

15h Jean-Marie Fritz (Université de Bourgogne) : La matière biblique selon Evrat

15h30-16h : Pause

D’autres matieres, d’autres langues

16h Keith Busby (Université du Wisconsin) : Matter of England, Matter of Ireland?

16h30 – Catalina Girbea (Université de Bucarest) : La matière de Grèce et la guerre des matières dans Florimont, Partonopeu de Blois et Eracle

17h Irène Fabry (Université de Reading) : “But now repeireth the tale to his mater” : Le développement de l’utilisation du terme « mater(e) » dans la traduction en moyen anglais du Merlin et de la Suite Vulgate

17h30 Clément Auger (Université Rennes 2) : la matière littéraire et ses propriétés dans l’oeuvre de Cristoforo Landino

18h – Conclusions

 

[1] Chanson des Saisnes, éd. A. Brasseur, Genève, Droz, TLF, 2 vol. , v. 6-7.

[2] Le Chevalier de la charrette, éd. Ch. Méla, Paris, La Pochothèque, 1994, v. 24-28.

[3] L’archipel du Graal. Étude de l’Estoire del Saint Graal, Genève, Droz, 1991, p. 111.

[4] Disjointures–conjointures. Étude sur l’interférence des matières narratives dans la littérature française du Moyen Âge, Tübingen et Basel, Francke, 2000.

[12-13 mars 2015] La notion de matière littéraire au Moyen Âge – I

Colloque international organisé par le CELLAM-CETM (université Rennes 2), le CESCM (université de Poitiers)

Dates :

Poitiers, les 12 et 13 mars 2015, salle Crozet du CESCM / Télécharger le programme

Rennes, les 21 et 22 mai 2015 (programme ultérieurement)

Saint-Savin sur Gartempe, N° de support DVD 00199 (Cliché photothèque  CESCM)
Saint-Savin sur Gartempe (Cliché J-P. Brouard / base Romane CESCM)

Tous les médiévistes ont un jour cité Jean Bodel : « Ne sont que .III. matieres a nul home antandant :
De France et de Bretaigne et de Rome la grant. »[1]

 

ou Chrétien de Troyes :

« Del Chevalier de la charrete
Comance Crestïens son livre,
Matiere et san li done et livre
La contesse et il s’antremet
de panser […] »[2].

Pourtant la lecture de bien des textes soulève des questions du type de celle que pose M. Szkilnik dans L’Archipel du Graal : « Si Jean Bodel avait lu l’Estoire del Saint Graal, à quelle matière l’aurait-il rattachée ? »[3], d’autant plus que la fin du Moyen Âge semble pratiquer ce que Richard Trachsler appelle « l’interférence des matières »[4].

Lors de ce colloque international, on s’interrogera sur la fréquence en ancien et moyen français des emplois de ce mot matiere (voire de ses équivalents en latin médiéval et dans d’autres langues). On questionnera la métaphore qui sous-tend ce terme matiere (ainsi que le latin materia, voire ses équivalents dans d’autres langues médiévales). Qu’est-ce qu’une matière pour un théologien, pour un auteur d’encyclopédie, pour un médecin ? L’apport de l’histoire des sciences pourrait se révéler important pour comprendre la métaphore sous-jacente à l’emploi littéraire.

 

Programme

 

Jeudi 12 mars

9h30 : Accueil des participants

10h00-10h30 : Rapport introductif : Christine Ferlampin-Acher (Université de Rennes 2) et Catalina Girbea (Université de Bucarest – CESCM Poitiers)

10h30-12h30 : Matières bodéliennes et interférences

Sous la présidence de Martin Aurell (Université de Poitiers)

Anne Berthelot (Université de Connecticut) : Matière de Bretagne, Matière d’Arthur, Matière de Merlin : a matter of opinion

Christine Ferlampin-Acher (Université de Rennes 2) : Laurin : li contes de Bretaigne sont sage et de sens aprendant

Pierre Courroux (Université de Poitiers) : Ni vaine ni plaisante ? La matière de Bretagne et les chroniqueurs

Jérôme Devard (Université de Poitiers) : La vision généalogique structurante de la Matière de France : quand la « geste » s’oppose au « cycle »

12h30-14h30 : Déjeuner

14h30-15h30 : Matières médiévales entre héritage et translatio

Sous la présidence de Jean-Jacques Vincensini (Université de Tours)

Claudio Galderisi (Université de Poitiers) : Les chameaux d’Aristote et la matire des auteurs médiévaux

Vladimir Agrigoroaei (Université de Poitiers / Université de Vérone) : Quelle matière pour quelle translatio ? L’héritage de l’Antiquité dans les traductions françaises du XIIe siècle

15h30-16h00 : pause café

16h00-18h00 : Matières, genres et culture matérielle

Sous la présidence de Claudio Galderisi (Université de Poitiers)

Jean-Jacques Vincensini (Université de Tours) : Le réel du roman dit « réaliste ». Un genre en trompe l’œil

Cécile Voyer (Université de Bordeaux III – CESCM Poitiers) : Translatio et processus créatif des œuvres visuelles aux Xe-XIe siècles

Estelle Ingrand-Varenne (Université de Poitiers) : Des inscriptions sans matière : le paradoxe de la poésie à caractère épigraphique

 

Vendredi 13 mars

9h00-10h00 : Matière et Orient

Sous la présidence de Catherine Gaullier-Bougassas (Université de Lille 3)

Susanne Friede (Université de Klagenfurt) : Les débuts d’une matière : approches définitoires et éléments constitutifs de la ‘matière du Graal’

Veronica Grecu (Université de Bacau) : D’Orient en Occident : matière, mirage, héritage dans Barlaam et Josaphat et les Sept Sages de Rome

10h00-10h30 : pause café

10h30-12h00 : Matières d’Orient

Sous la présidence d’Anne Berthelot (Université de Connecticut)

Catherine Gaullier-Bougassas (Université Charles de Gaulle Lille 3) : Les conquêtes de la « matière » polymorphe d’Alexandre le Grand du XIIe au XVe siècle : hybridité, dépassement des frontières génériques et ouverture vers des horizons littéraires multiples

Karin Ueltschi (Université de Reims) : La matière de Jérusalem : genèses, correspondances, conjointures

Élodie Fourcq (Université de Pau et des Pays de l’Adour) : Barlaam et Josaphat, témoins d’une matière d’Orient ?

12h00-14h00 : Déjeuner

14h00-16h30 : Matières et contamination biblique

Sous la présidence de Catalina Girbea (Université de Bucarest)

Édina Bozoky (Université de Poitiers) : La transmission orale de la matière hagiographique au haut Moyen Age

Marie-Geneviève Grossel (Université de Valenciennes) : De la materia hagiographique à la matière romanesque ? Quelques pistes pour une définition dans les translations romanes des Vitae de Jérôme (Paul l’Ermite/Hylarion/Malchus)

Juliette Bourdier (University of the College of Charleston) : La « matière » infernale, « senefiance » syncrétique et polyphonies littéraires

Daniela Mariani (Universita degli Studi di Trento) : Matiere, exempla et sermons : le cas de la Vie des Pères

Brindusa Grigoriu (Université de Iaşi) : AdamTristan au XIIe siècle : une matière biblique ?

 


 

[1] Chanson des Saisnes, éd. A. Brasseur, Genève, Droz, TLF, 2 vol. , v. 6-7.

[2] Le Chevalier de la charrette, éd. Ch. Méla, Paris, La Pochothèque, 1994, v. 24-28.

[3] L’archipel du Graal. Étude de l’Estoire del Saint Graal, Genève, Droz, 1991, p. 111.

[4] Disjointures–conjointures. Étude sur l’interférence des matières narratives dans la littérature française du Moyen Âge, Tübingen et Basel, Francke, 2000.

[4-5 sept. 2014] De la traduction médiévale à la seconde main moderne. Théories, pratiques et impasses de la translatio contemporaine

Journées d’étude (CESCM-CESR) Poitiers, 4 et 5 septembre 2014.

Organisée par Claudio Galderisi et Jean-Jacques Vincensini.

La question de la traduction et de la seconde main a été au cœur d’une réflexion que les clercs médiévaux n’ont cessé de renouveler. La traductologie médiévale en témoigne.

Les traducteurs du Moyen Âge se sont souciés de la nature et de la qualité de leur traduction : respect du mot à mot, choix délibéré d’une nette distance avec la langue et le rythme de la syntaxe de l’œuvre-source.

Confrontés à ceux qui posaient comme des nains et qui regardaient de haut les géants sur lesquels ils prétendaient s’être juchés, les clercs modernes, les philologues ont choisi une autre posture : la neutralité scientifique, le refus de la confrontation linguistique et épistémologique avec le texte à translater. Si, dans les dernières décennies, l’immense majorité des éditions-traductions de textes médiévaux présentent, longuement, leurs principes d’édition, très peu s’efforcent de justifier les choix qui ont fondé leur traduction, au-delà de quelques stéréotypes d’usage. La traduction d’œuvres médiévales, si peu problématisée, n’utilise-t-elle pas une langue artificielle, visant un destinataire non identifié ? Cette traduction peut-elle aller de soi, comme une évidence, car relevant toujours, plus ou moins, du « même au même », du moins en français, comme un domaine réservé aux spécialistes de la langue médiévale que des décennies d’avancées dans le champ de la « traductologie » ne concerneraient pas ?

 tapisserie

Programme :

Jeudi 4 septembre

Table 1 : « Traduire est éditer. Pourquoi (résistances et absences), pour qui, comment ? »

14h30 : Claudio Galderisi (Professeur, Univ. Poitiers-CESCM) : « Un truchement me faut quérir… » Peut-on traduire pour qui ne connaît pas le français médiéval ?

14h50 : Jean-Jacques Vincensini (Professeur, Univ. de Tours-CESR) : « Dix années de traduction : état des lieux »

15h10 :  Discussion

Table 2 : « Un fort français ? Du même au même »

16h : Nathalie Bragantini (ATER, Docteur, Univ. de Créteil) : « Transposition du même au même, ou accès à une altérité préservée ? Traduire l’Espinette amoureuse de Jean Froissart »

16h20 : Jean-Marie Fritz (Professeur, Univ. de Bourgogne) : « Traduire les fatrasies : surréalisme et philologie »

16h40 : Discussion

Table 3 : « D’autres faces du même »

17h30 : Valérie Fasseur (Maître de conférences, Univ. de Pau) : « De l’ancienne langue d’oc au français moderne : l’exemple de Flamenca » 

17h50 : Anna Maria Babbi (Professeur, Univ. de Vérone) : « Les traductions des textes en ancien français en Italie »

18h10 : Discussion

 

Vendredi 5 septembre

Table 4 : « Une lettre immuable ? La théologie et la science »

9h30 : Vladimir Agrigoroaei (Post-doc, Univ. de Vérone-CESCM) : «  Quelques réflexions au sujet des traductions de la Bible en français. Un problème de méthodologie ». »

9h50 : Joëlle Ducos (Professeur, Univ. Paris-Sorbonne) : « La science médiévale ou l’étrange familiarité »

10h10 : Discussion

Table 5 : « Deux seuils de la traduisibilité : le roman et la poésie »

11h : Jacqueline Cerquiglini-Toulet (Professeur, Univ. Paris-Sorbonne) : « De soi à soi. Traduire en français la poésie française médiévale : la vibration sonore du même »

11h20 : Discussion

11h45 : Michel Zink (Professeur au Collège de France ; secrétaire perpétuel de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres) : « Conclusions »

 

Participeront à la discussion des différentes tables rondes :

Pierre-Marie Joris (Maître de conférences, Univ. Poitiers-CESCM)

Cinzia Pignatelli (Maître de conférences, Univ. de Poitiers-CESCM)

 

Pour voir le programme et le dépliant