Archives par mot-clé : Littérature médiévale

[31 mai] La langue française et la question de la paix à la fin du XIVe siècle

La langue française et la question de la paix à la fin du XIVe siècle

Lieu : Poitiers, CESCM, 24 rue de la Chaîne – salle Crozet

Date : mercredi 31 mai de 16h à 17h30

Invitée par Martin Aurell au CESCM du 15 mai au 15 juin 2017, Professeure assistante avancée de littérature française du Moyen Âge à l’université du Tennessee, Knoxville, Anne-Hélène Miller étudie les domaines français et occitan à la fin du Moyen Âge dans une approche interdisciplinaire (littérature, sociolinguistique, histoire, art, théologie). Ses recherches portent notamment sur Guillaume de Machaut, Jean Froissart, Nicole Oresme, Eustache Deschamps, et le Roman de la Rose. Elle est actuellement présidente de la Société Internationale Guillaume de Machaut et elle fait partie du comité exécutif du forum Lettres Médiévales françaises du MLA.

Sa conférence s’inscrit dans son projet actuel de livre sur le statut littéraire du français en France au XIVe siècle. Il s’agit de revisiter l’articulation entre la dimension tout d’abord transnationale de la langue française dès le XIIe siècle e et celle de la prise de conscience du rôle de la langue dans la construction d’une identité « nationale » à partir du XIVe siècle. Ces deux aspects sont trop souvent considérés séparément dans l’histoire de la langue française. Il s’agira donc de les explorer en créant des liens entre une variété de texte et d’auteurs, en particulier de Jean Froissart et de Philippe de Mézières.

Voir la bibliographie ICI

Les ‘Mort d’Arthur’ moyen-anglaises en vers

C. Stévanovitch, A. Mathieu

Les ‘Mort d’Arthur’ moyen-anglaises en vers

Turnhout : Brepols, 2017

Textes vernaculaires du Moyen Âge (TVMA, 17), 568 p.

ISBN : 978-2-503-56929-1

Première traduction française des deux Mort d’Arthur moyen-anglaises en vers

Les deux poèmes moyen-anglais réunis ici relatent, chacun à sa manière, la mort tragique du roi Arthur. Morte Arthur donne une place prépondérante aux amours de Lancelot et Guenièvre, aux effets catastrophiques. Dans Morte Arthure, par contraste, Arthur est un chef de guerre, d’abord favorisé, puis abandonné par la fortune. Les divergences entre les deux poèmess’expliquent en grande partie par la nature de leurs sources : roman français en prose pour Morte Arthur, corpus de chroniques pour Morte Arthure.

Ces deux poèmes constituent des jalons importants dans l’histoire de la geste arthurienne en raison notamment de l’influence qu’ils ont exercée sur Malory, auteur de la vaste compilation connue sous le nom de Morte DArthur (1485). Or celle-ci nourrit l’imaginaire arthurien depuis plus de cinq cents ans : voir Idylls of the King, de Tennyson (1859), ou le film Excalibur de John Boorman (1981).

Ces deux Mort d’Arthur ont été éditées en un seul volume en 1972 (Larry  Benson). Il était, de fait, utile de rassembler deux poèmes portant sur le même sujet, mais issus de traditions différentes. Cette traduction française s’inscrit dans la lignée du travail de Benson.  Elle est assortie d’un ensemble de notes.

Poèmes traduits et présentés par Guy Bourquin, Hélène Dauby, Jean-Paul Débax, Philippe Mahoux-Pauzin, Anne Mathieu, Marthe Mensah, Geneviève Nore, Colette Stévanovitch, Claire Vial et Martine Yvernault.

Sous la direction de Colette Stévanovitch et Anne Mathieu

Colette Stévanovitch est professeur à l’Université de Lorraine. Ses travaux de recherche portent sur la littérature vieil-anglaise et moyen-anglaise et l’histoire de la langue anglaise.

Anne Mathieu est maître de conférences à l’Université Paul Valéry (Montpellier 3). Ses travaux de recherche portent sur la littérature vieil-anglaise et moyen-anglaise et la linguistique anglaise.

En collaboration, Colette Stévanovitch et Anne Mathieu ont encadré la traduction des Lais bretons moyen-anglais publiée chez Brepols en 2010.

Table of Contents

Introduction générale

Stanzaic Morte Arthur
– Introduction
– Texte et traduction
– Notes

Alliterative Morte Arthure
– Introduction
– Texte et traduction
– Notes
– Glossaire

Bibliographie

 

Soutenance de thèse de Julie Métois, CESCM (24 juin 2016)

Le 24 juin 2016 dans la salle des Actes de l’Hôtel Fumé, Julie Métois soutenait sa thèse de doctorat en littérature française médiévale, titrée : « Histoires inédites de la translatio studii : des poètes aux chroniqueurs. Édition critique et études des Adventures qui avinrent a Troies de Jean de Flixecourt et de l’Estoire des Troiens de Jofroi de Waterford ». Les travaux de recherche ont été exposés devant un jury ainsi composé : Claudio Galderisi et Cinzia Pignatelli (co-directeurs de thèse), Laurence Mathey-Maille (Université du Havre), Francine Mora-Lebrun (Université de Versaille-Saint-Quentin-en-Yvelines, rapporteur), Pierre Nobel (Université de Strasbourg, rapporteur), Jean-Jacques Vincensini (Université de Tours).

1-jofroi-waterford

Le projet de thèse de Julie nait à la suite du travail d’édition porté a bon terme pendant son Master et grâce à sa grande passion pour l’objet manuscrit. Cette étude consiste en une édition critique et dans l’analyse traductologique de deux ouvrages jusqu’à aujourd’hui inédits. Les Adventures et l’Estoire sont, notamment, les traductions en ancien français les plus fidèles au récit écrit en latin Historia de excidio Troiae, composé au passage entre le Ve et le VIe siècle par Darès le Phrygien. Ayant combattu directement la guerre de Troie, Darès était considéré comme une source véritable au Moyen Âge : son De excidio a reçu les faveurs de plusieurs auteurs médiévaux, parmi lesquels on cite Isidore de Séville et Benoît de Sainte-Maure.

Le but de cette thèse est double : rendre accessibles aux spécialistes les traductions des ouvrages encore inédites et proposer une étude traductologique comparative des deux auteurs contemporains. Julie a atteint ces objectifs, menant une démarche en deux moments. Premièrement, elle propose l’édition de ces ouvrages en trois étapes successives : à travers l’identification des exemplaires, par une analyse codicologique et enfin par une étude linguistique. Les analyses codicologiques et paléographiques soignées visent à corroborer les hypothèses déjà avancées concernant la datation et la provenance des traductions : l’examen linguistique va compléter les informations présentées, identifiant aussi les aires géographiques de provenance des traducteurs.

L’étude des exemplaires est basée pour le roman de Jofroi de Waterdorf sur un manuscrit de la Bibliothèque Nationale de France (Fr. 1822, f. 46r-57r) très bien conservé. De la traduction de Jean de Flixencourt on a des versions conservées dans deux manuscrits, l’un consultable à la Bibliothèque Royale de Copenhague (GKS 487, f. 45r-60v) et un autre à la Bibliothèque Nationale de Turin (1677 / L IV 33). Ce dernier se présente en très mauvais état, ayant subi l’incendie de la bibliothèque au début du XXe siècle. À cause de l’état incomplet de ce dernier, l’exemplaire de Copenhague s’est imposé comme objet d’étude pour aboutir à la recherche.

Les conclusions partielles que Julie avance après cette première analyse permettent d’affirmer que Jofroy de Waterford offre une traduction mot à mot de la source latine, ainsi que Jean de Flixecourt prend la liberté de proposer des ajouts et des arrangements de la version originelle.

Dans une deuxième partie, « une étude traductologique méticuleuse » (Claudio Galderisi) est présentée, servant à comprendre les revendications des auteurs et à proposer une analyse pratique de la traduction. À son tour cette partie se développe en trois moments : l’identification des exemplaires latins potentiellement employés par les traducteurs, qui fait déduire que le moine bénédictin Jean de Flixecourt s’appuie sur des manuscrits provenant des alentours de Corbie, ainsi que Jofroi de Waterford traduit à partir d’exemplaires anglais (ce qui ne devrait pas étonner, étant un moine dominicain d’origine irlandaise). La collation qui suit a permis de travailler sur trois manuscrits : le Royal ms. 10 A X (British Library) et le ms. lat. 4126 (Bibliothèque nationale de France) sur lesquels s’appuie la traduction de Jofroi de Waterford et le ms. 880 (Bibliothèque municipale de Douai) à la base du travail de Jean de Flixencourt. Enfin, une étude des prologues et des épilogues des deux traducteurs ainsi qu’une analyse de la langue, latine et française, complètent les deux étapes précédentes, soulignant un esprit plus conservateur dans le roman de Jofroi de Waterford et une attitude didactique et innovatrice dans la traduction de Jean de Flixecourt.

Cette recherche assidue et précise apporte enfin des résultats importants pour les études autour du phénomène de la translation studii et imperii, à travers une approche exhaustive à deux auteurs médiévaux jusqu’ici assez négligés, qui montrent par leurs ouvrages de rester fortement enracinés à la tradition ancienne, tout en cherchant des approches innovantes.

Nombreuses ont été les qualités de cette thèse déclarées par les membres du jury.

La méticulosité et la précision dont Julie a fait preuve tout au long de la rédaction de la thèse, ont été constamment admirées.

À plusieurs reprises on a souligné le mérite du travail, celui de dépasser les limites de la simple analyse philologique, touchant aussi à des champs d’études complémentaires (codicologie, paléographie) qui enrichissent et complètent les analyses linguistiques proposées par Julie.

Jean-Jacques Vincensini affirme que cet œuvre d’édition de textes va enfin combler le vide de transcription des deux ouvrages inédits, se proposant comme une recherche essentielle pour les spécialistes.

Le deuxième volume de la recherche a été aussi spécialement apprécié. Dans les annexes de ce « travail de thèse méthodique et qui se lit avec plaisir » (Francine Mora-Lebrun), on ne trouve pas que les éditions soignées des deux romans de Jean de Flixecourt et de Joffroi de Waterford, protagonistes de la recherche. À enrichir le matériel de comparaison et pour une meilleure compréhension du lecteur, Julie propose aussi une transcription de la source originaire en latin, ainsi que celle de certains autres témoins du De excidio[1]. L’édition du manuscrit de Turin a été spécialement appréciée, définie par J.-J. Vincensini comme « une entreprise épique », à la lumière de son état de conservation fragmentaire. Ce volume complémentaire, mais pas accessoire, du travail doctoral ici présenté se révèle ainsi un « outil de travail indispensable pour le médiéviste », comme l’affirme Claudio Galderisi.

À la lumière de toutes les qualités de cette thèse « fondée sur une démarche scientifique remarquable » (Laurence Mathey-Maille), et dans le souhait d’une prospère suite de ses recherches, Julie Métois a reçu le titre de docteur avec mention très honorable, assortie des félicitations du jury.

[1] Notamment : Royal ms. 10 A X (British Library) ; ms. 880 (Bibliothèque municipale de Douai) ; lat. 4126 (Bibliothèque nationale de France).

Les secrets du Graal

les-secrets-du-graal

Les secrets du Graal

Edina Bozoky

Paris : CNRS éditions, 2016, 224 p.

ISBN : 978-2-271-08312-8

 

Le graal – un plat de matière précieuse – apparaît pour la première fois dans le Perceval de Chrétien de Troyes au XIIe siècle. Il est porté en procession avec une lance qui saigne devant le jeune Perceval au château du Roi Pêcheur. Le sens de cette scène et la fonction des objets restent énigmatiques, car le roman n’a pas été achevé.

Dès la fin du XIIe siècle, une littérature abondante se forme autour de ces deux objets merveilleux, mêlant aventures chevaleresques et éléments religieux. Identifiés avec des reliques de la Passion du Christ, le Graal et la lance gardent toutefois certains aspects qui renvoient à un fonds païen. Les chevaliers du roi Arthur qui se lancent à leur quête cherchent à comprendre leurs « secrets », leur « vérité » qui ne peuvent être dévoilés qu’au meilleur d’entre eux.

L’ouvrage propose une introduction aux romans français médiévaux du Graal. Après l’esquisse de l’évolution de cette littérature, une approche globale présente ses principaux éléments : les personnages, les aventures, les objets merveilleux. L’évocation du contexte social et religieux de l’époque ainsi que celle des principales théories d’origine du thème du Graal complètent cette synthèse originale, destinée tout autant aux étudiants qu’au grand public.

Edina BOZOKY est maître de conférences en histoire médiévale à l’Université de Poitiers et membre du Centre d’études supérieures de Civilisation médiévale. Elle est spécialiste de l’histoire religieuse et s’intéresse en particulier aux légendes et croyances du Moyen Âge.

[8-9 juin] Les traductions médiévales à la Renaissance et les auto-traductions

Journées d’étude organisées par Jean-Jacques Vincencini (CESR) et Claudio Galderisi (CESCM)en lien avec le projet de recherche ARC Linguae

Lieu : CESR, salle Saint-Martin (Tours)

Date : 8 et 9 juin 2016

codex
Codex Manesse, fol. 383r, Meister Konrad von Würzburg Heidelberger historische Bestände – digital

Mercredi 8 juin

PARTIE 1 – Les traductions médiévales à la Renaissance
14h15 – Jean-Jacques Vincencini (Univ. Tours) : Ouverture de la journée
14h30 – Claudio Galderisi (Univ. Poitiers)  : L’héritage du Moyen Âge : la traduction entre rupture et continuité
Table 1 – Circulation et réception des classiques
14h50 – Frédéric Duval (École des Chartes) : Enquête sur la réception tardive des traductions françaises médiévales du « Corpus juris civilis »
15h10 – Silvère Menegaldo (Univ. Orléans) : Des Lamentaciones Matheoluli au Livre de Matheolus de la fin du XIIIe siècle au début du XIVe siècle
15h30 – Discussion & Pause
Table 2 – Les traductions médiévales et les nouveaux savoirs
16h – Cinzia Pignatelli (Univ. Poitiers) : Quand la traduction devient vitale : la médecine au début du XVIe siècle vue par Symphorien Champier
16h20 – Viola Mariotti (Univ. Poitiers) : Traduire Albertano da Brescia en moyen français entre l’automne du Moyen Âge et l’aube de la Renaissance : un état des lieux du corpus inédit des traductions du XVe siècle
16h40 – Discussion & Pause
Table 3 – Les traductions des textes sacrés et la ”modernité”
17h30 – Pierre Nobel (Univ. Strasbourg) : La Bible historiée imprimée par Antoine Vérard (1494-1495) et la Bible historiale de Guiart des Moulins
17h50 – Vladimir Agrigoroaei (CNRS) : Le vers et la prose dans les traductions françaises du Psautier au Moyen Âge et à la Renaissance
18h10 – Discussion

Jeudi 9 juin

PARTIE 2 – Les auto-traductions
Table 1 – Herméneutiques de l’auto-traduction
9h30 – Jean-Jacques Vincencini (Univ. Tours) : Des conditions de possibilité d’auto-traductions au Moyen Âge flamboyant. Intensité du plurilinguisme, statut de la méditation et nouvelles formes d’écriture
9h50 – Anna Maria Babbi (Univ. Verona) : L’auto-traduction au Moyen Âge : mensonges et vérités
10h10 – Discussion & Pause
Table 2 – Pratiques et exemples
10h50 – Marie-Luce Demonet (Univ. Tours) : Étienne Dolet, auto-traducteur bi-frons
11h10  – Marie-Christine Gomez-Géraud (Univ. Paris-Ouest) : La Bible et la Theologia deutsch : Castellion et ses « doublets de traduction »
11h30 – Discussion
11h45 – Conclusions

Avec le soutien financier

du CESR (UMR 7323 du CNRS), du CESCM (UMR 7302 du CNRS), de la fédération FESMAR, de l’Université de Poitiers (ARC), et de l’UFR Lettres et Langues de l’Université François-Rabelais de Tours

Programme en ligne

CESR – Centre d’études supérieures de la Renaissance
59, rue Néricault-Destouches BP 12050 – 37020 Tours Cedex 1
Tel. : 02 47 36 77 61 – www.cesr.cnrs.fr – www.cesr.univ-tours.fr

CESR logo CESCM culture com'  université françois rabelais index FESMAR-LOGO logo CNRS MSHS val de loire