Archives par mot-clé : Littérature médiévale

[20-22 sept.] Transferts culturels franco-italiens au Moyen Âge / Transferts culturali italo-francesi nel contesto medievale europeo

Transferts culturels franco-italiens au Moyen Âge /

Transferts culturali italo-francesi nel contesto medievale europeo  

Colloque organisé par la Società italiana di Filologia romanza, la Société de langues et littératures médiévales d’oc et d’oïl et la Société de Linguistique romane

Sous le haut patronage de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres et de la Fondation Primoli.

Avec le soutien du CESCM : Centre d’Études Supérieures de Civilisation Médiévale (Poitiers–CNRS), de SAPRAT : Savoirs et Pratiques du Moyen Âge au XIXe siècle (Paris) et d’Alithila : Analyses littéraires et histoire de la langue (Lille)

Comité scientifique :

Roberto Antonelli, Anna Maria Babbi, Marie-Madeleine Castellani, Véronique Dominguez, Joëlle Ducos, Claudio Galderisi, Lino Leonardi, Maria Luisa Meneghetti, Elisabeth Pinto-Mathieu, Antonio Pioletti, Arianna Punzi.

Dates : 20-22 septembre 2018

Lieux :

  • 20 septembre – École pratique des Hautes Études (salle Gaston Paris)
  • 21 septembre – Académie des Inscriptions et Belles-Lettres
  • 22 septembre – Sorbonne université (Amphi Guizot)

Les professeurs, les doctorant(e)s et les étudiant(e)s qui souhaitent s’inscrire pour assister au colloque pourront le faire sur le site de la « Société de langues et littératures d’oc et d’oïl » : http://www.conjointures.org/

Présentation / Presentazione

La Società italiana di Filologia romanza, la Société de langues et littératures médiévales d’oc et d’oïl et la Société de Linguistique romane ont décidé d’organiser conjointement un colloque consacré au thème des « transferts culturels franco-italiens au Moyen Âge ».

Le thème des transferts culturels, choisi par les trois sociétés, est apparu comme le meilleur moyen d’étudier ce qui à la fois rapproche et sépare ces deux espaces centraux de la Romania.

« Tout passage d’un objet culturel d’un contexte dans un autre a pour conséquence une transformation de son sens, une dynamique de resémantisation, qu’on ne peut pleinement reconnaître qu’en tenant compte des vecteurs historiques du passage. » Cette définition que Michel Espagne a donné des transferts culturels dans un article (Michel Espagne, « La notion de transfert culturel », Revue Sciences/Lettres, mis en ligne le 01 mai 2012), où il a voulu offrir un regard rétrospectif sur une notion qu’il avait contribué à introduire dans la recherche comparatiste à la fin des années 1988, peut s’appliquer mutatis mutandis aussi à la civilisation médiévale. Au sein de cette civilisation, l’espace linguistique, culturel et littéraire franco-italien apparaît à la fois comme manifestement proche et singulièrement diversifié.

Tout semble rapprocher ces deux mondes, à commencer par une latinité qui structure des deux côtés des Alpes la clergie. Le christianisme cimente cette communauté d’esprits, de mode de vies, de cultures, de croyances ; les écoles et les universités naissantes participent à ce mouvement biunivoque entre ces deux pôles de la Romania, qu’il serait impropre, du moins pour l’Italie, d’appeler pays. Ces va-et-vient sont tellement nombreux qu’ils semblent presque remettre en cause la notion de « transfert culturel », les deux contextes n’apparaissant que comme un seul monde et ne nécessitant donc aucune « dynamique de resémantisation » spécifique. Mais les ressemblances peuvent aussi cacher des mouvements souterrains culturels, linguistiques, esthétiques, religieux, qui aboutissent à une polarisation progressive de ces deux espaces et à des identités littéraires bien distinctes. Les multiples continuités dissimulent ainsi des ruptures de plus en plus profondes, à la fois épistémiques, historiques et sociales, qui obligent les clercs à produire de nouveaux codages, à élaborer un système de transferts d’autant plus complexe que la langue d’oïl peut devenir le moyen d’expression privilégié des prosateurs italiens, et la langue d’oc le vecteur d’une nouvelle esthétique poétique, qui influence davantage les poètes transalpins que les trouvères.

Le colloque, qui aura lieu à Paris du 20 au 22 septembre 2018, entend donc contribuer au renouvellement des études comparatistes dans le domaine des lettres médiévales, favorisant une meilleure communication entre les spécialistes de la civilisation littéraire du Moyen Âge. La structuration des trois journées en cinq séances principales et deux tables rondes devrait permettre de réfléchir à ce sujet, et au-delà aux coopérations souhaitables entre les médiévistes qui s’intéressent aux études romanes, selon cinq approches complémentaires qui entendent tenir compte de l’ensemble des mouvements qui mettent en relation et en tension les lettres gallo-romanes et le volgare tout au long du Moyen Âge vernaculaire.  

***

La Società italiana di Filologia romanza, la Société de langues et littératures médiévales d’oc et d’oïl e la Société de Linguistique romane hanno deciso di organizzare insieme un Congresso dedicato al tema dei « transferts culturali franco-italiani nel Medio-Evo ». Il tema degli scambi culturali scelto dalle tre Società è infatti sembrato il modo migliore per studiare ciò che avvicina e separa questi due spazi così centrali della Romania.

« Tout passage d’un objet culturel d’un contexte dans un autre a pour conséquence une transformation de son sens, une dynamique de resémantisation, qu’on ne peut pleinement reconnaître qu’en tenant compte des vecteurs historiques du passage. » Questa definizione proposta da Michel Espagne (« La notion de transfert culturel », Revue Sciences/Lettres, in rete dal 01 mai 2012), e che ci offre uno sguardo retrospettivo intorno ad una nozione che lo studioso stesso ha contributo a introdurre nella ricerca comparatistica alla fine degli anni Ottanta, può aplicarsi mutatis mutandis anche alla civiltà medievale- All’interno di questa civiltà, lo spazio linguistico, culturale e letterario franco-italiano appare infatti ad un tempo come particolarmente vicino ed estremamente diversificato.

Tutto sembra avvicinare questi due mondi a partire dalla latinità che fonda, dai due versanti delle Alpi, la cultura. Il cristianesimo cementerà questa comunità spirituale, di modo di vivere, di cultura, di credenze; le scuole e le Università nascenti partecipano a questo movimento biunivoco fra questi due poli della Romania che sarebbe inesatto (almeno per l’Italia) chiamare paesi. La frequenza di questi scambi sembra addirittura mettere in discussione la nozione di transfert culturale, dal momento che i due contesti appaiono come un mondo unitario e non hanno quindi bisogno di una specifica “dinamica di risemantizzazione”. Ma le somiglianze possono nascondere dei movimenti sotterranei, culturali, linguistici, estetici, religiosi, che approderanno ad una polarizzazione progressiva dei due spazi e ad identità letterarie profondamente diverse. Dunque le molte continuità nascondono fratture sempre più profonde, ad un tempo epistemche, storiche e sociali che obbligano gli intellettuali a produrre nuovi codici, ad elaborare un sistema di transferts sempre più complesso nel momento in cui la lingua d’oïl diventa veicolo d’espressione privilegiata dei prosatori italiani e la lingua d’oc vettore di una nuova estetica poetica destinata ad estendere la sua influenza sui poeti transalpini e sui trovieri

Il Colloquio, che si svolgerà a Pargi dal 20 al 22 Settembre 2018, vuole dunque contribuire al rinnovamento degli studi di comparatistica el campo delle lettere medievali e favorire uno scambio più approfondito fra gli specialisri della civiltà letteraria del Medio Evo. Al di là dell’auspicabile cooperazione fra i medievisti che lavorano nel campo degli studi romanzi, la suddivisione in tre giornate ed in cinque principali sessioni e due tavole rotonde, consentirà di riflettere intorno a questo soggetto secondo cinque approcci fra loro complementari che tengano conto dell’insieme dei movimenti che mettono in relazione ed in tensione le letterature gallo romanze e i volgari dello spazio italiano.

 

Jeudi 20 septembre

École pratique des Hautes Études

(salle Gaston Paris)

9h – 18h

9h – Accueil

9h15 – Discours de bienvenue

Thème 1 – Approches méthodologiques et traditions critiques / Approcci metodologici et tradizioni critiche

Présidence : Roberto Antonelli (Professeur émérite à Sapienza, Università di Roma, Accademia nazionale dei Lincei)

 

9h30 – Massimo Bonafin (Università di Macerata), Somiglianze e differenze nella comparazione

10h – Frédéric Duval (École nationale des Chartes–Centre Jean Mabillon), avec Elisa Guadagnini (CNR–Opera del Vocabolario Italiano), Étude comparée de la représentation lexicale du théâtre antique en français et en italien médiévaux

10h30 – Discussion et pause

11h15 – Lino Leonardi (CNR–Opera del Vocabolario Italiano–Università di Siena), Ce que la philologie italienne a appris de la philologie française

11h45 – Anne Rochebouet (Université de Versailles Saint-Quentin/DYPAC), Le franco-italien : perspectives nationales

12h15 – Discussion

12h45 – Déjeuner (buffet)

 

Thème 2 – Influences linguistiques et modèles littéraires / Influenze linguistiche e letterarie

Présidence : Marie-Madeleine Castellani (Professeur à l’Université de Lille)

 

14h – Maria Colombo-Timelli (Sorbonne Université/STIH), Usuriers, couards, traîtres : la (mauvaise) réputation des Lombards en moyen français

14h30 – Giovanni Palumbo (Université de Namur), Laura Minervini (Università di Napoli, Federico II), La tradition de la Chanson d’Aspremont entre France et Italie

15h – Cinzia Pignatelli (Université de Poitiers – CNRS/CESCM), La première traduction française des traités moraux d’Albertano da Brescia a-t-elle été réalisée par un italien ? Retour sur une thèse récente

15h30 – Discussion et pause    

Table ronde sur le thème 2

Présidence : Jean-René Valette (Professeur à Sorbonne Université)

 

16h15 – Fabrizio Cigni (Università di Pisa), Valérie Fasseur (Université de Pau/ALTER), Paolo Squillacioti (CNR/Opera del Vocabolario Italiano), Andrea Valentini (Université Sorbonne nouvelle Paris 3/CLESTHIA), Barbara Wahlen (Université de Lausanne)

17h30 – Discussion

19h30 – Cocktail de bienvenue au Club des enseignants de la Sorbonne

 

Vendredi 21 septembre

Académie des Inscriptions et Belles-Lettres

9h30 – 18h

 

9h30 – Allocution de Michel Zink (Collège de France, Académie française, Secrétaire perpétuel de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres)

Thème 3 – Circulations de motifs lyriques et narratifs / Circolazione di forme e generi letterari, temi e motivi lirici e narrativi

Présidence : Arianna Punzi (Professeur à Sapienza, Università di Roma)

 

10h – Maria Luisa Meneghetti (Università di Milano), Du motif littéraire au motif artistique dans la culture française du Moyen Âge

10h30 – Richard Trachsler (Universität Zürich/Romanisches Seminar), Les voyages du cœur mangé. Du ragoût au ragot

11h – Nicola Morato (Université de Liège), « Quidiés vous estre fiex de roi por che que je vous i apel ? » Lorsque l’enfant paraît dans les cycles arthuriens en prose

11h30 – Discussion

12h15 – Cocktail déjeunatoire

 

Thème 4 – Traductions et bilinguisme / Traduzioni e bilinguismo

Présidence : Michel Zink (Professeur émérite au Collège de France, membre de l’Académie français, Secrétaire perpétuel de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres)

14h – Claudio Galderisi (Université de Poitiers–CNRS/CESCM), Deux cultures littéraires séparées par une même langue-mère ? Quelques seuils de la traduction entre l’oïl et l’italien (et vice-versa)

14h30 – Maria Careri (Università G. D’Annunzio, Chieti-Pescara), Copiare provenzale (e francese) in Italia nel Medioevo. Interferenze (paleo)grafiche.

15h – Fabio Zinelli (École pratique des Hautes Études/SAPRAT), Langues en contact et traditions littéraires dans les textes français d’Italie

15h30 – Discussion et pause

 

Table ronde sur le thème 4

Présidence : Sylvie Lefèvre (Professeur à Sorbonne Université)

 

16h15 – Luca Barbieri (Université de Fribourg), Roberto Tagliani (Università di Milano), Géraldine Veysseyre (Sorbonne Université – STIH)

17h15 – Discussion

20h – Dîner

 

Samedi 22 septembre

Sorbonne Université

9h-13h (Amphi Guizot)

Thème 5 : Modernité et Moyen Âge / Medioevo e Modernità

Présidence : Anna Maria Babbi (Professeur à l’Università di Verona)

 

9h – Roberto Antonelli (Sapeinza, Università di Roma), Nell’abisso degli archetipi

9h30 – Sébastien Douchet (Aix-Marseille Université–CIELAM), Esquisse d’une réception française de Brunet Latin à l’âge classique (XVIe-XVIIIe siècles)

10h – Discussion et pause

10h30 – Antonio Pioletti (Università di Catania), Francia, Italia, Mediterraneo: filologia romanza e filologie nazionali fra Medioevo e Moderno

11h – Jean-Jacques Vincensini (Université de Tours–CESR/CNRS), Lévi-Strauss à Carduel. Pensée mythique et médiévistiques italienne et française

11h30 – Discussion et pause

12h15 – Joëlle Ducos (Sorbonne Université–École pratiques des Hautes Études, STIH et SAPRAT), Conférence de clôture sur Umberto Eco.


Présentation / Presentazione 

La Società italiana di Filologia romanza, la Société de langues et littératures médiévales d’oc et d’oïl et la Société de Linguistique romane, avec la collaboration de la Fondation Primoli, organisent un colloque consacré au thème des « transferts culturels franco-italiens au Moyen Âge ».

Le thème des transferts culturels, choisi par les trois sociétés, est apparu comme le meilleur moyen d’étudier ce qui à la fois rapproche et sépare ces deux espaces centraux de la Romania.

Les va-et-vient entre ces deux mondes sont tellement nombreux qu’ils semblent presque remettre en cause la notion de « transfert culturel », les deux contextes n’apparaissant que comme un seul monde et ne nécessitant donc aucune « dynamique de resémantisation » spécifique. Mais les ressemblances peuvent aussi cacher des mouvements souterrains culturels, linguistiques, esthétiques, religieux, qui aboutissent à une polarisation progressive de ces deux espaces et à des identités littéraires bien distinctes.

La structuration des trois journées du colloque en cinq séances principales et deux tables rondes devrait permettre de réfléchir à ce sujet selon cinq approches complémentaires qui entendent tenir compte de l’ensemble des mouvements qui mettent en relation et en tension les lettres gallo-romanes et le volgare tout au long du Moyen Âge vernaculaire.  

***

La Società italiana di Filologia romanza, la Société de langues et littératures médiévales d’oc et d’oïl e la Société de Linguistique romane, con la collaborazione della Fondazione Primoli, organizzano un Congresso dedicato al tema dei « transferts culturali franco-italiani nel Medio-Evo ». Il tema dei transferts o scambi culturali scelto dalle tre Società è infatti sembrato il modo migliore per studiare ciò che avvicina e separa questi due spazi così centrali della Romania.

La frequenza degli scambi fra questi due mondi sembra addirittura mettere in discussione la nozione di transfert culturale, dal momento che i due contesti appaiono come un mondo unitario e non hanno quindi bisogno di una specifica “dinamica di risemantizzazione”. Ma le somiglianze possono nascondere dei movimenti sotterranei, culturali, linguistici, estetici, religiosi, che approderanno ad una polarizzazione progressiva dei due spazi e ad identità letterarie profondamente diverse.

La suddivisione del convegno in tre giornate ed in cinque principali sessioni e due tavole rotonde consentirà di riflettere intorno a questo soggetto secondo cinque approcci fra loro complementari che tengano conto dell’insieme dei movimenti che mettono in relazione ed in tensione le letterature gallo romanze e i volgari dello spazio italiano.


            

[12 juin] Conférence de Mary Franklin-Brown

Sur invitation de Vincent Debiais, Mary Franklin-Brown présente une conférence intitulée : Bertran de Born et saint Léonard, ou le trobar libérateur.

 

Date : Mardi 12 juin, 16h-18h.

Lieu : Poitiers, Faculté des Sciences humaines et arts, salle Crozet  du CESCM, 24 rue de la chaîne – Bâtiment E13

Entrée libre – Ouvert à tous

Mary Franklin-Brown est maître de conférences au Département de français et d’italien de l’Université du Minnesota, où elle étudie la littérature et l’histoire intellectuelle de la France pré-moderne. Elle propose des enseignements de littérature et langues médiévales (ancien français, ancien occitan et latin médiéval). Elle est membre du Centre d’études médiévales de son université où elle dirige les études de master et de doctorat.

Voir sa page académique ICI


Nous prenons comme point de départ une strophe du grand troubadour de Hautefort :
Chaque jour je ressemelle et retaille les barons,
je les refonds et je les trempe,
moi qui me proposais de les défricher.
Et je suis bien fou de m’en préoccuper,
car ils sont de plus mauvaise qualité 
que ne l’est le fer pour saint Léonard,
aussi faut-il être fou pour se donner de la peine pour eux.
(PC 80,44, strophe V, traduction de Gérard Gouiran)
À la différence de son confrère Arnaut Daniel, qui compare l’art de composition, le trobar, à une fabrication artisanale réussite, Bertran de Born se représente en artisan frustré par un matériau médiocre. Or cette analogie se transforme en miracle à la fin de la strophe : le fer que l’on brise, ce sont les chaînes des prisonniers libérés par saint Léonard.
La conférence proposée tentera une nouvelle explication de l’art des troubadours – et surtout du sirventes, genre dévoué aux commentaires sur les personnages et les habitudes du moment – en tant que libération. Le trobar, ce n’est pas la fabrication d’objets d’art poétiques. C’est plutôt la création, à partir d’un matériau de faits divers troublants, d’un jeu qui soulage et réjouit les cœurs.

Le Dit des trois morts et des trois vifs

Claudio Galderisi et Jean-Jacques Vincensini

Le Dit des trois morts et des trois vifs.
Éditions, traductions et études des versions médiévales (essai de ‘translatio’ collective)

Turnhout : Brepols, 2018

(Bibliothèque de Transmédie, BITAM ; 6) 216 p.

ISBN : 978-2-503-57972-6

À travers le chapitre introductif, les présentations des différentes sections, les glossaires et les brèves études linguistiques ainsi que l’étude des expressions formulaires, ce volume offre un tableau à la fois synthétique et analytique de la diffusion du Dit des trois morts et des trois vifs et permettent de mieux comprendre ses variantes et ses typologies.

Le présent ouvrage a pour ambition d’aborder tous les aspects théoriques et pratiques de la traduction intralinguale et interlinguale d’un texte poétique et d’un motif théologique qui a eu une circulation et une productivité, aussi bien textuelle qu’iconographique, extraordinaires au Moyen Âge : Le Dit des trois morts et des trois vifs.

Le choix de ce texte, qui présente, par-delà ses variantes et ses typologies, une structure narrative et une fonction d’exemplarité religieuse constantes et facilement reconnaissables par le lecteur médiéval, a ainsi constitué le point d’équilibre du présent travail. L’ouvrage, original dans sa méthode et ses visées, propose aussi bien une étude littéraire et historique du motif des trois morts et des trois vifs, qu’un accès aux différentes versions médiévales du texte, une réflexion traductologique tout autant qu’une tentative de restitution poétique.

 

Table of Contents

1. Vers et envers d’un séminaire sur la traduction intralinguale : l’exemplum des Trois morts et vifs, par Claudio Galderisi
2.  Les Trois Morts et les trois vifs : tour d’horizon, par Caroline Lambert
3.  Section « française »
a.  Présentation, par Jean-Jacques Vincensini
b.  Édition et traduction, dir. Claudio Galderisi, Pierre-Marie Joris, Cinzia Pignatelli, Jean-Jacques Vincensini, avec la collab. de Vladimir Agrigoroaei et Estelle Dupuy
c.  Présentation du glossaire, par Cinzia Pignatelli
d.  Glossaire, par Mickaël Dechaine, sous dir. Cinzia Pignatelli
4.  Section anglaise, par Karine Guibert † et Corinne Lamour, sous dir. Stephen Morrison
a.  Présentation, par Stephen Morrison
b.  Édition du texte et traductions
c.  Glossaire
5.  Section italienne, par Alessia Chapel, sous dir. Cinzia Pignatelli et Claudio Galderisi
a.  Présentation
b.  Édition et traductions en italien et en français
6.  Section latine, par Chiara Cracco, sous dir. Vladimir Agrigoroaei, Pierre-Marie Joris et Claudio Galderisi
a.  Présentation d’édition, par Vladimir Agrigoroaei
b.  Présentation de la traduction
c.  Édition et traduction
7.  Innovation et reprise dans Les Trois morts et les trois vifs : un motif en quête d’une structure, par Caroline Lambert et Vladimir Agrigoroaei
8.  Annexe
Edition et traduction de l’allemand, par Sara Gisselbaek avec la collaboration de Pierre-Marie Joris
9.  Postface, par Jean-Claude Schmitt

Claudio Galderisi, professeur de langues et littératures de la France médiévale à l’Université de Poitiers (CESCM). Il a dirigé entre autres les trois volumes des Translations médiévales. Cinq siècles de traductions en français au Moyen Âge (XIe-XVe s.) (Brepols, 2011).

Jean-Jacques Vincensini est professeur de langue et littératures médiévales à l’Université de Tours (CESR). Il a édité et traduit notamment les Romans de Mélusine de Jean d’Arras et de Couldrette et prépare l’édition et la traduction de l’Escoufle de Jean Renart.

[31 mai] La langue française et la question de la paix à la fin du XIVe siècle

La langue française et la question de la paix à la fin du XIVe siècle

Lieu : Poitiers, CESCM, 24 rue de la Chaîne – salle Crozet

Date : mercredi 31 mai de 16h à 17h30

Invitée par Martin Aurell au CESCM du 15 mai au 15 juin 2017, Professeure assistante avancée de littérature française du Moyen Âge à l’université du Tennessee, Knoxville, Anne-Hélène Miller étudie les domaines français et occitan à la fin du Moyen Âge dans une approche interdisciplinaire (littérature, sociolinguistique, histoire, art, théologie). Ses recherches portent notamment sur Guillaume de Machaut, Jean Froissart, Nicole Oresme, Eustache Deschamps, et le Roman de la Rose. Elle est actuellement présidente de la Société Internationale Guillaume de Machaut et elle fait partie du comité exécutif du forum Lettres Médiévales françaises du MLA.

Sa conférence s’inscrit dans son projet actuel de livre sur le statut littéraire du français en France au XIVe siècle. Il s’agit de revisiter l’articulation entre la dimension tout d’abord transnationale de la langue française dès le XIIe siècle e et celle de la prise de conscience du rôle de la langue dans la construction d’une identité « nationale » à partir du XIVe siècle. Ces deux aspects sont trop souvent considérés séparément dans l’histoire de la langue française. Il s’agira donc de les explorer en créant des liens entre une variété de texte et d’auteurs, en particulier de Jean Froissart et de Philippe de Mézières.

Voir la bibliographie ICI

Les ‘Mort d’Arthur’ moyen-anglaises en vers

C. Stévanovitch, A. Mathieu

Les ‘Mort d’Arthur’ moyen-anglaises en vers

Turnhout : Brepols, 2017

Textes vernaculaires du Moyen Âge (TVMA, 17), 568 p.

ISBN : 978-2-503-56929-1

Première traduction française des deux Mort d’Arthur moyen-anglaises en vers

Les deux poèmes moyen-anglais réunis ici relatent, chacun à sa manière, la mort tragique du roi Arthur. Morte Arthur donne une place prépondérante aux amours de Lancelot et Guenièvre, aux effets catastrophiques. Dans Morte Arthure, par contraste, Arthur est un chef de guerre, d’abord favorisé, puis abandonné par la fortune. Les divergences entre les deux poèmess’expliquent en grande partie par la nature de leurs sources : roman français en prose pour Morte Arthur, corpus de chroniques pour Morte Arthure.

Ces deux poèmes constituent des jalons importants dans l’histoire de la geste arthurienne en raison notamment de l’influence qu’ils ont exercée sur Malory, auteur de la vaste compilation connue sous le nom de Morte DArthur (1485). Or celle-ci nourrit l’imaginaire arthurien depuis plus de cinq cents ans : voir Idylls of the King, de Tennyson (1859), ou le film Excalibur de John Boorman (1981).

Ces deux Mort d’Arthur ont été éditées en un seul volume en 1972 (Larry  Benson). Il était, de fait, utile de rassembler deux poèmes portant sur le même sujet, mais issus de traditions différentes. Cette traduction française s’inscrit dans la lignée du travail de Benson.  Elle est assortie d’un ensemble de notes.

Poèmes traduits et présentés par Guy Bourquin, Hélène Dauby, Jean-Paul Débax, Philippe Mahoux-Pauzin, Anne Mathieu, Marthe Mensah, Geneviève Nore, Colette Stévanovitch, Claire Vial et Martine Yvernault.

Sous la direction de Colette Stévanovitch et Anne Mathieu

Colette Stévanovitch est professeur à l’Université de Lorraine. Ses travaux de recherche portent sur la littérature vieil-anglaise et moyen-anglaise et l’histoire de la langue anglaise.

Anne Mathieu est maître de conférences à l’Université Paul Valéry (Montpellier 3). Ses travaux de recherche portent sur la littérature vieil-anglaise et moyen-anglaise et la linguistique anglaise.

En collaboration, Colette Stévanovitch et Anne Mathieu ont encadré la traduction des Lais bretons moyen-anglais publiée chez Brepols en 2010.

Table of Contents

Introduction générale

Stanzaic Morte Arthur
– Introduction
– Texte et traduction
– Notes

Alliterative Morte Arthure
– Introduction
– Texte et traduction
– Notes
– Glossaire

Bibliographie