Archives par mot-clé : Littérature médiévale

Soutenance de thèse de Julie Métois, CESCM (24 juin 2016)

Le 24 juin 2016 dans la salle des Actes de l’Hôtel Fumé, Julie Métois soutenait sa thèse de doctorat en littérature française médiévale, titrée : « Histoires inédites de la translatio studii : des poètes aux chroniqueurs. Édition critique et études des Adventures qui avinrent a Troies de Jean de Flixecourt et de l’Estoire des Troiens de Jofroi de Waterford ». Les travaux de recherche ont été exposés devant un jury ainsi composé : Claudio Galderisi et Cinzia Pignatelli (co-directeurs de thèse), Laurence Mathey-Maille (Université du Havre), Francine Mora-Lebrun (Université de Versaille-Saint-Quentin-en-Yvelines, rapporteur), Pierre Nobel (Université de Strasbourg, rapporteur), Jean-Jacques Vincensini (Université de Tours).

1-jofroi-waterford

Le projet de thèse de Julie nait à la suite du travail d’édition porté a bon terme pendant son Master et grâce à sa grande passion pour l’objet manuscrit. Cette étude consiste en une édition critique et dans l’analyse traductologique de deux ouvrages jusqu’à aujourd’hui inédits. Les Adventures et l’Estoire sont, notamment, les traductions en ancien français les plus fidèles au récit écrit en latin Historia de excidio Troiae, composé au passage entre le Ve et le VIe siècle par Darès le Phrygien. Ayant combattu directement la guerre de Troie, Darès était considéré comme une source véritable au Moyen Âge : son De excidio a reçu les faveurs de plusieurs auteurs médiévaux, parmi lesquels on cite Isidore de Séville et Benoît de Sainte-Maure.

Le but de cette thèse est double : rendre accessibles aux spécialistes les traductions des ouvrages encore inédites et proposer une étude traductologique comparative des deux auteurs contemporains. Julie a atteint ces objectifs, menant une démarche en deux moments. Premièrement, elle propose l’édition de ces ouvrages en trois étapes successives : à travers l’identification des exemplaires, par une analyse codicologique et enfin par une étude linguistique. Les analyses codicologiques et paléographiques soignées visent à corroborer les hypothèses déjà avancées concernant la datation et la provenance des traductions : l’examen linguistique va compléter les informations présentées, identifiant aussi les aires géographiques de provenance des traducteurs.

L’étude des exemplaires est basée pour le roman de Jofroi de Waterdorf sur un manuscrit de la Bibliothèque Nationale de France (Fr. 1822, f. 46r-57r) très bien conservé. De la traduction de Jean de Flixencourt on a des versions conservées dans deux manuscrits, l’un consultable à la Bibliothèque Royale de Copenhague (GKS 487, f. 45r-60v) et un autre à la Bibliothèque Nationale de Turin (1677 / L IV 33). Ce dernier se présente en très mauvais état, ayant subi l’incendie de la bibliothèque au début du XXe siècle. À cause de l’état incomplet de ce dernier, l’exemplaire de Copenhague s’est imposé comme objet d’étude pour aboutir à la recherche.

Les conclusions partielles que Julie avance après cette première analyse permettent d’affirmer que Jofroy de Waterford offre une traduction mot à mot de la source latine, ainsi que Jean de Flixecourt prend la liberté de proposer des ajouts et des arrangements de la version originelle.

Dans une deuxième partie, « une étude traductologique méticuleuse » (Claudio Galderisi) est présentée, servant à comprendre les revendications des auteurs et à proposer une analyse pratique de la traduction. À son tour cette partie se développe en trois moments : l’identification des exemplaires latins potentiellement employés par les traducteurs, qui fait déduire que le moine bénédictin Jean de Flixecourt s’appuie sur des manuscrits provenant des alentours de Corbie, ainsi que Jofroi de Waterford traduit à partir d’exemplaires anglais (ce qui ne devrait pas étonner, étant un moine dominicain d’origine irlandaise). La collation qui suit a permis de travailler sur trois manuscrits : le Royal ms. 10 A X (British Library) et le ms. lat. 4126 (Bibliothèque nationale de France) sur lesquels s’appuie la traduction de Jofroi de Waterford et le ms. 880 (Bibliothèque municipale de Douai) à la base du travail de Jean de Flixencourt. Enfin, une étude des prologues et des épilogues des deux traducteurs ainsi qu’une analyse de la langue, latine et française, complètent les deux étapes précédentes, soulignant un esprit plus conservateur dans le roman de Jofroi de Waterford et une attitude didactique et innovatrice dans la traduction de Jean de Flixecourt.

Cette recherche assidue et précise apporte enfin des résultats importants pour les études autour du phénomène de la translation studii et imperii, à travers une approche exhaustive à deux auteurs médiévaux jusqu’ici assez négligés, qui montrent par leurs ouvrages de rester fortement enracinés à la tradition ancienne, tout en cherchant des approches innovantes.

Nombreuses ont été les qualités de cette thèse déclarées par les membres du jury.

La méticulosité et la précision dont Julie a fait preuve tout au long de la rédaction de la thèse, ont été constamment admirées.

À plusieurs reprises on a souligné le mérite du travail, celui de dépasser les limites de la simple analyse philologique, touchant aussi à des champs d’études complémentaires (codicologie, paléographie) qui enrichissent et complètent les analyses linguistiques proposées par Julie.

Jean-Jacques Vincensini affirme que cet œuvre d’édition de textes va enfin combler le vide de transcription des deux ouvrages inédits, se proposant comme une recherche essentielle pour les spécialistes.

Le deuxième volume de la recherche a été aussi spécialement apprécié. Dans les annexes de ce « travail de thèse méthodique et qui se lit avec plaisir » (Francine Mora-Lebrun), on ne trouve pas que les éditions soignées des deux romans de Jean de Flixecourt et de Joffroi de Waterford, protagonistes de la recherche. À enrichir le matériel de comparaison et pour une meilleure compréhension du lecteur, Julie propose aussi une transcription de la source originaire en latin, ainsi que celle de certains autres témoins du De excidio[1]. L’édition du manuscrit de Turin a été spécialement appréciée, définie par J.-J. Vincensini comme « une entreprise épique », à la lumière de son état de conservation fragmentaire. Ce volume complémentaire, mais pas accessoire, du travail doctoral ici présenté se révèle ainsi un « outil de travail indispensable pour le médiéviste », comme l’affirme Claudio Galderisi.

À la lumière de toutes les qualités de cette thèse « fondée sur une démarche scientifique remarquable » (Laurence Mathey-Maille), et dans le souhait d’une prospère suite de ses recherches, Julie Métois a reçu le titre de docteur avec mention très honorable, assortie des félicitations du jury.

[1] Notamment : Royal ms. 10 A X (British Library) ; ms. 880 (Bibliothèque municipale de Douai) ; lat. 4126 (Bibliothèque nationale de France).

Les secrets du Graal

les-secrets-du-graal

Les secrets du Graal

Edina Bozoky

Paris : CNRS éditions, 2016, 224 p.

ISBN : 978-2-271-08312-8

 

Le graal – un plat de matière précieuse – apparaît pour la première fois dans le Perceval de Chrétien de Troyes au XIIe siècle. Il est porté en procession avec une lance qui saigne devant le jeune Perceval au château du Roi Pêcheur. Le sens de cette scène et la fonction des objets restent énigmatiques, car le roman n’a pas été achevé.

Dès la fin du XIIe siècle, une littérature abondante se forme autour de ces deux objets merveilleux, mêlant aventures chevaleresques et éléments religieux. Identifiés avec des reliques de la Passion du Christ, le Graal et la lance gardent toutefois certains aspects qui renvoient à un fonds païen. Les chevaliers du roi Arthur qui se lancent à leur quête cherchent à comprendre leurs « secrets », leur « vérité » qui ne peuvent être dévoilés qu’au meilleur d’entre eux.

L’ouvrage propose une introduction aux romans français médiévaux du Graal. Après l’esquisse de l’évolution de cette littérature, une approche globale présente ses principaux éléments : les personnages, les aventures, les objets merveilleux. L’évocation du contexte social et religieux de l’époque ainsi que celle des principales théories d’origine du thème du Graal complètent cette synthèse originale, destinée tout autant aux étudiants qu’au grand public.

Edina BOZOKY est maître de conférences en histoire médiévale à l’Université de Poitiers et membre du Centre d’études supérieures de Civilisation médiévale. Elle est spécialiste de l’histoire religieuse et s’intéresse en particulier aux légendes et croyances du Moyen Âge.

[8-9 juin] Les traductions médiévales à la Renaissance et les auto-traductions

Journées d’étude organisées par Jean-Jacques Vincencini (CESR) et Claudio Galderisi (CESCM)en lien avec le projet de recherche ARC Linguae

Lieu : CESR, salle Saint-Martin (Tours)

Date : 8 et 9 juin 2016

codex
Codex Manesse, fol. 383r, Meister Konrad von Würzburg Heidelberger historische Bestände – digital

Mercredi 8 juin

PARTIE 1 – Les traductions médiévales à la Renaissance
14h15 – Jean-Jacques Vincencini (Univ. Tours) : Ouverture de la journée
14h30 – Claudio Galderisi (Univ. Poitiers)  : L’héritage du Moyen Âge : la traduction entre rupture et continuité
Table 1 – Circulation et réception des classiques
14h50 – Frédéric Duval (École des Chartes) : Enquête sur la réception tardive des traductions françaises médiévales du « Corpus juris civilis »
15h10 – Silvère Menegaldo (Univ. Orléans) : Des Lamentaciones Matheoluli au Livre de Matheolus de la fin du XIIIe siècle au début du XIVe siècle
15h30 – Discussion & Pause
Table 2 – Les traductions médiévales et les nouveaux savoirs
16h – Cinzia Pignatelli (Univ. Poitiers) : Quand la traduction devient vitale : la médecine au début du XVIe siècle vue par Symphorien Champier
16h20 – Viola Mariotti (Univ. Poitiers) : Traduire Albertano da Brescia en moyen français entre l’automne du Moyen Âge et l’aube de la Renaissance : un état des lieux du corpus inédit des traductions du XVe siècle
16h40 – Discussion & Pause
Table 3 – Les traductions des textes sacrés et la ”modernité”
17h30 – Pierre Nobel (Univ. Strasbourg) : La Bible historiée imprimée par Antoine Vérard (1494-1495) et la Bible historiale de Guiart des Moulins
17h50 – Vladimir Agrigoroaei (CNRS) : Le vers et la prose dans les traductions françaises du Psautier au Moyen Âge et à la Renaissance
18h10 – Discussion

Jeudi 9 juin

PARTIE 2 – Les auto-traductions
Table 1 – Herméneutiques de l’auto-traduction
9h30 – Jean-Jacques Vincencini (Univ. Tours) : Des conditions de possibilité d’auto-traductions au Moyen Âge flamboyant. Intensité du plurilinguisme, statut de la méditation et nouvelles formes d’écriture
9h50 – Anna Maria Babbi (Univ. Verona) : L’auto-traduction au Moyen Âge : mensonges et vérités
10h10 – Discussion & Pause
Table 2 – Pratiques et exemples
10h50 – Marie-Luce Demonet (Univ. Tours) : Étienne Dolet, auto-traducteur bi-frons
11h10  – Marie-Christine Gomez-Géraud (Univ. Paris-Ouest) : La Bible et la Theologia deutsch : Castellion et ses « doublets de traduction »
11h30 – Discussion
11h45 – Conclusions

Avec le soutien financier

du CESR (UMR 7323 du CNRS), du CESCM (UMR 7302 du CNRS), de la fédération FESMAR, de l’Université de Poitiers (ARC), et de l’UFR Lettres et Langues de l’Université François-Rabelais de Tours

Programme en ligne

CESR – Centre d’études supérieures de la Renaissance
59, rue Néricault-Destouches BP 12050 – 37020 Tours Cedex 1
Tel. : 02 47 36 77 61 – www.cesr.cnrs.fr – www.cesr.univ-tours.fr

CESR logo CESCM culture com'  université françois rabelais index FESMAR-LOGO logo CNRS MSHS val de loire

Marjolaine Raguin, chercheur invité au CESCM

Marjolaine Raguin est accueillie comme chercheur invité au CESCM en décembre et janvier sous la responsabilité scientifique de Monsieur le Professeur Martin Aurell.

marjolaine.raguinParlez-nous de votre parcours universitaires lors de vos études :

J’ai fait des études de romanistique, avec une spécialisation en philologie occitane lors du doctorat. Étant donné que je savais depuis bien longtemps vouloir travailler sur des textes littéraires du Moyen Âge français et occitan écrit en contexte de conflit religieux militarisé (du type croisade), j’ai complété ma formation par de la théologie et du Droit. J’ai donc une licence (2006), un master (2008) et un doctorat (2011) de l’Université Paul-Valéry – Montpellier III, ainsi qu’une licence de l’Institut protestant de Théologie (Faculté de Montpellier, 2008) et un master de Droit (2015) de l’Université Montpellier I.

Mais surtout, et c’est ce que je retiens essentiellement de mon parcours universitaire, j’ai toujours voyagé dans le cadre de mes études (Italie, USA) et plus tard de ma vie professionnelle (Italie, Canada) et cela afin d’aller à la rencontre d’autres manières de penser, de travailler et d’enseigner. En 2005-2006, je suis partie en séjour Erasmus à l’université de l’Aquila en Italie, apprendre l’art de la philologie romane dans sa tradition italienne, sous la responsabilité d’Anna Ferrari. Ensuite, j’ai eu l’immense chance  d’être invitée par Beverly Mayne Kienzle à la Divinity School de l’Université Harvard (Etats-Unis) alors que j’étais doctorante, afin de travailler avec elle sur la partie de ma thèse consacrée à la prédication médiévale (on devrait dire cistercienne essentiellement) dans le contexte de la croisade albigeoise.

J’écrivais alors une thèse de langue et littérature médiévale d’oc intitulée aujourd’hui Propagande politique et religieuse dans la Chanson de la Croisade albigeoise, texte de l’Anonyme placée sous la codirection de Gérard Gouiran (Université Paul-Valéry Montpellier III) et de Jean-Pierre Chambon (Université Paris-Sorbonne). Auparavant, en master 1, j’avais travaillé, toujours en littérature et philologie, sur l’utilisation du texte biblique dans la rhétorique anti-hérésie dans un autre texte narratif occitan du XIIIe siècle, Las Novas del heretje, puis en master 2, propédeutique à la thèse, sur l’hérésie et l’hérétique dans la première partie Chanson de la Croisade albigeoise. On le voit, les ressorts stylistiques et intellectuels d’une argumentation visant à convaincre et persuader dans la littérature du Moyen Âge, et en contexte de conflit religieux et militaire, m’ont toujours vivement intéressée. Enfin, en master de Droit l’année dernière, des études reprises pour élargir mes connaissances – c’est la même démarche qui m’avait amenée en fac de théologie –, j’ai travaillé, toujours en philologue, sur le traitement de la femme et la colonisation lors du règlement juridique, à Pamiers en 1212, de la pacification des terres conquises par Simon de Montfort.

Enfin, je signale – car à mes yeux c’est important, et c’est une des forces de notre pays pour les étudiants (pour le stade postdoctoral c’est une toute autre affaire) -, que j’ai fait toutes mes études grâce à des bourses universitaires, et ai pu commencer ma vie professionnelle dès ma première année de thèse dans le cadre d’une allocation de recherche qui m’a aussi permis d’être monitrice de l’enseignement supérieur.

Qu’avez-vous fait après votre doctorat à Montpellier ?

Après mon doctorat, bonne question. J’ai soutenu en novembre 2011 ; inscrite sur la liste de qualification aux fonctions de maître de conférences dans les sections 9 et 73 du CNU (hiver 2012), au vu de l’absence de poste à dominante ancien occitan (quel euphémisme !) je me suis organisée afin de pouvoir continuer à faire avant tout de la recherche et à enseigner dans des conditions plutôt bonnes. Et en la matière, les maîtres mots sont mobilité et endurance.

D’abord je devais repartir directement aux USA en janvier 2012, accueillie à nouveau à Harvard par Beverly M. Kienzle. Nous avons eu en même temps un problème de santé (travailler derrière un ordinateur ou penchée sur des livres, est résolument mauvais pour le squelette) et j’ai donc dû différer mon voyage. Ensuite, j’ai dû m’occuper de la publication de ma thèse, écrire des articles, participer à des événements scientifiques, élargir mes champs de recherche, continuer à apprendre…et chercher du travail, tout cela en sachant que ce qui comptait pour moi par-dessus tout c’était de pouvoir exercer une activité de recherche, si possible complétée d’enseignement.

Sur quoi portent vos activités d’enseignement et de recherche ?

Mes études doctorales, soutenues par une allocation ministérielle de recherche et un monitorat de l’enseignement supérieur m’ont permis de commencer à enseigner à l’Université de Montpellier. Je dispensais alors des cours et animais des TD de Langue et littérature médiévales occitanes, et de civilisation médiévale essentiellement. Lors de mon séjour aux Etats-Unis, j’ai aussi eu la chance de me voir confier pendant 3 mois la partie d’étude de textes de langue d’oc du séminaire de Beverly M. Kienzle, Christian Latin and medieval Christianity, et d’enseigner à un public de doctorants anglophones. C’était très agréable et convivial, nous étions tous bien jeunes aussi.

Pendant l’été 2012, j’ai été recrutée comme ATER de Langue et littérature françaises médiévales à l’Université de Haute-Alsace (2012-2013). J’ai aussi été enseignante invitée de philologie gallo-romane à l’Université de Messine (session intensive de 20h à l’automne 2012, Italie), puis à nouveau ATER à l’Université de Clermont-Ferrand en 2013-2014. Ensuite, j’ai fait un post doctorat au Département de français de l’Université de Toronto (2014). Je suis maintenant chargée de cours en langue et littérature françaises du Moyen Âge et histoire de la langue française auprès des Universités de Toulon et de Montpellier, et collaborateur postdoctoral à un projet anglo-italien sur les chansons de croisade françaises et occitanes dirigé à l’Université de Warwick par Linda M. Paterson. Voilà pour l’aspect administratif.

Mon activité d’enseignement est aujourd’hui focalisée sur les langues et littératures d’oc et d’oïl (et surtout d’oïl), la philologie gallo-romane et l’histoire de la langue française. Au cours de ces années, j’ai eu l’occasion de me constituer une expérience vraiment diversifiée : CM, TD, enseignements de spécialité ou trandisciplinaires, préparation au concours, séminaires de recherche, et d’être face à un public francophone, anglophone ou italianophone. Cela m’a obligée à une certaine flexibilité mais c’est intellectuellement et humainement vraiment enrichissant.

En ce qui concerne la recherche je me suis résolument tournée vers une approche conjointe en français et en occitan, des corpus lyriques et épiques.

Lors de mon post doctorat à Toronto, sous la direction de Dorothea Kullmann, j’ai travaillé sur les formules dans l’épique occitane. J’y cherchais à l’origine, car j’avais été recrutée pour cela, des influences du français ou des formules de pseudo-français dans le corpus épique occitan en comparant ses tournures formulaires avant les plus anciens textes épiques français, mais j’ai pu aussi mettre au jour des formulations typiquement d’oc. Tout cela constitue un énorme dossier, qui est toujours en cours de rédaction pour publication. De ce fait, j’ai décidé que, vu le peu d’intérêt de nos études pour l’épique d’oc, il fallait tenter une initiative pour conjuguer les forces de chercheurs épars ; et c’est ainsi que je suis devenue responsable d’un numéro thématique de la Revue des langues romanes (1, 2017 en cours d’écriture) consacré à l’épique occitane. J’ai aussi écrit sur des sujets plus variés : les réécritures de l’épique en prose aux XIVe-XVIe siècles, l’essor de la philologie au XIXe siècle et ses effets sur les idéologies renaissantistes d’oc ; je collabore avec Jean-Pierre Chambon pour une série de travaux philologiques.

Par la croisade en quelque sorte je passe de l’épique à la lyrique, bien que présenté ainsi cela reste schématique. J’ai entamé un projet au long cours – qui constituera à terme le principal document de mon dossier d’habilitation – sur les chansons de croisade françaises et occitanes à visée exhortative ou critique. Il s’agit d’en étudier, toujours du point de vue du philologue, les structures, les arguments etc. et surtout de percevoir l’originalité de leur discours et leur capacité à se faire prédication et écho de celle-ci. C’est un sujet vraiment très intéressant dont les disciplines connexes sont l’histoire et la théologie. J’ai la chance de pouvoir travailler sur un corpus initial entièrement revu et réédité pour la partie éditoriale du projet, presque terminé, et dirigé à Warwick par Linda M. Paterson Troubadours, trouvères and the Crusades auquel je collabore pour la partie d’étude des textes. Et c’est cette première étape qui m’amène parmi vous à Poitiers.

Pourquoi le choix du CESCM ?

Je suis ici dans le cadre de ma collaboration à ce projet de recherche Troubadours, trouvères and the Crusades mené principalement à l’Université de Warwick, afin d’écrire dans un ouvrage de Linda M. Paterson consacré au corpus des chansons de croisade françaises et occitanes, un chapitre sur la rhétorique (style et arguments) de ces textes. J’en profite d’ailleurs pour la remercier d’avoir su trouver les fonds dans le budget du projet pour me permettre d’être ici à Poitiers dans de bonnes conditions.

Le CESCM fut pour moi une évidence pour deux raisons. La première est la présence de Martin Aurell qui est l’auteur d’un ouvrage récent et essentiel sur la critique chrétienne de la croisade aux XIIe et XIIIe siècles, Des chrétiens contre les croisades, XIIe-XIIIe siècle1 et a eu la gentillesse d’accepter de m’accueillir ici au CESCM comme chercheur invité, sous sa responsabilité scientifique, lorsque je l’ai sollicité. La seconde est bien sûr la richesse du fonds Moyen Âge de la bibliothèque universitaire, et les collections propres du CESCM.

L’intense vie scientifique de la médiévistique me permet ici d’espérer des échanges féconds enrichissants avec les médiévistes présents. Enfin j’ajouterai que Poitiers et le CESCM pour une occitanisante, furent aussi le lieu, en son temps, de Pierre Bec.

Vous avez récemment publié un ouvrage.

Oui c’est exact. Après ma soutenance, j’ai eu la chance d’obtenir un Prix de thèse, et de trouver un éditeur. Ma thèse est parue cet automne aux éditions Honoré Champion sous le titre Lorsque la poésie fait le souverain : étude sur la « Chanson de la croisade Albigeoise »2 . Préfacé par Beverly Mayne Kienzle, l’ouvrage est donc l’étude, dans le champ de la littérature médiévale épique, d’un discours de propagande en faveur du parti des Raimondins de Toulouse dans le cadre de la Croisade albigeoise. Parmi les révisions qui ont visé à rendre l’ouvrage plus accessible à un lecteur non spécialiste (ce qui me tenait à cœur), j’ai ajouté un avant-propos qui tente d’expliquer avec des mots simples un sujet assez complexe. Je suis très heureuse de cette parution, qui après avoir pris du retard, me permet enfin de finir de tourner la page.

Un dernier mot ?

Oui, je voulais remercier les personnels du Centre, ainsi que ma collègue de bureau Bonnie Effros, de la bienveillance de leur accueil, qui me permet de passer un séjour agréable en plus d’être fécond.

Ouvrir ce lien pour consulter la bibliographie complète de Marjolaine

Avec l’aimable participation d’Estelle Ingrand-Varenne

 

 

 

  1. Martin AURELL, Des chrétiens contre les croisades, XIIe-XIIIe siècle, Paris, Fayard, 2013 []
  2. Marjolaine RAGUIN, Lorsque la poésie fait le souverain : étude sur la « Chanson de la croisade Albigeoise », Paris, H. Champion, 2015, 680 p. []

[21-22 mai 2015] La notion de matière littéraire au Moyen Âge – II

Colloque international organisé par le CELLAM-CETM (université Rennes 2), le CESCM (université de Poitiers)

Dates :

Poitiers, les 12 et 13 mars 2015, salle Crozet du CESCM / Télécharger le programme

Rennes, les 21 et 22 mai 2015, Amphi B6 du CELLAM-CETM (Université de Rennes 2) Télécharger le programme

Saint-Savin sur Gartempe, N° de support DVD 00199 (Cliché photothèque  CESCM)
Saint-Savin sur Gartempe (Cliché J-P. Brouard / base Romane CESCM)

Tous les médiévistes ont un jour cité Jean Bodel : « Ne sont que .III. matieres a nul home antandant :
De France et de Bretaigne et de Rome la grant. »[1]

ou Chrétien de Troyes :

« Del Chevalier de la charrete
Comance Crestïens son livre,
Matiere et san li done et livre
La contesse et il s’antremet
de panser […] »[2].

Pourtant la lecture de bien des textes soulève des questions du type de celle que pose M. Szkilnik dans L’Archipel du Graal : « Si Jean Bodel avait lu l’Estoire del Saint Graal, à quelle matière l’aurait-il rattachée ? »[3], d’autant plus que la fin du Moyen Âge semble pratiquer ce que Richard Trachsler appelle « l’interférence des matières »[4].

Lors de ce colloque international, on s’interrogera sur la fréquence en ancien et moyen français des emplois de ce mot matiere (voire de ses équivalents en latin médiéval et dans d’autres langues). On questionnera la métaphore qui sous-tend ce terme matiere (ainsi que le latin materia, voire ses équivalents dans d’autres langues médiévales). Qu’est-ce qu’une matière pour un théologien, pour un auteur d’encyclopédie, pour un médecin ? L’apport de l’histoire des sciences pourrait se révéler important pour comprendre la métaphore sous-jacente à l’emploi littéraire.

 

Programme

 

Jeudi 21 mai


10h30 : Accueil des participants

11h : Ouverture

* La matiere, de la physis à la théologie et à la littérature

11h30 Denis Hüe (Université Rennes 2) : La matière imparfaite et les voies de sa perfection (Bersuire et quelques autres)

12h Quentin Vincenot (Université Rennes 2) : La peau du loup-garou, une entrée en matière

12h30-14h30 : Déjeuner

* La matiere littéraire : approches critiques et définitionnelles

14h30 Danièle James-Raoul (Université de Bordeaux) : La materia en question dans les arts poétiques médio-latins des XIIe et XIIIe siècles

15hAdeline Latimier (Université Rennes 2) : Le rôle du nom propre dans l’intégration d’un roman à une matière : réflexions sur l’inscription de romans tardifs en vers dans la matière arthurienne

15h30 Antonio Prudenzano (Université de Cagliari) : La matière, c’est (à) moi. La présence des adjectifs possessifs et l’attribution du matériau diégétique dans la littérature française du Moyen Âge

16h Hélène Bouget (Université de Bretagne Occidentale) : Matière et source : approche historiographique et critique

16h30-17h : pause

* Mise à l’épreuve de la notion de matière hors du champ romanesque

17h Sarah Delale (Université Paris IV Sorbonne) : Transformations de la matière et composition littéraire chez Christine de Pizan

17h30 Fabienne Pomel (Université Rennes 2) : La matière et le geste créateur dans l’écriture philosophique et allégorique de Christine de Pizan (Le Chemin de longue étude et L’Advision Cristine)

18h Ana Loba (Université Adam Mickiewicz, Poznan) : « Un « rude » écrivain face à une matière « soutile » : Philippe de Mézières et son Livre de la vertu du sacrement de mariage et reconfort des dames mariées

18h30 María Pilar Suárez (Universidad Autónoma de Madrid) : Matière littéraire/matière discursive: Le discours et le geste dans le théâtre médiéval

Dîner à 20h

Vendredi 22 mars


* Matières et transgressions : Rome, France et Bretagne

8h – Alain Corbellari (Universités de Lausanne et de Neuchâtel) : L’épopée impertinente

8h30Lucilla Spetia (Université de L’Aquilla) : Le creuset du roman médiéval : l’interférence des genres dans Yvain et dans Partenopeus de Blois

9hNatalia Dolgorukova (École des Hautes Études en Sciences Économiques, Université d’État Moscou, Paris IV Sorbonne) : Quand la matière devient héroïne d’une parodie

9h30Luminita Diaconu (Université de Bucarest) : Concurrence et degrés d’assimilation des matières dans deux romans du XIIIe siècle : Guillaume de Dole et Flamenca

10h-10h30 : pause

10h30 Myriam White (Université d’Arras) : Transgression des « matières » et conception de la « fiction »

11h Silvère Menegaldo (Université d’Orléans) : Erreurs en la matière ? A propos de certaines interférences entre référence mythologique et référence épique dans la poésie lyrique du XIVe siècle

11h30 Géraldine Toniutti (Université de Lausanne) : L’interférence des matières : une poétique du Moyen Âge finissant ?

12h-14h : Déjeuner

* D’autres matières ? Autour du Graal

14h Karine Bougie (Université d’Ottawa) : La « matere du Saint Graal » et ses auteurs

14h30 – Mihaela Voicu (Université de Bucarest) : La spiritualisation de la matiere dans les romans du Graal

15h Jean-Marie Fritz (Université de Bourgogne) : La matière biblique selon Evrat

15h30-16h : Pause

D’autres matieres, d’autres langues

16h Keith Busby (Université du Wisconsin) : Matter of England, Matter of Ireland?

16h30 – Catalina Girbea (Université de Bucarest) : La matière de Grèce et la guerre des matières dans Florimont, Partonopeu de Blois et Eracle

17h Irène Fabry (Université de Reading) : “But now repeireth the tale to his mater” : Le développement de l’utilisation du terme « mater(e) » dans la traduction en moyen anglais du Merlin et de la Suite Vulgate

17h30 Clément Auger (Université Rennes 2) : la matière littéraire et ses propriétés dans l’oeuvre de Cristoforo Landino

18h – Conclusions

 

[1] Chanson des Saisnes, éd. A. Brasseur, Genève, Droz, TLF, 2 vol. , v. 6-7.

[2] Le Chevalier de la charrette, éd. Ch. Méla, Paris, La Pochothèque, 1994, v. 24-28.

[3] L’archipel du Graal. Étude de l’Estoire del Saint Graal, Genève, Droz, 1991, p. 111.

[4] Disjointures–conjointures. Étude sur l’interférence des matières narratives dans la littérature française du Moyen Âge, Tübingen et Basel, Francke, 2000.