Archives par mot-clé : langue romane

[9-10 déc.] Le lexique du territoire et la nomination des lieux dans les œuvres savantes et les sources documentaires, en latin, langues romanes et arabe

Le lexique du territoire et la nomination des lieux dans les œuvres savantes et les sources documentaires, en latin, langues romanes et arabe.

Organisé par la Fédération de recherches 3482 FESMAR, Stéphane Boissellier pour le CESCM et N. Bouloux pour le CESR.

Lieu : Poitiers, CESCM (salle Gaston Berger)

Dates : vendredi 9 et samedi 10 décembre 2016

boissellier

Programme

Vendredi 9 décembre, 14-18h

Introduction (S. Boissellier, Université de Poitiers, CESCM)

  1. Les circonscriptions en Occident dans les sources administratives et de la pratique

Juliette Dumasy (Université Orléans) – Le territoire vu de près, vu de loin : le lexique territorial dans les sources administratives et judiciaires, France, XIVe-XVe s.

Muriel Bonnaud (Université de Poitiers, CESCM) – Les lieux de la justice dans la châtellenie de Bressuire à partir du chartrier de saint-Loup

Pause

Adelaide Millan da Costa (Universidade de Lisboa) – Les mots du territoire : l´information hiérarchisante (Portugal, Bas Moyen Âge)

Paul Fermon (doctorant EPHE) – Le maillage des principautés territoriales (XIIIe-XVe siècles)

Samedi 10 décembre 8-12h

 

1. Les circonscriptions en Occident dans les sources administratives et de la pratique (fin)

Cédric Jeanneau (Université de Brest) – Délimiter, mesurer et définir : le lexique de la propriété dans les chartes de l’ouest de la France, XIe-XIIIe siècles

2. Les territoires en Occident latin et en Islam dans les sources savantes et figuratives

Nathalie Bouloux (Université François Rabelais Tours) – Le lexique du territoire dans les textes géographiques

Massimo della Misericordia (Università di Milano-Bicocca) – Saints, images et lieux dans une vallée alpine de la Lombardie. Le langage de l’art comme lexique du territoire (XVe-XVIe siècles)

Pause

François Clément (Université de Nantes et CESCM) –  Organisation administrative, littérature savante et toponymie : l’exemple d’al-Andalus

boissellier


Argumentaire

Sous diverses dénominations, et avec diverses approches (spatialité, géohistoire, espace vécu), l’étude de l’inscription des sociétés dans l’espace suscite des travaux nombreux. À l’image de toute la médiévistique, écartelée entre archéologie et approche de « l’idéel » et oubliant de ce fait le lien social, ces travaux négligent l’immense majorité des sources médiévales, à savoir les actes de la pratique (titres de propriété, jugements), et les registres administratifs, qui ont une forte inscription spatiale, d’une part parce qu’ils seraient trop éloignés du terrain matériel, d’autre part parce que leur discours serait trop rudimentaire pour atteindre la dimension symbolique de l’espace.

Nous proposons donc une étude du lexique par lequel les « territoires » (principalement des circonscriptions, issues d’une volonté politique, mais aussi des morceaux d’espace plus informels tels que les « quartiers » au sein d’un terroir) sont qualifiés dans les sources écrites. Afin de varier les échelles (qui sont principalement locale et « régionale », i.e. à l’intérieur d’une seigneurie ou d’un diocèse, dans les sources susmentionnées) et de croiser les sources, cette approche sera combinée avec celle, plus traditionnelle, qui étudie les « conceptions » de l’espace en partie à travers le vocabulaire dans les sources savantes descriptives, telles que les récits de voyage et les ouvrages de « géographie » médiévale (cf le récent ouvrage dirigé par P. Gautier-Dalché dans « l’atelier du médiéviste »). En outre, notre approche par les mots, même s’ils sont socialement contextualisés, a une dimension philologique qui impose le rapprochement avec les spécialistes des sources savantes – qu’ils soient « littéraires » ou historiens.

Cette étude est généralement menée par des spécialistes d’histoire économique et politique (y compris ecclésiologique) travaillant sur les sources de la pratique, souvent dans le cadre de monographies régionales. Elle ne constitue donc pas un champ d’étude spécifique ; de ce fait, elle est subordonnée à d’autres préoccupations – fixer un « cadre » spatial à une société ou étudier la « projection » spatiale de mécanismes ou de principes intellectuels –, et elle est menée de façon empirique par des chercheurs isolés, d’autant plus que le particularisme semble dominer dans les processus de nomination de l’espace, ce qui ne pousse pas à comparer les phénomènes dans diverses régions. Peu nombreux sont les chercheurs à s’être véritablement spécialisés dans cette étude, tels que J-L. Fray ou J-L. Abbé en France.

Cette approche philologique ne peut se borner à une lexicographie, même quantitative ; à côté des substantifs, il existe un immense trésor toponymique qui attend les historiens et pour lequel des méthodes de traitement restent à inventer – étant donné que ce matériau a été abandonné aux linguistes, qui l’ont réduit à l’étymologie, ou a été exploité par les historiens, qui l’ont utilisé comme un indice direct des réalités sociales et matérielles (défrichements, domination du sol), voire culturelles (acculturation linguistique), alors que le choix d’un nom et sa survivance obéissent à une construction à la fois sociale et culturelle qui n’est pas seulement descriptive. Certes, ces noms de lieux, qui sont souvent des noms d’hommes et de saints, semblent ne désigner que des points précis et non pas des morceaux d’espace en étendue, mais c’est un problème à creuser, en particulier pour la macrotoponymie. D’ailleurs, il existe de nombreuses passerelles entre noms propres et noms communs (phénomènes de toponymisation du lexique territorial et de nomination systématique des circonscriptions dans leurs occurrences documentaires) qui interdisent de les étudier isolément.

La diversification des sources est un autre enjeu ; à côté de celles, bien connues, que nous avons mentionnées, les textes épigraphiques et les dossiers héraldiques peuvent ouvrir de nouvelles perspectives sur la façon dont les hommes organisent, dominent et classifient l’espace. Nous souhaitons intégrer ces écrits (y compris leurs parties figuratives) dans notre étude, car le fonctionnement d’un système – la nomination en est un, avec ses règles spécifiques pour chaque type d’écrit – ne se comprend que par la comparaison avec d’autres systèmes.

La diversité des milieux culturels où s’opèrent les processus de nomination peut être un facteur d’intelligibilité des phénomènes étudiés ; en ouvrant ce programme aux régions arabophones – au-delà de l’Occident médiéval, qui présente une unité matérielle et politique assez forte, outre sa diversité linguistique –, on pourra voir si la langue et surtout les données politico-culturelles font varier les logiques toponymiques et lexicales, que l’on a tendance à considérer comme universelles (comme l’éponymie des villes).

Cette rencontre servira surtout à poser les orientations de ce programme, qui sera forcément de longue haleine. Les coordinateurs et les participants devront réfléchir notamment aux méthodes et instruments pour réaliser un objectif pratique et durable, c’est-à-dire la compilation d’un lexique chronologique et polyglotte.