Archives par mot-clé : journée d’étude

[7 avril 2016] Journée d’étude jeunes chercheurs – Association JANUA

Les instruments de pouvoir – Journée jeunes chercheurs, 10e anniversaire

Depuis 2006, l’association Janua organise chaque année, à l’Université de Poitiers, une journée d’étude transdisciplinaire portant sur l’Antiquité et le Moyen Âge. L’objectif de ces rencontres est de créer un espace de discussion scientifique pour des jeunes chercheurs, leur permettant de se former à la prise de parole en public. Les étudiants de master, de doctorat ainsi que les docteurs ayant soutenu depuis trois ans au plus peuvent y participer.

L’année 2016 est donc toute particulière car elle sonne le 10ème anniversaire de l’association Janua. La Journée Jeunes Chercheurs sera donc l’occasion de fêter cet événement.

JANUA_Programme_Definitif_JPEG1
Affiche (Agathe Bergerie et Flora Diaz)

Le pouvoir. On le définira tantôt par  « capacité, autorité, puissance, moyen d’action que détient une personne sur quelqu’un ou sur quelque chose », par la « situation de ceux qui gouvernent », « puissance qui gouverne un groupe d’individus » ou encore par l’ « autorité à laquelle est soumis un groupe social ». Multiples sont donc ses définitions. De plus, le pouvoir est résolument subjectif : il peut être décliné sous différentes formes et être exercé par différents acteurs. Mais il est aussi universel. Entendu au sens large, il est une autorité qui s’applique à toute échelle – laïque, mais également religieuse.

Pourquoi se focaliser sur les instruments de pouvoirs ? Ils sont les témoins d’un pouvoir passé. C’est à travers eux que nous pouvons, en tant que chercheurs, tenter de comprendre les autorités du passé. De plus, ces outils touchent toutes les disciplines et toutes les périodes de l’histoire. Ils sont fédérateurs et  peuvent revêtir de multiples formes : du plus monumental (châteaux forts, cathédrales, murailles), au plus minimaliste (pièces de monnaies, anneaux, sceaux) ; du plus singulier (peintures, sculptures, vitraux) au plus ordinaire (épées, crosses, pierres tombales).

L’édition 2016 de la Journée Jeunes Chercheurs vous est proposée par Janua, association des étudiants de master et doctorants des laboratoires CESCM et HeRMA de l’Université de Poitiers. En fonction de leur discipline et de leurs thématiques de recherche, les intervenants – tout comme les auditeurs – seront invités à exposer leurs conceptions et usages des instruments de pouvoir. Ils auront, en outre, l’opportunité d’échanger avec des chercheurs issus d’autres spécialités, afin que chacun puisse enrichir ses réflexions méthodologiques et développer ses connaissances. Le but de cette journée sera l’échange, la réflexion collective, interdisciplinaire et transchronologique.

PROGRAMME

9h-9h15 -Accueil des participants

9h15-9h30 – Introduction de la journée par les représentants des laboratoires (Martin Aurell, CESCM et Alexandre Vincent, HeRMA)

SEANCE 1

Souverains et instruments de pouvoir, Sous la présidence d’Amélie RIGOLLET (Université de Poitiers, CESCM).

9h30 – « Excalibur, entre pouvoir guerrier et dignité royale : un déplacement symbolique de Geoffroy de Monmouth à Robert de Boron » – Justine BRETON (Université de Picardie Jules Verne)

10h15 – « L’arc, la flèche et le carquois, instruments du pouvoir royal dans l’Antiquité »  – Benoît LEFEBVRE (Université Paul-Valéry Montpellier III)

11h – Pause

11h15 –  « Le pouvoir improvisé : pourpre impériale et diadème des usurpateurs dans l’Antiquité tardive » – Maxime EMION (Université de Rouen)

12h – « La titulature des sultans seldjoukides (XIe – XIIe siècles) » – Jean-David RICHAUD (Université de Paris I, Panthéon-Sorbonne)

12h45 – Pause déjeuner

SEANCE 2

Des arts aux registres en passant par le paysage urbain : les instruments de pouvoir et leurs multiples facettes, Sous la présidence de Sébastien Biay (INHA).

14h15 – « Les trépieds d’Apollon au sanctuaire du Ptoion : Instruments religieux du pouvoir politique du Koinon béotien à l’époque hellénistique ? » – Anne-Charlotte PANISSIE (Université de Paris-Ouest Nanterre La Défense)

15h –  « Communautés religieuses et pouvoirs laïques à Rouen (Xe – XVe siècle) : une histoire de l’appropriation des territoires » – Lise LEVIEUX (Université de Rouen)

15h45 – Pause

16h – « La domus et son décor de peintures murales : une pratique spatiale et picturale de la rhétorique au service du pouvoir des élites pompéiennes » – Clémence ARNAULT (Université François Rabelais de Tours)

16h45 – « Les livres d’archives, instruments du pouvoir ? L’exemple de l’échevinage de Reims au XVe siècle » – Emmanuel MELIN (Université de Paris-Ouest Nanterre La Défense)

17h30 – Discours de clôture et présentation du 4e numéro des Annales de Janua


 

Les Annales de Janua

Diffuser la richesse des échanges scientifiques réussis entre jeunes chercheurs, voilà le défi de ces Annales ! Cette revue a en effet pour vocation de publier les actes des journées d’études organisées chaque année par l’association Janua. La publication numérique des articles issus des communications permettra à chacun d’y retrouver soit la diversité des approches envisagées soit la spécificité d’un sujet traité par un jeune chercheur. Un comité scientifique composé de chercheurs et d’enseignants-chercheurs est associé au déroulement de l’ensemble du projet. Depuis 2013, les actes de chaque journée d’étude sont édités dans la revue de l’association : Les Annales de Janua.

Ainsi, vous pourrez retrouver les communications de cette édition 2016 en 2017 à l’adresse :

http://annalesdejanua.edel.univ-poitiers.fr


 

Le comité scientifique :

Martin AURELL (Professeur d’Histoire médiévale)

Nadine DIEUDONNÉ-GLAD (Professeure d’Archéologie antique)

Laurent HABLOT (Maître de conférences en Histoire médiévale)

Estelle INGRAND-VARENNE (Ingénieure d’études au CNRS, Histoire médiévale)

Yves LAFOND (Professeur d’Histoire grecque)

Vincent MICHEL (Maître de conférences en Histoire de l’art et Archéologie antique)

Nicolas PROUTEAU (Maître de conférences en Archéologie médiévale)

Ghislaine STOUDER (Maître de conférences en Histoire romaine)


 

L’association Janua :

Mélanie RIVEAULT (présidente, doctorante en Histoire de l’Art médiéval)

Sarah CASANO (secrétaire, doctorante en Histoire médiévale)

Alexandre NOGUERA (secrétaire-adjoint, Master 1 CHPS, spécialité médiévale)

Caroline LAMBERT (trésorière, doctorante en Lettres médiévales)

Affiche et programme créées par : deux étudiantes de Master Professionnel de spécialité patrimoine, musée et multimédia pour la réalisation de l’affiche et du programme : Agathe Bergerie et Flora Diaz

Télécharger affiche et programme

 

[2 avril 2015] Journée d’étude jeunes chercheurs – Association JANUA

Humanités numériques : Enjeux méthodologiques et pratiques du développement des outils numériques pour l’étude des sociétés antiques et médiévales

Depuis 2006, l’association Janua organise chaque année, à l’Université de Poitiers, une journée d’étude transdisciplinaire portant sur l’Antiquité et le Moyen Âge. L’objectif de ces rencontres est de créer un espace de discussion scientifique pour des jeunes chercheurs, leur permettant de se former à la prise de parole en public. Les étudiants de master, de doctorat ainsi que les docteurs ayant soutenu depuis trois ans au plus peuvent y participer.

Oxymore pour certains, révolution pour d’autres, « humanités numériques » est une formule à la mode que le chercheur en sciences humaines rencontre de plus en plus fréquemment. La signification exacte de cette expression reste pourtant floue et il semble même impossible d’en donner une définition générale tant les humanités numériques dépendent des pratiques, des disciplines et des sujets traités. Il est bien plus facile de percevoir leur impact, qui est capital. La création, le développement et la généralisation de l’usage de divers outils numériques pour faciliter le stockage et la gestion des données, garantir l’accessibilité et la visibilité des sources ou encore simplifier les modalités de diffusion et donc de valorisation des contenus, ont durablement modifié la méthodologie de la recherche en sciences humaines. L’usage de ces nouveaux instruments de travail (bases de données, textométrie, cartographie, encodage, etc.) est devenu aujourd’hui, au même titre que d’autres pratiques plus traditionnelles, une partie fondamentale du quotidien du chercheur. Le chercheur en devenir ne peut donc l’ignorer et semble même, plus que tout autre, appelé à prendre part au tournant digital : plus qu’un simple utilisateur de ces outils, il est, ou sera amené à les développer et à en créer de nouveaux.

S. Haudot et M. Moindron
S. Haudot et M. Moindron

L’édition 2015 des Journées jeunes chercheurs, rencontres annuelles organisées par Janua (association des étudiants en master et doctorat des laboratoires CESCM et HeRMA, Université de Poitiers), propose aux participants (intervenants comme auditeurs) d’engager une réflexion collective, interdisciplinaire et transchronologique sur les Humanités numériques. Les jeunes chercheurs invités présenteront leurs conceptions et usages du numérique en fonction de leurs travaux et thématiques de recherche, puis auront l’opportunité d’échanger avec des chercheurs issus d’autres spécialités lors de discussions, afin que chacun puisse, par le partage d’expériences, enrichir ses réflexions méthodologiques et développer ses connaissances techniques. Les contributions réalisées lors de la journée seront publiées en avril 2016 dans les Annales de Janua.

Date de la rencontre : jeudi 2 avril 2015

Lieu de la rencontre : salle Crozet du CESCM (Université de Poitiers, UFR Sciences Humaines et Arts)

 

Programme

9h – Accueil des participants

9h15 – Introduction de la journée : Nadine Dieudonné-Glad (Directrice du laboratoire HeRMA, Université de Poitiers)

SÉANCE I, Sous la présidence de Marie-Sophie Caruel (Université de Poitiers)

9h30 – Frédéric Gerber (Ingénieur de recherche Inrap, chercheur associé HeRMA) : Poitiers Puygarreau : de la fouille préventive à la restitution numérique ; trouver un juste compromis entre réalités archéologiques et réalité augmentée.

9h50 – Étienne Chabrol (archéologue spécialisé en anthracologie et infographie 3D) et Guillaume Huitorel (Université Paris Ouest Nanterre La Défense) : La modélisation 3D pour l’étude des systèmes techniques de l’Antiquité. Retour sur l’expérience de la modélisation de séchoirs-fumoirs gallo-romains.

10h20 – Stéven Lemaître (Université Rennes 2) : Réflexion méthodologique autour d’un processus de conservation numérique d’un patrimoine bâti du bas moyen âge.

10h50 – Discussions

11h15 – Pause café

11h30 – Marine Béranger (École Pratique des Hautes Études, Paris) : Le numérique au service d’une analyse de la production épistolaire akkadienne du début du IIe mil. av. J.-C. (époque paléo-babylonienne).

12h00 – Clara Stevanato (Université Ca’ Foscari, Venise) : Pour la relecture d’une inscription latine grâce à l’aide de la technologie.

12h20 – Discussions

12h40 – Pause déjeuner

SÉANCE II, Sous la présidence de Pamela Nourrigeon (Université de Poitiers)

14h30Adrien Delahaye (Université de Caen) : De l’intérêt du format XML-EAD pour l’exploitation et l’édition des sources iconographiques.

15h – Sara Borrello (Université Ca’ Foscari, Venise) : Projet ME-TI (MEDIOLANUM-TITULI).

15h30 – Discussions

15h50 – Pause café

16h – Ségolène Maudet (Université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne) : SIG et histoire économique : repenser les échanges archaïques ?

16h30 – Marie Delcourte (Université de Valenciennes et du Hainaut Cambrésis) : Évolutions spatiales et temporalités : méthodologie appliquée à un territoire forestier (Avesnois, Nord).

17h00 – Discussions

17h20 – Pauline Maouchi (Présidente de l’association Janua, Université de Poitiers) : Mot de conclusion – présentation du n°3 des Annales de Janua – remerciements.

Comité scientifique

Nadine Dieudonné-Glad (Professeure d’Archéologie antique)

Estelle Ingrand-Varenne (Ingénieure d’études au CNRS, Histoire médiévale)

Yves Lafond (Professeur d’Histoire grecque)

Stephen Morrison (Professeur de Lettres médiévales)

Nicolas Prouteau (Maître de conférences en Archéologie médiévale)

Nicolas Tran (Professeur d’Histoire romaine)

Cécile Treffort (Professeure d’Histoire médiévale)

Alexandre Vincent (Maître de conférences en Histoire romaine)

L’association Janua

Pauline Maouchi (présidente, doctorante en Histoire romaine)

Caroline Lambert (secrétaire, doctorante en Lettres médiévales)

Ryma Kerkad (trésorière, doctorante en Lettres médiévales)

Nous contacter : association.janua@gmail.com

Suivre nos actualités : https://www.facebook.com/JanuaCescmHerma

http://janua.over-blog.com/

Journée d’études Jeunes Chercheurs – association JANUA (3 avril 2014)

Annuellement organisée avec le soutien de l’Université de Poitiers, du Centre d’Études Supérieures de Civilisation Médiévale (CESCM-UMR 7302) et du Centre d’Hellénisation et de Romanisation dans le Monde Antique (HeRMA-EA 3811), la Journée Jeunes Chercheurs Janua 2014 s’est déroulée à l’hôtel Fumé le 3 avril dernier. Réunissant étudiants en master, doctorants, jeunes docteurs et enseignants-chercheurs,  cet événement a permis, selon la dynamique méthodologique caractéristique aux Journées d’études de Janua, de discuter de « la notion de fonction ». Portant à la fois sur les périodes antiques et médiévales et proposant conjointement des pistes de réflexions et des résultats aboutis (reflet de l’avancement des recherches menées par de jeunes chercheurs), les communications présentées seront publiées dans troisième numéro des Annales de Janua (printemps 2015).

Après un mot de bienvenue de la présidente de Janua, Cécile Treffort, Directrice du CESCM, a richement introduit le thème de cette journée. A la suite d’un rappel posant les définitions et étymologies des mots clef de la journée, le « document » et la « fonction », la directrice permit d’ouvrir le débat sur les relations unissant ces deux notions, à la fois antithétiques et pourtant en constante interaction.

exemple de panneaux figuratifs incrustés provenant du site de Mari, Bronze Ancien
Exemple de panneaux figuratifs incrustés provenant du site de Mari, Bronze Ancien

La matinée, présidée par Sébastien Biay (Ingénieur d’études en production et analyse de données pour le programme de l’ANR Musiconis, Université Paris-Sorbonne et CESCM), était résolument archéologique et antique.

Ouvrant la journée, les communications de Barbara Couturaud (ArScan-UMR 7041, équipe VEPMO) et de Nicolas Delferrière (Université de Dijon, ArTeHiS-UMR 6298), portant respectivement sur les panneaux figuratifs incrustés du Bronze ancien découverts à Mari (Syrie) et sur les revêtements architecturaux des édifices gallo-romains de la cité des Eduens, des Lingons et des Sénons, ont démontré l’importance de revoir ces documents à la lumière de leur contexte archéologique. Ces objets, longtemps considérés uniquement pour leurs valeurs décoratives, étaient interprétés hors de leur contexte archéologique de découverte. Or, de toute évidence, l’étude concomitante de l’objet et de ses contextes de création, d’utilisation et de découverte éclaire le débat de nouvelles données qui, jusque-là éludées, permettent maintenant d’appréhender plus justement l’emploi de ces objets dont les fonctions, différenciées mais superposées les unes aux autres, paraissent désormais mettre sur un même plan l’esthétique de l’image décorative et la visée fonctionnelle utilitaire.

Lucie Carpentier (Université Lille 3, HALMA-IPEL-UMR 8164) a achevé la matinée en proposant un nouvel axe de recherche pour l’origine des temples à plan centré de Gaule romaine. Son analyse a permis d’avancer une compréhension fonctionnelle de ces fana dont l’architecture semble avoir évolué parallèlement aux rites qui y étaient pratiqués. Ainsi, au vu des vestiges archéologiques, les aménagements structuraux successifs et spécifiques à ce modèle de temples s’avèrent, selon les exemples, intimement liés aux usages différenciés de ces espaces toujours adaptables à la particularité des rites qui s’y déroulaient.

Sous la présidence de Manon Durier (doctorante CESCM et chef éditorial des Annales de Janua), la séance de l’après-midi a débuté par une communication qui, proposée par Clément Bellamy (Université de Rennes 2, LAHM-UMR 6566) malheureusement absent, a été lue par Sébastien Biay. Proposant des pistes de réflexions sur la fonction et la destination de la céramique produite et retrouvée sur le site gréco-indigène de l’Incoronata (Italie) entre les VIIIe et VIIe siècles av. J.-C., cette communication a mis l’accent sur les difficultés que soulève l’analyse de cet artisanat mixte où les potiers indigènes copiaient les formes grecques, tout en modifiant, dans certains cas, la fonction usuelle de l’objet. Aussi, la forme de ces céramiques produites, consommées et détruites sur place, ne suffirait pas à leurs assigner une fonction, un  usage et une destination arrêtés.

Incoronata fouille
Incoronata fouille

Après ces quatre communications antiquisantes, la parole a été donnée à deux jeunes chercheurs médiévistes.

Rudi Beaulant (Université de Dijon, ArTeHiS-UMR 6298) a présenté une approche des fonctions et des usages des lettres de rémission ratifiées par les Ducs de Bourgogne à la fin du Moyen Âge. S’emparant de cette prérogative régalienne permettant de gracier un justiciable et de le rendre à sa bonne fama, ces puissants princes territoriaux ont produit ces documents en de multiples exemplaires, parfois recopiés plusieurs décennies après leur émission initiale. Originellement judiciaire, ce type de document, détourné de sa fonction première, semble devenir parallèlement un outil politique dressant le portrait d’une société de bons sujets gouvernés par un bon prince.

Pour clore cette journée, Clément de Vasselot (Université de Lyon, ENS) a proposé une relecture de la nature même du Conventum Hugonis (B.N.F., Ms. Lat. 5927). Document controversé dans un débat opposant l’américain Mr. Beech et M. Barthélémy quant à sa nature (épique ou historique), ce texte concernant le Poitou médiéval relate la querelle entre Hugues IV de Lusignan et le comte Guillaume V de Poitiers. La comparaison entre l’étude serrée du texte et les chartes conservées confirme l’historicité des faits relatés selon une ordonnance qui n’est pas chronologique. Aussi, ces nouvelles données semblent ouvrir la voie à une interprétation de ce texte comme étant tout autant œuvre littéraire qu’un récit narrant des événements historiques.

Associant stimulantes communications et riches discussions collectives, cette rencontre scientifique entre jeunes chercheurs aura permis de soulever les difficultés intrinsèquement liées à la notion de fonction que le chercheur applique à son objet d’étude. Assurément, les contextes de production et/ou d’utilisation, les contextes politiques, économiques, sociaux et religieux sont autant d’informations que celui-ci doit interroger pour prétendre comprendre l’objet sur lequel il travaille. Quel que soit sa nature, un artefact est le reflet de la société qui le créé pour répondre à des fonctions qui, bien que pré-établies, peuvent évoluer parallèlement aux pratiques successives qui en sont faites. Aussi, il semblerait que la compréhension que les chercheurs font aujourd’hui de certains objets soit dépendante des caractéristiques fonctionnelles intrinsèques à l’objet, mais attachée à un contexte autant matériel que culturel où cette notion utilitaire peut être linéaire ou évolutive.

Billet écrit avec l’aimable collaboration d’Aurore MENUDIER.

[3 avril 2014] Journée d’étude jeunes chercheurs – Association JANUA

Depuis 2006, l’association Janua organise chaque année, à l’Université de Poitiers, une journée d’étude transdisciplinaire portant sur l’Antiquité et le Moyen Âge. L’objectif de ces rencontres est de créer un espace de discussion scientifique pour des jeunes chercheurs, leur permettant de se former à la prise de parole en public. Les étudiants de master, de doctorat ainsi que les docteurs ayant soutenu depuis trois ans au plus peuvent y participer.

En 2014, la journée porte sur le document et sa fonction : une clef de lecture des sociétés antiques et médiévales ?Jaquette programme

Fondamentale pour définir le rôle d’un document dans une société, la notion de fonction mérite une réflexion sur les enjeux de sa définition. Les dictionnaires de la langue française stipulent qu’une fonction est une « action particulière d’une chose dans un ensemble » (Robert, 2010). Cependant, il peut être utile de distinguer les fonctions initiales d’un document, c’est-à-dire les effets souhaités lors de sa réalisation ou de sa mise en oeuvre, des rôles qui ont pu lui être assignés au cours du temps. Les fonctions doivent assurément être différenciées des usages qui, parfois imprévus et souvent plus nombreux, dépassent couramment les vocations initiales de l’objet. Lorsqu’une fonction a été identifiée, on peut également affiner l’analyse en cherchant ce qui, à l’intérieur de celle-ci, relève de la norme (définie par une communauté, intégrée par chacun de manière plus ou moins inconsciente et complète) et ce qui relève de l’intention (finalité consciente recherchée par l’individu ou le groupe d’individus à l’origine du document). Cette réflexion sur la raison d’être d’un artefact peut intervenir à toutes les étapes de la recherche : lors de la définition du sujet (choix d’un type de source), au cours de l’analyse (vérification d’hypothèses antérieures, élaboration d’une typologie), en conclusion (résultats). Bien qu’incontournable, le recours à la notion de fonction pose de nombreuses questions méthodologiques.

 La communication a été ouverte à tout jeune chercheur (étudiants en Master, doctorants et docteurs ayant soutenu depuis moins de trois ans), spécialisé en sciences humaines ou expérimentales, et travaillant sur les civilisations antiques ou médiévales.

Programme :

9h30 – Introduction par Cécile Treffort, directrice du CESCM

10h00-11h15 – Barbara Couturaud (ArScAn UMR 7041, équipe VEPMO) L’image a-t-elle une fonction ? L’exemple des documents imagés du Proche-Orient au IIIe millénaire av. J.-C.

Nicolas DELFERRIERE (Université de Dijon, UMR ARTHeHIS 6298) Les revêtements architecturaux et leur(s) fonction(s) : pour une compréhension du décor des édifices gallo-romains de la cité des Eduens, des Lingons et des Sénons

11h30-12h45 – Lucie Carpentier (Université Lille 3, HALMA-IPEL) Un axe de recherche pour l’origine des temples à plan centré en Gaule romaine : une nouvelle analyse fonctionnelle des espaces ?

Annick Gagné (Universités Laval et de Poitiers, CESCM) Un concept efficace ? Les limites de la notion de fonction pour l’interprétation des inscriptions de consécration (France VIIe-XIIIe siècles)

14h00-14h30 – Clément Bellamy (Université Rennes 2, LAHM UMR CreAAH 6566) Réflexions méthodologiques sur la fonction et la destination de la céramique d’un site de production gréco-indigène : l’Incoronata (Italie) entre VIIIe et VIIe siècles av. J.-C.

14h45-16h00 – Rudi Beaulant (Université de Dijon, UMR ARTHeHIS 6298) Fonction et usage de la lettre de rémission chez les ducs de Bourgogne à la fin du Moyen âge

Clément De Vasselot (Université de Lyon, ENS) Le Conventum : un document historique remanié

Cette journée du 3 avril 2014 sera l’occasion du lancement du second numéro de la collection électronique Annales de Janua, dont la vocation est de publier, depuis 2012, les actes des rencontres de Janua. Un comité scientifique composé de chercheurs et d’enseignants-chercheurs veille à la sélection des propositions de communication (orale puis écrite) et accompagne les jeunes chercheurs dans une démarche de publication scientifique.

 Programme OK

 

Un silence éloquent

Premier volet d’un triptyque qui se prolongera outre-Atlantique : à New-York en avril, à Kalamazoo en mai (49e International Congress on Medieval Studies, Michigan), la journée d’étude du 14 février 2014 réunissait à Poitiers historiens, historiens d’art, musicologues, sémioticiens etc. autour du « matériau silence ». Ce riche dossier sera encore étoffé par des communications sur le même thème écrites par des juristes et des artistes, non médiévistes, et publiées sur la plateforme Art-Hist.

Vincent Debiais (chargé de recherche au CNRS), organisateur de cette journée avec la collaboration de la plateforme Art-Hist, a introduit le thème et la forme de cette journée d’étude, privilégiant les échanges libres en vue d’une réelle construction intellectuelle et collective.

À l’origine du projet, un questionnement sur l’absence d’écriture dans certaines œuvres. Pourquoi deux images très proches présentent l’une un texte et l’autre non ? Comment interpréter ce jeu de présence/absence ? Très vite, néanmoins, la question de la définition du silence invite à dépasser cette première approche en creux (absence de parole dans une culture logocentrique), pour en faire une donnée positive, liée à la quiétude et à la capacité de compréhension. Le dossier biblique, la théologie d’un silence créateur, le silence plein de l’indicible et doué d’une force pragmatique seront quelques pistes à explorer, par exemple à travers l’étude des manuscrits des Beatus.

« Silence du noir », tel était le titre de la présentation d’Anne-Marie Christin (Université de Paris Diderot/CEEI), malheureusement absente et dont le texte fut lu par Laurent Hablot (Université de Poitiers/CESCM) président de séance, lors de la matinée. Évoquant la calligraphie chinoise, la création typographique du XVIe siècle ou la peinture de contact de Philippe Clerc, Anne-Marie Christin a centré son propos sur le silence de l’image, qui tient à la nature même de l’image et est de l’ordre du noir (tout d’abord celui de l’origine). Le silence peut se comprendre dans l’histoire de la création occidentale à travers la piste de l’estampage, de l’empreinte à la fois comme trace et comme silence, mais un silence étranger à la parole et créateur de nouvelles images.

Pour clore la matinée, Pascale Brudy (CESCM) a évoqué le silence monastique, dans le réfectoire, lors des repas des moines. Demandé dans les règles monastiques, le silence est d’abord une obligation individuelle ; il n’en reste pas moins bavard par les signes échangés entre les moines ou différentes sonorités (cloches, prières). Ce silence s’inscrit dans une éthique de la communication et permet une bonne écoute communautaire : celle du lecteur placé en chaire, qui apporte la nourriture de l’âme, en complément de celle du corps. Le silence est un des éléments de la ritualisation du repas monastique, qui permet des rapprochements avec le repas eucharistique.Beatus

La séance de l’après-midi, présidée par Éric Palazzo (Université de Poitiers/CESCM), fut ouverte par Patrick Henriet (EPHE), sur un dossier hagiographique : le miracle d’Hugues de Semur, à la mort de Durand de Bredon (Vita Hugonis de Gilon), qui met en scène un silence efficace, de nature pénitentielle, dans un contexte funéraire. Sept frères s’imposent sept jours de silence pour racheter le péché de langue de Durand lors de son vivant. Ce septénaire inversé, qui se déroule sur un arrière-plan liturgique et biblique, notamment à travers Job, manifeste la densité ontologique du silence.

Sur un terrain quasiment vierge de toute bibliographie, Christelle Cazaux-Kowalski (Université de Poitiers/CESCM) a proposé d’aborder la théorie et la notation du silence dans la musique médiévale. Avant le XIIIe siècle, la musique est la voix, le texte chanté ; le silence est une respiration, une « cadence », qui correspond un mouvement mélodique comme un autre et non un arrêt. Il n’est pas un matériau sonore inclus dans le discours musical et les théoriciens insistent sur la continuité. Avec l’émergence de la polyphonie et des notations mesurées au XIIIe siècle, une barre verticale (divisio modi) vient marquer la pause, omission de la voix. Le silence en musique n’apparaît donc que par une seule marque graphique, alors que le mot lui-même n’est jamais employé.

Les prophètes du Puits de Moïse (1396-1405), provenant de la Chartreuse de Champmol, furent le terrain d’enquête de Vivianne Huys (MICA/Université de Bordeaux III). Cette œuvre rappelle différents aspects du théâtre médiéval et met sous les yeux un drame silencieux avec sa propre temporalité, une rhétorique du sensible qui suscite cris, sons, chuchotements. Le silence est ici un acteur ; dans une co-construction du dispositif scénographique, il devient un vide nécessaire à l’émergence du dit, le corollaire de la parole. La nature du silence relève de l’espace et du temps, car c’est un matériau et non un simple signe ou une représentation. Il nécessité l’appui d’une iconicité. Le silence est affaire de perception, dans une expérience synesthésique de la matière, et le rôle de la perception est de préparer les actions.

Dans ses conclusions, Cécile Voyer (Université Bordeaux II et Université de Poitiers/CESCM) a rappelé les difficultés à tracer les contours du « matériau » silence, dont la valeur peut-être positive ou négative suivant les contextes, et dont une des clés de lecture évoquée à plusieurs reprises dans les discussions pourrait être la continuité/discontinuité. Aventure à suivre, après cette stimulante inauguration qui laisse présager des prolongements tout aussi riches.