Archives par mot-clé : Inscriptions médiévales

Mission épigraphique dans le Loiret, du 5 au 7 novembre 2013

Du 5 au 7 novembre 2013, l’équipe d’épigraphie médiévale du CESCM s’est rendue dans le Loiret pour effectuer une mission de terrain sur les sites d’Orléans (cathédrale, collégiale Saint-Aignan, Musée des Beaux-Arts et Musée historique et archéologique), Germigny-des-Prés (oratoire) et Saint-Benoît-sur-Loire (abbaye de Fleury).

Chapiteau corinthien avec l'inscription « VNBERTVS ME FECIT », tour-porche de l'église abbatiale de Fleury (Saint-Benoît-sur-Loire). (cliché É. Mineo)
Chapiteau corinthien avec l’inscription « VNBERTVS ME FECIT », tour-porche de l’église abbatiale de Fleury (Saint-Benoît-sur-Loire). (Cliché É. Mineo)

En raison de la forte dispersion de la documentation épigraphique et de l’inégalité ou insuffisance de données dans la bibliographie antérieure, ce type de mission constitue une étape fondamentale en vue de la publication du Corpus des inscriptions de la France médiévale (CIFM). L’examen in situ s’avère en effet indispensable pour vérifier ou corriger des éditions plus anciennes et pour recueillir des informations trop souvent lacunaires sur les aspects matériels des inscriptions. La bonne réussite de la mission dépend donc d’un long travail en amont (dépouillement bibliographique, prise de contact avec les institutions locales de conservation, préparation des notices) assuré par Estelle-Ingrand Varenne, ingénieur d’étude en charge de la publication du CIFM.

Estelle Ingrand-Varenne dépoussiérant délicatement une inscription au Musée historique d'Orléans (Cliché É. Mineo)
Estelle Ingrand-Varenne dépoussiérant une inscription au Musée historique et archéologique d’Orléans
(Cliché É. Mineo)

02_
Vincent Debiais et l’équipe d’épigraphistes au travail dans les réserves du Musée historique et archéologique d’Orléans
(Cliché É. Mineo)

Une fois sur place, il faut en premier lieu repérer l’inscription et vérifier son état de conservation. Cette quête s’apparente parfois à une véritable chasse au trésor car les informations sur la localisation de l’objet, souvent anciennes, peuvent être approximatives ou erronées. En cela, les conservateurs ou responsables de site sont des guides et des aides précieux permettant aussi, comme à l’occasion de cette mission, de dénicher des inscriptions inédites. Étudier des plaques boucles et autres ornements métalliques entreposés dans les réserves du Musée historique et archéologique d’Orléans et découvrir, à Saint-Benoît-sur-Loire, une épitaphe cachée par la végétation dans un lieu normalement inaccessible aux visiteurs ou, encore, des fragments inscrits d’une crosse pastorale ont été autant de hors-programme rendus possibles grâce à la sollicitude de Mme Catherine Letellier-Gorget et Frère Joseph (OSB) – et  très appréciés des participants à la mission (Sébastien Biay, Eva Caramello, Vincent Debiais, Estelle-Ingrand Varenne, Émilie Mineo).

04_
Estelle Ingrand-Varenne et Frère Joseph mesurant une inscription cachée dans l’espace du cloître de Saint-Benoît-sur-Loire (Cliché É. Mineo)

Il s’agit donc d’un franc succès pour cette mission au cours de laquelle près de 40 inscriptions (allant de la mosaïque. à la sculpture monumentale sur pierre et à la petite pièce d’orfèvrerie) ont été mesurées, déchiffrées, analysées et photographiées. La publication définitive demandera encore plusieurs mois de travail mais les plus curieux pourront aller frapper à la porte du CIFM pour découvrir les superbes clichés (réalisés par Vincent Debiais) et le reste de la documentation recueillie lors de ces trois intenses journées de travail.

Retour d’Oslo

Fin septembre 2013, Vincent Debiais, chargé de recherche au CESCM, s’est rendu à l’Université d’Oslo pour le colloque Between Image and Text: The Early Medieval ‘Iconology’ of Graphic Representational Signs.

Organisée par Ildar Garipzanov, professeur à l’Université d’Oslo, et pensée comme un séminaire ouvert, cette rencontre scientifique avait pour objectif l’exploration des formes limite de la scripturalité médiévale : emploi des lettres comme motifs ornementaux, compositions alphabétiques sans possibilité de lecture, mélanges des écritures/mélanges des langues… Autant de sujets qui intéressent depuis toujours les paléographes et les épigraphistes, mais aussi les historiens de l’art et des pratiques dévotionnelles ou les spécialistes de la magie.

Epitaphe de Bernard au Musée des Augustins de Toulouse. Cliché Eva Caramello

L’épigraphie était (pour une fois !) aux premières loges et les inscriptions analysées au cours des quatre sessions de communications ont montré combien les médiévaux ont su inventer des formes et des pratiques graphiques mettant en avant les qualités esthétiques ou symboliques des matériaux : pierre, bois, métal, os…

Ildar Garipzanov avait invité les participants à réfléchir sur la notion de graphicacy, point de rencontre de la visualité et de la scripturalité, et sur ses implications cognitives.

Les communications, suivies de très longs temps de discussion, ont montré combien il est difficile de repérer, dans les sources graphiques médiévales, les traces éventuelles de ces usages « interstitiels » de l’écriture, et ont donc invité les organisateurs à prolonger la recherche dans le cadre d’autres rencontres en 2014 et 2015.

Soutenance de thèse d’Estelle Ingrand-Varenne, CESCM (29 mars 2013)

Poitiers, UFR Sciences Humaines et Arts, Salle des actes, vendredi 29 mars 2013, 14h30.

Soutenance de la thèse Langues de bois, de pierre et de verre. Histoire du langage épigraphique et de son passage du latin au français, présentée par Estelle Ingrand-Varenne pour l’obtention du doctorat en histoire médiévale, sous la direction de Cécile Treffort et de Cinzia Pignatelli.

Composition du jury : Pascale Bourgain, présidente ; Michel Banniard, rapporteur ; Pierre Chastang, rapporteur ; Daniel Rico Camps ; Cécile Treffort ; Cinzia Pignatelli.

Estelle Ingrand-Varenne a présenté ses travaux en soutenance publique. Son doctorat, consacré à l’analyse des aspects linguistiques des inscriptions médiévales des XIIe-XIVe siècles dans l’Ouest de la France (Bretagne, Pays-de-la-Loire, Poitou-Charentes), a été salué par les membres du jury pour la qualité de la présentation des deux volumes qui le composent, pour le sérieux des analyses, pour le nombre et la pertinence des intuitions et pour les perspectives qu’il offre pour le futur des études épigraphiques. Photo_Ingrand-Varenne_reduite-42966

Le travail d’Estelle Ingrand-Varenne propose un certain nombre de déplacements méthodologiques : 1) le passage de la notion de style épigraphique à celle de discours ; 2) le dépassement du clivage français/latin pour la langue des inscriptions ; 3) la réconciliation des approches linguistiques et paléographiques, trop souvent séparées en épigraphie.

Dans la thèse qui a reçu, à l’issue de la soutenance et d’une (très) courte délibération, la mention très honorable et les félicitations du jury, Estelle Ingrand-Varenne a fourni une grande quantité de résultats grâce à un très riche appareil théorique qui puise ses outils, sans jamais les accessoiriser, aux méthodes de l’histoire, de la linguistique, de la sémiologie, de la médiologie, etc. L’évolution des langues dans les inscriptions de l’Ouest n’est pas uniforme et les textes épigraphiques façonnent les contours d’usages langagiers particuliers, avec une pragmatique et une esthétique reposant sur des codes (la brièveté, l’emploi des formules, les déictiques) et des formes qui assurent l’exposition de l’écriture, la diffusion du message et la création d’une “langue épigraphique” entre latin et vernaculaire.

Certains des résultats de la thèse d’Estelle Ingrand-Varenne intéressent directement le projet ORIFLAMMS, notamment son versant linguistique, puisque l’auteur a étudié les phénomènes de séquenciation du texte par le blanc et la ponctuation, l’emploi distinctif des majuscules et la mise en voir des codes langagiers sur la page de pierre. Ce travail est tout à fait fondamental pour la suite de la recherche épigraphique en latin comme en français.