Archives par mot-clé : Inscriptions médiévales

Inscriptions médiévales et humanités numériques : le stage était presque parfait

Alexandre Gaudin est venu faire son stage de fin d’études au CESCM. Toujours à l’écoute et d’une efficacité redoutable, sa venue de trois mois et demi au sein du laboratoire a été très appréciée. La soutenance prochaine de son mémoire est l’occasion de faire connaître son travail.

Portrait sur la fouille du château de Scorbé-Clairvaux (Cl. : M. Durier)

Tu as intégré l’École des chartes au sein d’un master professionnel. De quoi s’agit-il ?

L’École des chartes est connue pour sa formation d’archiviste-paléographe avec un parcours en 4 ans finalisé par une thèse. Mais l’École propose par ailleurs 4 masters ; le mien s’appelle « Technologies numériques appliquées à l’histoire ». Les cours sont communs avec les archivistes-paléographes en première année, tandis que la formation au numérique est concentrée sur la deuxième. On apprend des langages de programmation, des langages à balises… C’est à la fois général et très appliqué grâce à des projets réalisés par groupe de 4 ou 5 personnes. Le mien devait créer un flux d’information : une sorte de Twitter qui récupère des flux RSS et où l’utilisateur peut poster des informations sur le monde des archives et des bibliothèques.

Pourquoi avoir choisi le CESCM pour ton stage de fin d’études ?

J’aime bien tout ce qui concerne le Moyen Âge : sa part d’inconnu m’a donné envie de le découvrir. C’est déjà pour ça que j’avais choisi le parcours « archives médiévales » en entrant à l’École des chartes.

Tu as rejoint plus spécifiquement le projet Titulus, dirigé par Estelle Ingrand-Varenne dans le cadre du Corpus des inscriptions de la France médiévale (CIFM). Quelles étaient tes missions ?

Le projet Titulus vise à rendre plus accessible le CIFM, et plus largement l’épigraphie médiévale. On trouve sur son site les anciens volumes publiés entre 1974 et 2010, mais aussi des notices inédites et enrichies de nouvelles formes d’analyses. Ces nouvelles notices sont encodées dans un langage adapté : l’XML-TEI. Il s’agit d’un système de description d’un document au moyen de balises, qui permet d’une part d’en faire une analyse textuelle et d’autre part de préparer l’automatisation de sa mise en page. Cet encodage a été mis en place pour Titulus par Clara Renedo Mirambell lors d’un précédent stage puis d’un contrat comme ingénieure d’études.

L’un des objectifs de mon stage était d’enrichir le site de Titulus par une carte interactive répertoriant l’ensemble des inscriptions présentes dans les 26 volumes parus du CIFM. Cependant, Clara ayant déjà mis en place l’édition numérique, ma principale mission était de développer un complément pour l’édition papier. Il s’agissait de pouvoir créer (presque) automatiquement un document PDF à envoyer à l’imprimeur. Je devais donc générer ce fichier à partir des notices encodées en XML-TEI, mais aussi composer le restant du volume : une carte, des index… J’ai travaillé, pour mettre en place les outils nécessaires, sur le volume hors-série de Cécile Treffort à paraître prochainement sur les inscriptions carolingiennes.

Tu avais seulement 3 mois et demi pour réaliser ce programme ambitieux : y es-tu parvenu ?

Oui ! La quasi-totalité du travail de mise en page des volumes publiés par le CIFM est maintenant automatisé. J’ai écrit pour cela plusieurs feuilles de style qui traitent les notices et génèrent les index. J’ai aussi créé des fonds de carte réutilisables ainsi qu’une méthodologie pour faciliter la cartographie des prochaines publications.

Carte de localisation des inscriptions carolingiennes réalisée par Alexandre Gaudin.

La carte interactive est également en ligne, avec tous les volumes distingués par des couleurs différentes. Quand on clique sur le signet, une fenêtre pop-up indique le nom de la ville, la référence bibliographique de l’inscription dans le CIFM et le lien vers la notice numérique lorsqu’elle existe.

Visualisation de la cartographie interactive réalisée par Alexandre Gaudin.

Bravo ! Il faut ajouter que tu n’as pas seulement suivi des instructions : tu as aussi su choisir la marche à suivre… Quitte à mettre en œuvre un langage de programmation (LateX) et des logiciels de cartographie (QGis, U-Map) que tu n’avais jusqu’alors jamais utilisés…

Ce stage t’a-t-il plu ?

Oui, d’autant que le projet Titulus permet de voir rapidement l’avancement de son travail ! Par ailleurs, l’avantage de ce stage est aussi d’assister à des conférences sur le Moyen Âge, notamment lors des Semaines d’études médiévales.

Je voudrais remercier tout le monde : les collègues et le cadre de travail sont très sympathiques. C’est vraiment génial.

Merci, nous sommes ravis de t’accueillir ! Ta formation se termine : quels sont tes nouveaux projets ?

Je commence dès cet automne un contrat de 3 mois aux Archives nationales ! Parallèlement, je vais passer les concours de conservateur dès 2019.

Bonne continuation et merci encore pour ton travail !

In-scription : la revue d’études épigraphiques du CESCM est en ligne

Au moment où le Corpus des inscriptions de la France médiévale effectue son passage au numérique avec mise en ligne et base de données, il ne manquait plus qu’un lieu pour publier en ligne les articles consacrées aux inscriptions du Moyen Âge. C’est chose faite depuis quelques jours avec l’ouverture en libre accès d’In-scription – revue en ligne d’études épigraphiques.

capture-decran-2016-11-25-a-15-53-27

La revue In-Scription: revue en ligne d’études épigraphiques a ouvert ses pages au public le 23 novembre dernier. Elle constitue le premier lieu de publication en ligne de textes scientifiques consacrés à l’étude des écritures médiévales en dehors du monde manuscrit, et en particulier à celle des inscriptions médiévales. Elle est animée par l’équipe du Corpus des inscriptions de la France médiévale de Poitiers et entend favoriser la publication dans des délais courts de textes originaux en français et dans d’autres langues étrangères, produits notamment par de jeunes chercheurs. Un comité de lecture évalue la qualité et la pertinence des textes, et sollicite des expertises extérieures le cas échéant. La revue publie les textes (exportables gratuitement au format PDF) au fil de l’eau afin de mettre les travaux le plus rapidement possible à disposition d’une communauté scientifique qui possède aujourd’hui assez peu de journaux spécialisés. Il ne pouvait pas en être autrement : le premier texte mis en ligne est un travail de Robert Favreau, père de la discipline épigraphique en France, consacré aux inscriptions médiévales sur les grandes routes de pèlerinages.

Sans sacrifier aux exigences des publications scientifiques, la revue In-scription propose un outil simple et efficace aux auteurs qui peuvent envoyer des propositions d’articles à tout au moment aux éditeurs de la revue. Organisée en « livraisons », la publication ne répond à aucune contrainte en termes de régularité et les articles sont mis en forme puis en ligne dès leur acceptation par le comité de lecture. Exclusivement électronique, la revue n’impose pas aux auteurs de limite dans le nombre des images et des illustrations. Grâce à cette souplesse, la revue In-scription a pour ambition de mettre à disposition de nombreuses études originales permettant de faire progresser les connaissances dans le domaine de la culture écrite médiévale, en particulier quand elle s’exprime dans les inscriptions, sur les sceaux, sur les monnaies, etc. De la même façon, les études traitant des « frontières chronologiques » du Moyen Âge (Antiquité tardive et époque moderne) sont les bienvenus.

Les auteurs sont invités à consulter le site de la revue pour connaître les consignes de préparation des textes et à adresser leurs travaux à l’éditeur par courrier électronique.

Site web de la revue : http://in-scription.edel.univ-poitiers.fr/

Edward Schoolman, en visite à Poitiers

Edward Schoolman, assistant professor at the University of Nevada, Reno, is spending a month in the CESCM as a visiting scholar. Specialist of Late Antique Italy and hagiography, he is now working on a new reserach project on Italian noble families.

Schoolman_IAS_Portrait

Why are you here at the CESCM?

I was invited by Vincent Debiais to take part in a workshop “Inscriptions et reliquaires” which he has organized with Elisa Pallotini (University of Utrecht), and further to spend some time at the CESCM to prepare my work on funerary culture. Vincent and I were members at the Institute for Advanced Study together in 2014-2015, where we discovered we had overlapping interests in the meaning and significance behind the display of inscriptions (although from different disciplinary perspectives). Because of the strengths of the CESCM and its scholarship, Poitiers has proved to be a wonderful place to spend a month to complete some of my research and writing in preparation for the workshop and the further develop a project on elements of secular funerary culture in the early Middle Ages, and in particular to move geographical beyond Italy into examples from France.  I am very much looking forward to feedback on my paper, “Texts, Bodies and Tombs: Secular Funerary Culture in Early Medieval Italy and Gaul,” which seeks to define and examine the long survival of secular (or non-Christian) practices and language connected to sarcophagi and commemoration.

Tell us about your teaching and other research activities?

I have been an assistant professor in the department of history at the University of Nevada, Reno (USA) since 2011, where I teach a range of courses on Roman, medieval and Byzantine history. Last year, I also taught two seminars, one on monasticism and the other on the transformation of elite status in Late Antiquity; my courses draw not only from literary evidence, but also from material culture.  Both of these aspects relate to my own research interests in the history of northern and central Italy, following a number of interrelated avenues of new ways to consider the transformation of the early medieval world with respect to religion and its various roles in society, through the lenses of identity and funerary culture, and in the surviving monuments, documents, and documentary records.  This work began with my thesis “Civic Transformation of the Mediterranean City: Ravenna and Antioch, 300-800 CE” which I completed at UCLA under the direction of Claudia Rapp in 2010, but has developed beyond the confines of the seventh century and those specific cities.

You have a forthcoming book?

Yes.  My first book, “Rediscovering Sainthood in Italy: Hagiography and the Late Antique Past in Medieval Ravenna,”1 will appear in September 2016 from Palgrave in the New Middle Ages series. Central to the book is the vita of Barbatianus, a holy man, monk, and confessor to the empress Galla Placidia in Ravenna. First written in the tenth century and derived from a number of other sources, the vita appropriates the late antique history of the city and its importance as capital of the Western Roman Empire as relevant to the city’s changing status within the empire of the Ottonians.  Using the cult of Barbatianus as a lens, the book tries to balance the varying forces at play in the city in the tenth century and the nature of Ravenna’s hagiographic landscape, and traces its development of the cult from its origins to the early modern period.  Although the book was very different in scope from the projects I am pursuing now, I think that funerary commemoration, the practices of veneration, and their cultural impact are all closely connected.

What are your expectations for this stay?

I have already received such generous hospitality from the members and staff of the CESCM, and I am looking forward to getting to know them better and make new contacts with possible future collaborators.  I will also continue to use the center’s resources, including the library, for the rest of my stay, but I am most grateful for the help and support I have already received.

  1. http://www.palgrave.com/us/book/9781137602718 []

[3 juin] Inscriptions et reliquaires – Journée d’étude

En 1997, Jean Michaud proposait une communication sur les consécrations d’autel au grand colloque de Boulogne-sur-Mer dédié au culte des reliques, et offrait des pistes de recherche sur la question des liens entre écriture épigraphique et mise en scène des corps saints.

Près de vingt ans après cette conférence, l’étude des reliquaires, de leur forme, de leur décor, de leur fonction, a considérablement progressé, notamment sous l’impulsion du material turn en histoire de l’art, et de l’étude du corps et de la corporalité au Moyen Âge. Cependant, l’intérêt pour les inscriptions que portent très souvent les châsses et les reliquaires reste encore limité, alors qu’elles sont partie intégrante des moyens visuels déployés dans le matériau pour mettre en scène le saint et sa virtus. Les inscriptions sur les reliquaires manifestent par l’écriture ce que contient l’objet ; entre authentification des restes saints, commémoration du commanditaire de l’objet et invitation à la prière des fidèles, elles dévoilent et manifestent ce qui est soustrait à la vue et au toucher.

Lors de cette journée d’étude organisée par Vincent Debiais et Elisa Pallottini, il s’agira de poser à ces inscriptions de nouvelles questions à la lumière des recherches récentes sur les reliquaires, en se concentrant notamment : 1) sur les propriétés empiriques de l’écriture et son interaction avec le matériau ; 2) sur la relation entre la capacité de l’écriture à signifier et la capacité de la virtus à agir ; 3) sur les liens éventuels entre le contenu des inscriptions et la présence des saints dans la liturgie ; 4) sur les connexions entre les inscriptions sur reliquaires et les textes inscrits sur les objets liturgiques.

Cette journée d’étude s’étendra sur une « longue journée » ; elle alternera les études de cas et les réflexions générales sur les liens entre écriture et sacralité.

Verneuil-sur-Avre, abbaye Saint-Nicolas. Châsse de saint Avit (première moitié XIIIe s.).
Verneuil-sur-Avre, abbaye Saint-Nicolas. Châsse de saint Avit (première moitié XIIIe s.).

Programme

9h – Accueil des participants

9h30 – Vincent Debiais (CNRS-CESCM) : Les inscriptions, une écriture à la croisée des matières (en guise d’introduction)

10h – Estelle Ingrand-Varenne (CNRS-CESCM) : Des enjeux ecdotiques des inscriptions sur objets à l’étude de la textualité objectale

10h45 – Janneke Raaijmakers (Université d’Utrecht) : Hagiography versus epigraphy? A different perspective on saints’ cults or not.

11h30 – Elisa Pallottini (Université d’Utrecht) : Les reliquaires, les reliques et leurs inscriptions

12h15 – Déjeuner

14h – Pierre-Alain Mariaux (Université de Neuchâtel) : Intus et foris

14h45 – Delphine Boyer-Gardner : Autour des corps de saints évêques du haut Moyen Âge : inscriptions au contact et inscriptions à distance.

15h30 – Pause

15h45 – Edward Schoolman (Université de Reno) : Texts, Bodies and Tombs: Secular Funerary Culture in Early Medieval Italy and Gaul

16h30 – Discussions et conclusions

Afin de nourrir les discussions et d’apporter des éclairages originaux sur ces questions, les organisateurs ont également invités des collègues à réagir pendant les échanges et les débats : Éric Palazzo (Université de Poitiers-IUF), Cécile Treffort (Université de Poitiers), Teemu Immonen (Université de Turku), Cécile Voyer (Université de Poitiers), Morgane Uberti, Marika Rasanen (Université de Turku).


 

Lieu : salle Crozet du CESCM – 24 rue de la Chaîne – POITIERS

Contact : vincent.debiais@univ-poitiers.fr

Le nouveau carnet de recherche EPIMED

Nous sommes heureux de vous annoncer la naissance du second carnet de recherche du CESCM sur Hypotheses.org : EPIMED

Le carnet EPIMED est issu du programme EPIMED, collaboration quadriennale entre la Casa de Velázquez (Madrid), le Centre d’études supérieures de civilisation médiévale (CESCM,Poitiers), et l’Institut de Recerca en Cultures Medievals (IRCVM, Barcelone), 2014-2017.

Le programme EPIMED veut proposer une réflexion originale sur la définition du rôle et du statut de l’écriture médiévale indépendamment des frontières imposées jusqu’alors par le cloisonnement des « sciences auxiliaires ». L’écriture revêt des formes et des fonctions très différentes au long du Moyen Âge. Cette diversité s’exprime dans la nature des textes mais aussi dans les supports et dans les graphies, dans les décors et dans les moyens de diffusion. Les singularités plus ou moins marquées des documents ainsi produits commandent à leur analyse respective au sein d’un grand nombre de disciplines dites « auxiliaires » de l’histoire. Cette séparation académique, issue d’une tradition érudite ancienne, doit être aujourd’hui discutée et sans doute relativisée, dans le but de faire apparaître la nature unique de la culture graphique du Moyen Âge qui s’exprime dans tous les usages de l’écriture, au-delà des variations formelles, fonctionnelles ou topographiques des productions écrites.

Cliché J.-P. Brouard/CESCM
Cliché J.-P. Brouard/CESCM

Le projet EPIMED proposera une appréhension large de la Literacy médiévale, de la communication écrite, toujours mise en œuvre dans des circonstances particulières, changeantes et propres à chaque document produit. La préparation des corpus de sources offre l’occasion au quotidien de mesurer les points de rencontre multiples non seulement entre la diplomatique et la sigillographie, la paléographie et l’épigraphie, la sigillographie, l’héraldique et la numismatique, mais entre toutes les disciplines de l’érudition dans la mesure où les documents étudiés possèdent, dans la présence de l’écrit, un dénominateur commun fondamental. L’avancée considérable des corpus de sources permet aujourd’hui d’envisager des recherches ambitieuses dans ce sens en dépassant la mise en œuvre des collections. Envisager une science unique de l’écriture représente donc une mise en cohérence de la structure académique des disciplines de l’érudition avec la réalité documentaire du Moyen Âge. Le projet EPIMED entend s’inscrire d’une part dans une convergence des disciplines auxiliaires de la médiévistique et d’autre part dans les dynamiques de recherche communes à l’épigraphie et à la paléographie. Les interrogations ont toutefois l’ambition de ne pas prendre en compte les seuls aspects techniques et formels, mais de s’intéresser surtout au statut et au rôle du texte produit, à sa dynamique d’écriture (entendue à la fois comme production intellectuelle d’un contenu et comme réalisation matérielle d’un objet inscrit) pour mettre en lumière les convergences intellectuelles entre pratique manuscrite et pratique épigraphique. Les difficultés inhérentes à la comparaison des graphies tracées sur des supports différents avec des instruments différents et pour répondre à des contingences de communication différentes ne peuvent en effet être dépassées que si l’on envisage cet acte de communication dans sa globalité, c’est-à-dire en étudiant à la fois les acteurs de cette production et les circonstances historiques conduisant à des choix de support, de graphie, de contenu, de mise en scène de l’écriture.

Les actions développées dans le projet EPIMED répondent à trois ambitions distinctes :

1) façonner, dans le cadre de rencontres et d’échanges réguliers, les contours d’une culture scientifique commune dans le domaine de l’épigraphie médiévale, et plus généralement dans celui de la culture écrite ;

2) rassembler un corpus documentaire franco-espagnol capable de fournir tout à la fois un aperçu de la production épigraphique médiévale et des exemples pertinents dans le cadre des actions de recherche et de formation ;

3) explorer au cours de journées thématiques les grandes questions qui animent aujourd’hui la recherche sur les inscriptions du Moyen Âge à l’intersection des sciences auxiliaires de la médiévistique.

La réponse aux objectifs scientifiques passe par la tenue de trois réunions thématiques au cours desquelles l’écriture manuscrite et les pratiques épigraphiques seront confrontées pour établir entre les deux usages graphiques les zones de contact, de conflit, d’influence… Les thématiques sont intitulées : raisons d’écrire, gestes d’écritures et écritures réservées. Ces journées s’accompagnent d’actions pédagogiques : deux sessions d’été seront organisées à Madrid pour les étudiants français et espagnols ainsi que les membres d’institutions privées et publiques désireux de se former. Enfin, les réflexions collectives trouveront une traduction publique dans le montage d’une exposition à Barcelone, en partenariat avec le Musée national d’art catalan.