Archives par mot-clé : Histoire de l’art

Soutenance de thèse d’Élise Vernerey (11 décembre 2020)

Élise Vernerey a soutenu sa thèse de doctorat en histoire de l’art médiéval à l’Université de Poitiers « Voir ne consiste à ne pas voir : la sculpture du portail et la théologie apophatique au XIIe siècle (Saint-Denis, Moissac, Aulnay) » devant un large jury en semi-présentiel, compte tenu de la situation sanitaire actuelle. Composé de sept chercheurs en histoire de l’art, des images et de la liturgie, ainsi qu’en en histoire et en histoire des textes, ce jury reflète toute la richesse de la thèse défendue en ce jour du 11 décembre 2020 : Marcello Angheben (maître de conférences HDR, CESCM / Univ. Poitiers, co-directeur de thèse), Vincent Debiais (chargé de recherches, EHESS/CNRS, rapporteur et président du jury), Bruno Haas (maître de conférences, Univ. Paris 1-Panthéon Sorbonne), Éric Palazzo (professeur, CESCM/Univ. Poitiers, rapporteur), Dominique Poirel (directeur de recherches, IRHT/CNRS), Daniel Russo (professeur émérite, Univ. Bourgogne Franche-Comté) et Cécile Voyer (professeure, CESCM/Univ. Poitiers, co-directrice de thèse).

Le président du jury commence par donner la parole à l’impétrante qui, durant trente minutes, présenta rigoureusement sa thèse relevant de l’étude des images du XIIe siècle (un premier volume d’écriture de cinq-cents quarante-et une pages contenant une bibliographie d’une trentaine de pages et un second volume de cent-quatre planches de couleur, dont le jury eu à cœur de signaler la belle qualité des clichés personnels). D’emblée, Élise Vernerey met un point d’honneur à souligner la nature pluridisciplinaire de son propos par la mise en relation d’une analyse formelle et discursive de l’image avec les discours épistémologiques sur la nature attribuée à l’image par certains théologiens, héritiers de la tradition néoplatonicienne. L’intérêt de cette démarche est double, précise-t-elle, car « l’étude de leurs présupposés théoriques permet de penser les décors dans la confrontation à l’homme, tant de celui qui en fait l’expérience au seuil de l’église que de celui qui en est le créateur ». Sur la base de ses travaux de master (les peintures murales de Saint-Martin de Fenollar et la sculpture du portail de Saint-Lazare d’Autun), la candidate explique avec brio les raisons qui l’ont amené à privilégier dans sa thèse une approche monographique (Saint-Denis, Moissac et Aulnay) plutôt qu’une analyse sérielle qui n’aurait pas permis d’appréhender pleinement le fonctionnement et la relation de l’homme aux images. Le découpage de la thèse en trois parties monographiques et indépendantes est motivé par la volonté d’articuler les analyses iconographiques avec les théories de l’image. Le lien établi dans le travail d’Élise Vernerey entre la théologie et l’image repose pourtant sur une problématique classique en histoire de l’art, celle des enjeux de la création plastique au Moyen Âge. C’est dans cette perspective qu’elle interroge l’articulation entre le prototype et l’image en tant qu’objet, les rapports entre le sujet figuré et la figuration du sujet, ou encore le statut de l’image au Moyen Âge. Les trois études de cas (Saint-Denis, Moissac et Aulnay) mettent ensemble en exergue « la nature défective absolue de l’image artificielle ». De plus, la considération matérielle des œuvres d’art l’invite à penser la technique de la sculpture – par la soustraction ou la « purification » de la matière pour atteindre une forme idéelle – comme le reflet de l’homme dans son cheminement à Dieu, en quête de la Ressemblance autrefois perdue. Aussi, la sculpture fait-elle écho au « procédé » de la théologie négative ou théologie apophatique qui accorde une place fondamentale à la mise en exergue de « l’impossibilité de comprendre Dieu, perçue comme quelque chose de total ». Les trois dossiers monographiques soulèvent plusieurs questionnements propres à l’étude de l’image médiévale que l’on pourrait ici résumer en trois points : les moyens de la mise en images de chaque décor (voire de chaque partie du décor) ; le rôle du regardeur (car « l’appréhension de l’homme face au décor est dépendante de ses capacités visuelles et de son mouvement, ce qui est signifiant dans la zone de franchissement d’un portail ») ; et enfin, la finalité de leur création (autrement dit « le mouvement vers Dieu qu’elles suscitent chez le regardeur »). En cela, Élise Vernerey définit son approche comme « téléologique ». La candidate poursuit ensuite son exposé sur les choix originaux des auteurs convoqués pour chacun des décors étudiés – plusieurs fois débattus au cours de la soutenance (Jean Scot Érigène, le Pseudo-Denys, Grégoire de Nysse et Maxime le Confesseur pour Saint-Denis ; Jean Scot Érigène et Grégoire de Nysse pour Moissac ; Boèce et Gilbert de la Porée pour Aulnay). Elle est longuement revenue sur le carolingien Jean Scot Érigène dont la pensée aurait, selon elle, exercé une influence considérable à Saint-Denis compte tenu de ses liens avec le réseau clunisien, et surtout, en raison de l’impact de sa condamnation au début du XIIIe siècle. Ses écrits seraient tributaires du Pseudo-Denys et de Grégoire de Nysse, c’est pourquoi il lui est apparu judicieux de lire ces auteurs avec attention. Pour finir, Élise Vernerey délivre sa nouvelle lecture des trois portails de Saint-Denis, de Moissac et d’Aulnay en résumant les trois chapitres de son étude et ses conclusions. Ses interprétations originales sont ici justifiées par des analyses iconographiques et des liens historiques qui semblent se dessiner entre les théoriciens de l’image et leurs éventuels concepteurs. De ces trois grands dossiers, il en ressort plusieurs considérations sur l’image du XIIe siècle. En fait, l’image sculptée susciterait un procédé mental et dynamique favorisant le « mouvement intellectuel du regardeur » qui s’inscrit en parallèle de « son mouvement physique ». Les détails dans la sculpture reflèteraient non seulement la portée réflexive de l’image, mais également le procédé de négation que l’autrice a tenté de mettre en lumière dans sa thèse. L’image ne serait donc pas « en position de transmettre une vérité » mais induirait « un exercice spirituel chez celui qui la contemple ».

Après un exposé clair et précis, salué par Vincent Debiais lors de son intervention finale, celui-ci invite successivement les membres du jury à débattre avec la candidate. Au cours des échanges, cette dernière est félicitée de manière générale pour le sérieux de son travail (la finesse de ses analyses iconographiques, l’ampleur de ses lectures, son aisance rédactionnelle, etc.), et en particulier, pour le courage dont elle a fait preuve en se lançant dans une recherche très ambitieuse.

D’abord, Marcello Angheben rappelle que les travaux d’Élise Vernerey s’inscrivent dans la continuité de ses recherches en master où elle avait déjà montré « des aptitudes exceptionnelles » à convoquer des textes – jusque-là ignorés par les historiens de l’art – pour les confronter aux images médiévales. D’après lui, son travail de doctorat reflète une curiosité intellectuelle naturelle, doublée d’une attention remarquable accordée aux images. Il regrette toutefois que la question de l’anagogie n’ait pas suffisamment été traitée au regard de l’importance accordée aux conceptions de Grégoire de Nysse, du Pseudo-Denys et de Jean Scot Érigène dans sa thèse. Toujours est-il que les recherches de sa doctorante lèvent le voile sur bon nombre de questions laissées en suspens par les historiens de l’art en donnant une belle visibilité au portail d’Aulnay.

C’est avec le même enthousiasme que les discussions se poursuivent avec l’intervention de Cécile Voyer. En revenant sur son parcours doctoral, elle valorise l’efficacité et l’engagement de sa doctorante d’une part dans le monde de la recherche (l’obtention d’un contrat doctoral en 2016, une participation active à de nombreuses manifestations scientifiques, la parution de plusieurs articles scientifiques et de vulgarisation) et d’autre part, dans la vie du laboratoire (représentante des doctorantes et des doctorants, membre active de JANUA). Élise Vernerey est par la suite largement complimentée pour sa disposition évidente à la conceptualisation et sa grande sensibilité pour les images, leur matière, leur forme et ce qu’elles donnent à voir. Les points discutés par Cécile Voyer sur le degré d’intentionnalité prêté aux concepteurs des images ont donné lieu à de beaux échanges intellectuels qui illustrent parfaitement bien la grande force de cette thèse selon la professeure, à savoir de susciter de nouvelles réflexions sur des œuvres très connues.

La parole est ensuite donnée à Dominique Poirel pour son rapport qui est orienté sur son champ d’expertise et un point mineur de la thèse d’Élise Vernerey : la circulation des textes et des idées. S’il lui témoigne toute son admiration pour le travail impressionnant de lecture et d’assimilation de textes théologiques, philosophiques et littéraires, il émet quelques réserves sur le recours à certains théoriciens de l’image en se basant sur l’état de la circulation des textes au XIIe siècle. Malgré ses désaccords sur la définition de la théologie apophatique et l’influence du Pseudo-Denys dont la candidate prend note, Dominique Poirel affirme toutefois qu’il a pris un grand plaisir à lire cette thèse.

Après avoir une nouvelle fois félicité Élise Vernerey pour son courage et son travail intellectuel, Éric Palazzo exprime alors sa perplexité sur le choix des sites étudiés, lui donnant l’impression d’une hésitation entre plusieurs thèses. Une brève discussion est engagée sur la question du visible et de l’invisible dans la théologie, puis sur le chapitre consacré à Moissac et les développements portant sur la liturgie. En dépit des lacunes principalement d’ordre d’érudition, le professeur signale néanmoins avec insistance que l’autrice a démontré toutes ses capacités d’iconographe.

L’intervention de Bruno Haas vient compléter les précédentes remarques formulées par les membres du jury. Tout en saluant le caractère interdisciplinaire de l’approche d’Élise Vernerey jugée « très méritoire », il considère que l’ensemble de la thèse manque d’une assise plus solide en matière de méthode et de théorie de l’image. En revanche, l’examinateur se réjouit de l’interprétation ingénieuse des détails iconographiques qui renouvelle le regard porté sur ces trois portails. Il a particulièrement été sensible au premier chapitre sur Saint-Denis ; il s’agit d’une « une belle réussite », selon ses propres mots, qui nécessiterait une publication à part entière « pour sans doute s’imposer dans la littérature ».

À l’instar de ses collègues, Daniel Russo complimente Élise Vernerey pour la qualité générale de son travail. Il est revenu sur l’ensemble de la thèse en l’agrémentant de nombreuses références bibliographiques pour approfondir davantage encore sa réflexion en attirant son attention sur la nécessité de contextualiser les différentes figures intellectuelles convoquées dans son étude. Le chercheur insiste sur la valeur ajoutée de cette thèse dans l’étude des portails romans en la remerciant vivement pour la pertinence de sa recherche conceptuelle.

L’examen de la thèse se termine enfin par l’appréciation de Vincent Debiais. À maintes occasions, le président du jury exprime son enthousiasme à propos de ce travail de doctorat « stimulant et novateur » au regard de l’ambition et de l’audace des choix intellectuels adoptés par Élise Vernerey. Il lui fait part de son admiration pour avoir présenté une « véritable thèse » avec ses paris, ses réussites et parfois certaines limites. Il critique en effet une « une histoire des images coupée du social » qui ne permet pas de résoudre la question même du sens de l’art abordée par l’autrice. Des défis d’ordre anthropologique restent encore à être relevés pour l’aboutissement de cette recherche. Il n’en demeure pas moins que la thèse qui en est issue est « importante pour l’histoire de l’art médiéval et pour une meilleure compréhension du geste d’image au Moyen Âge » comme déclaré en guise de conclusion de son rapport.

C’est donc sans surprise à l’issue d’une brève délibération que le jury a décerné le titre de docteure en histoire de l’art médiéval à Élise Vernerey en soulignant de nouveau ses grandes capacités intellectuelles, la pertinence de ses analyses iconographiques et tout le travail lui restant à poursuivre sur les points d’érudition. Pour paraphraser les membres du jury, nous lui souhaitons la bienvenue dans le labyrinthe, et enfin, le meilleur pour l’avenir.

Le projet collectif “Conques in Global World: Transferring Knowledge from Material to Immaterial” financé par le programme Horizon H2020

Le programme Horizon H2020 a choisi de financer le projet collectif Conques in Global World: Transferring Knowledge from Material to Immaterial.

Interview de Cécile Voyer, partenaire au titre du CESCM-UMR 7302 de la bourse Research and Innovation Staff Exchange (RISE), du programme A.M.S.C. du pilier Excellence Scientifique d’Horizon 2020.

Bonjour Cécile. Qu’est-ce que ce programme A.M.S.C ?

Il s’agit d’un dispositif européen qui vise à encourager des collaborations internationales et pluridisciplinaires à travers des échanges de personnel de recherche et innovation, ainsi que le partage de savoirs et d’idées de la recherche pour l’avancement de la science et le développement de l’innovation.

Il s’inscrit dans le programme phare du financement des activités de Recherche et Développement en Europe (Horizon 2020 ou H2020). Les programmes H2020 sont divisés en trois piliers, qui dépendent des objectifs, de la portée et de la maturité de la recherche proposés : l’excellence scientifique, la primauté industrielle et les défis sociétaux. Le projet « Conques in Global World » dépend du premier.

Quel est l’objectif de projet Conques in Global World: Transferring Knowledge from Material to Immaterial ?

L’objectif de ce projet est de promouvoir la recherche interdisciplinaire, en réunissant cinq spécialités différentes (l’histoire de l’art, l’histoire, la philologie, l’archéométrie et l’acoustique) afin d’étudier l’abbatiale Sainte-Foy de Conques (Conques-en­-Rouergue) et ses ornements au sens large. Il s’agira aussi d’observer, grâce à ce monument emblématique, « l’invention » d’un Moyen Âge européen aux XIXe et XXe siècles. En somme, il s’agira de déconstruire l’image de l’abbatiale de Conques forgée au XIXe siècle et durant la première partie du XXe siècle pour retrouver l’édifice du Moyen Âge.

Les résultats du projet seront largement accessibles au public universitaire afin que la recherche collaborative puisse se renforcer au sein bien sûr du consortium CONQUES mais aussi au-delà en s’adressant aux spécialistes du patrimoine culturel matériel et immatériel. De nombreuses activités pour sensibiliser le public seront menées avec la production de films documentaires, de livres de vulgarisation scientifique et l’organisation de conférences publiques.

Une monographie sur l’abbatiale de Conques et ses images entre Moyen Âge et XXe siècle couronnera cette enquête au long cours.

Que va faire concrètement le consortium CONQUES pendant les 4 ans ?

Le financement permet d’organiser dans des conditions très appréciables la rencontre des chercheurs sur des temps longs. C’est une opportunité fantastique pour les chercheurs confirmés et pour les jeunes chercheurs que de disposer de temps de réflexion en commun, de lieux d’échanges et de partage au service de la compréhension d’un édifice ainsi que de l’imaginaire qu’il draine. Pour faciliter ce partage entre les périodes de mobilité, une plateforme de recherche collaborative sera mise en œuvre. L’objectif de cette bourse est aussi de former des chercheurs aux approches et aux méthodes des autres disciplines scientifiques.

Un des enjeux majeurs consiste également à confronter, croiser les analyses issues des différentes disciplines afin de produire un discours apte à restituer l’état de l’abbatiale aux XIe-XIIe siècles et son fonctionnement (environnement sensoriel). L’abbatiale Conques sera étudiée par des historiens, des historiens de l’art, des archéologues du bâti mais aussi par des ingénieurs experts en acoustique par exemple et des chercheurs en physique, spécialistes de métrologie optique (Xlim).

Comment ce projet a-t-il été préparé ?

Le projet a été pensé par Ivan Foletti et porté par l’Université de Masaryk (Centre for Early Medieval Studies). Le CESCM et son partenaire XLim qui ont, bien sûr, été associés à la rédaction du projet appartiennent au Consortium avec l’Université du New Jersey – Rutgers (EU) le Max-Planck institute (All.), le Max Werber institute (All.), l’École doctorale de l’Université de la ville New York – CUNY Graduate Center – (EU), l’Association pour le Développement Économique et Culturel de Conques (ADECC) et l’éditeur Viella (Italie).

Un mot de conclusion ?

C’est une expérimentation dans tous les sens du terme (autant pédagogique que scientifique). Nous espérons vivre une belle aventure intellectuelle et humaine.

[Appel à communications] Journée d’études : Carnets de recherche en Histoire de l’art et Archéologie

Appel à communications à destination des étudiants de master en Histoire de l’art et Archéologie de l’Université de Poitiers (master ‘Histoire, Civilisations et Patrimoine’ et master ‘Mondes médiévaux’).

• Appel à communications jusqu’au : vendredi 23 octobre 2020

• Date et lieu de la journée d’études : jeudi 19 novembre 2020
Poitiers, faculté des Sciences humaines et arts

• Journée d’études organisée par le département d’Histoire de l’art et Archéologie de l’Université de Poitiers, sous la coordination de Marcello Angheben (CESCM) et Véronique Meyer (Criham).

Journée d’études dédiée à l’actualité de la recherche en Histoire de l’art et Archéologie, par les étudiants de master de l’Université de Poitiers, avec la participation de l’Institut Catholique de Paris.
Dans le cadre de cette journée d’études, les étudiants ayant terminé leur année de Master 1 ou 2 pourront présenter les résultats de leur mémoire de recherche.
La durée de chaque communication est de 20 mn.

Informations complémentaires

Propositions de communication

Les propositions de communication doivent faire figurer un résumé (200 à 300 mots), accompagné d’une courte biographie (comprenant vos nom, prénom, adresse email, laboratoire).
Elles sont à adresser avant le 23 octobre 2020 à :

marcello.angheben@univ-poitiers.fr

veronique.meyer@univ-poitiers.fr

À consulter en ligne ICI

Contacts

Marcello Angheben et Véronique Meyer

         

Axe 3 : Programme collectif sur la collégiale Saint-Hilaire de Poitiers et ses chanoines

Cliché Lisa-Oriane Crosland (CESCM)

L’ année de délégation au CNRS accordée à Cécile Voyer, Professeur d’histoire de l’art au CESCM, au titre de l’année universitaire 2020-2021, sera propice à développer le programme collectif de recherche consacré à l’étude de la collégiale Saint-Hilaire de Poitiers et ses chanoines; un projet qu’elle coordonne avec Éric Sparhubert (Maître de Conférences en Histoire de l’Art médiéval CRIHAM). L’objectif de ce projet est bien sûr d’étudier le monument et son décor (deux états à restituer, l’église du XIe siècle avec sa nef charpentée, et celle du début du XIIe siècle avec sa nef voûtée), mais aussi de restituer son décor peint (relevés archéographiques et restitution des couleurs) avec Carolina Sarrade (archéographe-CESCM) pour les relevés et l’équipe d’Xlim, dirigée par Noël Richard (Maître de conférence Xlim) pour les couleurs et pigments. L’idée est aussi de réfléchir aux aménagements liturgiques en lien avec le culte de saint Hilaire, mais aussi d’étudier dans la mesure du possible l’histoire de communauté canoniale et ses liens les comtes et les évêques (avec les historiens, Émilie Kurdziel (maître de conférences en histoire-CESCM), Hélène Caillaud, membre associée au CRIHAM-Limoges…), bref la place de cet établissement canonial dans l’espace de la cité au premier Moyen Âge.

Cécile Voyer va également continuer à développer un projet de recherche plus personnel autour du scriptorium de Saint-Bertin et de la personnalité de l’abbé Odbert (fin du Xe siècle- début du XIe siècle). Ces recherches s’inscrivent dans la poursuite de ses précédents travaux sur les Évangiles de l’Arsenal (Paris, Arsenal, ms 592) – Orner la parole de Dieu, éd. Classiques Garnier, 2018 –  et sur les manuscrits de Flandres de cette période singulière, qualifiée souvent à tort de « charnière ». Ce projet est au cœur de l’actualité de la recherche : Charlotte Denoël, conservatrice des manuscrits anciens à la BnF, a lancé une vaste enquête sur l’enluminure du livre en France aux Xe et XIe siècles.

Détail manuscrit Boulogne 11

C. Voyer a entamé une recherche sur les Évangiles de Saint -Bertin (Boulogne, BM, ms. 11) ainsi que sur les autres manuscrits peints sous l’abbatiat d’Odbert. Plus particulièrement, la créativité du scriptorium de Saint-Bertin est certes liée à la personnalité brillante de son abbé, à la fois peintre et concepteur d’images, mais aussi aux liens étroits entretenus avec l’Angleterre. Si la circulation des peintres et des scribes entre Saint-Bertin et Canterbury est connue, l’assimilation du répertoire visuel anglais, issu d’une histoire bien différente de celle des Flandres, par les moines bertiniens mérite d’être analysée. Il semble que ce projet pourrait éclairer à la fois la vie culturelle et visuelle de la communauté monastique à un moment de son histoire mais être également un observatoire idéal de la manière dont elle se pense dans le monde composite auquel elle appartient (l’importance prise par les cycles christologiques, la construction d’une mémoire de la fondation entre le Xe et le XIe siècle grâce à une rhétorique visuelle). Les réformes à l’œuvre et l’esprit de renovatio dans ces monastères dans la seconde moitié du Xe siècle pourraient permettre de penser à nouveaux frais les réformes du XIe siècle et le rôle que l’historiographie leur attribue pour « l’âge roman ».

Les stratégies de la narration dans la peinture médiévale

Les stratégies de la narration dans la peinture médiévale : La représentation de l’Ancien Testament aux IVe-XIIe siècles

M. ANGHEBEN (ed.)

Turnhout  : Brepols, 2020 (Culture et société médiévales (CSM 37)

 

464 p. – ISBN: 978-2-503-58171-2

 

Depuis les débuts de l’art chrétien, l’Ancien Testament a reçu une place singulière dans le décor des églises comme dans l’illustration des manuscrits. Certaines formules conçues aux IVe-Ve siècles se sont imposées durant tout le Moyen Âge, comme celles de Saint-Pierre de Rome, et une influence encore plus large a longtemps été attribuée à la Genèse Cotton ou à son modèle. Les œuvres médiévales ne reproduisent toutefois presque jamais servilement celles qui les ont précédées. Les concepteurs les ont constamment réélaborées pour des raisons probablement multiples : adapter la composition au cadre imposé par l’architecture ou le découpage du folio, optimiser les ressorts de la narration pour en faciliter la lecture ou toucher plus efficacement la sensibilité du spectateur, enchaîner les scènes pour entraîner le regard dans le sens de la lecture ou relier sémantiquement deux épisodes voisins, induire un sens spécifique inspiré par la théologie ou la liturgie, ou encore exprimer visuellement des ambitions institutionnelles voire politiques. Les quinze articles réunis dans cet ouvrage développent ces questionnements en les appliquant à des ensembles peints ou en mosaïque représentatifs de la période envisagée : les œuvres conservées ou perdues des premiers siècles, Saint-Pierre de Rome, Saint-Paul-hors-les-Murs et leurs avatars médiévaux, les bibles carolingiennes de Tours et celles de Ripoll, Galliano, les autres ensembles lombards, Saint-Savin-sur-Gartempe, Château-Gontier, Palerme et Monreale. Pour enrichir cette réflexion, le champ d’investigation a été étendu aux cycles néotestamentaires des églises médiobyzantines et aux mosaïques de Saint-Marc de Venise. Dans la conclusion, Herbert Kessler propose en effet une mise au point stimulante sur la délicate question de la Genèse Cotton en nuançant son influence sur le cycle vénitien. L’ouvrage offre ainsi un panorama très complet de la représentation de l’Ancien Testament et une réflexion foisonnante sur les stratégies de la narration.

Table of Contents

 

Introduction

Marcello Angheben, Les stratégies de la narration dans la peinture médiévale. Problématiques et perspectives

I. Des premiers siècles au Moyen Âge central

Jean-Michel Spieser, Les cycles paléochrétiens dits narratifs

Anne-Orange Poilpré, Figurer l’Ancien Testament dans la Bible chrétienne à l’époque carolingienne. (Re)composer l’histoire

Manuel Antonio Castiñeiras Gonzalez, Les Bibles de Ripoll et de Rodes et les ivoires de Salerne. La narration biblique sur des supports variés : modèles, adaptions et discours

Judith Soria, Temporalité et causalité narratives dans les décors médiobyzantins

II. Les traditions romaine et lombarde

Serena Romano, San Pietro, San Paolo, e la narrazione cristiana. Riflessioni su una possibile storia

Irene Quadri, Dipingere all’ombra di prototipi illustri. La narrazione veterotestamentaria nei cicli tipologici di XI e XII secolo in Italia centrale

Marco Rossi, Les cycles de l’Ancien Testament à Galliano et dans la peinture lombarde du XIesiècle

Fabio Scirea, La représentation de l’histoire d’Adam et Ève dans les milieux ambrosiens aux XIe-XIIe siècles

III. Saint-savin et la peinture « septentrionale »

Søren Kaspersen, Genesis Cycles: Tradition, Theology and Politics. From Cotton Genesis to Saint-Savin-sur-Gartempe

Christian Davy, Les peintures murales de Saint-Jean-Baptiste de Château-Gontier et de Saint-Savin-sur-Gartempe. De la similitude à la dissemblance

Kai Christian Ghattas, Reanimating the Scripture: Movement and Body Memory in the Paintings of Saint-Savin

IV. Les mosaïques siciliennes

Giulia Arcidiacono, Le storie della Genesi nella Cappella Palatina di Palermo. Qualche osservazione sulle fonti iconografiche e sulle strategie narrative

Tancredi Bella, Le récit de la Genèse dans les mosaïques de la cahtédrale de Monreale

Herbert L. Kessler, Conclusion. La Genèse Cotton est morte

Planches