Archives par mot-clé : Histoire de l’art

Appel à communication : Carnets de recherche. Histoire de l’art et Archéologie

Appel à communications à destination des étudiants de master

Journée d’études dédiée à l’actualité de la recherche par les étudiants de master en Histoire de l’art et Archéologie – master Civilisation, Histoire, Patrimoine et Sources – Université de Poitiers.

Le 19 octobre 2017

Dans le cadre de cette journée d’études, les étudiants ayant terminé leur année de Master 1 ou 2 pourront présenter les résultats de leur mémoire de recherche.
La durée de chaque communication est de 20 mn.
Propositions de communications :
Les propositions de communication sont à adresser avant le
15 septembre 2017 à :
Elles devront faire figurer un court résumé (200 à 300 mots), accompagné d’une courte biographie (comprenant vos nom, prénom, adresse email, laboratoire).
Université de Poitiers – Département d’Histoire de l’art et d’Archéologie
         

Soutenance de thèse de Paméla Nourrigeon (9 décembre 2016)

Vendredi 9 décembre 2016, Paméla Nourrigeon a soutenu sa thèse en histoire de l’art médiéval intitulée : De la translatio à la création. Étude iconographique du Rationale divinorum officiorum dans sa version française.

Le jury était composé de :

Éric Palazzo, professeur d’histoire de l’art médiéval, Université de Poitiers (directeur de thèse),

Bruno Boerner, professeur d’histoire de l’art médiéval, Université de Haute-Bretagne Rennes-II,

Élisabeth Lalou, professeur d’histoire médiévale, Université de Rouen (rapporteur),

Daniel Russo, professeur d’histoire de l’art médiéval, Université de Bourgogne Franche-Comté (rapporteur),

Cécile Voyer, professeur d’histoire de l’art médiéval, Université de Poitiers.

Parmi les auteurs ayant contribué à l’élaboration des textes exégétiques sur le christianisme, la figure de Guillaume Durand est incontournable. Son Rationale divinorum officiorum constitue l’étape ultime et la plus complète, en terme de somme, sur la liturgie au Moyen Âge. Le succès est immédiat et conséquent. Ce traité, dans sa version latine originale, ne comporte pas – ou presque – d’image. Or, dans la traduction réalisée en langue d’oïl, en 1371, sous le titre de Racional des divins offices, par le carme Jean Golein, à la demande du roi de France Charles V, des représentations visuelles sont ajoutées et opèrent un déplacement des points forts du livre pour créer une nouvelle géographie.

Ce sont donc les mécanismes combinatoires entre texte et image dans les 9 manuscrits de cette translatio multiple qui sont au cœur du travail de Paméla Nourrigeon, un travail qui vient ainsi combler un vide, comme l’a souligné Éric Palazzo, et qui a le grand mérite de montrer non seulement l’usage laïc de la liturgie, mais aussi le rôle politique et social de celle-ci (Bruno Boerner). PN s’est donc centrée sur un processus – compris comme concept – de création dans ces 9 manuscrits, qui ne forment pas tant un corpus (du fait de leur trop petit nombre), mais un inventaire, un répertoire (Daniel Russo). Chaque manuscrit a été vu et fait l’objet d’une notice détaillée (cf. liste ci-dessous). Éric Palazzo se plaît à souligner combien cette thèse montre un bel équilibre entre érudition et proposition d’idées neuves.

5 entrées sont proposées : le Racional comme traité visuel sur la liturgie, comme œuvre au service du roi, comme écrin pour la valorisation de l’ordre carme, comme témoin des rapports entre juifs et chrétiens, comme ouvrage dévotionnel. En effet, les illustrations sont le plus souvent liées au contenu liturgique et théologique développé par Guillaume Durand. L’image refond cependant la matière du texte afin de l’investir d’un langage en adéquation avec ses propres modes d’expression. Ainsi, les modèles proposés sont la synthèse entre les apports du texte, la tradition iconographique, l’idéologie des commanditaires et/ou destinataires, le contexte politique et théologique de leur temps, etc. Tout cela conduit les images à illustrer certains rites liturgiques mais également à montrer l’importance de l’élection divine du souverain à travers l’onction du sacre, la spiritualité carme avec la création du nouveau thème de « Dieu montrant le modèle sur la montagne », les rapports entre juifs et chrétiens ou encore le rôle des images comme support dévotionnel pour le « regardeur » (terme emprunté à Pierre Soulages et Yves Bonnefoy).

Un traité visuel sur la liturgie. En insistant tout particulièrement sur l’importance du rituel eucharistique dans la liturgie chrétienne avec une série d’images extrêmement détaillées sur les différents moments de la messe, les exemplaires de Cambridge et de Beaune font du Racional l’un des rares témoins d’un cycle aussi dense sur le sujet. L’autre point de focalisation des images est la figure de l’évêque à travers la représentation des rites qui lui sont réservés : l’ordination épiscopale, dans laquelle le livre est posé ouvert au-dessus de l’évêque, l’examen des ordinands qu’il préside en trônant, contribuent à affirmer son rôle de guide pour l’ensemble de la communauté et sa sacralité particulière en tant que porteur de la parole des évangiles.  La récurrence des ces images pose la question de la destination et de l’usage des manuscrits.

Une œuvre au service du roi. Jean Golein ajoute à la fin du livre I un élément textuel totalement inattendu pour le lecteur car absent de l’œuvre de Durand :  le Traité du sacre. Cet ajout fait du Racional un outil de propagande, fonction totalement absente de l’œuvre originale. Le panégyrique mis en place par le traducteur passe à la fois par le texte et par l’image, faisant de l’exemplaire royal un témoin important sur la théorisation de la politique des Valois à la fin du XIVe siècle. L’image frontispice du Racional de Charles V montre d’ailleurs que c’est le roi lui-même qui initie la traduction. L’œuvre de l’évêque de Mende, dans sa version traduite, revêt alors un but tout à fait nouveau, celui d’affirmer la sacralité royale et l’élection divine du souverain à travers la figuration de l’onction. Élisabeth Lalou interroge d’ailleurs PN en se demandant si ce traité n’était pas le cœur de l’illustration, permettant de lancer ensuite les autres illustrations. Ce modèle semble cependant n’avoir eu aucune résonance dans les manuscrits n’étant pas destinés à Charles V.

Un écrin pour la valorisation de l’ordre Carme : Le thème de « Dieu montrant le modèle sur la montagne » (enluminure de Cambridge) est l’exemple le plus novateur du corpus. En tant que membre de la communauté carme, la montagne tient pour Jean Golein un rôle fondamental car elle est à la fois le lieu d’origine de l’ordre et le point de concentration de sa pratique contemplative. Ce thème combiné avec celui du miroir tenu par Dieu (allusion au Miroir en tant que genre littéraire afin de mettre en exergue le rôle du Racional) ouvre le livre V, sur les heures de l’office divin. La spiritualité carme trouve sa résonance dans le motif de la montagne mais plus encore dans l’évocation de la nécessité d’une pratique spirituelle destinée à s’élever vers Dieu.

Un témoin des rapports entre juifs et chrétiens : Guillaume Durand fait de l’interprétation typologique l’un des pivots de son traité. Les relations entre Ancien et Nouveau Testaments nourrissent la description des rites liturgiques mais également de l’origine des vêtements du célébrant, des objets du culte etc. La figure du grand prêtre Zacharie (qui doute) renvoie à l’ensemble du peuple juif, incrédule. L’image ne transpose pas directement la méthode typologique mais se nourrit d’autres facteurs, comme le contexte historique et théologique du XIVe siècle. L’illustration engage d’importantes modifications sur les liens entre juifs et chrétiens en donnant aux juifs un aspect contemporain. Elle offre également un discours antimusulman tout à fait novateur et absent de l’exégèse de l’évêque de Mende en représentant un sarrasin face au pape dans l’exemplaire royal.

Un ouvrage dévotionnel : Dans les livres VI et VII, PN repère un tournant dans l’histoire de l’illustration du Racional au XVe s. avec une densification de l’agencement iconographique. Les images se polarisent autour de thèmes hagiographiques, christologiques, mariaux et liturgiques, puisant dans un répertoire de modèles « établis » et créant des modèles nouveaux (le Christ devant Jérusalem). Guidée par les conséquences de l’explosion du marché du livre dans le domaine dévotionnel, la lecture du Racional, du moins pour le XVe siècle, se fait dans le cadre d’une profonde spiritualité qui se démarque de la pratique des exercices et de la lecture des heures. Un parcours visuel autonome, et complémentaire du texte (Cambridge et Beaune) guide le lecteur à travers ces modèles, faisant ainsi du Racional un support de dévotion, vocation qu’il n’avait pas dans sa version latine.

La thèse de PN a montré le fonctionnement séquentiel des représentations visuelles du Racional : la séquence du Traité du sacre (proposant un discours apologétique sur la royauté française et ses représentants), celle de l’habillement du célébrant et du déroulement de la messe (ouverture du livre III : le prêtre-soldat se prépare pour le combat qu’il va mener au cours de la messe, dans le livre IV, symbole du combat spirituel contre les ennemis de la foi), celle autour de la figure de l’évêque (livre I : bénédiction du cimetière, dédicace de l’église, consécration de l’autel ; livre II : bénédiction épiscopale, ordination de l’évêque ; livre VI : examen des ordinands).
La lecture d’une telle séquence implique un cheminement visuel complexe et réticulaire d’images éloignées les une des autres. Le « regardeur » doit recourir à un mode de lecture dans lequel la sollicitation de la mémoire eidétique joue un rôle central. Sa mémoire sensorielle, principalement visuelle, est mise en action pour relier l’image qu’il a sous les yeux avec les autres images présentes dans le même objet. L’activation de cette mémoire permet également la mise en relation de l’image regardée avec celles auxquelles elle fait référence en dehors de l’espace de lecture du regardeur et hors du manuscrit. Ainsi, la lecture d’un cycle d’images ne se fait pas de manière linéaire mais dépend au contraire d’un système séquentiel et méandrique.
Cette étude montre à quel point l’illustration est le résultat d’un processus qui dépasse la translatio et offre un medium autonome ayant son propre mode de fonctionnement. Si la translatio est ce qui engendre l’illustration, elle ne la conditionne pas. Les images offrent au contraire leur propre interprétation de l’œuvre initiale, indépendamment de la traduction réalisée par Jean Golein. Cécile Voyer revient au cours de la discussion sur la dialectique translatio-création qui permet au modèle d’être transformé, recontextualisé sans être dissout.

Au cours des 3h d’échanges scientifiques, les intérêts majeurs de ce travail sont relevés, ainsi que les nombreuses qualités pédagogiques et la clarté de la candidate, le bon équilibre trouvé entre étude savante et minutieuse des sources et analyses plus larges, sans compter le beau parcours (bourse doctorale, ATER) d’une doctorante très investie au CESCM. A l’issue d’une brève délibération, les membres du jury décernent à Paméla Nourrigeon le titre de docteur de l’université de Poitiers en histoire et histoire de l’art des mondes anciens et médiévaux, avec la mention Très Honorable, en ajoutant leurs félicitations.

[february 7th, 2017] Saint Dominic ans the five senses

Visiting scholar lecture & seminar: Eric Palazzo

« Saint Dominic ans the five senses »

The Department of Art History presents two public lectures and a special seminar by visiting scholars of Western and Islamic Medieval art history on February 7, 2017.

2017-02-07

On Tuesday, 2/7, Eric Palazzo of the University of Poitiers will present “Saint Dominic and the Five Senses” at 6 pm in G40 WJB. Palazzo is professor of medieval art history at the University of Poitiers, senior member of the Institut universitaire de France (Paris), Director of the Centre d’études supérieures de civilisation médiévale, Poitiers (2000-2007), Getty scholar at the Getty Research Institute, Los Angeles (2006-2007) and is a specialist in the history of the liturgy in the middle ages and its relationship with art history.

Palazzo will also conduct a special seminar on February 7 from 2–5:30 pm in 2038 WJB, “”Art and Movement in the Middle Ages.” This seminar is recommended for graduate and undergraduate students who are particularly interested in Medieval art, and space is limited. Please contact Prof. Doron Bauer to reserve a seat: dbauer@fsu.edu.

Voir le programme en ligne

[20 janvier 2017] Peindre c’est prier. Anthropologie de la prière chrétienne (Le Cerf, 2016)

Peindre c’est prier. Anthropologie de la prière chrétienne (Le Cerf, 2016)

20 JANVIER 2017
ROMA
PIAZZA
NAVONA
62

Le manuscrit contenant le texte du traité sur les neufs modes de prière de saint Dominique apparaît alors comme le « lieu » d’intercession privilégié entre Dieu et l’Homme dans l’acte de peindre et dans celui de prier.
Ce livre est le troisième volet d’un triptyque consacré au thème des cinq sens dans la liturgie et l’art au Moyen Age, faisant suite à la publication par Éric Palazzo de L’invention chrétienne des cinq sens dans la liturgie et l’art au Moyen Age (2014) et des actes des trois colloques qu’il a dirigés : Les cinq sens au Moyen Age (2016), tous deux parus aux Éditions du Cerf.”

sans-titre

Vendredi 20 janvier

 

9 H 30
ÉCOLE FRANÇAISE DE ROME


Pierre Savy – EFR
Saluti

Paolo Vian – Biblioteca Apostolica Vaticana

Cécile Voyer – Centre d’études supérieures de civilisation médiévale, Université de Poitiers

Vincent Debiais – Centre d’études supérieures de civilisation médiévale, Centre national de la recherche scientifique

Éric Palazzo – Université de Poitiers-Centre d’études supérieures de civilisation médiévale, Institut universitaire de France
Peindre c’est prier. Les neuf modes de prière de saint Dominique

Pause déjeuner

15 H 00


Soeur Catherine Aubin – Université Pontificale Angelicum, Rome
Le manuscrit des neuf manières corporelles de prier de saint Dominique. Une tradition spirituelle pour des défis anthropologiques contemporains

Daniel Russo – Université de Bourgogne, Institut universitaire de France
Autour de saint Dominique et ses frères. Iconographie et histoire dans l’Italie des XIIIe-XIVe siècles

 

Les neuf modes de prière de saint Dominique constituent un texte essentiel sur la prière au Moyen Age. Le traité a été écrit par les frères dominicains à la fin du XIIIe siècle afin de valoriser la figure du fondateur de l’Ordre des Prêcheurs et permettre de suivre son exemple spirituel à travers sa pratique de la prière privée. Le manuscrit de la Bibliothèque Vaticane dont il est question dans ce livre contient le texte du traité augmenté de neuf peintures dont l’iconographie est d’une très grande richesse. À plusieurs égards, le traité des neuf modes de prière de saint Dominique est particulièrement remarquable pour ce qu’il propose au sujet de l’anthropologie de la prière chrétienne.
Ce livre démontre que le texte des neuf modes de prière et ses peintures ont été conçu comme un véritable traité sur la messe et sa théologie sacramentelle. À partir de là, il est question de l’incarnation, par l’image, de l’eucharistie et de trois de ses principales phases rituelles (la préparation corporelle et spirituelle du célébrant, l’action eucharistique et la diffusion de l’effet du sacrement dans le monde). Ce mode particulier de l’incarnation permet aussi la mise en place d’un discours élaboré sur l’équivalence entre peindre et prier. S’inscrivant dans les traces du Créateur, l’Homme-artisan imite Dieu dans son acte de création « artistique » comme dans celui de la prière privée et dans la liturgie de la messe.

Voir le programme

Pour écouter l’interview à propos de l’ouvrage sur Radio Vatican


ORGANISATION SCIENTIFIQUE

Éric Palazzo – Université de Poitiers-Centre d’études supérieures de civilisation médiévale, Institut universitaire de France

CONTACTS

École française de Rome

Pierre Savy, Directeur des études médiévales

Grazia Perrino, Secrétariat des études médiévales
Piazza Farnese, 67 – 000186 Roma – Italia
T. +39 06 68 60 12 48 – secrma@efrome.it

IUF   logo CESCM   ecole-francaise-de-rome

 

 

Ivan Foletti et le projet international et expérimental « Historiens de l’art migrateurs »

Ivan Foletti était invité au CESCM le 16 décembre dans le cadre d’une conférence au sujet de son dernier livre sur les portes de Sainte-Sabine1 et pour présenter son nouveau projet « Historiens de l’art migrateurs ».

Le projet « Historiens de l’art migrateurs » est une expérience pédagogique et scientifique itinérante, qui prendra la forme d’un cours-pèlerinage de 4 mois et de 1500km autour de la France et la Suisse médiévales, de Lausanne au Mont-Saint-Michel, du XIe au XIIIe siècle. Dirigé par Ivan Foletti, professeur associé à l’université Masaryk de Brno et Maître Assistant Ambizione à celle de Lausanne, ce projet souhaite aborder avec un regard nouveau le patrimoine médiéval français et suisse. Onze étudiants universitaires marcherons le long de routes de pèlerinage médiévales, avec des arrêts de 3 semaines dans différents centres importants de la culture monastique : l’abbatiale Sainte-Foy de Conques, l’abbaye de Saint-Benoît-sur-Loire, avant d’arriver au Mont-Saint-Michel en Normandie. Au cours de ces séjours, des cours (également accessibles au grand public online) seront donnés par d’importants médiévistes tels que Éric Palazzo et Cécile Voyer (CESCM, Université de Poitiers), Hans Belting, Bissera Pentcheva, ou encore Herbert L. Kessler. 

Cliquer sur la photo pour voir la video :

yvan-1

L’originalité de ce projet est représenté également par son financement, qui ne sera pas recherché auprès d’une institution, mais auprès de toute personne intéressée par une campagne de crowdfunding. Grâce à des centaines de dons cet important projet pourra ainsi être réalisé.

Chacun peut être moteur du projet  sur indiegogo

Voici le projet, présenté par Ivan Foletti et ses étudiants, sur le site Migrating Art Historians

 

Le projet « Historiens de l’art migrateur » propose un regard nouveau sur le Moyen Âge. Nous allons marcher 1500 km le long des routes de pèlerinage médiévales et recueillir des expériences que nous allons partager avec vous. Nous allons préparer des cours online pour vous, 12 court-métrages, une monographie collective, des dizaines de conférences accessibles online, des photos merveilleuses et bien plus encore.

Au sein du projet des étudiants avec des professeurs d’universités de France, d’Italie, d’Allemagne, de Suisse, des États-Unis et de la République tchèque vont participer. Ils souhaitent ouvrir la question des arts et du pèlerinage au Moyen Âge au grand public.

Notre but est de changer la manière dont l’université est perçue. Elle ne doit plus être simplement une institution théorique, mais devenir une véritable expérimentation. Le projet est une expérience unique qui pourrait changer l’histoire de l’art.

Pour le réaliser nous avons besoin de votre aide.

« Historiens de l’art migrateurs » est un projet unique, basé sur notre but d’étudier les œuvres d’art à travers l’expérience physique de notre corps.

Nous allons quitter les salles de cours de notre université pour marcher pendant tout un semestre, afin d’approcher les œuvres d’art personnellement et de les étudier dans leur contexte naturel.

Parmi nos grands supporteurs il y a, en dehors de Hans Belting, gagnant du prix Balzan ; des autorités telles que Bissera Pentcheva de l’université de Stanford ; Herbert L. Kessler de l’université John Hopkins.

Nous sommes soutenus par l’université Masaryk de Brno, qui couvre ce projet et nous supporte en partie financièrement. De plus, l’université a approuvé d’un plan d’étude spécial pour les étudiants qui participeront à ce projet.

Mais il y a aussi nos autres supporteurs importants – les monastères, qui ont accepté de nous accueillir et de nous permettre d’étudier et de nous reposer dans leurs complexes.

À ce projet vont participer également des chercheurs tels que Michele Bacci de l’université de Fribourg ; Stefano D’Ovidio, Bibliotheca Hertziana, Max-Planck-Institut für Kunstgeschichte ; Daniela Mondini, Università della Svizzera italiana ; Éric Palazzo et Cécile Voyer du CESCM (Université de Poitiers).

Ce projet est expérimental et exceptionnel par bien des aspects.

Suivant l’exemple des pèlerins médiévaux, nous allons voyager à pied. Après des semaines de marche, à dormir sans abri et sans l’aide des commodités modernes, nous seront fatigués et auront à surmonter les obstacles physiques et la douleur. En renonçant aux moyens de transport modernes, nous vivrons le ralentissement du temps.

Tout cela modifiera notre perception des œuvres d’art.

Bien sûr, nous sommes parfaitement conscients que nous ne pouvons pas revivre les expériences et sentiments d’une personne vivant au Moyen Âge. D’un autre côté, nous pensons qu’il est possible – à travers différents aspects – de se rapprocher de la réception pré-moderne des œuvres d’art. De nos jours, nous sommes habitués à voir les objets rapidement et d’une perspective rapprochée. Le pèlerinage au rythme naturel des pas offre un point de vue nouveau, comme nous l’avons déjà remarqué durant nos marches d’été que nous avons effectuées durant les cinq dernières années.

« Historiens de l’art migrateurs » représente une approche innovatrice des études. Après une préparation théorique, les étudiants vont étudier les objets personnellement in situ, à travers tous les aspects précédemment mentionnés. Leur tâche sera de présenter leurs résultats non seulement au sein du cadre universitaire habituel, mais également au grand public.

Bien qu’expérimental et innovant, le projet « Historiens de l’art migrateurs » est basé sur des expériences déjà acquises. Il est issu de nos observations recueillies sur les routes de pèlerinage françaises et italiennes durant les cinq dernières années. Ces cinq marches estivales ont complètement modifié notre point de vue sur les objets médiévaux. C’est pourquoi un groupe de douze historiens de l’art a décidé d’élargir l’expérience tout en la contextualisant au sein d’un cadre scientifique spécifique et, à l’aide de technologies modernes, de la transmettre au grand public.

C’est pour cela que nous avons besoin de vous !

Nous avons invité des spécialistes pour donner des cours et écrire des articles au sein de la monographie conclusive. Nous allons nous-mêmes écrire au sujet des œuvres d’art que nous allons rencontrer au long du chemin. Notre équipe est composée de graphistes habitués à produire des ouvrages, de même que de réalisateurs qui travaillent pour la plateforme e-learning de l’université Masaryk de Brno, habitués à préparer du matériel d’enseignement.

Nous avons besoin de supporteurs enthousiastes.

Nous voulons intégralement partager cette expérience avec vous. Afin d’ouvrir le champ apparemment fermé de l’histoire de l’art, nous voulons transmettre nos expériences au grand public.

C’est pour cette raison que nous avons besoin de financement.

 

Avec la somme de 6300€ que le département d’histoire de l’art de l’université de Brno offre au projet, nous pouvons partiellement couvrir les coûts de l’organisation des conférences dans les monastères. De la part de sponsors privés, nous avons obtenu 3000€ dans le même but.

Afin de pouvoir vous transmettre les résultats de notre voyage, nous avons besoin de votre aide pour couvrir les dépenses liées au tournage et à la post-production. La somme, en incluant les équipements techniques, est estimée à 15 965 .  La production du second résultat, la monographie finale, est estimée à 6000.

Malgré le fait nous allons vivre avec des frais limités, nous allons avoir besoin d’un petit soutien pour vivre durant la marche. L’estimation du coût de la vie minimal est de 7€/jour/personne, pour un total de 10 080€.

Certains de nos étudiants gagnent leur vie. Pour cette raison, nous avons besoin de couvrir leurs nécessités durant la marche puisqu’ils vont interrompre leur activité professionnelle entièrement pour se consacrer entièrement au projet.

Puisque nous avons déjà entrepris des marches cinq fois durant les dernières années, nous n’avons pas besoin d’acheter l’équipement de base. En revanche, cette fois nous allons commencer la marche à la fin de l’hiver, et pour cette raison nous aurons besoin de compléter notre équipement. Les coûts estimés par personne sont de 550€, une somme difficile à réunir pour certains étudiants.

 

Nous vous serions très reconnaissant si vous décidez de nous soutenir.

Si vous aimez le projet mais que vous ne pouvez pas nous soutenir financièrement, nous voudrions vous demander de faire passer le message à toute personne qui pourrait être intéressée.

 

L’itinéraire

 

De Lausanne au Mont-Saint-Michel, nous allons parcourir 1500 kilomètres à pied en quatre mois (du premier mars à la fin de juin), en suivant et en croisant trois des principales routes de pèlerinage médiévales (Via Turonensis, Via Lemovicensis, Via Podiensis).

Nous allons traverser les villes où se trouvent les monuments importants, sujets de notre étude, telles que Genève, Lyon, Conques, Nevers, Fleury, Tours et Rennes. Nous allons marcher trois semaines, qui seront suivies de pauses de trois semaines au sein des monastères (Conques, Saint-Benoît-sur-Loire, Mont-Saint-Michel).

C’est à ces endroits que d’importants chercheurs de la discipline vont nous rejoindre. À travers une série de conférences et de discussions, ces chercheurs vont nous aider à avancer dans nos recherches, qui résulteront en des mémoires de master ainsi qu’en une monographie finale. C’est également à ces endroits que nous allons préparer les films pour vous, et d’où nous allons diffuser en live online les conférences grâce à la plateforme e-learning de l’université Masaryk.

Plus à notre sujet

La plupart des étudiants font partie du Center for Early Medieval Studies (Centre d’études sur le Haut Moyen Âge) de l’Université Masaryk de Brno (CZ), fondé en 2012 par Ivan Foletti. Le projet est l’une des nombreuses activités du centre.

Depuis sa fondation, le centre a organisé de nombreuses conférences internationales, invité les chercheurs les plus importants du domaine, fondé le prestigieux périodique international Convivium, et publié plusieurs ouvrages. À travers ses conférences régulières StredoveC JinaX, le centre cherche aussi le contact avec un public non-académique.

Ces activités ont attiré l’attention de l’un des plus importants historiens de l’art, Hans Belting, qui, avec Christa Belting-Ihm, ont offert en don leur collection de livres au sujet de l’art médiéval au centre. Grâce à la qualité de la collection acquise, le centre se hisse au niveau des meilleures institutions européennes.

D’autre membre du projet, responsables de la réalisation et du support technologique, sont membres du team e-learning de la Faculté des Lettres de l’université Masaryk de Brno.

Si vous voulez en savoir plus sur les participants, visitez notre site web.

Pour soutenir le projet : site indiegogo

  1. Ivan FOLETTI, Manuela GIANANDREA – Zona liminare: Il nartece di Santa Sabina a Roma, la sua porta e l’iniziazione cristiana, Collana: I libri di Viella, 2015 (Arte / Studia Artium Medievalium Brunensia []