Archives par mot-clé : Histoire de l’art

Une chaleureuse passionnée au CESCM : Nancy Thebaut

Nancy Thebaut est chercheuse invitée au CESCM de septembre 2023 à juin 2024, elle s’intéresse à l’art du Moyen Âge, surtout aux objets et espaces liturgiques du haut Moyen Âge : nous avons souhaité faire sa connaissance

Bonjour Nancy, raconte-nous d’où tu viens et comment tu es arrivée au CESCM ?

Je suis Assistant Professor au département d’histoire de l’art de la faculté de Skidmore College à Saratoga Springs (état de NY) ; je suis lauréate de la bourse Fulbright 2023-2024, bourse qui a fêté ses 75 ans à la fin de l’année 2023 ; bourse qui permet des liens et des échanges entre les États-Unis et plusieurs pays du monde. Cécile Voyer m’a aimablement invitée à venir au CESCM cette année afin de poursuivre mes travaux sur un projet de livre, Lessons in Looking : Difficult Images of Christ ca. 850-1050.

Ça m’amène de te demander quel est ton sujet de recherche ?

Je travaille sur des images réalisées durant le haut Moyen Âge pour la célébration de la liturgie chrétienne, et je me concentre surtout sur l’iconographie de la vie du Christ dans les enluminures et les plaques d’ivoire qui faisaient partie des reliures précieuses. Dans mon projet de livre actuel, je m’intéresse à des images qu’on pourrait qualifier de « difficiles » :  c’est-à-dire qu’elles interrogent sur la difficulté de voir, de croire et d’interpréter les signes sacrés, y compris l’image-même. Elles figurent cette difficulté, parfois, mais elle peuvent aussi l’inciter. Autrement dit, l’image était conçue comme une sorte de test visuel et donc est intentionnellement difficile à interpréter.

The Ascension of Christ, ca. 980, Metz. Vienna Kunsthistorisches Museum Inv. nr. 7284.

Comment arrive-t-on à un tel sujet ?

Lorsque j’étais doctorante à l’Université de Chicago, j’ai visité le Victoria and Albert Museum de Londres et j’ai vu un objet qui m’a beaucoup frappé : c’était un ivoire fait à Saint-Gall au Xe siècle qui figure la Visite des saintes femmes au tombeau, après la résurrection du Christ. Dans cette image, nous voyons deux textiles qui ont des formes très étranges, ils sont comme suspendus dans l’air. C’est là où j’ai commencé à réfléchir aux passages narratifs dans la Bible qui posent un réel défi de représentation tant pour l’artiste et que le lecteur. Or ce narratif est constitutif du récit et par conséquent de l’image. Comment figurer l’absence du Christ dans son tombeau mais aussi qualifier cette absence – c’est-à-dire comment évoquer le fait qu’il a ressuscité – à travers l’image ? Cela m’a mené à une thèse que j’ai écrit sous la direction d’Aden Kumler (actuellement professeure à l’Université de Bâle) qui s’intitulait « Non est hic : Figuring Christ’s Absence in Early Medieval Art ». C’est cette thèse que je suis actuellement en train de transformer en livre !Il faut savoir qu’aux États-Unis, on ne publie pas sa thèse telle quelle, on doit la retravailler : je profite donc de mon séjour en France pour faire ce travail qui implique de nouvelles recherches et beaucoup de réécriture. Depuis mon arrivée, je partage des moments précieux avec des collègues comme Éric Palazzo et Cécile Voyer et ça m’aide vraiment à mieux savoir à quoi mon livre va ressembler.

Raconte-nous ta vie au CESCM :

Je me sens très chanceuse de pouvoir échanger avec des collègues et des étudiant.es ici cette année. Et c’est encore plus chanceux que ce soit l’année des 70 ans du CESCM, ce qui fait que je vais pouvoir suivre le colloque Art roman au XXIe siècle fin mai. Pour moi, le CESCM est une communauté chaleureuse et stimulante.

On m’a invitée à partager mes recherches à plusieurs reprises par exemple dans les séminaires, lors d’une journée d’étude sur la méthodologie, à l’occasion d’une rencontre Imago, et pour un café-débat organisé par l’association Janua sur les approches « queer » de l’art médiéval.


Tu connaissais Poitiers ? quel est ton ressenti ?

Je suis venue trois fois à Poitiers avant cette année : deux fois en tant que touriste, et une fois pour les Semaines d’études médiévales en 2023. J’aime beaucoup la ville et son patrimoine (bâti, enluminé… mais aussi culinaire ! J’adore le tourteau fromager), et j’ai hâte de continuer à découvrir encore des choses pendant les quelques mois qui restent. J’essaie d’en profiter au maximum !

[4 avril 2024] rencontres imago #2

La deuxième des rencontres IMAGO de l’année 2023-2024 se tiendra le jeudi 4 avril au CESCM à 12h15 (salle Gaston Berger)

 

Rowanne Dean est une doctorante en histoire de l’art à l’Université de Chicago, où elle prépare une thèse sur les notions de technicité, de compétence et de virtuosité en orfèvrerie à la fin du Moyen Âge1. Elle est lauréate du  Paul Mellon Fellow au Center for Advanced Studies in the Visual Arts, de 2023 à 2026.

Elle présentera ses réflexions sous le titre de :

Double Standard : Les pierres précieuses comme représentations fabriquées à la fin du Moyen Âge

L’artefact, objet de la présentation, est le Calvaire-reliquaire de la Vraie Croix de Binche (Belgique), donné par Marguerite d’York au chapitre de Saint-Ursmer. Il a probablement été fabriqué à Paris durant la première moitié du XVe siècle et offert en 1479 à Marguerite d’York.  

Il s’agit d’une présentation-discussion informelle à l’heure du déjeuner : pensez à apporter votre repas. Des boissons seront à votre disposition.

Les rencontres IMAGO sont consacrées aux images médiévales, aux signes, aux formes et  aux représentations. Ouvertes à toutes et à tous, elles sont pensées comme un espace de discussion autour d’un sujet, d’un thème, un dossier.

Nous espérons tous vous retrouver, chères et chers collègues, chères et chers ami.es, chères et chers étudiant.es, le 4 avril, et sommes à votre disposition pour tout renseignement complémentaire.

Contact : cecile.voyer@univ-poitiers.fr

  1. “Valuing Virtuosity: Goldsmiths’ Work in Northwestern Europe, c. 1350–1500” []

[12 avril 2024] Les master class du CESCM #3

Inscription sans frais auprès du secrétariat du CESCM avant le 3 avril   : secretariat.cescm@univ-poitiers.fr

Le CESCM lance ses Master Class, à travers des sessions d’une journée ou deux journées où une chercheuse ou un chercheur partage à la fois son expérience et sa maîtrise d’un objet de recherche ou d’une pratique, et propose aux participants un véritable dialogue sur le sujet au programme. La particularité d’une Master Class est qu’elle repose sur une spécialisation sur une thématique donnée et une complète immersion dans le sujet. Formation intensive à la recherche par la recherche, ces journées de Master Class offrent aux jeunes chercheurs (en doctorat) et aux étudiant.es en Master un temps propice à l’échange, à la circulation des idées et à la construction de la pensée.

Lointain Moyen Âge : étudier l’art des VIe-IXe siècles

csm_KGM_Burse_von_Enger_973bfa1f0b

 Date : 12 avril 2024, 10h-17h

Lieu : CESCM (salle Crozet) – Hôtel Berthelot, 24 rue de la Chaîne – POITIERS

 

Ouverts aux doctorant.es et étudiant.es de Master, spécialisé.es dans les études médiévales.

Pour la prise en charge de vos frais de transport et d’hébergement, pensez à solliciter votre laboratoire et votre École doctorale.

 Le déjeuner est offert 


Anne-Orange Poilpré, professeure d’histoire de l’art médiéval à l’Université Paris I-Panthéon Sorbonne propose une master class consacré à la culture visuelle et à l’image médiévale du haut Moyen Âge.

Coincés entre la fin de l’Antiquité et et la splendeur monumentale de l’époque romane, les premiers siècles du Moyen Âge ne s’approchent pas aisément. Peu d’édifices sont conservés en élévation et il faut se frotter aux objets, notamment aux manuscrits enluminés, pour pouvoir prendre la mesure de ce qu’était la production artistique et visuelle de cette période. L’Europe est alors en pleine mutation, entre la subsistance des anciens cultes polythéistes et la progression de la christianisation. L’étude des œuvres, et en particulier des images, révèle une grande créativité plastique et conceptuelle, bien loin de l’idée d’un âge sombre léguée par l’historiographie du début du 20e siècle.

Anne-Orange Poilpré présentera son parcours et différents dossiers de recherche autour d’enjeux marquants (après l’Empire romain, la construction d’un langage visuel chrétien, définir la fonction de l’image).

[4 juin 2024] Les rencontres du CESCM#3

Cliché L.-O. Crosland/CESCM

 Éric Palazzo, professeur en histoire de l’art au Centre d’études supérieures de civilisation médiévale, sera à l’honneur le mardi 4 juin 2024 à 18h au CESCM (Salle Crozet) pour les Rencontres du CESCM#3.

 

Ce moment de convivialité, suivi d’un pot, vise à présenter son ouvrage Broder la splendeur – La théologie chrétienne de l’ornement dans l’antiquité et le Haut Moyen Âge, édité aux Éditions du Cerf en 20241 . À cette occasion, l’ouvrage sera proposé à la vente et à la dédicace, en collaboration avec la librairie La Belle Aventure de Poitiers.

Entrée libre et gratuite

Comment le christianisme s’est-il approprié le thème de l’ornement issu de la culture romaine ? Comment a-t-il fait de cette notion l’un des piliers de sa théologie ? Comment la liturgie et l’art ont-ils été pensés comme les deux vecteurs essentiels de la beauté de Dieu et de son œuvre de création ?
C’est en expert du Moyen Âge qu’Éric Palazzo explore à nouveaux frais le thème de l’ornement dans le christianisme antique et médiéval ainsi que ses déclinaisons dans les domaines artistique et liturgique. À travers, entre autres, les grandes figures que furent Cassiodore dans l’Antiquité et Théodulf à l’époque carolingienne, et l’analyse de nombreux décors peints, mosaïques ou enluminures, Éric Palazzo nous offre une initiation essentielle et inédite à la théologie de la beauté.
Une magnifique exégèse de l’ornement.

Informations :

secretariat.cescm@univ-poitiers.fr

05.49.45.45.57

 

            

  1. Broder la splendeur – La théologie chrétienne de l’ornement dans l’Antiquité et le Haut Moyen Âge, Éric Palazzo, Paris : Les éditions du Cerf, 2024 – ISBN : 978-2-204-15508-3 / 36€ []

Un prix mérité pour une jeune docteure du CESCM

 Cette année, Cécile Maruéjouls, docteure du CESCM a remporté le prix de thèse SHES,  avec sa très belle thèse soutenue le 24 novembre 2023 : Entre la Terre et le Ciel. La figure de Marie l’Égyptienne dans tous ses états en Occident (XIIe-XVIe siècle) (cf. le billet consacré à sa soutenance).

Le Collège des Écoles doctorales de Poitiers a organisé la 14ème édition de la cérémonie de remise de diplôme en l’honneur de ses docteurs, le vendredi 16 février 2024, Sur le Campus de l’Université.

La jeune docteure nous évoque sa thèse et sa remise de prix :

“Mon étude sur la légende de Marie l’Égyptienne s’intéresse à l’ontologie chrétienne en général, aux états du corps dans l’anthropologie religieuse en particulier. En croisant l’histoire des images, la littérature et la théologie, j’ai souhaité montrer que cette légende, faite de textes et d’images, proposait une représentation de la quête humaine de Dieu, un mouvement vers le divin se donnant à voir à travers les états du corps dans les images médiévales.La réflexion est développée en cinq chapitres qui découvrent progressivement la vie admirable d’un femme pécheresse devenue sainte femme au terme de sa pénitence. La thèse explore les méandres d’une aventure de la sainteté à partir de la pensée figurative, profondément réticulaire et arborescente des concepteurs d’images.

Je suis très reconnaissante d’avoir reçu le prix de thèse du secteur SHES pour ce travail de très longue haleine qui met en valeur marie l’Égyptienne, cette sainte injustement oubliée.  Avec ce prix, ce sont les études médiévales qui sont récompensées mais surtout la recherche en histoire de l’art, ma belle discipline que j’ai eu l’honneur de représenter devant le collège doctoral de l’université de Poitiers et j’en suis ravie !”


Le concours de prix de thèse ouvert à tous les docteurs de l’établissement ayant soutenu leur thèse entre le 1er décembre 2022 et le 31 décembre 2023. Quatre prix, d’un montant de 600 euros chacun, viennent récompenser un docteur pour chaque secteur doctoral : Droit ; Sciences pour l’Ingénieur et Aéronautique ; Ingénierie chimique, biologique et géologique ; Sciences Humaines économiques et sociales.

Les critères de sélection pris en compte par le jury du concours sont la valorisation de la thèse (sous la forme de publications, de communications à des congrès, de création de brevets etc.), l’évaluation de la thèse par les rapporteurs et le jury de soutenance, le caractère innovant et l’originalité de la thèse, son ouverture à l’international, la capacité du candidat à communiquer sur ses travaux en direction d’un public de non-spécialistes.

Pour participer il fallait adresser à l’école doctorale de rattachement un dossier de candidature comprenant une lettre de présentation de la thèse, un CV et la copie des pré-rapports et du rapport de soutenance, selon les modalités indiquées dans le règlement.