Archives par mot-clé : Histoire de l’art

Appel à communications et à inscriptions – 12èmes Rencontres du GRIM (23 mai 2019)

Groupe de Recherches en Iconographie Médiévale / IMAGO

Douzièmes Rencontres du GRIM
jeudi 23 mai 2019 – Paris, INHA

Appel à communications et à inscriptions

Le GRIM – Groupe de Recherches en iconographie médiévale – est un collectif académique fondé par Christian Heck, qui s’intéresse à l’analyse et l’interprétation des œuvres du Moyen Âge, mais aussi aux corpus et bases d’images qui les rendent possibles. Il est dorénavant lié à IMAGO, association d’historiens de l’art liée au CESCM de Poitiers, et porté par un nouveau comité scientifique.

Le GRIM organise des conférences ponctuelles (Les rencontres Imago, au CESCM de Poitiers) et des journées d’études (à l’Institut national d’histoire de l’art), qui sont ouvertes à tous, tout en donnant une place notable aux doctorants et aux jeunes chercheurs (dès le Master 2).

Comme pour les précédentes journées du GRIM (les programmes sont disponibles sur le site http://irhis.recherche.univ-lille3.fr/, onglet Autres projets/GRIM), les communications dureront 20 mn. Elles seront dédiées aux questions de méthodologie et d’historiographie, et non à la présentation générale des fruits d’une recherche. Elles éviteront les longues descriptions énumératives, pour se concentrer sur des dossiers précis, et s’attacheront à en expliciter les cadres théoriques.

La journée d’étude du 23 mai 2019,qui aura lieu à l’INHA, s’intitule : Matérialité, visualité et signification.

Les notions de matérialité et de visualité constituent aujourd’hui deux champs de recherche majeurs dans le domaine des sciences humaines et sociales. Centrées autour de l’œuvre comme artefact et comme chose vue, elles permettent de nouer un riche dialogue entre l’histoire de l’art, l’anthropologie, la culture matérielle et l’histoire des sciences et des techniques, et elles renouvellent l’ensemble de l’interprétation iconographique. À partir d’études de cas, il s’agira donc de poser la rencontre entre le matériau, le signe et l’image, et de rendre compte des méthodes d’analyse engagées dans l’étude.

On s’attachera tout particulièrement à la notion de support, sans que cela exclue d’autres questionnements. Après le geste du peintre, du sculpteur, de l’orfèvre, du brodeur etc., la matière devient une condition de l’image. En quoi est-elle agissante, signifiante ? Ne fait-elle qu’un avec son support ? Y-a-t il du jeu entre l’image et sa mise en œuvre technique, ses matériaux ? De quelle manière les matériaux employés et leurs caractéristiques visuelles peuvent-ils être questionnés ? Et si l’image figure et imite parfois des matériaux (marbre,pierres précieuses, éléments d’orfèvrerie), en quoi ces procédés jouent-ils un rôle dans le discours du figuré ?

Les propositions de communications se feront par retour du formulaire ci-dessous en courrier attaché avant le 16 mars, à l’adresse suivante : imago.grim.contact@gmail.fr

Formulaire GRIM ICI


L’accès aux Rencontres du GRIM est ouvert à tous, et les étudiants de licence et de Master sont cordialement invités à venir écouter les conférenciers. Le GRIM ne disposant d’aucun budget, les intervenants et les auditeurs s’adresseront aux centres de recherche dont ils dépendent pour une éventuelle prise en charge des frais.

Le programme définitif sera établi et diffusé début mai, envoyé par e-mail à toutes les personnes inscrites, et également disponible sur le site du CESCM : http://cescm.labo.univ-poitiers.fr/forma/grim-imago/

Les Responsables du GRIM

NB. Indépendamment de la journée d’étude du 23 mai, les chercheurs en iconographie médiévale occidentale, byzantine ou islamique, peuvent, s’ils le souhaitent, inscrire leur sujet d’étude et leurs publications dans le Répertoire du GRIM, par l’entremise d’un autre formulaire ci-joint, à remplir ou à mettre à jour pour les personne déjà inscrites.

Fiche répertoire ICI

[6 déc.] Rencontre – Le portail de la cathédrale d’Oloron (XIe siècle) : archéologie, iconographie, épigraphie, et mise en scène liturgique

 

Intervention de Scott Brown, professeur d’Histoire de l’art, University of North Florida, organisée dans le cadre des Rencontres IMAGO (axe 3 du CESCM), sous la coordination de Cécile Voyer (CESCM / Université de Poitiers).

  • Date : 6 décembre 2018 – 9h30 / 11h
  • Lieu : Poitiers, faculté des Sciences humaines et arts, hôtel Berthelot, salle Crozet – 24 rue de la chaîne – Bât. E13

Ouvert à tous les étudiants et personnels de l’Université de Poitiers

Les rencontres IMAGO sont consacrées aux images médiévales, aux signes, aux formes et aux représentations. Ouvertes à toutes et à tous, elles sont pensées comme un espace de discussion autour d’un sujet, d’un thème, un dossier. Vous êtes donc cordialement inviter à présenter vos propres recherches et à échanger autour du thème de la rencontre ou de l’objet d’étude présenté.

Scott Brown, professeur d’histoire de l’art médiéval à l’University of North Florida

Scott Brown est chercheur invité au CESCM du 4 novembre au 10 décembre 2018, dans le cadre du programme de Directeurs d’Études Associés de la Fondation Maison des Sciences de l’Homme.  Spécialiste en histoire de l’art roman, son projet de recherche actuel concerne la carrière d’Amat d’Oloron, évêque, archevêque, et légat du pape à la fin du XIe siècle, et les traces de son influence politique, économique, théologique, et liturgique sur la formation de l’art monumental roman en France et en Espagne.

À consulter : Interview de Scott Brown

[7 déc.] Remise de ses mélanges à Claude Andrault-Schmitt, professeure émérite de l’Université de Poitiers

 

• 7 décembre 2018 – 14h / 17h

• Poitiers, faculté des Sciences humaines et arts, hôtel Berthelot, salle Crozet, 24 rue de la chaîne – Bât. E13

• Séminaire coordonné par Marcello Angheben (CESCM / Université de Poitiers), dans le cadre du Séminaire interdisciplinaire du CESCM, master Mondes médiévaux.

• Ouvert à tous les étudiants et personnels de l’Université

PROGRAMME

14h/16h : « Regards croisés sur le monument médiéval : autour des mélanges dédiés à Claude Andrault-Schmitt »

Marcello Angheben (coord.), avec la participation de plusieurs contributeurs de l’ouvrage

Échanges autour de l’ouvrage Regards croisés sur le monument médiéval. Mélanges offerts à Claude Andrault-Schmitt (Marcello Angheben dir., Brepols, 2018). Ce livre de mélanges rassemble trente-cinq contributions consacrées principalement à l’architecture du quart sud-ouest de la France.

 

16h/17h : Remise des mélanges

Les étudiants, enseignants et personnels de l’Université de Poitiers sont cordialement invités à assister à la remise des mélanges, et au vin d’honneur qui sera servi à l’issue des échanges.

16h/17h : remise des mélanges

Regards croisés sur le monument médiéval – Mélanges offerts à Claude Andrault-Schmitt

Regards croisés sur le monument médiéval Mélanges offerts à Claude Andrault-Schmitt

M. Angheben, P. Martin, É. Sparhubert (eds.)

Turnhout : Brepols, 2018

(Culture et société médiévales, 33), 522 p. – 100€

ISBN : 978-2-503-55574-4

Ce livre de mélanges rassemble 35 contributions consacrées principalement à l’architecture du quart sud-ouest de la France offertes en hommage à Claude-Andrault-Schmitt.

Claude Andrault-Schmitt a consacré la majeure partie de sa carrière d’enseignant-chercheur à l’étude des arts de l’ancien duché d’Aquitaine, en accordant un intérêt particulier à l’architecture religieuse. Dans sa démarche intellectuelle, elle s’est constamment interrogée sur les questions d’historiographie, de méthodologie et d’épistémologie, ce qui l’a amenée à défendre plusieurs principes qui lui sont chers : appliquer à l’architecture un vocabulaire adapté aux réalités et aux usages médiévaux, se méfier des idées reçues héritées de l’historiographie et des étiquettes – à commencer par le traditionnel clivage entre le roman et le gothique –, aborder les rapports entre les formes et les différentes fonctions d’une église et rassembler le plus grand nombre de disciplines autour d’un même édifice pour en comprendre toutes les facettes : historiens, archéologues, spécialistes des matériaux, de l’épigraphie, de l’iconographie, musicologues.

À l’occasion de son départ à la retraite, ses collègues et ses élèves ont souhaité lui rendre hommage en lui dédiant trente et une contributions reflétant ces différentes préoccupations, regroupées dans quatre sections intitulées Contextualisations, De l’archéologie monumentale à l’archéologie du bâti, Les ordres réformés et Le décor monumental . Ces contributions forment ensemble un panorama très représentatif de l’état de la recherche actuelle dans ces différents domaines et des orientations encouragées par Claude Andrault-Schmitt, que ce soit dans ses publications ou dans son enseignement.

Table of Contents

Marcello Angheben, Introduction

I. Contextualisations

Jean-François Boyer, La donation du monastère de Paunat en Périgord et l’institution de l’abbaye bénédictine de Saint-Martial de Limoges en 848

Luc Bourgeois, Du grand domaine des évêques de Poitiers aux châtellenies concurrentes : Vendeuvre-du-Poitou et Chéneché (Vienne, Xe-XIe siècles)

Edina Bozoky, Le passé tangible. Lieux et vestiges, marqueurs de l’histoire dans la Chronique de La Novalèse

Anne Massoni, Le cardinal Pierre de Mortemart

Jean-Loup Lemaitre, Martial Legros et les Heures de Catherine Gentille

II. De l’archéologie monumentale à l’archéologie du bâti

Nicolas Reveyron, « L’objet architectural comme source première ». Approche méthodologique de l’analyse architecturale dans un contexte régional

Éric Fernie, Éléments des méthodes de conception utilisées pour les édifices romains et médiévaux

Marie-Thérèse Camus, Le regard de Fernand de Dartein sur les chevets des églises lombardes. L’exemple de Saint-Carpophore à Côme. Dossiers des archives de Fernand de Dartein, X

Tancredi Bella, La cathédrale normande de Catane (XIe siècle). Nouvelles données d’une recherche en cours

Patrick Bouvart, La cathédrale Saint-Pierre de Saintes, une perspective d’« Enquêtes croisées » ?

Bénédicte Fillion-Braguet, Saint-Denis de Doué-La-Fontaine : du nouveau sur la voûte angevine

Pierre Martin, L’église Saint-Gilles-Saint-Georges de Tarnac (Corrèze). De la nef romane au Limousin gothique

Yves Gallet, Pierre de Montreuil, architecte de la Sainte-Chapelle ? Généalogie d’une erreur

Markus Schlicht, Jean de Dammartin ou Alexandre de Berneval : qui fut l’inventeur du dessin de la rose occidentale de la cathédrale de Tours ?

Christian Remy, De pierre et de chair. L’attribution ad hominem des architectures médiévales

Xavier Lhermite, L’embellissement du chevet de l’abbatiale du Sauveur à Saint-Martial de Limoges au début du XIVe siècle

Thomas Rapin, Les constructions des contemporains de Jean de Berry à Poitiers

III. Les ordres réformés

Philippe Plagnieux, La première architecture romane cistercienne : le chevet « bernardin » en question

Robert Chanaud, Retour sur la première crise de l’ordre de Grandmont (XIIe siècle)

Fabrice Mandon, Éric Normand, Mathieu Linlaud, La salle des Moines de l’abbaye de Fontdouce (Saint-Bris-des-Bois – Charente-Maritime). Première approche architecturale et archéologique

Franck Tournadre, Des convers dans les ailes occidentales cisterciennes ? L’exemple de l’abbaye de La Clarté-Dieu (Indre-et-Loire)

Daniel Prigent, Saint-Lazare et Saint-Benoît de Fontevraud, deux édifices du premier gothique de l’Ouest

Cécile Lagane, Mathieu Linlaud, Approches archéologiques et techniques d’un meuble emblématique, l’armoire d’Aubazine (Corrèze)

IV. Le décor monumental

John McNeill, Romanesque Sculpture in England and Aquitaine

Éric Sparhubert, La mensa de saint Martial et le sang de sainte Valérie retrouvés : l’autel de marbre roman de la cathédrale de Limoges

Éliane Vergnolle, Un portail du premier art gothique à Gigny (Jura)

Yves Blomme, Les anges musiciens de Marsilly

Claudine Landry, Les peintures de la chapelle de Tous-les-saints à Saint-Hilaire-le-Grand de Poitiers

Eduardo Carrero Santamaría, Gusto mudéjar en Cataluña durante el reinado de Martín el Humano. La obras del palacio real de Barcelona

Diane Joy, Un manifeste politique des Valois : le programme statuaire du palais de Poitiers sous Jean de Berry

Christian Freigang, Cloches, sons et clochers. Sens visuels et acoustiques au Moyen Âge

Claude Andrault-Schmitt, Bibliographie

Planches

[24-26 avril 2019] Colloque Poitiers-Stanford

Transferts culturels : France et Orient latin aux XIIe et XIIIe siècles. 24-26 avril 2019
Cultural Transfers: France and the Latin East in the 12th-13th c. April 24-26, 2019

 

Colloque international co-organisé par le CESCM (Université de Poitiers/CNRS) et le CMEMS (Stanford University/FSCIS)

International Conference co-organized by CESCM (University of Poitiers/CNRS) and CMEMS (Stanford University/FSCIS)

Lieu/place : Salle Crozet, Hôtel Berthelot, 24 rue de la Chaîne, Poitiers

Contacts :

Comité scientifique / Conference Committee:

  • Martin Aurell (Université de Poitiers-CESCM)
  • Estelle Ingrand-Varenne (CNRS-CESCM)
  • Nicolas Prouteau (Université de Poitiers-CESCM)
  • Marisa Galvez (Stanford University-CMEMS)
  • Fiona Griffiths (Stanford University-CMEMS)
  • Rowan Dorin (Stanford University-CMEMS)

Comité d’organisation / Organizing Committee:

  • Martin Aurell (Université de Poitiers-CESCM)
  • Estelle Ingrand-Varenne (CNRS-CESCM)
  • Marisa Galvez (Stanford University-CMEMS)

Texte de cadrage / Conference Description:

La fécondité de la notion ou plutôt de la méthode des « transferts culturels », issue des recherches menées par Michel Espagne et de Michael Werner dès les années 1980[1], n’est plus à démontrer. L’existence même d’un laboratoire d’excellence sur cette thématique (le labex TransferS[2]) en est la preuve, tout autant que la pléthore de colloques et d’ouvrages intégrant l’expression dans leur titre[3], ou encore la création d’une collection proprement dédiée aux transferts culturels aux Presses de l’Université d’Ottawa.

Pensée dans le dessein d’analyser les relations interculturelles dans l’espace franco-allemand des XVIIIe-XIXe siècles, la méthode a également conquis les médiévistes pour analyser les processus d’interaction, les dynamiques de transformations sémantiques qui résultent du passage d’un objet culturel d’un contexte à un autre, qu’il s’agisse de données matérielles ou immatérielles. Travaux personnels et projets collectifs ont vu le jour, jusqu’à l’organisation d’une école doctorale internationale d’été à Göttingen en 2002 ; chacun réfléchissant à l’adaptation de la méthode[4], à un terrain ou une discipline spécifique : la traduction du latin aux langues vernaculaires (projet Transmédie[5]), la Méditerranée[6] ou encore l’art gothique[7], pour ne citer que quelques grands programmes français. Les médiévistes américains ou anglophones n’ont pas été en reste, essayant d’articuler les transferts culturels avec la notion de contact ou de représentation (particulièrement dans les relations entre Islam et Chrétienté)[8].

Héritier de cette réflexion au long cours, le partenariat CESCM Poitiers–CMEMS Stanford a souhaité en extraire toutes les richesses en l’appliquant à l’aire géochronologique à la base de la collaboration : la France et l’Orient latin du XIIe et du XIIIe siècle, à la suite de la première rencontre en Californie, les 19-20 avril 2018, sur le thème « Southern France and the Latin East in the 13th Century: Crusades, Networks, and Exchanges ». Il y a près de quinze ans, le colloque édité par Daniel H. Weiss et Lisa Mahoney portait précisément sur la France et la Terre Sainte, et essayait de comprendre la culture franque ou levantine à la fin des croisades comme une culture ni occidentale, ni orientale, mais au carrefour des mondes latin, byzantin et arabo-musulman à travers l’art, la poésie ou l’architecture[9]. C’est bien la spécificité de cette culture, analysée au prisme des transferts, qui sera au cœur de ce colloque, pensé comme pluri/interdisciplinaire et faisant se croiser et se répondre histoire, histoire de l’art, archéologie, épigraphie, numismatique, littérature, philologie, philosophie et théologie.

De la prise de Jérusalem en 1099, avec l’institution d’états nés de la croisade, à la chute de Saint-Jean-d’Acre en 1291, la présence latine s’est intensifiée « outremer », dans ce vaste espace compris entre la Méditerranée orientale, la mer Égée et la péninsule balkanique, Constantinople et la Mer noire, tant dans ses franges côtières que dans ses arrière-pays. En retour l’ « Orient », tout particulièrement la « Terre Sainte », a pénétré un peu plus en France. Au sein de ce va-et-vient entre la France et l’Orient latin, quels furent les transferts d’idées, de formes, de courants, de technologies ? Le processus de sélection montrent les éléments de fascination, ou au contraire d’oubli et de rejet. Quels furent et que firent les vecteurs de ces échanges et les lieux de médiation ? Comment se mit en œuvre ce processus ? Peut-on l’articuler avec les notions d’ « influence » et de « diffusion » ? Quels furent les enjeux et les stratégies de ces importations ? Que révèlent-ils des sociétés médiévales latines, mais aussi de leurs contacts, avec les mondes byzantin et islamique environnants ? Telles sont quelques-unes des problématiques que soulèvent la méthode des transferts culturels – au sens de tout ce qui a trait à la médiation entre les hommes – et ses outils, afin de penser en terme de flux, de dynamique et de mouvance les relations et les identités des deux pôles ici questionnés.

Grâce au renouveau des études sur l’Orient latin, les croisades et les ordres militaires, à la publication des sources littéraires et diplomatiques, aux découvertes archéologiques ou au défrichage de nouveaux champs comme la vie quotidienne ou l’usage du français au Levant, dont témoigne notamment le vaste programme de la rencontre tenue à Haïfa en début d’année 2018 à l’occasion du 800e anniversaire du château d’Atlit[10], de nombreux sujets seront abordés : de la traduction textuelle à la conversion religieuse, de l’appropriation d’objets à l’adaptation et la perméabilité des techniques, en passant par les négociations et les échecs de transferts ou les résistances ainsi que la réflexion critique sur la notion même de « transferts culturels » et ses implications théoriques.

Since Michel Espagne and Michael Werner’s research on the topic, the richness and complexity of “cultural transfers” as a concept and method is no longer debated.[1] The existence of a “laboratoire d’excellence” on this topic (le labex TransferS[2]), plethora of colloquia and works that integrate this expression in the title,[3] and creation of collected works dedicated to cultural transfers by the University of Ottawa Press offer further evidence of its continuing importance.

First considered for the analysis of intercultural relations in the Franco-German sphere of the 18-19th centuries, the method has gained traction among medievalists for analyzing processes and dynamics of semantic transformations that result from the passage of one cultural object in one context to another, as either material or immaterial data. Individual and collective projects have appeared (and even a graduate colloquium held at Göttingen in 2002) that investigated the adaptation of the method[4] to different disciplines and contexts, such as the translation of Latin into vernacular (project Transmédie[5]), the Mediterranean,[6] and Gothic art.[7] American and Anglophone medievalists have approached the notion of cultural transfer though contact or representation, especially in Islamic and Christian relations.[8]

Building on these studies, the collaboration between CESCM Poitiers and CMEMS Stanford focuses on a particular place and time: France and the Latin East of the 12th and 13th centuries, and continues the scholarly exchange that took place at Stanford April 19-20, 2018 on “Southern France and the Latin East in the 13th Century: Crusades, Networks, and Exchanges.” Almost 15 years has passed since the publication of conference papers edited by Daniel H. Weiss and Lisa Mahoney that treated France and the Holy Land: the collected essays investigate Frankish or Levantine culture at the end of the crusades as a culture that was neither western nor eastern, but at the crossroads of Latin, Byzantine, and Arabo-Muslim culture as seen through art, poetry, and architecture.[9] It is precisely this specificity of this culture, analyzed from the lens of transfers, that will be the aim of the conference, considered from an interdisciplinary perspective that includes the fields of history, history of art, archaeology, epigraphy, numismatics, literature, philology, philosophy, and theology.

Since the capture of Jerusalem in 1099 that established the crusader states until the fall of Saint Jean d’Acre in 1291, Latin culture intensified in Outremer—the vast area that includes the eastern Mediterranean, the Aegean sea, and the Balkan peninsula, Constantinople and the Black Sea, as well as border fringes and inland regions. On the other hand, the “East,” the Holy Land in particular, penetrated further into France. In this vacillation between France and the Latin East, what was the transfer of ideas, forms, trends, and technologies? The process of selection demonstrates elements of fascination, or in contrast of forgetting or rejection. What were the vectors of exchanges and places of mediation? How does one delimit the process? Can one articulate the notions of influence and diffusion? What were the stakes and strategies of importation? What do they reveal about medieval Latin societies, but also their contacts with the Byzantine and Islamic worlds? These are some of the problems that the method of cultural transfers raises, in the sense of mediation among people and their tools: things in flux, a dynamic of movement among relations and mobile identities.

Thanks to the recent interest in studies on the Latin East, the crusades and military orders, and publication of literary and diplomatic sources, archaeological discoveries, and translation of new fields of daily life and French usage in the Levant (among which we must note the vast program of speakers who met at Haïfa at the beginning of 2018 on the occasion of the 800th anniversary of the Chateau d’Atlit[10]), numerous topics have been pursued: the textual translation of religious conversion, the appropriation of objects and their adaptation, the permeability of techniques that are shaped by negotiations and failures of transfer, and even resistances or questioning of the idea of cultural transfer and its theoretical implications. 

Exposition photographique / Photography Exhibition:

Sur la thématique des transferts culturels entre la France et l’Orient aura lieu une exposition des clichés photographiques issus du fonds de la Photothèque, dans le pôle documentaire et la salle Crozet.

An exhibition consisting of photos from the Photothèque, based on the theme of cultural transfers between France the East, will take place in the Documentary Center and the Salle Crozet.

Liste et qualité des communicants / List of Speakers:

  • Aslanov Cyril, Professeur de linguistique,  Aix-Marseille Université
  • Aurell Martin, Professeur d’histoire, Université de Poitiers/CESCM
  • Besson Florian, Docteur, Centre Roland Mousnier
  • Boas Adrian, Professor of Archaeology, University of Haïfa – Israël
  • Boissellier Stéphane, Professeur d’histoire, Université de Poitiers/CESCM
  • Burgwinkle Bill, Professor of Medieval French and Occitan Literature, King’s College Cambridge – Angleterre
  • Folda Jaroslav, N. Ferebee Taylor Professor Emeritus of the History of Art, University of North Carolina at Chapel Hill – USA
  • Galderisi Claudio, Professeur de philologie romane et linguistique française, Université de Poitiers/CESCM
  • Galvez Marisa, Associate Professor of French and Italian, Stanford University/CMEMS – USA
  • Gasc Sébastien, Chercheur associé – IRAMAT Centre Ernest Babelon 
  • Girbea Catalina, Professeure, Université de Bucarest/CESCM – Roumanie
  • Halloumi Abderrazak, Doctorant, Université de Poitiers/CESCM
  • Hanne Olivier, Docteur, Professeur aux écoles militaires de Saint-Cyr Coëtquidan
  • Ingrand-Varenne Estelle, Ingénieure de recherche, CNRS/CESCM
  • Isaac Steven, Simpson Distinguished Professor, Longwood University – USA
  • Kühnel Bianca, Professor of Art History, Hebrew University of Jerusalem – Israël
  • Lyons-Penner Mae, Doctorante, Stanford University/CMEMS – USA
  • Minervini Laura, Professeure de philologie et de linguistique romane, Université de Naples Federico II – Italie
  • Murray Alan, Senior Lecturer in Medieval Studies, University of Leeds – Angleterre
  • Pignatelli Cinzia, Maître de Conférences en philologie romane et linguistique française, Université de Poitiers/CESCM
  • Prouteau Nicolas, Maître de Conférences en archéologie, Université de Poitiers/CESCM
  • Rouxpetel Camille, Florence Gould, Fellow Harvard University
  • Junge Ruhland Johannes, Doctorant, Stanford University/CMEMS – USA
  • Shawcross Teresa, Associate Professor of History and Hellenic Studies, Princeton University – USA
  • Tolan John, Professeur d’histoire, Université de Nantes
  • Vasselot Clément de, Doctorant, Université de Nantes/Université de Poitiers/CESCM
  • Zouache Abbès, Chargé de recherche CNRS, directeur du CEFAS – Koweït

               


[1] Espagne Michel, Werner Michael., « La construction d’une référence culturelle allemande en France : Genèse et histoire (1750-1914) », Annales ÉSC, 4 (juillet-août 1987), p. 969-992 ; repris dans Transferts. Les relations interculturelles dans l’espace franco-allemand (XVIIIe-XIXe siècle), M. Espagne et M. Werner dir. Paris, 1988 ; Espagne Michel, Dimitrieva Katia (dir.), Philologiques IV. Transferts culturels triangulaires France – Allemagne – Russie, Paris : MSH, 1996.

[2] Celui-ci réunit l’ensemble des laboratoires de Sciences Humaines et Sociales de l’École normale supérieure, ses bibliothèques littéraires et deux unités du Collège de France, voir : http://www.transfers.ens.fr/

[3] Les derniers colloques en date étant « Transferts culturels franco-italiens au Moyen Âge » 20-22 septembre 2018, organisé par la Società italiana di Filologia romanza, la Société de langues et littératures médiévales d’oc et d’oïl et la Société de Linguistique romane ; « Les transferts culturels dans les mondes normands médiévaux (VIIIe-XIIe siècle) : objets, acteurs et passeurs », 5-7 octobre 2017, Caen, resp. P. Bauduin, L. Bourgeois et S. Lebouteiller.

[4] Joyeux-Prunel Béatrice, « Les transferts culturels. Un discours de la méthode », Hypothèses 2003/1 (6), p. 149-162.

[5] Galderisi Claudio dir., Translations médiévales (Transmédie). Cinq siècles de traductions en français au Moyen Âge (XIe–XVe siècles). Étude et Répertoire, Turnhout, 2011.

[6] Abdellatif Rania, Benhima Yassir, König Daniel, Ruchaud Elisabeth, Construire la Méditerranée, penser les transferts culturels. Approches historiographiques et perspectives de recherche, De Gruyter, 2012.

[7] Dubois Jacques, Guillouët Jean-Marie, Van den Bosshe Benoît dir., Ersek Annamaria coord., Les transferts artistiques dans l’Europe gothique. Repenser les circulations des hommes, des œuvres, des savoir-faire et des modèles (XIIe-XVIe siècle), Paris : Picard, 2014.

[8] Feuchter Jörg, Hoffmann Friedhelm, Yun Bee ed., Cultural transfers in dispute: representations in Asia, Europe, and the Arab world since the Middle Ages, Frankfurt-on-Main ; New York, 2011.

[9] Weiss Daniel H., Mahoney Lisa, France and the Holy Land, Frankish Culture at the End of the Crusades, The Johns Hopkins University Press : Baltimore & London, 2004.

[10] « The Latin East in the 13th Century: Institutions, Settlements and Material Culture. Commemorating the 800th aniversary of ‘Atlit Castle », 31 janvier 2018- 2 février 2018, Haifa University.