Archives par mot-clé : Histoire

[11-12 avril 2019] Journées d’étude jeunes chercheurs 2019 – Association JANUA

« Prendre la route » : les raisons du voyage, de l’Antiquité à nos jours

Lieu : CESCM, 24 rue de la Chaine – POITIERS (Salle Crozet)

Janua, association des étudiants en Master et des doctorants en histoire de l’Université de Poitiers, rattachés respectivement aux laboratoires HeRMA (Hellénisation et Romanisation dans le Monde Antique), CESCM (Centre d’Études Supérieures de Civilisation Médiévale) et Criham (Centre de recherche interdisciplinaire en histoire, histoire de l’art et musicologie) organise les 11 et 12 avril 2019 deux journées d’étude à destination des jeunes chercheurs (de l’inscription en master aux trois ans écoulés après la soutenance de thèse), elle sera consacrée au thème « Prendre la route » : les raisons du voyage, de l’Antiquité à nos jours.


Programme :

Jeudi 11 avril 2019

 

9h – Accueil des participants

9h30 – Introduction aux Journées par Zoé Le Nel, présidente de Janua.

Axe 1 : Voyager pour exercer

Modératrices : Julie Caron et Gabrielle Schmid

9h45 – Doris Bages (Docteure en Archéologie, Université Paul Valéry, Montpellier III) : Les Douze salopards en Numidie.

10h15 – Alexandra Pierré-Caps (Docteure en Histoire, Université de Lorraine) : ” Voyager à sens unique”. Exemple de la mobilité des hauts fonctionnaires vers la cour au IVe siècle de notre ère.

10h45 – Pause

11h – Corinne Lamour (Doctorante en Philologie anglaise, Université de Poitiers) : Voyager pour mieux soigner. Le déplacement professionnel des médecins au Moyen Âge.

11h30 – Anousheh Barzanooni (Docteure en Histoire de l’architecture, EPHE de Paris) : La Renaissance en France : le fruit du voyage des grands architectes français et italiens.

12h – Questions

12h30 – Pause déjeuner

 

Axe 2 : Le voyage et ses enjeux

Modératrice : Marie Cloutour

14h – Sarah Gouin-Béduneau (Master 1 Histoire de l ’art, Université de Poitiers) : Du voyage à l’arrivée : les Rois mages du tympan de l’église de Bourg-Argental (XIIe siècle).

14h30 – Jean-Christophe Temdaoui (Doctorant en Histoire, Université de Poitiers) :  Du fleuve Charente à l’Artibonite, exister entre deux rives : l’opportunité ultra-marine dans l’arrière-pays de Saintonge-Angoumois (XVIIe-XVIIIe siècles).

15h – Pause

15h15 – Guillaume Rossello (Doctorant en Histoire, Université de Poitiers) : “e viens aujourd’hui vous supplier de me sauver”. Voyage à la recherche d’un miracle: les pèlerinages mariaux en France (XIXe-XXe siècles).

15h45 – Brigitte Rigaux-Pirastru (Doctorante en Civilisation germanique, Université Catholique de l’Ouest, Université d’Angers) : D’étranges voyages vers l’Est : les Allemands à la (re)découverte de leur passé.

16h15 – Eva Belgherbi (Doctorante en Histoire de l ’art, Université de Poitiers école du Louvre) : “Paris at last ! Paris, our great goal !” : trajectoires de trois sculptrices britanniques à Paris au tournant du XIXe siècle.

16h45 – Questions

17h15 – Présentation des Annales de Janua

 

Vendredi 12 avril 2019

 

9h – Accueil des participants.

Axe 3 : Tribulations de voyageurs

Modératrice : Claire Boisseau

9h30 – Catherine Negovanovic (Docteure en Littérature générale et comparée, Université Paris-Sorbonne) : Les ” voyages ” de Joseph : initiation, destin et préfiguration.

10h – Lisa Dubost (Master 2 Histoire de l’art, Université de Poitiers) : Quand le voyage géographique fusionne avec le cheminement spirituel. Le cas du manuscrit 502 de la Bibliothèque Municipale de Valenciennes – une Vita illustrée de saint Amand.

10h30 – Pause

10h45 – Priscilla Mourgues (Doctorante en Littérature, Université Bordeaux Montaigne) : Itinéraire de Riccold de Monte Croce en Terre sainte : de l’enthousiasme au désespoir.

11h15 – Marianne Albertan-Coppola (Doctorante en Littérature, Université de Nanterre) : Pérégrinations des pauvres dans le roman du XVIIIe siècle: “vie errante, vie souffrante”.

11h45 – Questions

12h15 – Clôture des Journées Jeunes Chercheurs

12h30 – Déjeuner

14h – Visite de la ville de Poitiers

17h – Fin des Journées

Programme en ligne ICI


Comité d’organisation : Association Janua

Zoé Le Nel, présidente (CESCM, Master 2 Mondes médiévaux, Littérature médiévale)

Claire Boisseau, secrétaire (CESCM, Doctorante en Histoire de l’art médiéval)

Julie Caron, trésorière (HeRMA, Doctorante en Archéologie antique)

Marie Cloutour, secrétaire adjointe (Criham, Doctorante en Histoire moderne)

Gabrielle Schmid, chargée de communication (CESCM, Doctorante en Histoire de l’art médiéval)

Comité scientifique :

Vincent Michel (HeRMA, Professeur d’Archéologie antique, Directeur du laboratoire)

Yves Lafond (HeRMA, Professeur d’Histoire grecque)

Séverine Lemaître (HeRMA, Maître de conférences HDR en Histoire de l’art et Archéologie antique)

Martin Aurell (CESCM, Professeur d’Histoire médiévale, Directeur du laboratoire)

Claudio Galderisi (CESCM, Professeur en Langue et Littérature française du Moyen Âge)

Cécile Voyer (CESCM, Professeur d’Histoire de l’art médiéval)

Guillaume Bourgeois (Criham, Maître de conférences HDR en Histoire contemporaine, ancien directeur du laboratoire)

François Brizay (Criham, Professeur d’Histoire moderne)

Nabila Oulebsir (Criham, Maître de conférences HDR en Histoire de l’art


 

Les Annales de Janua

Diffuser la richesse des échanges scientifiques réussis entre jeunes chercheurs, voilà le défi de ces Annales ! Cette revue a en effet pour vocation de publier les actes des journées d’études organisées chaque année par l’association Janua. La publication numérique des articles issus des communications permettra à chacun d’y retrouver soit la diversité des approches envisagées soit la spécificité d’un sujet traité par un jeune chercheur. Un comité scientifique composé de chercheurs et d’enseignants-chercheurs est associé au déroulement de l’ensemble du projet. Depuis 2013, les actes de chaque journée d’étude sont édités dans la revue de l’association : Les Annales de Janua.

Ainsi, vous pourrez retrouver les communications des éditions précédentes  : http://annalesdejanua.edel.univ-poitiers.fr

                   

[Appel à communication] Journées Jeunes chercheurs Janua 2019

Appel à communication : « Prendre la route » : les raisons du voyage, de l’Antiquité à nos jours

Janua, association des étudiants de Master et doctorat de l’Université de Poitiers en histoire, des laboratoires HeRMA (Hellénisation et Romanisation dans le Monde Antique), CESCM (Centre d’Études Supérieures de Civilisation Médiévale), et Criham (Centre de recherche interdisciplinaire en histoire, histoire de l’art et musicologie) organise les 11 et 12 avril 2019 deux journées d’étude à destination des jeunes chercheurs, consacrées au thème : Prendre la route » : les raisons du voyage, de l’Antiquité à nos jours. 

Cette réflexion se veut transdisciplinaire, donnant la parole à des jeunes chercheurs (doctorants, masterants ou jeunes docteurs) en histoire, histoire de l’art, archéologie, littérature, musicologie ou philosophie, quelle que soit leur époque de prédilection. Les analyses des sources politiques, économiques, religieuses, artistiques et littéraires sont les bienvenues.

Au XVIe siècle, Montaigne disait à propos de l’éducation des enfants : « Pour frotter et limer leur cervelle contre celle d’autruy, je voudrois qu’on commençast à le promener dès sa plus tendre enfance » (Essais, chap. 25, livre 1). L’une des plus nobles raisons d’entreprendre un voyage est ici énoncée : propice aux rencontres et aux échanges, il est formateur pour l’intelligence et participe intégralement de l’éducation.
Au contraire, s’opposant à ce goût manifeste pour le voyage et ses fruits, Jules Renard déclare, désabusé : « À quoi bon voyager ! Il y a de la nature, de la vie et de l’histoire partout » (Journal, 27 août 1906). Qu’importent donc les motivations du voyageur, son entreprise est vaine car il ne découvrira rien d’autre qu’un environnement similaire au sien. Voyager n’est qu’un leurre, l’histoire se répète et l’homme se résume en une médiocrité indigne d’intérêt.
Ce désenchantement, propre à un siècle que des perspectives d’aventures ne font plus vibrer, est catégoriquement opposé à l’engouement ordinaire suscité par les nombreux exemples historiques d’individus, peuples ou catégories sociales entreprenant périples, pèlerinages ou expéditions par nécessité, profit ou plaisir. Du nomadisme primitif à l’exploration spatiale, en passant par les pèlerinages religieux ou le commerce des épices, les prétextes pour partir ne manquent pas et se diversifient au fil des siècles. Chaque homme ou chaque femme qui entreprend un périple est motivé(e) par des causes qui lui sont tout à la fois propres et culturelles. S’interroger sur les raisons du voyage nous permettrait d’approfondir nos connaissances aussi bien sur l’imaginaire entourant ce phénomène que sur la vie quotidienne des sociétés passées et présentes.
À l’heure du tourisme de masse, où le voyage est un loisir dont l’organisation génère peu de difficultés et la réalité quelques imprévus discrets, la peur de voyager paraît difficilement concevable. Pourtant, cette activité fut longtemps périlleuse. Partir dans un pays lointain, sur une route inconnue, échapper aux corsaires sur mer ou aux brigands sur terre, se nourrir et se loger en toutes circonstances, se frayer un chemin au milieu de populations parfois hostiles, mais aussi répondre à de simples questions financières sont autant d’arguments pertinents pour décourager des velléités de départ.
La question se pose alors des motivations du voyage et donc de son intérêt et de son utilité pour ceux qui l’entreprennent car, face à milles contrariétés, pourquoi entreprendre un périple qui n’est qu’incertitude ? Pourquoi voyager ? Qu’en retire-t-on ? La réalité est-elle à la hauteur des espérances des voyageurs ? Quel bilan peut-on en dresser une fois le voyage achevé ?

Pour répondre à cette question, nous envisagerons le voyage dans son sens le plus vaste incluant les courtes et longues distances, les déplacements individuels ou collectifs, les expéditions terrestres, maritimes ou aériennes, les allers-retours ou les voyages à sens unique, afin de s’interroger véritablement sur les motivations qui, depuis l’Antiquité, ont poussé et poussent des êtres humains à se déplacer.
Les propositions de communication s’inscriront suivant trois axes :

  • Le premier s’intéressera aux attentes. En effet, partir, pour un temps ou pour toujours, ne se fait pas sans espérances, espoirs ou craintes. Le questionnement débutera donc par une exploration des aspirations qui motivent le voyageur et le poussent à surmonter les difficultés, réelles ou fantasmées, dans son entreprise. Ces attentes peuvent être aussi bien spirituelles qu’économiques, diplomatiques, scientifiques, guerrières. Les impératifs vitaux, la soif d’une vie meilleure comme la nécessité de partir pour des raisons politiques, seront pris en compte au sein de cet axe.
  • Le deuxième axe concernera les enjeux. Il s’agira d’examiner les modalités et l’organisation logistique concrète du voyage de l’Antiquité à nos jours. Où part-on ? Comment se déplace-t-on ? Quelles périodes sont les plus propices au voyage ? Quels dangers et contraintes se rencontrent sur la route ? Cet axe vise à mettre en lumière les façons de voyager, les moyens mis à disposition des voyageurs, ainsi que la durée et la distance à parcourir. La question du déplacement de population, que ce soit sous la contrainte, pour répondre à une nécessité, ou par mode de vie sera intégrée à cette réflexion.
  • Enfin, le troisième axe portera sur les témoignages. Il s’agira de considérer les retours sur expérience. Une fois le voyage accompli, que reste-t-il ? Quels sont les acquis, les pertes ? Est-ce un succès ou un échec ? Quel récit idéalisé ou discours dissuasif fait suite à l’expédition en elle-même ? La manière dont les voyageurs font mémoire de leur expédition à travers les témoignages littéraires, artistiques ou musicaux, sera explorée.

Les propositions de communication (500 mots environ) sont à envoyer, accompagnées d’un CV, à l’adresse suivante : association.janua@gmail.com avant le 31 janvier 2019. Les communications retenues ont vocation à être publiées l’année suivante dans les Annales de Janua.
Une réponse sera communiquée aux intervenants sélectionnés courant février. L’évènement se déroulera sur deux journées, les 11 et 12 avril 2019. L’après-midi du vendredi sera consacrée à une visite du centre-ville de Poitiers pour les participants intéressés. L’hébergement des communicants pour deux soirs consécutifs est pris en charge par l’association, ainsi que les deux repas du midi et une partie des frais de transport à hauteur de 50€ par intervenant


Comité d’organisation : Association Janua


Zoé Le Nel (CESCM, Master II Mondes médiévaux, littérature médiévale)


Claire Boisseau (CESCM, Doctorante en histoire de l’art médiéval)

Julie Caron (HeRMA, Doctorante en archéologie antique)

Marie Cloutour (Criham, Doctorante en histoire moderne)

Gabrielle Schmid (CESCM, Doctorante en histoire de l’art médiéval)

Comité scientifique :

Yves Lafond (HeRMA, Professeur d’histoire grecque)

Séverine Lemaître (HeRMA, Maîtresse de conférences en histoire de l’art et archéologie antique)

Vincent Michel (HeRMA, Professeur d’archéologie antique, Directeur du laboratoire)

Martin Aurell (CESCM, Professeur d’histoire médiévale, Directeur du laboratoire)

Claudio Galderisi (CESCM, Professeur en langues et littératures françaises du Moyen Âge)

Guillaume Bourgeois (Criham, Maître de conférences HDR en histoire contemporaine, Directeur du laboratoire)

François Brizay (Criham, Professeur d’histoire moderne)

Nabila Oulebsir (Criham, Maîtresse de conférence HDR en histoire de l’art contemporain)


Responsable :

Janua

url de référence :

https://associationjanua.wordpress.com/


      

 

Emilie Mineo, jeune docteure du CESCM lauréate du Prix de thèse 2017

Comme chaque année, le Collège des Écoles doctorales de Poitiers a organisé un concours de prix de thèse ouvert à tous les docteurs de l’établissement ayant soutenu leur thèse entre le 1er novembre 2016 et le 10 octobre 2017. Quatre prix, d’un montant de 600 euros chacun, viennent récompenser un docteur pour chaque secteur doctoral : Droit ; Sciences pour l’Ingénieur et Aéronautique ; Ingénierie chimique, biologique et géologique ; Sciences Humaines économiques et sociales.

Les critères de sélection pris en compte par le jury du concours sont la valorisation de la thèse (sous la forme de publications, de communications à des congrès, de création de brevets etc.), l’évaluation de la thèse par les rapporteurs et le jury de soutenance, le caractère innovant et l’originalité de la thèse, son ouverture à l’international, la capacité du candidat à communiquer sur ses travaux en direction d’un public de non-spécialistes.

Pour participer il fallait adresser à l’école doctorale de rattachement un dossier de candidature comprenant une lettre de présentation de la thèse, un CV et la copie des pré-rapports et du rapport de soutenance, selon les modalités indiquées dans le règlement.

Cette année, Emilie Mineo, une des jeunes docteures du CESCM a remporté le prix, grâce à sa thèse intitulée : L’artiste, l’écrit et le monument. Signatures épigraphiques en France au Moyen Âge central.  (cf. le billet consacré à sa soutenance).

Emilie, pouvez-vous nous dire comment cela s’est déroulé ?

Comme ma thèse avait été très bien reçue par mon jury de soutenance, j’ai décidé de tenter ma chance et d’envoyer le dossier…. quelques jours plus tard, j’ai reçu un courriel m’informant que le jury scientifique du collège doctoral m’avait classée première et que j’étais donc lauréate pour le secteur SHES (regroupant les écoles doctorales Lettres Pensée Art et Histoire , Cognition, Comportements, Langage(s) et Sociétés et Organisations) !

La remise des prix s’est effectuée au moment de la cérémonie de remise des diplômes de doctorat le 15 décembre 2017 à la Faculté de Droit et des Sciences sociales. Chacun des quatre lauréats y a présenté sa thèse en 5 minutes chrono, avant que les docteurs de l’année de chaque secteur viennent recevoir la médaille et le diplôme de la main du parrain de la promotion, Pierre Delvolvé.

Recevoir ce prix est pour moi un grand honneur et je suis ravie, à titre personnel et pour le CESCM, qu’une thèse en Histoire médiévale obtienne cette reconnaissance. Comme je travaille désormais à l’Université de Namur (Belgique) en tant que chercheuse post-doc, c’est aussi une belle occasion de revenir à Poitiers pour revoir mes collègues du CESCM. Grâce à cette récompense, j’espère pouvoir publier ma thèse plus facilement.

L’appel de ce prix est bien diffusé par les écoles doctorales, qui le signalent par mail à leurs nouveaux diplômés. J’encourage donc les futurs docteurs à participer au concours et leur souhaite de tout cœur d’avoir la chance qui m’est donnée aujourd’hui.

Merci, Emilie, et toutes nos félicitations !


Pour visionner la remise des diplômes ICI (Emilie est à la 33e minute)

[7-11 sept.] : Third Network Meeting of the Angevin Network

Third Network Meeting of the Angevin Network

Place: Abbaye royale de Fontevraud

Date: 7th–11th September 2017

 

Thursday 7th September
Day Arrival at Hostellerie La Croix Blanche
20.00 Dinner
Friday 8th September
07.30 – Onwards Breakfast
09.00-09.15 – Welcome Stephen Church
09.15-10.45 – Session 1: Strand 1: Historical Writing and Literature
2 x papers (20 mins each)

Michael Staunton, Catalina Girbea

 30 mins for discussion
10.45-11.00 Tea/Coffee
 11.00-12.30 – Session 2:  Strand 1: Historical Writing and Literature
 2 x papers (20 mins each)

Bernardo Santano Moreno, Laura Cleaver

  30 mins for discussion
12.30 Lunch
14.00-15.45 – Session 3: Strand 1: Historical Writing and Literature
 3 x papers (20 mins each)

Martin Aurell, Sigbjørn Sønnesyn, Antonella Liuzzo Scorpo

30 mins for discussion
15.45-16.00 Tea/Coffee
16.00-17.30 – Session 4: Strand 2: Power
2 x papers (20 mins each)

Matthew Strickland, Manuel Gabriel Rojas

30 mins for discussion
19.30 Dinner
Saturday 9th September
07.30 – Onwards Breakfast
? departure Field trip

Candes (10 mins from Fontevraud)

Tavant  (30 mins from Fontevraud)

12.00 Lunch
14.00 Field trip

Saumur (30 mins from Fontevraud)

19.30 Dinner
 Sunday 10th September
07.30 – Onwards Breakfast
0900-1045 – Session 5:      Strand 2: Power

3 x papers (20 mins each)

Stephen Church, Maité Billoré, Fanny Madelaine)

30 mins for discussion
10.45-11.15 Tea/Coffee
11.15- 12.30 – Session 6: Strand 2: Power

2 x papers (20 mins each)

Colin Veach and Nicholas Prouteau

30 mins for discussion
12.30 Lunch
14.00-15.15 – Session 7: Strand 3: Communication, networks and travel

2 x papers (20 mins each)

Alheydis Plassmann, Katy Dutton, via Skype

  30 mins for discussion
15.00/15.45 Tea/Coffee
15.45-17.00 Strand 3: Communication, networks and travel

2 x papers (20 mins each)

Jitske Jasperse and Gesine Oppitz

  30 mins for discussion
17.00-17.45 Summary Session
Final Objectives for the Project
19.30 Dinner
Monday 11th September
07.30 – Onwards Breakfast
10.00 – Onwards Depart

Contact : martin.aurell@univ-poitiers.fr


     

Atelier interdisciplinaire du CESCM (13 au 17 janvier 2014) – 5/5

Vendredi 17 janvier 2014

La matinée regroupait les conférences de Pierre Courroux, qui a tout récemment soutenu une thèse brillante en histoire médiévale, et Jean-Pascal Pouzet, maître de conférences en langue et littérature anglaises du Moyen Âge (Université de Limoges/CESCM).

Pierre Courroux a traité un sujet en lien direct avec sa thèse, Invention et imagination historique chez les chroniqueurs de langue française (XIIe-XVe s.). L’auteur s’est depuis trois ans attaché à réhabiliter un certain nombre d’historiens médiévaux, de Benoît de Sainte-Maure à Enguerrand de Monstrelet en passant par le célèbre Jean Froissart, jusqu’alors considérés par l’historiographie comme des chroniqueurs plus ou moins fantasques, partiaux et bien éloignés de notre conception actuelle de l’histoire. Pierre Courroux a démontré que le rapport de ces historiens avec leur sujet était plus complexe et réfléchi, en articulant sa présentation autour de trois thèmes. En premier lieu, ces auteurs conçoivent l’histoire comme la considéraient les Pères de l’Église auxquels ils se réfèrent parfois, c’est-à-dire comme la relation respectueuse de la vérité. Ils n’en recherchent pas pour autant, comme nous nous efforçons de le faire, la plus grande objectivité possible ; ils affirment toujours au contraire, en préambule, leur subjectivité comme gage de confiance. Ils se placent en position d’auteur, d’autorité, apte à porter des jugements impartiaux sur les faits et à « louer les preux » quel que soit leur camp. Cet effort d’impartialité est particulièrement manifeste chez Froissart et Monstrelet, qui l’explicitent parfois. Il s’agit donc pour eux d’instaurer un rapport de confiance avec le lecteur apostrophé, plus que de chercher l’objectivité.

Bataille_Stirling_Froissart

Pour renforcer cette confiance, les historiens médiévaux tentent souvent de prouver leur fiabilité en invoquant des preuves de fidélité envers les évènements qu’ils racontent. L’argument le plus récurrent étant bien sûr la citation ou la référence à un témoin antérieur, ou à une figure d’autorité, quitte à les inventer de toutes pièces ! Dans son prologue au Myreur des histors (v. 1400), Jean d’Outremeuse déroule sur cinq pages la liste de ses références, des plus incontournables aux plus fictifs, comprenant également un bon nombre d’auteurs auxquels il ne se réfèrera finalement jamais. Le geste, l’ostentation, la posture sont ici plus importants que la cohérence, même si cela n’implique pas qu’il affabulera en permanence par la suite. L’invention est quant à elle revendiquée comme un droit – une licence poétique – lorsque surviennent les vides. L’imagination permet de rendre vivant, tangible, vraisemblable le passé, fut-ce au prix de la fiction. Nous en arrivons ainsi au troisième aspect de l’écriture de l’histoire médiévale, qui est la croyance en un « logocentrisme », ce don divin du langage comme outil de description et d’appréhension du monde. Ces chroniqueurs ont conscience de construire un discours perfectible sur un passé révolu. L’importance ne réside dès lors pas dans la recherche de l’exactitude absolue, mais dans celle du respect du sens profond des évènements, maillons infimes d’un plan divin plus vaste. D’où l’importance de prouver au lecteur la fiabilité du chroniqueur, artisan de l’histoire vue comme une « fiction honnête et vraisemblable du plan divin ».

La conférence de clôture fut assurée par Jean-Pascal Pouzet, et consistait en une présentation de la méthodologie des études codicologiques menées par l’auteur autour de manuscrits anglais. Chaque manuscrit étant un produit artisanal singulier, ayant subi des aléas particuliers qui constituent son histoire, il importe au chercheur de se livrer à une véritable « archéologie du livre » pour en saisir chacune des dimensions. L’auteur a livré de très nombreux exemples et études de cas, dont nous nous excusons de ne pouvoir rendre compte ici, les aspects méthodologiques et techniques étant difficiles à retranscrire sans les images et tableaux que l’on a pu voir au cours de cette présentation érudite. Retenons tout de même les problèmes intéressants de l’identification d’unités au sein du « bloc » que constitue un codex – unité physique définie d’après les cahiers, les mains, les réglures ; unité intellectuelle suivant le texte ou la mise en recueil de plusieurs textes – ou celle de repentirs dans la composition des pages, autant de témoins des conditions d’élaboration et de transmission des manuscrits médiévaux et qui apportent parfois une lumière supplémentaire à leur interprétation.