Archives par mot-clé : Héraldique

Compte-rendu du colloque « Empresas-Devises-Badges » (Batalha, Portugal, 18 au sept. 2014)

Colloque International, Batalha (Portugal) : Un code emblématique européen (1350-1550) = Um codigo emblematico europeu (1350-1550)

Miguel, Pastoureau, Hablot (cliché M. Ferrari)

Du 18 au 20 septembre, dans le cadre exceptionnel du monastère de Batalha, au Portugal, a eu lieu le colloque international « Empresas, devises, badges », organisé par Miguel Metello de Seixas (Universitade Nova de Lisboa, Centre d’Etudes Médiévales/Centre d’Histoire d’Outre-mer) et Laurent Hablot (Université de Poitiers, Centre d’Études Supérieures de Civilisation Médiévale, École française de Rome), en étroite collaboration avec le directeur du site, Joaquim Ruvo.Panthéon funéraire de la maison royale d’Avis, le monastère de Batalha est un véritable musée de la devise et offre donc un contexte idéal pour réfléchir à ce type particulier de signe, caractéristique du vocabulaire emblématique et ornemental de la fin du Moyen Âge et du début de l’époque moderne. Les devises, signes emblématiques, sont composées d’une figure (animaux réels et imaginaires, végétaux, outils et objets du quotidien etc.), toujours représentée de façon réaliste, parfois complétées par une parole ou une courte sentence (le mot ou motto), des lettres ou chiffres et des couleurs. Nées au début du XIVe siècle, probablement dans les cours princières d’Angleterre et de France, ces devises se diffusent rapidement dans toute l’Europe occidentale (celle qui correspond aux frontières de la chrétienté romaine) et conquièrent progressivement d’autres milieux sociaux (petite noblesse, bourgeoisie). Les devises, initialement conçues comme des signes personnels, enrichissent ainsi la panoplie héraldique d’un nouveau motif à la fois emblématique – parce qu’elles servent à identifier leurs porteurs –, symbolique – parce qu’elles renvoient aux qualités morales, aux goûts, aux valeurs et aux attentes de leurs propriétaires -, et politique – parce que leur utilisation peut être commune à un groupe de fidèles.

Armoirie royale, monastère de Batalha (Cliché M. Ferrari)
Armoirie royale, monastère de Batalha (Cliché M. Ferrari) 

Bien que dans ces dernières années les recherches sur les devises médiévales aient été de plus en plus nombreuses et innovantes sur le plan des contenus et de la méthode d’analyse, ce sujet d’étude n’avait jusqu’à présent jamais fait l’objet d’une rencontre scientifique spécifique, qui permettait de les analyser dans leur nature complexe de phénomène appartenant pleinement à l’histoire culturelle. Le colloque de Batalha a donc d’abord eu le mérite de réunir des experts reconnus de l’emblématique médiévale aussi bien que des chercheurs qui viennent d’entamer des recherches dans ce domaine ou qui ont occasionnellement abordé le sujet. L’appartenance des participants à des domaines d’études différents (histoire, histoire de l’art, littérature, philosophie, épigraphie) aussi bien que leurs origines géographiques diverses (Allemagne, Belgique, Espagne, France, Italie, Japon, Portugal) ont offert les conditions favorables pour conduire une réflexion transversale sur le phénomène, en relation étroite avec sa chronologie, sa distribution géographique, ses composantes figuratives et littéraires.

Les devises ont été ainsi examinées depuis leur première apparition jusqu’aux temps modernes, afin d’en évaluer les caractéristiques, les transformations et les survivances au fil des siècles en dépit d’un lexique très souple et changeant. Un regard plus ciblé a été naturellement porté vers la phase de splendeur et de diffusion maximale de ce code visuel. On en a alors examiné les milieux sociaux d’adoption – les rois, les princes, les grandes familles de la bourgeoisie européennes, les villes – aussi bien que les lieux et les supports, jamais fortuits, où elles ont été représentées.

Structuré en huit sessions thématiques, le colloque a d’abord exploré la question des origines de ce nouveau code emblématique (XIVe-début XVe siècles), par le biais de quelques études de cas, notamment consacrées aux familles florentines à l’époque des premiers Médicis, aux seigneuries de l’Italie du nord et aux devises de Charles VII.

"capelas imperfeitas", monastère de Batalha (cliché M. Ferrari)
« capelas imperfeitas », monastère de Batalha (cliché M. Ferrari)

L’examen des modalités d’utilisation et de la valeur sémantique des devises représentées à l’intérieur des espaces sacrés, entre Portugal (monastère de Batalha) et France (Saintes-Chapelles des Bourbons), a été suivi par une riche série de communications autour du thème des devises adoptées par les princes, les plus grands consommateurs de ce code emblématique qui, même au temps de sa plus ample diffusion, conservera toujours un aspect élitaire. Le voyage entre les cours d’Aragon, de France, de Portugal, du Piémont (Saluzzo) et de Bretagne n’a pas ignoré la question du rôle des femmes comme créatrices et utilisatrices de devises (Marguerite d’Orléans, Louise de Savoie).La maison royale de Portugal, « hôtesse » du colloque, a été objet d’une étude ciblée qui a prouvé l’appartenance de toutes les devises adoptées par ses différents membres à un programme doctrinaire et esthétique cohérent et leur utilisation à l’intérieur d’une stratégie de consolidation par l’image du pouvoir royal. Tout au long de son existence, la devise développa donc des formes nouvelles, donnant naissance par exemple aux emblèmes littéraires (André Alciat), et connut une large diffusion qui intéressa même la moyenne noblesse ou la riche bourgeoisie, comme le démontrent le susmentionné cas florentin (Rucellai) où les exemples portugais analysés au cours de la 6ème session.

Enfin, le dernier jour a été consacré, d’une part à l’exploration de certains usages singuliers des devises – à la fois reproduites sur les armements ou encore décrites dans les actes diplomatiques –, de l’autre à leurs survivance à l’époque moderne dans la littérature du genre, à sa transmission à l’intérieur du même lignage, à son introduction dans l’héraldique municipale (notamment portugaise) en signe de fidélité à la maison royale. Enfin, les visites programmées au monastère de Batalha et au couvent de l’Ordre du Christ de Tomar ont données l’opportunité de poursuivre in vivo les débats nés dans la salle du colloque.

Bien que l’absence de spécialistes de l’aire anglo-saxonne ou germanique ait peut-être empêché d’avoir une vision complète du phénomène sur le plan géographique, la grande variété des sujets abordés et la rigueur méthodologique des communicants ont amplement souligné le fait que l’étude des devises dépasse de très loin la seule question des signes d’identité mais permet plutôt d’explorer les motivations profondes de ces choix en les reliant à des moments ou à des contextes historiques précis. Ces devises éclairent donc avec une grande acuité la formation culturelle, le tempérament et l’horizon moral de l’individu, ses liens familiaux et personnels et révèlent les processus d’autoreprésentation si caractéristiques des élites de la fin du Moyen Âge.

 

 

[18-20 sept. 2014] EMPRESAS – DEVISES – BADGES

Colloque International, Batalha (Portugal) : Un code emblématique européen (1350-1550) = Um codigo emblematico europeu (1350-1550)

   La devise, code emblématique original apparu dans le courant du XIVe siècle, connaît actuellement un renouvellement scientifique particulièrement dynamique à travers toute l’Europe et même au-delà. Les nombreuses et récentes publications internationales (ouvrages, articles, sites internet) ont attiré l’attention sur ces emblèmes omniprésents dans le vocabulaire emblématique et ornemental de la fin du Moyen Age et des temps modernes. Ce sujet d’étude, véritable reflet de la culture et des mentalités de cette période, n’a pourtant jamais fait l’objet d’une rencontre scientifique spécifique permettant aux chercheurs de confronter leurs savoirs et de partager leurs questions.
Porté par deux chercheurs reconnus dans ce domaine, Laurent Hablot (CESCM – Université de Poitiers) et Miguel Metelo de Seixas (IEM/CHAM – Université Nova de Lisbonne), ce projet ambitionne de rassembler, en juin 2014 durant trois jours, l’ensemble des spécialistes de l’emblématique de la fin du Moyen Age. Le site retenu, l’abbaye de Batalha, nécropole de la dynastie d’Avis, en plus d’attirer l’attention de la communauté scientifique sur les richesses trop souvent négligées du Portugal médiéval et le dynamisme de la recherche dans ce pays, constitue par son décor un véritable musée de la devise, cadre idéal d’une rencontre sur ce thème. Ce code emblématique connaît en effet chez les Avis des développements particulièrement brillants, sans cesse renouvelés par l’influence des royaumes européens dont le Portugal constitue en quelque sorte un véritable carrefour.

Voir le site de présentation du colloque

Renseignements utiles :

CEPAE                                 cepae@sapo.pt                           (+351) 244 766 199

Mosteiro da Batalha      geral@mbatalha.dgpc.pt      (+351) 244 765 497

Prix de l’inscription : 30€

Contact :

E-mail: contacto@empresasdevisesbadges.com

CESCM (Université de Poitiers)

IEM (FCSH/UNL)CHAM (FCSH/UNL)

Mosteiro da Batalha

Centro de Estudos de Património da Estremadura

Programme :

JEUDI 18 SEPTEMBRE
9h-9h30 Accueil des participants
Allocution de bienvenue Joaquim Ruivo / Miguel Metelo de Seixas
9h30-10h00 Laurent Hablot, Introduction
10h00-10h30 Michel Pastoureau, «La devise avant la devise : emblèmes para-héraldiques des XIIe et XIIIe siècles»
 
Session 1 : Formation et diffusion des devises
11h-11h20 Alessandro Savorelli, «L’anneau manquant. Les devises des Medici et des Rucellai (Florence, XVe siècle)»
11h20-11h40 Luisa Gentile, «Divixie et imprese: les emblèmes dans l’Italie du Nord (XIVe-XVIe siècle)»
11h40-12h00 Christian de Mérindol, «Une rare devise méconnue du roi Charles VII»
12h00-12h30 discussions
 
Session 2 : Devise et espace sacré
14h-14h20 João António Portugal, «Empresas e heráldica – conjunção e disjunção emblemática na fixação da memória: o caso do Mosteiro de Santa Maria da Vitória»
14h20-14h40 Catarina Fernandes Barreira, «De D. Duarte a D. Manuel: as gárgulas das Capelas Imperfeitas»
14h40-15h00 Laurent Vissière, «Les Saintes-Chapelles des Bourbons (1315-1540) et leurs devises. Exaltation et sanctification d’une lignée»
15h00-15h30 discussions
 
Session 3 : La devise au service du prince
16h00-16h20 Joan Domenge Mesquida, «La devise de la ‘corona doble’ des rois d’Aragon»
16h20-16h40 Thibaud Fourier et François Parot, «La devise du roi François 1»
16h40-17h10 João Pedro Monteiro, «A Empresa de D. Manuel I em azulejos: a esfera armilar no contexto das representações de poder em cerâmica no Portugal quinhentista»
17h10-17h40 discussions
17h45-18h45 Saul António Gomes et Pedro Redol, «Empresas, símbolos e significados no Mosteiro da Batalha», suivie de visite à l’abbaye royale de Batalha
 
VENDREDI 19 SEPTEMBRE
Session 4 : La devise au service du prince
9h00-9h20 Lea Debernardi, «L’aubépine de Valeran de Saluces: une devise entre mythologie dynastique, dévotion et art courtois»
9h20-9h40 Mégumi Tanabe, «L’Hermine – une devise éloquente dans les Heures de Marguerite d’Orléans»
9h40-10h00 Laure Fagnart et Pierre-Gilles Girault, «L’emblématique de Louise de Savoie»
10h00-10h30 discussions
 
Session 5 : Devises de la maison royale de Portugal
11h-11h20 Miguel Metelo de Seixas, «As empresas da dinastia de Avis: coerências de um programa estético e doutrinário»
11h20-11h40 Humberto Nuno de Oliveira, «Revisitando a empresa do ‘Africano’»
11h40-12h00 Leonor Calvão Borges, «O papel das empresas heráldicas filipinas como estratégia de consolidação de poder»
12h00-12h30 discussions
 
Session 6 : La devise familiale
14h-14h20 Stéphane Rolet, «Passer de la devise à l’emblème littéraire : l’utilisation d’une devise de Ludovico Sforza dans l’emblème d’Alciat Virtuti fortuna comes»
14h20-14h40 Maria Alice Pereira dos Santos, «A empresa de Gil do Sem e de João do Sem»
14h40-15h00 Filipa Gomes do Avellar, «Algumas empresas portuguesas do século XV: contextualização e interpretação»
15h00-15h30 discussions
 
16h- (excursion et dîner à définir)
SAMEDI 20 SEPTEMBRE
Session 7 : Autres usages de la devise
9h00-9h20 Fulvio Cervini, «L’armure qui parle. Des rapports entre les mots et les armes entre Moyen Age et Renaissance»
9h20-9h40 Maria Narbona Carceles, «Les devises et la foi : l’interprétation des devises princières selon une lecture spirituelle, à partir de quelques cas de rois ibériques des XIVe et XVe siècles»
9h40-10h00 Tiago Viúla de Faria, «The badge of Duke Pedro of Coimbra and his diplomatic representation»
10h00-10h30 discussions
 
Session 8 : Survivances de la devise
11h-11h20 Yvan Loskoutoff, «La devise médiévale vue par les théoriciens du genre à l’époque moderne»
11h20-11h40 Johnatan Saso, «Rien ne m’est plus, plus ne m’est rien: la valeur dynastique de la devise de la chantepleure entre Valentine Visconti et Marie de Clèves, duchesses d’Orléans»
11h40-12h00 Marta Gomes dos Santos, «Empresas régias na heráldica municipal»
12h00-12h30 discussions
12h30-13h00 Werner Paravicini, conclusions
 

Marqueurs d’identité dans la littérature médiévale : mettre en signe l’individu et la famille (XIIe-XVe siècles)

dIS-9782503551364-1Catalina Girbea, Laurent Hablot, Raluca Radulescu

Marqueurs d’identité dans la littérature médiévale : mettre en signe l’individu et la famille (XIIe-XVe siècles) : Actes du colloque tenu à Poitiers les 17 et 18 novembre 2011

Turnhout : Brepols, 2014 – 288 p. (Histoires de famille. La parenté au Moyen Age (HIFA 17)

ISBN : 978-2-503-55136-4

Les marqueurs d’identité tels que la littérature médiévale les laisse entrevoir permettent de mieux comprendre les rapports entre les individus et leurs groupes au cours du Moyen Age occidental.
Le XIIe siècle marque une fracture épistémologique dont les symptômes les plus visibles sont l’apparition des questionnements identitaires, qu’il s’agisse d’une meilleure définition de l’individu, des familles ou des groupes. Ils se laissent entrevoir avec une force sans précédent sur le fond d’une double mutation, sociale et culturelle. L’éclosion de la littérature vernaculaire, l’effondrement progressif durant tout le XIIe siècle de la suprématie du latin écrit, provoque un bouleversement épistémique. Les marqueurs de l’identité comme les signes héraldiques commencent à préocuper l’homme médiéval. Les contributions de ce volume se proposent de suivre le développement et la rationalisation de ces marqueurs qui définissent les rapports entre les individus et leurs groupes jusqu’à la fin du Moyen Âge. Cette enquête est menée à travers la fiction vernaculaire, le lieu par excellence où les problématiques identitaires trouvent une voie d’expression à la fois transparente et complexe.

Table of Contents

Catalina Girbea, Laurent Hablot, Raluca Radulescu, Rapport introductif : identité, héraldique et parenté

Michel Pastoureau, Les armoiries de Perceval

      Attributs de l’identité et signes du pouvoir :

Rebecca Dixon, Historical Costume and Contemporary Self-Fashioning in the Burgundian ‘Theatre State’: Dressing the Stage

Adriane Boussac, « Ses gans es mains cousuz a or » : Le gant,support de l’identité noble dans quelques textes des XIIe et XIIIe siècles

Karin Ueltschi, Des chaussures et des boiteux – Catherine Daniel, Edouard Ier et l’identité arthurienne

      Les armoiries imaginaires : marqueurs de l’individu, de la parentèle et des groups :

Christine Ferlampin-Acher, Le blason du petit Artus de Bretagne : héraldique et réception arthurienne à la fin du Moyen Âge

Peter Field, The Heraldry of the Historical Arthur in the Middle Ages – Nicolas Civel, Les Armoiries des Neuf Preuses

Laura Dumitrescu, Le rôle de l’homologie dans quelques armoiries littéraires – Alexandra Ilina, Analogie et homologie dans quelques armoiries

Christian de Merindol, À propos de l’exposition La legende du roi Arthur. Nouvelles lectures – Adrian Ailes, Heraldic Markers of Identity in Medieval Literature: Fact or Fiction?

     L’identité chevaleresque :

Ioan Panzaru, Lancelot et la gestion de l’identité

Alison Stones, Lancelot and Identity

Luiza Gentile, Le Chevalier errant de Thomas de Saluces

Mihaela Voicu, Du Chevalier Coloré au Noir de la Montagne. Couleur et/ou son absence dans la définition de l’identité

Ovidiu Cristea, Le Chevalier Vert : Histoire et Fiction dans la Chronique d’Ernoul et Bernard le Trésorier

Martin Aurell, Conclusions

——————————————————————-

Catalina Girbea est Maître de Conférences habilité à diriger des recherches à l’Université de Bucarest et auteur des livres La Couronne ou l’auréole, Turnhout 2007 et Communiquer pour convertir dans les romans du Graal, Paris, 2010.

Laurent Hablot est Maître de Conférences à l’Université de Poitiers et auteur du livre Jeanne d’Arc, sainte ou sorcière. Collection ‘Ils ont fait la France’, Paris, 2011.

Raluca Radulescu est Professeur associé à l’Université de Bangor et auteur des livres The Gentry Context for Malory « Morte d’Arthur », Cambridge, 2003 et Romance and Its Contexts in Fifteenth-century England: Politics, Piety and Penitence, Cambridge, 2013.

Atelier interdisciplinaire du CESCM (13 au 17 janvier 2014) – 2/5

Mardi 14 janvier 2014

Cette matinée de l’atelier interdisciplinaire du CESCM a mêlé iconographie et épigraphie, avec deux conférences tenues respectivement par Sébastien Biay et Estelle Ingrand-Varenne, ingénieurs d’étude au CESCM.

Dans son Évocation du chant liturgique dans la sculpture romaneSébastien Biay est revenu sur l’un des points développés dans sa thèse, consacrée aux chapiteaux du rond-point de la dernière abbatiale de Cluny1. À savoir, l’analyse de deux chapiteaux portant des représentations de musiciens ainsi que des inscriptions, formant un poème qui évoque les huit tons du « plain-chant » grégorien. L’auteur a insisté sur les diverses étrangetés, pour reprendre ses termes, liées à ces chapiteaux, qu’il s’agisse de leur sujet poético-théorique ou de l’apparente incohérence de l’un des instruments, hybride patatoïde mêlant cithare, lyres romaine et teutonique. La diversité de ses méthodes d’approche reflète la richesse de sa thèse, qui développe sur plusieurs centaines de pages des raisonnements que l’auteur a dû pour l’occasion résumer, voire éluder, et l’on serait bien en peine de lui en tenir rigueur. Une rigoureuse analyse syntaxique et philologique des inscriptions a d’abord amené Sébastien Biay à concevoir ce poème comme une métaphore de la compréhension et de la conversion, préparées dans le cœur puis l’esprit des officiants (selon une formule empruntée à Remi d’Auxerre) par les chants liturgiques qui étaient exécutés lors des célébrations. La recherche de textes théologiques se rapportant à la musique liturgique, tels ceux d’Augustin ou d’Amalaire de Metz, a fourni à l’auteur des clés possibles de compréhension du message sibyllin des chapiteaux. Leurs instrumentistes peuvent ainsi être interprétés comme les images allégoriques des moines devenant, au cœur de la célébration, les instruments d’un Salut individuel et collectif.

Une analyse plus détaillée du chapiteau fut proposée, portant la représentation du troisième ton, auquel est adjointe une inscription évoquant la Résurrection du Christ (« Le troisième jaillit et représente le Christ qui ressuscite » (Tertius impingit Chr(istu)m que resurgere fingit)). Cette représentation a été rapprochée du thème iconographique de David jouant de la lyre, présent dans plusieurs manuscrits plus tardifs2. Le roi-musicien est représenté tenant une sorte de cordier, formant avec son corps à la fois une croix et une sorte de lyre ; cette scène préfigure la suivante, au verso du folio, où est représentée la Crucifixion. Même si le lien avec le chapiteau clunisien paraît lointain, il reste tout à fait clair que l’iconographie de ce dernier relève d’une construction intellectuelle complexe, mêlant plusieurs sens théologiques et allégoriques, où la figure typologique de David peut intervenir en filigrane et où la musique, performance de dépassement des contingences physiques vers l’élévation spirituelle, acquiert ses « lettres » de noblesse.

Nous avons poursuivi avec La ponctuation dans les inscriptions médiévales, ou l’architecturation du discours, par Estelle Ingrand-Varenne, actuellement en charge de la rédaction du Corpus des inscriptions médiévales au CESCM. Il s’agit d’une présentation des nouvelles recherches entamées par l’auteure, centrées sur les usages et formes de l’interponctuation dans les inscriptions. Un champ de recherche immense, puisqu’il recouvre en réalité une période allant des Grecs anciens (VIIIe siècle av. n. è.) à la fin du XVe siècle. L’intervenante a débuté son propos par les fonctions de cette ponctuation intermédiaire, qui servait avant tout à délimiter les mots, à la manière de l’espace vierge adopté pour la rédaction des manuscrits. Il s’agit là de deux solutions différentes à un même problème, rendre intelligible un texte écrit majoritairement en majuscules, au moins jusqu’aux VIIIe-IXe siècles. Estelle Ingrand-Varenne a brièvement retracé l’histoire de ce « système second de communication », d’abord inventé pour les langues sans voyelles comme le grec ou l’arabe anciens, puis employé par les Romains. L’usage en disparaît quasiment à l’époque mérovingienne, et ne réapparaît qu’au XIe siècle sous la forme de doubles et triples points qui perdurent tout au long du Moyen Âge. Les aspects pratiques, économiques et ornementaux de cette ponctuation ont été invoqués, et l’on a pu admirer la malice avec laquelle les « graveurs » médiévaux se sont parfois emparés de ce motif dont le caractère décoratif pouvait parfois l’emporter sur sa mission première d’intelligibilité. De grandes interrogations ont été soulevées ; cette pratique, apparemment si spécifique aux inscriptions et quasi absente des manuscrits, trouverait-elle par exemple son inspiration dans une imitation des inscriptions antiques qui devaient, à l’époque, être plus présentes dans le paysage monumental qu’elles ne le sont aujourd’hui ? L’interruption des périodes mérovingiennes et carolingiennes pourrait-elle n’être qu’apparente, du fait de la disparition des monuments de cette époque ?  On émettra pour finir quelques réserves sur les références faites aux études physiologiques qui, si elles peuvent décrire les processus de lecture contemporains, nous semblent difficilement transposables à la période médiévale. Il a été prouvé qu’interposer des signes de ponctuation entre les mots d’une phrase en ralentit notre lecture et notre compréhension. Une telle étude met en évidence le fait que notre mode d’apprentissage nous conditionne à interpréter un point comme la fin d’une phrase, donc comme la fin d’un ensemble sémantique. Peut-on cependant postuler qu’il en allait de même au Moyen Âge, où de toute évidence l’emploi de la ponctuation – c’est là l’objet même de la conférence – était très éloigné du nôtre, et relevait de conventions et d’un apprentissage différents ?

L’après-midi fut consacré au Décor héraldique monumental dans la ville… à Florence, présenté par Matteo Ferrari (post-doctorant au CESCM), et à Poitiers, par Laurent Hablot (maître de conférences à Poitiers). Ce fut l’occasion pour ce dernier de présenter le programme de recherche qu’il dirige actuellement, consacré au patrimoine héraldique monumental de Poitou-Charentes, qu’il s’agira d’inventorier, de protéger dans la mesure du possible et de valoriser par la suite. Sa présentation a donné un aperçu de ce travail, et de la manière dont s’affine au fur et à mesure une méthode de recherche et de classement. Les auditeurs ont ainsi pu prendre conscience de la richesse de ce patrimoine, discret et pourtant omniprésent dans la ville de Poitiers, comme le prouvent les quelques 200 éléments recensés. Situés en grande partie dans les chapelles et édifices religieux tels que la cathédrale Saint-Pierre, Notre-Dame la Grande ou Sainte-Radegonde, les blasons peuplent également des endroits moins connus ou insoupçonnés, tels que les remparts, les façades de maisons nobles ou cette petite fontaine du XVe siècle près du pont Joubert. Ils sont autant de témoins d’un évergétisme et d’une piété qui connurent leur paroxysme aux XIIIe-XVe siècles, autant de signes à relier à des familles nobles ou bourgeoises, autant d’histoires à interpréter.

Giorgio Vasari, Apothéose de Cosme Ier, vers 1565, Sala del Cinquecento, Palazzo Vecchio (© Google Art Project)
Giorgio Vasari, Apothéose de Cosme Ier, vers 1565, Sala del Cinquecento, Palazzo Vecchio (© Google Art Project) 

Matteo Ferrari a présenté un aspect plus « impersonnel » de l’héraldique, utilisée par des particuliers mais également par des institutions publiques ou des villes telles que Florence, qui se dote d’armoiries dès le milieu du XIIIe siècle. La commune et ses différents organes – parti du peuple, parti guelfe, magistratures de guerre, corporations – n’auront de cesse de marquer l’espace public de leurs emblèmes, composant autant de messages à interpréter selon les circonstances de leur placement : affirmation d’une identité florentine commune, concorde ou au contraire luttes d’influences, compromis, légitimation politique… Aujourd’hui en pierre apparente, ces blasons étaient à l’origine peints, comme en témoignent de nombreuses miniatures des XIVe et XVe siècles. Malgré les destructions liées au réaménagement du centre historique au XIXe siècle, ces armoiries demeurent très présentes dans le tissu urbain et monumental. Leur profusion n’est pas un phénomène propre à Florence, et caractérise la majeure partie des villes européennes du Moyen Âge. Il est en revanche une originalité toute florentine, consistant en l’apparition du thème iconographique de la « Florence ronde ». Ces compositions circulaires, associant à la fois l’image traditionnelle de la ville, avec ses portes, ses tours et ses remparts, aux blasons des corporations, des gonfalonieri et des institutions de la commune, apparaissent au cours du XIVe siècle et perdurent jusqu’en plein XVIe siècle, comme le montre la réinterprétation élogieuse de Vasari au Palazzo Vecchio.

Cette seconde journée s’est achevée par une présentation de l’association des étudiants et doctorants antiquisants et médiévistes, JANUA, et a également été l’occasion d’un moment de convivialité autour d’un substantifique pot.

  1. S. BIAY, Les chapiteaux du rond-point de la troisième église abbatiale de Cluny (fin XIe-début XIIe siècle) : étude iconographique – Thèse de doctorat en histoire de l’art médiéval, 2012, 518 p. []
  2. Stuttgart, Würtembergische Landesbibliothek, Cod. theol. et phil. 314, Pierre Lombar, Commentaire des Psaumes, f° 1 r° (Petershausen ? 3e quart du XIIe siècle), http://digital.wlb-stuttgart.de/digitale-sammlungen/seitenansicht/?no_cache=1&tx_dlf%5Bid%5D=1975&tx_dlf%5Bpage%5D=9&cHash=a4dbcc084db324a34cbb38cdc5f735b6 []

Matteo Ferrari : un chercheur italien pour l’héraldique à Poitiers

Depuis le début de janvier 2014, le CESCM de Poitiers accueille Matteo Ferrari, docteur en histoire de l’art médiéval et ancien élève de l’École Normale Supérieure de Pise (Scuola Normale Superiore), qui bénéficie d’une bourse postdoctorale de six mois financée par l’Université de Poitiers dans le cadre des Actions Incitatives à la Recherche 2013. Sous la direction de Laurent Hablot, dans la période de son séjour, il participera au programme CESCM-DRAC, Décors héraldiques médiévaux en Poitou-Charentes, consacré au recensement et à l’étude des attestations héraldiques monumentales médiévales dans la région.

Cliché É. Mineo
Cliché É. Mineo

Spécialiste d’art médiéval lombard et travaillant spécifiquement sur la communication par l’image des communes italiennes aux XIIIème-XIVème siècles, Matteo Ferrari a soutenu son doctorat à l’École Normale de Pise en mai 2011 (sous la direction de Maria Monica Donato). Sa recherche portait sur les décors peints dans les hôtels de ville de Lombardie (notamment de Brescia, Côme, Crémone, Mantoue et Milan), conservés ou documentées par des sources indirectes. Il s’agit d’un corpus vaste et hétérogène d’images, pour la plupart réalisées entre le milieu du XIIIème et le début du XIVème siècle, qui auparavant n’avait jamais été l’objet d’une étude systématique. On y trouve des représentations à sujet “historique”, des figurations infamantes ou sacrées, des éléments décoratifs, des armoiries ou des enseignes d’offices, des inscriptions, dont Matteo Ferrari a fourni une nouvelle interprétation tout en mettant en exergue le rapport entre l’image, son public et l’utilisation fonctionnelle des espaces.

A l’issue de sa thèse, Matteo Ferrari a été successivement chargé de recherches à l’École Normale de Pise et à l’Université de La Sapienza de Rome autour de programmes consacrés à la communication par l’image dans les Communes, dans l’objectif de parvenir à un recensement exhaustif des images peintes et sculptés, conservés et perdues, dans les palais communaux italiens (ce programme, actuellement en cours, est conduit sous la direction de Giuliano Milani, professeur à La Sapienza de Rome). Plus récemment Matteo F. a participé à l’organisation scientifique de l’exposition Dal Giglio al David. Arte civica a Firenze fra Medioevo e Rinascimento (Florence, Galleria dell’Accademia, 14 mai-8 décembre 2013), consacrée à l’art civique florentin entre le XIIIème et le début du XVème siècle, la première initiative de ce genre jamais organisée en Italie1.

Dans le cadre de ces recherches Matteo a développé un intérêt spécifique vers l’héraldique qui, au bas Moyen Age était incontestablement un instrument essentiel de la présentation et de la représentation des individus aussi bien que des institutions civiles. Auteur de plusieurs travaux consacrés à cette thématique – avec Marco Foppoli, Il bianco scaglione. Lo stemma del Comune di Ghedi nell’araldica civica lombarda delle origini2 – et membre associé de l’Académie Internationale d’Héraldique depuis 2013, il participe depuis quatre ans aux journées héraldiques organisées à Poitiers par Laurent Hablot et aux activités de son groupe de travail « héraldique et emblématique », dans le cadre de l’axe de recherche du CESCM, Signes, formes et représentation.

Le programme Décor héraldiques médiévaux en Poitou-Charentes trouve son origine, d’un coté, dans la richesse du patrimoine régional en matière de figurations héraldiques et de l’autre, dans l’exigence de plus en plus manifeste de pouvoir encadrer scientifiquement leur analyse. Cette nécessité est d’ailleurs partagée par les institutions locales de conservation et de sauvegarde, notamment par la DRAC du Poitou-Charentes qui a accordé un soutien financier pour mener à terme l’initiative.

Le programme a été initié en 2013 par une enquête sur les témoignages héraldiques encore visibles dans la ville de Poitiers. Grâce au soutien scientifique et technique de Matteo Ferrari, ces premiers résultats seront bientôt étendus à l’échelle départementale puis régionale. L’objectif du programme est d’inventorier les décors héraldiques figurés (peintures et sculptures) conservés dans les édifices monumentaux civils et religieux de notre territoire, tout en complétant ces informations à partir des sources relatives aux décors disparus. L’enquête sera accompagnée par des missions de terrain qui nous permettront de vérifier la présence, l’emplacement et l’état de conservation des témoignages héraldiques, associée à une campagne de couverture photographique documentant un patrimoine jusqu’à présent très peu connu et rarement étudié. Cette matière fournira une base de travail pour une étude dépassant la seule identification des armoiries – qui reste essentielle pour la connaissance de l’histoire du monument – pour proposer des interprétations de mise en signe de l’espace, soulignant l’importance de ces compositions en terme de représentation sociale, politique, symbolique et religieuse. Cette enquête permettra d’élaborer un armorial monumental du Poitou médiéval, précieux outil de connaissance et d’analyse des pratiques héraldiques locales.

L’objectif final de cette enquête sera de contribuer à la compréhension, à la conservation et à la valorisation d’une production figurative qui enrichit le patrimoine artistique de la région, mais dont l’importance est encore trop souvent négligée et méconnue.

Liste des publications : https://scuola.academia.edu/MatteoFerrari

  1. http://www.uffizi.firenze.it/en/mostre/mostra.php?t=518b6364f1c3bc9013000053 []
  2. M. FERRARI i M. FOPPOLI, Il bianco scaglione. Lo stemma del Comune di Ghedi nell’araldica civica lombarda delle origini, Ghedi, Citta di Ghedi, 2009, 115 p. []