Archives par mot-clé : Héraldique

La base ArmmA. Armorial monumental du Moyen Âge est en ligne

La base ArmmA (http://base-armma.edel.univ-poitiers.fr/), élaborée sous un logiciel WordPress par le service informatique I-Médias de l’Université de Poitiers, constitue l’interface web du programme de recherche Armorial Monumental du Moyen Âge lancé en janvier 2014 au Centre d’études supérieures de civilisation médiévale de l’Université de Poitiers. Dirigé par Matteo Ferrari (CNRS-CESCM) et Laurent Hablot (Paris, EPHE), ce programme de recherche vise, sur le long terme, à offrir une couverture la complète possible et une étude approfondie des représentations héraldiques monumentales produites dans la France médiévale (conservées ou documentées par des sources textuelles ou iconographiques), toutes techniques et supports confondus : peinture murale, sculpture sur pierre et sur bois, vitraux, œuvres en bronze etc.

R. de Gaignières, Armoirie de Raoul du Fou, sculptée sur le portail de l'Hotel d'Evreux à Poitiers. BnF, Est. Réserve Pe-8-Fol.

R. de Gaignières, Armoirie de Raoul du Fou, sculptée sur le portail de l’Hotel d’Evreux à Poitiers. BnF, Est. Réserve Pe-8-Fol.

Étudiant les pratiques héraldiques de mise en signe de l’espace à partir des attestations matérielles, le programme ArmmA se propose aussi d’intervenir en faveur de la conservation d’un patrimoine d’images souvent encore méconnu et de ce fait parfois plus exposé aux risques d’endommagement ou de destruction.

Le premier volet expérimental du programme, financé par l’Université de Poitiers et par la Direction des Affaires Culturelles Nouvelle Aquitaine, avait initialement l’objectif d’offrir une couverture totale du patrimoine héraldique des départements qui formaient, jusqu’à la réforme territoriale de 2015, la région Poitou-Charentes. Face à l’abondance des attestations relevées dans les premiers mois de travail, il a toutefois été nécessaire de restreindre l’aire d’enquête afin d’atteindre une couverture la plus homogène possible du phénomène sur un territoire donné. La recherche a donc porté essentiellement sur la ville de Poitiers et sur le département de la Vienne, avec quelques incursions dans les territoires limitrophes (département de la Charente et, surtout, des Deux-Sèvres) appartenant jadis au Poitou historique. Si l’inventaire dressé dans la phase préliminaire du projet recensait, dans toute la région Poitou-Charentes, une centaine de monuments caractérisés par des éléments héraldiques (pièces isolées ou décors plus complexes), à ce jour le catalogue des monuments « héraldisés » s’élève à 300 items uniquement pour la Vienne.

Clef de voûte aux armes de Pierre de Combarel. Beaumont, église Notre-Dame.

Clef de voûte aux armes de Pierre de Combarel. Beaumont, église Notre-Dame.

Datés entre la première moitié du XIIIe siècle et la première moitié du XVe siècle, les décors recensés appartiennent autant aux monuments les plus célèbres de la région (tels que l’abbaye de Saint-Savin-sur-Gartempe ou les Palais des Comtes de Poitiers) qu’aux œuvres d’utilité publique (ponts, remparts, halles et fontaines) et aux bâtiments résidentiels les plus communs (comme les maisons « armoriées » de Poitiers). Les écus désormais dépourvus de figurations héraldiques et ceux illisibles en raison de martelage ou de grattage sont également pris en compte documentant, d’un côté, des pratiques héraldiques peu connues (les armoires d’attente comme au château de Chalandray, par exemple), de l’autre, les réactions que ces images ont pu susciter à certains moment de l’histoire (à la Révolution, le bûchage systématique des armoiries aux fleurs de lys). Les pièces conservées hors de leur contexte d’origine font aussi l’objet d’études monographiques (c’est le cas des œuvres héraldiques conservées dans les réserves du Musée Sainte-Croix de Poitiers).

Au fur et à mesure que l’étude de cette masse documentaire avance, les informations élaborées sont organisées et rendues disponibles sur le site ArmmA (http://base-armma.edel.univ-poitiers.fr/) sous la forme de notices qui fournissent une description analytique et une interprétation des « unités » héraldiques répertoriées (210 notices ont été publiées à ce jour). La carte interactive affichée sur la page d’accueil du site constitue l’accès principal aux articles monographiques ; le lien peut être assuré à la fois par le biais de la navigation interne et par le moteur de recherche placé en contrebas. Dans cet espace les monuments s’annoncent d’abord par le biais d’icônes qui différencient les bâtiments répertoriées par types fonctionnels (château, église, édifice résidentiel…), ensuite par des onglets contenant une image de présentation et un bouton qui renvoie à la notice complète. Une sélection des monuments inventoriés sur la base de leur destination d’usage est également possible.

Clef de voûte aux armes de Charles de Norroy. Targé, église Saint-Gerorges, chœur.

Clef de voûte aux armes de Charles de Norroy. Targé, église Saint-Georges, chœur.

 Se conformant à une structure homogène, ces notices fournissent d’abord des informations de synthèse sur l’histoire monumentale et patrimoniale du bâtiment, pour passer ensuite à l’examen des éléments héraldiques conservés ou documentés à l’intérieur. Ces derniers sont décrits, identifiés, interprétés sur la base des documents textuels et des pratiques héraldiques connues, mais aussi en fonction de leur rapport avec l’espace architectural et, si c’est le cas, avec d’autres ornements présents dans le même bâtiment. Pour simplifier le repérage des éléments armoriés à l’intérieur de l’édifice, ces derniers sont numérotés. Les numéros d’identification sont donc transcrit sur le plan qui accompagne, quand il est nécessaire, la notice (voir, par exemple, les notices consacrées au château d’Angles-sur-l’Anglin et au clocher-porche de l’abbaye Saint-Maixent à Saint-Maixent-l’École). Les notices sont complétées par une bibliographie essentielle, formée par les sources et les études utilisées dans l’étude, et par une riche documentation photographique réalisée sur place au cours de nombreuses missions de terrain organisées afin d’examiner les décors héraldiques répertoriés dans leur contexte d’exposition. Des liens hypertexte permettent de renvoyer le lecteur à d’autres notices publiées dans la base ou à des sources textuelles, à des études et à des matériaux iconographiques disponibles sur le web, notamment dans d’autres bases consacrées à l’emblématique médiévale (Sigilla, Devise, Bibale etc.) (voir, par exemple, la notice sur l’église de Chatillon-sur-Thouet).

Les « notices monuments » sont accompagnées par des « notices armoiries » (à ce jour, la base en compte 720), qui s’affichent à la base des articles monographiques. Il s’agit de fiches synthétiques qui proposent l’« édition » de chaque élément héraldique inventorié : c’est-à-dire son blasonnement (les ornements extérieurs éventuels sont aussi mentionnés et décrits), son identification, sa chronologie (établie par tranches de quart de siècle), la description de son emplacement sur la base d’un thesaurus préétabli et l’indication de la techniques d’exécution (voir la notice sur les stalles des Jacobins de Poitiers). Ces fiches héraldiques sont complétées par l’image de l’armoirie dans son état actuel (ou documenté, quand il s’agit d’une pièce perdue mais relevée) et par sa reconstruction graphique avec la réintégration des couleurs (cette dernière est pour le moment réalisée par le biais de logiciels de dessin héraldique en accès libre sur internet, tel Héraldique 8.0).

Cul-de-lampe aux armes des Riom. Poitiers, Université SHA (provenant de l'église Saint-Paul, Poitiers).

Cul-de-lampe aux armes des Riom. Poitiers, Université SHA (provenant de l’église Saint-Paul, Poitiers).

Les indications qui complètent les « notices armoiries » génèrent des index qui sont interrogeables via le masque de recherche affiché sur la colonne de gauche de la page d’accueil. Il est ainsi possible de lancer une recherche par chronologie, par type de support armorié, par technique et par personnage/famille. Un deuxième masque de recherche est également disponible et permet d’effectuer une recherche avancée, combinant les indicateurs susmentionnés. Cet outil s’avère particulièrement efficace, entre autres, pour la recherche sur la commande artistique, permettant, par exemple, d’établir facilement la liste de représentations héraldiques relatives à une famille ou à un individu dans un laps de temps établi (ex. Pierre d’Amboise, 1475-1500). Enfin, un moteur de recherche est consacré à la recherche par termes de blasonnement, permettant de visualiser toutes les occurrences répertoriées de l’élément du blason recherché (partition, meuble, couleur) (ex. « lion de gueules »).


[10 février] Humanités numériques et bases de données emblématiques ARMMA – Armorial monumental du Moyen Âge

Humanités numériques et bases de données emblématiques

ARMMA – Armorial monumental du Moyen Âge

Vendredi 10 février 2017 à 14 h

au CESCM (salle Crozet)

affiche-journee-armmaLa journée, organisée à l’occasion de la mise en ligne de la Base ArmmA, a pour objet de présenter les bases de données, consacrées à l’héraldique et à l’emblématique médiévale, développées récemment au Centre d’Études Supérieures de Civilisation Médiévale de Poitiers.

Le programme ArmmA (ARmorial Monumental du Moyen Âge) a été initié en 2014 par le CESCM en partenariat avec la DRAC Nouvelle Aquitaine (ex Poitou-Charentes). Il s’applique à une catégorie d’images omniprésentes dans l’horizon visuel de l’homme médiéval mais en grande partie encore délaissées par la recherche scientifique : les décors héraldiques. Il vise précisément à établir, sur le long terme, un recensement complet et une étude scientifique de toutes les figurations héraldiques monumentales médiévales (fin XIIe-début XVIe siècle) produites dans les limites de la France actuelle.

L’enquête a débuté par un volet consacré au patrimoine héraldique du Poitou et prend également en compte les figurations disparues mais documentées et les pièces isolées conservées hors de leur contexte d’origine (collections des musées notamment). Chaque décor armorié a été étudié in situ et analysé en rapport avec son contexte monumental, fonctionnel, artistique, sémantique et patrimonial. L’objectif du programme n’est pas uniquement d’avancer dans la connaissance scientifique des pratiques héraldiques au Moyen Âge, mais également de contribuer à la valorisation et à la conservation d’un patrimoine iconographique méprisé ou en péril.

Voir le programme en ligne


PROGRAMME

13h30 – Accueil des participants

14h – Ouverture de la journée, introduction par Martin Aurell (Directeur du CESCM)

Interventions de Matteo Ferrari (CNRS-CESCM) et Laurent Hablot (EPHE Paris-SAPRAT)

14h15 – Présentation du programme ArmmA

15h – La base ArmmA : structure et fonctionnement

15h45 – pause café

16h – Deux cas d’études : les programmes héraldiques de l’abbaye de Nanteuil-en-Vallée et le décor disparu des Jacobins de Poitiers

16h45 – Les bases Devise et Sigilla

17h30 – Clôture de la journée

 

SIGILLA : Base numérique des sceaux conservés en France

SIGILLA : Base numérique des sceaux conservés en France

La base de données SIGILLA a pour objectif d’encourager et de fédérer les politiques de numérisation et de valorisation des collections de sceaux des institutions de conservation françaises au moyen d’une base de données nationale consultable en ligne.

Les thématiques concernées sont la sigillographie, diplomatique, histoire de l’art, héraldique, épigraphie, représentation du pouvoir, histoire des mentalités et des cultures, histoire des sciences et techniques, histoire des institutions, sauvegarde du patrimoine.

capture

Résumé du programme

Les sceaux constituent une source inestimable du patrimoine culturel européen, trop longtemps négligée et aujourd’hui en péril. Les moyens actuels offerts par l’image numérique et la diffusion internet permettent de valoriser cette ressource.

Le programme SIGILLA se propose d’élaborer une base de données illustrée des matrices,  empreintes, moulages et dessins des sceaux conservés dans les collections et archives françaises. Ce projet ambitieux offre aux chercheurs un outil uniformisé de consultation, d’analyse et de comparaison de cette source essentielle de l’histoire et garantit en partie la sauvegarde de ce patrimoine.

Il s’agit d’offrir aux institutions de conservation concernées les moyens nécessaires à la constitution de cette ressource : logiciel adapté à l’objet et aux outils de catalogage archivistiques ; grille d’analyse appliquée aux sceaux et aux problématiques actuelles de la sigillographie ; partenariats avec les institutions de recherches et d’enseignement pour la saisie et l’exploitation scientifique des données ; encadrement d’indexation collaborative ; élaboration d’une base de données nationale ; interopérabilité entre les grands projets d’humanités numériques.

Description du programme

Alors que la sigillographie connaît aujourd’hui, à l’échelle de l’Europe, un renouvellement épistémologique important stimulé par des publications, des colloques, des expositions et des initiatives de catalogage, d’inventaire et de numérisation, les dépôts d’archives français conservant une part majeure des empreintes et matrices existantes ne parviennent pas toujours, faute de moyens matériels et humains, à valoriser leurs collections de sceaux. La consultation de cette ressource est souvent problématique pour les chercheurs et la fragilité même de l’objet entraîne chaque année, malgré de prudentes restrictions d’accès et d’importants efforts de protection des objets, la disparition de plusieurs centaines d’empreintes dont la connaissance et la consultation seraient essentielles pour de nombreux domaines de recherche.

Face à ces besoins et à cette situation, la numérisation offre une évidente solution déjà mise en œuvre avec succès dans plusieurs dépôts d’archives. Ces initiatives, pour précieuses qu’elles sont, restent toutefois isolées et n’offrent d’ailleurs souvent que des solutions ponctuelles et locales, bien loin de rendre compte de l’importance et de l’intérêt des sceaux pour la médiévistique en particulier et l’histoire en général.

Notre programme se propose donc d’essayer de fédérer ces initiatives et de rassembler les acteurs de la conservation et de l’étude scientifique de cette source autour d’un outil commun prenant à la fois en compte les contraintes et les perspectives de l’objet.

Si tous les conservateurs sont conscients aujourd’hui de l’intérêt historique des sceaux et des problèmes de conservation qu’ils posent, beaucoup se trouvent démunis devant les méthodes de leur exploitation scientifique, les moyens de leur valorisation, l’ampleur et le coût de la tâche. Notre programme propose donc d’aider les institutions concernées à dépasser ces nombreux obstacles en mettant à leur disposition un ensemble de moyens pratiques : une base structurelle, des modes de collaborations pour la prise en charge de la saisie, un outil de diffusion publique commun sous forme d’une base de données consultable via un site internet, évolutif et adapté aux nouvelles technologies, interopérable avec les nombreux projets en cours, capable de collecter les informations déjà saisies.

Ce moissonnage des données déjà en ligne concernera en priorité les bases sigillographiques existantes en leur proposant, sans dénaturer leur action et leur développement propre, de rendre leurs données consultables sur SIGILLA, leur assurant une plus large diffusion, une mise en perspective par effet d’échelle et la possibilité d’y recueillir les informations complémentaires relatives à leurs propres fonds.

Le partenariat avec les grands programmes de numérisation des institutions nationales permettra de récupérer et de produire de métadonnées contribuant ainsi à alimenter l’information partagée sur le web.

Lire l’article : D’un sceau à l’autre

Innovations majeures

Inventorier. Dans le prolongement des grands catalogues sigillographiques des XIXe et XXe siècles, SIGILLA se propose de recenser toutes les collections publiques et privées de sceaux conservées en France par le moissonnage des catalogues imprimés ou numériques existants et la saisie systématique des données inédites. Ces opérations de collecte concertées avec les institutions et les collectionneurs permettront en retour d’enrichir et de valoriser les collections locales tout en rassemblant sur une base unique les données nationales.

Étudier. Les données sigillographiques, véritable trésor patrimonial et incroyable corpus d’images méconnues ou inédites, offrent d’inestimables données aux historiens, historiens de l’art, amateurs ou passionnés. La base SIGILLA a pour ambition de proposer un répertoire étendu et illustré d’informations jusqu’ici descriptives, dispersées ou inaccessibles. L’accès à ces données permet des approches renouvelées, thématiques et comparatives et dynamise la recherche sur le sceau.

Diffuser. La base SIGILLA est un outil intuitif, ergonomique et accessible à différents niveaux de compétences ou d’intérêts, de la recherche simple à l’étude experte. Offrant à tous la possibilité de puiser dans un vaste corpus d’images et d’informations, elle est autant un outil de recherche et d’enseignement qu’un support pédagogique innovant. Réalisation unique au sein des humanités numériques, elle intéresse la communauté scientifique internationale et offre un véritable modèle de développement, interopérable avec d’autres réalisations numériques, garantie de futures collaborations européennes.

Fédérer. Prenant en compte l’intérêt croissant des conservateurs pour les sceaux et les multiples projets locaux de catalogage, SIGILLA souhaite rassembler les initiatives nationales et internationales de collectes sigillographiques en cours et permettre, sous le patronage des spécialistes du sujet, la synergie des actions, des méthodes et des moyens au service d’un patrimoine méconnu et menacé. Cette action commune, conduite avec le soutien actif du Service interministériel des archives de France, assure la normalisation de l’information pour une meilleure exploitation des données à l’échelle nationale.

Innover. Programme issu des humanités numériques, SIGILLA propose plusieurs solutions innovantes tirant profit des nouvelles technologies pour renouveler l’étude des sceaux. L’information SIGILLA se fonde ainsi sur le sceau-type, image originelle d’un sceau donné compilant les informations des différentes empreintes conservées issues de la même matrice. Toutes les empreintes, ainsi que les moulages et dessins produits par ce sceau-type, sont systématiquement illustrés en 2D pour rendre compte de la sérialité et de la matérialité de chaque sceau. Par ailleurs, la restitution en 3D de certaines empreintes ou matrices et accessible sur la base, permet d’appréhender l’objet et d’en étudier les structures externes et internes. Des logiciels de reconnaissance d’images fournissent une recomposition numérique, à partir de fragments, des sceaux aujourd’hui disparus. Un programme de dessin et de reconnaissance des informations héraldiques renseigne spécifiquement ces données précieuses.

Valoriser. Objet d’intérêt et d’études, le sceau n’en reste pas moins un patrimoine en péril et une source méconnue de l’Histoire. SIGILLA souhaite, par un accès facilité à la documentation sigillographique, permettre découvrir et d’appréhender cette image vivante des sociétés médiévales et modernes. L’organisation d’un véritable partage des données entre institutions de conservations, chercheurs, enseignants, spécialistes et amateurs, l’attention portée sur les fonds sigillographiques, précieux ou plus communs, sauvegardés ou en danger, la possibilité de comprendre et d’appréhender ce fascinant objet, sont autant de moyens que SIGILLA met à la disposition de tous pour faire découvrir ou redécouvrir le sceau.

Mots clés : Humanités numériques, Base de données, site internet, sceaux, archives, diplomatique, patrimoine, interopérabilité, métadonnées.

Pour consulter la base : http://www.sigilla.org/

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Formes et fonctions de l’emblématique européenne (XIIe-XVIe siècle) : HDR de Laurent Hablot (5 décembre 2015)

Samedi 5 décembre 2015, 14h, dans les locaux de l’EPHE en Sorbonne, Laurent Hablot (Maître de conférences au CESCM) présente son dossier d’habilitation à diriger des recherches.

Composition du jury : Martin Aurell (président de jury, Université de Poitiers), Michel Pastoureau (garant, EPHE), Andrea Zajic (Université de Vienne, Autriche), Jean-Marie Moeglin (Université Sorbonne Paris IV), Michel Nassiet (Université d’Angers) et Frédérique Lachaud (Université de Lorraine)

Fred III et Giovanni bianchini détail
Fred III et Giovanni bianchini détail

Le jury a déclaré Laurent Hablot habilité à diriger des recherches, en ajoutant leurs félicitations officieuses et unanimes, à l’issue d’une soutenance aux discussions nourries, suivie par une assistance nombreuse.

Après avoir présenté de façon précise son parcours (la rencontre avec le système héraldique, son accueil au sein du CESCM, le choix de son sujet sur le partage héraldique et les pistes futures de recherche) et rendu un hommage appuyé à sa famille et à sa « parenté choisie », celle des héraldistes et des médiévistes, la soutenance a commencé, vivement orchestrée par Martin Aurell. Les qualificatifs élogieux sur le travail de Laurent Hablot ont plu durant l’après-midi : « impressionnant », « neuf », « opus magnum en quantité autant qu’en qualité », « ampleur des problématiques », « renouvellement de la recherche » ; le dossier était composé d’un mémoire de synthèse (le mémoire d’egohistoire) dont chacun a souligné la qualité du style et du contenu, empreint de sincérité et qui permet de très bien retracer la vocation-passion de Laurent Hablot pour le système de signes et de couleurs de l’héraldique médiévale dont il continue d’admirer la complexité et la souplesse d’adaptation. Un deuxième volume rassemblait une sélection de « seulement » 16 articles sur un total de plus de 70. Enfin, le mémoire inédit de plus de 800 pages portait sur la pratique du partage héraldique sous le titre des « Affinités héraldiques, concessions, augmentations et partages d’armoiries en Europe, XIIe-XVIe siècle ».

Chaque membre du jury a appelé de ses vœux la publication des recherches, sous la forme de livres qui développeraient le traité d’héraldique déjà publié par Michel Pastoureau. La démarche de L.H. qui fait de l’héraldique un facteur essentiel de la compréhension de la société médiévale a été unanimement saluée. Il a contribué, de manière décisive, à faire sortir l’héraldique d’une position encore trop marginale au sein des études historiques. Les projets nombreux qu’il pilote (Sigilla, ARMMA, Devise), les rendez-vous réguliers que sont devenues les « journées héraldiques » du CESCM, l’animation de la recherche et notamment la direction de 30 masters à Poitiers y ont fortement contribué, et ce n’est qu’un aperçu de l’infatigable activité de L.H.

La lecture du mémoire inédit, stimulante pour les membres du jury, a encore amené à proposer d’autres pistes de recherche que celles ouvertes par L.H. : quel a pu être l’apport de la littérature médiévale au développement de l’héraldique, les liens entre héraldique et diplomatique à propos de chartes de concession d’armes, devant notamment permettre de mieux appréhender les origines mal connues du système héraldique, mais aussi approfondir la question de la culture héraldique médiévale (qui, en effet, compose les signes ; qui est en mesure de les comprendre au Moyen Âge ?).

La soutenance a montré combien féconde est la recherche de L.H. et déjà plusieurs sujets de thèses attendent désormais leur chercheur. D’autant que de nombreuses pistes de recherche ont été soulevées, en plus de celles, déjà abondantes, que L.H. a l’idée de proposer à de futurs doctorants. L’habilitation à la direction des recherches vient ainsi logiquement donner le développement et l’ouverture mérités aux travaux entrepris par Laurent Hablot.

D’un sceau à l’autre

Du 1er septembre au 31 octobre 2015, nous accueillons Philippe Jacquet, ingénieur en sigillographie, membre du comité de pilotage du projet SIGILLA (base de données numérique des sceaux français) et membre associé du Centre Michel de Boüard-CRAHAM/UMR 6273 (CNRS/Université de Caen Basse-Normandie).

Après avoir été restaurateur de sceaux pendant près de 25 ans, Philippe Jacquet a entrepris une thèse de doctorat Interactions des pratiques sigillaires entre les chancelleries épiscopales dans l’Ouest de la France (Normandie et Touraine – fin du XIe – début du XIIIe siècle)

Le cœur du projet SIGILLA est de mettre à disposition des chercheurs et de toute personne intéressée par cette discipline, une base de données couvrant les différentes ressources sigillaires (empreintes, matrices, moulages, dessins…) en s’appuyant sur l’image et les dernières technologies numériques.

Cliché Ph. Jacquet avec image 3D en jaune
Capture d’écran Ph. Jacquet avec image 3D en jaune

Le programme SIGILLA vise à dépasser le simple catalogage illustré des sceaux pour proposer à terme un outil interactif de consultation, de comparaison et de recherche. L’ambition du projet est double, d’une part le sceau ou l’objet sigillographique est traité dans son contexte et sa matérialité sans omettre sa spécificité constitué par la présence de multiples informations liées à des domaines différents (Diplomatique, Héraldique, Épigraphie…..). D’autre part, la volonté est de fédérer l’ensemble des projets, qu’ils soient anciens et aboutis, ou contemporains en cours de réalisation, en une source homogène ou chaque contributeur pourra valoriser son approche et ses données. Ce dernier point est l’une des difficultés du projet puisqu’il impose d’associer des sources très variables comme les moulages du XIXe à des supports récents telle l’image 3D. Il impose aussi des techniques de saisie variant de la saisie unitaire, au moissonnage de grandes quantités de données pour les inventaires anciens.

La phase actuelle est la phase de vérification des méthodes de saisie qui mettra à disposition 2 000 cotes en décembre 2015, avant de lancer en 2016, le processus pour atteindre les 10 000 cotes cette même année puis l’objectif de 80 000 cotes sur quelques années. À terme, SIGILLA pourrait proposer plus de 400 000 occurrences.

C’est un projet ouvert qui s’appuie sur de nombreux partenaires venues d’horizons différents, cette multi-disciplinarité du projet est propre à renouveler la connaissance de l’usage du sceau.

Cliché Philippe Jacquet (ARES)
Cliché Philippe Jacquet

SIGILLA est la première base de données de sigillographie qui intègrera l’image 3D. Philippe Jacquet est un des spécialistes de la mise en œuvre de ces techniques au profit du sceau. Outre le recours à la lumière structurée, il maîtrise notamment l’usage de la tomographie, qui permet l’exploration interne du sceau grâce aux rayons X. Ces méthodes apportent depuis quelques années de nouveaux éléments à la compréhension de la construction du sceau et du contexte de son apposition.

Voir le billet sur le projet SIGILLA, dans le carnet COSME (Consortium Sources médiévales)

Pour contacter Philippe Jacquet : philippe.jacquet@ares-sigillographie.fr.