Archives par mot-clé : FESMAR

[29 mars] Journée d’étude : « Architectes et ingénieurs 1500-1600 »

Journée d’étude : « Architectes et ingénieurs 1500-1600 », organisée par Nicolas Prouteau (Maître de conférences en archéologie médiévale Université de Poitiers – Directeur-adjoint du laboratoire / CESCM, UMR 7302 du CNRS) et Alain Salamagne (Professeur d’histoire de l’architecture – CESR, UMR 7323 du CNRS), dans le cadre du programme FESMAR.

Date : Jeudi 29 mars 2018, 10h-17h30.

Lieu : CESR – Salle Rapin, Centre d’études supérieures de la Renaissance 59, rue Néricault-Destouches – 37000 Tours.

Dans sa thèse bien connue (Aux origines de l’artiste moderne, Paris, 1989) Martin Warnke soulignait que l’artiste cessant d’être un travailleur pour devenir serviteur du prince, abandonnait du même coup les contraintes et les systèmes de valeur propres aux métiers. La thèse a depuis lors été nuancée mais elle pose clairement la question du statut de l’architecte vers 1500, entre la ville et la cour, au service de grands commanditaires. Se développe aussi à partir de la Renaissance la figure de l’ingénieur, en relation avec la fortification des places fortes, la création de villes et les projets d’urbanisme. Ce fut le cas en Italie comme dans les anciens Pays-Bas et en France dès la première moitié du XVIe siècle. L’ingénieur italien, théoricien, homme de cour souvent, était d’abord un concepteur de projets mais restait très souvent éloigné de la pratique. « Deviseurs de bastimens » pour l’italien Fra Giocondo ou « faiseurs de chasteaulx » pour Dominique de Cortone, les Italiens mentionnés en France à partir du début du XVIe siècle posent aussi la question des relations entre la France et l’Italie. Mais d’autres encore, comme Bazille de l’Escole, attesté de Rhodes aux Pays-Bas, attestent que les références étaient désormais devenues internationales et que la figure de l’ingénieur était bien au centre de l’idée de la « révolution militaire » du XVIe siècle.

Maître maçon, architecte ou ingénieur, ce débat d’idée fut fondamental dans la première moitié du XVIe siècle lorsqu’au statut du maître maçon s’ajouta celui de l’architecte, dans un débat d’idée dont un ensemble de sources se fait l’écho. L’accent sera mis sur la question de la formation et des domaines de compétence des architectes et ingénieurs durant la période incriminée (1500-1600).

Programme :

9h45 Accueil

10h-13h :

Alain Salamagne (Professeur Université de Tours, CESR) En guise d’introduction, architectes-ingénieurs 1500

Florian Meunier (Docteur en histoire de l’art, conservateur en chef au département des Objets d’art du musée du Louvre) Les connaissances techniques des architectes français vers 1500 : l’exemple de Martin Chambiges et de son entourage.

Étienne Hamon (Professeur d’histoire de l’art médiéval, Université de Lille, UMR IRHiS) La maîtrise d’œuvre de la fortification de Paris à la fin du XVe siècle ; l’exemple du boulevard de la tour de Billy (v. 1470-1476).

Olivier Biguet (Conservateur du patrimoine, Ville d’Angers) Jean Delespine, architecte angevin de la Renaissance.

14h30-17h30 :

Clément Alix (Pôle d’archéologie de la ville d’Orléans / Chercheur associé CESR) Architectes à Orléans.

Pascal Brioist (Professeur d’histoire moderne, Université de Tours, Centre d’Études Supérieures de la Renaissance UMR/CNRS, 7323) La formation des ingénieurs entre Italie et France au XVIe siècle.

Raphaël Tassin (Ater Université de Poitiers – UFR SHA) L’activité des ingénieurs militaires italiens dans l’Est de la France (1540-1610).

Nicolas Prouteau (Maître de conférences en archéologie médiévale Université de Poitiers- Directeur-adjoint du CESCM) En guise de conclusion.

Télécharger le programme.

Contact : Marie-Laure Masquilier. 
            

[24-25 nov.] Nomination savante, nomination populaire des circonscriptions administratives et autres territoires juridictionnels

Programme de recherche Le lexique du territoire et la nomination des lieux dans les œuvres savantes et les sources documentaires, en latin, langues romanes et arabe (Fédération de recherches 3482-FESMAR).

Après une première réunion les 9 et 10 décembre 2016, destinée à organiser le programme de recherche et la mise en place des instruments pour constituer un lexique collaboratif, une journée d’étude, dont les actes ont vocation à être publiés, est organisée à Poitiers : elle portera spécifiquement sur le thème Nomination savante, nomination populaire des circonscriptions administratives et autres territoires juridictionnels.

Organisé par Stéphane Boissellier (CESCM) et Nathalie Bouloux (CESR)

Dates : 24 et 25 novembre 2017

Lieu : CESCM (salle Berger) – Poitiers

Les hommes donnent des noms propres à eux-mêmes, à d’autres êtres vivants qui leur sont le plus familiers (les animaux domestiques), à certains objets (les épées des chevaliers) et enfin aux lieux. Dans le dernier cas, ces noms peuvent être descriptifs, commémoratifs (d’un homme ou d’un événement) ou invocatoires (noms de saints notamment). Ils s’appliquent à l’origine à un lieu « ponctuel » (habitat ou élément bien caractérisé de l’environnement), en suivant des processus de nomination dont les acteurs nous échappent le plus souvent ; l’usage pesant d’un poids considérable dans l’emploi de ces toponymes, il est probable que ce sont les usagers eux-mêmes qui jouent un rôle déterminant, sinon dans le choix initial, au moins dans la perpétuation des noms.

La formation des territoires fait appel à des processus plus complexes mais plus accessibles documentairement, parce qu’ils impliquent une volonté collective, souvent concentrée et exercée par des autorités politiques. En ce qui concerne le nom propre de ces territoires, c’est le plus souvent un lieu particulièrement notable, déjà nommé donc obéissant aux mécanismes susdits), qui est choisi comme éponyme pour désigner la totalité du territoire, dont il constitue d’ailleurs souvent le « chef-lieu » ; le problème du « choix » est donc secondaire.

Mais ces territoires s’inscrivent dans un maillage de l’espace plus ou moins systématique, mis en œuvre par les autorités ; ils sont donc désignés aussi par un nom commun qui constitue une catégorie administrative (baillage, wilaya…). A priori, c’est la culture savante des milieux dirigeants qui préside au choix des vocables désignant les circonscriptions administratives – et plus encore pour les « territoires imaginaires » servant aux géographes à découper l’espace rationnellement et abstraitement.

Toutefois, la culture populaire peut jouer un rôle jusque dans la nomination générique des espaces, et ceci de deux façons. Tout d’abord, il existe des entités spatiales en étendue qui sont quasiment inconnues des autorités (les « quartiers » agricoles ou résidentiels au sein d’un terroir, ou les « pays » issus de vieilles divisions, notamment tribales, disparues auxquels les usagers restent attachés) ; certes, ces « territoires » n’ont pas un contenu politique, au sens institutionnel, et ne maillent pas forcément l’espace de façon exhaustive. Mais c’est plus encore par l’usage des différentes catégories de territoires (même dûment désignées par les autorités) que les populations peuvent intervenir : quand ils s’adressent à un notaire ou répondent à un enquêteur (ou encore quand des auteurs les font parler de façon réaliste, comme dans les fabliaux), les gens du peuple inscrivent leur vie dans un territoire officiel mais vécu (la paroisse, le hisn), aux dépens des circonscriptions plus abstraites (fiscales, militaires) ou trop grandes imposées par le pouvoir, lesquelles sont sur-représentées dans la documentation écrite et donc dans l’esprit des historiens…

 

Programme

 

Vendredi 24 novembre 14h-18h

Nommer les lieux étrangers et lointains, un mode d’appropriation ?

Lucie Malbos (université de Poitiers) : Des peuples aux royaumes en Scandinavie au haut Moyen Âge

Emmanuelle Vagnon (Cnrs Lamop Paris I) : Nommer les lieux sur les cartes marines : reflet de la pratique ou représentation politique ? (XIIIe-XVIe siècles)

Le lexique des circonscriptions administratives

Émilie Kurdziel (université de Poitiers) : La nomination des circonscriptions administratives dans les actes italiens des IXe-XIe siècles

Pause

Yassir Benhima (université Paris III–Sorbonne Nouvelle) : Organisation territoriale et nomenclature administrative au Maroc (XIIIe-XVIe siècles)

Sylvain Gouguenheim (ENS-LSH (Lyon) : Premiers aperçus sur le lexique territorial employé par l’Ordre teutonique en Prusse (XIIIe-XIVe siècles)

 

Samedi 25 novembre 8h30-12h30

 

Philippe Jansen (université de Nice – Sophia Antipolis) : Le districtus (contado ou terra) et ses subdivisions locales dans les statuts et les actes de la pratique en Italie centrale : de l’espace vécu à l’espace administré

Nommer les villes et les lieux dans les villes

Miguel Calleja (universidad de Oviedo) : Le lexique de l’espace urbain dans les chartes : León et Castille, XIIIe siècle

Pause

Régis Le Gall Tanguy : Nommer les rues : Quimper aux XIIIe-XIVe siècles

Harmony Dewez (université de Poitiers) : La topologie médiévale : entre droit, histoire et géographie

 

Contacts

Nathalie Bouloux : nathalie.bouloux@univ-tours.fr

Stéphane Boissellier : stephane.boissellier@univ-poitiers.fr