Archives par mot-clé : ESSEP

ESSEP, le retour – Poitiers, capitale mondiale des études épigraphiques.

Entre 2011 et 2013, le programme ESSEP (European Summer School in Epigraphy, Poitiers), financé pendant trois ans par l’agence européenne Erasmus, a réuni chaque été à l’Université de Poitiers une cinquantaine d’étudiants de master et de doctorat provenant de treize universités en Europe pour une formation intensive en épigraphie antique et médiévale. Cette expérience, unique à ce jour, constitue une grande aventure humaine et intellectuelle, en particulier grâce à l’énergie de Bertrand Goffaux et de l’équipe d’enseignants européens chargée d’animer les cours, les travaux pratiques et les visites.

Antonis Kaponis
Cliché Antonis Kaponis

Dix-huit mois après la clôture de la dernière édition, il ne s’agissait pas simplement de créer l’occasion pour les anciens élèves du programme ESSEP de se retrouver à Poitiers ; il s’agissait surtout, au-delà du plaisir de constater l’avancée de la formation et des travaux de chacun, d’échanger sur les questions méthodologiques et historiques qui animent la recherche en épigraphie antique et médiévale. Le défi a été relevé avec enthousiasme par les jeunes chercheurs qui ont répondu à l’invitation de Nicolas Tran, et l’excellence des présentations ainsi que la qualité des débats ne laissent aucun doute quant à l’impact des réflexions collectives menées durant les étés 2011, 2012 et 2013 à Poitiers.

Qu’est-ce qu’une inscription ? Qu’est-ce que l’épigraphie ? Qu’est-ce qu’un épigraphiste ? Les trois questions posées par Nicolas Tran dans son introduction ont reçu des réponses riches et contrastées au cours de présentations faisant alterner les époques historiques, entre Grèce archaïque et Occident médiéval, les formats, entre synthèses et études de cas, et les problématiques, entre histoire sociale et édition de textes. Dans tous les cas, les points communs et les divergences de forme et de contenu entre les inscriptions grecques, latines et médiévales ont une nouvelle fois éclairé la fonction sociale et la valeur esthétique des pratiques monumentales de l’écriture, et c’est tout l’intérêt que d’envisager, comme ce fut le cas pendant deux jours, de tels phénomènes sur la longue durée. Les réflexions globales, à grande échelle, n’ont cependant pas empêché les présentations d’offrir un grand niveau d’érudition quant aux questions paléographiques, linguistiques ou d’onomastique ; bien plus, elles ont démontré la nécessité d’une rigueur à toute épreuve dans l’élaboration des corpus, dans l’établissement des textes et des traductions, dans l’élaboration des critères de datation…

Les deux journées ont donc offert un panorama très large des recherches actuelles en épigraphie antique et médiévale au sein duquel on retiendra deux aspects essentiels. Le premier concerne l’apport des inscriptions pour le repérage, la définition et la connaissance de groupes sociaux particuliers, qu’il s’agisse de militaires, de vétérans, d’enfants… Entre lecture sociale des usages graphiques et prosopographie de certains ensembles d’individus, ces présentations ont démontré simultanément l’omniprésence de l’écriture épigraphique d’abord – comme si la « civilisation de l’épigraphie » ne concernait pas seulement l’Antiquité – et son utilisation tout à fait contextuelle ensuite, avec une mise en page, une graphie, un contenu et une localisation particulière. Le second aspect concerne l’attachement nécessaire aux questions de vocabulaire, des termes paléographiques décrivant la forme des lettres des inscriptions aux mots employés pour définir une problématique donnée. Le caractère polyglotte de l’assemblée qui assistait aux débats – une marque de fabrique d’ESSEP ! – plutôt que de résoudre ces questions en a au contraire affirmé l’importance, et a prôné l’utilisation de termes univoques et critiques.

Dans ses conclusions aux deux journées de présentations et de débats, Cécile Treffort a mis en valeur l’intérêt du regard croisé entre Antiquité et Moyen Âge, en ce qu’il fait émerger des thématiques nouvelles recherche et qu’il solidifie les méthodes. Elle a aussi constaté à quel point l’ambition première d’ESSEP, celle de créer à l’échelle européenne une communauté d’enseignants, d’étudiants et de savoirs en épigraphie antique et médiévale, avait été atteinte.

[1er-2 oct. 2015] Épigraphie antique et médiévale en Europe : pratiques et méthodes de jeunes chercheurs

Lors de la seconde quinzaine d’août 2011, 2012 et 2013, des épigraphistes poitevins réunis par Bertrand Goffaux ont organisé trois sessions d’une école d’été. Financée par l’agence Erasmus, cette European Summer School in Epigraphy – Poitiers (ESSEP) a suscité la rencontre de plus d’une centaine d’étudiants et d’une vingtaine d’enseignants-chercheurs, issus de neuf pays et de douze universités différentes.

ESSEP

Telle est l’expérience intellectuelle et humaine que les épigraphistes du Centre d’études supérieures de civilisation médiévale (CESCM) et de l’équipe Hellénisation et romanisation dans les mondes antiques (HeRMA) entendent prolonger, par le biais d’un colloque de jeunes chercheurs. Cette manifestation réunira des doctorants ou jeunes docteurs ayant participé à ESSEP, sans pour autant s’en tenir à une simple présentation de recherches en cours. Son intérêt devra résider dans une réflexion méthodologique et véritablement collective sur l’apport de la documentation épigraphique à l’histoire, à l’archéologie, à la philologie et à la linguistique antiques ou médiévales, sous toutes leurs formes.

Jeudi 1er octobre

9h – Nicolas Tran (Poitiers) Présentation et introduction

Session 1. Entre texte et matière, variété des approches épigraphiques        

Modérateurs : Adam Łajtar (Varsovie), Irene Berti (Heidelberg), Alexandre Vincent (Poitiers).

9h15 – Eleanna Karvagiotou (Athènes), Ancient Greek and Byzantine Epigraphy: A comparative study.

10h15. Anna Kordas (Varsovie/Lyon), La complémentarité des sources épigraphiques, archéologiques et littéraires de l’histoire économique du monde grec : l’exemple des instruments de vente.

11h15. Pause.

11h30. Eva Caramello (Poitiers), Annick Gagné (Poitiers/Québec), Savoir décrire pour analyser : des outils pour l’étude de l’esthétique des inscriptions à partir de l’exemple d’Avignon au Moyen Âge.

12h30. Discussions.

13h. Déjeuner.

Session 2. Éditer et interpréter les inscriptions

Modérateurs : Araceli Striano (Madrid), Franco Luciani (Venise), Delphine Ackermann (Poitiers).

14h. Aliki Theochari (Athènes), Antonios Kaponis (Athènes), Reading, Reconstructing and Interpretating Inscriptions: The Case of Several Unpublished Inscriptions from Cyclades.

15h. Felix Schulte (Heidelberg), Les décrets municipaux de l’Italie romaine.

16h. Pause

16h15. Laura Aho (Helsinki/Rome), Tracing ”the Why” in Sacred Dedications – Methods and Problems.

17h15. Pawel Nowakowski (Oxford/Varsovie), The Epigraphic Evidence for the Cult of Saints in Late Antique Asia Minor: Remarks on Creating a Catalogue of Previously Published Inscriptions.

18h15. Discussions.

Vendredi 2 octobre

Session 3. L’étude des inscriptions : linguistique et onomastique

Modérateurs : Bjørn Paarman (Fribourg), Nicolas Tran (Poitiers), Estelle Ingrand-Varenne (Poitiers).

9h. Sandra Cruz (Madrid), Violeta Gomis (Madrid), The relationship between Greek linguistics and epigraphy: some examples from Paros and Pompeii.

10h. Paloma Guijarro (Madrid), Silvia Tantimonaco (Venise/Barcelone), L’apport de l’épigraphie à l’étude des dialectes grecs et du latin des provinces.

11h. Pause.

11h15. Urpo Kantola (Helsinki), Tuomo Nuorluoto (Uppsala/Helsinki), Name and Context: A Survey on Roman Name Types as Represented in Late Republican and Early Imperial Epigraphic Sources.

12h15. Discussions.

12h45. Déjeuner.

Session 4. L’étude des inscriptions : histoire, institutions, mentalités

Modérateurs : Olli Salomies (Helsinki), Anna Heller (Tours), Vincent Debiais (Poitiers).

14h – Charalampos Chrysafis (Athènes), Epigraphy and the Antigonid Garrisons in Mainland Greece and the Aegean.

15h – Georgios Valsamakis (Athènes), The Installation of Veterans in the Provinces of Achaia and Macedonia through the Epigraphic Evidence (1st c. B.C. – 3rd c. A.D.).

16h – Pause.

16h15 – Sara Borrello (Venise), Clara Stevanato (Venise), Pauline Maouchi (Poitiers), Commémorer les membres de la domus : méthodologie de l’étude des inscriptions funéraires dédiées aux femmes, aux enfants, et aux animaux familiers.

17h15 – Discussions et table-ronde conclusive animée par Yves Lafond (Poitiers) et Cécile Treffort (Poitiers).

Lieu : CESCM –  Hôtel Berthelot, salle Crozet

24 rue de la chaine – 86000 POITIERS

index  logo CESCM herma

logo CNRS                                    IUF

 

 

Pierre, feuille, ciseau …

Ateliers taille de pierre, dessin et estampage.

Un des multiples intérêts du programme ESSEP (European Summer School in Epigraphy) est d’ajouter aux conférences, exercices et visites sur le terrain (Aulnay, Saintes, Bordeaux) ou dans les musées (Musée Sainte-Croix à Poitiers, Musée d’Aquitaine à Bordeaux) une formation technique.

La première et la plus commune est la photographie. Isabelle Fortuné a ainsi initié les étudiants à l’art de la prise de vue les années précédentes.

Le deuxième atelier était plus spécifique à l’épigraphie : deux enseignants (Delphine Ackermann et Antonio Pistellato) ont montré les différentes techniques de relevé.

Cliché Marina Paniagua

Complémentaire du cliché et du dessin, l’estampage papier permet d’obtenir une empreinte exacte de l’inscription gravée en creux, facile à transporter et à archiver.

Une fois la feuille appliquée sur une pierre nettoyée, il faut humecter le papier et frapper des petits coups sur la pierre à l’aide d’une brosse, en commençant par le haut du texte. Cette opération répétée permet au papier de bien adhérer et de rentrer dans chaque ciselure.

Une fois sèche, on enlève délicatement la feuille de papier.

1186710_10151576042510009_1571238167_n
Cliché Marina Paniagua

Dans la trousse du parfait épigraphiste, il y a donc : outre la petite lampe torche pour examiner les pierres à la lumière rasante et accentuer l’ombre des reliefs, un appareil photo, une brosse, une éponge, du papier non collé pour l’estampage, et le matériel à dessin pour le relevé in situ (feutre fin indélébile, scotch adhérent à tout matériau, papier transparent type papier-fleuriste, ciseaux).

Le troisième atelier – le plus original – fut l’initiation à la taille de pierre, sous la direction de Thierry Grégor, enseignant en maçonnerie à l’EREA de Saintes, diplômé d’un brevet de maîtrise de taille de pierre et maçon.

_SCU1839
Cliché J-P Brouard/CESCM

Une présentation rapide est faite des divers outils de la taille de pierre (pointe, ciseau, ciseau à grain d’orge, ciseau à bout rond, chasse, gradine, massette, taillant, têtu, pique, chemin de fer, râpe, scie etc.).

Ceux-ci n’ayant connu que peu d’évolution en vingt siècles, il est aisé de resituer les techniques dans leur contexte historique, mais bien difficile de dater grâce à ces mêmes outils. Bien armé, chaque stagiaire s’essaie à la taille sur des blocs de calcaire ou de marbre, les types de pierre les plus généralement utilisés avec le grès.

Avant de travailler son support, le tailleur prépare son bloc, détermine le champ épigraphique par un cadre et des réglures (traits horizontaux et verticaux formant un quadrillage serré pour dessiner parfaitement les lettres). Un autre choix à faire concerne la profondeur, qui va du simple graffiti à une taille dans la pierre parfois profonde, certaines inscriptions pouvant même être à l’inverse en relief.

Certaines techniques de taille permettent de renforcer la lisibilité de l’inscription, comme l’ancrage (en insérant du métal dans les creux) ou la mise en couleur, qui accentue la lisibilité (la coloration d’une ligne sur deux, par exemple, donne une impression de polychromie).

1185321_10151568841285009_721801889_n
Cliché Marina Paniagua

Le lapicide commet aussi des erreurs et l’on rencontre quelques cas rares de corrections ou d’effacements.

Dans la peau d’un tailleur de pierre dans l’Antiquité ou au Moyen Âge pendant une après-midi, étudiants et enseignants ont pris conscience de manière très concrète des difficultés et contraintes techniques, et des précieux indices que peut fournir une bonne observation du support, des traces d’outils, des marques d’usure etc.

Une expérience riche et souvent inédite pour ces stagiaires, montrant combien l’épigraphie est au carrefour de multiples disciplines (histoire, histoire de l’art, archéologie, paléographie, linguistique etc.), et demande une formation des plus complètes : c’est tout le but du programme ESSEP.

 

ESSEP 2013 : last but not least

La session 2013 de l’European Summer School in Epigraphy (ESSEP) s’est déroulée du 18 août au 1 septembre dernier. Pour la troisième année consécutive, Poitiers a donc vu se réunir des étudiants et des enseignants venus de neuf universités européennes : Athènes, Heidelberg, Helsinki, Louvain, Madrid, Newcastle, Poitiers, Varsovie et Venise. Pendant deux semaines, entre tables rondes, excursions et ateliers pratiques, chacun a pu en apprendre davantage et échanger autour du thème de l’épigraphie antique et médiévale.

82-00017548-300_1371110104084Pour les étudiants, le maître-mot de cette rencontre a probablement été « poster ». En effet, répartis en équipes, tous ont travaillé à la réalisation de panneaux explicatifs sur des thèmes aussi variés que « rôle et statut des femmes dans les inscriptions », « écrire sur les objets » ou « épigraphie et anthroponymie ». L’ensemble de ce travail donne lieu à une exposition intitulée « Epigraphies européennes », visible dans le hall de la BUSHAMA jusqu’au 10 septembre 2013.

Les étudiants ont partagé leur temps entre travaux de groupes, conférences et ateliers pratiques. Tables rondes et exercices ont permis de mieux comprendre les enjeux actuels en matière d’épigraphie. L’un des atouts majeurs d’ESSEP est la vision diachronique mais également transculturelle qu’elle propose puisque la session traîte à part égale des inscriptions grecques, romaines et médiévales. Les sessions intensives ont été complétées par de nombreuses visites à Poitiers, Saintes et Bordeaux, en musée ou directement sur site. La visite d’un atelier de tailleurs de pierre (Saintes) ou celle des réserves épigraphiques du musée d’Aquitaine (Bordeaux) sont autant de moments uniques rendus plus agréables encore grâce à l’accueil chaleureux de professionnels ravis de faire partager leur savoir et leurs compétences. Ces visites sont également le moyen de faire découvrir aux étudiants étrangers la richesse historique et patrimoniale de la France.

DSC_0031

En plus d’offrir une formation de qualité, ce qui rend ESSEP unique c’est la richesse de l’expérience humaine qu’elle propose. Tout essepien vous le dira, cette formation est une grande aventure  qui se déroule sous le signe de la diversité linguistique et culturelle. Le soir venu, la fermeture des salles de cours ne provoque pas la séparation du groupe, bien au contraire. Discuter, boire un verre ou prendre un pique-nique deviennent vite les rendez-vous quotidiens et permettent de faire naître de réelles amitiés européennes. Passées deux semaines, c’est toujours le cœur serré que le groupe se sépare sur les quais de la gare et il ne reste alors plus qu’à espérer que 2015 continue d’agrandir la famille essepienne, à Poitiers où ailleurs…

 

[18 août-1er septembre] ESSEP 2013

La session d’ESSEP 2013 a lieu du 18 août au 1er septembre.

82_00017533European Summer School in Epigraphy – Poitiers (ESSEP) est un programme intensif Erasmus qui a pour objectif de former des étudiants à l’épigraphie antique et médiévale, dans une perspective diachronique et transculturelle. Cette discipline, qui étudie les inscriptions ou textes exposés à la vue de tous sur les supports les plus divers, monuments ou objets mobiliers, n’est en général jamais enseignée de manière croisée par les spécialistes de différentes époques et aires culturelles.

Ce programme, coordonné par l’université de Poitiers et regroupant des étudiants et enseignants issus de dix autres universités européennes, cherche à briser cet isolement disciplinaire.

Il s’adresse aux étudiants européens de master ou de doctorat en histoire, archéologie, histoire de l’art, lettres, ou sciences humaines en général, afin de leur permettre à la fois de maîtriser les techniques propres à l’épigraphie et de comprendre les enjeux historiques, artistiques, culturels et patrimoniaux que recouvrent les inscriptions dans les différentes sociétés.Base_votive_victoire_aux_Panathenees_IVe_s-_a-C-_Athenes_Musee_archeol-_cat-_242_

Reconnue par toutes les universités partenaires, cette formation met l’accent sur l’enrichissement mutuel des étudiants issus de huit pays européens, qui sont appelés à travailler en équipe.

Rome-pantheon-zoom