Archives par mot-clé : Épigraphie

In-scription : la revue d’études épigraphiques du CESCM est en ligne

Au moment où le Corpus des inscriptions de la France médiévale effectue son passage au numérique avec mise en ligne et base de données, il ne manquait plus qu’un lieu pour publier en ligne les articles consacrées aux inscriptions du Moyen Âge. C’est chose faite depuis quelques jours avec l’ouverture en libre accès d’In-scription – revue en ligne d’études épigraphiques.

capture-decran-2016-11-25-a-15-53-27

La revue In-Scription: revue en ligne d’études épigraphiques a ouvert ses pages au public le 23 novembre dernier. Elle constitue le premier lieu de publication en ligne de textes scientifiques consacrés à l’étude des écritures médiévales en dehors du monde manuscrit, et en particulier à celle des inscriptions médiévales. Elle est animée par l’équipe du Corpus des inscriptions de la France médiévale de Poitiers et entend favoriser la publication dans des délais courts de textes originaux en français et dans d’autres langues étrangères, produits notamment par de jeunes chercheurs. Un comité de lecture évalue la qualité et la pertinence des textes, et sollicite des expertises extérieures le cas échéant. La revue publie les textes (exportables gratuitement au format PDF) au fil de l’eau afin de mettre les travaux le plus rapidement possible à disposition d’une communauté scientifique qui possède aujourd’hui assez peu de journaux spécialisés. Il ne pouvait pas en être autrement : le premier texte mis en ligne est un travail de Robert Favreau, père de la discipline épigraphique en France, consacré aux inscriptions médiévales sur les grandes routes de pèlerinages.

Sans sacrifier aux exigences des publications scientifiques, la revue In-scription propose un outil simple et efficace aux auteurs qui peuvent envoyer des propositions d’articles à tout au moment aux éditeurs de la revue. Organisée en « livraisons », la publication ne répond à aucune contrainte en termes de régularité et les articles sont mis en forme puis en ligne dès leur acceptation par le comité de lecture. Exclusivement électronique, la revue n’impose pas aux auteurs de limite dans le nombre des images et des illustrations. Grâce à cette souplesse, la revue In-scription a pour ambition de mettre à disposition de nombreuses études originales permettant de faire progresser les connaissances dans le domaine de la culture écrite médiévale, en particulier quand elle s’exprime dans les inscriptions, sur les sceaux, sur les monnaies, etc. De la même façon, les études traitant des « frontières chronologiques » du Moyen Âge (Antiquité tardive et époque moderne) sont les bienvenus.

Les auteurs sont invités à consulter le site de la revue pour connaître les consignes de préparation des textes et à adresser leurs travaux à l’éditeur par courrier électronique.

Site web de la revue : http://in-scription.edel.univ-poitiers.fr/

[23 novembre] Matière, matériau, support : Les pages de l’écriture exposée

Séminaire permanent sur l’écriture médiévale en dehors du monde manuscrit – 2016-2017

Le CESCM accueille à partir de cette année un nouveau rendez-vous épigraphique. La première séance aura lieu à Poitiers le mercredi 23 novembre 2016 à l’initiative de Vincent Debiais, chargé de recherche au CNRS, qui nous en dit plus sur cette manifestation.

9

Comment est née l’idée de ce « séminaire permanent » d’épigraphie ?

Les questions sur l’écriture médiévale en dehors du monde manuscrit concernent au premier chef l’épigraphie et l’étude des inscriptions, mais aussi bien d’autres domaines de la culture du Moyen Âge ; elles intéressent également les spécialistes d’héraldique, de sigillographie, les historiens de l’art, les linguistes… Or, les occasions « académiques » pour que les étudiants, chercheurs et enseignants concernés par l’écriture en dehors du monde manuscrit se rencontrent, échangent et réfléchissent librement sur les enjeux historiques et culturels de ces questions sont trop peu nombreuses, notamment en France. D’où l’idée de créer à Poitiers un lieu et un temps de rencontre propice aux discussions collectives sur les grandes questions encore à explorer dans le champ de l’épigraphie, et plus généralement de l’écriture exposée au Moyen Âge.

À qui ce séminaire s’adresse-t-il ?

Le principe du séminaire permanent sur les écritures non manuscrites est celui d’une grande liberté institutionnelle et intellectuelle. Il est ouvert librement à toute personne intéressée par ces questions, sans condition de statut ou de rattachement institutionnel. Pour des raisons pratiques d’organisation, il est préférable de me contacter avant les séances, mais nous accueillerons très volontiers tous les chercheurs désireux d’échanger. Les séances sont destinées à créer les conditions d’une discussion très libre sur le thème de l’année à partir des lectures qui seront proposées, des exemples soumis par les participants, et des présentations, formelles ou informelles, de certains d’entre eux. La prise de parole y est tout à fait libre, et toutes les suggestions sont les bienvenues.

Quel est le thème retenu pour ce premier séminaire ?

Au cours des trois séances de l’année universitaire 2016-2017, nous nous intéresserons au thème suivant : « Matière, matériau, support : les pages de l’écriture exposée (autour du préfixe épi- dans épigraphie) ». Il s’agit de revenir sur la définition de l’épigraphie et de l’inscription dans le contexte de la culture écrite médiévale, en essayant de formaliser ce qui distingue, ou au contraire ce qui rapproche, les pratiques épigraphiques des autres formes d’écriture au Moyen Âge. Une page de pierre est-elle conçue et utilisée comme une page dans le monde manuscrit ? Qu’est-ce qu’un support dur et durable ? Quels sont les liens entre la forme et la fonction d’une inscription ? Les méthodes de l’épigraphie peuvent-elles emprunter aux autres sciences auxiliaires de la médiévistique ? Nous repartirons des définitions traditionnelles de l’épigraphie médiévale et nous les mettrons à l’épreuve de la documentation et de nos propres pratiques de la recherche. Il s’agit moins de proposer de nouveaux modèles que de faire la liste des questions encore à traiter, d’affiner nos usages du vocabulaire technique, et de voir en quoi l’écriture en dehors du monde manuscrit peut fournir des éléments originaux à notre connaissance de la culture écrite médiévale.

La première séance aura lieu le 23 novembre. Comment va se dérouler cette journée ?

Après un tour de table, une introduction présentera à la fois le principe général du séminaire et le thème de cette année. À la suite de quoi, nous aurons la chance de partager les réflexions de Teemu Immonen, enseignant à l’Université de Turku (Finlande) et chercheur invité au CESCM, au sujet de la pratique du titulus entre manuscrit et épigraphie. La matinée se terminera par un premier temps de discussion. L’après-midi verra la présentation de dossiers et d’études de cas de la part de tous les participants, en fonction de leurs intérêts et de leurs thèmes de recherche, avant un nouveau temps de discussion. Un emploi du temps assez souple donc, pour permettre de grandes plages d’échanges.

Où peut-on trouver toutes les informations sur ce séminaire ?

La manifestation a été présentée assez longuement sur le carnet de recherche du projet EPIMED (https://epimed.hypotheses.org/245). Les deux autres séances de l’année auront lieu le 3 février et le 2 juin 2017, toujours au CESCM, et le programme de ces deux rencontres sera publié sur le carnet de recherche du CESCM et sur celui d’EPIMED. J’invite chaleureusement toutes les personnes intéressées à me contacter par courrier électronique afin que j’ajoute leurs coordonnées à la liste de diffusion du séminaire permanent. Pour les personnes ne pouvant se rendre à Poitiers pour le séminaire, nous diffuserons le séminaire par Skype ; j’invite toutes les personnes intéressées à me contacter pour obtenir l’accès à cette diffusion.

contact : vincent.debiais@univ-poitiers.fr

Voir le programme de la journée

Elisa Pallottini et les inscriptions

Elisa Pallottini, dost-doctorante, est au CESCM pour 1 mois : elle nous explique dans quel cadre elle est invitée par Estelle Ingrand-Varenne et Martin Aurell au CESCM.

Cliché V. Ernst-Maillet-CESCM
Cliché V. Ernst-Maillet-CESCM

Dans quel cadre votre séjour s’inscrit-il ?

Je suis actuellement en post-doctorat à l’Université d’Utrecht (Pays-Bas). Je travaille dans le cadre d’un projet VIDI financé par le Conseil néerlandais de la recherche scientifique, consacré à l’étude des débats concernant les reliques dans l’Occident médiéval à travers l’analyse des sources écrites et de la culture matérielle. Ce projet est dirigé à Utrecht par Janneke Raaijmakers, maître de conférences en histoire médiévale, et rassemble une équipe de trois chercheurs (Janneke Raaijmakers, Jelle Visser et moi-même). Parce que ce projet comporte une dimension épigraphique essentielle, l’Université d’Utrecht a établi au commencement du travail une collaboration avec le Centre d’études supérieures de civilisation médiévale en raison de son expertise dans le domaine et de la documentation à disposition. Mon séjour s’inscrit dans le cadre de ce partenariat et bénéficie des ressources matérielles et humaines du CESCM.

En quoi consistent vos recherches ?

À l’intérieur de ce programme, mon projet de post-doctorat concerne l’étude des inscriptions en lien avec les traces de la culture matérielle de la vénération des saints et du culte des reliques. Il s’agit donc d’une approche épigraphique des reliquaires et des artefacts utilisés dans la pratique dévotionnelle. Pour mener à bien cette recherche, qui prend une place de plus en plus importante au sein du projet VIDI, je rassemble et j’analyse les témoignages épigraphiques qui me permettent d’entrevoir le statut, la fonction et la réception des reliques dans la culture médiévale. Mon travail est donc celui d’un recensement, mais surtout d’une interprétation historique, sociale et religieuse des traces écrites sur ou près des reliquaires. Il s’inscrit dans les tendances actuelles de la recherche en histoire et en histoire de l’art concernant ces objets et j’espère pouvoir apporter des éléments de réponse à propos du rôle de ces inscriptions dans la pratique du culte des reliques.

De façon plus générale, je cherche aussi à comprendre quel est le rôle de l’écriture épigraphique au sein de la literacy médiévale.

Pourquoi Poitiers ?

En Europe, les études épigraphiques sont aujourd’hui très dispersées et peu de centres de recherche offrent les moyens documentaires pour mener à bien une étude comme la mienne. Poitiers, grâce à l’expérience et aux activités de l’équipe de recherche sur l’écriture épigraphique, fait partie de ces centres documentaires, et c’est tout naturellement que mes pas se sont dirigés vers le CESCM, un lieu que j’avais déjà eu l’occasion de fréquenter dans le cadre d’un post-doctorat précédent.

La bibliothèque spécialisée présente une collection unique pour les études épigraphiques ; le recensement de toutes les inscriptions françaises et le fonds photographiques sont également de précieux outils pour mener à bien ma recherche. Je profite également des échanges quotidiens avec les membres du CESCM, en particulier avec Estelle Ingrand-Varenne, Cécile Treffort et Vincent Debiais.

C’est donc un retour ?

En effet. Et je pense que les chercheurs qui travaillent aujourd’hui en épigraphie médiévale sont amenés à venir et revenir à Poitiers. Les conditions de travail, la tradition épigraphique du lieu et les possibilités d’échanger sur les questions de culture écrite sont autant de points d’intérêt pour qui mène des recherches comme la mienne.

Soutenance de thèse de Manon Durier, CESCM (19 février 2016)

Les monuments funéraires dans le diocèse de Limoges (XIe-XIIIe siècle). Échos d’un idéal religieux.

Le 19 février 2016, Manon Durier soutenait en salle René Crozet sa thèse consacrée aux monuments funéraires des XIe-XIIIe siècles en Limousin, en présence d’un jury composé de Claude Andrault-Schmitt et Cécile Treffort (co-directrices de recherche), Brigitte Boissavit-Camus (présidente ; Université Paris Ouest – Nanterre La Défense), Quitterie Cazes (Université Toulouse Jean Jaurès), Jean-Loup Lemaitre (EPHE) et Philippe Plagnieux (Université Paris I Panthéon-Sorbonne – École nationale des chartes).

SONY DSC
Epitaphe de l’abbé Ramnulphe à Lesterps (cl. : M. Durier)

Le travail proposé par Manon Durier est le fruit d’une recherche pluridisciplinaire alliant une démarche résolument archéologique – qui s’illustre notamment à travers le corpus de monuments réunis –, et une réflexion sémantique relevant d’une approche plus strictement historienne. Le monumentum et l’imago ont ainsi été mis à contribution pour offrir une définition du monument funéraire qui donne toute sa direction au traitement du sujet : M. D. l’envisage comme une « sculpture signalant l’emplacement d’une tombe et/ou célébrant la mémoire d’un défunt ». Les 283 monuments étudiés font dès lors tous preuve d’une maîtrise technique ou artistique dans leur mise en œuvre, induisant une analyse qui repose finalement en grande partie sur la possibilité de se raccrocher à une forme, un tracé ou une représentation.

Inscriptions funéraires et pierres tombales aux contours et aux décors variés (en bâtière, ornées d’une simple croix, gisants, etc.) se côtoient dans un volume annexe, illustré de photographies dont la grande qualité est une invitation au lecteur à examiner l’objet. Beaucoup de ces monuments, chichement ornés et taillés dans le gris granite limousin, peuvent paraître bien ingrats et peu enclins à susciter le désir du chercheur. Il fallait oser s’y attaquer, et cela a été bien fait, dans un équilibre maintenu avec les pierres inscrites, si « parlantes » qu’elles auraient aisément pu dominer le propos. Le corpus constitué se détache par les formes envisagées et par la chronologie qu’il couvre de la zone de confort des travaux sur le monument funéraire, très empreints de la figuration des morts, et par là-même bien souvent axés sur les XIIIe-XVe siècles. L’originalité de l’étude se situe également dans l’espace considéré, le vaste diocèse de Limoges, dont M. D. a su cerner les spécificités en termes de spiritualité et de culture religieuse. Celles-ci s’expriment dans une documentation nécrologique abondante, ou encore un grand nombre de lanternes des morts, qui parsèment un territoire particulièrement pénétré du pouvoir intercesseur des saints. Sur fond de recherche intense de salut, le monument funéraire se révèle alors être l’« écho d’un idéal religieux », celui de la communion de l’Église, qui réunit morts et vivants, clercs et laïcs, en des lieux et temps définis par la théologie chrétienne.

Les choix méthodologiques et orientations analytiques de M. D. ont suscité des discussions pendant près de quatre heures. Il a notamment été question des difficultés à dater un grand nombre de ces monuments, inhérentes à la sobriété formelle de certains d’entre eux et aux flottements des critères paléographiques en épigraphie médiévale. La discussion chronologique devra assurément se poursuivre dans le sens adopté par M. D., qui, comme l’a souligné Quitterie Cazes, a évité l’écueil d’un raisonnement circulaire induit par la notion de typologie. La réflexion sur le sujet pourra également faire l’objet d’autres prolongements, sur le monument funéraire en tant qu’expression de l’individualité du mort vis-à-vis de la communauté (Cécile Treffort), ou encore sur les tombeaux des saints, dont la mise à l’écart – bien que mûrement réfléchie – a été regrettée par Jean-Loup Lemaitre. Ces questionnements (re)lancés pendant la soutenance sont ceux d’observateurs qui, tout en saluant l’esprit de synthèse de M. D., ont formulé à plusieurs reprises leur souhait d’en lire et d’en savoir toujours davantage.

Le lecteur de la thèse sera finalement sensible aux précautions épistémologiques prises par son auteur (Claude Andrault-Schmitt) et à la mise en perspective méthodologique de son objet d’étude (Quitterie Cazes), à un travail qui maîtrise et renouvelle une historiographie bien ancrée (Cécile Treffort), dépassant la compréhension unilatérale du monument funéraire comme commémoration (Brigitte Boissavit-Camus) et incitant à la remise en question des grands principes d’analyse sur le tombeau médiéval (Philippe Plagnieux). Il constitue dans le même une temps contribution notable à l’histoire médiévale du Limousin (Jean-Loup Lemaitre). La communauté scientifique dispose désormais d’une étude régionale qui servira de référence à des recherches ultérieures sur le monument funéraire.

Les formulations répétées et nourries portant sur les qualités de la thèse soutenue ont été suivies d’une brève délibération du jury, à l’issue de laquelle Manon Durier s’est vu accorder le titre de docteur avec la mention très honorable, assortie des félicitations.

 

La croisée des signes : Habilitation à diriger des recherches de Vincent Debiais, CESCM-CNRS (4 décembre 2015)

Vendredi 4 décembre, 14h (CESCM, salle Crozet), Vincent Debiais, chargé de recherche au CNRS (CESCM), présente son dossier d’habilitation à diriger des recherches.

Composition du jury  : Daniel Russo (président de jury, Université Dijon-Bourgogne), Éric Palazzo (garant, Université de Poitiers), Herbert Kessler (Université Johns Hopkins), Cécile Treffort (Université de Poitiers), Geneviève Bührer-Thierry (Université Paris 1-Panthéon Sorbonne), Gaëlle Viard (Université Aix-Marseille 1).

Tapisserie de la création de Gérone (cathédrale), fin XIe début XIIe s.
Tapisserie de la création de Gérone (cathédrale), fin XIe début XIIe s.

Partant du constat de l’omniprésence de l’écriture dans l’image médiévale, deux questions, simples dans leur formulation mais complexes et audacieuses dans leurs implications, sont au centre de l’essai de Vincent Debiais. Qu’est-ce que l’écriture dans l’image ? – ce qui revient à poser la question des implications intellectuelles et sémiologiques de la coprésence de signes iconiques et alphabétiques au sein d’une même construction visuelle ou plastique. Quels sont les effets de cette coprésence sur la forme et le sens de l’objet ainsi généré ? – ce qui revient à étudier ce que produit l’écriture pour l’image. C’est à cette double interrogation que le mémoire inédit intitulé La croisée des signes. L’écriture dans les images monumentales médiévales (88-1200) tente de répondre, en se focalisant sur les inscriptions, dans une acception large (la croix de Mayence, la tapisserie de Gérone, l’autel portatif de Roda, la patène et du calice de Saint-Godehard d’Hildesheim, les peintures murales de l’abside de Sainte-Eulalie d’Estaon…).

L’étude des rapports entre le texte et l’image a été un thème privilégié de recherche, en histoire, en histoire de l’art et en littérature au cours des années 1980-2000. Herbert Kessler rappelait qu’en 1986 il prononçait une conférence sur le thème « visibility of words in monumental art », mais les réponses apportées alors étaient bien naïves – selon ses propos – alors que le travail de VD apporte une contribution décisive sur la rencontre entre le matériau et le signe, l’institution de l’œuvre par le façonnement de l’écriture et de l’image.

L’essai de VD s’articule en quatre temps, voire quatre rythmes avec pour ligne directrice l’ontologie selon Daniel Russo. La toile de fond biblique et patristique tout d’abord présentée montre que de la Genèse à l’Apocalypse de Jean, la dimension graphique de la révélation est omniprésente, dans les manifestations de la divinité, dans les modalités de son action sur les hommes, dans la définition de son être, dans les procédés narratifs fondant la Tradition. Un Dieu-Logos (Genèse, Prologue de Jean) et un Dieu-Littera (révélation au Sinaï et vision de l’Apocalypse) : cette dualité structure la toile de fond idéel au sujet de la représentation au Moyen Âge et des capacités respectives de l’écriture et de l’image à devenir signe de la Vérité.

Saint-Savin, Noé sortant de l'arche (cliché CESCM)
Saint-Savin, Noé sortant de l’arche (cliché CESCM)

Ces conceptions commandent l’emploi de dispositifs particuliers, de solutions graphiques signifiantes qui sont autant d’empreintes laissées par le processus créatif au sein de l’œuvre, montrant un discours réflexif sur la matière et ses capacités à figurer. VD détaille ainsi les différentes modalités de la représentation (montrer et enseigner ; dévoiler et révéler ; évoquer) centrées sur le thème du « faire » et de la matérialité.

Le passage de l’idée à l’objet est au cœur du troisième temps de l’essai, consacré aux modalités techniques de la cohabitation écriture/image. Livres, phylactères, banderoles sont autant de dispositifs se prêtant à l’incorporation de l’alphabétique dans l’iconique, considérés comme agent actif de la mixtion en jeu dans la création du visuel. VD propose ainsi d’éclater la notion de support et de coprésence au profit d’une autre plus opérante et saluée par l’ensemble du jury : la mixtion (les éléments gardant leur nature dans le produit qui en résulte). Les deux catégories de signes se croisent grâce au dispositif et c’est de cette « croisée » qu’émerge le sens du paradigme.

La pragmatique, objet de la quatrième partie, permet d’aborder l’effet de cette croisée, car l’écrit produit quelque chose dans l’image, plus exactement sur la nature même de la figure, ce qui permet à VD d’introduire la notion d’ontologie. L’inscription active l’image, transforme la figure en figuration : son action est donc de nature sacramentelle. L’écriture a désormais la capacité d’inscrire l’image dans un contexte déterminé et de définir ses relations avec son environnement sémiotique, liturgique, sonore ou architectural. Elle entraîne l’image dans une action à grande échelle et la met en résonnance avec d’autres images placées sur d’autres lieux ou d’autres supports. Elle met à l’épreuve la dimension réticulaire du décor et convoque pour son enrichissement de nouvelles images, réelles, fictives ou imaginées. Entre inventio du sens et dépassement de la forme, la croisée écriture/image met le visuel dans un ordre augmenté et permet au paradigme qui la met en scène de venir son propre trope.

Après un tel cheminement, partant d’une théologie chrétienne de la création et de la transcendance et menant à une ontologie démultipliée des signes, faisant résonner ensemble de nombreuses disciplines (épigraphie, paléographie, iconographie, histoire de liturgie, histoire de la théologie…), les interrogations sur signes et sens ne sont pas pour autant closes. VD a déjà un autre projet de recherche sur le métier autour de la thématique du silence dans les images médiévales.

À l’issue des quatre heures de discussion, denses et riches, mettant en valeur les apports essentiels de ce travail, ainsi que quelques limites (les implicites du corpus, la contextualisation des exemples, la traduction de termes latins), suivie d’une brève délibération, le jury déclare Vincent Debiais habilité. Il salue ainsi « la hauteur intellectuelle, la séduction de l’écriture et la grande érudition » du candidat (Geneviève Bührer-Thierry), « son parcours rapide, intense et brillant » à dimension internationale (Cécile Treffort), « son esprit libre et créatif » (Éric Palazzo).