Archives par mot-clé : Épigraphie

Soutenance de thèse de Manon Durier, CESCM (19 février 2016)

Les monuments funéraires dans le diocèse de Limoges (XIe-XIIIe siècle). Échos d’un idéal religieux.

Le 19 février 2016, Manon Durier soutenait en salle René Crozet sa thèse consacrée aux monuments funéraires des XIe-XIIIe siècles en Limousin, en présence d’un jury composé de Claude Andrault-Schmitt et Cécile Treffort (co-directrices de recherche), Brigitte Boissavit-Camus (présidente ; Université Paris Ouest – Nanterre La Défense), Quitterie Cazes (Université Toulouse Jean Jaurès), Jean-Loup Lemaitre (EPHE) et Philippe Plagnieux (Université Paris I Panthéon-Sorbonne – École nationale des chartes).

SONY DSC
Epitaphe de l’abbé Ramnulphe à Lesterps (cl. : M. Durier)

Le travail proposé par Manon Durier est le fruit d’une recherche pluridisciplinaire alliant une démarche résolument archéologique – qui s’illustre notamment à travers le corpus de monuments réunis –, et une réflexion sémantique relevant d’une approche plus strictement historienne. Le monumentum et l’imago ont ainsi été mis à contribution pour offrir une définition du monument funéraire qui donne toute sa direction au traitement du sujet : M. D. l’envisage comme une « sculpture signalant l’emplacement d’une tombe et/ou célébrant la mémoire d’un défunt ». Les 283 monuments étudiés font dès lors tous preuve d’une maîtrise technique ou artistique dans leur mise en œuvre, induisant une analyse qui repose finalement en grande partie sur la possibilité de se raccrocher à une forme, un tracé ou une représentation.

Inscriptions funéraires et pierres tombales aux contours et aux décors variés (en bâtière, ornées d’une simple croix, gisants, etc.) se côtoient dans un volume annexe, illustré de photographies dont la grande qualité est une invitation au lecteur à examiner l’objet. Beaucoup de ces monuments, chichement ornés et taillés dans le gris granite limousin, peuvent paraître bien ingrats et peu enclins à susciter le désir du chercheur. Il fallait oser s’y attaquer, et cela a été bien fait, dans un équilibre maintenu avec les pierres inscrites, si « parlantes » qu’elles auraient aisément pu dominer le propos. Le corpus constitué se détache par les formes envisagées et par la chronologie qu’il couvre de la zone de confort des travaux sur le monument funéraire, très empreints de la figuration des morts, et par là-même bien souvent axés sur les XIIIe-XVe siècles. L’originalité de l’étude se situe également dans l’espace considéré, le vaste diocèse de Limoges, dont M. D. a su cerner les spécificités en termes de spiritualité et de culture religieuse. Celles-ci s’expriment dans une documentation nécrologique abondante, ou encore un grand nombre de lanternes des morts, qui parsèment un territoire particulièrement pénétré du pouvoir intercesseur des saints. Sur fond de recherche intense de salut, le monument funéraire se révèle alors être l’« écho d’un idéal religieux », celui de la communion de l’Église, qui réunit morts et vivants, clercs et laïcs, en des lieux et temps définis par la théologie chrétienne.

Les choix méthodologiques et orientations analytiques de M. D. ont suscité des discussions pendant près de quatre heures. Il a notamment été question des difficultés à dater un grand nombre de ces monuments, inhérentes à la sobriété formelle de certains d’entre eux et aux flottements des critères paléographiques en épigraphie médiévale. La discussion chronologique devra assurément se poursuivre dans le sens adopté par M. D., qui, comme l’a souligné Quitterie Cazes, a évité l’écueil d’un raisonnement circulaire induit par la notion de typologie. La réflexion sur le sujet pourra également faire l’objet d’autres prolongements, sur le monument funéraire en tant qu’expression de l’individualité du mort vis-à-vis de la communauté (Cécile Treffort), ou encore sur les tombeaux des saints, dont la mise à l’écart – bien que mûrement réfléchie – a été regrettée par Jean-Loup Lemaitre. Ces questionnements (re)lancés pendant la soutenance sont ceux d’observateurs qui, tout en saluant l’esprit de synthèse de M. D., ont formulé à plusieurs reprises leur souhait d’en lire et d’en savoir toujours davantage.

Le lecteur de la thèse sera finalement sensible aux précautions épistémologiques prises par son auteur (Claude Andrault-Schmitt) et à la mise en perspective méthodologique de son objet d’étude (Quitterie Cazes), à un travail qui maîtrise et renouvelle une historiographie bien ancrée (Cécile Treffort), dépassant la compréhension unilatérale du monument funéraire comme commémoration (Brigitte Boissavit-Camus) et incitant à la remise en question des grands principes d’analyse sur le tombeau médiéval (Philippe Plagnieux). Il constitue dans le même une temps contribution notable à l’histoire médiévale du Limousin (Jean-Loup Lemaitre). La communauté scientifique dispose désormais d’une étude régionale qui servira de référence à des recherches ultérieures sur le monument funéraire.

Les formulations répétées et nourries portant sur les qualités de la thèse soutenue ont été suivies d’une brève délibération du jury, à l’issue de laquelle Manon Durier s’est vu accorder le titre de docteur avec la mention très honorable, assortie des félicitations.

 

La croisée des signes : Habilitation à diriger des recherches de Vincent Debiais, CESCM-CNRS (4 décembre 2015)

Vendredi 4 décembre, 14h (CESCM, salle Crozet), Vincent Debiais, chargé de recherche au CNRS (CESCM), présente son dossier d’habilitation à diriger des recherches.

Composition du jury  : Daniel Russo (président de jury, Université Dijon-Bourgogne), Éric Palazzo (garant, Université de Poitiers), Herbert Kessler (Université Johns Hopkins), Cécile Treffort (Université de Poitiers), Geneviève Bührer-Thierry (Université Paris 1-Panthéon Sorbonne), Gaëlle Viard (Université Aix-Marseille 1).

Tapisserie de la création de Gérone (cathédrale), fin XIe début XIIe s.
Tapisserie de la création de Gérone (cathédrale), fin XIe début XIIe s.

Partant du constat de l’omniprésence de l’écriture dans l’image médiévale, deux questions, simples dans leur formulation mais complexes et audacieuses dans leurs implications, sont au centre de l’essai de Vincent Debiais. Qu’est-ce que l’écriture dans l’image ? – ce qui revient à poser la question des implications intellectuelles et sémiologiques de la coprésence de signes iconiques et alphabétiques au sein d’une même construction visuelle ou plastique. Quels sont les effets de cette coprésence sur la forme et le sens de l’objet ainsi généré ? – ce qui revient à étudier ce que produit l’écriture pour l’image. C’est à cette double interrogation que le mémoire inédit intitulé La croisée des signes. L’écriture dans les images monumentales médiévales (88-1200) tente de répondre, en se focalisant sur les inscriptions, dans une acception large (la croix de Mayence, la tapisserie de Gérone, l’autel portatif de Roda, la patène et du calice de Saint-Godehard d’Hildesheim, les peintures murales de l’abside de Sainte-Eulalie d’Estaon…).

L’étude des rapports entre le texte et l’image a été un thème privilégié de recherche, en histoire, en histoire de l’art et en littérature au cours des années 1980-2000. Herbert Kessler rappelait qu’en 1986 il prononçait une conférence sur le thème « visibility of words in monumental art », mais les réponses apportées alors étaient bien naïves – selon ses propos – alors que le travail de VD apporte une contribution décisive sur la rencontre entre le matériau et le signe, l’institution de l’œuvre par le façonnement de l’écriture et de l’image.

L’essai de VD s’articule en quatre temps, voire quatre rythmes avec pour ligne directrice l’ontologie selon Daniel Russo. La toile de fond biblique et patristique tout d’abord présentée montre que de la Genèse à l’Apocalypse de Jean, la dimension graphique de la révélation est omniprésente, dans les manifestations de la divinité, dans les modalités de son action sur les hommes, dans la définition de son être, dans les procédés narratifs fondant la Tradition. Un Dieu-Logos (Genèse, Prologue de Jean) et un Dieu-Littera (révélation au Sinaï et vision de l’Apocalypse) : cette dualité structure la toile de fond idéel au sujet de la représentation au Moyen Âge et des capacités respectives de l’écriture et de l’image à devenir signe de la Vérité.

Saint-Savin, Noé sortant de l'arche (cliché CESCM)
Saint-Savin, Noé sortant de l’arche (cliché CESCM)

Ces conceptions commandent l’emploi de dispositifs particuliers, de solutions graphiques signifiantes qui sont autant d’empreintes laissées par le processus créatif au sein de l’œuvre, montrant un discours réflexif sur la matière et ses capacités à figurer. VD détaille ainsi les différentes modalités de la représentation (montrer et enseigner ; dévoiler et révéler ; évoquer) centrées sur le thème du « faire » et de la matérialité.

Le passage de l’idée à l’objet est au cœur du troisième temps de l’essai, consacré aux modalités techniques de la cohabitation écriture/image. Livres, phylactères, banderoles sont autant de dispositifs se prêtant à l’incorporation de l’alphabétique dans l’iconique, considérés comme agent actif de la mixtion en jeu dans la création du visuel. VD propose ainsi d’éclater la notion de support et de coprésence au profit d’une autre plus opérante et saluée par l’ensemble du jury : la mixtion (les éléments gardant leur nature dans le produit qui en résulte). Les deux catégories de signes se croisent grâce au dispositif et c’est de cette « croisée » qu’émerge le sens du paradigme.

La pragmatique, objet de la quatrième partie, permet d’aborder l’effet de cette croisée, car l’écrit produit quelque chose dans l’image, plus exactement sur la nature même de la figure, ce qui permet à VD d’introduire la notion d’ontologie. L’inscription active l’image, transforme la figure en figuration : son action est donc de nature sacramentelle. L’écriture a désormais la capacité d’inscrire l’image dans un contexte déterminé et de définir ses relations avec son environnement sémiotique, liturgique, sonore ou architectural. Elle entraîne l’image dans une action à grande échelle et la met en résonnance avec d’autres images placées sur d’autres lieux ou d’autres supports. Elle met à l’épreuve la dimension réticulaire du décor et convoque pour son enrichissement de nouvelles images, réelles, fictives ou imaginées. Entre inventio du sens et dépassement de la forme, la croisée écriture/image met le visuel dans un ordre augmenté et permet au paradigme qui la met en scène de venir son propre trope.

Après un tel cheminement, partant d’une théologie chrétienne de la création et de la transcendance et menant à une ontologie démultipliée des signes, faisant résonner ensemble de nombreuses disciplines (épigraphie, paléographie, iconographie, histoire de liturgie, histoire de la théologie…), les interrogations sur signes et sens ne sont pas pour autant closes. VD a déjà un autre projet de recherche sur le métier autour de la thématique du silence dans les images médiévales.

À l’issue des quatre heures de discussion, denses et riches, mettant en valeur les apports essentiels de ce travail, ainsi que quelques limites (les implicites du corpus, la contextualisation des exemples, la traduction de termes latins), suivie d’une brève délibération, le jury déclare Vincent Debiais habilité. Il salue ainsi « la hauteur intellectuelle, la séduction de l’écriture et la grande érudition » du candidat (Geneviève Bührer-Thierry), « son parcours rapide, intense et brillant » à dimension internationale (Cécile Treffort), « son esprit libre et créatif » (Éric Palazzo).

 

ESSEP, le retour – Poitiers, capitale mondiale des études épigraphiques.

Entre 2011 et 2013, le programme ESSEP (European Summer School in Epigraphy, Poitiers), financé pendant trois ans par l’agence européenne Erasmus, a réuni chaque été à l’Université de Poitiers une cinquantaine d’étudiants de master et de doctorat provenant de treize universités en Europe pour une formation intensive en épigraphie antique et médiévale. Cette expérience, unique à ce jour, constitue une grande aventure humaine et intellectuelle, en particulier grâce à l’énergie de Bertrand Goffaux et de l’équipe d’enseignants européens chargée d’animer les cours, les travaux pratiques et les visites.

Antonis Kaponis
Cliché Antonis Kaponis

Dix-huit mois après la clôture de la dernière édition, il ne s’agissait pas simplement de créer l’occasion pour les anciens élèves du programme ESSEP de se retrouver à Poitiers ; il s’agissait surtout, au-delà du plaisir de constater l’avancée de la formation et des travaux de chacun, d’échanger sur les questions méthodologiques et historiques qui animent la recherche en épigraphie antique et médiévale. Le défi a été relevé avec enthousiasme par les jeunes chercheurs qui ont répondu à l’invitation de Nicolas Tran, et l’excellence des présentations ainsi que la qualité des débats ne laissent aucun doute quant à l’impact des réflexions collectives menées durant les étés 2011, 2012 et 2013 à Poitiers.

Qu’est-ce qu’une inscription ? Qu’est-ce que l’épigraphie ? Qu’est-ce qu’un épigraphiste ? Les trois questions posées par Nicolas Tran dans son introduction ont reçu des réponses riches et contrastées au cours de présentations faisant alterner les époques historiques, entre Grèce archaïque et Occident médiéval, les formats, entre synthèses et études de cas, et les problématiques, entre histoire sociale et édition de textes. Dans tous les cas, les points communs et les divergences de forme et de contenu entre les inscriptions grecques, latines et médiévales ont une nouvelle fois éclairé la fonction sociale et la valeur esthétique des pratiques monumentales de l’écriture, et c’est tout l’intérêt que d’envisager, comme ce fut le cas pendant deux jours, de tels phénomènes sur la longue durée. Les réflexions globales, à grande échelle, n’ont cependant pas empêché les présentations d’offrir un grand niveau d’érudition quant aux questions paléographiques, linguistiques ou d’onomastique ; bien plus, elles ont démontré la nécessité d’une rigueur à toute épreuve dans l’élaboration des corpus, dans l’établissement des textes et des traductions, dans l’élaboration des critères de datation…

Les deux journées ont donc offert un panorama très large des recherches actuelles en épigraphie antique et médiévale au sein duquel on retiendra deux aspects essentiels. Le premier concerne l’apport des inscriptions pour le repérage, la définition et la connaissance de groupes sociaux particuliers, qu’il s’agisse de militaires, de vétérans, d’enfants… Entre lecture sociale des usages graphiques et prosopographie de certains ensembles d’individus, ces présentations ont démontré simultanément l’omniprésence de l’écriture épigraphique d’abord – comme si la « civilisation de l’épigraphie » ne concernait pas seulement l’Antiquité – et son utilisation tout à fait contextuelle ensuite, avec une mise en page, une graphie, un contenu et une localisation particulière. Le second aspect concerne l’attachement nécessaire aux questions de vocabulaire, des termes paléographiques décrivant la forme des lettres des inscriptions aux mots employés pour définir une problématique donnée. Le caractère polyglotte de l’assemblée qui assistait aux débats – une marque de fabrique d’ESSEP ! – plutôt que de résoudre ces questions en a au contraire affirmé l’importance, et a prôné l’utilisation de termes univoques et critiques.

Dans ses conclusions aux deux journées de présentations et de débats, Cécile Treffort a mis en valeur l’intérêt du regard croisé entre Antiquité et Moyen Âge, en ce qu’il fait émerger des thématiques nouvelles recherche et qu’il solidifie les méthodes. Elle a aussi constaté à quel point l’ambition première d’ESSEP, celle de créer à l’échelle européenne une communauté d’enseignants, d’étudiants et de savoirs en épigraphie antique et médiévale, avait été atteinte.

Estelle, ingénieur en analyse de sources anciennes

Demeurant l’une des rares spécialistes de l’analyse épigraphique en France, Estelle Ingrand-Varenne est sollicitée par des chercheurs en histoire, archéologues et historiens de l’art de tout le pays pour étudier les inscriptions du Moyen Âge. Sa mission : révéler le sens de ces abréviations réalisées il y a des siècles sur un vitrail, une peinture murale, un monument funéraire… « Je me situe entre l’objet épigraphique et le chercheur. L’analyse de l’inscription consiste bien sûr à traduire le texte, souvent rédigé en latin, mais elle nécessite aussi de situer son contexte, décrire son état de conservation et mettre en évidence les caractéristiques de l’écriture qui permettront de dater l’inscription ».

Univ. de Poitiers
Univ. de Poitiers

Des milliers d’inscriptions recensées

Professeur de latin et grec en collège pendant 5 ans, Estelle entreprend une thèse de doctorat en épigraphie médiévale en 2007, dirigée par Cécile Treffort et Cinzia Pignatelli. Coup de chance, à l’issue de ce travail de recherche, le poste d’analyse de sources anciennes du Centre d’études supérieures
 de
 civilisation 
médiévale (CESCM) de l’Université de Poitiers-CNRS se libère. Estelle devient ingénieur d’études du CNRS. Son autre mission : poursuivre la publication du Corpus des inscriptions de la France médiévale, un gigantesque inventaire initié par le CESCM à Poitiers il y a plus de 40 ans. « Nous avons déjà constitué plus de 25 000 fiches répertoriant les inscriptions. Les deux tiers de la France sont déjà édités et je m’apprête à publier le prochain volume consacré au département du Cher. En sortant un corpus tous les 2 ans, nous aurons terminé dans 20 ans », évalue-t-elle.

Des pistes de recherche à foison

Poursuivant cet extraordinaire recensement, l’ingénieur d’études investit quotidiennement les bibliothèques et entreprend ponctuellement de grandes campagnes de terrain. « Ce type de déplacements nécessite une énorme préparation, des études bibliographiques jusqu’aux contacts à nouer avec les chercheurs et les responsables culturels locaux pour identifier les inscriptions qui nous intéressent ». Sur place, chaque détail est relevé et photographié. « Le contact avec les sources m’inspire de nombreuses idées de recherches. J’espère en mener certaines personnellement en devenant chercheur à mon tour dans quelque temps. »

Estelle INGRAND-VARENNE
Ingénieur d’études CNRS
Centre d’études supérieures de civilisation médiévale (CESCM) ; UMR Université de Poitiers-CNRS

Merci à Samuel Pivette, webmaster éditorial de l’Université de Poitiers

[1er-2 oct. 2015] Épigraphie antique et médiévale en Europe : pratiques et méthodes de jeunes chercheurs

Lors de la seconde quinzaine d’août 2011, 2012 et 2013, des épigraphistes poitevins réunis par Bertrand Goffaux ont organisé trois sessions d’une école d’été. Financée par l’agence Erasmus, cette European Summer School in Epigraphy – Poitiers (ESSEP) a suscité la rencontre de plus d’une centaine d’étudiants et d’une vingtaine d’enseignants-chercheurs, issus de neuf pays et de douze universités différentes.

ESSEP

Telle est l’expérience intellectuelle et humaine que les épigraphistes du Centre d’études supérieures de civilisation médiévale (CESCM) et de l’équipe Hellénisation et romanisation dans les mondes antiques (HeRMA) entendent prolonger, par le biais d’un colloque de jeunes chercheurs. Cette manifestation réunira des doctorants ou jeunes docteurs ayant participé à ESSEP, sans pour autant s’en tenir à une simple présentation de recherches en cours. Son intérêt devra résider dans une réflexion méthodologique et véritablement collective sur l’apport de la documentation épigraphique à l’histoire, à l’archéologie, à la philologie et à la linguistique antiques ou médiévales, sous toutes leurs formes.

Jeudi 1er octobre

9h – Nicolas Tran (Poitiers) Présentation et introduction

Session 1. Entre texte et matière, variété des approches épigraphiques        

Modérateurs : Adam Łajtar (Varsovie), Irene Berti (Heidelberg), Alexandre Vincent (Poitiers).

9h15 – Eleanna Karvagiotou (Athènes), Ancient Greek and Byzantine Epigraphy: A comparative study.

10h15. Anna Kordas (Varsovie/Lyon), La complémentarité des sources épigraphiques, archéologiques et littéraires de l’histoire économique du monde grec : l’exemple des instruments de vente.

11h15. Pause.

11h30. Eva Caramello (Poitiers), Annick Gagné (Poitiers/Québec), Savoir décrire pour analyser : des outils pour l’étude de l’esthétique des inscriptions à partir de l’exemple d’Avignon au Moyen Âge.

12h30. Discussions.

13h. Déjeuner.

Session 2. Éditer et interpréter les inscriptions

Modérateurs : Araceli Striano (Madrid), Franco Luciani (Venise), Delphine Ackermann (Poitiers).

14h. Aliki Theochari (Athènes), Antonios Kaponis (Athènes), Reading, Reconstructing and Interpretating Inscriptions: The Case of Several Unpublished Inscriptions from Cyclades.

15h. Felix Schulte (Heidelberg), Les décrets municipaux de l’Italie romaine.

16h. Pause

16h15. Laura Aho (Helsinki/Rome), Tracing ”the Why” in Sacred Dedications – Methods and Problems.

17h15. Pawel Nowakowski (Oxford/Varsovie), The Epigraphic Evidence for the Cult of Saints in Late Antique Asia Minor: Remarks on Creating a Catalogue of Previously Published Inscriptions.

18h15. Discussions.

Vendredi 2 octobre

Session 3. L’étude des inscriptions : linguistique et onomastique

Modérateurs : Bjørn Paarman (Fribourg), Nicolas Tran (Poitiers), Estelle Ingrand-Varenne (Poitiers).

9h. Sandra Cruz (Madrid), Violeta Gomis (Madrid), The relationship between Greek linguistics and epigraphy: some examples from Paros and Pompeii.

10h. Paloma Guijarro (Madrid), Silvia Tantimonaco (Venise/Barcelone), L’apport de l’épigraphie à l’étude des dialectes grecs et du latin des provinces.

11h. Pause.

11h15. Urpo Kantola (Helsinki), Tuomo Nuorluoto (Uppsala/Helsinki), Name and Context: A Survey on Roman Name Types as Represented in Late Republican and Early Imperial Epigraphic Sources.

12h15. Discussions.

12h45. Déjeuner.

Session 4. L’étude des inscriptions : histoire, institutions, mentalités

Modérateurs : Olli Salomies (Helsinki), Anna Heller (Tours), Vincent Debiais (Poitiers).

14h – Charalampos Chrysafis (Athènes), Epigraphy and the Antigonid Garrisons in Mainland Greece and the Aegean.

15h – Georgios Valsamakis (Athènes), The Installation of Veterans in the Provinces of Achaia and Macedonia through the Epigraphic Evidence (1st c. B.C. – 3rd c. A.D.).

16h – Pause.

16h15 – Sara Borrello (Venise), Clara Stevanato (Venise), Pauline Maouchi (Poitiers), Commémorer les membres de la domus : méthodologie de l’étude des inscriptions funéraires dédiées aux femmes, aux enfants, et aux animaux familiers.

17h15 – Discussions et table-ronde conclusive animée par Yves Lafond (Poitiers) et Cécile Treffort (Poitiers).

Lieu : CESCM –  Hôtel Berthelot, salle Crozet

24 rue de la chaine – 86000 POITIERS

index  logo CESCM herma

logo CNRS                                    IUF