Archives par mot-clé : Épigraphie

Leonor Zozaya-Montes, séjour enseignant ERASMUS

Le CESCM accueille du 3 au 8 avril prochain une collègue espagnole dans le cadre d’un séjour enseignant ERASMUS. Leonor Zozaya-Montes (Madrid, 1975) est maître de conférences au Département des Sciences historiques de l’Université de Las Palmas de Gran Canarias (ULPGC, Espagne). Elle a enseigné à l’Université Complutense de Madrid, a bénéficié de bourses de recherche prestigieuses au CSIC et a fait des séjours académiques à l’Université de Cambridge (Angleterre), à ​​l’EHESS (Paris) et au CHSC de l’Université de Coimbra (Portugal).

Leonor Zozaya a principalement étudié la genèse, l’utilisation et la conservation de la documentation écrite à Madrid au xvie siècle. Son livre sur les notaires de la municipalité madrilène paru en 2011 est le fruit d’une partie de ces recherches. Un autre travail sur les archives de l’histoire de l’hôtel de ville de Madrid est actuellement sous presse.

Elle a travaillé sur d’autres sujets dont la paléographie et les liens de cette discipline avec les Humanités numériques, et le jeu comme stratégie d’apprentissage en paléographie et en épigraphie. C’est dans ce contexte que s’inscrit son travail en épigraphie expliquant son séjour au CESCM. Elle propose notamment de relire avec une nouvelle interprétation certaines graphies de l’écriture exposée initialement considérées comme des « fautes ». Leonor Zozaya proposera de partager ces travaux lors d’un séminaire informel au CESCM intitulée « Promenades avec l’écriture » le mercredi 4 avril à 11h15.

 

Pourquoi avoir choisi le CESCM pour votre visite, Leonor ?

Je voulais avoir une expérience directe du travail au sein d’une institution aussi prestigieuse pour qui s’intéresse à l’épigraphie médiévale. Les activités de cette équipe, depuis le temps du professeur Favreau, ont toujours été innovantes et originales. De grands spécialistes ont permis une approche différente des inscriptions. Les activités scientifiques de Vincent Debiais que je connais et que je suis m’ont conduit à découvrir les recherches des autres membres de ce groupe, dont les travaux très intéressants d’Estelle Ingrand-Varenne. En suivant ce fil d’Ariane, j’ai pris conscience de tout l’intérêt que présente un séjour au CESCM. Les activités nombreuses et suggestives qui s’y déroulent sont exemplaires et le fréquenter est enrichissant à tout point de vue.

L’épigraphie ne constitue qu’une partie de mes recherches et le CESCM n’est pas seulement un centre d’épigraphie. Je l’envisage pour ma part comme un laboratoire de paléographie et d’histoire de l’écriture dans ses grandes lignes, marquée par l’activité originale de ses chercheurs, découvrant de nouvelles voies scientifiques – qui incluent aussi de le numérique –, aidant à générer de nouvelles idées autour du merveilleux monde de l’écriture dans le passé.

 

 

Langues de bois, de pierre et de verre Latin et français dans les inscriptions médiévales

Langues de bois, de pierre et de verre
Latin et français dans les inscriptions médiévales

Estelle Ingrand-Varenne

Paris : Classiques Garnier, 2018

(Histoire culturelle) – 579 p. – 48€

ISBN 978-2-406-07127-3

Comment écrire une inscription au Moyen Âge ? Dans quelle langue et avec quel langage ? C’est à ces questions historiques, linguistiques et culturelles, que ce livre répond, en analysant les moyens langagiers de ce type de discours et le fonctionnement dialectique du bilinguisme latin-français.

How does one write an inscription in the Middle Ages? In what tongue and with what language? This book addresses these historical, linguistic, and cultural questions, analyzing the linguistic mechanisms involved in this type of discourse and the dialectical functioning of Latin-French bilingualism.

Table des matières ICI

Emilie Mineo, jeune docteure du CESCM lauréate du Prix de thèse 2017

Comme chaque année, le Collège des Écoles doctorales de Poitiers a organisé un concours de prix de thèse ouvert à tous les docteurs de l’établissement ayant soutenu leur thèse entre le 1er novembre 2016 et le 10 octobre 2017. Quatre prix, d’un montant de 600 euros chacun, viennent récompenser un docteur pour chaque secteur doctoral : Droit ; Sciences pour l’Ingénieur et Aéronautique ; Ingénierie chimique, biologique et géologique ; Sciences Humaines économiques et sociales.

Les critères de sélection pris en compte par le jury du concours sont la valorisation de la thèse (sous la forme de publications, de communications à des congrès, de création de brevets etc.), l’évaluation de la thèse par les rapporteurs et le jury de soutenance, le caractère innovant et l’originalité de la thèse, son ouverture à l’international, la capacité du candidat à communiquer sur ses travaux en direction d’un public de non-spécialistes.

Pour participer il fallait adresser à l’école doctorale de rattachement un dossier de candidature comprenant une lettre de présentation de la thèse, un CV et la copie des pré-rapports et du rapport de soutenance, selon les modalités indiquées dans le règlement.

Cette année, Emilie Mineo, une des jeunes docteures du CESCM a remporté le prix, grâce à sa thèse intitulée : L’artiste, l’écrit et le monument. Signatures épigraphiques en France au Moyen Âge central.  (cf. le billet consacré à sa soutenance).

Emilie, pouvez-vous nous dire comment cela s’est déroulé ?

Comme ma thèse avait été très bien reçue par mon jury de soutenance, j’ai décidé de tenter ma chance et d’envoyer le dossier…. quelques jours plus tard, j’ai reçu un courriel m’informant que le jury scientifique du collège doctoral m’avait classée première et que j’étais donc lauréate pour le secteur SHES (regroupant les écoles doctorales Lettres Pensée Art et Histoire , Cognition, Comportements, Langage(s) et Sociétés et Organisations) !

La remise des prix s’est effectuée au moment de la cérémonie de remise des diplômes de doctorat le 15 décembre 2017 à la Faculté de Droit et des Sciences sociales. Chacun des quatre lauréats y a présenté sa thèse en 5 minutes chrono, avant que les docteurs de l’année de chaque secteur viennent recevoir la médaille et le diplôme de la main du parrain de la promotion, Pierre Delvolvé.

Recevoir ce prix est pour moi un grand honneur et je suis ravie, à titre personnel et pour le CESCM, qu’une thèse en Histoire médiévale obtienne cette reconnaissance. Comme je travaille désormais à l’Université de Namur (Belgique) en tant que chercheuse post-doc, c’est aussi une belle occasion de revenir à Poitiers pour revoir mes collègues du CESCM. Grâce à cette récompense, j’espère pouvoir publier ma thèse plus facilement.

L’appel de ce prix est bien diffusé par les écoles doctorales, qui le signalent par mail à leurs nouveaux diplômés. J’encourage donc les futurs docteurs à participer au concours et leur souhaite de tout cœur d’avoir la chance qui m’est donnée aujourd’hui.

Merci, Emilie, et toutes nos félicitations !


Pour visionner la remise des diplômes ICI (Emilie est à la 33e minute)

[3 mai] Focus n° 5 : Signatures

Nous avons le plaisir de vous convier chaleureusement au Focus n° 5, consacré aux signatures épigraphiques.

Le mercredi 3 mai, 12h-13h, CESCM-Pôle documentaire,  autour d’un déjeuner collectif.

Brioude (cliché Emilie Mineo/CESCM)

Construit comme un high-light sur le fonds iconographique du CESCM, les « Focus » proposent de montrer la corrélation entre le fonds documentaire de la Photothèque et le travail des chercheurs, et ce dans un cadre scientifique tout autant que convivial.

Le mercredi 3 mai, les ingénieures de la Photothèque invitent Emilie Mineo, docteure en histoire de de l’art, lors d’une discussion libre consacrée aux signatures de concepteurs d’images, « artistes » ou commanditaires.

Ouvert à tous et axé sur l’interactivité, vous êtes conviés à partager ce moment autour d’un verre. N’hésitez pas à apporter votre casse-croûte, nous déjeunerons ensemble lors de cet échange.

[21 mars] Séminaire : La croisée des signes : l’écriture et l’image médiévale

La croisée des signes : l’écriture et l’image médiévale

Dans le cadre du séminaire Art médiéval et liturgie, coordonné par Éric Palazzo (Université de Poitiers / CESCM) – Master Civilisation, Histoire, Patrimoine, Sources.

Intervention de Vincent Debiais, chargé de recherche au CNRS / CESCM.

Chauvigny, collégiale Saint-Pierre, chapiteau de l’Annonce aux Bergers, XIIe siècle Cliché V. Debiais / CESCM)

L’écriture est omniprésente dans les images médiévales. Ce constat a alimenté un pan entier de la médiévistique au cours des trente dernières années, celui de l’étude des relations entre le texte et l’image. Le livre de Vincent Debiais, récemment paru aux Éditions du Cerf, La croisée des signes : l’écriture et les images médiévales (800-1200), envisage à nouveaux frais ces questions en les abordant au prisme de la coprésence des signes alphabétiques et iconique au sein d’une même image, qu’elle soit peinte sur l’enduit ou sur le verre, sculptée dans la pierre ou le métal, composée en mosaïque ou en textile. En analysant les dispositifs de l’inscription, sa forme, sa localisation et son contenu, cette étude propose de dépasser le constat de l’omniprésence de l’écriture dans l’image pour interroger les conditions et les effets de cette rencontre. L’émergence d’une signification augmentée de l’image, voire d’une image nouvelle, se produit dans la friction du texte et de l’image, et l’écriture devient partie intégrante du processus de création du visuel. À partir d’exemples produits entre 800 et 1200, cette étude met en perspective les pratiques artistiques et épigraphiques avec la théologie de l’image. Elle étudie ces objets qui traduisent dans le matériau la réflexion médiévale sur les capacités respectives de l’écriture et de l’image à mettre en signe l’étendue de la Création et l’histoire du monde.

21 mars 2017 – 16h – 18h

• Poitiers, faculté des Sciences humaines et arts, salle des Actes
Hôtel Fumé – 8 rue René Descartes

• Ouvert à tous les étudiants

Télécharger le programme