Archives par mot-clé : Épigraphie

Soutenance de thèse de Thierry Grégor (11 janvier 2023)

Le mercredi 11 janvier 2023, le Centre d’Études Supérieures de Civilisation Médiévale de l’Université de Poitiers a vu Thierry Grégor soutenir sa thèse de doctorat en Histoire et Archéologie intitulée « Étude technique des inscriptions médiévales en Poitou-Charentes ». Réalisé sous la direction de Cécile Treffort (professeure des universités, CESCM/Université de Poitiers), ce travail a été présenté devant une salle René Crozet comble et un jury composé de Philippe Bernardi (directeur de recherche au CNRS, LAMOP/Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, président du jury), Brigitte Boissavit-Camus (professeure des universités, ArScAn/Université Paris Nanterre), Quitterie Cazes (professeure des universités, FRAMESPA/Université Toulouse Jean Jaurès, rapporteur), Vincent Debiais (chargé de recherche au CNRS, CRH-EHESS/CNRS, rapporteur) et Philippe Plagnieux (professeur des universités, HiCSA/Université Paris I Panthéon-Sorbonne, École des chartes). À travers la diversité des disciplines représentées par les membres de ce jury transparaît le caractère interdisciplinaire de cette thèse de doctorat.

Le président du jury, Philippe Bernardi, ouvre la séance et donne la parole à l’impétrant. Durant une vingtaine de minutes, Thierry Grégor présente son travail de thèse. Cette dernière est le fruit d’un parcours riche et pour le moins atypique. Après douze ans d’activité en maçonnerie et taille de pierre, il se tourne au milieu des années 1990 vers l’enseignement en devenant professeur de maçonnerie, de taille de pierre et de dessin bâtiment en lycée professionnel et dans l’Établissement Régional d’Enseignement Adapté de Saintes. C’est en 1996 qu’il débute des études d’Histoire. Très rapidement, au gré d’échanges et de communications, les différents spécialistes du travail de la pierre que Thierry rencontre, qu’ils soient archéologues ou épigraphistes, prennent conscience de la richesse et du potentiel de son regard de praticien sur leurs différents sujets d’étude. Durant près de vingt ans, Thierry échange, transmet et collabore avec de nombreux chercheurs en France et à l’international. En 2015, c’est sur une idée d’Estelle Ingrand-Varenne que Thierry propose à Cécile Treffort de diriger sa thèse. C’est ainsi que l’impétrant débute un travail de recherche qui durera sept ans et sera réalisé en parallèle de son activité d’enseignement en maçonnerie.

La motivation première de cette thèse a été d’étudier les techniques utilisées dans la réalisation des inscriptions, Thierry ayant à cœur de mettre ses compétences au service des épigraphistes et des archéologues afin de nourrir leurs sujets d’étude d’informations complémentaires. La principale difficulté a été pour lui le rassemblement du corpus, couvrant toute la période médiévale et circonscrit au Poitou-Charentes. Si les inscriptions jugées exceptionnelles par leur réalisation ou leur intérêt historique ont été aisément localisables, il en a été différemment de nombreuses autres qui avaient été disséminées ou égarées au cours du temps. La démarche scientifique de Thierry ne pouvant se passer de l’étude directe des objets, beaucoup de temps a ainsi été consacré à la recherche documentaire, à la quête des éléments lapidaires et à leur relevé.

 La thèse de Thierry Grégor s’organise en trois volumes. Le premier constitue l’étude proprement dite. À travers de nombreux exemples, Thierry met notamment en évidence la longue évolution des techniques de taille de pierre et de gravure de l’Antiquité à la fin du Moyen Âge. Plus de trente techniques de gravure ont ainsi pu être déterminées et peuvent participer à affiner la datation des inscriptions. Le second volume consiste en une présentation exhaustive des outils de taille de pierre et de gravure. Les nombreuses photographies et illustrations, ces dernières ayant été en grande partie réalisées par son ami et collègue Bertrand Riba, ont été saluées à de multiples reprises par les membres du jury pour leur aspect très pédagogique. Le troisième volume est quant à lui composé d’un catalogue des 400 inscriptions étudiées par Thierry et de l’index. L’apport de son regard de praticien a permis à Thierry d’extraire de nombreuses informations des traces présentes dans la pierre, de l’outil utilisé à la position du corps du graveur, en passant par l’adaptation de l’un ou de l’autre en fonction de chaque situation. Cette démarche associant expérience professionnelle, observation des traces archéologiques et analyses iconographiques fait toute la richesse de ce travail.

Si Thierry admet que cette thèse incarne le résultat et l’aboutissement d’un parcours, il avoue néanmoins la considérer davantage comme une étape, au regard de la multitude de questionnements, de perspectives et de projets qu’elle a fait naître.

À l’issue de cet exposé, le président du jury donne la parole à Cécile Treffort. Celle-ci se présente comme la directrice de Thierry, mais aussi comme son amie, rôle double qui la voit aujourd’hui « heureuse et fière de le voir soutenir cette thèse ». Elle tient également à saluer l’assistance, qui a joué un rôle important dans l’accompagnement de Thierry lors de ce travail. Cécile Treffort rappelle que la thèse a été préparée en parallèle d’une activité d’enseignement très prenante, et que sa forte dimension pédagogique en est imprégnée. La directrice mentionne le caractère perfectible de ce travail dans son argumentation, sa rédaction et sa présentation, mais elle tient surtout à souligner l’ampleur du travail accompli, la volonté sans faille dont a fait preuve Thierry, et sa ténacité sur la prise en compte des remarques et des commentaires, qualités qui « forcent le respect ».

Pour Cécile Treffort, l’une des difficultés qu’a rencontrées Thierry résidait dans l’une de ses forces : il s’agissait de son expérience professionnelle dans le domaine de la taille de pierre, dont il a pu être difficile de se départir. Cela s’est ressenti dans la difficulté à concevoir la transformation technique autrement que comme des phénomènes de progrès ou de décadence, ou encore dans la difficulté de conceptualiser des pratiques qu’il avait acquises au cours de son parcours professionnel. Thierry a dû apprendre à passer d’un exposé pédagogique à l’argumentation scientifique. Tout cela n’a pas été facile mais a été une réussite. Pour Cécile Treffort, c’est un « travail fondamental » que présente Thierry, qui ouvre de nombreuses portes et perspectives dans de nombreux domaines.

Elle remercie enfin Thierry de lui avoir fait confiance tout au long de ses recherches, et se dit très émue d’être présente pour cette soutenance. À ses yeux, « c’est un évènement pour le laboratoire, pour le Corpus des Inscriptions de la France Médiévale, pour l’archéologie régionale, mais aussi pour toute la communauté scientifique », et cela a été rendu possible par son travail et sa personnalité.

La parole est ensuite donnée par le président à Quitterie Cazes, rapporteur de la thèse, qui choisit de ne pas forcer un vouvoiement qui ne lui serait pas naturel. Elle introduit son propos en insistant sur le « grand plaisir » qu’elle a eu à consulter ce travail, le qualifiant de « très beau », « très intéressant », et de « fondamental ». Elle tient à mettre en avant le caractère original de ce sujet, développant de nombreux aspects techniques à partir de l’analyse des objets. Le fil directeur cohérent a conduit à la production d’une étude technique solide, d’une base de données très utile et d’un catalogue des outils qu’il sera nécessaire de publier. Pour Quitterie Cazes, ce travail de doctorat permet de ne plus voir les inscriptions de la même manière, et d’ouvrir de nouvelles et nombreuses portes. Une telle démarche était véritablement nécessaire aux yeux du rapporteur. Dans la méthode que Thierry expose, il insiste sur la nécessaire connaissance des matériaux, des outils, des traces, des contextes archéologiques, de l’étude physique des supports… Le rapport entre les praticiens et la pierre revient plusieurs fois dans la thèse et laisse transparaître l’expérience et la sensibilité de Thierry liées à sa pratique passionnée du travail de la pierre.

Quitterie Cazes souligne ensuite certains points qui auraient pu être approfondis, qu’il s’agisse de l’état des connaissances sur les métiers au Moyen âge ou des relations entre les graveurs et les sculpteurs à la période gothique par exemple. Elle admet cependant que ces manques sont justifiables, car la nature même de la thèse de Thierry ouvre à énormément de questionnements et qu’elle a nécessité d’opérer des choix. Si les interprétations ne sont parfois pas assez poussées à son goût, et que les propos auraient parfois mérité davantage de développement et d’argumentation, c’est aussi lié au fait que la frustration du lecteur est exacerbée devant les problématiques qu’ouvre la recherche de Thierry. Quitterie Cazes, comme tous les autres membres du jury, invite ce dernier à publier de nombreux articles pour progressivement compenser cette frustration. Cette thèse reste pour elle un « magnifique travail » qui s’inscrit dans l’histoire des techniques, et dont certains défauts sont largement compensés par la richesse du contenu et le soin pédagogique et scientifique de Thierry. Ce travail constitue pour Quitterie Cazes un « tournant historiographique important, comme le furent les travaux de Jean-Claude Bessac de son temps. ». Elle félicite à nouveau l’impétrant pour ce « très beau travail accompli » et conclue en déclarant qu’on « ne lira plus jamais les inscriptions de la même manière ».

Le président du jury donne ensuite la parole à Vincent Debiais, le second rapporteur de la thèse. Cette soutenance est pour lui source d’une grande joie intellectuelle et humaine. Il se dit très ému et très honoré car il a beaucoup appris auprès de Thierry au cours de ces vingt dernières années. Assumant cette posture complice et amicale avec l’impétrant, Vincent Debiais souhaite toutefois s’adresser à lui en le vouvoyant, ne serait-ce que pour « se calmer lui-même ». Comme pour appuyer cette prise de recul, le rapporteur commence par une forte critique, qui lui paraît dérisoire face à la pertinence des remarques de Quitterie Cazes, mais qu’il juge néanmoins importante. C’est vers le registre d’écriture utilisé par Thierry que vont ses reproches, considérant que la qualité de cette thèse mériterait un passage d’une langue « trop sur le bloc » à une écriture plus canonique. Les modifications que Thierry apportera à son manuscrit en vue de sa publication ne pourront que rendre encore plus grand le plaisir que Vincent Debiais a éprouvé lors de sa lecture.

Le travail de Thierry est aux yeux du rapporteur le fruit de plusieurs décennies de formation professionnelle, de connaissances qu’il est le seul à posséder et qu’il livre généreusement à la communauté scientifique. Mais pour Vincent Debiais, le travail est loin d’être terminé : cette dernière continuera d’avoir besoin de Thierry, malgré la publication future de sa thèse. Vincent Debiais félicite l’expertise et la solidité d’approche de l’impétrant, qui a « inventé une méthode » à la croisée de la taille de pierre, de l’archéologie et de l’épigraphie. Il est parvenu à mettre ces trois disciplines en résonnance, à tel point qu’il a pu être compliqué de relier son étude à l’Histoire médiévale elle-même. L’approche et la grande spécialisation de Thierry l’a en effet parfois empêché de prendre suffisamment de recul pour voir la lettre, la ligne, le texte au-delà de la trace, et de rattacher son corpus à un contexte historique, social, local, économique, politique… Cependant, ces frustrations sont très vite dépassées par ce qu’apporte Thierry de novateur, par ses « excellentes analyses » et la présentation de ce « formidable point de vue à adopter par les épigraphistes ». « L’horizon de références unique » de ce travail est le fruit d’un fascinant mélange entre la rigueur scientifique de Thierry et sa sensibilité, au point que l’ont ait parfois du mal à discerner ce qui relève de l’analyse ou de son « approche passionnelle du bloc ». Vincent Debiais émet le souhait que Thierry incarne plus encore le rôle d’entremetteur entre les différentes disciplines à l’avenir. En mettant généreusement à la disposition du lecteur une énorme quantité d’informations, Thierry « a converti une expertise technique en mérite doctoral ».

C’est ensuite à Brigitte Boissavit-Camus que Philippe Bernardi donne la parole. C’est avec un grand plaisir qu’elle voit l’aboutissement de ce travail, tenant Thierry « en grande estime pour son expérience, sa compétence et sa grande disponibilité lors de chaque sollicitation ». Ce sujet « original au sens propre » l’a grandement intéressée, notamment pour l’analyse de la matérialité des inscriptions et pour le choix de cette région. La recherche de Thierry est aboutie et présentée au travers d’un texte fluide. Si elle a noté au sein de la bibliographie l’absence de distinction entre les sources primaires et secondaires, elle trouve ce choix justifié au vu de la manière de Thierry d’exploiter chaque source comme une ressource à part entière. Brigitte Boissavit-Camus, à l’instar des autres membres du jury, met en avant le grand soin pédagogique mis en œuvre pour guider le lecteur à travers un discours clair, en particulier dans les différentes analyses et dans la présentation des outils et de de leur maniement. Afin de clarifier encore le propos, elle aimerait que dans la publication apparaissent davantage les sites de références pour les outils présentés, les lieux de conservation des inscriptions étudiées et peut-être des illustrations agrandies ou enrichies afin de mettre en valeur les traces exposées. Elle soulève à son tour le caractère original de la thèse de Thierry Grégor, et ainsi de la difficulté de l’inscrire au sein d’une discipline existante. Il s’agit pour elle d’une véritable thèse d’archéologie dans ses méthodes et ses démonstrations. Plus qu’une thèse d’histoire des techniques, elle s’apparente plutôt à une thèse d’archéologie des techniques. La vision de praticien de l’impétrant nourrit abondamment et de manière très novatrice le sujet de la réalisation des blocs et des inscriptions. Dans la succession d’interrogations que Brigitte Boissavit-Camus formule ensuite transparait le caractère fondamental du travail de Thierry et la multiplicité de questionnements nouveaux qu’il a suscité. Elle le félicite enfin et le remercie pour « ce beau travail qui va être très utile à la communauté pour la reconnaissance des outils et de leurs traces, qui livre un état des lieux tout en invitant à une approche globale et humaine par son propos novateur ».

Le président du jury donne la parole à Philippe Plagnieux, qui débute son propos en présentant sa catégorisation des impétrants en deux grandes familles. La première et la plus grande est composée de jeunes chercheurs qui se destinent à une carrière universitaire et desquels il est attendu un certain respect des normes académiques. La seconde rassemble les chercheurs engagés depuis de nombreuses années dans d’autres carrières, souhaitant traduire leur expérience dans une thèse, et qui ont plus de mal à se plier aux règles normatives de l’université, catégorie à laquelle appartient donc Thierry. Pour Philippe Plagnieux, cette thèse est un « vent de fraîcheur incitant à déplacer le regard », mais cela n’empêche pas selon lui la nécessité de revoir le texte en vue de sa publication. En lien encore une fois avec les portes ouvertes par Thierry, Philippe Plagnieux évoque le fait qu’il aurait été intéressant, bien que compliqué, de développer ponctuellement des dossiers, des études de cas thématiques, au sein de la thèse. Il insiste en particulier sur le sujet de la qualification des artisans par Thierry : tailleurs de pierre, lapicides, graveurs… statuts qui mériteraient d’après lui d’être explorés à l’avenir. Enfin, Philippe Plagnieux met en avant la qualité d’expert de Thierry, qui apporte beaucoup aux personnes avec lesquelles il collabore. Son travail constitue une « approche technique qui n’avait jamais été entreprise » qu’il a découverte « avec un véritable plaisir ». Chaque fiche d’analyse technique est un « travail fabuleux », « un petit bijou ».

C’est enfin Philippe Bernardi qui prend la parole en tant que président du jury. Lui aussi insiste sur le plaisir et le grand intérêt qu’il a eu à la lecture de cette thèse, qui « oscille entre étude technique et hommage aux travailleurs ». Le président évoque à son tour la difficulté à classer ce travail au sein des catégories classiques. Il ne s’agit pas à ses yeux d’une thèse en histoire des techniques applicable à l’épigraphie, mais plutôt d’une « histoire matérielle » en ce qu’on entre avec elle dans la matière, une « histoire technique des techniques ». Tout comme les autres membres du jury, il salue le véritable « manuel pour les spécialistes des autres disciplines » que constitue le volume traitant des outils. L’approche des évolutions de la gravure tout au long du Moyen Âge est très convaincante, et le catalogue présenté en troisième volume aiguise l’œil, et « invite à ne pas considérer les inscriptions gravées que comme des inscriptions gravées ». Pour Philippe Bernardi, il s’agit ici d’une importante base de travail témoignant tout à la fois de l’expérience, de la sensibilité et de la longue recherche de Thierry.

Cliché V. Ernst-maillet – CESCM)

Après une courte délibération, le jury insiste une dernière fois sur la grande nécessité de publier ce travail après application des quelques modifications suggérées. Le président du jury déclare que les membres ont unanimement accordé à Thierry Grégor le grade de docteur, et que leurs plus sincères félicitations sont de rigueur, bien que les mentions honorifiques n’existent plus. L’assistance dut encore patienter le temps que Thierry prête serment, avant de laisser éclater sa joie dans une très longue ovation.

À l’issue de cette soutenance, de nombreux collègues et amis de Thierry se sont joints à lui pour célébrer cet évènement, lui témoignant leur profonde affection et lui adressant leurs chaleureuses félicitations et leurs souhaits de réussites dans les projets à venir. Mais, plus encore, nous espérons tous avoir encore et aussi souvent que possible l’honneur et le plaisir de partager de ton temps. Nous sommes unanimes quant au fait que ton érudition, ta bienveillance, ta gentillesse et ton sourire ont toujours été et seront toujours les garants de beaux et riches moments. Bravo encore, cher Thierry !

Nomination de Cécile Treffort à l’IUF (projet CARMECA)

Billet écrit à quatre mains, par M. Durier et C. Treffort.

Cécile Treffort vient d’être nommée membre senior de l’Institut universitaire de France (IUF), au terme d’une sélection confiée à un jury pluridisciplinaire international qui entend ainsi récompenser et soutenir, au sein d’une riche carrière académique, une recherche scientifique de haut niveau. Elle reste en poste à l’Université de Poitiers, mais cette distinction est accompagnée, pour une durée de cinq ans à partir du 1er octobre 2021, d’une importante décharge de cours et de crédits scientifiques lui permettant de mener à bien un programme personnel tout en favorisant l’émergence de nouveaux travaux collectifs, par exemple par l’organisation de rencontres scientifiques, et en assurant la diffusion de ses résultats auprès des étudiants comme du grand public.

Si le projet présenté à l’IUF s’inscrit dans la lignée de plusieurs de ses travaux précédents1, Cécile Treffort entend surtout, grâce à cette nomination, explorer un champ en grande partie nouveau pour elle : le monde vaste et multiforme de la poésie dite épigraphique, jusqu’alors délaissée par les historiens et pourtant omniprésente, tant dans les manuscrits que dans les inscriptions matérielles. Son projet de recherche, intitulé CARMECA (Carmina epigraphica carolingiens) repose d’abord sur l’inventaire, l’édition, la traduction et l’étude des poèmes d’usage ou à vocation épigraphique des VIIIe-Xe siècles, y compris ceux transmis par voie uniquement manuscrite. Il vise à comprendre les modalités de leur composition littéraire, leur relation à la matière et à l’espace, leur enjeu historique. Les Carmina epigraphica (ou épigrammes) relèvent en effet d’une production versifiée (notamment métrique) inscrite ou rédigée dans l’intention plus ou moins explicite de la faire apposer sur la pierre, le métal, la peinture murale, la mosaïque, voire le tissu, le verre, l’os ou tout autre matériau.

Révélant le sens de l’objet ou de l’édifice-support, ces poèmes font partie intégrante de la culture écrite, visuelle et monumentale du regnum Francorum. Loin d’être un genre littéraire mineur, cette production représentait 1 à 2 % des 400 000 inscriptions de l’empire romain et certains recueils tardo-antiques (l’Anthologie latine, la sylloge de Tours) ont été copiés massivement dans les scriptoria carolingiens. Les inscriptions rédigées aux VIIIe-Xe siècles sont beaucoup moins nombreuses, mais la proportion de textes versifiés plus importante. En embrassant tous les types (épitaphes, dédicaces, objets parlants…), on parvient déjà, après un premier repérage rapide, à plusieurs centaines de pièces poétiques. Il s’agit donc d’une production significative, puisant ses racines dans une tradition ancienne, dont les plus grands littérateurs carolingiens se sont emparée, lui octroyant de nouvelles lettres de noblesse : ainsi, Alcuin, Théodulf, Walafrid Strabon, Raban Maur, Micon en ont composé pour les communautés religieuses de Poitiers, Tours, Lyon, Saint-Riquier en Francie occidentale, Cologne, Salzburg, Fulda ou encore Reichenau en Francie orientale.

Poèmes d’Alcuin pour les lieux d’un monastère, ici le dortoir et les latrines (Wien, Österreischische Nationalbibliothek, ms 808, fol. 229, en ligne sur le site de la ÖnB)

La place de ces poèmes dans la culture carolingienne a déjà suscité un réel intérêt chez certains chercheurs, pour reconstituer un paysage architectural disparu (même si l’exercice est délicat) ou en tant qu’épigraphie littéraire, sorte de poésie du lieu, de l’image et de la matière. Ils n’ont en revanche pas été analysés comme phénomène culturel en soi et n’ont pas suscité de réflexion de fond quant à leur nature, leur fonction, voire leur légitimité scientifique en tant que type documentaire spécifique. Or, indépendamment de son support, la poésie épigraphique carolingienne semble présenter une vraie cohérence, formelle et fonctionnelle. L’établissement d’un inventaire, indispensable pour réunir un solide corpus d’étude, permet d’abord de réfléchir à la caractérisation du « poème épigraphique ». L’hésitation terminologique (versus, titulus, carmen, inscriptio, epigramma) pose en effet la question de la limite du genre, difficile à établir notamment pour les témoins manuscrits qui oscillent entre intention et fiction de monumentalisation. Dans certains recueils, des épitaphes alternent ainsi avec des poèmes destinés à des objets parlants, qui pouvaient tout aussi bien être lus comme des énigmes, tandis que par les formules ou les lieux communs convoqués, certaines d’entre elles, très longues, se rapprochent du genre de la déploration funèbre (planctus).

Les carmina epigraphica sont donc au cœur de cette poésie de la « renaissance » carolingienne, métrique, rythmique ou autre, usant volontiers de la rime ou de l’allitération pour donner au discours une musicalité particulière. À la triple perspective de visibilité, de lisibilité et de publicité généralement reconnue à l’écriture « exposée », s’ajoute donc une recherche de rythme et d’harmonie dont on se demande si elle a, ou non, une incidence sur la mémorisation des textes, voire sur une éventuelle performance orale. Marquée par une forte intertextualité qui transcende les supports et les lieux, ces carmina forment une matière littéraire mouvante, avec des formules, des vers, des distiques qui passent d’une inscription à l’autre, des carmina qui puisent citations ou allusions dans des poèmes extérieurs, des compositions en apparence identiques qui présentent d’importantes variantes selon les manuscrits.

L’étude de la tradition manuscrite va de fait bien au-delà d’une simple pratique éditoriale. En effet, les carmina epigraphica peuvent revêtir une tonalité particulière selon leur contexte de copie, qu’ils soient ordonnés en série plus ou moins fixe, dispersés parmi d’autres écrits ou intégrés dans une trame narrative. On peut d’ailleurs s’interroger sur la fréquence et la raison de leur intégration massive dans des récits qui révèlent les circonstances de leur mise en écriture, en matière, presque en scène. L’analyse des procédés rhétoriques inhérents à la narration devient alors nécessaire pour déterminer les degrés relatifs de réalité et de fiction à l’œuvre dans cette rédaction enchâssée.

Poème de Théodulf d’Orléans inscrit sur la mosaïque d’abside de l’église de Germigny-des-Prés (cliché J.-P. Brouard / CESCM)

La fascination carolingienne envers ces inscriptions poétiques réelles ou fictives oblige à s’interroger in fine sur ce qui leur donne tant de valeur aux yeux des élites politico-religieuses. Suscitant un réel engouement, les carmina epigraphica marquent en effet les plus grandes œuvres d’art et constructions monumentales de l’époque, portant la titulature des autels et des églises, révélant le nom des commanditaires, appelant à la prière, complétant le message iconographique par des mots qui font écho à la culture religieuse ou savante contemporaine. Circulant dans tout l’empire par copies manuscrites interposées, ces textes présentent, au-delà d’une apparente diversité, une réelle unité formelle et thématique aux fortes résonnances politico-religieuses. S’affranchissant des contraintes physiques d’un ancrage dans un lieu donné (y compris quand le « lieu » est un « objet »), on peut se demander dans quelle mesure ils peuvent participer à la construction d’un monde idéel qui porte les valeurs et les espoirs des Carolingiens, parallèlement au monde réel qu’ils ponctuent de leurs mots.

  1. Mémoires carolingiennes, PUR, 2008, Corpus des épitaphes carolingiennes du Centre-Ouest, CNRS Éditions, 2020, articles dédiés à Alcuin et Théodulf notamment []

Le projet épigraphique GRAPH-EAST récompensé par l’ERC

L’ERC récompense le projet d’épigraphie GRAPH-EAST au CESCM, nous avons interviewé Estelle Ingrand-Varenne, lauréate de cette bourse ERC Starting grant.

Bonjour Estelle, et félicitation pour ce projet. Avant que tu nous le présentes en détail, l’ERC c’est quoi ?

J.P. Brouard/CESCM (mission 2015)

 ERC est l’abréviation de European Research Council dont la devise est : « Supporting top researchers from anywhere in the world ». Il attribue des bourses de recherche individuelles pour des projets exploratoires originaux, en particulier à l’interface des champs disciplinaires. Les bourses starting grant s’adressent aux jeunes chercheurs qui ont 3 à 7 d’expérience après leur thèse (j’ai soutenu en 2013)1. Elles sont d’1,5 million d’euros pour 5 ans.

 

Quel est le but de GRAPH-EAST : « Latin as an Alien Script in the Medieval ‘Latin East’ » ?

Aujourd’hui, la plupart des panneaux de signalisation au Moyen-Orient porte les noms de villes transcrits en caractères latins, ce qui les rend familiers à tous. C’était le contraire au VIIe s. à l’aurore de la conquête arabe et alors que l’empire devient byzantin. L’écriture latine disparaît du paysage graphique monumental de la Méditerranée orientale.

Progressivement, jusqu’à l’expansion ottomane au XVIe s., les pèlerins, les marchands, les croisés venus d’Occident établissent des hospices, des églises, des châteaux, et y apposent des inscriptions et graffiti en alphabet latin, autrement dit un signe devenu exogène. Ils tentent ainsi à travers la pierre, la peinture ou la mosaïque, de s’approprier tant graphiquement que spatialement et symboliquement les lieux, dont les lieux saints du Christianisme.

L’étude de ces inscriptions se heurte à 3 problèmes : l’absence d’un corpus complet, le concept d’ « Orient latin » suggérant une latinisation uniforme, mêlant écriture, langue, culture et rite religieux, et limité aux croisades, et une vision de l’épigraphie figée et cloisonnée, ne prenant pas en compte l’environnement plurigraphique propre à l’Orient.

GRAPH-EAST veut changer d’échelle et de paradigme en explorant l’écriture épigraphique latine en Méditerranée orientale, de la Grèce et de la Turquie à l’Égypte en passant par la Syrie-Palestine et Chypre, en contact, en interaction et en concurrence avec les inscriptions grecques, arabes, hébraïques, arméniennes, syriaques, etc.

Le projet propose une étude innovante d’environ 2 500 inscriptions et graffitis, dont beaucoup sont inédits. Il vise à comprendre la représentation et la pratique de l’écriture latine, étrangère dans les empires byzantin et islamique, à fournir une histoire de l’épigraphie dans cette région, et à analyser cette écriture latine migrante à travers le prisme des transferts culturels entre l’Occident et l’Orient, avec une équipe internationale et pluridisciplinaire.

Que va faire concrètement l’équipe pendant les 5 ans ?

Le projet va se dérouler en deux temps : 3 ans pour répertorier, transcrire, traduire, éditer tous ces textes sur TITULUS, afin de les rendre accessibles à tous. Cela signifie de nombreuses missions de terrain dans les 10 pays concernés, où on va tester de nombreuses techniques de prises de vue surtout pour les graffitis (3D, photogrammétrie, RTI, laser), mais aussi en archives et en bibliothèque. Avec la situation sanitaire actuelle, qui plus est différente d’un pays à l’autre, il faudra aussi faire preuve de flexibilité, d’adaptabilité et redoubler d’inventivité.

Pendant les deux dernières années, nous allons réfléchir lors de colloques et workshops avec une équipe d’experts internationaux spécialistes des inscriptions byzantines, arabes, hébraïques, syriaques, arméniennes, éthiopiennes, sur la rencontre des écritures.

Enfin, une exposition virtuelle sera organisée avec le Musée de Cluny ; j’espère que d’autres musées nous rejoindront. Une série documentaire va aussi être réalisée grâce à deux vidéastes qui vont suivre l’équipe pendant les 5 ans.

Comment as-tu préparé ce projet ? On imagine qu’il faut s’y prendre bien en amont ; quelles ont été les étapes ?

Au départ il y a deux ingrédients : une idée qui tient à cœur (les inscriptions de l’Orient latin) et l’émulation (avec Martin Aurell qui préparait un ERC Consolidator). J’ai commencé à prendre quelques renseignements sur le montage de projet ERC auprès de Cédric Lebailly à la cellule de valorisation de l’Université de Poitiers en fin d’année 2018. Mon séjour de trois mois à Jérusalem au premier trimestre 2019 m’a ensuite confortée dans le choix du sujet : l’épigraphie latine en Méditerranée orientale médiévale est un (quasi) désert scientifique ! Il y a un vrai défi à relever, un champ disciplinaire à ouvrir. J’ai commencé à me mettre à préparer le dossier en mai à mon retour.

Au CNRS, on a la chance d’être très bien accompagné pour un tel montage : un ingénieur projet a suivi le dossier jusqu’au dépôt (budget, administratif, éthique), un soutien financier de l’InSHS m’a été attribué pour faire des missions préparatoires, enfin j’ai suivi une formation à Paris sur l’écriture de ce type de projet qui a été d’une grande aide.

En octobre 2019, le dossier a été déposé. L’évaluation se fait en deux étapes, par un panel d’experts. La seconde étape est une audition à Bruxelles, elle n’a pas eu lieu cette année à cause de la COVID-19 ; le jury a décidé à partir des dossiers écrits.

Je dois ajouter que, si c’est un sujet de recherche personnel, l’aventure a été collective. J’ai contacté de nombreux experts et leur enthousiasme m’a beaucoup motivée ; j’ai demandé des relectures critiques à plusieurs collègues du CESCM, j’ai fait appel aux collègues anglophones pour affiner la langue, et deux chercheurs – Cécile Treffort et Vladimir Agrigoroaei – font partie intégrante de l’équipe. J’en profite pour tous les remercier chaleureusement. C’est donc un travail et une réussite de groupe, pour la discipline épigraphie et pour le laboratoire.

Un mot de conclusion ?

Je ne peux qu’inciter fortement mes jeunes collègues à se lancer dans cette aventure, on a vraiment carte blanche pour monter son projet. Et maintenant, j’ai hâte que GRAPH-EAST commence réellement, même si j’ai déjà préparé le terrain par mon détachement au Centre de recherche français à Jérusalem ; le vrai lancement aura lieu au début d’année 2021.

  1. E. Ingrand-Varenne, Langues de bois, de pierre et de verre Latin et français dans les inscriptions médiévales, Paris, Classiques Garnier, 2018, 579 p. []

Un doctorant Entre Poitiers et Jérusalem

Bonjour Clément, vous commencez un doctorat entre Poitiers et Jérusalem : pouvez-vous nous expliquer quel est votre sujet de thèse et en quoi consiste le contrat doctoral CNRS que vous avez obtenu ?

Il s’agit d’étudier les graffitis en caractères latins et autres marques laissées par les pèlerins dans les lieux saints en Palestine entre le XIe et le XVIe siècles. Ces vestiges n’ayant suscité qu’un intérêt limité, il est nécessaire de prospecter pour pouvoir ensuite les inventorier, en faire un relevé, les déchiffrer et les expliquer, c’est ce en quoi consiste la partie dite « de terrain ». Afin de mieux comprendre ces traces, il est également nécessaire de pouvoir les situer dans le contexte plus vaste des pèlerinages en Orient et des marques de dévotion. Il serait souhaitable de pouvoir, à terme, mieux appréhender la diversité des pratiques rassemblées par commodité sous l’étiquette « graffitis », d’une extraordinaire diversité graphique (arabe, arménien, latin, géorgien, guèze, etc.) dans les lieux saints mais également attestés dans d’autres contextes très différents (domestiques, carcéraux, etc.) de l’Occident latin.

Pour ce faire, le contrat doctoral CNRS est idéal puisqu’il implique une mobilité internationale qui me permettra de travailler à temps égal en France au CESCM dont les ressources en histoire médiévales sont incontournables et au centre de recherche français de Jérusalem, actuellement dirigé par Vincent Lemire (CRFJ) pour toute la partie dite de terrain.

Qu’est-ce qui vous a amené à l’étude des graffitis ? avez-vous suivi une formation particulière ?

J’étais déjà sensible à la question de l’écriture avant d’entrer à l’École nationale des chartes. C’est grâce à l’initiative de M. Marc Smith, professeur de paléographie que j’ai découvert l’univers des graffitis médiévaux. Le sujet était de taille, quasi vierge, et il connaissait un site d’exception : le château de Selles à Cambrai. M. Nicolas Melard, archéologue et conservateur du patrimoine au C2RMF avait lancé des campagnes d’étude de grande ampleur sur les graffitis de ce monument, en utilisant notamment des techniques de relevé par scan 3D. C’est ainsi que j’ai commencé, sous leur direction, mon mémoire de master (à l’EPHE) puis ma thèse de l’École des chartes.

Ces travaux m’ont permis de prendre goût à l’étude de ce matériau historique original, mais aussi de réaliser leur fragilité et les a priori négatifs qui pèsent encore sur eux. Travailler sur les graffitis de Terre Sainte me semble être la suite bienvenue et logique à ces premières découvertes.

La formation d’archiviste paléographe et la participation à plusieurs campagnes archéologiques ont continué d’alimenter mon intérêt tout en me permettant d’acquérir les compétences requises pour ce genre d’étude.

Je crois que vous revenez d’une mission à Jérusalem, pouvez-vous nous en dire deux mots ?

J’ai effectivement passé une semaine à Jérusalem avec mes 2 directrices de thèse Cécile Treffort, professeur d’histoire médiévale au CESCM et Estelle Ingrand-Varenne, chercheuse au CNRS et détachée désormais au CRFJ à Jérusalem. Il s’agissait tout d’abord de se rendre compte de l’ampleur du travail à accomplir. Beaucoup de données manquaient : la localisation des graffitis, leur concentration, leur intérêt, pour permettre de définir sur quels monuments se focaliserait cette étude. Par la même occasion j’ai pu rencontrer les principaux acteurs de ce champ d’études complexe, en raison de la conjoncture actuelle, réaliser mes futures conditions de travail (des lieux densément fréquentés, partagés entre différentes communautés) et organiser les futures missions puisque je repars en janvier 2020 pour 2 mois.

Est-ce facile d’étudier les graffitis du Moyen Âge ? Y a-t-il une méthodologie particulière ?

Les graffitis médiévaux ont jusqu’ici été très peu étudiés en raison de leur fréquente assimilation à du vandalisme, mais aussi de la difficulté à les lire et à les appréhender de manière plus générale. Souvent mal conservés, leur contenu ne correspond à aucun formulaire prédéfini, ce qui rend les restitutions quasi impossibles ; en outre, la forme des lettres varie selon le support tandis que la graphie est parfois surprenante. 

C’est en étudiant ces graffitis que l’on met au point une méthodologie : la collaboration avec Nicolas Melard a été particulièrement décisive sur ce point puisque sa formation d’archéologue préhistorien nous a permis une approche très originale du sujet. Au fil des missions et des cas rencontrés s’élabore une méthode de prospection, relevé, signalisation, description et d’édition de ces graffitis.

Quel est le but final de votre thèse ?

Cette étude devrait permettre de documenter un type de pratique très peu attesté dans les sources écrites et de s’interroger de manière plus générale sur l’écriture personnelle, en particulier dans ce contexte de pérégrinations. Qui étaient ces pèlerins, pourquoi ont-ils choisi de laisser leur marque, leur nom, à ces endroits précis, quid des illettrés ? Est-il possible de les identifier grâce à l’étude d’autres sources ? S’agit-il d’une pratique vraiment personnelle ou faut-il l’associer en faire un phénomène de groupe ? Les pèlerins de toutes nations sont-ils également représentés ? Faut-il y voir le signe matériel d’une concurrence dans la prise de possession spirituelle des lieux saints ou au contraire d’une cohabitation harmonieuse des différentes communautés ?

Enfin, il semble nécessaire de signaler et prouver l’intérêt historique réel d’une source encore trop peu considérée dont la disparition est si menaçante.

 

 

 

 

 

 

[23 mai] Langue de bois, de pierre et de verre, le français dans les inscriptions au Moyen Âge

Langue de bois, de pierre et de verre, le français dans les inscriptions au Moyen Âge

Jeudi 23 mai – 18h30
Médiathèque François-Mitterrand de Poitiers

 

Par Estelle Ingrand-Varenne, Docteur en histoire médiévale, Ingénieur de recherche CNRS au CESCM, en charge du Corpus des inscriptions de la France médiévale.

C’est au Baptistère Saint-Jean de Poitiers, dans une peinture du XIIe siècle, qu’on peut lire la première inscription connue en français. En partie énigmatique, elle est symptomatique d’un changement linguistique qui va s’établir un siècle plus tard sur les tombes des chevaliers et des marchands. Désormais inscrite sur la pierre, les vitraux, les cloches et les bijoux, la langue française cohabite avec le latin, pénètre tous les espaces – de l’intime et du quotidien au plus sacré – et change de statut. Son déploiement Outremer, dans les inscriptions de l’Orient latin, en est un autre témoignage. À travers les langues, ce sont les profondes mutations politiques, culturelles et religieuses de la société médiévale qui affleurent.