Archives par mot-clé : Épigraphie

Appel à communication : Supports, style et usages de la poésie funéraire (IXe-XIIe siècles)

Appel à communication His verbis exprime luctum. Supports, style et usages de la poésie funéraire (IXe-XIIe siècles)

[English version below]

Au détour d’un exemple d’amplification, Geoffroi de Vinsauf indique à ses lecteurs les mots appropriés à l’expression du deuil (« Temporibus luctus his verbis exprime luctum », Poetria nova, v. 367). De fait, le décès d’un individu suscite diverses productions écrites, notamment poétiques, à l’instar des plaintes funèbres (planctus), des épitaphes et des titres de rouleaux mortuaires. De prime abord, le trait distinctif de la poésie funéraire est d’ordre thématique : la mort en fonde l’unité. Malgré leur proximité discursive, les poèmes funéraires se démarquent par des critères formels (poésie métrique, rythmique, ou performance orale) et matériels (codex, rotulus, pierre).

Dès l’époque carolingienne, la poésie funéraire connait un développement considérable. Les raisons de son succès au cours du premier Moyen Âge restent encore à éclaircir. Traditionnellement, l’historiographie marque une rupture au tournant des XIIe et XIIIe siècles, entre autres en raison de la production croissante des textes vernaculaires et de l’amorce du macabre, avec la figure d’Hélinand de Froidmont. L’ambition des journées est d’étudier les expressions poétiques du deuil à l’aune de leurs supports, de leur style et de leurs usages. Il s’agira de questionner la notion de poésie funéraire par l’étude de ses diverses manifestations poétiques, tout en s’interrogeant sur sa production et sa réception : quels sont les éléments précurseurs ? Qu’est-ce qui se maintient aux siècles suivants ? En quoi sied-il de parler plutôt d’une transformation ou plutôt d’une rupture nette ?

Cliché L-O Crosland (photothèque du CESCM)

La matière de la poésie funéraire (Université de Poitiers, CESCM ; 26-27 septembre 2024)

Tout au long du Moyen Âge, le décès peut déclencher la composition poétique et l’acte d’écriture. L’enjeu de cette première journée sera de caractériser la matière qui convient à l’expression du deuil : comment définir la poésie funéraire aujourd’hui et envisager la porosité entre ses différentes manifestations (planctus, épitaphes, titres de rouleaux mortuaires) ? Dans quels contextes (manuscrits comme monumentaux) apparaissent les différentes expressions poétiques funéraires ? À quels besoins répondent-elles (commémoratifs, cathartiques, panégyriques et liturgiques) et à qui s’adressent-elles ?

À cette diversité des manifestations poétiques répond une diversité d’usages. Il conviendra aussi de s’interroger sur les liens qui peuvent être établis entre le poème funéraire et son support. Quels facteurs suggèrent ou imposent la forme du poème funéraire ? Quelles pratiques de lecture assigne-t-on aux divers supports ? Quelles traces d’oralité subsistent dans les témoins écrits et quel est le statut de la composition musicale dans la poésie funéraire ?

La mort d’un individu est l’élément commun à tout poème funéraire. Toutefois, cette poésie s’inscrit dans un réseau intertextuel et emprunte des topoï attestés dans d’autres productions littéraires : ainsi, l’expression de la douleur, la prière et la glorification. Dès lors, quels topoï sont récurrents dans les différentes manifestations du deuil ? Sont-ils en tout ou en partie conditionnés par leur support ? Dans quel réseau intertextuel s’inscrivent-ils ? Font-ils l’objet d’un traitement spécifique selon leur contexte ?

Style et mise en scène de la poésie funéraire (Université Catholique de Louvain ; 28-29 novembre 2024)

L’objectif de la deuxième journée consistera à s’interroger sur l’existence d’une esthétique propre à l’expression du deuil. Cette question sera d’abord abordée du point de vue stylistique. Existe-t-il un langage ou une poétique spécifique à la matière funéraire ? Quels outils et quelles méthodes peuvent-être mobilisés (études stylométriques, humanités numériques, etc.) ? Quelles sont les caractéristiques formelles des poèmes funéraires (figures de prédilection, variations lexicales, constructions syntaxiques, etc.) et sont-elles conditionnées par leur support ? À quel(s) type(s) de versification s’adonnent les poètes ?

Ensuite, il faudra étudier les représentations de la poésie funéraire et la manière de la mettre en scène. La distance entre le texte et son support théorique a déjà été soulevée par l’historiographie, en particulier pour les épitaphes. Si toutes les épitaphes n’ont pas été gravées, comment évoque-t-on leur matérialité dans le discours poétique ? Quels codes visuels et quelles caractéristiques graphiques reprennent les scribes pour faire penser à une épitaphe lapidaire ? Quelles sont les fonctions des jeux graphiques adventices, et font-ils partie intégrante de la poétique funéraire ?

Enfin, il sera nécessaire de mieux définir les rapports que l’auteur entretient avec la matière poétique funéraire. Quelles attitudes développe le poète devant les contraintes qu’implique son sujet – le décès ? Si les arts poétiques du Moyen Âge ne se sont que très peu préoccupés de la question du genre littéraire, existe-t-il néanmoins des traces d’une codification plus ou moins consciente ? En quoi les modèles didactiques, les pastiches et les caricatures permettent-ils de mieux évaluer les traces de cette codification ?

Informations pratiques

Les journées d’études se tiendront respectivement à Poitiers (France) le 26 et 27 septembre 2024 et à Louvain-la-Neuve (Belgique) le 28 et 29 novembre 2024. Les présentations de 40 minutes seront suivies de 20 minutes de questions. Des sessions seront prévues sous le format de table ronde : des jeunes chercheurs et chercheuses présenteront des études de cas en 20 minutes. Un format numérique permettra de suivre l’ensemble des journées à distance au besoin.

Propositions

Les propositions d’études de cas (maximum 500 mots) sont à envoyer à eleonore.venturelli@uclouvain.be pour le 1er mai 2024, en français ou en anglais. Le transport, le logement et les repas des intervenants et intervenantes des journées seront pris en charge. La langue de la communication sera choisie avec le comité organisateur. Une publication des actes est prévue.

Comité organisateur

Julien De Ridder (Aspirant fnrs, UCLouvain et Université de Genève), Damien Strzelecki (Ingénieur d’études au CESCM, Université de Poitiers) et Eléonore Venturelli (Aspirante fnrs, UCLouvain et Université de Poitiers)

Comité scientifique

Paul Bertrand (UCLouvain), Estelle Ingrand-Varenne (Université de Poitiers), Cécile Treffort (IUF, Université de Poitiers) et Wim Verbaal (Université de Gand)


Call for papers   Media, Style, and Uses of Funerary Poetry (9th-12th Cent.)

 

Through an example of amplification, Geoffrey of Vinsauf points to his readers the appropriate words to express mourning: (“Temporibus luctus his verbis exprime luctum”, Poetria nova, v. 367). Indeed, the passing of someone gives rise to a variety of written productions, especially poetic compositions: laments (planctus), epitaphs, and titles of mortuary rolls. At first sight, the distinctive feature of funerary poetry is thematic: death underpins its unity. Despite their discursive proximity, funerary poems distinguish themselves through the means of both formal (metrical, rhythmic poetry, or oral performance) and material criteria (codex, rotulus, stone).

From the Carolingian period onwards, funerary poetry experiences a major growth. The reasons for its success during the early Middle Ages are still unclear. Traditionally, historiography marks a breaking point at the turn of the 12th and 13th centuries. This is due in part to the increasing production of vernacular texts and the rise of the macabre, particularly with the figure of Helinand of Froidmont. The aim of these sessions is to study poetic expressions of mourning in the light of their medium, their style and their usage. Our purpose is to question the notion of funerary poetry through the study of its various poetic manifestations, while pondering its production and reception: what are the precursory elements? What remains the same over the course of the following centuries? Why is it more appropriate to talk about a transformation or a clear break?

Cliché L-O Crosland (photothèque du CESCM)

The Material of Funerary Poetry (University of Poitiers, CESCM; September 26 and 27, 2024)

Throughout the Middle Ages, death could inspire poetic composition and the act of writing. The challenge of this first session will be to recognize and characterize the material considered appropriate in the expression of mourning: how can we define funerary poetry today and consider the porosity between its different manifestations (planctus, epitaphs, titles of mortuary rolls)? In what contexts (both manuscript and monumental) do the various expressions of funerary poetry appear? What needs do they meet (commemorative, cathartic, panegyric and liturgical) and for whom are they intended?

This diversity of poetic manifestations is matched by a diversity of uses. We will also look at the links that can be established between the funerary poem and its medium. What factors suggest or impose the form of the funerary poem? What reading practices are assigned to the various media? What traces of orality remain in the written testimonies, and what is the status of musical composition in funerary poetry?

The death of someone is the one common element in all funerary poems. However, this poetry is part of an intertextual network and borrows topoi attested in other literary productions, such as the expression of grief, prayer, and glorification. Which topoi are recurrent in the various manifestations of mourning? Are they wholly or partly conditioned by their medium? What intertextual network are they part of? Do they receive specific treatment depending on their context?

Style and Mise-en-scène of Funerary Poetry (Catholic University of Louvain; November 28 and 29, 2024)

The aim of the second session will be to examine the existence of an aesthetic specific to the expression of mourning. This question will first be addressed from a stylistic point of view. Is there a language or poetics that are specific to funerary subjects? What tools and methods can be mobilized (e.g. stylometric studies, digital humanities)? What are the formal characteristics of funerary poems (e.g. preferred figures, lexical variations, syntactic constructions), and are they conditioned by their medium? What type(s) of versification do poets use?

Then, we will study the representations of funerary poetry along with its staging. The distance between the text and its theoretical support has already been raised by historiography, especially with the case of epitaphs. If all the epitaphs were not engraved, how is their materiality evoked in poetic discourse? What visual codes and graphic features do scribes use to allude to a lapidary epitaph? What are the functions of the adventitious graphic plays, are they an integral part of funerary poetics?

Finally, we need to better define the author’s relationship with funeral poetry. What attitudes does the poet develop in the face of the constraints implied by his subject – death? Although the poetic arts of the Middle Ages paid very little attention to the question of literary genre, are there nonetheless traces of a more or less conscious codification? How can didactic models, pastiches and caricatures help us better assess the remains of this codification?

Practical information

The study days will be held respectively in Poitiers (France) on September 26 and 27, 2024, and in Louvain-la-Neuve (Belgium) on November 28 and 29, 2024. The sessions consist in 40-minutes presentations and will be followed by a 20-minutes question and answer session. Round-table sessions will feature young researchers presenting case studies within 20 minutes. A digital format will allow to follow the entire event remotely, if required.

Proposals

Case study proposals (maximum 500 words) should be sent to eleonore.venturelli@uclouvain.be by May 1st, 2024, in English or French. Transportation, accommodation, and meals will be provided for the day’s speakers. The language of the paper will be chosen in consultation with the organizing committee. A publication of the acts is planned.

Organizing committee

Julien De Ridder (fnrs, UCLouvain and University of Geneva), Damien Strzelecki (CESCM, University of Poitiers) and Eléonore Venturelli (fnrs, UCLouvain and University of Poitiers)

Scientific committee

Paul Bertrand (UCLouvain), Estelle Ingrand-Varenne (University of Poitiers), Cécile Treffort (University of Poitiers, IUF), Wim Verbaal (Ghent University)

 

Epigraphie… ou pas ? Séminaire SEMPER 2023-24

C’est cette expression devenue banale cette dernière décennie – “ou pas ?” – appliquée à l’épigraphie qui nous accompagnera cette année pour le séminaire SEMPER sur l’écriture en dehors du monde manuscrit.  Cette locution verbale moqueuse voire ironique offre l’occasion d’un retour sur la discipline “épigraphie”, sur ses contours flous autour d’un consensus pragmatique et fonctionnel, ses porosités et son caractère peut-être indiscipliné. 

Lettres graffitées non destinées à durer, poésie manuscrite à caractère épigraphique, tatouages, marques lapidaires, enseignes, pseudépigraphie… autant de cas qui interrogent quand on cherche à établir un corpus. Le séminaire proposera un dialogue avec les autres disciplines, telles que la sigillographie, la numismatique, l’archéologie, la paléographie ou encore la typographie. L’enjeu n’est pas d’ériger des frontières, mais de se poster au seuil et de garder la porte ouverte, notamment au moment du lancement de la Maison de l’épigraphie au CESCM. 

7 séances se dérouleront au cours de l’année 2023-2024, à raison d’une par mois, à la fois sous forme de journée au CESCM et sous forme de webinaire de 2h par Zoom.

Lien pour suivre à distance par Zoom les webinaires : https://cnrs.zoom.us/j/99288325188?pwd=SWNya2JLd2pzVDF5azJ2Szd1UEw0Zz09

ID de réunion: 992 8832 5188     Code secret: ia4rmk

  • Vendredi 13 octobre 2023, 9h-17h30 (Salle des Actes, UFR SHA) : Graffitis médiévaux, de Bethléem à Marmande : programme détaillé de la journée et lien spécifique ici 
  • Jeudi 16 novembre 2023, 10h-12h : webinaire avec Délia Préteux, “Transcrire la légende du sceau médiéval, Sigilla–Anrt”
  • Jeudi 14 décembre 2023, 9h30-17h (CESCM) : Poésie à caractère épigraphique, séminaire organisé par Cécile Treffort (IUF) en lien avec le projet CARMECA.
  • Jeudi 15 février 2024, wébinaire 10h-12h : Enimie Rouquette (Université de Nantes), “La poésie de Théodulphe d’Orléans”.
  • Jeudi 14 mars 2024, wébinaire 14h30-16h30 : Katherine Dauge-Roth (Associate Professor of Romance Languages and Literatures, Bowdoin College), “Signing the Body; tattoos and pilgrimages”.
  • Jeudi 16 avril 2024, wébinaire 16h-18h : Hallie G. Meredith (Assistant Professor of the History of Ancient Art, Washington State University), “When Inscriptions are Not: The Case of Imagistic Script as Makers’ Marks on Late Antique Diatreta”.
  • Jeudi 16 mai 2024, wébinaire 10h-12h : Lei Huang, “Les marques lapidaires de l’église abbatiale de Conques”.

Inscriptions in the West, from Late Antiquity to the Early Middle Ages. Writing Names in Medieval Sacred Spaces

 

Writing Names in Medieval Sacred Spaces

Inscriptions in the West, from Late Antiquity to the Early Middle Ages

Estelle Ingrand-Varenne, Elisa Pallotini, Janneke Raaijmakers † (eds)

Turnhout : Brepols, 2023

xx + 386 p. – 110€

  • ISBN: 978-2-503-60236-3 (Hardback)
  • ISBN: 978-2-503-60237-0 (E-book)

This volume proposes a framework for reflection on practices of writing personal names in medieval sacred spaces, uniting historians, art historians, and specialists in written culture (both epigraphers and palaeographers). It traces the forms and functions of names that can be found within the space of early medieval churches and cemeteries, focusing mainly, but not solely, on inscriptions. By examining names written in various kinds of media, from liturgical books to graffiti and more formal inscriptions, the contributors investigate the intentions and effects of the act of writing one’s own name or having one’s name written down. Their interest resides less in the name itself than the interactions it had with its spatial, iconographic, linguistic, ritual, and cultural context, and what this indicates about medieval graphical practices. What is a name from a graphic point of view? What are the specificities of the epigraphic manifestations of names? By whom were names written, and for whom were they intended (if they were even meant to be accessed)? Addressing these and other questions, this volume shows the importance of inscriptions as historical sources and the contribution they give to the study of medieval societies at the intersection of history, anthropology, archaeology, linguistics, and semiology.

Table of contents

Introduction — Vincent Debiais

Le nom et l’être: De la théorie aux mises en forme épigraphiques — Estelle Ingrand-Varenne

Graver son nom dans la pierre: Aspects techniques et culturels — Thierry Gregor

Topographie du nom du saint dans l’église: L’exemple des inscriptions brèves de dédicace — Annick Gagné

Le nom, marque dans l’image et marqueur de l’objet — Vincent Debiais

Le nom à l’oeuvre : Les signatures épigraphiques d’artistes et de commanditaires entre quête de gloire et perspectives eschatologiques — Emilie Mineo

Hic fuit: Scratching Names on Sacred Walls — Carlo Tedeschi

Saints’ Names and Relics: The Evidence of Church Inscriptions — Elisa Pallottini

Ces morts dont on inscrit le nom dans la pierre … — Cécile Treffort

Et breve in exigo marmore nomen ero: Un seul nom pour épitaphe (Gaule, Aquitaine, VIe-VIIIe s.) — Morgane Uberti

The Memory of a Person’s Name —Janneke Raamakers

The Social Meaning of Names — Janneke Raamakers

Naming as a Liturgical Act — Els Rose

Beyond the Pale? Those Who Were Not Worthy to Be Named — Marco Mostert

Conclusions — Estelle Ingrand-Varenne, Elisa Pallottini and Janneke Raamakers

Bibliography

Indices


Elisa Pallottini (Utrecht University – University “G. D’Annunzio” of Chieti-Pescara) is a Latin Paleographist working in the field of Medieval Written Culture and Epigraphy.

Estelle Ingrand-Varenne (CNRS – CRFJ/CESCM) is specialized in medieval epigraphy, in France and in the Latin East. She is the principal investigator of the ERC GRAPH-EAST.

Janneke Raaijmakers (1973-2021) was an internationally valued authority on the topic of relics. The author of The Making of the Monastic Community of Fulda, c. 744-c. 900 (Cambridge, 2012), she also ran project ‘Mind over Matter: Debates about the Sanctity of Religious Objects, ca. 400-1200’ (Utrecht 2012-2018), was co-organiser of an exhibition on relics at Museum Het Catharijneconvent (see Relieken, Utrecht and Zwolle, 2018), and co-directed an international French-Dutch project, ‘MEDNAME: Inscribing Names in Medieval Sacred Spaces’.

Soutenance de thèse de Thierry Grégor (11 janvier 2023)

Le mercredi 11 janvier 2023, le Centre d’Études Supérieures de Civilisation Médiévale de l’Université de Poitiers a vu Thierry Grégor soutenir sa thèse de doctorat en Histoire et Archéologie intitulée « Étude technique des inscriptions médiévales en Poitou-Charentes ». Réalisé sous la direction de Cécile Treffort (professeure des universités, CESCM/Université de Poitiers), ce travail a été présenté devant une salle René Crozet comble et un jury composé de Philippe Bernardi (directeur de recherche au CNRS, LAMOP/Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, président du jury), Brigitte Boissavit-Camus (professeure des universités, ArScAn/Université Paris Nanterre), Quitterie Cazes (professeure des universités, FRAMESPA/Université Toulouse Jean Jaurès, rapporteur), Vincent Debiais (chargé de recherche au CNRS, CRH-EHESS/CNRS, rapporteur) et Philippe Plagnieux (professeur des universités, HiCSA/Université Paris I Panthéon-Sorbonne, École des chartes). À travers la diversité des disciplines représentées par les membres de ce jury transparaît le caractère interdisciplinaire de cette thèse de doctorat.

Le président du jury, Philippe Bernardi, ouvre la séance et donne la parole à l’impétrant. Durant une vingtaine de minutes, Thierry Grégor présente son travail de thèse. Cette dernière est le fruit d’un parcours riche et pour le moins atypique. Après douze ans d’activité en maçonnerie et taille de pierre, il se tourne au milieu des années 1990 vers l’enseignement en devenant professeur de maçonnerie, de taille de pierre et de dessin bâtiment en lycée professionnel et dans l’Établissement Régional d’Enseignement Adapté de Saintes. C’est en 1996 qu’il débute des études d’Histoire. Très rapidement, au gré d’échanges et de communications, les différents spécialistes du travail de la pierre que Thierry rencontre, qu’ils soient archéologues ou épigraphistes, prennent conscience de la richesse et du potentiel de son regard de praticien sur leurs différents sujets d’étude. Durant près de vingt ans, Thierry échange, transmet et collabore avec de nombreux chercheurs en France et à l’international. En 2015, c’est sur une idée d’Estelle Ingrand-Varenne que Thierry propose à Cécile Treffort de diriger sa thèse. C’est ainsi que l’impétrant débute un travail de recherche qui durera sept ans et sera réalisé en parallèle de son activité d’enseignement en maçonnerie.

La motivation première de cette thèse a été d’étudier les techniques utilisées dans la réalisation des inscriptions, Thierry ayant à cœur de mettre ses compétences au service des épigraphistes et des archéologues afin de nourrir leurs sujets d’étude d’informations complémentaires. La principale difficulté a été pour lui le rassemblement du corpus, couvrant toute la période médiévale et circonscrit au Poitou-Charentes. Si les inscriptions jugées exceptionnelles par leur réalisation ou leur intérêt historique ont été aisément localisables, il en a été différemment de nombreuses autres qui avaient été disséminées ou égarées au cours du temps. La démarche scientifique de Thierry ne pouvant se passer de l’étude directe des objets, beaucoup de temps a ainsi été consacré à la recherche documentaire, à la quête des éléments lapidaires et à leur relevé.

 La thèse de Thierry Grégor s’organise en trois volumes. Le premier constitue l’étude proprement dite. À travers de nombreux exemples, Thierry met notamment en évidence la longue évolution des techniques de taille de pierre et de gravure de l’Antiquité à la fin du Moyen Âge. Plus de trente techniques de gravure ont ainsi pu être déterminées et peuvent participer à affiner la datation des inscriptions. Le second volume consiste en une présentation exhaustive des outils de taille de pierre et de gravure. Les nombreuses photographies et illustrations, ces dernières ayant été en grande partie réalisées par son ami et collègue Bertrand Riba, ont été saluées à de multiples reprises par les membres du jury pour leur aspect très pédagogique. Le troisième volume est quant à lui composé d’un catalogue des 400 inscriptions étudiées par Thierry et de l’index. L’apport de son regard de praticien a permis à Thierry d’extraire de nombreuses informations des traces présentes dans la pierre, de l’outil utilisé à la position du corps du graveur, en passant par l’adaptation de l’un ou de l’autre en fonction de chaque situation. Cette démarche associant expérience professionnelle, observation des traces archéologiques et analyses iconographiques fait toute la richesse de ce travail.

Si Thierry admet que cette thèse incarne le résultat et l’aboutissement d’un parcours, il avoue néanmoins la considérer davantage comme une étape, au regard de la multitude de questionnements, de perspectives et de projets qu’elle a fait naître.

À l’issue de cet exposé, le président du jury donne la parole à Cécile Treffort. Celle-ci se présente comme la directrice de Thierry, mais aussi comme son amie, rôle double qui la voit aujourd’hui « heureuse et fière de le voir soutenir cette thèse ». Elle tient également à saluer l’assistance, qui a joué un rôle important dans l’accompagnement de Thierry lors de ce travail. Cécile Treffort rappelle que la thèse a été préparée en parallèle d’une activité d’enseignement très prenante, et que sa forte dimension pédagogique en est imprégnée. La directrice mentionne le caractère perfectible de ce travail dans son argumentation, sa rédaction et sa présentation, mais elle tient surtout à souligner l’ampleur du travail accompli, la volonté sans faille dont a fait preuve Thierry, et sa ténacité sur la prise en compte des remarques et des commentaires, qualités qui « forcent le respect ».

Pour Cécile Treffort, l’une des difficultés qu’a rencontrées Thierry résidait dans l’une de ses forces : il s’agissait de son expérience professionnelle dans le domaine de la taille de pierre, dont il a pu être difficile de se départir. Cela s’est ressenti dans la difficulté à concevoir la transformation technique autrement que comme des phénomènes de progrès ou de décadence, ou encore dans la difficulté de conceptualiser des pratiques qu’il avait acquises au cours de son parcours professionnel. Thierry a dû apprendre à passer d’un exposé pédagogique à l’argumentation scientifique. Tout cela n’a pas été facile mais a été une réussite. Pour Cécile Treffort, c’est un « travail fondamental » que présente Thierry, qui ouvre de nombreuses portes et perspectives dans de nombreux domaines.

Elle remercie enfin Thierry de lui avoir fait confiance tout au long de ses recherches, et se dit très émue d’être présente pour cette soutenance. À ses yeux, « c’est un évènement pour le laboratoire, pour le Corpus des Inscriptions de la France Médiévale, pour l’archéologie régionale, mais aussi pour toute la communauté scientifique », et cela a été rendu possible par son travail et sa personnalité.

La parole est ensuite donnée par le président à Quitterie Cazes, rapporteur de la thèse, qui choisit de ne pas forcer un vouvoiement qui ne lui serait pas naturel. Elle introduit son propos en insistant sur le « grand plaisir » qu’elle a eu à consulter ce travail, le qualifiant de « très beau », « très intéressant », et de « fondamental ». Elle tient à mettre en avant le caractère original de ce sujet, développant de nombreux aspects techniques à partir de l’analyse des objets. Le fil directeur cohérent a conduit à la production d’une étude technique solide, d’une base de données très utile et d’un catalogue des outils qu’il sera nécessaire de publier. Pour Quitterie Cazes, ce travail de doctorat permet de ne plus voir les inscriptions de la même manière, et d’ouvrir de nouvelles et nombreuses portes. Une telle démarche était véritablement nécessaire aux yeux du rapporteur. Dans la méthode que Thierry expose, il insiste sur la nécessaire connaissance des matériaux, des outils, des traces, des contextes archéologiques, de l’étude physique des supports… Le rapport entre les praticiens et la pierre revient plusieurs fois dans la thèse et laisse transparaître l’expérience et la sensibilité de Thierry liées à sa pratique passionnée du travail de la pierre.

Quitterie Cazes souligne ensuite certains points qui auraient pu être approfondis, qu’il s’agisse de l’état des connaissances sur les métiers au Moyen âge ou des relations entre les graveurs et les sculpteurs à la période gothique par exemple. Elle admet cependant que ces manques sont justifiables, car la nature même de la thèse de Thierry ouvre à énormément de questionnements et qu’elle a nécessité d’opérer des choix. Si les interprétations ne sont parfois pas assez poussées à son goût, et que les propos auraient parfois mérité davantage de développement et d’argumentation, c’est aussi lié au fait que la frustration du lecteur est exacerbée devant les problématiques qu’ouvre la recherche de Thierry. Quitterie Cazes, comme tous les autres membres du jury, invite ce dernier à publier de nombreux articles pour progressivement compenser cette frustration. Cette thèse reste pour elle un « magnifique travail » qui s’inscrit dans l’histoire des techniques, et dont certains défauts sont largement compensés par la richesse du contenu et le soin pédagogique et scientifique de Thierry. Ce travail constitue pour Quitterie Cazes un « tournant historiographique important, comme le furent les travaux de Jean-Claude Bessac de son temps. ». Elle félicite à nouveau l’impétrant pour ce « très beau travail accompli » et conclue en déclarant qu’on « ne lira plus jamais les inscriptions de la même manière ».

Le président du jury donne ensuite la parole à Vincent Debiais, le second rapporteur de la thèse. Cette soutenance est pour lui source d’une grande joie intellectuelle et humaine. Il se dit très ému et très honoré car il a beaucoup appris auprès de Thierry au cours de ces vingt dernières années. Assumant cette posture complice et amicale avec l’impétrant, Vincent Debiais souhaite toutefois s’adresser à lui en le vouvoyant, ne serait-ce que pour « se calmer lui-même ». Comme pour appuyer cette prise de recul, le rapporteur commence par une forte critique, qui lui paraît dérisoire face à la pertinence des remarques de Quitterie Cazes, mais qu’il juge néanmoins importante. C’est vers le registre d’écriture utilisé par Thierry que vont ses reproches, considérant que la qualité de cette thèse mériterait un passage d’une langue « trop sur le bloc » à une écriture plus canonique. Les modifications que Thierry apportera à son manuscrit en vue de sa publication ne pourront que rendre encore plus grand le plaisir que Vincent Debiais a éprouvé lors de sa lecture.

Le travail de Thierry est aux yeux du rapporteur le fruit de plusieurs décennies de formation professionnelle, de connaissances qu’il est le seul à posséder et qu’il livre généreusement à la communauté scientifique. Mais pour Vincent Debiais, le travail est loin d’être terminé : cette dernière continuera d’avoir besoin de Thierry, malgré la publication future de sa thèse. Vincent Debiais félicite l’expertise et la solidité d’approche de l’impétrant, qui a « inventé une méthode » à la croisée de la taille de pierre, de l’archéologie et de l’épigraphie. Il est parvenu à mettre ces trois disciplines en résonnance, à tel point qu’il a pu être compliqué de relier son étude à l’Histoire médiévale elle-même. L’approche et la grande spécialisation de Thierry l’a en effet parfois empêché de prendre suffisamment de recul pour voir la lettre, la ligne, le texte au-delà de la trace, et de rattacher son corpus à un contexte historique, social, local, économique, politique… Cependant, ces frustrations sont très vite dépassées par ce qu’apporte Thierry de novateur, par ses « excellentes analyses » et la présentation de ce « formidable point de vue à adopter par les épigraphistes ». « L’horizon de références unique » de ce travail est le fruit d’un fascinant mélange entre la rigueur scientifique de Thierry et sa sensibilité, au point que l’ont ait parfois du mal à discerner ce qui relève de l’analyse ou de son « approche passionnelle du bloc ». Vincent Debiais émet le souhait que Thierry incarne plus encore le rôle d’entremetteur entre les différentes disciplines à l’avenir. En mettant généreusement à la disposition du lecteur une énorme quantité d’informations, Thierry « a converti une expertise technique en mérite doctoral ».

C’est ensuite à Brigitte Boissavit-Camus que Philippe Bernardi donne la parole. C’est avec un grand plaisir qu’elle voit l’aboutissement de ce travail, tenant Thierry « en grande estime pour son expérience, sa compétence et sa grande disponibilité lors de chaque sollicitation ». Ce sujet « original au sens propre » l’a grandement intéressée, notamment pour l’analyse de la matérialité des inscriptions et pour le choix de cette région. La recherche de Thierry est aboutie et présentée au travers d’un texte fluide. Si elle a noté au sein de la bibliographie l’absence de distinction entre les sources primaires et secondaires, elle trouve ce choix justifié au vu de la manière de Thierry d’exploiter chaque source comme une ressource à part entière. Brigitte Boissavit-Camus, à l’instar des autres membres du jury, met en avant le grand soin pédagogique mis en œuvre pour guider le lecteur à travers un discours clair, en particulier dans les différentes analyses et dans la présentation des outils et de de leur maniement. Afin de clarifier encore le propos, elle aimerait que dans la publication apparaissent davantage les sites de références pour les outils présentés, les lieux de conservation des inscriptions étudiées et peut-être des illustrations agrandies ou enrichies afin de mettre en valeur les traces exposées. Elle soulève à son tour le caractère original de la thèse de Thierry Grégor, et ainsi de la difficulté de l’inscrire au sein d’une discipline existante. Il s’agit pour elle d’une véritable thèse d’archéologie dans ses méthodes et ses démonstrations. Plus qu’une thèse d’histoire des techniques, elle s’apparente plutôt à une thèse d’archéologie des techniques. La vision de praticien de l’impétrant nourrit abondamment et de manière très novatrice le sujet de la réalisation des blocs et des inscriptions. Dans la succession d’interrogations que Brigitte Boissavit-Camus formule ensuite transparait le caractère fondamental du travail de Thierry et la multiplicité de questionnements nouveaux qu’il a suscité. Elle le félicite enfin et le remercie pour « ce beau travail qui va être très utile à la communauté pour la reconnaissance des outils et de leurs traces, qui livre un état des lieux tout en invitant à une approche globale et humaine par son propos novateur ».

Le président du jury donne la parole à Philippe Plagnieux, qui débute son propos en présentant sa catégorisation des impétrants en deux grandes familles. La première et la plus grande est composée de jeunes chercheurs qui se destinent à une carrière universitaire et desquels il est attendu un certain respect des normes académiques. La seconde rassemble les chercheurs engagés depuis de nombreuses années dans d’autres carrières, souhaitant traduire leur expérience dans une thèse, et qui ont plus de mal à se plier aux règles normatives de l’université, catégorie à laquelle appartient donc Thierry. Pour Philippe Plagnieux, cette thèse est un « vent de fraîcheur incitant à déplacer le regard », mais cela n’empêche pas selon lui la nécessité de revoir le texte en vue de sa publication. En lien encore une fois avec les portes ouvertes par Thierry, Philippe Plagnieux évoque le fait qu’il aurait été intéressant, bien que compliqué, de développer ponctuellement des dossiers, des études de cas thématiques, au sein de la thèse. Il insiste en particulier sur le sujet de la qualification des artisans par Thierry : tailleurs de pierre, lapicides, graveurs… statuts qui mériteraient d’après lui d’être explorés à l’avenir. Enfin, Philippe Plagnieux met en avant la qualité d’expert de Thierry, qui apporte beaucoup aux personnes avec lesquelles il collabore. Son travail constitue une « approche technique qui n’avait jamais été entreprise » qu’il a découverte « avec un véritable plaisir ». Chaque fiche d’analyse technique est un « travail fabuleux », « un petit bijou ».

C’est enfin Philippe Bernardi qui prend la parole en tant que président du jury. Lui aussi insiste sur le plaisir et le grand intérêt qu’il a eu à la lecture de cette thèse, qui « oscille entre étude technique et hommage aux travailleurs ». Le président évoque à son tour la difficulté à classer ce travail au sein des catégories classiques. Il ne s’agit pas à ses yeux d’une thèse en histoire des techniques applicable à l’épigraphie, mais plutôt d’une « histoire matérielle » en ce qu’on entre avec elle dans la matière, une « histoire technique des techniques ». Tout comme les autres membres du jury, il salue le véritable « manuel pour les spécialistes des autres disciplines » que constitue le volume traitant des outils. L’approche des évolutions de la gravure tout au long du Moyen Âge est très convaincante, et le catalogue présenté en troisième volume aiguise l’œil, et « invite à ne pas considérer les inscriptions gravées que comme des inscriptions gravées ». Pour Philippe Bernardi, il s’agit ici d’une importante base de travail témoignant tout à la fois de l’expérience, de la sensibilité et de la longue recherche de Thierry.

Cliché V. Ernst-maillet – CESCM)

Après une courte délibération, le jury insiste une dernière fois sur la grande nécessité de publier ce travail après application des quelques modifications suggérées. Le président du jury déclare que les membres ont unanimement accordé à Thierry Grégor le grade de docteur, et que leurs plus sincères félicitations sont de rigueur, bien que les mentions honorifiques n’existent plus. L’assistance dut encore patienter le temps que Thierry prête serment, avant de laisser éclater sa joie dans une très longue ovation.

À l’issue de cette soutenance, de nombreux collègues et amis de Thierry se sont joints à lui pour célébrer cet évènement, lui témoignant leur profonde affection et lui adressant leurs chaleureuses félicitations et leurs souhaits de réussites dans les projets à venir. Mais, plus encore, nous espérons tous avoir encore et aussi souvent que possible l’honneur et le plaisir de partager de ton temps. Nous sommes unanimes quant au fait que ton érudition, ta bienveillance, ta gentillesse et ton sourire ont toujours été et seront toujours les garants de beaux et riches moments. Bravo encore, cher Thierry !

Nomination de Cécile Treffort à l’IUF (projet CARMECA)

Billet écrit à quatre mains, par M. Durier et C. Treffort.

Cécile Treffort vient d’être nommée membre senior de l’Institut universitaire de France (IUF), au terme d’une sélection confiée à un jury pluridisciplinaire international qui entend ainsi récompenser et soutenir, au sein d’une riche carrière académique, une recherche scientifique de haut niveau. Elle reste en poste à l’Université de Poitiers, mais cette distinction est accompagnée, pour une durée de cinq ans à partir du 1er octobre 2021, d’une importante décharge de cours et de crédits scientifiques lui permettant de mener à bien un programme personnel tout en favorisant l’émergence de nouveaux travaux collectifs, par exemple par l’organisation de rencontres scientifiques, et en assurant la diffusion de ses résultats auprès des étudiants comme du grand public.

Si le projet présenté à l’IUF s’inscrit dans la lignée de plusieurs de ses travaux précédents1, Cécile Treffort entend surtout, grâce à cette nomination, explorer un champ en grande partie nouveau pour elle : le monde vaste et multiforme de la poésie dite épigraphique, jusqu’alors délaissée par les historiens et pourtant omniprésente, tant dans les manuscrits que dans les inscriptions matérielles. Son projet de recherche, intitulé CARMECA (Carmina epigraphica carolingiens) repose d’abord sur l’inventaire, l’édition, la traduction et l’étude des poèmes d’usage ou à vocation épigraphique des VIIIe-Xe siècles, y compris ceux transmis par voie uniquement manuscrite. Il vise à comprendre les modalités de leur composition littéraire, leur relation à la matière et à l’espace, leur enjeu historique. Les Carmina epigraphica (ou épigrammes) relèvent en effet d’une production versifiée (notamment métrique) inscrite ou rédigée dans l’intention plus ou moins explicite de la faire apposer sur la pierre, le métal, la peinture murale, la mosaïque, voire le tissu, le verre, l’os ou tout autre matériau.

Révélant le sens de l’objet ou de l’édifice-support, ces poèmes font partie intégrante de la culture écrite, visuelle et monumentale du regnum Francorum. Loin d’être un genre littéraire mineur, cette production représentait 1 à 2 % des 400 000 inscriptions de l’empire romain et certains recueils tardo-antiques (l’Anthologie latine, la sylloge de Tours) ont été copiés massivement dans les scriptoria carolingiens. Les inscriptions rédigées aux VIIIe-Xe siècles sont beaucoup moins nombreuses, mais la proportion de textes versifiés plus importante. En embrassant tous les types (épitaphes, dédicaces, objets parlants…), on parvient déjà, après un premier repérage rapide, à plusieurs centaines de pièces poétiques. Il s’agit donc d’une production significative, puisant ses racines dans une tradition ancienne, dont les plus grands littérateurs carolingiens se sont emparée, lui octroyant de nouvelles lettres de noblesse : ainsi, Alcuin, Théodulf, Walafrid Strabon, Raban Maur, Micon en ont composé pour les communautés religieuses de Poitiers, Tours, Lyon, Saint-Riquier en Francie occidentale, Cologne, Salzburg, Fulda ou encore Reichenau en Francie orientale.

Poèmes d’Alcuin pour les lieux d’un monastère, ici le dortoir et les latrines (Wien, Österreischische Nationalbibliothek, ms 808, fol. 229, en ligne sur le site de la ÖnB)

La place de ces poèmes dans la culture carolingienne a déjà suscité un réel intérêt chez certains chercheurs, pour reconstituer un paysage architectural disparu (même si l’exercice est délicat) ou en tant qu’épigraphie littéraire, sorte de poésie du lieu, de l’image et de la matière. Ils n’ont en revanche pas été analysés comme phénomène culturel en soi et n’ont pas suscité de réflexion de fond quant à leur nature, leur fonction, voire leur légitimité scientifique en tant que type documentaire spécifique. Or, indépendamment de son support, la poésie épigraphique carolingienne semble présenter une vraie cohérence, formelle et fonctionnelle. L’établissement d’un inventaire, indispensable pour réunir un solide corpus d’étude, permet d’abord de réfléchir à la caractérisation du « poème épigraphique ». L’hésitation terminologique (versus, titulus, carmen, inscriptio, epigramma) pose en effet la question de la limite du genre, difficile à établir notamment pour les témoins manuscrits qui oscillent entre intention et fiction de monumentalisation. Dans certains recueils, des épitaphes alternent ainsi avec des poèmes destinés à des objets parlants, qui pouvaient tout aussi bien être lus comme des énigmes, tandis que par les formules ou les lieux communs convoqués, certaines d’entre elles, très longues, se rapprochent du genre de la déploration funèbre (planctus).

Les carmina epigraphica sont donc au cœur de cette poésie de la « renaissance » carolingienne, métrique, rythmique ou autre, usant volontiers de la rime ou de l’allitération pour donner au discours une musicalité particulière. À la triple perspective de visibilité, de lisibilité et de publicité généralement reconnue à l’écriture « exposée », s’ajoute donc une recherche de rythme et d’harmonie dont on se demande si elle a, ou non, une incidence sur la mémorisation des textes, voire sur une éventuelle performance orale. Marquée par une forte intertextualité qui transcende les supports et les lieux, ces carmina forment une matière littéraire mouvante, avec des formules, des vers, des distiques qui passent d’une inscription à l’autre, des carmina qui puisent citations ou allusions dans des poèmes extérieurs, des compositions en apparence identiques qui présentent d’importantes variantes selon les manuscrits.

L’étude de la tradition manuscrite va de fait bien au-delà d’une simple pratique éditoriale. En effet, les carmina epigraphica peuvent revêtir une tonalité particulière selon leur contexte de copie, qu’ils soient ordonnés en série plus ou moins fixe, dispersés parmi d’autres écrits ou intégrés dans une trame narrative. On peut d’ailleurs s’interroger sur la fréquence et la raison de leur intégration massive dans des récits qui révèlent les circonstances de leur mise en écriture, en matière, presque en scène. L’analyse des procédés rhétoriques inhérents à la narration devient alors nécessaire pour déterminer les degrés relatifs de réalité et de fiction à l’œuvre dans cette rédaction enchâssée.

Poème de Théodulf d’Orléans inscrit sur la mosaïque d’abside de l’église de Germigny-des-Prés (cliché J.-P. Brouard / CESCM)

La fascination carolingienne envers ces inscriptions poétiques réelles ou fictives oblige à s’interroger in fine sur ce qui leur donne tant de valeur aux yeux des élites politico-religieuses. Suscitant un réel engouement, les carmina epigraphica marquent en effet les plus grandes œuvres d’art et constructions monumentales de l’époque, portant la titulature des autels et des églises, révélant le nom des commanditaires, appelant à la prière, complétant le message iconographique par des mots qui font écho à la culture religieuse ou savante contemporaine. Circulant dans tout l’empire par copies manuscrites interposées, ces textes présentent, au-delà d’une apparente diversité, une réelle unité formelle et thématique aux fortes résonnances politico-religieuses. S’affranchissant des contraintes physiques d’un ancrage dans un lieu donné (y compris quand le « lieu » est un « objet »), on peut se demander dans quelle mesure ils peuvent participer à la construction d’un monde idéel qui porte les valeurs et les espoirs des Carolingiens, parallèlement au monde réel qu’ils ponctuent de leurs mots.

  1. Mémoires carolingiennes, PUR, 2008, Corpus des épitaphes carolingiennes du Centre-Ouest, CNRS Éditions, 2020, articles dédiés à Alcuin et Théodulf notamment []