Archives par mot-clé : Épigraphie

Recrutement : ingénieur·e de recherche CNRS en épigraphie médiévale

Le poste d’ingénieur·e de recherche en épigraphie médiévale pour le Corpus des inscriptions de la France médiévale au CESCM est mis au concours par le CNRS : concours n° 50 BAP D – Ingénieur·e de recherche en analyse des sources historiques et culturelles.
 
Les candidatures sont à déposer avant le 10 juillet sur le portail emploi CNRS uniquement.
 
 
BAP : D – Sciences humaines et sociales
Corps : Ingénieur de recherche
Emploi type : Ingénieur·e de recherche en analyse des sources historiques et culturelles (D1C23)

Mission :

L’ingénieur·e de recherche conduit en expert l’élaboration et l’exploitation du Corpus des inscriptions de la France médiévale (papier et numérique), en lien avec le directeur de collection et l’équipe d’épigraphie.

Activités :

• Inventorier, répertorier et étudier les sources épigraphiques médiévales.

• Préparer et réaliser des missions de terrain.

• Assurer le suivi scientifique et matériel de la production du Corpus des inscriptions de la France médiévale.

• Concevoir les outils, papier et numériques, de traitement, d’analyse critique et de diffusion des sources épigraphiques ; les alimenter.

• Exploiter ces sources dans son domaine d’expertise pour produire des connaissances.

• Gérer, enrichir et valoriser des ressources documentaires et scientifiques spécialisées en épigraphie médiévale.

• Assurer une veille scientifique et technique.

• Participer à l’organisation des manifestations scientifiques, aux montages de projets, et au développement des réseaux européens et des collaborations internationales.

• Organiser et assurer la diffusion des sources et des connaissances auprès de la communauté scientifique, nationale et internationale.

• Valoriser sa discipline auprès du public ; concevoir et réaliser des supports de communication.

• Actualiser ses connaissances disciplinaires et techniques.

Compétences :

Savoirs

 

• Bonne connaissance de l’épigraphie médiévale.

• Bonne connaissance de la paléographie médiévale.

• Maîtriser le latin et avoir des connaissances générales en français médiéval.

• Connaître les méthodes, pratiques et instruments de travail en épigraphie médiévale et plus largement en médiévistique.

• Maîtrise de l’anglais niveau B1 (cadre européen commun de référence pour les langues).

• Connaissance bienvenue d’autres langues vivantes.

 

Savoir-faire

• Maîtriser et contrôler les méthodes de prospection et d’inventaire des sources.

• Transcrire et analyser les écritures (manuscrits, documents épigraphiques et imprimés anciens, etc.).

• Éditer les textes épigraphiques médiévaux.

• Formaliser les besoins et contraintes pour l’élaboration des outils de traitement des données ; être en mesure de contrôler leur développement en fonction des objectifs scientifiques.

• Connaître le fonctionnement des bases de données et de l’édition numérique en XML-TEI.

• Connaître les règles juridiques en matière de propriété scientifique et intellectuelle.

• Avoir le sens du travail en équipe et du dialogue avec les différents partenaires.

• Avoir des capacités rédactionnelles.

Contexte :

Le CESCM est une unité mixte de recherche relevant de l’Université de Poitiers et du CNRS, qui soutient, développe et anime une recherche scientifique d’excellence dans le domaine des études médiévales (histoire, histoire de l’art, archéologie, littérature, philologie, épigraphie, musicologie etc.).
L’épigraphie médiévale est un des domaines d’excellence du CESCM, créée il y a plus de 50 ans. Elle se déploie autour de quatre activités : l’édition (le Corpus des inscriptions de la France médiévale/TITULUS, édition numérique de ce corpus : https://titulus.huma-num.fr/), la documentation (inscripthèque), la formation (enseignement en master, écoles d’été) et la recherche (projets en cours comme European Research Council GRAPH-EAST, Equipement d’excellence+ Biblissima+, projet Institut Universitaire de France CARMECA, IGAMA), valorisée par une revue numérique (http://in-scription.edel.univ-poitiers.fr/) et des carnets de recherche (https://epimed.hypotheses.org/). L’ensemble est désormais regroupé au sein du laboratoire dans une structure en cours de constitution : la « Maison de l’épigraphie », qui a pour but de promouvoir et d’enrichir la discipline, d’accueillir et former les jeunes chercheurs français et étrangers et de développer le réseau des épigraphistes en Europe et en Méditerranée.

L’ingénieur·e sera placé·e sous l’autorité hiérarchique de la directrice d’unité. Il·elle s’intégrera au sein d’une équipe composée d’enseignants chercheurs, de chercheurs, de doctorants et d’ingénieurs contractuels. Il·elle interagira avec les autres services du pôle documentaire du CESCM (photothèque, bibliothèque, laboratoire photo), et avec les chercheurs du CESCM, notamment ceux des équipes Ecclesia et Culture visuelle. Il·elle s’impliquera dans la communauté scientifique, les communautés d’intérêt et de pratique et les réseaux professionnels. Il·elle pourra effectuer des déplacements sur le terrain en France (environ 4 semaines par an) et en Europe (de façon occasionnelle).

 

Accéder à un large éventail de ressources sur le patrimoine écrit : le portail Biblissima et l’infrastructure Biblissima+

(Compte rendu de l’atelier de la Doc’ présenté par Anne-Sophie Traineau-Durozoy et Damien Strzelecki au pôle documentaire du CESCM le 10 avril 2024).

Le portail Biblissima est une bibliothèque virtuelle créée et enrichie entre 2012 et 2021. Il donne accès à un patrimoine écrit (manuscrits, incunables, imprimés anciens) du Moyen Âge et de la Renaissance en Occident du VIIIe au XVIIIe siècle. Les données sont interrogeables de plusieurs manières et elles sont alignées par le biais de référentiels permettant l’alignement, la désambigüisation et la normalisation des données. Biblissima s’appuie sur l’International Image Interoperability Framework (IIIF) pour la visualisation des données et des métadonnées et notamment garantir un accès en haute définition aux images, de les annoter ou encore de travailler simultanément sur plusieurs manuscrits. Enfin, une boîte à outils a été développée, laquelle est disponible sur le portail, apportant des ressources et outils pour mieux appréhender les données disponibles sur le portail.  

Biblissima+ est une infrastructure numérique multipolaire lancée en 2021 qui s’inscrit dans la droite lignée de Biblissima1. Il s’agit d’élargir à l’ensemble de la culture écrite, en allant de l’Antiquité mésopotamienne aux archives d’érudits modernes et de chercheurs contemporains. La diversité des sources et des ambitions est au cœur de Biblissima+ : il ne compte pas moins de 7 clusters. Le CESCM est fièrement représenté dans le projet en participant activement au cluster 5A : Épigraphie et TEI.  D’ici à 2030, le portail sera augmenté de nombreuses données et ressources., dont celles produites par l’équipe d’épigraphie médiévale. 

  1. Biblissima+ bénéficie d’une aide de l’État gérée par l’ANR au titre du Programme d’investissements d’avenir intégré à France 2030, portant la référence ANR-21-ESRE-0005. []

Appel à communication : Supports, style et usages de la poésie funéraire (IXe-XIIe siècles)

Appel à communication His verbis exprime luctum. Supports, style et usages de la poésie funéraire (IXe-XIIe siècles)

[English version below]

Au détour d’un exemple d’amplification, Geoffroi de Vinsauf indique à ses lecteurs les mots appropriés à l’expression du deuil (« Temporibus luctus his verbis exprime luctum », Poetria nova, v. 367). De fait, le décès d’un individu suscite diverses productions écrites, notamment poétiques, à l’instar des plaintes funèbres (planctus), des épitaphes et des titres de rouleaux mortuaires. De prime abord, le trait distinctif de la poésie funéraire est d’ordre thématique : la mort en fonde l’unité. Malgré leur proximité discursive, les poèmes funéraires se démarquent par des critères formels (poésie métrique, rythmique, ou performance orale) et matériels (codex, rotulus, pierre).

Dès l’époque carolingienne, la poésie funéraire connait un développement considérable. Les raisons de son succès au cours du premier Moyen Âge restent encore à éclaircir. Traditionnellement, l’historiographie marque une rupture au tournant des XIIe et XIIIe siècles, entre autres en raison de la production croissante des textes vernaculaires et de l’amorce du macabre, avec la figure d’Hélinand de Froidmont. L’ambition des journées est d’étudier les expressions poétiques du deuil à l’aune de leurs supports, de leur style et de leurs usages. Il s’agira de questionner la notion de poésie funéraire par l’étude de ses diverses manifestations poétiques, tout en s’interrogeant sur sa production et sa réception : quels sont les éléments précurseurs ? Qu’est-ce qui se maintient aux siècles suivants ? En quoi sied-il de parler plutôt d’une transformation ou plutôt d’une rupture nette ?

Cliché L-O Crosland (photothèque du CESCM)

La matière de la poésie funéraire (Université de Poitiers, CESCM ; 26-27 septembre 2024)

Tout au long du Moyen Âge, le décès peut déclencher la composition poétique et l’acte d’écriture. L’enjeu de cette première journée sera de caractériser la matière qui convient à l’expression du deuil : comment définir la poésie funéraire aujourd’hui et envisager la porosité entre ses différentes manifestations (planctus, épitaphes, titres de rouleaux mortuaires) ? Dans quels contextes (manuscrits comme monumentaux) apparaissent les différentes expressions poétiques funéraires ? À quels besoins répondent-elles (commémoratifs, cathartiques, panégyriques et liturgiques) et à qui s’adressent-elles ?

À cette diversité des manifestations poétiques répond une diversité d’usages. Il conviendra aussi de s’interroger sur les liens qui peuvent être établis entre le poème funéraire et son support. Quels facteurs suggèrent ou imposent la forme du poème funéraire ? Quelles pratiques de lecture assigne-t-on aux divers supports ? Quelles traces d’oralité subsistent dans les témoins écrits et quel est le statut de la composition musicale dans la poésie funéraire ?

La mort d’un individu est l’élément commun à tout poème funéraire. Toutefois, cette poésie s’inscrit dans un réseau intertextuel et emprunte des topoï attestés dans d’autres productions littéraires : ainsi, l’expression de la douleur, la prière et la glorification. Dès lors, quels topoï sont récurrents dans les différentes manifestations du deuil ? Sont-ils en tout ou en partie conditionnés par leur support ? Dans quel réseau intertextuel s’inscrivent-ils ? Font-ils l’objet d’un traitement spécifique selon leur contexte ?

Style et mise en scène de la poésie funéraire (Université Catholique de Louvain ; 28-29 novembre 2024)

L’objectif de la deuxième journée consistera à s’interroger sur l’existence d’une esthétique propre à l’expression du deuil. Cette question sera d’abord abordée du point de vue stylistique. Existe-t-il un langage ou une poétique spécifique à la matière funéraire ? Quels outils et quelles méthodes peuvent-être mobilisés (études stylométriques, humanités numériques, etc.) ? Quelles sont les caractéristiques formelles des poèmes funéraires (figures de prédilection, variations lexicales, constructions syntaxiques, etc.) et sont-elles conditionnées par leur support ? À quel(s) type(s) de versification s’adonnent les poètes ?

Ensuite, il faudra étudier les représentations de la poésie funéraire et la manière de la mettre en scène. La distance entre le texte et son support théorique a déjà été soulevée par l’historiographie, en particulier pour les épitaphes. Si toutes les épitaphes n’ont pas été gravées, comment évoque-t-on leur matérialité dans le discours poétique ? Quels codes visuels et quelles caractéristiques graphiques reprennent les scribes pour faire penser à une épitaphe lapidaire ? Quelles sont les fonctions des jeux graphiques adventices, et font-ils partie intégrante de la poétique funéraire ?

Enfin, il sera nécessaire de mieux définir les rapports que l’auteur entretient avec la matière poétique funéraire. Quelles attitudes développe le poète devant les contraintes qu’implique son sujet – le décès ? Si les arts poétiques du Moyen Âge ne se sont que très peu préoccupés de la question du genre littéraire, existe-t-il néanmoins des traces d’une codification plus ou moins consciente ? En quoi les modèles didactiques, les pastiches et les caricatures permettent-ils de mieux évaluer les traces de cette codification ?

Informations pratiques

Les journées d’études se tiendront respectivement à Poitiers (France) le 26 et 27 septembre 2024 et à Louvain-la-Neuve (Belgique) le 28 et 29 novembre 2024. Les présentations de 40 minutes seront suivies de 20 minutes de questions. Des sessions seront prévues sous le format de table ronde : des jeunes chercheurs et chercheuses présenteront des études de cas en 20 minutes. Un format numérique permettra de suivre l’ensemble des journées à distance au besoin.

Propositions

Les propositions d’études de cas (maximum 500 mots) sont à envoyer à eleonore.venturelli@uclouvain.be pour le 1er mai 2024, en français ou en anglais. Le transport, le logement et les repas des intervenants et intervenantes des journées seront pris en charge. La langue de la communication sera choisie avec le comité organisateur. Une publication des actes est prévue.

Comité organisateur

Julien De Ridder (Aspirant fnrs, UCLouvain et Université de Genève), Damien Strzelecki (Ingénieur d’études au CESCM, Université de Poitiers) et Eléonore Venturelli (Aspirante fnrs, UCLouvain et Université de Poitiers)

Comité scientifique

Paul Bertrand (UCLouvain), Estelle Ingrand-Varenne (Université de Poitiers), Cécile Treffort (IUF, Université de Poitiers) et Wim Verbaal (Université de Gand)


Call for papers   Media, Style, and Uses of Funerary Poetry (9th-12th Cent.)

 

Through an example of amplification, Geoffrey of Vinsauf points to his readers the appropriate words to express mourning: (“Temporibus luctus his verbis exprime luctum”, Poetria nova, v. 367). Indeed, the passing of someone gives rise to a variety of written productions, especially poetic compositions: laments (planctus), epitaphs, and titles of mortuary rolls. At first sight, the distinctive feature of funerary poetry is thematic: death underpins its unity. Despite their discursive proximity, funerary poems distinguish themselves through the means of both formal (metrical, rhythmic poetry, or oral performance) and material criteria (codex, rotulus, stone).

From the Carolingian period onwards, funerary poetry experiences a major growth. The reasons for its success during the early Middle Ages are still unclear. Traditionally, historiography marks a breaking point at the turn of the 12th and 13th centuries. This is due in part to the increasing production of vernacular texts and the rise of the macabre, particularly with the figure of Helinand of Froidmont. The aim of these sessions is to study poetic expressions of mourning in the light of their medium, their style and their usage. Our purpose is to question the notion of funerary poetry through the study of its various poetic manifestations, while pondering its production and reception: what are the precursory elements? What remains the same over the course of the following centuries? Why is it more appropriate to talk about a transformation or a clear break?

Cliché L-O Crosland (photothèque du CESCM)

The Material of Funerary Poetry (University of Poitiers, CESCM; September 26 and 27, 2024)

Throughout the Middle Ages, death could inspire poetic composition and the act of writing. The challenge of this first session will be to recognize and characterize the material considered appropriate in the expression of mourning: how can we define funerary poetry today and consider the porosity between its different manifestations (planctus, epitaphs, titles of mortuary rolls)? In what contexts (both manuscript and monumental) do the various expressions of funerary poetry appear? What needs do they meet (commemorative, cathartic, panegyric and liturgical) and for whom are they intended?

This diversity of poetic manifestations is matched by a diversity of uses. We will also look at the links that can be established between the funerary poem and its medium. What factors suggest or impose the form of the funerary poem? What reading practices are assigned to the various media? What traces of orality remain in the written testimonies, and what is the status of musical composition in funerary poetry?

The death of someone is the one common element in all funerary poems. However, this poetry is part of an intertextual network and borrows topoi attested in other literary productions, such as the expression of grief, prayer, and glorification. Which topoi are recurrent in the various manifestations of mourning? Are they wholly or partly conditioned by their medium? What intertextual network are they part of? Do they receive specific treatment depending on their context?

Style and Mise-en-scène of Funerary Poetry (Catholic University of Louvain; November 28 and 29, 2024)

The aim of the second session will be to examine the existence of an aesthetic specific to the expression of mourning. This question will first be addressed from a stylistic point of view. Is there a language or poetics that are specific to funerary subjects? What tools and methods can be mobilized (e.g. stylometric studies, digital humanities)? What are the formal characteristics of funerary poems (e.g. preferred figures, lexical variations, syntactic constructions), and are they conditioned by their medium? What type(s) of versification do poets use?

Then, we will study the representations of funerary poetry along with its staging. The distance between the text and its theoretical support has already been raised by historiography, especially with the case of epitaphs. If all the epitaphs were not engraved, how is their materiality evoked in poetic discourse? What visual codes and graphic features do scribes use to allude to a lapidary epitaph? What are the functions of the adventitious graphic plays, are they an integral part of funerary poetics?

Finally, we need to better define the author’s relationship with funeral poetry. What attitudes does the poet develop in the face of the constraints implied by his subject – death? Although the poetic arts of the Middle Ages paid very little attention to the question of literary genre, are there nonetheless traces of a more or less conscious codification? How can didactic models, pastiches and caricatures help us better assess the remains of this codification?

Practical information

The study days will be held respectively in Poitiers (France) on September 26 and 27, 2024, and in Louvain-la-Neuve (Belgium) on November 28 and 29, 2024. The sessions consist in 40-minutes presentations and will be followed by a 20-minutes question and answer session. Round-table sessions will feature young researchers presenting case studies within 20 minutes. A digital format will allow to follow the entire event remotely, if required.

Proposals

Case study proposals (maximum 500 words) should be sent to eleonore.venturelli@uclouvain.be by May 1st, 2024, in English or French. Transportation, accommodation, and meals will be provided for the day’s speakers. The language of the paper will be chosen in consultation with the organizing committee. A publication of the acts is planned.

Organizing committee

Julien De Ridder (fnrs, UCLouvain and University of Geneva), Damien Strzelecki (CESCM, University of Poitiers) and Eléonore Venturelli (fnrs, UCLouvain and University of Poitiers)

Scientific committee

Paul Bertrand (UCLouvain), Estelle Ingrand-Varenne (University of Poitiers), Cécile Treffort (University of Poitiers, IUF), Wim Verbaal (Ghent University)

 

Epigraphie… ou pas ? Séminaire SEMPER 2023-24

C’est cette expression devenue banale cette dernière décennie – “ou pas ?” – appliquée à l’épigraphie qui nous accompagnera cette année pour le séminaire SEMPER sur l’écriture en dehors du monde manuscrit.  Cette locution verbale moqueuse voire ironique offre l’occasion d’un retour sur la discipline “épigraphie”, sur ses contours flous autour d’un consensus pragmatique et fonctionnel, ses porosités et son caractère peut-être indiscipliné. 

Lettres graffitées non destinées à durer, poésie manuscrite à caractère épigraphique, tatouages, marques lapidaires, enseignes, pseudépigraphie… autant de cas qui interrogent quand on cherche à établir un corpus. Le séminaire proposera un dialogue avec les autres disciplines, telles que la sigillographie, la numismatique, l’archéologie, la paléographie ou encore la typographie. L’enjeu n’est pas d’ériger des frontières, mais de se poster au seuil et de garder la porte ouverte, notamment au moment du lancement de la Maison de l’épigraphie au CESCM. 

7 séances se dérouleront au cours de l’année 2023-2024, à raison d’une par mois, à la fois sous forme de journée au CESCM et sous forme de webinaire de 2h par Zoom.

Lien pour suivre à distance par Zoom les webinaires : https://cnrs.zoom.us/j/99288325188?pwd=SWNya2JLd2pzVDF5azJ2Szd1UEw0Zz09

ID de réunion: 992 8832 5188     Code secret: ia4rmk

  • Vendredi 13 octobre 2023, 9h-17h30 (Salle des Actes, UFR SHA) : Graffitis médiévaux, de Bethléem à Marmande : programme détaillé de la journée et lien spécifique ici 
  • Jeudi 16 novembre 2023, 10h-12h : webinaire avec Délia Préteux, “Transcrire la légende du sceau médiéval, Sigilla–Anrt”
  • Jeudi 14 décembre 2023, 9h30-17h (CESCM) : Poésie à caractère épigraphique, séminaire organisé par Cécile Treffort (IUF) en lien avec le projet CARMECA.
  • Jeudi 15 février 2024, wébinaire 10h-12h : Enimie Rouquette (Université de Nantes), “La poésie de Théodulphe d’Orléans”.
  • Jeudi 14 mars 2024, wébinaire 14h30-16h30 : Katherine Dauge-Roth (Associate Professor of Romance Languages and Literatures, Bowdoin College), “Signing the Body; tattoos and pilgrimages”.
  • Jeudi 16 avril 2024, wébinaire 16h-18h : Hallie G. Meredith (Assistant Professor of the History of Ancient Art, Washington State University), “When Inscriptions are Not: The Case of Imagistic Script as Makers’ Marks on Late Antique Diatreta”.
  • Jeudi 16 mai 2024, wébinaire 10h-12h : Lei Huang, “Les marques lapidaires de l’église abbatiale de Conques”.

Inscriptions in the West, from Late Antiquity to the Early Middle Ages. Writing Names in Medieval Sacred Spaces

 

Writing Names in Medieval Sacred Spaces

Inscriptions in the West, from Late Antiquity to the Early Middle Ages

Estelle Ingrand-Varenne, Elisa Pallotini, Janneke Raaijmakers † (eds)

Turnhout : Brepols, 2023

xx + 386 p. – 110€

  • ISBN: 978-2-503-60236-3 (Hardback)
  • ISBN: 978-2-503-60237-0 (E-book)

This volume proposes a framework for reflection on practices of writing personal names in medieval sacred spaces, uniting historians, art historians, and specialists in written culture (both epigraphers and palaeographers). It traces the forms and functions of names that can be found within the space of early medieval churches and cemeteries, focusing mainly, but not solely, on inscriptions. By examining names written in various kinds of media, from liturgical books to graffiti and more formal inscriptions, the contributors investigate the intentions and effects of the act of writing one’s own name or having one’s name written down. Their interest resides less in the name itself than the interactions it had with its spatial, iconographic, linguistic, ritual, and cultural context, and what this indicates about medieval graphical practices. What is a name from a graphic point of view? What are the specificities of the epigraphic manifestations of names? By whom were names written, and for whom were they intended (if they were even meant to be accessed)? Addressing these and other questions, this volume shows the importance of inscriptions as historical sources and the contribution they give to the study of medieval societies at the intersection of history, anthropology, archaeology, linguistics, and semiology.

Table of contents

Introduction — Vincent Debiais

Le nom et l’être: De la théorie aux mises en forme épigraphiques — Estelle Ingrand-Varenne

Graver son nom dans la pierre: Aspects techniques et culturels — Thierry Gregor

Topographie du nom du saint dans l’église: L’exemple des inscriptions brèves de dédicace — Annick Gagné

Le nom, marque dans l’image et marqueur de l’objet — Vincent Debiais

Le nom à l’oeuvre : Les signatures épigraphiques d’artistes et de commanditaires entre quête de gloire et perspectives eschatologiques — Emilie Mineo

Hic fuit: Scratching Names on Sacred Walls — Carlo Tedeschi

Saints’ Names and Relics: The Evidence of Church Inscriptions — Elisa Pallottini

Ces morts dont on inscrit le nom dans la pierre … — Cécile Treffort

Et breve in exigo marmore nomen ero: Un seul nom pour épitaphe (Gaule, Aquitaine, VIe-VIIIe s.) — Morgane Uberti

The Memory of a Person’s Name —Janneke Raamakers

The Social Meaning of Names — Janneke Raamakers

Naming as a Liturgical Act — Els Rose

Beyond the Pale? Those Who Were Not Worthy to Be Named — Marco Mostert

Conclusions — Estelle Ingrand-Varenne, Elisa Pallottini and Janneke Raamakers

Bibliography

Indices


Elisa Pallottini (Utrecht University – University “G. D’Annunzio” of Chieti-Pescara) is a Latin Paleographist working in the field of Medieval Written Culture and Epigraphy.

Estelle Ingrand-Varenne (CNRS – CRFJ/CESCM) is specialized in medieval epigraphy, in France and in the Latin East. She is the principal investigator of the ERC GRAPH-EAST.

Janneke Raaijmakers (1973-2021) was an internationally valued authority on the topic of relics. The author of The Making of the Monastic Community of Fulda, c. 744-c. 900 (Cambridge, 2012), she also ran project ‘Mind over Matter: Debates about the Sanctity of Religious Objects, ca. 400-1200’ (Utrecht 2012-2018), was co-organiser of an exhibition on relics at Museum Het Catharijneconvent (see Relieken, Utrecht and Zwolle, 2018), and co-directed an international French-Dutch project, ‘MEDNAME: Inscribing Names in Medieval Sacred Spaces’.