Archives par mot-clé : doctorante invitée

Maria, doctorante à l’internationale

Maria Aimé Villano est née et a grandi en Argentine. Mais c’est à Florence puis à Venise que cette charmante doctorante a fait et poursuit ses études. Elle est à Poitiers jusqu’à fin novembre.

Maria, quel est ton parcours universitaire ?

J’ai fait mon Master 1 et 2 en histoire de l’art à Florence, mon directeur de mémoire était le Professeur Guido Tigler et il a suscité chez moi un engouement pour l’histoire de l’art et Venise, grâce à ses cours en sculpture vénitienne ; c’est ainsi que j’ai découvert les colonnes de ciborium de san Marco. Je suis actuellement en 3ème année de doctorat.

Parle-nous de ton sujet de thèse …

J’ai obtenu une place de doctorat à l’université Cà Foscari de Venise et j’ai poursuivi sur ce sujet « Les colonnes du ciborium de la basilique de Saint Marc à Venise », surtout du point de vue de l’iconographie et des inscriptions qui les accompagnent, avec Stefano Riccioni (université de Venise) et Fabio Coden (université de Vérone).

Pourquoi ce choix de Poitiers ?

Avec Stefano Riccioni on a décidé d’approfondir mes recherches liées aux inscriptions et leur rapport aux images, d’où la co-tutelle avec l’université de Poitiers sous la direction de Vincent Debiais, chargé de recherche CNRS à l’EHESS. Tout le monde sait que Poitiers et le CESCM sont l’endroit idéal pour étudier les inscriptions. Il était très important que je puisse consulter l’inscripthèque et la photothèque du CESCM : je crois être parvenue à « exploiter » toutes les personnes susceptibles d’apporter des réponses à mes questions. Le programme et les journées Epimed m’ont beaucoup apporté aussi, une occasion de croiser des professionnels ; c’est une sorte de full immersion pour moi d’être à Poitiers car je ne connaissais pas grand-chose au sujet : j’ai de plus la chance de croiser chaque jour Monsieur Robert Favreau, quel privilège !

Tu es arrivée depuis quelques mois, qu’est-ce que tu ressors de ton séjour ?

C’est la dimension internationale qui est riche ici et la façon de travailler en groupe, de partager pour faire ressortir au mieux ce qu’il y a chez chacun : ce côté collaboratif. Pour une doctorante, ça permet vraiment de gagner en confiance. Poitiers est une ville merveilleuse, il y a une vraie dimension humaine de par sa taille et beaucoup d’activités culturelles, pour une médiéviste c’est le paradis !

 

Rafca Nasr à Poitiers, nous parle des peintures rupestres au Liban

Rafca Nasr vient de Byblos (Jbeil) au Liban, et effectue ses études sur les peintures murales du Moyen Âge au Liban. Nous l’accueillons au CESCM pour 6 mois, dans le cadre d’une convention de cotutelle avec l’Université libanaise de Beyrouth.

Cliché E. Avril
Cliché E. Avril

Rafca, parlez-nous de votre parcours universitaire :

J’étudie à l’Université Libanaise de Beyrouth, et suite à l’obtention d’un DES en Arts et Archéologie, j’ai souhaité préparer un doctorat en cotutelle avec Nada Helou (Université Libanaise de Beyrouth) et Marcello Angheben (Université de Poitiers/CESCM), dont le sujet est « Le décor en peinture murale du Moyen Âge au Liban. La peinture rupestre ».

Vous avez déjà quelques belles expériences professionnelles …

J’ai acquis depuis 2009, une riche expérience dans le domaine de la restauration des peintures murales, à travers plusieurs expériences lors des interventions russes et polonaises :

– Restauration des fresques des églises d’Edde El Batroune et de Rachkida, avec la mission russe sous la direction de V. Sarabianov (mars/avril 2012)

– Restauration des fresques médiévales, avec la mission polonaise à Maad de l’Université de Varsovie, sous la direction de K. Chmilewski (juillet 2009)

– Restauration des fresques médiévales de l’église de Kfarhelda avec la mission polonaise de l’Université de Varsovie, sous la direction de K. Chmilewski (sept. 2010 et sept. 2011)

– Restauration des fresques médiévales des églises de Kfarhelda et d’Amioun, avec la mission polonaise de l’Université de Varsovie, sous la direction de K. Chmilewski (sept. 2013)

J’ai aussi effectué un stage de restauration de mosaïques en Syrie avec une équipe italienne, à Damas sous la direction de l’Ambassade d’Italie, en juillet 2010.

Ces découvertes de terrain m’ont permis de connaître relativement bien les aspects matériels et techniques des peintures murales et des mosaïques de pavement.

Cela nous amène à votre sujet de thèse …

 J’ai souhaité étudier le décor en peinture murale du Moyen Âge au Liban et plus précisément la peinture rupestre.

Parmi les vestiges médiévaux conservés au Liban, les églises forment un groupe important du patrimoine religieux et historique. Parallèlement à 3 types de plans d’églises construites en maçonnerie, il en existe un quatrième, celui de l’architecture rupestre. Ce dernier ne se plie à aucune règle, aucun schéma ou structure régulière, pour la simple raison que sa structure est organiquement rattachée à la configuration du terrain et à la forme de la grotte.

Les églises décorées de peinture, qui font l’objet de mon étude, sont concentrées sur le territoire du comté de Tripoli qui s’étend du sud de Byblos jusqu’au nord de Tripoli. Le Liban étant un pays montagneux, il est entaillé de vallées très profondes sur les flancs desquelles s’ouvrent des cavités rocheuses qui ont servi, au Moyen Âge, de refuge pour les chrétiens et plus spécialement pour les ascètes fuyant aux plaisirs de la vie matérielle. Ceux-ci trouvaient dans ces grottes l’endroit idéal pour leur solitude et leur union avec Dieu.

Monastère de la croix, Vallée Sainte (Liban / Cliché R. Nasr

La vallée de la Qadicha, qui signifie la Vallée sainte, située au nord du Liban, est la vallée la plus habitée au Moyen Âge : elle est parsemée de chapelles, de monastères et d’ermitages, tous situés à flanc de falaise. Un certain nombre de ces lieux de culte avaient les parois couvertes de peintures rupestres ; la majeure partie de sites étudiés remontent aux XIIe et XIIIe siècles. : Les grottes que j’étudie sont soit complètement nichées dans le rocher comme Mar Marina à Qalamoun, soit comme la chapelle de Kfar Chleiman taillées dans la roche, ou bien à moitié rupestres comme la plupart des sites. S’ajoutent aussi les églises construites en grande partie en maçonnerie mais ayant une petite partie rattachée ou s’appuyant sur un rocher.Me basant sur l’analyse de la peinture rupestre d’une quinzaine d’églises, mon objectif vise à étudier le décor des églises situées dans des endroits éloignés, difficiles d’accès, voire parfois inaccessibles. L’abondance des établissements rupestres à peinture témoigne de la vitalité de la région à l’époque médiévale et de sa vie religieuse.

Que souhaitez-vous faire ressortir de cette étude ?

Ma tâche consiste à élucider un côté resté méconnu dans l’étude des fresques médiévales du Liban, qui est celui de l’existence de cette peinture rupestre en tant que phénomène. Me basant sur l’analyse iconographique, liturgique, stylistique et comparative, j’aspire à trouver non seulement des influence et les interactions, mais aussi qui sont les personnes ayant contribué à la réalisation de telles peintures : est-ce les religieux eux-mêmes qui les ont exécutés, ou ont-ils fait appel à des artisans ? Pour qui étaient-elles exécutées, y a-t-il eu des donateurs laïques ou uniquement le clergé ? Il s’agit également de comparer ces peintures à celles reproduites dans des églises dites « plus ordinaires » et de spécifier s’il existait une peinture particulière pour les églises rupestres.

L’analyse doit s’appuyer sur des modèles issus principalement du patrimoine de l’art local, la peinture du Levant (chrétien et musulman) mais aussi de la koinè byzantine et du monde occidental des Croisés. L’approche avec les styles contemporains permet de repérer les points de convergence et de divergence avec le style de ces fresques rupestres. Cette étude devra mener à situer les peintures rupestres du Liban dans leur contexte artistique, religieux et historique, afin d’ouvrir une nouvelle page concernant l’histoire des fresques et les techniques utilisées dans la réalisation de ces œuvres d’art.

Gabriel, détail de l’Annonciation / Cliché R. Nasr

Vous êtes allée plusieurs mois « sur le terrain »

Avant de commencer le travail bibliographique, j’ai visité durant quatre mois la majorité des églises médiévales à fresque du Liban pour contempler et prospecter les compositions peintes. J’ai essayé d’identifier les figures et les scènes, parfois voilées sous une couche épaisse de crasse et de calcaire. Après la prise de notes et l’exécution de fichiers pour les différents éléments du décor, j’ai photographié les scènes et les détails représentés dans chaque église. Pour finir, j’ai rassemblé une bibliographie précieuse sur les fresques du Liban.

Quelles sont les raisons de votre venue à Poitiers ?

Je suis à Poitiers pour effectuer ma thèse de doctorat et travailler avec l’équipe de peintures murales du CESCM et je vais suivre une formation sur les relevés donnée par Carolina Sarrade, archéographe à la photothèque. Je vais faire un stage avec elle sur le terrain et apprendre ensuite la reprise informatique des relevés.

La pratique du relevé stratigraphique devrait m’offrir la possibilité d’acquérir une connaissance approfondie de l’œuvre. La réalisation du relevé conduit à reproduire les gestes du peintre et à mieux comprendre sa démarche et, lorsque le relevé est traité informatiquement, il permet de restituer les formes peu lisibles et de décomposer la stratigraphie, autrement dit les étapes du processus pictural ou les différentes interventions chronologiques sur une même image.