Archives par mot-clé : costumes

Atelier interdisciplinaire du CESCM (13 au 17 janvier 2014) – 3/5

Mercredi 15 janvier 2014

La troisième séance était consacrée à la littérature médiévale.

Dans Lire le poème didactique au XIIIe siècle, Valérie Fasseur (maître de conférence en langues et littérature française médiévales, en délégation CNRS au CESCM) est revenue sur la Querelle des Universités qui a agité le Paris intellectuel, religieux et littéraire des années 1250, à travers les récits allégoriques qu’ont pu en faire des poètes tels que Rutebeuf. L’auteure a rappelé toute la difficulté à trouver un équilibre entre l’exégèse de textes poétiques – encouragée par nombre d’auteurs et théologiens médiévaux depuis Jean Scot Érigène – et la prudence interprétative, nécessaire, mais qui ne doit pas décliner l’invitation au commentaire faite par le livre médiéval. Elle s’est ensuite attachée à une première étude de cas en retraçant l’évolution du langage poétique employé par Rutebeuf lors de la Querelle. Dans les premiers poèmes satiriques où il traite du sujet, Rutebeuf adopte une « manière rude », pamphlétaire, jouant sur l’affect plus que sur des arguments intellectuels. Dans sa Repentance toutefois, le poète prend conscience de l’incapacité de cette véhémence verbale à convaincre et enseigner, et part à la reconquête du langage poétique. Cette démarche aura moins pour objet de lutter contre les Mendiants, même si cette lutte demeurera d’actualité, que de trouver la voie du Salut et de la rectitude. La Leçon d’Hypocrisie et d’Humilité, écrite quelques temps plus tard, se pare alors d’une nouvelle forme littéraire, abandonnant la polémique au profit d’un pastiche du mode allégorique du songe raconté. En troquant sa « manière rude » pour l’allégorie, plus subtile et métaphorique, plus ambigüe aussi, le poète emprunte la manière de ses ennemis « hypocrites » et la retourne contre eux. Il atteint ainsi un double but, remporter la joute verbale qui l’oppose aux Mendiants, et amener son lecteur à interpréter le texte au-delà de ses apparences triviales.

C’est un cheminement inverse qui est révélé dans la seconde étude, consacrée au Roman de la Rose de Jean de Meun. Au cours de ce récit allégorique apparaît un personnage nommé Faux-semblant. Menteur et tueur en tout point détestable, ce dernier sème pourtant le doute en tenant un discours de sincérité et d’esprit critique, forçant le lecteur à critiquer et interpréter le roman par lui-même. Cet avatar de l’auteur, menteur (« fictionneur ») qui porte un discours de vérité, amène par ses paroles une réflexion sur l’herméneutique en dénonçant la prétention à enseigner des choses complexes au moyen d’exposés littéraux. Le récit montre ici que l’abandon du langage allégorique, et de la richesse interprétative qu’il permet, au profit d’un exposé littéral perçu comme un appauvrissement du sens profond et caché, demeure néfaste et condamnable. Cette riche interprétation du texte de Jean de Meun participe d’un mouvement de réhabilitation de cet auteur, universitaire baigné de lectures savantes, trop souvent présenté comme le successeur paillard de Guillaume de Lorris.

compagnon de Sainte Catherine, fin XIIe s. Crypte de l'église Notre-Dame, Montmorillon (Vienne) / Cliché S. G. Heller
Compagnon de Sainte Catherine, fin XIIe s. Crypte de l’église Notre-Dame, Montmorillon (Vienne) Cliché S. G. Heller  

Le Roman de la Rose fut également abordé par la très dynamique Sarah-Grace Heller, chercheuse de l’Université de l’Ohio et invitée au CESCM (voir interview), dans son exposé consacré à La mode au Moyen Âge. Nourrie de textes sociologiques et sémiotiques, dont ceux de Roland Barthes, l’intervenante a présenté ses recherches actuelles, qui tentent de poser les critères permettant d’identifier l’existence ou non d’un « système de mode » au sein des sociétés, contemporaines comme médiévales, occidentales ou non. Plus qu’un ensemble de codes vestimentaires ou visuels, la mode peut aussi être définie par les discours qu’elle génère ou qui la font, la consommation qu’elle engendre, la psychologie individuelle ou collective qui la régit. Si l’historiographie considère que la mode, au sens actuel du terme, apparaît en Occident au XIVe siècle avec les habits modelés d’après les formes corporelles, Sarah-Grace Heller s’attache à montrer qu’il est possible d’identifier des systèmes de mode antérieurs, relatés par plusieurs textes dont le Roman de Guillaume de Lorris.

L’auteur y expose comment, pour gagner le cœur de sa Rose, le gentilhomme se doit d’être bien habillé, selon ses moyens, élégant sans être orgueilleux. Les personnifications de l’Avarice ou de la Convoitise interviennent pour désigner les excès à éviter, tout comme elles suggèrent des pratiques de consommation bien plus concrètes, comme le fait de renouveler régulièrement sa garde-robe, de restreindre sa boulimie consommatrice… des conseils toujours sages et actuels. Dans un fabliau du XIIIe siècle (Le Dit de Ménage), on retrouve cette conception de la mode comme aide à la séduction. Il s’agit ici d’une liste de choses que tout bon ménage se doit de posséder ; y figurent, parmi les chaudrons, matelas et autres écuelles, les bijoux et vêtements tant appréciés de ces dames… De fait, les textes médiévaux semblent surtout s’attacher à décrire les parures féminines, même si la recherche de l’auteure est encore loin d’être achevée. Sarah-Grace Heller a en effet entrepris d’étudier les anciens systèmes de mode d’après le plus de sources possibles, y compris l’archéologie, ce qui l’amène à s’intéresser également à la période mérovingienne et aux parures de bijoux qu’ont livrées les tombes.

L’après-midi était consacré à une initiation pratique au logiciel bibliographique Zotero, assurée par Blaise Royer, secrétaire des Cahiers de civilisation médiévale, et Vanessa Ernst-Maillet, chargée de l’information scientifique et technique pour le CESCM. Karine Corre, responsable du service de presse BCM-CCM pour le CESCM et Blanca Angeles (doctorante au CESCM) ont ensuite présenté la Bibliographie de Civilisation médiévale et l’International Medieval Bibliography, outils de recherche en ligne élaborés par l’Université de Leeds et le CESCM.

Une américaine à Poitiers : interview

Sarah-Grace Heller, associate professeur de lettres françaises et d’études médiévales à l’université Ohio State à Columbus (Ohio), est très heureuse de pouvoir passer une période sabbatique à Poitiers parmi les chercheurs du CESCM pendant l’année scolaire de 2013-2014.

Nous lui avons posé quelques questions.

Sarah-Grace, vous êtes enseignante-chercheuse à Colombus, quelles sont vos activités scientifiques parallèles ?

A l’Université Ohio State, je donne des cours d’ancien français et d’occitan, ainsi que des cours de littérature française médiévale et moderne dans le département de français et d’italien.

SGHJ’ai été directrice associée au CMRS (Center for Medieval and Renaissance Studies), et pour le centre je donne des cours interdisciplinaires en anglais tel « Gothic Paris » qui proposent une initiation aux études médiévales à travers l’optique de la ville universitaire aux XIIe-XIIIe siècles.

Je m’intéresse aux études occitanes, et suis actuellement Présidente de la Société Guilhem IX qui publie la revue Tenso.

J’ai publié des articles sur les lois somptuaires, la littérature des croisades, et le Roman de la Rose, parmi d’autres sujets.

Parlez-nous de vos projets de recherches :

Mon but est de mener à terme deux projets sur l’histoire de la mode et la consommation au Moyen Age. Dans ma monographie An Illustrated History of Medieval Fashion 500-1350, pour Boydell & Brewer, je tente de faire une synthèse des évidences littéraires, documentaires, visuelles, et archéologiques de la présence (ou absence) de la mode en tant que système culturel de la production et consommation des nouveautés.

Partant de mon premier livre, Fashion in Medieval France1, où j’ai examiné diverses théories de la mode venant des domaines de la sociologie, l’économie, la psychologie, l’histoire du costume, et le journalisme de la mode, je cherche à analyser la question de l »existence’ de la mode pour les époques antérieures au Moyen Age tardif. Quelles conditions permettaient la possibilité de choix de consommation personnels ? Avec quelle régularité changeait-t-on de styles, soit vestimentaires, soit d’autres formes de manifestations du goût personnel ?

Votre CV montre que vous menez de front de nombreuses autres activités éditoriales …

Je travaille cette année également comme éditrice de A Cultural History of Fashion, vol. 2: The Medieval Age (800–1450), publié par Berg Publishers, dont les contributeurs sont Gale Owen-Crocker et Elisabeth Coatsworth pour les textiles, Eva Andersson Strand pour le côté production, Guillemette Bolens pour les notions du corps, Andrea Denny-Brown pour les croyances, E. Jane Burns sur les questions de sexualité, Laurel Ann Wilson sur l’hiérarchie sociale, Michèle Hayeur Smith à propos de l’ethnicité, Desirée Koslin pour les représentations visuelles, et Monica Wright pour les représentations littéraires.

D’où vous vient cet engouement pour la mode ?

Avant d’entreprendre des études supérieures, j’ai fait plusieurs années d’apprentissage comme costumière à l’Opéra du Minnesota (d’où je suis originaire), puis j’ai travaillé dans plusieurs compagnies théâtrales régionales. Ma façon de lire les œuvres littéraires a été donc marquée par le souci de réaliser les thèmes à travers les créations visuelles, et elle amène une certaine expérience textile aux textes.

Qu’attendez-vous de votre séjour à Poitiers ?

Cette année, j’espère pouvoir parcourir les publications historiques et archéologiques, difficiles à obtenir dans les bibliothèques d’Amérique du Nord, trouver des illustrations pour ces deux livres, et profiter des conversations avec les collègues européens.

Lien vers le CV et la bibliographie : Sarah-Grace HELLER

 

  1. Fashion in Medieval France, Boydell & Brewer, 2007 (Gallica, 3), 216 pp. []