Archives par mot-clé : Corpus des inscriptions de la France médiévale

Jana Gazdagová, stagiaire slovaque au CESCM

Jana est une étudiante slovaque, en histoire de l’art : elle vient d’effectuer deux stages successifs dans 2 services au CESCM et nous en parle.

Cliché Jean-Pierre Brouard (CESCM)

Jana, peux-tu nous expliquer ce choix du CESCM ?

Je cherchais un laboratoire d’accueil autour de l’histoire de l’art et c’est le CESCM qui m’est apparu comme étant le lieu de pluridisciplinarité qui serait susceptible de m’accueillir. Les cours proposés, les sujets de recherches, la notoriété du centre, tout cela m’a attiré.

J’ai donc contacté M. Éric Palazzo par l’intermédiaire d’Ivan Foletti, ainsi que M. Martin Aurell, à qui j’ai expliqué que la possibilité de travailler CESCM serait pour moi une expérience enrichissante du point de vu professionnel mais aussi scientifique, puisque j’envisage de faire un doctorat. Il fallait aussi que je trouve un lieu qui m’accueille et me laisse suivre en même temps des cours d’histoire de l’art en Erasmus : et puis, je devais améliorer mon français !

 

Quel est ton parcours universitaire ?

Je suis diplômée de l’université de Comenius à Bratislava (niveau Bachelor en 2010), et j’ai fait des études d’histoire de l’art à Bratislava (Slovaquie) ; pendant ce temps j’ai également suivi deux ans d’enseignement dans le domaine des antiquités à l’Académie Rudolphine de Prague de 2013 à 2015.

J’ai obtenu un Master en septembre 2016 à l’université Masaryk de Brno (République Tchèque). Mon mémoire était dirigé par Ivan Foletti et portait sur l’architecture et la décoration en fresques de l’église romaine San Giovanni à Porta latina. J’ai effectué un stage de 6 mois (oct. 2015 à avril 2016) à la Bibliotheca Hertziana – Max-Planck-Institut für Kunsgeschichte à Rome, dans l’équipe du professeure Tanja Michalsky. En outre, pendant mes années d’étudiants j’ai organisé deux petites expositions, à Bratislava (Slovaquie) en février 2016 et à Brno (République tchèque) en mars 2015.

J’envisage désormais de faire une thèse mais pour cela je dois présenter le projet en juin 2017 car il y a une sélection à l’université de Brno (République tchèque).

Je vais de plus effectuer un stage de 3 mois (avril à juin) à la Bibliotheca Hertziana de Rome où je vais travailler pour le projet international de M. Ivan Foletti ‘Migrating Art Historians’.

 

Quels sont les services du CESCM qui t’ont accueillie ?

Tout d’abord de mi-octobre à mi-décembre 2016 j’ai travaillé dans le service bibliographique des Cahiers de civilisation médiévale avec Karine Corre et Élisabeth Yanssens : j’ai dépouillé des revues reçues par échange à la rédaction des CCM ; j’ai effectué le traitement documentaire et l’indexation des e-books présents sur Cairn  pour la Bibliographie de civilisation médiévale (BCM) ; enfin, j’ai indexé des ouvrages collectifs (essentiellement des actes de colloques) reçus en service de presse à la rédaction pour l’International Medieval Bibliography (IMB).

Je me suis déplacée en bibliothèque (BUMF et BU Droit-Lettres) avec Mathieu Cosson, doctorant en histoire avec Martin Aurell, pour découvrir ces bibliothèques, leurs ressources documentaires et pouvoir travailler sur les revues en langue française (dépouillement des articles à l’aide d’un thésaurus spécialisé).

Puis je suis revenue à l’inscripthèque début janvier 2017, pour participer au projet TITULUS (épigraphie médiévale numérique), dont un des volets est la numérisation des volumes déjà parus du Corpus des inscriptions de la France médiévale (CIFM) sur Persée, portail de diffusion libre et gratuit.

Avant la mise en ligne finale, il y a plusieurs étapes essentielles, dont la validation éditoriale à laquelle je participe. Ce travail fin et patient de relecture et de vérification du travail de numérisation, des tables des illustrations, des titres, est très important et gage de qualité.

Dans quelques mois, les volumes 1-24 du CIFM seront donc accessibles à tous soit directement sur Persée, soit en cliquant sur un des départements de la carte sur le site du projet.

Merci Jana, votre venue a été un réel enrichissement pour le CESCM, vous semblez une étudiante très sérieuse et motivée, toujours avec le sourire ! Nous avons également beaucoup appris sur votre pays. Bonne continuation.

 

 

 

Corpus des inscriptions de la France médiévale 26 : Cher

cifm26_1re-de-couverture Estelle Ingrand-Varenne et Cécile Treffort (dir.)

Corpus des inscriptions de la France médiévale : Cher

Paris : CNRS éditions, 2017

(Corpus des inscriptions de la France médiévale, 26) 240 p., ISBN : 978-2-271-08762-1

Ce vingt-sixième volume du Corpus des inscriptions de la France médiévale continue d’explorer la production épigraphique du Berry, à travers les 178 inscriptions du VIIIe au XIIIe siècle du Cher. La ville de Bourges est en tête grâce aux inscriptions funéraires d’époque carolingienne conservées au Musée du Berry qui font revivre toute une communauté, et aux vitraux de la cathédrale Saint-Étienne, où noms d’apôtres, d’archevêques du diocèse et de saints locaux sont peints dans une écriture élégante et colorée près de la figuration des personnages et dans les légendes hagiographiques.

Ce volume présente un nombre important de « séries », rarement aussi abondantes dans une même région. Le calendrier de pierre donnant la date de décès des chanoines à Plaimpied-Givaudins, les tombes d’abbés, de fondateurs et membres de l’aristocratie à l’abbaye de Noirlac, rejoignent les séries berruyères. Les décors peints accompagnés d’inscriptions sur les murs et les voûtes des églises d’Allouis, Avord, Brinay, Chalivoy-Milon, Charly ou Vallenay sont également remarquables. Enfin, la cloche, autre objet du quotidien médiéval, rythmant la vie des clercs et des laïcs, est particulièrement présente dans ce corpus berrichon, à La Celle-Condé, à Neuilly-en-Dun et à Sidiailles. À l’inverse, le poème sur la mort de la Vierge au tympan de Saint-Pierre-le-Puellier, aujourd’hui au Musée du Berry, ou les noms des mois et la signature d’artiste sur celui de Saint-Ursin à Bourges sont des pièces exceptionnelles. Sur pierre, métal, enduit ou verre, ces textes sont partie prenante d’un réseau graphique et artistique, voire de l’ensemble de la culture matérielle, écrite et visuelle du Moyen Âge.

Ce nouveau volume offre au lecteur édition, traduction, commentaire, photographies, carte et index pour mieux les explorer.


Les directrices l’ouvrage :

Estelle Ingrand-Varenne est docteur en histoire médiévale et ingénieur d’études au CNRS, spécialisée en analyse des sources anciennes ; elle est en charge depuis 2013 de la publication du Corpus des inscriptions de la France médiévale et participe aux activités de recherche du CESCM.

Cécile Treffort, professeure des universités en histoire médiévale à Poitiers, est spécialiste de l’époque carolingienne ainsi que de l’histoire culturelle, religieuse et funéraire des VIIe-XIIe siècles. Elle dirige le Corpus des inscriptions de la France médiévale depuis 2001.

[17 sept. 2014] Corpus des inscriptions de la France médiévale (1974-2014) : 40 ans d’épigraphie médiévale à Poitiers

Mercredi 17 septembre 2014 : Journée d’étude consacrée à l’édition des textes épigraphiques, à l’occasion de la publication du 25e volume du CIFM

En présence des acteurs poitevins de l’édition des inscriptions et de chercheurs français et étrangers associés depuis plusieurs années ou pour l’occasion aux réflexions du Corpus des inscriptions de la France médiévale, cet anniversaire sera l’occasion d’un bilan de 40 ans de recherche en épigraphie du Moyen Âge, et de la publication de 25 volumes. Les communications proposeront à la fois un retour sur les évolutions qui ont animé la publication des textes épigraphiques du Moyen Âge (en lien avec l’évolution générale de la discipline d’un côté, de l’ecdotique de l’autre), et une ouverture vers de nouveaux horizons, technologiques (avec l’édition électronique des textes et la reconnaissance des caractères incisés), culturelles (épigraphie antique ou byzantine) ou encore professionnels (édition scientifique, muséographie). L’ampleur internationale de cette journée permettra de partager des expériences différentes et d’identifier éventuellement une singularité française, avec l’objectif d’améliorer encore les techniques de publication au moment où le Corpus des inscriptions de la France médiévale connaît de nouveaux défis éditoriaux (langues vernaculaires, inscriptions en minuscules, peinture sur chevalet ou tables…).

PROG_CESCMmai2014V3-1light

PROGRAMME :

9h30 – Accueil

Présidence de séance de la matinée : Cécile Treffort (Directrice du CESCM-Université de Poitiers)

10h – Robert Favreau (directeur honoraire du CESCM et fondateur du CIFM) : “Les débuts du CIFM”

11h – Estelle Ingrand-Varenne (CNRS/CESCM) : “Les perspectives du Corpus et les enjeux de l’édition électronique”

11h45 – Carlo Tedeschi (Université de Chieti) et Elisa Pallottini (post-doctorante, Université La Sapienza Rome) : “Le iscrizioni medievali d’Italia. Risultati, problemi, prospettive”

 

Présidence de séance de l’après-midi : Estelle Ingrand-Varenne

14h30 – Andreas Rhoby (Académie de Vienne) : “An envious gaze to the West. Byzantium’s contribution to medieval epigraphy”

15h30 – Kristin Tanton (post-doctorante, Université de Californie Los Angeles) : “Corpus of Inscribed Capitals in Romanesque France (ca. 1080—1160). Digital Research Possibilities”

16h45 – Nicolas Tran (Université de Poitiers) : “L’épigraphie latine d’époque romaine : un état des lieux des données en ligne”

17h45 – Cécile Treffort : Conclusions

 

Lieu : Centre d’études supérieures de civilisation médiévale – Salle Crozet
Hôtel Berthelot
24 rue de la Chaîne
POITIERS

Contacts :
Estelle.ingrand.varenne@univ‐poitiers.fr
Vincent.debiais@univ‐poitiers.fr
Cecile.treffort@univ‐poitiers.fr

25 volumes et déjà 40 ans : le Corpus des inscriptions de la France médiévale célèbre son anniversaire

En 1974 était publié le premier volume du Corpus des inscriptions de la France médiévale (CIFM) consacré à la ville de Poitiers. Grâce à la constance et à l’énergie de Robert Favreau, de Jean Michaud, de Bernadette Mora puis de Cécile Treffort et de Vincent Debiais, l’entreprise perdure et se développe depuis cette date, et compte à ce jour 24 volumes. Malgré des périodes d’incertitude et de difficultés aujourd’hui heureusement révolues, l’équipe renouvelée du CIFM a le plaisir d’annoncer la parution du volume 25 au cours du mois de juin.

CIFM25Ce 25e tome du CIFM vient enrichir la série de trois départements de la Région Centre : l’Indre, l’Indre-et-Loire et le Loir-et-Cher. Avec 162 inscriptions datées du VIIIe au XIIIe siècle, dont 81 pour le seul département de l’Indre-et-Loire à cause de la ville de Tours, cette région offre un patrimoine épigraphique particulièrement riche, abondant et varié. Les textes associés à des images sont ainsi très représentés dans ce volume et volent la vedette aux inscriptions funéraires.

Autre particularité de la documentation de la région Centre : la moitié des inscriptions sont datées des XIe et XIIe siècles. ce volume est aussi remarquable par les nombreuses compositions littéraires à caractère épigraphique, telles celles d’Alcuin pour l’époque carolingienne, ou encore celles de Baudri de Bourgueil à l’aube du XIIe siècle.


– 1974-2014 : 40 ans d’édition épigraphique à Poitiers et 25 volumes parus. L’occasion est trop belle pour ne pas réunir au CESCM, Centre d’études supérieures de civilisation médiévale, quelques-uns des animateurs de l’édition de sources anciennes afin de marquer cette date symbolique d’une rencontre scientifique, entre bilans et perspectives.

Le 17 septembre 2014 aura donc lieu une journée d’étude consacrée à l’édition des textes épigraphiques, en présence des acteurs poitevins de l’édition des inscriptions et de chercheurs français et étrangers associés depuis plusieurs années ou pour l’occasion aux réflexions du CIFM :

9h30 – Accueil

Présidence de séance de la matinée : Cécile Treffort (Directrice du CESCM-Université de Poitiers)

10h – Robert Favreau (directeur honoraire du CESCM et fondateur du CIFM) : « Les débuts du CIFM »

11h – Estelle Ingrand-Varenne (CNRS/CESCM) : « Les perspectives du Corpus et les enjeux de l’édition électronique »

11h45 – Carlo Tedeschi (Université de Chieti) et Elisa Pallottini (post-doctorante, Université La Sapienza Rome) : « Le iscrizioni medievali d’Italia. Risultati, problemi, prospettive »

 

Présidence de séance de l’après-midi : Estelle Ingrand-Varenne

14h30 – Andreas Rhoby (Académie de Vienne) : « An envious gaze to the West. Byzantium’s contribution to medieval epigraphy »

15h30 – Kristin Tanton (post-doctorante, Université de californie Los Angeles) : « Corpus of Inscribed Capitals in Romanesque France (ca. 1080—1160). Digital Research Possibilities »

16h45 – Nicolas Tran (Université de Poitiers) : « L’épigraphie latine d’époque romaine : un état des lieux des données en ligne »

17h45 – Cécile Treffort : ConclusionsPROG_CESCMmai2014V2

L’ampleur internationale de cette journée permettra de partager des expériences différentes et d’identifier éventuellement une singularité française, avec l’objectif d’améliorer encore les techniques de publication au moment où le Corpus des inscriptions de la France médiévale connaît de nouveaux défis éditoriaux (langues vernaculaires, inscriptions en minuscules, peinture sur chevalet ou tables…).