Archives par mot-clé : Colloque

[11-13 juin 2015] Les figurations visuelles de la parole, du son musical et du bruit, de l’Antiquité à la Renaissance

Chartres (Auditorium de l’Hôtellerie Saint-Yves)
Du 11 au 13 juin 2015
Renseignements et inscriptions sebastien.biay@univ-poitiers.fr

Liens Musiconis : le site et le blog

 Depuis 2011, l’équipe Musiconis propose une réflexion collective sur la représentation du son, en tant qu’il est visuellement signifié mais aussi directement figurable, dans les images de performances vocales, instrumentales et orchestiques du Moyen Âge.

Trois années de séminaires ont permis d’entendre de nombreux chercheurs sur le sujet ; les comptes-rendus de ces conférences sont déposés sur le blog Musiconis.

La réflexion de l’équipe s’est construite à partir d’une indexation inédite d’images recensées et analysées dans une métabase iconographique destinée à être enrichie ; elle est également accessible sur le web, avec une bibliographie générale et un lexique trilingue. Cette réflexion a principalement concerné les processus d’émission, d’audition, de diffusion, d’association sonores, ainsi que les qualités musicales, ontologiques, esthétiques et opératoires de valeurs potentiellement audibles qui agissaient, comme telles, au sein des systèmes iconographiques.

Le colloque Musiconis a pour ambition d’élargir sa problématique centrale, à la fois sur un plan chronologique, puisqu’il embrasse une période allant de l’Antiquité classique à la Renaissance, et sur un plan théorique, puisqu’il propose la prise en compte de tous les types de signes visuels qui sont susceptibles de rendre compte de la nature des sons auxquels ils se réfèrent, qu’ils soient figuratifs, mathématiques, graphiques, calligraphiques, épigraphiques, chromatiques, ornementaux, compositionnels, substantiels, etc. Avec la même liberté, les communications présentées pourront concerner tous les types de supports visuels, de l’art monumental aux objets d’art et peintures de manuscrits.

Programme_v10_MD

Since 2011, the Musiconis group has been studying the representation of sound, as a symbol in the visual arts and in its literal depiction in images of vocal, instrumental and choreographic performance in the Middle Ages.

Over the past three years many scholars have presented their research on this subject; descriptions of these lectures are posted in the Musiconis blog.

The group’s work began with the indexing of images that are descripted and analyzed in an iconographic metabase, that will continue to grow; this metabase can be consulted along with a general bibliography and a trilingual lexicon. The group’s activities have focused on the processes of the emission, audition, diffusion, association of sound as well as on the musical, ontological, esthetic and effective qualities of potentiallity audible sounds that functions as such within iconographic systems.

The Musiconis conference will take into account  all types of visual representation taht relate to sound, whether figurative, mathematical, graphic, calligraphic, epigraphic, coloristic, ornamental, etc. The conference presentations all visual media, from monumental art to objects and manuscript illumination.
 Programme_v10_MD2

Comité scientifique

Dorothea Baumann, professeure associée de musicologie en retraite, Université de Zürich

Frédéric Billiet, professeur de musicologie médiévale à l’Université Paris-Sorbonne

Susan Boynton, professeure de musicologie médiévale à l’Université Columbia, New York

Florence Gétreau, directrice de recherche au CNRS en organologie et iconographie musicale

Nicoletta Guidobaldi, professeure de musicologie et d’iconographie musicale, Alma Mater Studiorum-Université de Bologne

Isabelle Marchesin, conseiller scientifique à l’INHA, maître de conférences HDR, Université de Poitiers

Claude Montacié, professeur d’informatique appliquée aux sciences de l’homme, Université Paris-Sorbonne

Christophe Vendries, professeur d’histoire romaine, Université Rennes 2

Comité d’organisation

Sébastien Biay, docteur en histoire de l’art, ingénieur de recherche Musiconis, Université de Poitiers

Frédéric Billiet, professeur de musicologie médiévale à l’Université Paris-Sorbonne

Isabelle Marchesin, conseiller scientifique à l’INHA, maître de conférences HDR, Université de Poitiers

 

Jeudi 11 juin

Ars musica : ornemental et rationalité

10h – Lindsay Cook (doctorante en histoire de l’art, Université Columbia, New York) : “Et caelum recessit sicut liber involutus”: Hierarchical and Eschatological Connotations of the Southern Italian Exultet Rolls

10h30 – Sébastien Biay (docteur en histoire de l’art, ingénieur de recherche Musiconis, Université de Poitiers) : Art ornemental et représentation de l’espace dans une image musicale : le frontispice du Psautier Vespasien (VIIIe siècle)

11h – Pause

11h30 – Paola Dessì (professeure contractuelle de musicologie, Université de Padoue, archiviste de l’Archive historique, Université de Bologne) : Musical Instrument’s Image in the Carmina Figurata by Eugenius Vulgarius

12h – Francesca Cannella (docteure en musicologie et histoire de l’art, Université du Salento, Lecce) : Motivi musicali nei manoscritti astrologici medievali : a proposito di Argo Navis

12h30 – Déjeuner

14h – Laura de Castellet (master en cultures médiévales, chercheuse boursière de la fondation Ernest Lluch, Université de Barcelone) : L’image du chant et du souffle en Catalogne romane : trois chants bibliques sur pierre. Iconographie du chant liturgique et de l’air des instruments à vent

14h30 – Konstantinos Melidis (docteur ès Langues et Littératures anciennes, chercheur indépendant) : Remarques sur le vocabulaire relatif à la voix emprunté au champ visuel

14h45 – Elena Bugini (docteure en musicologie et en histoire de l’art, chercheuse indépendante) : La nature morte à sujet musical du lambris de la chapelle d’Urfé

15h – Pause

15h30 – Björn R. Tammen (docteur ès arts, Académie autrichienne des Sciences, Vienne) : Enthralling Sounds: The Late Medieval Central European “Ala”, the Psaltery-Harp, and the “Reversed” Psaltery Reconsidered

16h – Yves d’Arcizas (chercheur indépendant) et Christian Rault (luthier, chercheur indépendant) avec les illustrations musicales de Brigitte Lesne (ensembles Alla francesca et Discantus, Centre de musique médiévales de Paris) : Instrument des rois ou instrument des ânes ? Fonctions symboliques et musicales d’un instrument méconnu : la « rote-psaltérion » (VIIIe-XIIe siècle)

 

Vendredi 12 juin

Distinction : les sons comme marqueurs d’appartenance

10h – Angela Bellia (docteure en archéo-musicologie, chercheuse Marie-Curie (Commission Européenne), Université de New York, Université de Bologne) : Nymphai and Music : A Visual Representation of Sound in the Terracottas of Female Musicians in the Western Greek Colonies

10h30 – Arnaud Saura-Ziegelmeyer (doctorant en Sciences de l’Antiquité, Université Toulouse-Jean-Jaurès) : Le sistre isiaque dans l’iconographie gréco-romaine : entre symbole visuel sonore et symbole visuel identitaire

11h – Pause

11h30 – Charlotte Chrétien (doctorante en histoire de l’art, Université Paris-Sorbonne) : La représentation visuelle du son musical à travers le thème iconographique de la jeunesse d’Achille dans l’art romain

11h45 – Jane Huber (docteure en religion, chercheuse indépendante, chargée d’enseignement à l’Université Columbia, New York) : An Analysis of Illuminations from the Feast of the Assumption as Found in Amiens, Ms. 115, a 12th Century Breviary from the Monastery of Corbie

12h15 – Déjeuner

14h – Suzanne Wijsman (professeure associée de musicologie, Université d’Australie de l’Ouest (UWA), Perth) : “Their Line is Gone out through all the Earth”: Visions of Music and Sound in Medieval Hebrew Illuminated Manuscripts

14h30 – Cristina Santarelli (professeure d’histoire et esthétique de la musique au conservatoire, Istituto per i Beni Musicali in Piemonte, Turin) : Le son des noces dans les manuscrits hébreux de la Renaissance italienne

15h – Naïs Virenque (doctorante en histoire de l’art, Université de Tours) : Figurations visuelles du sonore et art de la mémoire dans les images d’arborescences à la charnière entre Moyen Âge et Renaissance

15h30 – Pause

Présentation du portail Musiconis

16h – Claude Montacié (professeur à l’Université Paris-Sorbonne) : Iconographies musicales : indexation riche, modélisation et applications

16h20 – Xavier Fresquet (docteur en musicologie médiévale) : Présentation de la base de données

16h30 – Victoria Eyharabide (maître de conférences à l’Université Paris-Sorbonne), et Isabelle Marchesin (conseillère scientifique à l’INHA) : Construction d’ontologies à partir d’une base iconographique

18h30 – Concert donné par l’Instrumentarium de Chartres dans la cathédrale (entrée gratuite)

 

Samedi 13 juin

La forme de l’énoncé : geste, calligraphie et écriture iconique

9h30 – Sibylle Émerit (docteure en égyptologie, ingénieure de recherche, Institut Français d’Archéologie Orientale, Le Caire) : Le geste du chironome dans l’art égyptien ancien : une figuration du rythme et de la mélodie ?

10h – Andrew Barker (professeur émérite de lettres classiques, Université de Birmingham) : Ancient Greek Responses to Evocations of Sounds in Painting and Sculpture

10h30 – Jean-Marie Fritz (professeur de littérature française, Université de Bourgogne, Dijon) : Mots longs, mots brefs : la figuration du son dans les manuscrits des traités de chasse

11h – Pause

Signes graphiques et chromatiques

11h30 – Violaine Anger (maîtresse de conférences en esthétique musicale habilitée à diriger des recherches, Université d’Évry Val d’Essonne) : Voir le sifflement d’un oiseau

12h – Sylvain Perrot (docteur en archéologie grecque, membre scientifique de l’École française d’Athènes) : Droites et courbes : dessiner les sons en Grèce ancienne, de l’alphabet aux diagrammes harmoniques

12h15 – Biancamaria Brumana (collab. Nicola Freddii) (professeure de musicologie et d’histoire de la musique, Université de Pérouse) : Percorsi musicali della devozione : graffiti degli inizi del Cinquecento in un ciclo pittorico conservato alla Pinacoteca Comunale di Assisi

Fin de la session (12h45)

ANR logo CNRS pâris sorbonne index IREMUS logo CESCM sens texte informatique histoire cap digital instrumentatrium chartres

 

[21-22 mai 2015] La notion de matière littéraire au Moyen Âge – II

Colloque international organisé par le CELLAM-CETM (université Rennes 2), le CESCM (université de Poitiers)

Dates :

Poitiers, les 12 et 13 mars 2015, salle Crozet du CESCM / Télécharger le programme

Rennes, les 21 et 22 mai 2015, Amphi B6 du CELLAM-CETM (Université de Rennes 2) Télécharger le programme

Saint-Savin sur Gartempe, N° de support DVD 00199 (Cliché photothèque  CESCM)
Saint-Savin sur Gartempe (Cliché J-P. Brouard / base Romane CESCM)

Tous les médiévistes ont un jour cité Jean Bodel : « Ne sont que .III. matieres a nul home antandant :
De France et de Bretaigne et de Rome la grant. »[1]

ou Chrétien de Troyes :

« Del Chevalier de la charrete
Comance Crestïens son livre,
Matiere et san li done et livre
La contesse et il s’antremet
de panser […] »[2].

Pourtant la lecture de bien des textes soulève des questions du type de celle que pose M. Szkilnik dans L’Archipel du Graal : « Si Jean Bodel avait lu l’Estoire del Saint Graal, à quelle matière l’aurait-il rattachée ? »[3], d’autant plus que la fin du Moyen Âge semble pratiquer ce que Richard Trachsler appelle « l’interférence des matières »[4].

Lors de ce colloque international, on s’interrogera sur la fréquence en ancien et moyen français des emplois de ce mot matiere (voire de ses équivalents en latin médiéval et dans d’autres langues). On questionnera la métaphore qui sous-tend ce terme matiere (ainsi que le latin materia, voire ses équivalents dans d’autres langues médiévales). Qu’est-ce qu’une matière pour un théologien, pour un auteur d’encyclopédie, pour un médecin ? L’apport de l’histoire des sciences pourrait se révéler important pour comprendre la métaphore sous-jacente à l’emploi littéraire.

 

Programme

 

Jeudi 21 mai


10h30 : Accueil des participants

11h : Ouverture

* La matiere, de la physis à la théologie et à la littérature

11h30 Denis Hüe (Université Rennes 2) : La matière imparfaite et les voies de sa perfection (Bersuire et quelques autres)

12h Quentin Vincenot (Université Rennes 2) : La peau du loup-garou, une entrée en matière

12h30-14h30 : Déjeuner

* La matiere littéraire : approches critiques et définitionnelles

14h30 Danièle James-Raoul (Université de Bordeaux) : La materia en question dans les arts poétiques médio-latins des XIIe et XIIIe siècles

15hAdeline Latimier (Université Rennes 2) : Le rôle du nom propre dans l’intégration d’un roman à une matière : réflexions sur l’inscription de romans tardifs en vers dans la matière arthurienne

15h30 Antonio Prudenzano (Université de Cagliari) : La matière, c’est (à) moi. La présence des adjectifs possessifs et l’attribution du matériau diégétique dans la littérature française du Moyen Âge

16h Hélène Bouget (Université de Bretagne Occidentale) : Matière et source : approche historiographique et critique

16h30-17h : pause

* Mise à l’épreuve de la notion de matière hors du champ romanesque

17h Sarah Delale (Université Paris IV Sorbonne) : Transformations de la matière et composition littéraire chez Christine de Pizan

17h30 Fabienne Pomel (Université Rennes 2) : La matière et le geste créateur dans l’écriture philosophique et allégorique de Christine de Pizan (Le Chemin de longue étude et L’Advision Cristine)

18h Ana Loba (Université Adam Mickiewicz, Poznan) : « Un « rude » écrivain face à une matière « soutile » : Philippe de Mézières et son Livre de la vertu du sacrement de mariage et reconfort des dames mariées

18h30 María Pilar Suárez (Universidad Autónoma de Madrid) : Matière littéraire/matière discursive: Le discours et le geste dans le théâtre médiéval

Dîner à 20h

Vendredi 22 mars


* Matières et transgressions : Rome, France et Bretagne

8h – Alain Corbellari (Universités de Lausanne et de Neuchâtel) : L’épopée impertinente

8h30Lucilla Spetia (Université de L’Aquilla) : Le creuset du roman médiéval : l’interférence des genres dans Yvain et dans Partenopeus de Blois

9hNatalia Dolgorukova (École des Hautes Études en Sciences Économiques, Université d’État Moscou, Paris IV Sorbonne) : Quand la matière devient héroïne d’une parodie

9h30Luminita Diaconu (Université de Bucarest) : Concurrence et degrés d’assimilation des matières dans deux romans du XIIIe siècle : Guillaume de Dole et Flamenca

10h-10h30 : pause

10h30 Myriam White (Université d’Arras) : Transgression des « matières » et conception de la « fiction »

11h Silvère Menegaldo (Université d’Orléans) : Erreurs en la matière ? A propos de certaines interférences entre référence mythologique et référence épique dans la poésie lyrique du XIVe siècle

11h30 Géraldine Toniutti (Université de Lausanne) : L’interférence des matières : une poétique du Moyen Âge finissant ?

12h-14h : Déjeuner

* D’autres matières ? Autour du Graal

14h Karine Bougie (Université d’Ottawa) : La « matere du Saint Graal » et ses auteurs

14h30 – Mihaela Voicu (Université de Bucarest) : La spiritualisation de la matiere dans les romans du Graal

15h Jean-Marie Fritz (Université de Bourgogne) : La matière biblique selon Evrat

15h30-16h : Pause

D’autres matieres, d’autres langues

16h Keith Busby (Université du Wisconsin) : Matter of England, Matter of Ireland?

16h30 – Catalina Girbea (Université de Bucarest) : La matière de Grèce et la guerre des matières dans Florimont, Partonopeu de Blois et Eracle

17h Irène Fabry (Université de Reading) : “But now repeireth the tale to his mater” : Le développement de l’utilisation du terme « mater(e) » dans la traduction en moyen anglais du Merlin et de la Suite Vulgate

17h30 Clément Auger (Université Rennes 2) : la matière littéraire et ses propriétés dans l’oeuvre de Cristoforo Landino

18h – Conclusions

 

[1] Chanson des Saisnes, éd. A. Brasseur, Genève, Droz, TLF, 2 vol. , v. 6-7.

[2] Le Chevalier de la charrette, éd. Ch. Méla, Paris, La Pochothèque, 1994, v. 24-28.

[3] L’archipel du Graal. Étude de l’Estoire del Saint Graal, Genève, Droz, 1991, p. 111.

[4] Disjointures–conjointures. Étude sur l’interférence des matières narratives dans la littérature française du Moyen Âge, Tübingen et Basel, Francke, 2000.

[12-13 mars 2015] La notion de matière littéraire au Moyen Âge – I

Colloque international organisé par le CELLAM-CETM (université Rennes 2), le CESCM (université de Poitiers)

Dates :

Poitiers, les 12 et 13 mars 2015, salle Crozet du CESCM / Télécharger le programme

Rennes, les 21 et 22 mai 2015 (programme ultérieurement)

Saint-Savin sur Gartempe, N° de support DVD 00199 (Cliché photothèque  CESCM)
Saint-Savin sur Gartempe (Cliché J-P. Brouard / base Romane CESCM)

Tous les médiévistes ont un jour cité Jean Bodel : « Ne sont que .III. matieres a nul home antandant :
De France et de Bretaigne et de Rome la grant. »[1]

 

ou Chrétien de Troyes :

« Del Chevalier de la charrete
Comance Crestïens son livre,
Matiere et san li done et livre
La contesse et il s’antremet
de panser […] »[2].

Pourtant la lecture de bien des textes soulève des questions du type de celle que pose M. Szkilnik dans L’Archipel du Graal : « Si Jean Bodel avait lu l’Estoire del Saint Graal, à quelle matière l’aurait-il rattachée ? »[3], d’autant plus que la fin du Moyen Âge semble pratiquer ce que Richard Trachsler appelle « l’interférence des matières »[4].

Lors de ce colloque international, on s’interrogera sur la fréquence en ancien et moyen français des emplois de ce mot matiere (voire de ses équivalents en latin médiéval et dans d’autres langues). On questionnera la métaphore qui sous-tend ce terme matiere (ainsi que le latin materia, voire ses équivalents dans d’autres langues médiévales). Qu’est-ce qu’une matière pour un théologien, pour un auteur d’encyclopédie, pour un médecin ? L’apport de l’histoire des sciences pourrait se révéler important pour comprendre la métaphore sous-jacente à l’emploi littéraire.

 

Programme

 

Jeudi 12 mars

9h30 : Accueil des participants

10h00-10h30 : Rapport introductif : Christine Ferlampin-Acher (Université de Rennes 2) et Catalina Girbea (Université de Bucarest – CESCM Poitiers)

10h30-12h30 : Matières bodéliennes et interférences

Sous la présidence de Martin Aurell (Université de Poitiers)

Anne Berthelot (Université de Connecticut) : Matière de Bretagne, Matière d’Arthur, Matière de Merlin : a matter of opinion

Christine Ferlampin-Acher (Université de Rennes 2) : Laurin : li contes de Bretaigne sont sage et de sens aprendant

Pierre Courroux (Université de Poitiers) : Ni vaine ni plaisante ? La matière de Bretagne et les chroniqueurs

Jérôme Devard (Université de Poitiers) : La vision généalogique structurante de la Matière de France : quand la « geste » s’oppose au « cycle »

12h30-14h30 : Déjeuner

14h30-15h30 : Matières médiévales entre héritage et translatio

Sous la présidence de Jean-Jacques Vincensini (Université de Tours)

Claudio Galderisi (Université de Poitiers) : Les chameaux d’Aristote et la matire des auteurs médiévaux

Vladimir Agrigoroaei (Université de Poitiers / Université de Vérone) : Quelle matière pour quelle translatio ? L’héritage de l’Antiquité dans les traductions françaises du XIIe siècle

15h30-16h00 : pause café

16h00-18h00 : Matières, genres et culture matérielle

Sous la présidence de Claudio Galderisi (Université de Poitiers)

Jean-Jacques Vincensini (Université de Tours) : Le réel du roman dit « réaliste ». Un genre en trompe l’œil

Cécile Voyer (Université de Bordeaux III – CESCM Poitiers) : Translatio et processus créatif des œuvres visuelles aux Xe-XIe siècles

Estelle Ingrand-Varenne (Université de Poitiers) : Des inscriptions sans matière : le paradoxe de la poésie à caractère épigraphique

 

Vendredi 13 mars

9h00-10h00 : Matière et Orient

Sous la présidence de Catherine Gaullier-Bougassas (Université de Lille 3)

Susanne Friede (Université de Klagenfurt) : Les débuts d’une matière : approches définitoires et éléments constitutifs de la ‘matière du Graal’

Veronica Grecu (Université de Bacau) : D’Orient en Occident : matière, mirage, héritage dans Barlaam et Josaphat et les Sept Sages de Rome

10h00-10h30 : pause café

10h30-12h00 : Matières d’Orient

Sous la présidence d’Anne Berthelot (Université de Connecticut)

Catherine Gaullier-Bougassas (Université Charles de Gaulle Lille 3) : Les conquêtes de la « matière » polymorphe d’Alexandre le Grand du XIIe au XVe siècle : hybridité, dépassement des frontières génériques et ouverture vers des horizons littéraires multiples

Karin Ueltschi (Université de Reims) : La matière de Jérusalem : genèses, correspondances, conjointures

Élodie Fourcq (Université de Pau et des Pays de l’Adour) : Barlaam et Josaphat, témoins d’une matière d’Orient ?

12h00-14h00 : Déjeuner

14h00-16h30 : Matières et contamination biblique

Sous la présidence de Catalina Girbea (Université de Bucarest)

Édina Bozoky (Université de Poitiers) : La transmission orale de la matière hagiographique au haut Moyen Age

Marie-Geneviève Grossel (Université de Valenciennes) : De la materia hagiographique à la matière romanesque ? Quelques pistes pour une définition dans les translations romanes des Vitae de Jérôme (Paul l’Ermite/Hylarion/Malchus)

Juliette Bourdier (University of the College of Charleston) : La « matière » infernale, « senefiance » syncrétique et polyphonies littéraires

Daniela Mariani (Universita degli Studi di Trento) : Matiere, exempla et sermons : le cas de la Vie des Pères

Brindusa Grigoriu (Université de Iaşi) : AdamTristan au XIIe siècle : une matière biblique ?

 


 

[1] Chanson des Saisnes, éd. A. Brasseur, Genève, Droz, TLF, 2 vol. , v. 6-7.

[2] Le Chevalier de la charrette, éd. Ch. Méla, Paris, La Pochothèque, 1994, v. 24-28.

[3] L’archipel du Graal. Étude de l’Estoire del Saint Graal, Genève, Droz, 1991, p. 111.

[4] Disjointures–conjointures. Étude sur l’interférence des matières narratives dans la littérature française du Moyen Âge, Tübingen et Basel, Francke, 2000.

Appel à contribution [11, 12 et 13 juin 2015] Colloque Musiconis

Les figurations visuelles de la parole, du son musical et du bruit, de l’Antiquité à la Renaissance

musico

Argumentaire

Depuis 2011, l’équipe Musiconis propose une réflexion collective sur la représentation du son, en tant qu’il est visuellement signifié mais aussi directement figurable, dans les images de performances vocales, instrumentales et orchestiques du Moyen Âge.

Trois années de séminaires ont permis d’entendre de nombreux chercheurs sur le sujet ; les comptes-rendus de ces conférences sont déposés sur le blog Musiconis.

La réflexion de l’équipe s’est construite à partir d’une indexation inédite d’images recensées et analysées dans une métabase iconographique destinée à être enrichie ; elle est également accessible sur le web, avec une bibliographie générale et un lexique trilingue. Cette réflexion a principalement concerné les processus d’émission, d’audition, de diffusion, d’association sonores, ainsi que les qualités musicales, ontologiques, esthétiques et opératoires de valeurs potentiellement audibles qui agissaient, comme telles, au sein des systèmes iconographiques.

Le colloque Musiconis a pour ambition d’élargir sa problématique centrale, à la fois sur un plan chronologique, puisqu’il embrasse une période allant de l’Antiquité classique à la Renaissance, et sur un plan théorique, puisqu’il propose la prise en compte de tous les types de signes visuels qui sont susceptibles de rendre compte de la nature des sons auxquels ils se réfèrent, qu’ils soient figuratifs, mathématiques, graphiques, calligraphiques, épigraphiques, chromatiques, ornementaux, compositionnels, substantiels, etc. Avec la même liberté, les communications présentées pourront concerner tous les types de supports visuels, de l’art monumental aux objets d’art et peintures de manuscrits.

Modalités pratiques d’envoi des propositions

Les chercheurs intéressés par cet appel à communication pourront adresser leur projet de communication (3000 caractères maximum) à Frédéric Billiet et à Isabelle Marchesin avant le 31 janvier 2015.

Les communications retenues, d’une durée de 20 minutes, seront présentées en français ou en anglais les 11,12 et 13 juin 2015 à Chartres dans l’auditorium de l’Hôtellerie Saint-Yves à deux pas de la Cathédrale de Chartres et les textes seront publiés.

Comité scientifique

Dorothea Baumann (Université de Zürich) Frédéric Billiet (IReMus-Université Paris-Sorbonne) Susan Boynton (Columbia University) Florence Gétreau (IReMus-CNRS) Nicoletta Guidobaldi (Alma Mater Studiorum-Università di Bologna) Isabelle Marchesin (INHA-Université de Poitiers) Claude Montacié (STIH-Université Paris-Sorbonne) Christophe Vendries (Université Rennes 2-LAHM)

Comité d’organisation

Sébastien Biay (CESCM-Université de Poitiers) Frédéric Billiet (IReMus-Université Paris-Sorbonne) Isabelle Marchesin (INHA-Université de Poitiers)

Dates : 11,12 et 13 juin 2015

Lieu : Chartres (auditorium de l’Hôtellerie Saint-Yves)

________________________________________________________

Argument

Since 2011, the Musiconis group has been studying the representation of sound, as a symbol in the visual arts and in its literal depiction in images of vocal, instrumental, and choreographic performance in the Middle Ages.

Over the past three years many scholars have presented their research on this subject; descriptions of these lectures are posted in the Musiconis Blog.

The group’s work began with the indexing of images that are described and analyzed in an iconographic metabase that will continue to grow; this metabase can be consulted along with a general bibliography and a trilingual lexicon.

The group’s activities have focused on the processes of the emission, audition, diffusion, association of sound, as well as on the musical, ontological, esthetic and effective qualities of potentially audible sounds that function as such within iconographic systems.

The Musiconis conference will take into account all types of visual representation that relate to sound, whether figurative, mathematical, graphic, calligraphic, epigraphic, coloristic, ornamental, etc. The conference presentations may address all visual media, from monumental art to objects and manuscript illumination.

Submission guidelines

To propose a paper, send an abstract of no more than 3000 characters to Frédéric Billiet and Isabelle Marchesin by January 31, 2015.

Accepted papers will be presented in French or in English on the 11, 12, and 13 of June in the auditorium of the Hôtellerie Saint-Yves near the Cathedral of Chartres. Papers will be 20 minutes long. The acts of the conference will be published.

Program committee

  • Dorothea Baumann (Université de Zürich)
  • Frédéric Billiet (IReMus-Université Paris-Sorbonne)
  • Susan Boynton (Columbia University)
  • Florence Gétreau (IReMus-CNRS)
  • Nicoletta Guidobaldi (Alma Mater Studiorum-Università di Bologna)
  • Isabelle Marchesin (INHA-Université de Poitiers)
  • Claude Montacié (STIH-Université Paris-Sorbonne)
  • Christophe Vendries (Université Rennes 2-LAHM)

Conference organizers

  • Sébastien Biay (CESCM-Université de Poitiers)
  • Frédéric Billiet (IReMus-Université Paris-Sorbonne)
  • Isabelle Marchesin (INHA-Université de Poitiers)
Musiconis_colloque2015 Musiconis_colloque20152

Compte-rendu du colloque « Empresas-Devises-Badges » (Batalha, Portugal, 18 au sept. 2014)

Colloque International, Batalha (Portugal) : Un code emblématique européen (1350-1550) = Um codigo emblematico europeu (1350-1550)

Miguel, Pastoureau, Hablot (cliché M. Ferrari)

Du 18 au 20 septembre, dans le cadre exceptionnel du monastère de Batalha, au Portugal, a eu lieu le colloque international « Empresas, devises, badges », organisé par Miguel Metello de Seixas (Universitade Nova de Lisboa, Centre d’Etudes Médiévales/Centre d’Histoire d’Outre-mer) et Laurent Hablot (Université de Poitiers, Centre d’Études Supérieures de Civilisation Médiévale, École française de Rome), en étroite collaboration avec le directeur du site, Joaquim Ruvo.Panthéon funéraire de la maison royale d’Avis, le monastère de Batalha est un véritable musée de la devise et offre donc un contexte idéal pour réfléchir à ce type particulier de signe, caractéristique du vocabulaire emblématique et ornemental de la fin du Moyen Âge et du début de l’époque moderne. Les devises, signes emblématiques, sont composées d’une figure (animaux réels et imaginaires, végétaux, outils et objets du quotidien etc.), toujours représentée de façon réaliste, parfois complétées par une parole ou une courte sentence (le mot ou motto), des lettres ou chiffres et des couleurs. Nées au début du XIVe siècle, probablement dans les cours princières d’Angleterre et de France, ces devises se diffusent rapidement dans toute l’Europe occidentale (celle qui correspond aux frontières de la chrétienté romaine) et conquièrent progressivement d’autres milieux sociaux (petite noblesse, bourgeoisie). Les devises, initialement conçues comme des signes personnels, enrichissent ainsi la panoplie héraldique d’un nouveau motif à la fois emblématique – parce qu’elles servent à identifier leurs porteurs –, symbolique – parce qu’elles renvoient aux qualités morales, aux goûts, aux valeurs et aux attentes de leurs propriétaires -, et politique – parce que leur utilisation peut être commune à un groupe de fidèles.

Armoirie royale, monastère de Batalha (Cliché M. Ferrari)
Armoirie royale, monastère de Batalha (Cliché M. Ferrari) 

Bien que dans ces dernières années les recherches sur les devises médiévales aient été de plus en plus nombreuses et innovantes sur le plan des contenus et de la méthode d’analyse, ce sujet d’étude n’avait jusqu’à présent jamais fait l’objet d’une rencontre scientifique spécifique, qui permettait de les analyser dans leur nature complexe de phénomène appartenant pleinement à l’histoire culturelle. Le colloque de Batalha a donc d’abord eu le mérite de réunir des experts reconnus de l’emblématique médiévale aussi bien que des chercheurs qui viennent d’entamer des recherches dans ce domaine ou qui ont occasionnellement abordé le sujet. L’appartenance des participants à des domaines d’études différents (histoire, histoire de l’art, littérature, philosophie, épigraphie) aussi bien que leurs origines géographiques diverses (Allemagne, Belgique, Espagne, France, Italie, Japon, Portugal) ont offert les conditions favorables pour conduire une réflexion transversale sur le phénomène, en relation étroite avec sa chronologie, sa distribution géographique, ses composantes figuratives et littéraires.

Les devises ont été ainsi examinées depuis leur première apparition jusqu’aux temps modernes, afin d’en évaluer les caractéristiques, les transformations et les survivances au fil des siècles en dépit d’un lexique très souple et changeant. Un regard plus ciblé a été naturellement porté vers la phase de splendeur et de diffusion maximale de ce code visuel. On en a alors examiné les milieux sociaux d’adoption – les rois, les princes, les grandes familles de la bourgeoisie européennes, les villes – aussi bien que les lieux et les supports, jamais fortuits, où elles ont été représentées.

Structuré en huit sessions thématiques, le colloque a d’abord exploré la question des origines de ce nouveau code emblématique (XIVe-début XVe siècles), par le biais de quelques études de cas, notamment consacrées aux familles florentines à l’époque des premiers Médicis, aux seigneuries de l’Italie du nord et aux devises de Charles VII.

"capelas imperfeitas", monastère de Batalha (cliché M. Ferrari)
« capelas imperfeitas », monastère de Batalha (cliché M. Ferrari)

L’examen des modalités d’utilisation et de la valeur sémantique des devises représentées à l’intérieur des espaces sacrés, entre Portugal (monastère de Batalha) et France (Saintes-Chapelles des Bourbons), a été suivi par une riche série de communications autour du thème des devises adoptées par les princes, les plus grands consommateurs de ce code emblématique qui, même au temps de sa plus ample diffusion, conservera toujours un aspect élitaire. Le voyage entre les cours d’Aragon, de France, de Portugal, du Piémont (Saluzzo) et de Bretagne n’a pas ignoré la question du rôle des femmes comme créatrices et utilisatrices de devises (Marguerite d’Orléans, Louise de Savoie).La maison royale de Portugal, « hôtesse » du colloque, a été objet d’une étude ciblée qui a prouvé l’appartenance de toutes les devises adoptées par ses différents membres à un programme doctrinaire et esthétique cohérent et leur utilisation à l’intérieur d’une stratégie de consolidation par l’image du pouvoir royal. Tout au long de son existence, la devise développa donc des formes nouvelles, donnant naissance par exemple aux emblèmes littéraires (André Alciat), et connut une large diffusion qui intéressa même la moyenne noblesse ou la riche bourgeoisie, comme le démontrent le susmentionné cas florentin (Rucellai) où les exemples portugais analysés au cours de la 6ème session.

Enfin, le dernier jour a été consacré, d’une part à l’exploration de certains usages singuliers des devises – à la fois reproduites sur les armements ou encore décrites dans les actes diplomatiques –, de l’autre à leurs survivance à l’époque moderne dans la littérature du genre, à sa transmission à l’intérieur du même lignage, à son introduction dans l’héraldique municipale (notamment portugaise) en signe de fidélité à la maison royale. Enfin, les visites programmées au monastère de Batalha et au couvent de l’Ordre du Christ de Tomar ont données l’opportunité de poursuivre in vivo les débats nés dans la salle du colloque.

Bien que l’absence de spécialistes de l’aire anglo-saxonne ou germanique ait peut-être empêché d’avoir une vision complète du phénomène sur le plan géographique, la grande variété des sujets abordés et la rigueur méthodologique des communicants ont amplement souligné le fait que l’étude des devises dépasse de très loin la seule question des signes d’identité mais permet plutôt d’explorer les motivations profondes de ces choix en les reliant à des moments ou à des contextes historiques précis. Ces devises éclairent donc avec une grande acuité la formation culturelle, le tempérament et l’horizon moral de l’individu, ses liens familiaux et personnels et révèlent les processus d’autoreprésentation si caractéristiques des élites de la fin du Moyen Âge.