Archives par mot-clé : cinq sens

[february 7th, 2017] Saint Dominic ans the five senses

Visiting scholar lecture & seminar: Eric Palazzo

« Saint Dominic ans the five senses »

The Department of Art History presents two public lectures and a special seminar by visiting scholars of Western and Islamic Medieval art history on February 7, 2017.

2017-02-07

On Tuesday, 2/7, Eric Palazzo of the University of Poitiers will present “Saint Dominic and the Five Senses” at 6 pm in G40 WJB. Palazzo is professor of medieval art history at the University of Poitiers, senior member of the Institut universitaire de France (Paris), Director of the Centre d’études supérieures de civilisation médiévale, Poitiers (2000-2007), Getty scholar at the Getty Research Institute, Los Angeles (2006-2007) and is a specialist in the history of the liturgy in the middle ages and its relationship with art history.

Palazzo will also conduct a special seminar on February 7 from 2–5:30 pm in 2038 WJB, “”Art and Movement in the Middle Ages.” This seminar is recommended for graduate and undergraduate students who are particularly interested in Medieval art, and space is limited. Please contact Prof. Doron Bauer to reserve a seat: dbauer@fsu.edu.

Voir le programme en ligne

[20 janvier 2017] Peindre c’est prier. Anthropologie de la prière chrétienne (Le Cerf, 2016)

Peindre c’est prier. Anthropologie de la prière chrétienne (Le Cerf, 2016)

20 JANVIER 2017
ROMA
PIAZZA
NAVONA
62

Le manuscrit contenant le texte du traité sur les neufs modes de prière de saint Dominique apparaît alors comme le « lieu » d’intercession privilégié entre Dieu et l’Homme dans l’acte de peindre et dans celui de prier.
Ce livre est le troisième volet d’un triptyque consacré au thème des cinq sens dans la liturgie et l’art au Moyen Age, faisant suite à la publication par Éric Palazzo de L’invention chrétienne des cinq sens dans la liturgie et l’art au Moyen Age (2014) et des actes des trois colloques qu’il a dirigés : Les cinq sens au Moyen Age (2016), tous deux parus aux Éditions du Cerf.”

sans-titre

Vendredi 20 janvier

 

9 H 30
ÉCOLE FRANÇAISE DE ROME


Pierre Savy – EFR
Saluti

Paolo Vian – Biblioteca Apostolica Vaticana

Cécile Voyer – Centre d’études supérieures de civilisation médiévale, Université de Poitiers

Vincent Debiais – Centre d’études supérieures de civilisation médiévale, Centre national de la recherche scientifique

Éric Palazzo – Université de Poitiers-Centre d’études supérieures de civilisation médiévale, Institut universitaire de France
Peindre c’est prier. Les neuf modes de prière de saint Dominique

Pause déjeuner

15 H 00


Soeur Catherine Aubin – Université Pontificale Angelicum, Rome
Le manuscrit des neuf manières corporelles de prier de saint Dominique. Une tradition spirituelle pour des défis anthropologiques contemporains

Daniel Russo – Université de Bourgogne, Institut universitaire de France
Autour de saint Dominique et ses frères. Iconographie et histoire dans l’Italie des XIIIe-XIVe siècles

 

Les neuf modes de prière de saint Dominique constituent un texte essentiel sur la prière au Moyen Age. Le traité a été écrit par les frères dominicains à la fin du XIIIe siècle afin de valoriser la figure du fondateur de l’Ordre des Prêcheurs et permettre de suivre son exemple spirituel à travers sa pratique de la prière privée. Le manuscrit de la Bibliothèque Vaticane dont il est question dans ce livre contient le texte du traité augmenté de neuf peintures dont l’iconographie est d’une très grande richesse. À plusieurs égards, le traité des neuf modes de prière de saint Dominique est particulièrement remarquable pour ce qu’il propose au sujet de l’anthropologie de la prière chrétienne.
Ce livre démontre que le texte des neuf modes de prière et ses peintures ont été conçu comme un véritable traité sur la messe et sa théologie sacramentelle. À partir de là, il est question de l’incarnation, par l’image, de l’eucharistie et de trois de ses principales phases rituelles (la préparation corporelle et spirituelle du célébrant, l’action eucharistique et la diffusion de l’effet du sacrement dans le monde). Ce mode particulier de l’incarnation permet aussi la mise en place d’un discours élaboré sur l’équivalence entre peindre et prier. S’inscrivant dans les traces du Créateur, l’Homme-artisan imite Dieu dans son acte de création « artistique » comme dans celui de la prière privée et dans la liturgie de la messe.

Voir le programme

Pour écouter l’interview à propos de l’ouvrage sur Radio Vatican


ORGANISATION SCIENTIFIQUE

Éric Palazzo – Université de Poitiers-Centre d’études supérieures de civilisation médiévale, Institut universitaire de France

CONTACTS

École française de Rome

Pierre Savy, Directeur des études médiévales

Grazia Perrino, Secrétariat des études médiévales
Piazza Farnese, 67 – 000186 Roma – Italia
T. +39 06 68 60 12 48 – secrma@efrome.it

IUF   logo CESCM   ecole-francaise-de-rome

 

 

Des sens au sens. Les apports de l’œuvre d’Éric Palazzo

Ce billet est destiné à écouter les intervenants de la Journée d’études qui s’est tenue le 4 mars 2016, au Centre Georges Chevrier (Dijon) :

Des sens au sens.
Les apports de l’œuvre d’Éric Palazzo (Poitiers, CESCM)

Organisateur : Daniel Russo (CGC, UMR CNRS-uB 7366)

16_03_04.gifDans son dernier ouvrage paru, L’invention chrétienne des cinq sens dans la liturgie et l’art au Moyen Âge (Paris, éd. du Cerf, 2014, 503  p.), et à travers les actes de colloques, à paraître chez le même éditeur, sous l’intitulé Les cinq sens au Moyen Âge, Éric Palazzo, et l’ensemble des chercheurs qu’il a réuni, se proposent de redonner « sens aux sens », pour reprendre une expression d’Alphonse Dupront, tels qu’ils sont exercés dans la liturgie, et ses déroulements, tels qu’ils sont aussi montrés par les arts visuels, y compris par l’architecture. Ceci conduit, d’abord, à retrouver la théologie chrétienne des cinq sens, avant de la confronter, ensuite, aux pratiques de la liturgie et, en particulier, aux pratiques rituelles, pour mieux voir et situer le corps dans la messe, ainsi que le livre comme support d’activation sensorielle : voir, sentir, entendre durant la messe, pour mieux la vivre. Mais cette activation sensorielle joue pleinement pendant la consécration eucharistique comme la met en œuvre, entre visible et invisible, la plaque d’ivoire sculpté conservée au musée de la ville de Francfort [Ms. Barth 181, Liebieghaus]. Enfin, à travers des pratiques spécifiques, telles celles de dévotion ou d’adoration, l’éveil sensoriel se prolonge et s’enrichit jusqu’aux rites baptismaux [Sacramentaire de Gellone, Paris, BNF latin 12 048, f° 143v] et jusqu’à la construction de l’Église dans sa mise en ordre de la société chrétienne [Évangéliaire de Flavigny, Autun, Bibliothèque Municipale, Ms. 4, f° 8r]. Toujours, en effet, « l’invention des sens » est invention du corps social chrétien tout entier.

Écouter les interventions :

 

  • Eliana Magnani [CNRS, Lamop, Paris] :
    Introduction à la journée d’études  [6’50]

 

  • Éric Palazzo [Université de Poitiers, CESCM, IUF]  :
    Présentation des recherches en cours
    [52’15]

 

  • Cécile Voyer [Université de Poitiers, CESCM] :
    Étude et analyse du « Sacramentaire de Marmoutiers », manuscrit d’Autun
    [50’26]

 

  • Vincent Debiais [CNRS, CESCM, Poitiers] :
    À la croisée des signes : les écritures médiévales, les images.
    [55’34]

 

  • Daniel Russo [Université de Bourgogne, CGC, IUF] :
    « Des sens au sens » : l’« Invention chrétienne des cinq sens »

    [46’43]

 

Nous remercions M. Daniel Russo pour son aimable autorisation à diffuser ce billet, ainsi que Lilian Vincendeau, technicien au CGC, pour sa collaboration précieuse collaboration technique

 

 

De la nécessité de voir : une heure au cœur de l’image médiévale (26 février 2015)

C’est avec une communication intitulée « Rendre visible l’invisible » qu’Éric Palazzo a ouvert le nouveau cycle de conférences proposé par l’UFR SHA de Poitiers : « L’heure nécessaire de Sciences Humaines ». Cette « Heure nécessaire » se veut être le rassemblement mensuel au cours duquel sont présentées les recherches conduites au sein de l’UFR et rendues possibles grâce aux efforts de l’ensemble des personnels.

Cliché Daphné Doron-Poupard (Univ. de Poitiers)
Cliché Daphné Doron-Poupard (Univ. de Poitiers)

Dans la lignée des recherches qu’il mène depuis plusieurs années et qui ont donné naissance à son dernier ouvrage paru aux éditions du Cerf[1], Éric Palazzo a guidé le public à la découverte de la sensorialité des images médiévales. Comme il l’a rappelé en ouverture du sujet, le thème des « cinq sens » intéresse les historiens et les historiens de l’art mais également les philosophes, les psychologues, les sociologues, etc. Les matériaux du médiéviste ne doivent donc pas être les seuls utilisés pour aborder ce vaste sujet car mettre l’interdisciplinarité au cœur des recherches en sciences humaines est devenu une nécessité. De quoi parle-t-on lorsqu’on évoque les cinq sens dans le christianisme médiéval ? Pour répondre à cette question Éric Palazzo a expliqué la hiérarchie des cinq sens selon l’exégèse biblique, privilégiant la vue et l’odorat, l’interchangeabilité possible entre eux (entendre pouvant dire toucher, voir pouvant signifier sentir) et l’existence d’un sixième sens, intérieur, celui du cœur, dont l’activation est la finalité des cinq sens corporels et la justification de l’usage de ces sens dans la liturgie.

img-6[1]
Dijon, Bibliothèque municipale, ms. 15, fol. 56v.
L’étude de deux exemples précis a mené le public àmieux voir ce que l’image médiévale ne laisse pas toujours paraitre au premier abord. Éric Palazzo interprète ainsi l’aigle d’une initiale historiée ouvrant l’évangile de Jean[2] comme le porteur d’un double message.Il est à la fois celui qui prive Arius de ses organes sensoriels afin d’empêcher la diffusion de son hérésie – l’arianisme niant la divinité du Christ – mais également celui qui tire le moine vers l’activation positive de ses sens corporels.

Charte CanigouLe second exemple fut extrait du « cartulaire » de Saint-Martin-du-Canigou[3], charte de fondation de la confraternité de l’abbaye dont le rôle est l’entretien des luminaires de l’église et la célébration d’une messe hebdomadaire en l’honneur des frères défunts.La miniature contenue dans ce rouleau – exceptionnelle dans ce type d’écrit – témoigne de l’activation des sens dans la liturgie, de la théologie des cinq sens et de leur mise en image dans l’art médiéval, ici en renvoyant directement à Pâques et aux femmes au tombeau.

En entendant Éric Palazzo lors de cette « Heure nécessaire », chacun a pu voir le rôle crucial des cinq sens dans la liturgie médiévale et sentir que l’image se fait le reflet d’une théologie de ces cinq sens. En touchant de plus près à la polysémie de l’iconographie, le public a ainsi été mené au cœur des images médiévales et de leur perception sensorielle.

Conférence à voir ou à revoir sur UPtv


 

[1] L’invention chrétienne des cinq sens dans la liturgie et l’art au Moyen Age, Cerf, Paris, 2014.

[2] Dijon, Bibliothèque municipale, ms. 15, fol. 56v.

[3] Bibliothèque de l’école de beaux-arts, Paris, ms. 28.

Avec l’aimable collaboration d’Estelle Ingrand-Varenne

L’invention chrétienne des cinq sens dans la liturgie et l’art au Moyen Âge

Éditions du cerf (2014) 

Éric Palazzo

L’invention chrétienne des cinq sens dans la liturgie et l’art au Moyen Âge 

 Paris : Les éditions du CERF, octobre 2014, 512 p. 

 Ce livre, qui renouvelle l’approche de la liturgie et de l’art au Moyen Âge, offre une vaste réflexion sur la relation entre l’homme et l’univers, permet d’apprendre ou de réapprendre la sagesse de l’émerveillement, constitue un contribution  essentielle à l’anthropologie. 

 Une étude magistrale au carrefour de l’histoire de l’art, la liturgie et la théologie

 Sortie en librairie le 23 octobre 2014

Comment rendre visible l’invisible ? Quel rôle peuvent jouer les sens dans la découverte de l’indicible ? La mystique passerait-elle par le sensible ?

Telles sont les questions fondamentales que le Moyen Âge s’est posé avec une liberté et une audace insoupçonnées. S’appuyant sur la tradition biblique et la philosophie antique, en particulier Platon et Aristote, mais aussi la pensée des Pères, dont saint Augustin, l’homme médiéval a choisi d’entrer en dialogue avec Dieu à travers le corps.

La louange mobilise, anime et exalte les cinq sens. Le rite convoque la vue, l’ouïe, le goût, l’odorat, le toucher afin de plonger dans l’invisible. Le rite, ses œuvres et ses objets, les fresques, enluminures ou sculptures qui le représentent, les vêtements, livres ou meubles qui l’ornent, est le lieu de cette élévation et contemplation.

En une étude magistrale qui explore et commente les grands témoignages de cet art chrétien dont nous avons aujourd’hui perdu la signification, Éric Palazzo dresse le récit passionnant d’une aventure majeure de l’esprit, telle qu’elle a été vécue sur plusieurs siècles en Europe.

Membre senior de l’Institut universitaire de France et du Centre d’Études supérieures de civilisation médiévale (CESCM), Éric Palazzo est professeur d’histoire de l’art au Moyen Âge à l’Université de Poitiers. Il a publié de nombreux ouvrages, dont Liturgie et société au Moyen Âge (2000)1 et L’Espace rituel et le sacré dans le christianisme (2008)2

Voir annonce sur le site des éditions du CERF

Écouter M. Palazzo dans les émissions de radio sur Fréquence protestante et RCF

  1. Éric PALAZZO, Liturgie et société au Moyen Âge, Paris : Aubier, 2000, 276 p. []
  2. Éric PALAZZO, L’Espace rituel et le sacré dans le christianisme : la liturgie de l’autel portatif dans l’Antiquité et au Moyen Âge, Turnhout : Brepols, 2008, 205 p. (Culture et sociétés médiévale, 15) []