Archives par mot-clé : chercheur invité

Un spécialiste de droit et de théologie au CESCM

Massimiliano Traversino Di Cristo, Co-directeur du Centre de recherche en théologie politique (CRIPT) auprès de la School of Law du Birkbeck College de l’Université de Londres, est chercheur invité auprès du CESCM depuis janvier 2019, suite à l’invitation de Martin Aurell.

Cher Massimiliano, vous êtes un jeune chercheur italien, mais possédez une expérience de recherche dans plusieurs institutions européennes. Dites-nous quelque chose de plus sur vous.

Mes recherches portent sur l’histoire de la pensée entre le Moyen Âge central et tardif et le début de l’âge moderne. Je suis principalement historien du droit, mais avec une attention particulière pour la relation entre ce domaine et d’autres domaines du savoir, en particulier la théologie et la philosophie. Mes études universitaires et mes recherches et enseignements ultérieurs se sont concentrés sur les origines médiévales des questions du pouvoir et de la souveraineté. Mon approche est multidisciplinaire, grâce aussi aux maîtres et professeurs avec lesquels j’ai fait mes études, en obtenant un doctorat en droit à Londres, un autre en théologie à Genève et encore un en sciences humaines à Trente.


Parmi mes maîtres et professeurs, j’aimerais mentionner ici Diego Quaglioni, Anton Schütz (co-directeur avec moi du CRIPT), Ghislain Waterlot, Alberto Bondolfi et Jean-François Malherbe († déc. 2015). C’est d’eux que j’ai hérité, en grande partie, ma passion pour l’étude de sujets multidisciplinaires, en essayant de combiner l’attention portée à la recherche spécialisée avec le but de sa diffusion auprès d’un public que ne se limite pas aux seuls spécialistes.

Pourriez-vous nous citer quelques exemples de votre approche ?


Le premier exemple que je voudrais citer est une série d’activités dont, en tant que cofondateur et codirecteur du CRIPT, je suis responsable scientifique depuis 2011. Ces activités ont eu et ont encore pour objectif d’ouvrir un dialogue entre les chercheurs et le grand public, en donnant souvent vie à des manifestations culturelles et artistiques organisées avec la participation d’institutions publiques et privées locales. Le dernier de ces événements a eu lieu en 2018 entre Tours, Berlin et Wittenberg. Il s’agit de la troisième édition d’un événement dénommé « Festival Bruniano », dont le but général est d’analyser la contribution de l’un des plus grands philosophes du XVIe siècle, Giordano Bruno, à la naissance de l’âge moderne1.


Le deuxième exemple est également lié à Giordano Bruno, qui est en réalité l’un de mes principaux intérêts de recherche. Dans ce cas, il s’agit de l’une des publications qui me sont les plus chères, intitulée Diritto e teologia alle soglie dell’età moderna (Droit et théologie à l’aube de l’âge moderne)2, qui traite de l’histoire du droit au début de la modernité et met l’accent sur le lien entre le droit et les autres sciences humaines avec une attention particulière au rôle de Bruno par rapport à ses contemporains et à la théologie médiévale. Cette publication, qui a été très bien accueillie par les spécialistes et présentée dans des revues scientifiques internationales importantes telles que Renaissance Quarterly Review (vol. 70, n° 1, 2017) et Journal of the History of Philosophy (vol. 55, n° 2, 2017), recueille, sous une forme révisée, les résultats de mes premières études à Trente, avec Diego Quaglioni, à la suite desquels, en novembre 2010, j’ai reçu le prix du meilleur étudiant de maîtrise de la Faculté de Droit.


Comment avez-vous rencontré Poitiers et comment est née l’idée d’une période de recherche ?


Je connais Poitiers et le CESCM depuis plusieurs années, mais je n’ai pu les visiter personnellement qu’à la fin de l’année 2017, pendant un séjour de recherche auprès du CESR de l’Université de Tours en tant que Le Studium/Marie Skłodowska-Curie Research Fellow. J’écrivis alors à Martin Aurell pour le rencontrer personnellement et consulter certains des volumes de la bibliothèque du CESCM, aujourd’hui hébergés à la Bibliothèque universitaire Michel Foucault. Ce première rendez-vous a été suivie par d’autres, tous très stimulants en termes de perspectives de recherche future. En conclusion de ma période de recherche à Tours, j’ai donc décidé, sur invitation de Martin Aurell, de mener un nouveau séjour de recherche en France, cette fois à Poitiers, afin de traiter de sujets liés au droit français du Moyen Âge central et tardif, que j’avais pu traiter auparavant avec moins d’attention.


Quels sont vos prochains projets ?


L’année prochaine, je continuerai mes recherches en France et je suis actuellement en contact avec la Faculté Jean Monnet de l’Université Paris XI pour des tâches d’enseignement. C’est aussi pour cette raison que je poursuivrai une partie de la recherche commencée ici au CESCM également l’année prochaine. Poitiers et le CESCM ont été, et sont toujours, pour moi une expérience très agréable !

  1. http://www.lestudium-ias.com/event/giordano-bruno-will-power-and-being-law-philosophy-and-theology-early-modern-era []
  2. TRAVERSINO M., Diritto e teologia alle soglie dell’età moderna. Il problema della potentia Dei absoluta in Giordano Bruno, Naples : Editoriale Scientifica, 2015. XXVIII-188 p. (Collana della Facoltà di Giurisprudenza dell’Università degli Studi di Trento, 5) ISBN : 978-88-6342-790-5 []

Un “ex-pirate” au CESCM, pour nous parler d’Ingeburge la Danoise.

Thomas Heebøll-Holm, professeur adjoint au Centre for Medieval Literature d’Odense (Danemark), est au CESCM pour un mois (jusqu’au 13 avril), nous lui avons posé quelques questions :

Cher Thomas, vous arrivez du Danemark, racontez-nous votre parcours :

J’ai travaillé sur la piraterie médiévale et ai obtenu ma thèse en 2011 à l’Université de Copenhague. Mon sujet portait sur le piratage anglo-français de c. 1280-c.1330 et a été publiée par Brill en 2013 sous le titre Ports, piraterie et guerre maritime : La piraterie Manche et Atlantique, c.1280- c. 13301.

Depuis, j’ai travaillé à un projet sur les relations Franco-Danoises au Moyen Âge central, notamment sur le saint Guillaume d’Aebelholt, qui était d’origine francaise. De son vivant il a aussi assisté au mariage de Philippe Auguste et de la princesse danoise Ingeburge. C’est donc de là que j’ai fait la connaissance la première fois de ce mariage, qui vite tourne en scandale car Philippe répudie la princesse très peu après le mariage, elle refuse et sera enfermée dans des châteaux en France les vingt années qui suivent. Bref, c’est une histoire passionnante, mais à l’époque j’avais peu de temps pour l’étudier en profondeur, puis sont venus d’autres projets.

Alors, je suis devenu professeur adjoint au Centre for Medieval Literature (CML) à l’Université du Danemark du Sud (SDU). Ce centre étudie la littérature médiévale à l’échelle européenne ainsi que la culture textuelle du Moyen Âge, c’est pourquoi on m’a conseillé de m’orienter vers ce domaine de recherche et comme je voulais me renouveler dans mes recherches j’ai accepté.

Je me suis donc penché sur le cas d’Ingeborg du Danemark, mariée à Philippe Auguste de France, ce qui m’a permis d’étudier les réseaux sociaux de l’époque entre le Danemark et la France. Le projet porte alors sur les liens entre Ingeburge et ceux qui se sont investis pour que sa disgrâce prenne fin et qu’elle reprenne officiellement son titre de reine de France en 1213. C’est donc une histoire qui traite de l’histoire sociale et politique mais aussi culturelle et du domaine des émotions. Ce genre d’études qui permet la combinaison de nombreuses approches historiques m’intéresse beaucoup.

C’est la première fois que vous venez à Poitiers, pourquoi ce choix du CESCM ?

D’abord c’est un peu le goût de l’aventure et le besoin de me changer les idées qui m’ont mené à ce choix, mais la première raison de ma venue est la très bonne réputation de votre centre. Le Danemark, à l’époque auquel je l’étudie est lié à des intérêts avec l’Angleterre et donc les Plantagenêts : les études menées par Martin Aurell dans le domaine des reines, de la culture de la cour royale et princière et notamment ses études sur Aliénor d’Aquitaine et les relations entre les Plantagenets et les Capétiens, m’ont amené à le contacter. Alors je suis venu ici dans l’espoir de pouvoir bien commencer mes études, de plus approfondir sur Ingeburge. La visite m’a alors servie de débouché sur cette étude qui finalement est assez complexe et exige des comparaisons avec d’autres reines et femmes nobles : c’est ici que se trouve l’expertise.

J’ai aussi voulu venir pour établir des contacts et trouver une inspiration sur la manière de gérer un centre, bien qu’on ne puisse faire l’équivalent au Danemark, mais c’est intéressant de voir les outils, les revues, et le fonctionnement général et je trouve que c’est bien organisé. À l’avenir on pourrait envisager des collaborations. L’existence du Centre for Medieval Literature est prévue jusqu’en 2022 et la suite dépend des financements, et nous n’avons pas de centre d’une telle dimension.

J’ai voulu trouver de plus de nouvelles pistes autour de l’étude des émotions : ça a été très intéressant pour moi de rencontrer Thomas Labbé (ARTeHIS/Université de Bourgogne) qui est venu au CESCM début avril, présenter son livre Les catastrophes naturelles au Moyen Âge2. Il parle des victimes et on voit souvent Ingeborg du Danemark  comme une victime : ça m’a permis de voir son histoire sous un nouvel angle. Et j’ai la chance aussi d’être là pendant un colloque, Dante et Shakespeare, qui parle aussi de ce sujet.

Je vais moi-même faire une conférence au CESCM, le mercredi 10 avril à 18h30, sur La reine captive ? Les conditions de vie d’Ingeburge de Danemark en France, 1193-1213.

Quels sont vos projets ?

Je dois écrire deux ouvrages sur Ingeborg du Danemark : le premier sera pour une collection danoise un peu dans le style des « Que sais-je », qui est destiné au grand public, et un second toujours sur Ingeborg, en anglais et de niveau plus académique.

C’est pourquoi à Poitiers et au centre je peux trouver de l’inspiration, dans le calme et cette belle ville de Poitiers, et tous ces édifices aident. J’ai passé des bonnes semaines ici et j’ai fait beaucoup de progrès dans mes études – mission accomplie !


 

  1. Thomas Heebøll-Holm, Piracy in the English Channel and the Atlantic, c. 1280-c. 1330 Medieval Law and Its Practice, 15), Leyde, Brill, 2013 – ISBN : 978-90-04-24816-8 []
  2. Thomas Labbé, Les catastrophes naturelles au Moyen Âge, Paris, CNRS Edition, 2017 []

[6 déc.] Rencontre – Le portail de la cathédrale d’Oloron (XIe siècle) : archéologie, iconographie, épigraphie, et mise en scène liturgique

 

Intervention de Scott Brown, professeur d’Histoire de l’art, University of North Florida, organisée dans le cadre des Rencontres IMAGO (axe 3 du CESCM), sous la coordination de Cécile Voyer (CESCM / Université de Poitiers).

  • Date : 6 décembre 2018 – 9h30 / 11h
  • Lieu : Poitiers, faculté des Sciences humaines et arts, hôtel Berthelot, salle Crozet – 24 rue de la chaîne – Bât. E13

Ouvert à tous les étudiants et personnels de l’Université de Poitiers

Les rencontres IMAGO sont consacrées aux images médiévales, aux signes, aux formes et aux représentations. Ouvertes à toutes et à tous, elles sont pensées comme un espace de discussion autour d’un sujet, d’un thème, un dossier. Vous êtes donc cordialement inviter à présenter vos propres recherches et à échanger autour du thème de la rencontre ou de l’objet d’étude présenté.

Scott Brown, professeur d’histoire de l’art médiéval à l’University of North Florida

Scott Brown est chercheur invité au CESCM du 4 novembre au 10 décembre 2018, dans le cadre du programme de Directeurs d’Études Associés de la Fondation Maison des Sciences de l’Homme.  Spécialiste en histoire de l’art roman, son projet de recherche actuel concerne la carrière d’Amat d’Oloron, évêque, archevêque, et légat du pape à la fin du XIe siècle, et les traces de son influence politique, économique, théologique, et liturgique sur la formation de l’art monumental roman en France et en Espagne.

À consulter : Interview de Scott Brown

Leonor Zozaya-Montes, séjour enseignant ERASMUS

Le CESCM accueille du 3 au 8 avril prochain une collègue espagnole dans le cadre d’un séjour enseignant ERASMUS. Leonor Zozaya-Montes (Madrid, 1975) est maître de conférences au Département des Sciences historiques de l’Université de Las Palmas de Gran Canarias (ULPGC, Espagne). Elle a enseigné à l’Université Complutense de Madrid, a bénéficié de bourses de recherche prestigieuses au CSIC et a fait des séjours académiques à l’Université de Cambridge (Angleterre), à ​​l’EHESS (Paris) et au CHSC de l’Université de Coimbra (Portugal).

Leonor Zozaya a principalement étudié la genèse, l’utilisation et la conservation de la documentation écrite à Madrid au xvie siècle. Son livre sur les notaires de la municipalité madrilène paru en 2011 est le fruit d’une partie de ces recherches. Un autre travail sur les archives de l’histoire de l’hôtel de ville de Madrid est actuellement sous presse.

Elle a travaillé sur d’autres sujets dont la paléographie et les liens de cette discipline avec les Humanités numériques, et le jeu comme stratégie d’apprentissage en paléographie et en épigraphie. C’est dans ce contexte que s’inscrit son travail en épigraphie expliquant son séjour au CESCM. Elle propose notamment de relire avec une nouvelle interprétation certaines graphies de l’écriture exposée initialement considérées comme des « fautes ». Leonor Zozaya proposera de partager ces travaux lors d’un séminaire informel au CESCM intitulée « Promenades avec l’écriture » le mercredi 4 avril à 11h15.

 

Pourquoi avoir choisi le CESCM pour votre visite, Leonor ?

Je voulais avoir une expérience directe du travail au sein d’une institution aussi prestigieuse pour qui s’intéresse à l’épigraphie médiévale. Les activités de cette équipe, depuis le temps du professeur Favreau, ont toujours été innovantes et originales. De grands spécialistes ont permis une approche différente des inscriptions. Les activités scientifiques de Vincent Debiais que je connais et que je suis m’ont conduit à découvrir les recherches des autres membres de ce groupe, dont les travaux très intéressants d’Estelle Ingrand-Varenne. En suivant ce fil d’Ariane, j’ai pris conscience de tout l’intérêt que présente un séjour au CESCM. Les activités nombreuses et suggestives qui s’y déroulent sont exemplaires et le fréquenter est enrichissant à tout point de vue.

L’épigraphie ne constitue qu’une partie de mes recherches et le CESCM n’est pas seulement un centre d’épigraphie. Je l’envisage pour ma part comme un laboratoire de paléographie et d’histoire de l’écriture dans ses grandes lignes, marquée par l’activité originale de ses chercheurs, découvrant de nouvelles voies scientifiques – qui incluent aussi de le numérique –, aidant à générer de nouvelles idées autour du merveilleux monde de l’écriture dans le passé.

 

 

La Chine à l’honneur au CESCM

HUANG Yanhong et son épouse HU Wei sont chercheurs invités  au CESCM, de juin à novembre 2017. Yanhong vient de l’Institut d’histoire Mondial de l’Académie chinoise des Sciences Sociales et ses domaines de recherches comprennent l’Ancien Régime, la France médiévale et l’historiographie française. Il a publié une monographie sur les privilèges fiscaux de France au XVIIIe siècle et traduit une dizaine d’ouvrages historiques français et anglais. Cette interview montre que son réel intérêt va vers l’histoire du Moyen Âge. Une passion partagée avec son épouse Wei, qui se spécialise dans la littérature médiévale et renaissance et prépare une thèse à l’université d’Harvard.

Cliché V. Ernst-Maillet/CESCM

Pourquoi avoir choisi de venir au CESCM et à Poitiers ?

Yanhong : J’ai accepté un gros travail en lisant Georges Duby et je fais des recherches à son sujet ; un article de Martin Aurell, qui a été son élève, a retenu mon attention. Je lui ai écrit pour lui présenter mon projet de recherche et il nous a invités. C’est comme ça que nous sommes entrés en contact.

Poitiers est une ville très connue parmi les historiens chinois et même les lycéens, avec 2 dates capitales indiquées dans nos manuels scolaires : 732 et 1356.

Wei : quant à moi c’est le comte du Poitou, Guillaume IX d’Aquitaine qui fait lieu de référence pour Poitiers, et aussi le Prince d’Aquitaine à la Tour abolie.

Yanhong : la France est un pays très « centraliste »  et on parle toujours de Paris : Poitiers a le grand intérêt de n’être pas Paris, de se situer à la charnière entre le nord et le sud.

Wei : Oui, nous voulions connaître la « Douce France »  comme on dit dans la Chanson de Roland.

Quel est justement votre projet de recherche ?

Yanhong : en fait j’ai 3 projets : 1/ la rédaction de l’histoire capétienne en 300 pages environ en chinois, ce qui est conséquent dans notre langue. 2/ j’écris un article sur un grand débat historiographique au sujet de « la mutation de l’an mil » à partir de l’ouvrage de Georges Duby : je veux présenter et analyser le débat qui a lieu autour. 3/ Je souhaite aussi faire une synthèse sur les ouvrages de G. Duby, cela nécessite beaucoup de travail et de lecture, de recherches et de consultations d’archives. Ici, on a la possibilité de consulter beaucoup de livres précieux, qui sont inaccessibles en Chine.

Wei : Mes recherches portent sur les romans et l’hagiographie du XIIIe siècle. Je travaille aussi sur le renouvellement de l’intérêt pour le Moyen Âge dans la littérature du XIXe siècle. Une fois en France, on découvre les recherches françaises, et on gagne une perspective plus ouverte que celle plus limitée des écrits anglophones. La bibliothèque universitaire est magnifique, et je suis impressionnée par la collection médiévale de la bibliothèque municipale.

Que vous apporte cette expérience à Poitiers ?

Yanhong : je trouve l’atmosphère très bonne, une grande hospitalité, on se sent comme dans une famille et c’est agréable de voir autant d’activités académiques.

Wei : c’est très émouvant pour nous de voir et réfléchir comment les français ont laborieusement sauvegardé leur patrimoine et préservé leur domaines historiques, et fait avancer les recherches historiques. Les étudiants inscrits dans le programme médiéval sont nombreux.

Yanhong : les conditions de vie et de recherches à Poitiers sont très bonnes et nous espérons vraiment revenir.