Archives par mot-clé : chercheur invité

La Chine à l’honneur au CESCM

HUANG Yanhong et son épouse HU Wei sont chercheurs invités  au CESCM, de juin à novembre 2017. Yanhong vient de l’Institut d’histoire Mondial de l’Académie chinoise des Sciences Sociales et ses domaines de recherches comprennent l’Ancien Régime, la France médiévale et l’historiographie française. Il a publié une monographie sur les privilèges fiscaux de France au XVIIIe siècle et traduit une dizaine d’ouvrages historiques français et anglais. Cette interview montre que son réel intérêt va vers l’histoire du Moyen Âge. Une passion partagée avec son épouse Wei, qui se spécialise dans la littérature médiévale et renaissance et prépare une thèse à l’université d’Harvard.

Cliché V. Ernst-Maillet/CESCM

Pourquoi avoir choisi de venir au CESCM et à Poitiers ?

Yanhong : J’ai accepté un gros travail en lisant Georges Duby et je fais des recherches à son sujet ; un article de Martin Aurell, qui a été son élève, a retenu mon attention. Je lui ai écrit pour lui présenter mon projet de recherche et il nous a invités. C’est comme ça que nous sommes entrés en contact.

Poitiers est une ville très connue parmi les historiens chinois et même les lycéens, avec 2 dates capitales indiquées dans nos manuels scolaires : 732 et 1356.

Wei : quant à moi c’est le comte du Poitou, Guillaume IX d’Aquitaine qui fait lieu de référence pour Poitiers, et aussi le Prince d’Aquitaine à la Tour abolie.

Yanhong : la France est un pays très « centraliste »  et on parle toujours de Paris : Poitiers a le grand intérêt de n’être pas Paris, de se situer à la charnière entre le nord et le sud.

Wei : Oui, nous voulions connaître la « Douce France »  comme on dit dans la Chanson de Roland.

Quel est justement votre projet de recherche ?

Yanhong : en fait j’ai 3 projets : 1/ la rédaction de l’histoire capétienne en 300 pages environ en chinois, ce qui est conséquent dans notre langue. 2/ j’écris un article sur un grand débat historiographique au sujet de « la mutation de l’an mil » à partir de l’ouvrage de Georges Duby : je veux présenter et analyser le débat qui a lieu autour. 3/ Je souhaite aussi faire une synthèse sur les ouvrages de G. Duby, cela nécessite beaucoup de travail et de lecture, de recherches et de consultations d’archives. Ici, on a la possibilité de consulter beaucoup de livres précieux, qui sont inaccessibles en Chine.

Wei : Mes recherches portent sur les romans et l’hagiographie du XIIIe siècle. Je travaille aussi sur le renouvellement de l’intérêt pour le Moyen Âge dans la littérature du XIXe siècle. Une fois en France, on découvre les recherches françaises, et on gagne une perspective plus ouverte que celle plus limitée des écrits anglophones. La bibliothèque universitaire est magnifique, et je suis impressionnée par la collection médiévale de la bibliothèque municipale.

Que vous apporte cette expérience à Poitiers ?

Yanhong : je trouve l’atmosphère très bonne, une grande hospitalité, on se sent comme dans une famille et c’est agréable de voir autant d’activités académiques.

Wei : c’est très émouvant pour nous de voir et réfléchir comment les français ont laborieusement sauvegardé leur patrimoine et préservé leur domaines historiques, et fait avancer les recherches historiques. Les étudiants inscrits dans le programme médiéval sont nombreux.

Yanhong : les conditions de vie et de recherches à Poitiers sont très bonnes et nous espérons vraiment revenir.

 

La littérature française, des États-Unis vers le CESCM

Nous avons reçu pendant un mois, Anne-Hélène Miller, Professeure assistante avancée de littérature française du Moyen Âge à l’université du Tennessee, Knoxville, invitée par Martin Aurell. Elle nous parle de son séjour.

Chère Anne-Hélène, quel est votre ressenti après un mois passé au CESCM ?

Excellent.  Tout d’abord, ce cadre est vraiment exceptionnel. Pour une médiéviste travaillant comme moi sur la fin du Moyen Âge, être dans un hôtel de sa période de recherche, c’est merveilleux !

J’ai reçu un accueil très sympathique. Dès mon arrivée, on m’a permis d’être tout de suite à l’aise et immédiatement je me suis sentie comme étant du centre. Tout était bien organisé et les gens très professionnels et disponibles, même en cette période d’effervescence pour la préparation des Semaines d’études médiévales 2017.

D’où vous est venue cette idée de séjourner dans notre centre ?

Je connaissais le CESCM de par sa réputation internationale et aussi parce qu’il est unique en France, mais je n’y étais jamais venue. J’avais rencontré Martin Aurell lors alors que j’étais étudiante à l’université de Washington où il avait été invité par mon directeur de thèse. On a repris contact récemment et on s’est rendu compte qu’on pouvait avoir des projets communs de coopération.  À l’université du Tennessee nous avons un centre d’étude et de recherches sur le Moyen Âge et la Renaissance, The Marco Institute  et nous avons beaucoup de points communs avec le CESCM. Nous sommes dans l’université et les professeurs sont rattachés à des départements selon leur disciplines respectives, mais tout en participant à un cursus interdisciplinaire au sein de l’institut.  Aussi, notre institut organise ses propres activités et événements scientifiques. Nous avons reçu le Professeur Martin Aurell en tant que Lindsay Young Distinguished Visiting Senior Scholar in Medieval Studies au mois de mars et je suis maintenant professeur chercheur invité au Centre.

Dans quel domaine travaillez-vous pour avoir eu cette envie de venir à Poitiers ?

J’étudie les domaines français et occitan à la fin du Moyen Âge selon une approche interdisciplinaire (littérature, sociolinguistique, histoire, art, théologie). Mes recherches portent notamment sur Guillaume de Machaut, Jean Froissart, Nicole Oresme, Eustache Deschamps, et le Roman de la Rose. Je suis actuellement présidente de la Société Internationale Guillaume de Machaut et je fais partie du comité exécutif du forum Lettres Médiévales françaises du Modern Language Association of America. Je suis donc la spécialiste de littérature française médiévale dans mon département et à mon Institut dans le Tennessee. Il est essentiel pour moi de tisser des liens avec des chercheurs en France et de me tenir au courant du statut de la recherche.

De plus, actuellement, je finis un ouvrage qui revisite l’articulation entre la dimension tout d’abord transnationale de la langue française dès le XIIe siècle et celle de la prise de conscience du rôle de la langue dans la construction d’une identité « nationale » à partir du XIVe siècle. Ces deux aspects sont trop souvent considérés séparément dans l’histoire de la langue française et les approches en France et dans les pays anglo-saxons parfois divergent. Je m’attache donc à les explorer en créant des liens entre une variété de textes et d’auteurs connus et moins connus. Dans le cadre de l’écriture de mon ouvrage, qui porte donc essentiellement sur le statut littéraire de la langue française au tournant du XIVe siècle en France, j’ai eu l’opportunité de présenter ce projet le 31 mai pour une conférence informelle.  À cette occasion, j’ai parlé en particulier de Jean Froissart et Philippe de Mézières.

Quel est l’aboutissement de ce séjour ?

Pendant mon séjour, j’ai eu la chance de participer à la journée sur le projet de traductions multilingues à partir d’un texte « Le dit des trois morts et des trois vifs », organisé par les professeurs en littérature du centre, ce qui m’a permis de me familiariser avec leurs réflexions : j’ai apprécié ce travail collaboratif entre professeurs et étudiants avancés.  De belles expériences, qui m’ont inspirées pour l’avenir.  Parallèlement j’ai eu la chance de participer à la journée doctorale le 17 mai. J’ai été impressionné par la large palette et la qualité des sujets de recherche des étudiants du centre.

J’ai rencontré  M. Jean-Marie Pincemin, le responsable des programmes de recherches internationales à l’université de Poitiers  pour parler  d’un projet éventuel d’échange et partenariat entre nos universités pour les étudiants doctorants et professeurs, dans une optique de travail de recherche, avec les avantages de parfaire leurs connaissances linguistiques et culturelles. Le directeur du Marco Institute Professeur Jay Rubenstein est venu depuis Paris spécialement à Poitiers pour rencontrer le professeur Aurell et le professeur Palazzo – Doyen de la faculté des Sciences humaines et arts -, pour évoquer ce projet.

Globalement, ce séjour a été très fructueux et j’ai fait de très belles rencontres.

 

Voir la bibliographie d’Anne-Hélène Miller

Matteo Ferrari : un chercheur italien pour l’héraldique à Poitiers

Depuis le début de janvier 2014, le CESCM de Poitiers accueille Matteo Ferrari, docteur en histoire de l’art médiéval et ancien élève de l’École Normale Supérieure de Pise (Scuola Normale Superiore), qui bénéficie d’une bourse postdoctorale de six mois financée par l’Université de Poitiers dans le cadre des Actions Incitatives à la Recherche 2013. Sous la direction de Laurent Hablot, dans la période de son séjour, il participera au programme CESCM-DRAC, Décors héraldiques médiévaux en Poitou-Charentes, consacré au recensement et à l’étude des attestations héraldiques monumentales médiévales dans la région.

Cliché É. Mineo
Cliché É. Mineo

Spécialiste d’art médiéval lombard et travaillant spécifiquement sur la communication par l’image des communes italiennes aux XIIIème-XIVème siècles, Matteo Ferrari a soutenu son doctorat à l’École Normale de Pise en mai 2011 (sous la direction de Maria Monica Donato). Sa recherche portait sur les décors peints dans les hôtels de ville de Lombardie (notamment de Brescia, Côme, Crémone, Mantoue et Milan), conservés ou documentées par des sources indirectes. Il s’agit d’un corpus vaste et hétérogène d’images, pour la plupart réalisées entre le milieu du XIIIème et le début du XIVème siècle, qui auparavant n’avait jamais été l’objet d’une étude systématique. On y trouve des représentations à sujet “historique”, des figurations infamantes ou sacrées, des éléments décoratifs, des armoiries ou des enseignes d’offices, des inscriptions, dont Matteo Ferrari a fourni une nouvelle interprétation tout en mettant en exergue le rapport entre l’image, son public et l’utilisation fonctionnelle des espaces.

A l’issue de sa thèse, Matteo Ferrari a été successivement chargé de recherches à l’École Normale de Pise et à l’Université de La Sapienza de Rome autour de programmes consacrés à la communication par l’image dans les Communes, dans l’objectif de parvenir à un recensement exhaustif des images peintes et sculptés, conservés et perdues, dans les palais communaux italiens (ce programme, actuellement en cours, est conduit sous la direction de Giuliano Milani, professeur à La Sapienza de Rome). Plus récemment Matteo F. a participé à l’organisation scientifique de l’exposition Dal Giglio al David. Arte civica a Firenze fra Medioevo e Rinascimento (Florence, Galleria dell’Accademia, 14 mai-8 décembre 2013), consacrée à l’art civique florentin entre le XIIIème et le début du XVème siècle, la première initiative de ce genre jamais organisée en Italie1.

Dans le cadre de ces recherches Matteo a développé un intérêt spécifique vers l’héraldique qui, au bas Moyen Age était incontestablement un instrument essentiel de la présentation et de la représentation des individus aussi bien que des institutions civiles. Auteur de plusieurs travaux consacrés à cette thématique – avec Marco Foppoli, Il bianco scaglione. Lo stemma del Comune di Ghedi nell’araldica civica lombarda delle origini2 – et membre associé de l’Académie Internationale d’Héraldique depuis 2013, il participe depuis quatre ans aux journées héraldiques organisées à Poitiers par Laurent Hablot et aux activités de son groupe de travail « héraldique et emblématique », dans le cadre de l’axe de recherche du CESCM, Signes, formes et représentation.

Le programme Décor héraldiques médiévaux en Poitou-Charentes trouve son origine, d’un coté, dans la richesse du patrimoine régional en matière de figurations héraldiques et de l’autre, dans l’exigence de plus en plus manifeste de pouvoir encadrer scientifiquement leur analyse. Cette nécessité est d’ailleurs partagée par les institutions locales de conservation et de sauvegarde, notamment par la DRAC du Poitou-Charentes qui a accordé un soutien financier pour mener à terme l’initiative.

Le programme a été initié en 2013 par une enquête sur les témoignages héraldiques encore visibles dans la ville de Poitiers. Grâce au soutien scientifique et technique de Matteo Ferrari, ces premiers résultats seront bientôt étendus à l’échelle départementale puis régionale. L’objectif du programme est d’inventorier les décors héraldiques figurés (peintures et sculptures) conservés dans les édifices monumentaux civils et religieux de notre territoire, tout en complétant ces informations à partir des sources relatives aux décors disparus. L’enquête sera accompagnée par des missions de terrain qui nous permettront de vérifier la présence, l’emplacement et l’état de conservation des témoignages héraldiques, associée à une campagne de couverture photographique documentant un patrimoine jusqu’à présent très peu connu et rarement étudié. Cette matière fournira une base de travail pour une étude dépassant la seule identification des armoiries – qui reste essentielle pour la connaissance de l’histoire du monument – pour proposer des interprétations de mise en signe de l’espace, soulignant l’importance de ces compositions en terme de représentation sociale, politique, symbolique et religieuse. Cette enquête permettra d’élaborer un armorial monumental du Poitou médiéval, précieux outil de connaissance et d’analyse des pratiques héraldiques locales.

L’objectif final de cette enquête sera de contribuer à la compréhension, à la conservation et à la valorisation d’une production figurative qui enrichit le patrimoine artistique de la région, mais dont l’importance est encore trop souvent négligée et méconnue.

Liste des publications : https://scuola.academia.edu/MatteoFerrari

  1. http://www.uffizi.firenze.it/en/mostre/mostra.php?t=518b6364f1c3bc9013000053 []
  2. M. FERRARI i M. FOPPOLI, Il bianco scaglione. Lo stemma del Comune di Ghedi nell’araldica civica lombarda delle origini, Ghedi, Citta di Ghedi, 2009, 115 p. []

Une musicologue américaine à Poitiers

Barbara Haggh-Huglo, professeur de musicologie à l’université de Maryland, College Park, est très heureuse de pouvoir passer un semestre à Poitiers, comme chercheur invitée de la Région Poitou-Charentes au CESCM.

cliché V. Ernst-Maillet
cliché V. Ernst-Maillet

Barbara, sur quoi portent vos activités d’enseignement et de recherche ?

A l’Université de Maryland, College Park, j’enseigne l’histoire de la musique, l’histoire de la notation musicale jusqu’à 1600 et la méthodologie de la recherche en musicologie. J’anime également des séminaires sur la musique médiévale de la péninsule ibérique, sur le chant médiéval (en particulier l’Alléluia), sur la musique dans les villes à l’époque du Moyen Âge et de la Renaissance, sur la musique à la cour des ducs de Bourgogne et des empereurs Habsbourg.

De 2006 à 2010, j’ai dirigé, au sein de la Société internationale de musicologie, le groupe de recherche Cantus planus, qui rassemble les spécialistes du chant liturgique travaillant sur les répertoires de la Chrétienté latine et orientale, voire d’autres confessions, du Moyen Âge à nos jours. Je fais partie de plusieurs comités éditoriaux et directions de projets scientifiques. J’ai présidé le comité de la Société américaine de musicologie qui est chargé du RISM (Répertoire international des sources musicales), en lien avec le bureau international du RISM.

Quels sont vos projets de recherche à Poitiers ?

Je vais travailler sur les textes et les chants liturgiques composés pour les saints Hilaire et Radegonde en vue de les éditer dans la série Historiae publiée par l’Institute of Mediaeval Music à Lions Bay (Canada) et d’en faire également une édition en France. Dans un second temps, je commencerai à écrire un livre sur l’architecture et la musique, avec un volet concernant la chapelle de Charlemagne à Aix-la-Chapelle, un autre sur la question de la musique et de l’architecture gothique, enfin une topographie des fondations musicales dans les églises de Gand au XVe siècle.

Au cours de mon séjour à Poitiers j’espère avoir l’opportunité d’échanger des idées avec les médiévistes locaux et renouveler ma pratique des langues étrangères, qui a souffert des années où j’ai été occupée par des responsabilités administratives.

Parlez-nous de vos publications en cours …

Actuellement, je termine un livre sur un sujet qui m’a occupée pendant près de trente ans : il s’agit de l’office de la Vierge introduit en 1457 à la cathédrale de Cambrai. Les textes de cet office sont dus au théologien Gilles Carlier et les chants au grand compositeur de la fin du Moyen Âge,  Guillaume Dufay (v. 1400-1474). Cet office était en usage dans une vingtaine d’églises et monastères des anciens Pays-Bas et du Nord de la France. Réformé à la suite du concile de Trente, il a continué à être célébré jusqu’au concile de Vatican II. J’ai réalisé une édition critique, une analyse et une étude historique des deux versions de cet office.

Pour en savoir plus sur Barbara Haggh-Huglo et consulter la liste complète de ses publications, cliquez ici.

 

Une américaine à Poitiers : interview

Sarah-Grace Heller, associate professeur de lettres françaises et d’études médiévales à l’université Ohio State à Columbus (Ohio), est très heureuse de pouvoir passer une période sabbatique à Poitiers parmi les chercheurs du CESCM pendant l’année scolaire de 2013-2014.

Nous lui avons posé quelques questions.

Sarah-Grace, vous êtes enseignante-chercheuse à Colombus, quelles sont vos activités scientifiques parallèles ?

A l’Université Ohio State, je donne des cours d’ancien français et d’occitan, ainsi que des cours de littérature française médiévale et moderne dans le département de français et d’italien.

SGHJ’ai été directrice associée au CMRS (Center for Medieval and Renaissance Studies), et pour le centre je donne des cours interdisciplinaires en anglais tel « Gothic Paris » qui proposent une initiation aux études médiévales à travers l’optique de la ville universitaire aux XIIe-XIIIe siècles.

Je m’intéresse aux études occitanes, et suis actuellement Présidente de la Société Guilhem IX qui publie la revue Tenso.

J’ai publié des articles sur les lois somptuaires, la littérature des croisades, et le Roman de la Rose, parmi d’autres sujets.

Parlez-nous de vos projets de recherches :

Mon but est de mener à terme deux projets sur l’histoire de la mode et la consommation au Moyen Age. Dans ma monographie An Illustrated History of Medieval Fashion 500-1350, pour Boydell & Brewer, je tente de faire une synthèse des évidences littéraires, documentaires, visuelles, et archéologiques de la présence (ou absence) de la mode en tant que système culturel de la production et consommation des nouveautés.

Partant de mon premier livre, Fashion in Medieval France1, où j’ai examiné diverses théories de la mode venant des domaines de la sociologie, l’économie, la psychologie, l’histoire du costume, et le journalisme de la mode, je cherche à analyser la question de l »existence’ de la mode pour les époques antérieures au Moyen Age tardif. Quelles conditions permettaient la possibilité de choix de consommation personnels ? Avec quelle régularité changeait-t-on de styles, soit vestimentaires, soit d’autres formes de manifestations du goût personnel ?

Votre CV montre que vous menez de front de nombreuses autres activités éditoriales …

Je travaille cette année également comme éditrice de A Cultural History of Fashion, vol. 2: The Medieval Age (800–1450), publié par Berg Publishers, dont les contributeurs sont Gale Owen-Crocker et Elisabeth Coatsworth pour les textiles, Eva Andersson Strand pour le côté production, Guillemette Bolens pour les notions du corps, Andrea Denny-Brown pour les croyances, E. Jane Burns sur les questions de sexualité, Laurel Ann Wilson sur l’hiérarchie sociale, Michèle Hayeur Smith à propos de l’ethnicité, Desirée Koslin pour les représentations visuelles, et Monica Wright pour les représentations littéraires.

D’où vous vient cet engouement pour la mode ?

Avant d’entreprendre des études supérieures, j’ai fait plusieurs années d’apprentissage comme costumière à l’Opéra du Minnesota (d’où je suis originaire), puis j’ai travaillé dans plusieurs compagnies théâtrales régionales. Ma façon de lire les œuvres littéraires a été donc marquée par le souci de réaliser les thèmes à travers les créations visuelles, et elle amène une certaine expérience textile aux textes.

Qu’attendez-vous de votre séjour à Poitiers ?

Cette année, j’espère pouvoir parcourir les publications historiques et archéologiques, difficiles à obtenir dans les bibliothèques d’Amérique du Nord, trouver des illustrations pour ces deux livres, et profiter des conversations avec les collègues européens.

Lien vers le CV et la bibliographie : Sarah-Grace HELLER

 

  1. Fashion in Medieval France, Boydell & Brewer, 2007 (Gallica, 3), 216 pp. []