Archives par mot-clé : campagne photographique

Signalement de polychromies à Saint-Marcel (36200), chapelle Saint-Marin

Régulièrement, la photothèque du CESCM missionne sa photographe Lisa-Oriane Crosland à travers la France pour assurer la couverture photographique d’un certain nombre d’édifices à peintures murales, en vue de les intégrer par la suite dans la base Romane. La dernière mission en date, du 28 août au 03 septembre 2023, fut l’occasion de parcourir le Berry afin de photographier les peintures murales de Saint-Loup-sur-Cher (41), Charly (18), Primelles (18) et Méobecq (36), mais aussi de se prêter au jeu de la prospection en quête de nouveaux édifices à répertorier. C’est ainsi que des polychromies anciennes furent découvertes dans la chapelle de l’ancien prieuré Saint-Marin, dépendant actuellement de la commune de Saint-Marcel, près d’Argenton-sur-Creuse (36)[1].

Erigée au XIIe siècle, la chapelle Saint-Marin est de taille modeste, sans aucune prétention. La nef à vaisseau unique aboutit sur un transept saillant dont chaque bras est doté d’une très petite absidiole. La croisée du transept, voûtée d’ogives, résulte d’un remaniement postérieur. L’abside carrée est percée d’une baie en plein cintre. Historiquement le prieuré de Saint-Marin était une dépendance de l’abbaye de Saint-Savin-sur-Gartempe (première mention en 1226). Il doit son vocable à saint Marin, vénéré dans la chapelle axiale de cette abbaye. Une ancienne inscription d’autel, maintenant répertoriée par l’inscripthèque du CESCM, évoque une dédicace à la Vierge et à saint Marin[2].

Cliché Lisa-Oriane Crosland, Photothèque du CESCM

Les polychromies signalées sont visibles sous la couche de badigeon blanc qui recouvre la majeure partie des murs. Les fragments les plus évidents s’aperçoivent au niveau de l’arc absidal et des ogives de la croisée. En l’état actuel, il est impossible de dater la campagne picturale correspondante, ni même de savoir si toutes sont contemporaines. Les couleurs observées ne présentent aucune particularité : on reconnait du jaune, du rouge parfois orangé et quelques traces de bleu. Leur emplacement correspond à celui occupé la majeure partie du temps par des frises ou motifs décoratifs variables au fil des siècles, dont la fonction première est de souligner les principaux éléments d’architecture tels que les arcs ou les ogives.

Détails de l’arc absidal, côté droit. Clichés Lisa-Oriane Crosland, Photothèque du CESCM

 

Retombées de la croisée du transept. Cliché Lisa-Oriane Crosland, Photothèque du CESCM

Propriété de la commune depuis 1825, la chapelle n’est inscrite aux Monuments Historiques que depuis 2003 en raison de son ancienneté et du traditionnel pèlerinage des rechignoux qui s’y déroulait chaque premier samedi de septembre jusqu’à la fin du XXe siècle. En 2015, la réfection de la toiture et de la charpente a été financée grâce à un don de la Sauvegarde de l’Art français[3]. D’après les témoignages locaux, la détérioration du badigeon est liée à l’exposition prolongée des murs à l’humidité et aux intempéries avant les réparations de la toiture.

Ces polychromies, observées sur site le samedi 02/09/2023, ont été signalées aux services compétents de la DRAC du Centre-Val de Loire par mail le 17/10/2023.

 

[1] La chapelle est localisée le long de la Creuse, au lieu-dit Le Champ du Moulin, Saint-Marin, 36200 Saint-Marcel.

[2] Le Billet annonçant sa découverte est consultable via le lien suivant : https://epimed.hypotheses.org/3431

[3] La chapelle est référencée sur Monumentum, ainsi que sur POP Culture : https://monumentum.fr/monument-historique/pa36000012/saint-marcel-prieure-de-saint-marin

https://www.pop.culture.gouv.fr/notice/merimee/PA36000012

Exposition : Lumière sur les couleurs de Brinay

Exposition à partir du 20 février 2023 au pôle documentaire et dans la salle Crozet du CESCM

Lumière sur les couleurs de Brinay

Campagne photographique de 2020

 

En 2020, l’église Saint-Aignan de Brinay, dans le Cher (18), a fait l’objet d’une nouvelle campagne photographique par Lisa-Oriane Crosland, photographe du CESCM. L’exposition présente quelques détails de ces peintures.

Cette modeste église du XIe-XIIe siècle abrite un cycle remarquable de peintures murales datées du milieu du XIIe siècle et découvertes en 1912. Ces dernières sont situées sur les quatre murs du chœur rectangulaire.

Les peintures, organisées selon deux bandes horizontales superposées, illustrent les événements essentiels de la vie du Christ : une partie du cycle de son Enfance et de sa Vie publique.

  • Chœur, mur nord

– Registre supérieur : Annonciation, Visitation, Nativité, Annonce aux bergers, Voyage des Rois Mages.

– Registre inférieur : Mages devant le roi Hérode, Voyage de Retour des Mages.

  • Chœur, mur est

– Registre supérieur : Hérode ordonnant le Massacre des Innocents, Massacre des Innocents, Baptême du Christ.

– Registre inférieur : Présentation du Christ au Temple, songe de Joseph avant la Fuite en Égypte, Fuite en Égypte.

  • Chœur, mur sud

– Registre supérieur : Le Miracle des Noces de Cana.

– Registre inférieur : Chute des idoles, Tentations du Christ, Christ au désert, Christ servi par deux anges.

Des prophètes, dont Jérémie, des saints et des personnages non identifiés décorent le mur ouest du chœur.

Sur l’intrados de l’arc triomphal, à l’entrée du chœur, figure le calendrier, représenté par les occupations des douze mois.

Toutes les photographies de l’église de Brinay, accompagnées d’une notice descriptive et d’une indexation, sont disponibles sur la base de données Romane : https://base-romane.fr/fiche/18036-EGL-STA-099-N

La photothèque sur le terrain

Cliché C. Boisseau-CESCM

 Avec l’arrivée de l’été et les restrictions sanitaires qui s’allègent, la photothèque peut enfin reprendre ses missions sur le terrain. Notre photographe, Lisa-Oriane Crosland, réalise des campagnes photographiques sur site afin de permettre l’augmentation du fonds documentaire et l’incrémentation de la base Romane.

 

Les communes visitées ne manquent pas de faire connaître le travail de la photothèque :

Mission à Notre-Dame du vieux Pouzauges, en Vendée, le 19 mai : https://www.pouzauges.com/seance-photos-a-leglise-du-vieux-pouzauges/ 

Campagne photographique durant la Mission en Bourgogne (8 jours) : Chapelle de la commanderie à Villemoison (58200) | Église Saint Pierre et Saint Paul à Sussey (21430) | Église Saint-Ferréol à Curgy (71400) | Église Saint-Pierre de Gourdon (71300) | Église Saint-Nizier à Burnand (71460) | Église Saint-Philibert à Tournus (71700) | – Chapelle des moines à Berzé-la-Ville (71960) | – Cathédrale Saint-Cyr-et-Sainte-Julitte de Nevers (58000)
 
 
 

L’œil et le clic : la captation du sensible

Johannes (Jan) Vermeer – Christ in the House of Martha and Mary – Google Art Project.jpg

Parmi les milliers d’images qu’il a photographiées et numérisées au cours de sa longue carrière au CESCM, Jean-Pierre Brouard a sans aucun doute traité, à un moment ou à un autre, une peinture ou une sculpture figurant la scène de l’évangile de Luc, dans laquelle le Christ est reçu par Marthe et Marie.

Les deux figures, dans leur relation à celui qui entre dans leur maison, proposent deux modalités complémentaires de la vie de service. Marthe, qui s’avance pour accueillir Jésus, remplit la parabole de ses gestes et de ses paroles ; Marie, assise, silencieuse et attentive à l’enseignement du Christ, s’installe dans une contemplation aimante – c’est tout le sens du grand tableau de Vermeer. Marthe interroge Jésus au sujet de l’inaction de sa sœur, mais au lieu de lui adresser un reproche, il affirme que c’est bien l’attitude de Marie qui a sa faveur. En perspective chrétienne, et ceux qui ont le plaisir de travailler à ses côtés en font l’expérience quotidienne, Jean-Pierre serait plutôt du côté de Marie, et c’est tant mieux pour lui et les autres ! Il préfère la quiétude à l’agitation, le silence aux discours, l’ordre au désordre ; une discipline du détail finalement qui se retrouve dans tous les aspects de son travail.

Au moment où le CESCM s’imposait en France comme l’un des grands centres documentaires au service des recherches en histoire de l’art et en épigraphie, Jean-Pierre Brouard a été un acteur incontournable des travaux d’acquisition et de traitement des clichés aujourd’hui accessibles à la photothèque et à l’inscripthèque à Poitiers, et à travers les portails numériques ROMANE et TITULUS. Qu’il s’agisse de panneaux de peintures murales, de vues d’architecture, d’éléments sculptés ou encore d’inscriptions, la consultation du fonds photographique du CESCM permet d’apprécier l’exceptionnelle qualité du travail de Jean-Pierre et c’est un euphémisme de dire que ses clichés rendent hommage à la diversité, à la dextérité, à la virtuosité parfois de l’esthétique médiévale. Ils conjuguent la rigueur scientifique d’une prise de vue réaliste, en accord avec l’objet d’étude, et une sensibilité aiguë pour le geste qui l’a produit. La maîtrise technique que l’on attend d’un photographe professionnel se voit ainsi épaissie d’une empathie que l’on rencontre chez un artiste. L’une et l’autre exigent de la patience : regarder les œuvres pour déterminer ce qui doit être rendu visible sur les clichés ; comprendre le monument ou l’objet pour établir ce qui doit apparaître dans la publication ; connaître les enjeux scientifiques pour décider du niveau de détail à atteindre. Pour y parvenir, il faut être Marie : s’assoir et observer. Jean-Pierre Brouard exige de la patience. En mission sur le terrain, il impose silencieusement le rythme des images et oblige le chercheur qui l’accompagne à une lenteur salutaire, celle qui permet de ne plus s’agiter comme Marthe, mais au contraire de s’imprégner d’un objet, d’une image, de leur environnement. On n’explore jamais tant les recoins d’une église médiévale que lorsque l’on accompagne notre photographe en mission et que l’on attend patiemment, sans trop parler, qu’il capture la bonne image.

Cliché C. Voyer/CESCM

À l’heure où les moyens techniques mettent à la disposition des visual studies d’énormes quantités d’images, entr’aperçues dans le défilement stroboscopique d’un script sur un site web, la mesure et l’économie de Jean-Pierre rappellent l’historien de l’art à son devoir de lenteur et d’approfondissement. Au retour de mission, le chercheur doit encore attendre le traitement des clichés, livrés petit à petit. Il est certain en revanche que l’étalonnage des couleurs et des lumières est parfait ; il sait qu’il peut lire l’inscription sans difficulté ; il est convaincu qu’il pourra publier l’image sans encombre. Par l’application portée à chaque image, le travail de Jean-Pierre en vient finalement à réaffirmer l’unicité de l’œuvre médiévale. Cet engagement esthétique ne cantonne plus dès lors le travail du photographe au « support » ou au « service » de la recherche, il en est une dimension indispensable, pleinement scientifique. L’œil du photographe, qui a commencé sa carrière en s’intéressant aux travailleurs, aux usines, perçoit aujourd’hui ce qui fait l’intérêt d’une image ou d’un objet souvent plus vite que le chercheur lui-même. Affaire d’expérience, dira-t-on… On peut aussi l’entendre comme une capacité à voir l’homme derrière la matière. Son travail est en ce sens un atout au service des sciences humaines dans un milieu et au sein de disciplines qui le sont parfois assez peu.

La discrétion et la retenue de Jean-Pierre Brouard sont les indices d’une attention véritable aux détails, dans son travail au CESCM, mais aussi dans les relations avec ses collègues. Elles sont aussi le signe d’une vraie indépendance, d’une liberté en somme, celle du professionnel, celle de l’artiste. Plusieurs générations d’étudiants et de chercheurs pourront encore travailler sur le fruit de son investissement au CESCM et lui témoigner, à travers leurs recherches, une profonde reconnaissance pour avoir rendu la culture visuelle médiévale encore plus fascinante à travers ses clichés.

L’œil et le Clic – VI

L’exposition temporaire intitulée « L’œil et le Clic » présente son nouveau cliché, toujours sous la prise de vue experte de Jean-Pierre Brouard, photographe du CESCM. Une occasion de (re)découvrir son travail en faveur de la recherche scientifique, les qualités professionnelles de son œil averti et l’assurance du geste, déclenchant le « clic » de l’objectif.

Jusqu’au jeudi 1er avril, découvrez l’œuvre photographique au CESCM, près de la cheminée du rez-de-chaussée, et tentez votre chance pour gagner l’exemplaire des Cahiers de civilisation médiévale de votre choix ! Répondez à la question posée sur les bulletins de participation, le tirage au sort désignera le gagnant parmi les bonnes réponses.

Bonne découverte, et bonne chance !