Archives par mot-clé : Base ROMANE

La base de données Romane … un bilan, une enquête.

À la fin de ce billet, il y a un sondage : il nous tient à cœur que vous preniez le temps de le remplir.

 

Depuis sa création en 1955, la photothèque du CESCM veille à l’accroissement constant de son fonds patrimonial d’art roman, couvrant l’Europe occidentale du VIIIe au XIIIe siècle. Cette collection – initiée grâce au parcours en images à travers la France effectué par René Crozet -, s’est vu enrichie par de nombreux dons de spécialistes et passionnés du patrimoine médiéval, mais également par les acquisitions faites auprès de photographes professionnels et d’institutions spécialisées.

Le fonds comporte actuellement près de 200 000 documents : clichés noir et blanc, diapositives, plaques de verre, cartes postales, plans et coupes axonométriques des édifices, relevés archéographiques de peintures murales et une augmentation permanente d’images numériques réalisées par Jean-Pierre Brouard, photographe du CESCM.

La vocation première des ingénieures de la Photothèque, spécialistes de l’image médiévale, repose sur la conservation, la valorisation et la mise à disposition des clichés servant aux recherches et aux publications en histoire de l’art médiéval des enseignants, des chercheurs, des étudiants et du public en général.

Pendant de nombreuses années, la consultation de la collection s’est effectuée soit à partir des fichiers manuels thématiques disponibles au sein de la salle Saint-Louis, soit à travers une recherche de type ‘topographique’ qui s’effectuait dans la salle d’archives attenante.

Au milieu des années 90, avec l’arrivée des images numériques et des nouvelles technologies, la Photothèque a mis l’accent sur les missions photographiques des monuments dans leur ensemble, et envisagé la gestion électronique de son fonds. Deux bases de données sont nées de cette réflexion : la première « Romane », une base de type monographique, ayant pour objectif de présenter le fonds sous la forme d’images associées à un contenu textuel. La seconde « Peinture », base de type iconographique liée au projet d’inventaire des peintures murales romanes de France, engagé par John Ottaway1. L’interface de ces deux bases conçues d’une façon analogue a facilité leur refonte en 2006, vers une seule base de données qui est l’actuelle BASE ROMANE. Mise en ligne en 2012, elle contient actuellement plus de 18 000 fiches dans sa version interne et environ 12 000 dans sa version publique.

http://baseromane.fr/accueil2.aspx

Depuis 2014, le fonds documentaire et l’exploitation des données recueillies sur le terrain sont mis à disposition des consultants dans un compactus mutualisé avec le fonds épigraphique, optimisant ainsi la conservation des documents fragiles. La photothèque fait à présent partie intégrante du Pôle Documentaire Berthelot, espace d’étude dédié à la production scientifique et au travail intellectuel ; lieu propice à la recherche par la richesse de son fonds et des compétences des ingénieurs d’études en charge des collections : archéographe, documentaliste, épigraphiste, historien de l’art.

L’accès aux données patrimoniales est assidument enrichi par leur indexation dans la base ROMANE, offrant la possibilité aux chercheurs de constituer des corpus sériels, d’établir des comparaisons et d’observer les œuvres dans leur contexte.

Depuis 2012, l’équipe de la photothèque porte une attention particulière à la précision des datations en s’appuyant sur la bibliographie consultée. Elle participe à la critique d’authenticité des œuvres à travers l’indexation des clichés avant et après restauration, montrant les différents états de conservation ainsi que les éléments disparus, ce qui constitue un outil historiographique essentiel à la recherche.

Depuis novembre 2015, en collaboration avec la plateforme de numérisation de la MSHS et l’ingénieur David Chesnet, ROMANE a commencé à intégrer les clichés numériques de près de 300 plans grand-format et de plaques de verre, inexploités jusqu’alors.

En mars 2016, dans le but de donner à ROMANE une plus-value scientifique et une meilleure visibilité, nous avons débuté le protocole de migration pour la sauvegarde et l’hébergement de la base depuis le CRITT-Informatique vers le TGIR Huma-Num (CNRS), avec l’implantation d’un module permettant le moissonnage par ISIDORE.

L’évolution numérique des bases des données et la facilité d’accès aux images via internet remettent en question la réflexion sur les problèmes de consultation et d’indexation. Il est important pour notre équipe d’estimer la valeur de la documentation fournie par la base ROMANE auprès du public. Nous avons donc établi une enquête de satisfaction auprès des utilisateurs de la base dans le but de réfléchir à son éventuelle restructuration, perfectionner ses modules informatiques et viser à une base plus performante et répondant au plus près aux besoins des usagers.

Ce sondage, à l’initiative des ingénieures de la Photothèque du CESCM, porte sur l’utilisation de la base de données ROMANE et vise à déterminer quelle utilisation est faite de cet outil dans les divers domaines de la recherche et de l’enseignement de l’histoire de l’art médiéval.


L’enquête en ligne

L’équipe de la Photothèque du CESCM remercie toutes les personnes qui prendront le temps de répondre à ce questionnaire (de 5 minutes) qui nous permettra d’avoir une vue sur les besoins et les attentes formulées par les usagers.

http://enquete.univ-poitiers.fr/index.php?sid=99468&lang=fr

 

  1. article dans les Cahiers de civilisation médiévale,  1996, Vol 39, n° 156, pp. 391-394 : voir article []

L’œil et le clic – III

nd00002718webL’exposition temporaire intitulée « L’œil et le Clic » présente son nouveau cliché, toujours sous la prise de vue experte de Jean-Pierre Brouard, photographe du CESCM. Une occasion de (re)découvrir son travail en faveur de la recherche scientifique, les qualités esthétiques de son œil averti et l’assurance professionnelle du « clic » de l’objectif.

La photographie présente un détail de la représentation de l’apôtre saint Pierre, sculpté sur la façade occidentale de la collégiale Notre-Dame-la-Grande à Poitiers.

Découvrez-la au CESCM, près de la cheminée du rez-de-chaussée et tentez votre chance ! Indiquez la date de consécration de l’église Notre-Dame-la-Grande sur le formulaire de participation (disponible à côté du cliché). Le tirage au sort désignera le gagnant parmi les bonnes réponses

Le tirage au sort aura lieu le 22 février à midi, le gagnant sera averti par mail. Il remportera l’exemplaire des Cahiers de civilisation médiévale de son choix.

Bonne découverte, et bonne chance !

L’œil et le clic – I

C’est un nouveau rendez-vous au Centre d’études supérieures de civilisation médiévale. La photothèque et l’inscriptèque du CESCM inaugurent un projet d’exposition temporaire intitulé « L’œil et le clic » afin de partager, régulièrement et tout au long de l’année universitaire, les richesses de leurs fonds documentaires tout autant que les compétences des spécialistes de la prise d’images, rattachés au laboratoire.

Première entrevue avec un cliché de Jean-Pierre Brouard, photographe du CESCM. Une occasion de découvrir son travail en faveur de la recherche scientifique et les qualités esthétiques de son œil professionnel.

Jean-Pierre Brouard, photographe du CESCM.

Perfectionniste, exigeant et attentif aux détails, Jean-Pierre Brouard porte attention aux ensembles architecturaux, sculptés et peints. Les campagnes photographiques réalisées sur le terrain, à l’aide d’échafaudages ou de nacelles, font ensuite l’objet d’une sélection et de reprise par ordinateur, révélant à la fois les données scientifiques utiles au chercheur, constituant un état de l’œuvre en devenant un outil historio-photographique, et traduisant aussi la sensibilité du photographe.

La première photographie exposée est un chapiteau du clocheton nord de la façade occidentale de Notre-Dame-la-Grande. Sur la corbeille, de larges palmettes incisées et des volutes côtoient les palmettes et les feuilles alternées sous une rangée de denticules du tailloir. Comme un jeu, le photographe a saisi la perspective avec l’autre chapiteau.

Un fonds photographique révélé

L’aventure de “L’oeil et le clic” se fonde sur les clichés du fonds patrimonial du CESCM, constitué dès les origines du Centre d’études en 1955. Depuis, près de 200 000 clichés l’ont rejoint par l’acquisition, les dons et par les campagnes réalisées par le Centre avec la collaboration de ses photographes. L’accès aux archives physiques du fonds, consultable au Pôle documentaire du CESCM, est progressivement optimisé par l’indexation sur la base de données Romane.

Pourquoi l’oeil et le clic ?

Ce nouveau rendez-vous souhaite mettre en lumière les travaux photographiques des membres du CESCM, clichés qui sont partie intégrante du patrimoine du laboratoire. “L’oeil et le clic” les isole dans l’entrée de l’Hôtel Berthelot, dans une pièce qui n’était pas faite pour l’événement, mais le devient. Sur son présentoir et accompagné d’une courte notice, le cliché est mis à portée de tous. Rien ne manque : un fauteuil confortable est prévu pour prolonger le tête à tête avec la photographie. Le regard du photographe se perçoit, l’action manuelle sur le bouton de prise de vue s’exprime, c’est un rendez-vous en soi.

 

Actualités de la photothèque : numérisation à la MSHS de Poitiers

Dans le cadre de la valorisation du fonds de la photothèque du CESCM, l’équipe a débuté en novembre/décembre 2015 une campagne de numérisation à grande échelle, avec l’appui logistique de la MSHS-Poitiers*. Les objectifs sont doubles : la conservation et la diffusion de documents-sources.

© Yves Almécija – MSHS - CNRS
© Yves Almécija – MSHS – CNRS

Cette mission porte sur l’ensemble des plans d’architecture, soit environs 300 documents relatifs aux monuments français d’époque médiévale. Relevés d’archéologie du bâti, plans de grand format, coupes et axonométries architecturales sont un fonds scientifique précieux qui, jusqu’à présent, n’était consultable qu’au Pôle documentaire. Avec l’accueil bienveillant de la MSHS-Poitiers et l’appui technique de David Chesnet, il est à présent possible de conserver numériquement et de diffuser ces documents auprès de la communauté scientifique.

© Yves Almécija – MSHS - CNRS
© Yves Almécija – MSHS – CNRS
© Yves Almécija – MSHS - CNRS
© Yves Almécija – MSHS – CNRS

Parallèlement à cette mission de numérisation des plans, l’équipe a engagé un travail de transfert de diapositives de Notre-Dame-la-Grande et de Moissac, prioritairement traitées. Des plaques de verre sont également mises au format numérique. Une attention toute particulière est réservée à ces dernières, le support étant délicat et la valeur scientifique inestimable. Elles sont un outil pour la connaissance du passé historique des monuments et des œuvres, avec bien souvent des photographies prises avant restauration.

© Yves Almécija – MSHS - CNRS
© Yves Almécija – MSHS – CNRS

Les perspectives liées à cette mission sont multiples. D’une part, l’ensemble des documents traités durant la mission 2015 seront prochainement indexés sur la Base ROMANE du CESCM. D’autre part, une seconde mission sera mise en place en 2016 afin d’achever le travail engagé. La campagne sera axée sur l’achèvement de la numérisation des plaques de verre de monuments français et des plans d’architecture de monuments étrangers (Espagne, Suisse, Allemagne, etc.), en contribuant à la valorisation numérique du fonds de la photothèque du CESCM, riche de plus de 200 000 clichés consultables au Pôle documentaire du CESCM.

Écrit avec l’aimable collaboration de Carolina Sarrade, archéographe de la photothèque

*L’équipe de la photothèque souhaite remercier chaleureusement François Debien, David Chesnet et Yves Almécija pour leur accueil et les photographies prises lors de la campagne novembre 2015.

 

Arrêt sur images (2) : les Pyrénées-Orientales sur la base de données Romane

La richesse du fonds photographique de la Photothèque du CESCM et l’aimable collaboration du Ministère de la culture et de la communication – Médiathèque de l’architecture et du Patrimoine – ont récemment permis d’amplifier les notices de plusieurs sites déjà indexés dans la base Romane, par le traitement de nouveaux documents et l’ajout progressif de références bibliographiques.

Un certain nombre de sites des Pyrénées orientales ont ainsi été augmentés par l’adjonction de contenu. La base de données met photographies anciennes, cartes postales, diapositives, clichés récents, relevés d’archéologie du bâti, plans et élévations à disposition des utilisateurs, le tout complété d’une bibliographie succincte et, autant que possible, issue des dernières recherches[1]. Celles-ci motivent en partie ce billet, dans le contexte de la récente parution du dernier volume des Cahiers de Saint-Michel-de-Cuxa sur les cloîtres romans (disponible à l’espace recherche Aliénor d’Aquitaine, BU Michel Foucault de Poitiers).

Saint-Michel-de-Cuxa, vue extérieur (crédit photo Wiedemann)
Saint-Michel-de-Cuxa, vue extérieur (crédit photo Wiedemann)

L’illustre abbaye de Saint-Michel-de-Cuxa a longtemps focalisé tout l’intérêt des chercheurs ; il est vrai que l’importance du site est indéniable et la richesse du fonds photographique du CESCM en témoigne (214 fiches et 279 photographies et documents). Au-delà des questions d’archéologie du bâti et de l’histoire de l’art, l’histoire du lieu nous ramène également à l’histoire des Monuments historiques. L’ « affaire » de l’acquisition des chapiteaux du cloître par le sculpteur et collectionneur américain George Grey Barnard en 1907 et 1913 a joué un rôle dans l’élaboration de la loi française adoptée en 1913, justement, et au regain d’intérêt pour l’art roman, avec la reconstruction du cloître in situ dans les années 1950.Par conséquent, toute recherche sur Saint-Michel-de-Cuxa et sur les chapiteaux du cloître en particulier nécessite beaucoup de prudence et une profonde critique d’authenticité face à des reprises ou des copies contemporaines.

bis00007699c
Saint-Michel-de-Cuxa, cloître (crédit photo CESCM-Durand)

L’intérêt focalisé sur Saint-Michel-de-Cuxa a longtemps éclipsé d’autres sites tout aussi fascinants. Il en est ainsi pour l’abbaye Sainte-Marie d’Arles-sur-Tech, laquelle compte parmi les ensembles monastiques majeurs de la Catalogne médiévale. Les documents d’archives attestent de la puissance et du rayonnement de la première fondation bénédictine de la région (vers 780), témoignage de l’architecture et de l’art claustral des XIe-XIVe siècles. L’église se démarque dans le paysage monumental par sa polarité occidentale, dont l’aménagement ne résulte d’aucune nécessité topographique mais peut-être d’une construction antérieure datant du IXe siècle et d’exigences liturgiques propres au culte des reliques des saints Abdon et Sennen.

bis00016690
Arles-sur-Tech, plan (crédit photo Ministère de la Culture et de la Communication, STAP 66- Raphaël Mallol

Si les premiers travaux historiques et archéologiques datent des années 1954 et 1955 avec le Congrès archéologique de France tenu en Roussillon, puis avec les études menées par Marcel Durliat sur le monument et son décor sculpté (Roussillon roman, Zodiaque, 1958, rééditions jusqu’en 1986) et celles d’Yvette Carbonell-Lamothe et d’Henri Loreto (Le paysage monumental autour de l’an mil, Picard, 1987), il faut attendre les nouveaux résultats issus des découvertes réalisées dans le cadre du projet collectif dirigé par Géraldine Mallet avec l’appui du laboratoire de Lattes (UMR 154, CNRS-UPV-MCC). Quatre campagnes de fouilles et d’études du bâti, réalisées de 2001 à 2004, un colloque tenu en 2013 à Arles-sur-Tech ainsi que des publications universitaires ont approfondi les connaissances sur l’ancien monastère. Actuellement, la base Romane offre 79 fiches référentes à autant d’images relatives à l’architecture et au décor monumental de l’église roussillonnaise.

Trois sites majeures pour la peinture monumentale ont également bénéficié d’une valorisation dans Romane. Il s’agit des églises de Saint-Julien d’Estavar (91 fiches, 91 images), de la chapelle de Saint-Martin-de-Fenollar (97 fiches, 191 images) et de Saint-Nazaire-de-l’Écluse-Haute dans la commune des Cluses (59 fiches, 97 images). Comme pour tout site indexé, chaque image est décrite par une série de mots-clefs, permettant de repérer les occurrences d’un sujet, d’un thème ou d’un motif parmi des milliers d’images. Au-delà de l’aspect pratique de la constitution de séries thématiques autorisées par la rigueur de l’indexation à partir du TIMEL, celle-ci permet une analyse détaillée de chaque image et de l’espace dans lequel elle s’insère.

Estavar, abside (crédit phoho CESCM-Brouard 1993), détail (crédit photo CESCM-Brouard 1993) ; Saint-Martin-de-Fenollar (crédit photo CESCM-Brouard 1996)
Estavar, abside (crédit photo CESCM-Brouard 1993), détail (crédit photo CESCM-Brouard 1993) ; Saint-Martin-de-Fenollar (crédit photo CESCM-Brouard 1996)
Les Cluses (crédit photo CESCM-Brouard 1993)
Les Cluses (crédit photo CESCM-Brouard 1993)

Enfin, parmi les sites majeurs de la région, on ne peut omettre Le Boulou (18 fiches, 18 images) dont il ne subsiste aujourd’hui que l’ensemble du portail attribué au Maître de Cabestany plaqué sur la façade occidentale d’une église postérieure, Saint-Génis-des-Fontaines avec la Chapelle de Cabanes (2 fiches, 2 images) et le monastère Saint-Michel (43 fiches, 59 images), célèbre pour le linteau de la porte d’entrée daté de 1020.

Les perspectives à moyen terme concernent la mise en œuvre de la visite virtuelle de l’ensemble de ces sites, ainsi que l’indexation d’Elne et du cloître de Serrabone (commune de Boule-d’Amont), deux bijoux de l’art monumental roman dont le fonds iconographique, consultable à la photothèque, est riche pour le premier de 141 clichés noir/ blanc et de 109 clichés numériques issus de la collection Leonet-Bastien et pour le second, de 92 clichés noir/ blanc, de 67 diapositives et de 102 clichés numériques issus de la même collection.

[1] Mission en cours de réalisation pour l’ensemble des sites indexés jusqu’à présent.