Archives par mot-clé : Association JANUA

[22 novembre 2014] Excursion pédagogique en Touraine (Janua)

Excursion pédagogique en Touraine : Evena, abbaye de Marmoutier, Tours

Organisée par Janua, association des étudiants en master et doctorat du CESM et Herma.

 Samedi 22 novembre 2014

Gratuit pour les membres de Janua (adhésion annuelle de 3€) : transport et repas intégralement pris en charge

Inscriptions et informations : association.janua@gmail.comMarmoutier_500-a0516


Programme de la journée

Visite d’Evena (Esvres-sur-Indre), une agglomération d’origine protohistorique occupée principalement à la période gallo-romaine, qui nous sera présentée par Jean-Philippe Chimier (archéologue Inrap, laboratoire LAT, Université de Tours) en charge de l’évaluation archéologique du site depuis 2011.

Visite du site de l’abbaye de Marmoutier, deuxième communauté monastique de Gaule, où des recherches archéologiques sont conduites depuis 2004 par Elisabeth Lorans (professeure d’archéologie médiévale, Université de Tours). Le site nous sera présenté par deux de ses anciennes élèves : Emeline Marot, jeune docteure en archéologie médiévale et Emmanuelle Guinehut, diplômée d’un master recherche en archéologie médiévale.

– Pause déjeuner, dans un restaurant de Tours

Présentation des centres historiques de la ville de Tours par Emeline Marot

Journée d’études Jeunes Chercheurs – association JANUA (3 avril 2014)

Annuellement organisée avec le soutien de l’Université de Poitiers, du Centre d’Études Supérieures de Civilisation Médiévale (CESCM-UMR 7302) et du Centre d’Hellénisation et de Romanisation dans le Monde Antique (HeRMA-EA 3811), la Journée Jeunes Chercheurs Janua 2014 s’est déroulée à l’hôtel Fumé le 3 avril dernier. Réunissant étudiants en master, doctorants, jeunes docteurs et enseignants-chercheurs,  cet événement a permis, selon la dynamique méthodologique caractéristique aux Journées d’études de Janua, de discuter de « la notion de fonction ». Portant à la fois sur les périodes antiques et médiévales et proposant conjointement des pistes de réflexions et des résultats aboutis (reflet de l’avancement des recherches menées par de jeunes chercheurs), les communications présentées seront publiées dans troisième numéro des Annales de Janua (printemps 2015).

Après un mot de bienvenue de la présidente de Janua, Cécile Treffort, Directrice du CESCM, a richement introduit le thème de cette journée. A la suite d’un rappel posant les définitions et étymologies des mots clef de la journée, le « document » et la « fonction », la directrice permit d’ouvrir le débat sur les relations unissant ces deux notions, à la fois antithétiques et pourtant en constante interaction.

exemple de panneaux figuratifs incrustés provenant du site de Mari, Bronze Ancien
Exemple de panneaux figuratifs incrustés provenant du site de Mari, Bronze Ancien

La matinée, présidée par Sébastien Biay (Ingénieur d’études en production et analyse de données pour le programme de l’ANR Musiconis, Université Paris-Sorbonne et CESCM), était résolument archéologique et antique.

Ouvrant la journée, les communications de Barbara Couturaud (ArScan-UMR 7041, équipe VEPMO) et de Nicolas Delferrière (Université de Dijon, ArTeHiS-UMR 6298), portant respectivement sur les panneaux figuratifs incrustés du Bronze ancien découverts à Mari (Syrie) et sur les revêtements architecturaux des édifices gallo-romains de la cité des Eduens, des Lingons et des Sénons, ont démontré l’importance de revoir ces documents à la lumière de leur contexte archéologique. Ces objets, longtemps considérés uniquement pour leurs valeurs décoratives, étaient interprétés hors de leur contexte archéologique de découverte. Or, de toute évidence, l’étude concomitante de l’objet et de ses contextes de création, d’utilisation et de découverte éclaire le débat de nouvelles données qui, jusque-là éludées, permettent maintenant d’appréhender plus justement l’emploi de ces objets dont les fonctions, différenciées mais superposées les unes aux autres, paraissent désormais mettre sur un même plan l’esthétique de l’image décorative et la visée fonctionnelle utilitaire.

Lucie Carpentier (Université Lille 3, HALMA-IPEL-UMR 8164) a achevé la matinée en proposant un nouvel axe de recherche pour l’origine des temples à plan centré de Gaule romaine. Son analyse a permis d’avancer une compréhension fonctionnelle de ces fana dont l’architecture semble avoir évolué parallèlement aux rites qui y étaient pratiqués. Ainsi, au vu des vestiges archéologiques, les aménagements structuraux successifs et spécifiques à ce modèle de temples s’avèrent, selon les exemples, intimement liés aux usages différenciés de ces espaces toujours adaptables à la particularité des rites qui s’y déroulaient.

Sous la présidence de Manon Durier (doctorante CESCM et chef éditorial des Annales de Janua), la séance de l’après-midi a débuté par une communication qui, proposée par Clément Bellamy (Université de Rennes 2, LAHM-UMR 6566) malheureusement absent, a été lue par Sébastien Biay. Proposant des pistes de réflexions sur la fonction et la destination de la céramique produite et retrouvée sur le site gréco-indigène de l’Incoronata (Italie) entre les VIIIe et VIIe siècles av. J.-C., cette communication a mis l’accent sur les difficultés que soulève l’analyse de cet artisanat mixte où les potiers indigènes copiaient les formes grecques, tout en modifiant, dans certains cas, la fonction usuelle de l’objet. Aussi, la forme de ces céramiques produites, consommées et détruites sur place, ne suffirait pas à leurs assigner une fonction, un  usage et une destination arrêtés.

Incoronata fouille
Incoronata fouille

Après ces quatre communications antiquisantes, la parole a été donnée à deux jeunes chercheurs médiévistes.

Rudi Beaulant (Université de Dijon, ArTeHiS-UMR 6298) a présenté une approche des fonctions et des usages des lettres de rémission ratifiées par les Ducs de Bourgogne à la fin du Moyen Âge. S’emparant de cette prérogative régalienne permettant de gracier un justiciable et de le rendre à sa bonne fama, ces puissants princes territoriaux ont produit ces documents en de multiples exemplaires, parfois recopiés plusieurs décennies après leur émission initiale. Originellement judiciaire, ce type de document, détourné de sa fonction première, semble devenir parallèlement un outil politique dressant le portrait d’une société de bons sujets gouvernés par un bon prince.

Pour clore cette journée, Clément de Vasselot (Université de Lyon, ENS) a proposé une relecture de la nature même du Conventum Hugonis (B.N.F., Ms. Lat. 5927). Document controversé dans un débat opposant l’américain Mr. Beech et M. Barthélémy quant à sa nature (épique ou historique), ce texte concernant le Poitou médiéval relate la querelle entre Hugues IV de Lusignan et le comte Guillaume V de Poitiers. La comparaison entre l’étude serrée du texte et les chartes conservées confirme l’historicité des faits relatés selon une ordonnance qui n’est pas chronologique. Aussi, ces nouvelles données semblent ouvrir la voie à une interprétation de ce texte comme étant tout autant œuvre littéraire qu’un récit narrant des événements historiques.

Associant stimulantes communications et riches discussions collectives, cette rencontre scientifique entre jeunes chercheurs aura permis de soulever les difficultés intrinsèquement liées à la notion de fonction que le chercheur applique à son objet d’étude. Assurément, les contextes de production et/ou d’utilisation, les contextes politiques, économiques, sociaux et religieux sont autant d’informations que celui-ci doit interroger pour prétendre comprendre l’objet sur lequel il travaille. Quel que soit sa nature, un artefact est le reflet de la société qui le créé pour répondre à des fonctions qui, bien que pré-établies, peuvent évoluer parallèlement aux pratiques successives qui en sont faites. Aussi, il semblerait que la compréhension que les chercheurs font aujourd’hui de certains objets soit dépendante des caractéristiques fonctionnelles intrinsèques à l’objet, mais attachée à un contexte autant matériel que culturel où cette notion utilitaire peut être linéaire ou évolutive.

Billet écrit avec l’aimable collaboration d’Aurore MENUDIER.

[3 avril 2014] Journée d’étude jeunes chercheurs – Association JANUA

Depuis 2006, l’association Janua organise chaque année, à l’Université de Poitiers, une journée d’étude transdisciplinaire portant sur l’Antiquité et le Moyen Âge. L’objectif de ces rencontres est de créer un espace de discussion scientifique pour des jeunes chercheurs, leur permettant de se former à la prise de parole en public. Les étudiants de master, de doctorat ainsi que les docteurs ayant soutenu depuis trois ans au plus peuvent y participer.

En 2014, la journée porte sur le document et sa fonction : une clef de lecture des sociétés antiques et médiévales ?Jaquette programme

Fondamentale pour définir le rôle d’un document dans une société, la notion de fonction mérite une réflexion sur les enjeux de sa définition. Les dictionnaires de la langue française stipulent qu’une fonction est une « action particulière d’une chose dans un ensemble » (Robert, 2010). Cependant, il peut être utile de distinguer les fonctions initiales d’un document, c’est-à-dire les effets souhaités lors de sa réalisation ou de sa mise en oeuvre, des rôles qui ont pu lui être assignés au cours du temps. Les fonctions doivent assurément être différenciées des usages qui, parfois imprévus et souvent plus nombreux, dépassent couramment les vocations initiales de l’objet. Lorsqu’une fonction a été identifiée, on peut également affiner l’analyse en cherchant ce qui, à l’intérieur de celle-ci, relève de la norme (définie par une communauté, intégrée par chacun de manière plus ou moins inconsciente et complète) et ce qui relève de l’intention (finalité consciente recherchée par l’individu ou le groupe d’individus à l’origine du document). Cette réflexion sur la raison d’être d’un artefact peut intervenir à toutes les étapes de la recherche : lors de la définition du sujet (choix d’un type de source), au cours de l’analyse (vérification d’hypothèses antérieures, élaboration d’une typologie), en conclusion (résultats). Bien qu’incontournable, le recours à la notion de fonction pose de nombreuses questions méthodologiques.

 La communication a été ouverte à tout jeune chercheur (étudiants en Master, doctorants et docteurs ayant soutenu depuis moins de trois ans), spécialisé en sciences humaines ou expérimentales, et travaillant sur les civilisations antiques ou médiévales.

Programme :

9h30 – Introduction par Cécile Treffort, directrice du CESCM

10h00-11h15 – Barbara Couturaud (ArScAn UMR 7041, équipe VEPMO) L’image a-t-elle une fonction ? L’exemple des documents imagés du Proche-Orient au IIIe millénaire av. J.-C.

Nicolas DELFERRIERE (Université de Dijon, UMR ARTHeHIS 6298) Les revêtements architecturaux et leur(s) fonction(s) : pour une compréhension du décor des édifices gallo-romains de la cité des Eduens, des Lingons et des Sénons

11h30-12h45 – Lucie Carpentier (Université Lille 3, HALMA-IPEL) Un axe de recherche pour l’origine des temples à plan centré en Gaule romaine : une nouvelle analyse fonctionnelle des espaces ?

Annick Gagné (Universités Laval et de Poitiers, CESCM) Un concept efficace ? Les limites de la notion de fonction pour l’interprétation des inscriptions de consécration (France VIIe-XIIIe siècles)

14h00-14h30 – Clément Bellamy (Université Rennes 2, LAHM UMR CreAAH 6566) Réflexions méthodologiques sur la fonction et la destination de la céramique d’un site de production gréco-indigène : l’Incoronata (Italie) entre VIIIe et VIIe siècles av. J.-C.

14h45-16h00 – Rudi Beaulant (Université de Dijon, UMR ARTHeHIS 6298) Fonction et usage de la lettre de rémission chez les ducs de Bourgogne à la fin du Moyen âge

Clément De Vasselot (Université de Lyon, ENS) Le Conventum : un document historique remanié

Cette journée du 3 avril 2014 sera l’occasion du lancement du second numéro de la collection électronique Annales de Janua, dont la vocation est de publier, depuis 2012, les actes des rencontres de Janua. Un comité scientifique composé de chercheurs et d’enseignants-chercheurs veille à la sélection des propositions de communication (orale puis écrite) et accompagne les jeunes chercheurs dans une démarche de publication scientifique.

 Programme OK

 

Atelier interdisciplinaire du CESCM (13 au 17 janvier 2014) – 2/5

Mardi 14 janvier 2014

Cette matinée de l’atelier interdisciplinaire du CESCM a mêlé iconographie et épigraphie, avec deux conférences tenues respectivement par Sébastien Biay et Estelle Ingrand-Varenne, ingénieurs d’étude au CESCM.

Dans son Évocation du chant liturgique dans la sculpture romaneSébastien Biay est revenu sur l’un des points développés dans sa thèse, consacrée aux chapiteaux du rond-point de la dernière abbatiale de Cluny1. À savoir, l’analyse de deux chapiteaux portant des représentations de musiciens ainsi que des inscriptions, formant un poème qui évoque les huit tons du « plain-chant » grégorien. L’auteur a insisté sur les diverses étrangetés, pour reprendre ses termes, liées à ces chapiteaux, qu’il s’agisse de leur sujet poético-théorique ou de l’apparente incohérence de l’un des instruments, hybride patatoïde mêlant cithare, lyres romaine et teutonique. La diversité de ses méthodes d’approche reflète la richesse de sa thèse, qui développe sur plusieurs centaines de pages des raisonnements que l’auteur a dû pour l’occasion résumer, voire éluder, et l’on serait bien en peine de lui en tenir rigueur. Une rigoureuse analyse syntaxique et philologique des inscriptions a d’abord amené Sébastien Biay à concevoir ce poème comme une métaphore de la compréhension et de la conversion, préparées dans le cœur puis l’esprit des officiants (selon une formule empruntée à Remi d’Auxerre) par les chants liturgiques qui étaient exécutés lors des célébrations. La recherche de textes théologiques se rapportant à la musique liturgique, tels ceux d’Augustin ou d’Amalaire de Metz, a fourni à l’auteur des clés possibles de compréhension du message sibyllin des chapiteaux. Leurs instrumentistes peuvent ainsi être interprétés comme les images allégoriques des moines devenant, au cœur de la célébration, les instruments d’un Salut individuel et collectif.

Une analyse plus détaillée du chapiteau fut proposée, portant la représentation du troisième ton, auquel est adjointe une inscription évoquant la Résurrection du Christ (« Le troisième jaillit et représente le Christ qui ressuscite » (Tertius impingit Chr(istu)m que resurgere fingit)). Cette représentation a été rapprochée du thème iconographique de David jouant de la lyre, présent dans plusieurs manuscrits plus tardifs2. Le roi-musicien est représenté tenant une sorte de cordier, formant avec son corps à la fois une croix et une sorte de lyre ; cette scène préfigure la suivante, au verso du folio, où est représentée la Crucifixion. Même si le lien avec le chapiteau clunisien paraît lointain, il reste tout à fait clair que l’iconographie de ce dernier relève d’une construction intellectuelle complexe, mêlant plusieurs sens théologiques et allégoriques, où la figure typologique de David peut intervenir en filigrane et où la musique, performance de dépassement des contingences physiques vers l’élévation spirituelle, acquiert ses « lettres » de noblesse.

Nous avons poursuivi avec La ponctuation dans les inscriptions médiévales, ou l’architecturation du discours, par Estelle Ingrand-Varenne, actuellement en charge de la rédaction du Corpus des inscriptions médiévales au CESCM. Il s’agit d’une présentation des nouvelles recherches entamées par l’auteure, centrées sur les usages et formes de l’interponctuation dans les inscriptions. Un champ de recherche immense, puisqu’il recouvre en réalité une période allant des Grecs anciens (VIIIe siècle av. n. è.) à la fin du XVe siècle. L’intervenante a débuté son propos par les fonctions de cette ponctuation intermédiaire, qui servait avant tout à délimiter les mots, à la manière de l’espace vierge adopté pour la rédaction des manuscrits. Il s’agit là de deux solutions différentes à un même problème, rendre intelligible un texte écrit majoritairement en majuscules, au moins jusqu’aux VIIIe-IXe siècles. Estelle Ingrand-Varenne a brièvement retracé l’histoire de ce « système second de communication », d’abord inventé pour les langues sans voyelles comme le grec ou l’arabe anciens, puis employé par les Romains. L’usage en disparaît quasiment à l’époque mérovingienne, et ne réapparaît qu’au XIe siècle sous la forme de doubles et triples points qui perdurent tout au long du Moyen Âge. Les aspects pratiques, économiques et ornementaux de cette ponctuation ont été invoqués, et l’on a pu admirer la malice avec laquelle les « graveurs » médiévaux se sont parfois emparés de ce motif dont le caractère décoratif pouvait parfois l’emporter sur sa mission première d’intelligibilité. De grandes interrogations ont été soulevées ; cette pratique, apparemment si spécifique aux inscriptions et quasi absente des manuscrits, trouverait-elle par exemple son inspiration dans une imitation des inscriptions antiques qui devaient, à l’époque, être plus présentes dans le paysage monumental qu’elles ne le sont aujourd’hui ? L’interruption des périodes mérovingiennes et carolingiennes pourrait-elle n’être qu’apparente, du fait de la disparition des monuments de cette époque ?  On émettra pour finir quelques réserves sur les références faites aux études physiologiques qui, si elles peuvent décrire les processus de lecture contemporains, nous semblent difficilement transposables à la période médiévale. Il a été prouvé qu’interposer des signes de ponctuation entre les mots d’une phrase en ralentit notre lecture et notre compréhension. Une telle étude met en évidence le fait que notre mode d’apprentissage nous conditionne à interpréter un point comme la fin d’une phrase, donc comme la fin d’un ensemble sémantique. Peut-on cependant postuler qu’il en allait de même au Moyen Âge, où de toute évidence l’emploi de la ponctuation – c’est là l’objet même de la conférence – était très éloigné du nôtre, et relevait de conventions et d’un apprentissage différents ?

L’après-midi fut consacré au Décor héraldique monumental dans la ville… à Florence, présenté par Matteo Ferrari (post-doctorant au CESCM), et à Poitiers, par Laurent Hablot (maître de conférences à Poitiers). Ce fut l’occasion pour ce dernier de présenter le programme de recherche qu’il dirige actuellement, consacré au patrimoine héraldique monumental de Poitou-Charentes, qu’il s’agira d’inventorier, de protéger dans la mesure du possible et de valoriser par la suite. Sa présentation a donné un aperçu de ce travail, et de la manière dont s’affine au fur et à mesure une méthode de recherche et de classement. Les auditeurs ont ainsi pu prendre conscience de la richesse de ce patrimoine, discret et pourtant omniprésent dans la ville de Poitiers, comme le prouvent les quelques 200 éléments recensés. Situés en grande partie dans les chapelles et édifices religieux tels que la cathédrale Saint-Pierre, Notre-Dame la Grande ou Sainte-Radegonde, les blasons peuplent également des endroits moins connus ou insoupçonnés, tels que les remparts, les façades de maisons nobles ou cette petite fontaine du XVe siècle près du pont Joubert. Ils sont autant de témoins d’un évergétisme et d’une piété qui connurent leur paroxysme aux XIIIe-XVe siècles, autant de signes à relier à des familles nobles ou bourgeoises, autant d’histoires à interpréter.

Giorgio Vasari, Apothéose de Cosme Ier, vers 1565, Sala del Cinquecento, Palazzo Vecchio (© Google Art Project)
Giorgio Vasari, Apothéose de Cosme Ier, vers 1565, Sala del Cinquecento, Palazzo Vecchio (© Google Art Project) 

Matteo Ferrari a présenté un aspect plus « impersonnel » de l’héraldique, utilisée par des particuliers mais également par des institutions publiques ou des villes telles que Florence, qui se dote d’armoiries dès le milieu du XIIIe siècle. La commune et ses différents organes – parti du peuple, parti guelfe, magistratures de guerre, corporations – n’auront de cesse de marquer l’espace public de leurs emblèmes, composant autant de messages à interpréter selon les circonstances de leur placement : affirmation d’une identité florentine commune, concorde ou au contraire luttes d’influences, compromis, légitimation politique… Aujourd’hui en pierre apparente, ces blasons étaient à l’origine peints, comme en témoignent de nombreuses miniatures des XIVe et XVe siècles. Malgré les destructions liées au réaménagement du centre historique au XIXe siècle, ces armoiries demeurent très présentes dans le tissu urbain et monumental. Leur profusion n’est pas un phénomène propre à Florence, et caractérise la majeure partie des villes européennes du Moyen Âge. Il est en revanche une originalité toute florentine, consistant en l’apparition du thème iconographique de la « Florence ronde ». Ces compositions circulaires, associant à la fois l’image traditionnelle de la ville, avec ses portes, ses tours et ses remparts, aux blasons des corporations, des gonfalonieri et des institutions de la commune, apparaissent au cours du XIVe siècle et perdurent jusqu’en plein XVIe siècle, comme le montre la réinterprétation élogieuse de Vasari au Palazzo Vecchio.

Cette seconde journée s’est achevée par une présentation de l’association des étudiants et doctorants antiquisants et médiévistes, JANUA, et a également été l’occasion d’un moment de convivialité autour d’un substantifique pot.

  1. S. BIAY, Les chapiteaux du rond-point de la troisième église abbatiale de Cluny (fin XIe-début XIIe siècle) : étude iconographique – Thèse de doctorat en histoire de l’art médiéval, 2012, 518 p. []
  2. Stuttgart, Würtembergische Landesbibliothek, Cod. theol. et phil. 314, Pierre Lombar, Commentaire des Psaumes, f° 1 r° (Petershausen ? 3e quart du XIIe siècle), http://digital.wlb-stuttgart.de/digitale-sammlungen/seitenansicht/?no_cache=1&tx_dlf%5Bid%5D=1975&tx_dlf%5Bpage%5D=9&cHash=a4dbcc084db324a34cbb38cdc5f735b6 []

Annales de Janua

Actes des Journées d’études de l’Association Janua

Diffuser la richesse des échanges scientifiques réussis entre jeunes chercheurs, voilà le défi relevé par ces nouvelles Annales ! Cette revue a en effet pour vocation de publier les actes des journées d’études organisées chaque année par l’association Janua. Celle-ci, fondée à Poitiers, fédère des étudiants de Master et des doctorants spécialisés dans l’analyse des périodes antiques et médiévales. Les rencontres scientifiques qu’elle organise sont diachroniques et pluridisciplinaires afin de favoriser un dialogue entre différentes manières d’aborder la recherche. La publication numérique des articles issus des communications permettra à chacun d’y retrouver soit la diversité des approches envisagées soit la spécificité d’un sujet traité par un jeune chercheur. Un comité scientifique composé de chercheurs et d’enseignants-chercheurs est associé au déroulement de l’ensemble du projet.