Archives par mot-clé : Association JANUA

Compte ­rendu des Journées Jeunes Chercheurs de l’association JANUA  

Compte ­rendu des Journées Jeunes Chercheurs de l’association Janua  (11-­12 avril 2019) – « Prendre la route » : les raisons du voyage de l’Antiquité à nos jours.

L’association Janua regroupe les étudiants de master et les doctorants rattachés aux trois laboratoires suivants : HeRMA, CESCM et Criham. Chaque année, l’association se charge de l’organisation d’une journée d’études ouverte à tous les jeunes chercheurs sans distinction de disciplines ni de périodes, désireux d’échanger sur un sujet scientifique ayant trait aux sciences humaines.

Les 11 et 12 avril derniers eurent lieu les traditionnelles Journées Jeunes Chercheurs de l’association Janua. Habituellement focalisées sur les périodes antique et médiévale la nouveauté fut d’y intégrer cette année les époques moderne et contemporaine et d’organiser l’événement sur deux jours.

La thématique retenue pour cette session 2019 des Journées Jeunes Chercheurs était une question universelle et toujours d’actualité, celle du voyage. L’enjeu intellectuel de cette rencontre était de s’interroger sur les raisons du voyage de l’Antiquité à nos jours en explorant à la fois les causes et objectifs justifiant un départ, les modalités pratiques du déplacement mais aussi les témoignages de voyageurs.

Intitulée « Voyager pour exercer », la séance d’ouverture questionna une réalité particulière, celle de la nécessité du voyage dans l’exercice de certaines professions. Ainsi Doris Bages (université Paul Valéry de Montpellier) exposa la situation de Publius Sittius mercenaires du Ier siècle à la solde de Rome en Numidie, cas précis où convergent motivations guerrières, appât du gain, soif de gloire et d’aventure. Alexandra Pierré-­Caps (université de Lorraine) poursuivit l’exploration du phénomène dans l’Antiquité. S’appuyant sur la correspondance de l’orateur Symmaque, elle retraça l’obligation, pour les hauts fonctionnaires de l’Antiquité, de répondre présents aux convocations de l’empereur à Rome. C’est donc la réalité des déplacements officiels, parfois vécus comme une contrainte, qui fut au cœur de sa réflexion. Puis Corinne Lamour (université de Poitiers) dressa un parallèle convaincant entre les médecins d’aujourd’hui et ceux d’hier, plus précisément les médecins médiévaux dont les déplacements quotidiens avaient pour but de soigner, de se former ou même d’accompagner la cour royale dans son itinérance. Enfin, Anousheh Barzanooni (EPHA Paris) nous présenta l’exemple des déplacements professionnels des architectes du XVIe siècle qui firent éclore un nouveau mouvement artistique en France, la Renaissance.

Ces considérations professionnelles du voyage nous conduisirent naturellement à nous attarder sur le « voyage et ses enjeux ». Cette deuxième séance permit d’élargir nos horizons à de nouvelles perspectives. De nouvelles catégories de voyageurs furent présentées, associant quêtes spirituelles, matérielles, intellectuelles ou mémorielles. Les enjeux spirituels prirent une place importante dans notre questionnement, à travers les interventions de Sarah Gouin‐Béduneau (université de Poitiers) et de Guillaume Rossello (université de Poitiers), qui évoquèrent respectivement le voyage des Mages et celui des pèlerins du XIXe siècle. Sarah nous présenta une figuration unique associant la chevauchée des Mages et son enjeu, à savoir à l’adoration elle‐même, sur le tympan de l’église de Bourg-­Argental (XIIe siècle). Quant à Guillaume, il revint sur l’espoir de guérison qui fut la principale motivation pour se rendre en pèlerinage vers trois sanctuaires mariaux poitevins au XIXe siècle. Jean-­Christophe Temdaoui (université de Poitiers) contribua aux échanges en apportant un panorama varié d’enjeux matériels et parfois vitaux de déplacements de ceux qui, au XVIIIe siècle en Saintonge, « prirent la route pour prendre la mer ». Brigitte Rigaux-­Pirastru (université catholique de l’Ouest, université d’Angers), s’interrogea à travers le support du cinéma, sur le voyage mémoriel opéré en Allemagne par un peuple en quête de son passé, désireux de renouer avec ses origines après les épreuves du XXe siècle. Enfin, c’est à Éva Bergherbi (université de Poitiers, École du Louvre) que revint la tâche de clore cette première journée en retraçant pour nous l’itinéraire de trois sculptrices britanniques expatriées à Paris dans le but de s’y faire un nom, d’y être exposées ou encore d’apprendre auprès des plus grands.

Après ces appréciations sur la nature du voyage, ses enjeux divers et ses réalités particulières, la matinée du vendredi 12 nous plongea dans le récit de « tribulations de voyageurs ». À travers des témoignages biographiques ou autobiographiques, des portraits individuels ou collectifs de voyageurs furent esquissés. Ainsi Catherine Negovanovic (université Paris-­Sorbonne) aborda l’histoire et l’évolution du patriarche Joseph sous l’angle de ses nombreux voyages contraints, qui furent la cause et le reflet de son évolution spirituelle, préfigurant ainsi l’itinéraire du Christ lui-­même. Lisa Dubost (université de Poitiers), poursuivit avec l’évêque et évangélisateur des Flandres, saint Amand. Le recours aux enluminures du manuscrit 502 de la Bibliothèque Municipale de Valenciennes fut un atout précieux pour visualiser les voyages multiples à travers l’Europe et leur contribution dans le développement de la personnalité du saint. Puis Priscilla Mourgues (université Bordeaux-­Montaigne) brossa le portrait haut en couleurs de Riccold de Monte Croce dont le parcours est le reflet de ces voyages qui se soldent par un échec et où l’enthousiasme initial laisse la place à une désillusion profonde aboutissant même à un reniement de ce qui le définissait. Enfin, Marianne Albertan-­Coppola (université de Nanterre) apporta la touche finale à notre réflexion en dessinant un large panorama des catégories de pauvres, de leurs attentes économiques et de leurs craintes vis à vis du voyage, et ce à travers la littérature romanesque du XVIIIe siècle.

Pour clore ces deux journées, le comité organisateur mit le patrimoine pictavien à l’honneur et proposa aux intervenants et auditeurs intéressés d’effectuer leur propre voyage, à travers la ville de Poitiers, guidés par plusieurs membres de l’association qui leur permirent d’étancher leur soif de savoir avant de s’envoler pour d’autres horizons.

Grâce à des approches disciplinaires variées et aux contributions de spécialistes de chacune des quatre grandes périodes de l’Histoire, ces deux journées ébauchèrent donc une vue d’ensemble satisfaisante et pertinente de la nature et de l’évolution des raisons du voyage de l’Antiquité à nos jours. La variété des interventions couplées à leur qualité intellectuelle en firent un temps d’échanges scientifiques indéniable. Les communications seront publiées l’an prochain dans la revue électronique : Les Annales de Janua.

[11-12 avril 2019] Journées d’étude jeunes chercheurs 2019 – Association JANUA

« Prendre la route » : les raisons du voyage, de l’Antiquité à nos jours

Lieu : CESCM, 24 rue de la Chaine – POITIERS (Salle Crozet)

Janua, association des étudiants en Master et des doctorants en histoire de l’Université de Poitiers, rattachés respectivement aux laboratoires HeRMA (Hellénisation et Romanisation dans le Monde Antique), CESCM (Centre d’Études Supérieures de Civilisation Médiévale) et Criham (Centre de recherche interdisciplinaire en histoire, histoire de l’art et musicologie) organise les 11 et 12 avril 2019 deux journées d’étude à destination des jeunes chercheurs (de l’inscription en master aux trois ans écoulés après la soutenance de thèse), elle sera consacrée au thème « Prendre la route » : les raisons du voyage, de l’Antiquité à nos jours.


Programme :

Jeudi 11 avril 2019

 

9h – Accueil des participants

9h30 – Introduction aux Journées par Zoé Le Nel, présidente de Janua.

Axe 1 : Voyager pour exercer

Modératrices : Julie Caron et Gabrielle Schmid

9h45 – Doris Bages (Docteure en Archéologie, Université Paul Valéry, Montpellier III) : Les Douze salopards en Numidie.

10h15 – Alexandra Pierré-Caps (Docteure en Histoire, Université de Lorraine) : ” Voyager à sens unique”. Exemple de la mobilité des hauts fonctionnaires vers la cour au IVe siècle de notre ère.

10h45 – Pause

11h – Corinne Lamour (Doctorante en Philologie anglaise, Université de Poitiers) : Voyager pour mieux soigner. Le déplacement professionnel des médecins au Moyen Âge.

11h30 – Anousheh Barzanooni (Docteure en Histoire de l’architecture, EPHE de Paris) : La Renaissance en France : le fruit du voyage des grands architectes français et italiens.

12h – Questions

12h30 – Pause déjeuner

 

Axe 2 : Le voyage et ses enjeux

Modératrice : Marie Cloutour

14h – Sarah Gouin-Béduneau (Master 1 Histoire de l ’art, Université de Poitiers) : Du voyage à l’arrivée : les Rois mages du tympan de l’église de Bourg-Argental (XIIe siècle).

14h30 – Jean-Christophe Temdaoui (Doctorant en Histoire, Université de Poitiers) :  Du fleuve Charente à l’Artibonite, exister entre deux rives : l’opportunité ultra-marine dans l’arrière-pays de Saintonge-Angoumois (XVIIe-XVIIIe siècles).

15h – Pause

15h15 – Guillaume Rossello (Doctorant en Histoire, Université de Poitiers) : “e viens aujourd’hui vous supplier de me sauver”. Voyage à la recherche d’un miracle: les pèlerinages mariaux en France (XIXe-XXe siècles).

15h45 – Brigitte Rigaux-Pirastru (Doctorante en Civilisation germanique, Université Catholique de l’Ouest, Université d’Angers) : D’étranges voyages vers l’Est : les Allemands à la (re)découverte de leur passé.

16h15 – Eva Belgherbi (Doctorante en Histoire de l ’art, Université de Poitiers école du Louvre) : “Paris at last ! Paris, our great goal !” : trajectoires de trois sculptrices britanniques à Paris au tournant du XIXe siècle.

16h45 – Questions

17h15 – Présentation des Annales de Janua

 

Vendredi 12 avril 2019

 

9h – Accueil des participants.

Axe 3 : Tribulations de voyageurs

Modératrice : Claire Boisseau

9h30 – Catherine Negovanovic (Docteure en Littérature générale et comparée, Université Paris-Sorbonne) : Les ” voyages ” de Joseph : initiation, destin et préfiguration.

10h – Lisa Dubost (Master 2 Histoire de l’art, Université de Poitiers) : Quand le voyage géographique fusionne avec le cheminement spirituel. Le cas du manuscrit 502 de la Bibliothèque Municipale de Valenciennes – une Vita illustrée de saint Amand.

10h30 – Pause

10h45 – Priscilla Mourgues (Doctorante en Littérature, Université Bordeaux Montaigne) : Itinéraire de Riccold de Monte Croce en Terre sainte : de l’enthousiasme au désespoir.

11h15 – Marianne Albertan-Coppola (Doctorante en Littérature, Université de Nanterre) : Pérégrinations des pauvres dans le roman du XVIIIe siècle: “vie errante, vie souffrante”.

11h45 – Questions

12h15 – Clôture des Journées Jeunes Chercheurs

12h30 – Déjeuner

14h – Visite de la ville de Poitiers

17h – Fin des Journées

Programme en ligne ICI


Comité d’organisation : Association Janua

Zoé Le Nel, présidente (CESCM, Master 2 Mondes médiévaux, Littérature médiévale)

Claire Boisseau, secrétaire (CESCM, Doctorante en Histoire de l’art médiéval)

Julie Caron, trésorière (HeRMA, Doctorante en Archéologie antique)

Marie Cloutour, secrétaire adjointe (Criham, Doctorante en Histoire moderne)

Gabrielle Schmid, chargée de communication (CESCM, Doctorante en Histoire de l’art médiéval)

Comité scientifique :

Vincent Michel (HeRMA, Professeur d’Archéologie antique, Directeur du laboratoire)

Yves Lafond (HeRMA, Professeur d’Histoire grecque)

Séverine Lemaître (HeRMA, Maître de conférences HDR en Histoire de l’art et Archéologie antique)

Martin Aurell (CESCM, Professeur d’Histoire médiévale, Directeur du laboratoire)

Claudio Galderisi (CESCM, Professeur en Langue et Littérature française du Moyen Âge)

Cécile Voyer (CESCM, Professeur d’Histoire de l’art médiéval)

Guillaume Bourgeois (Criham, Maître de conférences HDR en Histoire contemporaine, ancien directeur du laboratoire)

François Brizay (Criham, Professeur d’Histoire moderne)

Nabila Oulebsir (Criham, Maître de conférences HDR en Histoire de l’art


 

Les Annales de Janua

Diffuser la richesse des échanges scientifiques réussis entre jeunes chercheurs, voilà le défi de ces Annales ! Cette revue a en effet pour vocation de publier les actes des journées d’études organisées chaque année par l’association Janua. La publication numérique des articles issus des communications permettra à chacun d’y retrouver soit la diversité des approches envisagées soit la spécificité d’un sujet traité par un jeune chercheur. Un comité scientifique composé de chercheurs et d’enseignants-chercheurs est associé au déroulement de l’ensemble du projet. Depuis 2013, les actes de chaque journée d’étude sont édités dans la revue de l’association : Les Annales de Janua.

Ainsi, vous pourrez retrouver les communications des éditions précédentes  : http://annalesdejanua.edel.univ-poitiers.fr

                   

[Appel à communication] Journées Jeunes chercheurs Janua 2019

Appel à communication : « Prendre la route » : les raisons du voyage, de l’Antiquité à nos jours

Janua, association des étudiants de Master et doctorat de l’Université de Poitiers en histoire, des laboratoires HeRMA (Hellénisation et Romanisation dans le Monde Antique), CESCM (Centre d’Études Supérieures de Civilisation Médiévale), et Criham (Centre de recherche interdisciplinaire en histoire, histoire de l’art et musicologie) organise les 11 et 12 avril 2019 deux journées d’étude à destination des jeunes chercheurs, consacrées au thème : Prendre la route » : les raisons du voyage, de l’Antiquité à nos jours. 

Cette réflexion se veut transdisciplinaire, donnant la parole à des jeunes chercheurs (doctorants, masterants ou jeunes docteurs) en histoire, histoire de l’art, archéologie, littérature, musicologie ou philosophie, quelle que soit leur époque de prédilection. Les analyses des sources politiques, économiques, religieuses, artistiques et littéraires sont les bienvenues.

Au XVIe siècle, Montaigne disait à propos de l’éducation des enfants : « Pour frotter et limer leur cervelle contre celle d’autruy, je voudrois qu’on commençast à le promener dès sa plus tendre enfance » (Essais, chap. 25, livre 1). L’une des plus nobles raisons d’entreprendre un voyage est ici énoncée : propice aux rencontres et aux échanges, il est formateur pour l’intelligence et participe intégralement de l’éducation.
Au contraire, s’opposant à ce goût manifeste pour le voyage et ses fruits, Jules Renard déclare, désabusé : « À quoi bon voyager ! Il y a de la nature, de la vie et de l’histoire partout » (Journal, 27 août 1906). Qu’importent donc les motivations du voyageur, son entreprise est vaine car il ne découvrira rien d’autre qu’un environnement similaire au sien. Voyager n’est qu’un leurre, l’histoire se répète et l’homme se résume en une médiocrité indigne d’intérêt.
Ce désenchantement, propre à un siècle que des perspectives d’aventures ne font plus vibrer, est catégoriquement opposé à l’engouement ordinaire suscité par les nombreux exemples historiques d’individus, peuples ou catégories sociales entreprenant périples, pèlerinages ou expéditions par nécessité, profit ou plaisir. Du nomadisme primitif à l’exploration spatiale, en passant par les pèlerinages religieux ou le commerce des épices, les prétextes pour partir ne manquent pas et se diversifient au fil des siècles. Chaque homme ou chaque femme qui entreprend un périple est motivé(e) par des causes qui lui sont tout à la fois propres et culturelles. S’interroger sur les raisons du voyage nous permettrait d’approfondir nos connaissances aussi bien sur l’imaginaire entourant ce phénomène que sur la vie quotidienne des sociétés passées et présentes.
À l’heure du tourisme de masse, où le voyage est un loisir dont l’organisation génère peu de difficultés et la réalité quelques imprévus discrets, la peur de voyager paraît difficilement concevable. Pourtant, cette activité fut longtemps périlleuse. Partir dans un pays lointain, sur une route inconnue, échapper aux corsaires sur mer ou aux brigands sur terre, se nourrir et se loger en toutes circonstances, se frayer un chemin au milieu de populations parfois hostiles, mais aussi répondre à de simples questions financières sont autant d’arguments pertinents pour décourager des velléités de départ.
La question se pose alors des motivations du voyage et donc de son intérêt et de son utilité pour ceux qui l’entreprennent car, face à milles contrariétés, pourquoi entreprendre un périple qui n’est qu’incertitude ? Pourquoi voyager ? Qu’en retire-t-on ? La réalité est-elle à la hauteur des espérances des voyageurs ? Quel bilan peut-on en dresser une fois le voyage achevé ?

Pour répondre à cette question, nous envisagerons le voyage dans son sens le plus vaste incluant les courtes et longues distances, les déplacements individuels ou collectifs, les expéditions terrestres, maritimes ou aériennes, les allers-retours ou les voyages à sens unique, afin de s’interroger véritablement sur les motivations qui, depuis l’Antiquité, ont poussé et poussent des êtres humains à se déplacer.
Les propositions de communication s’inscriront suivant trois axes :

  • Le premier s’intéressera aux attentes. En effet, partir, pour un temps ou pour toujours, ne se fait pas sans espérances, espoirs ou craintes. Le questionnement débutera donc par une exploration des aspirations qui motivent le voyageur et le poussent à surmonter les difficultés, réelles ou fantasmées, dans son entreprise. Ces attentes peuvent être aussi bien spirituelles qu’économiques, diplomatiques, scientifiques, guerrières. Les impératifs vitaux, la soif d’une vie meilleure comme la nécessité de partir pour des raisons politiques, seront pris en compte au sein de cet axe.
  • Le deuxième axe concernera les enjeux. Il s’agira d’examiner les modalités et l’organisation logistique concrète du voyage de l’Antiquité à nos jours. Où part-on ? Comment se déplace-t-on ? Quelles périodes sont les plus propices au voyage ? Quels dangers et contraintes se rencontrent sur la route ? Cet axe vise à mettre en lumière les façons de voyager, les moyens mis à disposition des voyageurs, ainsi que la durée et la distance à parcourir. La question du déplacement de population, que ce soit sous la contrainte, pour répondre à une nécessité, ou par mode de vie sera intégrée à cette réflexion.
  • Enfin, le troisième axe portera sur les témoignages. Il s’agira de considérer les retours sur expérience. Une fois le voyage accompli, que reste-t-il ? Quels sont les acquis, les pertes ? Est-ce un succès ou un échec ? Quel récit idéalisé ou discours dissuasif fait suite à l’expédition en elle-même ? La manière dont les voyageurs font mémoire de leur expédition à travers les témoignages littéraires, artistiques ou musicaux, sera explorée.

Les propositions de communication (500 mots environ) sont à envoyer, accompagnées d’un CV, à l’adresse suivante : association.janua@gmail.com avant le 31 janvier 2019. Les communications retenues ont vocation à être publiées l’année suivante dans les Annales de Janua.
Une réponse sera communiquée aux intervenants sélectionnés courant février. L’évènement se déroulera sur deux journées, les 11 et 12 avril 2019. L’après-midi du vendredi sera consacrée à une visite du centre-ville de Poitiers pour les participants intéressés. L’hébergement des communicants pour deux soirs consécutifs est pris en charge par l’association, ainsi que les deux repas du midi et une partie des frais de transport à hauteur de 50€ par intervenant


Comité d’organisation : Association Janua


Zoé Le Nel (CESCM, Master II Mondes médiévaux, littérature médiévale)


Claire Boisseau (CESCM, Doctorante en histoire de l’art médiéval)

Julie Caron (HeRMA, Doctorante en archéologie antique)

Marie Cloutour (Criham, Doctorante en histoire moderne)

Gabrielle Schmid (CESCM, Doctorante en histoire de l’art médiéval)

Comité scientifique :

Yves Lafond (HeRMA, Professeur d’histoire grecque)

Séverine Lemaître (HeRMA, Maîtresse de conférences en histoire de l’art et archéologie antique)

Vincent Michel (HeRMA, Professeur d’archéologie antique, Directeur du laboratoire)

Martin Aurell (CESCM, Professeur d’histoire médiévale, Directeur du laboratoire)

Claudio Galderisi (CESCM, Professeur en langues et littératures françaises du Moyen Âge)

Guillaume Bourgeois (Criham, Maître de conférences HDR en histoire contemporaine, Directeur du laboratoire)

François Brizay (Criham, Professeur d’histoire moderne)

Nabila Oulebsir (Criham, Maîtresse de conférence HDR en histoire de l’art contemporain)


Responsable :

Janua

url de référence :

https://associationjanua.wordpress.com/


      

 

[Appel à communication] Journée jeunes chercheurs Janua 2018

Appel à communication : La violence guerrière : de l’Antiquité au Moyen-Âge

Janua, association des étudiants en Master et des doctorants de l’Université de Poitiers antiquisants et médiévistes, rattachés respectivement aux laboratoires HeRMA (Hellénisation et Romanisation dans le Monde Antique) et CESCM (Centre d’Études Supérieures de Civilisation Médiévale), organise le 26 avril 2018 une journée d’étude à destination des jeunes chercheurs (de l’inscription en master aux trois ans écoulés après la soutenance de thèse), elle sera consacrée au thème de la ‘violence guerrière’. Son objectif est de présenter des travaux, achevés ou en cours, sur l’usage et la représentation de cette dernière. Dans une perspective transdisciplinaire, le choix de ce thème questionne la richesse de ses appréhensions et ouvre des discussions sur les divergences et les similarités de celles-ci à travers des sources (textes, images, architectures, musiques et objets mobiliers) et des périodes diverses (Antiquité et Moyen Âge).

Chapiteau de Conques (Cliché CESCM Léonet-Bastien)

De par son étymologie, la notion de violence (violentia) possède une connotation péjorative. Elle qualifie l’absence de contrôle, l’emportement. Dérivée du concept mélioratif de vis (vigueur, force), sa définition repose avant tout sur le principe d’outrance. Dans l’Antiquité comme au Moyen Âge, la violence de la nature et des colères divines est essentiellement perçue comme juste, bien qu’insaisissable pour l’homme. Au contraire, la ‘violence humaine’ suppose que la force employée se déploie hors de son cadre moral ou de ses limites sociales et institutionnelles. La violence individuelle, non contrôlée par la raison, est brute voire brutale (brutalis) et renvoie à la démesure (hubris). Elle est, de fait, condamnable et son contrôle constitue l’un des enjeux politiques majeurs des institutions.

La sécurité intérieure est le socle de la prospérité d’un territoire et du bien-être d’une communauté. Toutefois, le maintien de cette stabilité implique paradoxalement l’usage de la violence par l’institution qui en est la garante. L’accroissement d’un pouvoir, la défense de ses frontières et de ses règles ne peuvent se faire sans le recours à la fonction militaire. S’intéresser à la violence guerrière nécessite alors d’envisager toute l’ambiguïté supportée par cette expression.

Cette journée d’étude se trouvera découpée en trois axes. Le premier sera l’occasion d’aborder la ‘violence guerrière’ via ses représentations (historiques, iconographiques, philosophiques, musicales et littéraires) et leurs dépendances au contexte historique et social dans lequel elles ont été exprimées. Le second regroupera les études (archéologiques et historiques) de la réalité concrète de la pratique guerrière. Le troisième axe rassemblera quant à lui les interventions qui porteront sur les sources théoriques des rapports entre le concept de ‘guerre’ et celui de ‘violence’.

Axe 1 : Quels discours ?

La représentation, visuelle ou textuelle, de la ‘violence guerrière’ est un témoignage de sa réalité. Elle suppose aussi de considérer un autre niveau de lecture. En donnant à voir ou en décrivant celle-ci, on révèle une idéologie. La légitimé de la ‘violence guerrière’ reflète celle de l’autorité qui la commande et la régule. Exalter les qualités des figures de cette violence ou condamner leurs démérites n’est jamais neutre et s’inscrit en parallèle avec les rapports de force qui en motivent le discours.

Sa dénonciation insiste généralement sur le caractère irréfléchi et déloyal du combat. Elle fait écho, pour ces critiques, à la déviance morale individuelle de son représentant. Au contraire, la valorisation de cette violence est légitimée par le caractère transcendant de la mission qui lui est assignée. Son acteur n’est que le médiateur d’une justice qui le dépasse, le bras armé du divin ou le garant de la paix et de la prospérité dont la guerre est la promesse. En ayant recours à ce ‘mal nécessaire’, on justifie les desseins qui sont profitables à une communauté, au-delà de l’individu.

Axe 2 : Quelles réalités ?

Les sources textuelles, les images et la littérature sont des reconstructions qui permettent d’éclairer sur la réalité de la pratique martiale. Toutefois, à ce titre, les vestiges archéologiques sont primordiaux en tant que témoins objectifs et matériels. Ils sont les traces d’une réalité complexe. Le statut du guerrier, par exemple, dépend pour une grande part de sa place dans la hiérarchie militaire. Il est perceptible dans la qualité de son armement et par sa situation lors du combat.

La valeur donnée, souvent a posteriori, à la ‘violence guerrière’ repose entièrement sur les causes, les conditions et les conséquences de son exercice. La longueur des hostilités et le nombre de vies sacrifiées, l’attaque de la population civile sont autant de propriétés d’une guerre néfaste. Souvent mises en exergue par les sources littéraires et iconographiques, ces données formelles ne sont vérifiables que par la recherche archéologique.

Axe 3 : Quelles définitions ?

Ce troisième axe est orienté vers une appréhension de la ‘violence guerrière’ au niveau spéculatif. Il s’agit de saisir comment penser la guerre comme concept. Ces études sont possibles par le biais des sources philosophiques notamment mais aussi des arts lorsque, par exemple, la guerre y est personnifiée.

Entre celle du dernier recours par une posture uniquement défensive telle qu’elle est prônée par Platon et celle de la démesure inévitable d’un gouvernement réaliste selon Machiavel, la définition intellectuelle du bon usage du fait guerrier reçoit une acceptation flexible et généreuse en réflexions. Ces dernières, nous l’espérerons, feront naître de nombreux échanges à propos de la ‘violence guerrière’ au cours de cette journée qui lui sera dédiée.


Tout jeune chercheur spécialisé dans l’étude des civilisations antique et médiévale peut faire une proposition de communication. Les contributions apportées lors de cette journée ont vocation à être publiées l’année suivante dans les Annales de Janua.

Les propositions de communication peuvent être rédigées en français et doivent être envoyées avant le jeudi 1er février 2018 (inclus), accompagnées d’un curriculum vitae, à l’adresse association.janua@gmail.com sous la forme d’un résumé d’environ 500 mots.

Elles seront soumises au conseil scientifique qui donnera une réponse autour du 1er mars 2018. La JJC aura lieu le 26 avril 2018 au CESCM de Poitiers.

L’hébergement et la restauration seront pris en charge par JANUA, ainsi qu’une partie des frais de transport (pour ces derniers, les intervenants seront remboursés sur justificatif et dans la limite de 80 euros par personne). N’hésitez pas à nous contacter à l’adresse email de l’association pour toute information complémentaire.

            Comité scientifique

Nadine Dieudonné-Glad (Professeure d’Archéologie antique, directrice de l’EA 3811 HeRMA)

Martin Aurell (Professeur d’Histoire médiévale, directeur de l’UMR 7302 CESCM)

Cécile Voyer (Professeure d’Histoire de l’art du Moyen Âge)

Claudio Galderisi (Professeur de Lettres médiévales)

Alexandre Vincent (Maître de conférences en Histoire romaine)

Nicolas Prouteau (Maître de conférences en Archéologie médiévale)

Mathilde Carrive (Maître de conférences en Histoire de l’Art de l’Antiquité romaine)

 

Responsable :

Janua

 

       

 

[17 mai] Journée doctorale

Présentation des recherches doctorales dirigées par le Professeur Martin Aurell “Pouvoir, parenté et culture”

Date : mercredi 17 mai de 9h à 17h45

Lieu : salle Crozet – CESCM, 24 rue de la Chaîne – POITIERS

PROGRAMME

9h-10h – Sébastien Laurent : Histoire sociale des
troubadours du XIIe au XIIIe siècles

10h-11h – Juliette Thibault : La vie de cour dans les
enluminures arthuriennes (XIIIe – XVe siècles)

11h15-12h15 – Alessia Chapel : Les récits généalogiques (XIIeXIVe siècles) entre romans et chansons de geste. Essai de classement et de définition

13h30-14h30 – Sarah Casano-Skaghammar : Une famille dans la
mesnie du roi de France. Les Nemours-Villebéon et leurs alliés : Beaumont, Clément, Cornut

14h30-15h30 – Amicie Pélissié du Rausas : La poursuite de la
paix entre la France et l’Angleterre, de Taillebourg au traité d’Amiens (1279)

15h45-16h45 – Mathieu Cosson : Le « Grand Poitou » : de
l’autorité Plantagenêt à la sphère Capétienne (1152-1242)

16h45-17h45 – Amélie Rigollet : La famille de Briouze, du milieu du XIe siècle au début du XIVe siècle

 

Voir l’affiche et le programme ICI