Archives par mot-clé : Art roman

Scott Brown, un américain passionné d’art roman

Dans un français parfait, Scott Brown, professeur américain, nous explique les raisons de sa venue en mai 2017 au CESCM et sa passion notoire pour l’art roman.

Cliché V. Ernst-Maillet (CESCM)

Bonjour Scott, c’est la première fois que vous venez au CESCM ?

En fait je suis venu une première fois pour une journée en 2016, avec Vincent Debiais, pendant que je faisais un voyage de recherches vers Limoges, Toulouse et il m’a fait visiter plusieurs monuments de Poitiers, j’ai été conquis. Nous étions dans une équipe de travail montée par Robert Maxwell et nous nous étions rencontrés à Kalamazoo (session 2012). Comme je travaille aussi parfois sur l’épigraphie sur les sculptures, nous avions un sujet commun.

Nous avions discuté de mon projet de recherche qui s’articule autour d’Amat d’Oloron, légat du pape : cet homme du XIe siècle qui travaillait partout dans l’Aquitaine, était un homme spirituel important à Poitiers – il a influencé la fondation de l’abbaye de Montierneuf vers 1070, par exemple. Lorsque j’ai évoqué cela à Vincent Debiais, qui rassemble les chercheurs et aide beaucoup au contact, il m’a proposé de venir profiter du cadre du CESCM, d’où ma présence.

Comment est-ce qu’on en vient à s’intéresser à un tel sujet, surtout pour un américain ?

Il n’y a pas de Moyen Âge aux États-Unis mais une tradition d’études autour du Moyen Âge qui remonte jusqu’au XIXe siècle. Il y a de plus un intérêt profond aux États-Unis, dès la fondation du pays, pour l’histoire de l’Église et la relation entre la spiritualité et la politique . Au cours du XXe siècle les États-Unis ont trouvé une « niche » dans l’étude de l’art médiéval. En Europe, l’étude de l’art médiéval a souvent été liée à un intérêt patrimonial. Les américains n’ayant pas leur propre passé avec des monuments travaillent à ces thèmes partout où c’est possible géographiquement à travers le monde.

Beaucoup de chercheurs américains travaillent sur le Moyen Âge mais ce qui nous manque aussi, c’est une communauté, du fait des distances aux États-Unis et c’est pour cela qu’il est important pour moi de venir en France.

Dès le début de mes études universitaires j’ai été intéressé par cette période historique. En première année, j’ai suivi un cours autour de l’art roman.  J’étais vraiment impressionné par l’ambiance sombre des églises romanes, par le poids de leurs voutes, par la masse de l’architecture, par les vieilles pierres. Comment et pourquoi bâtir ainsi de tels monuments « bruts » ? La première église que j’ai vue à Vézelay m’a vraiment bouleversée. Dans le narthex, j’ai imaginé les moines au milieu de la nuit célébrant les matines. Le passé me semblait si vivant en ce moment.

Plus précisément, comment avez-vous connu Amat d’Oloron ?

Je suis professeur associé en histoire de l’art à l’Université de North Florida. La sculpture romane est mon principal domaine de recherche et de publications (voir Academia), même si j’ai récemment terminé un ouvrage qui sortira l’an prochain, sur l’image d’une héroïne biblique, Jaël, qui a eu une image importante aux XVe et XVIe siècles.

Maintenant, je retourne à l’étude de l’époque romane. J’ai soutenu une thèse sur la sculpture du portail de la cathédrale d’Oloron et Amat y était évêque, cet homme n’était cependant pas le sujet principal de ma thèse. Il reste peu connu par les historiens de l’art. Comme légat des papes Grégoire VII et Urbaine II, il est assez bien  connu par les historiens de l’Église, mais son influence sur les monuments romans a longtemps été ignorée. La carrière d’Amat d’Oloron nous donne un aperçu important et inattendu sur un grand réseau de monuments (notamment à Poitiers, Toulouse, Saintes, Bordeaux, et en Espagne) et sur un art roman en plein essor à la fin du XIe siècle. J’ai à cœur de rapprocher le côté physique et matériel des monuments du côté politique de l’Église qui sont liés par la personne d’Amat.

Quel souvenir garderez-vous de votre passage au CESCM ?

Je suis venu plusieurs fois en France, notamment pour effectuer des recherches à la BnF pendant mes études, et je viens depuis tous les 2 ans car nos budgets de recherches nous le permettent.

Je suis au CESCM pour le mois de mai 2017 et j’ai eu l’occasion de faire ma première  intervention en français  sur un travail en cours au sujet d’un esprit ludique dans la sculpture romane.  L’exemple au cœur de cette étude est une histoire de conflit à Poitiers entre l’évêque et les chanoines de Saint-Hilaire-Le-Grand qui a provoquée des reflets amusants dans la poésie et la sculpture à Saint-Hilaire au XIe siècle.

Être au CESCM m’a permis de discuter de projets potentiels et j’ai élargi mon champ de recherche. Je trouve incroyable ce centre où les gens sont ainsi entièrement occupés à la recherche pure et à la production du savoir, même au niveau des étudiants. Je me suis vraiment immergé dans la recherche d’une façon qui me serait impossible aux  États-Unis et je suis vraiment reconnaissant de cette opportunité et d’avoir croisé des chercheurs et des gens aussi accessibles. Je tiens à vous en remercier.

Voir le lien des travaux de Scott Brown

 

La voix à Issoire : petit aperçu du 26e colloque d’art roman

Les 21 et 22 octobre 2016, la ville d’Issoire a accueilli pour la 26e année, son colloque international d’art roman. Ce rendez-vous, bien connu des médiévistes, est l’occasion de se confronter au grand public et d’échanger avec des non spécialistes. Les enjeux de cette rencontre sont donc scientifiques mais également pédagogiques.

Cliché P. Nourrigeon
Cliché P. Nourrigeon

Le thème retenu cette année était celui de « Parler, chanter, crier. La voix à l’époque romane ». Après une introduction rappelant que la voix médiévale ne nous est aujourd’hui plus perçue que par des sources écrites ou visuelles, et qu’il est parfois difficile d’appréhender les différentes formes et usages qu’elle a pu revêtir (Marie Charbonnel), les conférences se sont succédées pour offrir un beau panorama des recherches actuelles sur les usages vocaux au Moyen Âge. C’est ainsi qu’ont été traitées les questions de la voix en contexte liturgique (Océane Boudeau), de ses usages profanes (Laurent Hablot), de son emploi dans la prédication (Anne-Zoé Rillon-Marne), de son rôle comme marqueur identitaire (Fabien Vivier), de ses représentations iconographiques (Martine Jullian, Chrystel Lupant, Raphäel Demes, Pamela Nourrigeon) et de sa présence dans la littérature (Eléonore Andrieu, Patrick Del Duca, Julien Muzard)[1]. Les belles conclusions d’Isabelle Marchesin rappellent que la voix, si elle est une extension du corps qui interagit avec le monde physique, possède également une qualité signifiante qui déborde le langage pour indiquer une réelle intention.

Les interventions de Bruno Phalip, de David Morel et de Nicolas Clément ont clôturé ces deux jours de colloque en montrant le dynamisme de la recherche archéologique en Auvergne, notamment à travers la présentation de deux chantiers de fouilles que sont ceux de l’abbaye Saint-Robert de la Chaise-Dieu et du monastère de Saint-Géraud d’Aurillac. Chrystel Lupant a également présenté la base Romane du CESCM, donnant une meilleure visibilité de cet outil d’une grande richesse documentaire.

Public et communicants ont également apprécié deux moments forts de cette rencontre. Le premier est le superbe concert donné par l’ensemble Dialogos dans l’abbatiale de Saint-Austremoine d’Issoire le vendredi soir. L’échange qui a suivi la représentation a permis une meilleure compréhension du travail d’interprétation proposé par les deux chanteuses. Le second s’est déroulé le dimanche 23 octobre avec la découverte de quatre petits édifices romans au cours d’une excursion menée dans la région des Combrailles (visite des églises de Montfermy et ses peintures murales du XIVe siècle, de Comps, de Saint-Bonnet de Miremont et de Saint-Pierre de Biollet avec ses chapiteaux sculptés pour le moins énigmatiques).

Il ne reste plus qu’à attendre patiemment la publication des Actes du colloque afin de lire ou de relire la grande richesse et les belles découvertes offertes par ces journées…

[1] Helene Debax, qui devait communiquer sur « La voix des vassaux : oral et écrit dans les actes languedociens des XIe et XIIe siècles) n’a malheureusement pas pu être présente au colloque.

[6-11 juillet 2015] Journées romanes, Saint-Michel de Cuxa

Association culturelle de Cuxa
Association culturelle de Cuxa

XLVIIes Journées romanes (6 au 11 juillet 2015).

Abbaye Saint-Michel de Cuxa (Sant Miquel de Cuixà).

La peinture murale à l’époque romane

Programme et bulletin d’inscription

Cette année encore, plusieurs conférenciers du CESCM seront présents aux Journées romanes de Saint-Michel de Cuxa :

Marcello Angheben – Le décor peint des sanctuaires et ses relations avec la liturgie (mardi 7 juillet à 10h30)

Carolina SarradeUne nouvelle approche des peintures de Saint-Savin à travers le relevé archéographique (mardi 7 juillet à 17h)

Cécile VoyerLe décor peint et la culture visuelle des chanoines de Saint-Junien et des Salles-Lavauguyon au XIIe siècle dans le diocèse de Limoges (jeudi 9 juillet à 10h30)

Évêques, clercs et religieux à l’époque romane. 24e colloque d’Art roman d’Issoire

Du 19 au 21 octobre 2013 s’est tenu à Issoire (Puy-de-Dôme) le 24e colloque international d’Art roman, organisé par l’association Terres romanes d’Auvergne et la ville d’Issoire sous le patronage de la Société Française d’Archéologie et de l’Académie des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Clermont-Ferrand et avec le concours de l’association Archiclassique. Le thème de cette année : évêques, clercs et religieux à l’époque romane (textes, monuments, images et objets).

Zacharie en habit sacerdotal, Notre-Dame-du-Port (Clermont-Ferrand), début XIIe siècle / Cliché S. Biay
Zacharie en habit sacerdotal, Notre-Dame-du-Port (Clermont-Ferrand), début XIIe siècle / Cliché S. Biay

Ce sujet très vaste a permis de réfléchir à l’implication des grands ecclésiastiques dans les ensembles monumentaux comme donateurs, consécrateurs, réformateurs, inspirateurs…

L’Université de Poitiers a été représentée par Annick Gagné, doctorante en histoire au CESCM, qui a dressé un portrait de l’évêque dans les inscriptions liées à la construction liturgique et matérielle de l’église entre le Xe et le XIIIe siècle.

L’excursion fut fort conviviale, faisant découvrir ou redécouvrir aux participants du colloque des sites de la Haute-Loire : l’église de Saint-Paulien avec son imposant chevet à chapelles rayonnantes, l’église Saint-Chaffre du Monastier-sur-Gazeille et la cathédrale du Puy-en-Velay, dont subsiste une partie des bâtiments canoniaux et épiscopaux.

À l’occasion du colloque a été présenté le volume recueillant les actes des deux éditions antérieures (Fêtes et célébrations à l’époque romane et Le temps à l’époque romane), réunis par les soins de David Morel épaulé par les nouveaux membres du comité scientifique, marquant l’entrée du colloque dans une ère revitalisante et prometteuse.

Billet écrit avec l’aimable collaboration d’Annick Gagné.

Journées romanes de Cuxa : un succès !

Clocher de l'église de Saint-Michel-de-Cuxa.

L’affluence a ravi les organisateurs des Journées romanes de Cuxa 2013 ; la qualité des conférences et des visites a ravi le public.

Consacrées au « portail roman », ces journées ont vu alterner des communications d’histoire, d’histoire de l’art et d’archéologie en proposant de nouvelles interprétations et des pistes de recherche originales pour cette structure architecturale pourtant étudiée abondamment, comme l’a rappelé Anne-Orange Poilpré dans sa conférence inaugurale.

Le CESCM était représenté aux Journées romanes par Cécile Treffort, avec une conférence sur la signification du portail dans les textes liturgiques et dans les inscriptions, et par Marcello Angheben, avec une communication sur les liens entre l’iconographie du portail et la liturgie eucharistique. Richement documentées, ces deux conférences s’inséraient parfaitement dans un programme très intelligemment conçu, faisant se répondre études de cas et synthèses. Le temps réservé aux discussions a été très largement employé par le public passionné et attentif de Cuxa.

En attendant le programme de l’édition 2014 des Journées romanes, on lira avec intérêt le volume 2012 des Cahiers de Saint-Michel-de-Cuxa, consacré à la cathédrale romane (avec notamment un article de Claude Andrault-Schmitt).