Archives par mot-clé : Armoiries

Exposition : Les armoiries racontent… Dans les fragments héraldiques de l’Hôtel Fumé les vestiges d’un Poitiers oublié

Ange tenant un écusson aux armes des Fumé. Poitiers, Notre-Dame-la-Grande, chapelle de François Fumé.
Ange tenant un écusson aux armes des Fumé. Poitiers, Notre-Dame-la-Grande, chapelle de François Fumé. Photographie : I. Fortuné

• du 19 septembre au 23 octobre 2015
Ouverture exceptionnelle lors des Journées européennes du patrimoine, les 19 et 20 septembre.

• Poitiers, cour de l’hôtel Fumé
Faculté des Sciences humaines et arts – 8 rue René Descartes

• Exposition réalisée par Matteo Ferrari et Laurent Hablot (CESCM / Université de Poitiers), dans le cadre du programme de recherche ARMMA (ARmorial Monumental du Moyen Age).

• Entrée libre.
Horaires d’ouverture : de 9h à 18h

Présentation

Apparues au milieu du XIIe siècle et, ensuite, rapidement répandues dans toute l’Europe, les armoiries désignaient une personne ou un groupe de personnes par le biais d’un signe figuré, le plus souvent reproduit à l’intérieur d’un écu. Adoptés par toutes les classes sociales et les institutions, ces signes d’identité parsemaient les espaces publics et privés, répondant à des fonctions variées. Pourtant, à cause de nombreuses idées reçues, les décors héraldiques demeurent largement méconnus et exposés aux périls de l’abandon.

Dans le but de contribuer à la connaissance et à la valorisation de ce type d’images, dès l’automne 2013, Laurent Hablot et Matteo Ferrari (CESCM) conduisent le programme de recherche ARMMA (Armorial Monumental du Moyen Age) visant à recenser et analyser les décors héraldiques « monumentaux » produits dans la France médiévale. Un premier volet de cette étude a été consacré au patrimoine héraldique du Poitou-Charentes. Au cours de cette recherche, la ville de Poitiers a révélé une richesse surprenante de témoignages héraldiques, datés pour la plupart entre XVe et XVIe siècles. À celles encore visibles sur ses monuments les plus représentatifs (cathédrale Saint-Pierre, église Notre-Dame-la-Grande, Palais des Comtes, remparts…), s’ajoutent de nombreuses pièces armoriées déposées dans les collections municipales, provenant d’édifices détruits au cours du XIXe et XXe siècles.

C’est le cas des pierres conservées dans la cour de l’Hôtel Fumé, seuls témoins de trois églises disparues ou fortement mutilées du centre ville.
Longtemps oubliés, ces fragments dialoguent avec d’autres présences héraldiques, celles mises en place par les différents propriétaires d’un des plus beaux et singuliers hôtels particuliers de notre ville.

Écusson gratté soutenu par deux anges. Hôtel Fumé, façade. Photographie : I. Fortuné
Écusson gratté soutenu par deux anges. Hôtel Fumé, façade. Photographie : I. Fortuné

Atelier interdisciplinaire du CESCM (13 au 17 janvier 2014) – 2/5

Mardi 14 janvier 2014

Cette matinée de l’atelier interdisciplinaire du CESCM a mêlé iconographie et épigraphie, avec deux conférences tenues respectivement par Sébastien Biay et Estelle Ingrand-Varenne, ingénieurs d’étude au CESCM.

Dans son Évocation du chant liturgique dans la sculpture romaneSébastien Biay est revenu sur l’un des points développés dans sa thèse, consacrée aux chapiteaux du rond-point de la dernière abbatiale de Cluny1. À savoir, l’analyse de deux chapiteaux portant des représentations de musiciens ainsi que des inscriptions, formant un poème qui évoque les huit tons du « plain-chant » grégorien. L’auteur a insisté sur les diverses étrangetés, pour reprendre ses termes, liées à ces chapiteaux, qu’il s’agisse de leur sujet poético-théorique ou de l’apparente incohérence de l’un des instruments, hybride patatoïde mêlant cithare, lyres romaine et teutonique. La diversité de ses méthodes d’approche reflète la richesse de sa thèse, qui développe sur plusieurs centaines de pages des raisonnements que l’auteur a dû pour l’occasion résumer, voire éluder, et l’on serait bien en peine de lui en tenir rigueur. Une rigoureuse analyse syntaxique et philologique des inscriptions a d’abord amené Sébastien Biay à concevoir ce poème comme une métaphore de la compréhension et de la conversion, préparées dans le cœur puis l’esprit des officiants (selon une formule empruntée à Remi d’Auxerre) par les chants liturgiques qui étaient exécutés lors des célébrations. La recherche de textes théologiques se rapportant à la musique liturgique, tels ceux d’Augustin ou d’Amalaire de Metz, a fourni à l’auteur des clés possibles de compréhension du message sibyllin des chapiteaux. Leurs instrumentistes peuvent ainsi être interprétés comme les images allégoriques des moines devenant, au cœur de la célébration, les instruments d’un Salut individuel et collectif.

Une analyse plus détaillée du chapiteau fut proposée, portant la représentation du troisième ton, auquel est adjointe une inscription évoquant la Résurrection du Christ (« Le troisième jaillit et représente le Christ qui ressuscite » (Tertius impingit Chr(istu)m que resurgere fingit)). Cette représentation a été rapprochée du thème iconographique de David jouant de la lyre, présent dans plusieurs manuscrits plus tardifs2. Le roi-musicien est représenté tenant une sorte de cordier, formant avec son corps à la fois une croix et une sorte de lyre ; cette scène préfigure la suivante, au verso du folio, où est représentée la Crucifixion. Même si le lien avec le chapiteau clunisien paraît lointain, il reste tout à fait clair que l’iconographie de ce dernier relève d’une construction intellectuelle complexe, mêlant plusieurs sens théologiques et allégoriques, où la figure typologique de David peut intervenir en filigrane et où la musique, performance de dépassement des contingences physiques vers l’élévation spirituelle, acquiert ses « lettres » de noblesse.

Nous avons poursuivi avec La ponctuation dans les inscriptions médiévales, ou l’architecturation du discours, par Estelle Ingrand-Varenne, actuellement en charge de la rédaction du Corpus des inscriptions médiévales au CESCM. Il s’agit d’une présentation des nouvelles recherches entamées par l’auteure, centrées sur les usages et formes de l’interponctuation dans les inscriptions. Un champ de recherche immense, puisqu’il recouvre en réalité une période allant des Grecs anciens (VIIIe siècle av. n. è.) à la fin du XVe siècle. L’intervenante a débuté son propos par les fonctions de cette ponctuation intermédiaire, qui servait avant tout à délimiter les mots, à la manière de l’espace vierge adopté pour la rédaction des manuscrits. Il s’agit là de deux solutions différentes à un même problème, rendre intelligible un texte écrit majoritairement en majuscules, au moins jusqu’aux VIIIe-IXe siècles. Estelle Ingrand-Varenne a brièvement retracé l’histoire de ce « système second de communication », d’abord inventé pour les langues sans voyelles comme le grec ou l’arabe anciens, puis employé par les Romains. L’usage en disparaît quasiment à l’époque mérovingienne, et ne réapparaît qu’au XIe siècle sous la forme de doubles et triples points qui perdurent tout au long du Moyen Âge. Les aspects pratiques, économiques et ornementaux de cette ponctuation ont été invoqués, et l’on a pu admirer la malice avec laquelle les « graveurs » médiévaux se sont parfois emparés de ce motif dont le caractère décoratif pouvait parfois l’emporter sur sa mission première d’intelligibilité. De grandes interrogations ont été soulevées ; cette pratique, apparemment si spécifique aux inscriptions et quasi absente des manuscrits, trouverait-elle par exemple son inspiration dans une imitation des inscriptions antiques qui devaient, à l’époque, être plus présentes dans le paysage monumental qu’elles ne le sont aujourd’hui ? L’interruption des périodes mérovingiennes et carolingiennes pourrait-elle n’être qu’apparente, du fait de la disparition des monuments de cette époque ?  On émettra pour finir quelques réserves sur les références faites aux études physiologiques qui, si elles peuvent décrire les processus de lecture contemporains, nous semblent difficilement transposables à la période médiévale. Il a été prouvé qu’interposer des signes de ponctuation entre les mots d’une phrase en ralentit notre lecture et notre compréhension. Une telle étude met en évidence le fait que notre mode d’apprentissage nous conditionne à interpréter un point comme la fin d’une phrase, donc comme la fin d’un ensemble sémantique. Peut-on cependant postuler qu’il en allait de même au Moyen Âge, où de toute évidence l’emploi de la ponctuation – c’est là l’objet même de la conférence – était très éloigné du nôtre, et relevait de conventions et d’un apprentissage différents ?

L’après-midi fut consacré au Décor héraldique monumental dans la ville… à Florence, présenté par Matteo Ferrari (post-doctorant au CESCM), et à Poitiers, par Laurent Hablot (maître de conférences à Poitiers). Ce fut l’occasion pour ce dernier de présenter le programme de recherche qu’il dirige actuellement, consacré au patrimoine héraldique monumental de Poitou-Charentes, qu’il s’agira d’inventorier, de protéger dans la mesure du possible et de valoriser par la suite. Sa présentation a donné un aperçu de ce travail, et de la manière dont s’affine au fur et à mesure une méthode de recherche et de classement. Les auditeurs ont ainsi pu prendre conscience de la richesse de ce patrimoine, discret et pourtant omniprésent dans la ville de Poitiers, comme le prouvent les quelques 200 éléments recensés. Situés en grande partie dans les chapelles et édifices religieux tels que la cathédrale Saint-Pierre, Notre-Dame la Grande ou Sainte-Radegonde, les blasons peuplent également des endroits moins connus ou insoupçonnés, tels que les remparts, les façades de maisons nobles ou cette petite fontaine du XVe siècle près du pont Joubert. Ils sont autant de témoins d’un évergétisme et d’une piété qui connurent leur paroxysme aux XIIIe-XVe siècles, autant de signes à relier à des familles nobles ou bourgeoises, autant d’histoires à interpréter.

Giorgio Vasari, Apothéose de Cosme Ier, vers 1565, Sala del Cinquecento, Palazzo Vecchio (© Google Art Project)
Giorgio Vasari, Apothéose de Cosme Ier, vers 1565, Sala del Cinquecento, Palazzo Vecchio (© Google Art Project) 

Matteo Ferrari a présenté un aspect plus « impersonnel » de l’héraldique, utilisée par des particuliers mais également par des institutions publiques ou des villes telles que Florence, qui se dote d’armoiries dès le milieu du XIIIe siècle. La commune et ses différents organes – parti du peuple, parti guelfe, magistratures de guerre, corporations – n’auront de cesse de marquer l’espace public de leurs emblèmes, composant autant de messages à interpréter selon les circonstances de leur placement : affirmation d’une identité florentine commune, concorde ou au contraire luttes d’influences, compromis, légitimation politique… Aujourd’hui en pierre apparente, ces blasons étaient à l’origine peints, comme en témoignent de nombreuses miniatures des XIVe et XVe siècles. Malgré les destructions liées au réaménagement du centre historique au XIXe siècle, ces armoiries demeurent très présentes dans le tissu urbain et monumental. Leur profusion n’est pas un phénomène propre à Florence, et caractérise la majeure partie des villes européennes du Moyen Âge. Il est en revanche une originalité toute florentine, consistant en l’apparition du thème iconographique de la « Florence ronde ». Ces compositions circulaires, associant à la fois l’image traditionnelle de la ville, avec ses portes, ses tours et ses remparts, aux blasons des corporations, des gonfalonieri et des institutions de la commune, apparaissent au cours du XIVe siècle et perdurent jusqu’en plein XVIe siècle, comme le montre la réinterprétation élogieuse de Vasari au Palazzo Vecchio.

Cette seconde journée s’est achevée par une présentation de l’association des étudiants et doctorants antiquisants et médiévistes, JANUA, et a également été l’occasion d’un moment de convivialité autour d’un substantifique pot.

  1. S. BIAY, Les chapiteaux du rond-point de la troisième église abbatiale de Cluny (fin XIe-début XIIe siècle) : étude iconographique – Thèse de doctorat en histoire de l’art médiéval, 2012, 518 p. []
  2. Stuttgart, Würtembergische Landesbibliothek, Cod. theol. et phil. 314, Pierre Lombar, Commentaire des Psaumes, f° 1 r° (Petershausen ? 3e quart du XIIe siècle), http://digital.wlb-stuttgart.de/digitale-sammlungen/seitenansicht/?no_cache=1&tx_dlf%5Bid%5D=1975&tx_dlf%5Bpage%5D=9&cHash=a4dbcc084db324a34cbb38cdc5f735b6 []

[Mai 2013] La nef de la chapelle de Plaincourault : relevé archéographique des blasons

Eva AVRIL / CESCM
Eva AVRIL / CESCM
 

De dimensions modestes, la chapelle de Plaincourault (Indre), se compose d’un vaisseau unique de quatre travées et une abside semi-circulaire. L’ensemble de l’édifice possède un seul niveau d’élévation. Seules la façade et l’abside sont percées de baies. Le reste de la chapelle ne possède pas d’éclairage direct, laissant la place à des grands pans de murs propices au développement des peintures.

Conservés pour la plupart, les décors peints sont constitués de rehauts colorés soulignant l’architecture avec des motifs ornementaux, des sujets bibliques et profanes. L’ensemble a fait l’objet d’études qui ont permis de définir plusieurs phases de peintures situées entre les années 1170 et le XVème siècle.

En 2006, l’ensemble des peintures et les autels de l’abside de la chapelle de Plaincourault (Indre) ont fait l’objet d’une étude iconographique, stylistique et archéologique. Quatre panneaux peints représentant la Flagellation, la Crucifixion, la Vierge à l’Enfant et le Péché Originel, correspondant à l’époque romane ornent les pans de murs entre les baies.

De dimensions modestes, la chapelle de Plaincourault se compose d’un vaisseau unique de quatre travées et une abside semi-circulaire. L’ensemble de l’édifice possède un seul niveau d’élévation. Seules la façade et l’abside sont percées de baies. Le reste de la chapelle ne possède pas d’éclairage direct, laissant la place à des grands pans de murs propices au développement des peintures.

Conservés pour la plupart, les décors peints sont constitués de rehauts colorés soulignant l’architecture avec des motifs ornementaux, des sujets bibliques et profanes. L’ensemble a fait l’objet d’études qui ont permis de définir plusieurs phases de peintures situées entre les années 1170 et le XVème siècle.

En mai 2013, une nouvelle mission sur le terrain a été effectuée : les trois étapes chronologiques des peintures de la nef seront étudiées et mises en relation avec l’histoire de l‘édifice. Le but de cette intervention est de faciliter l’analyse chronologique d’une série de 6 armoiries peintes sur la travée droite du chœur : leur chronologie relative, leur identification et la proposition d’un résumé graphique permettront de retrouver leur état d’origine. Identifier chaque blason est essentiel dans l’étude de cette construction hospitalière et cette réflexion se fera grâce à la collaboration de Laurent Hablot (CESCM) responsable du Programme « Culture écrite, culture visuelle ».

Cette étude du décor sera complétée par d’autres sources d’informations autorisant la compréhension des différentes couches picturales : les dossiers de restauration, les rapports des prélèvements ainsi que l’examen direct des murs par une étude archéologique minutieuse effectuée à travers la réalisation des relevés.

Dans un premier temps, les peintures ont été observées à l’aide de loupes et d’un éclairage froid afin d’éviter toute altération des pigments. Ensuite, les traces de peinture parfois imperceptibles à l’œil nu, ont été reproduites fidèlement sur un film plastique fixé dans les enduits de consolidation modernes. Les calques seront numérisés et rassemblés sur ordinateur pour une reprise postérieure grâce à un logiciel de dessin vectoriel. Ce programme permet de travailler dans la gamme des couleurs identifiées sur place, grâce à un code de nuancier et reproduites sur un tirage papier. Ce traitement facilite l’analyse archéologique par la décomposition stratigraphique des peintures et la possibilité de reproduire ces documents, ce qui rend leur consul­tation plus aisée.

La technique du relevé stratigraphique, met aujourd’hui à la disposition du chercheur une nouvelle méthode d’analyse. Elle implique d’une part une observation minutieuse des peintures sous un éclairage adapté visant à déterminer les étapes d’élaboration, la technique utilisée, et d’autre part, la reproduction entière ou partielle de l’œuvre à taille réelle sur un document dans lequel sont indiquées la stratigraphie initiale de la mise en œuvre et les interventions postérieures.

Pour les peintures en plus mauvais état, nous proposerons une restitution de leur état originel et le comblement de certaines lacunes iconographiques sans intervenir directement sur le mur. À l’échelle de l’édifice, cette démarche permettra de préciser la réalité humaine du chantier : la rigueur du travail, le nombre d’artistes, l’organisation et le déroulement des différentes campagnes. Enfin, les données concernant l’ensemble d’un cycle peint et son évolution sont susceptibles de fournir de précieuses indications sur la fonction du bâtiment et son évolution.

Le résultat de cette méthode présente l’avantage considérable de pouvoir décomposer le relevé en autant de calques qu’il y a d’étapes de mise en couleur, et de séparer les différents types de données. On pourra facilement ne visualiser que les blasons dans leur état initial, sans les interventions postérieures qui perturbent la lecture. Le relevé rendra visible ce que l’usure et la distance des parois ne permettent plus de voir. Il facilitera la lecture archéologique par la décomposition stratigraphique des peintures en donnant la possibilité de les reproduire à taille réelle.

La réalisation des relevés n’est pas systématique, le choix de scènes se fait dans le but d’une meilleure compréhension iconographique ou d’une meilleure lecture des scènes très effacées par le temps, c’est pourquoi nous avons également relevé une Vierge à l’Enfant XVème siècle presque disparue. Néanmoins, pour les scènes n’ayant pas été relevées, une fiche analytique a été élaborée afin de constituer une grille d’observations permettant de compléter l’étude dans son ensemble et de mieux comprendre les changements relatifs aux décors picturaux.

Une campagne de photos a également été réalisée par Eva Avril , celle-ci viendra s’ajouter aux clichés pris en 1998 (avant restauration), compléter la collection de la photothèque du CESCM et enrichir la Base Romane.


 

Les partages héraldiques au Moyen Age, réflexions et perspectives

Hablot(2013-06-20)Les 11 et 12 juin dernier se sont tenues à Poitiers les 3e journées d’études héraldiques consacrées cette année au thème des partages héraldiques. Une quinzaine de chercheurs européens, comptant parmi les meilleurs spécialistes actuels, se sont retrouvés pour confronter leurs analyses des diverses situations qui conduisent un même individu à porter dans ses armoiries celles conjointes de sa famille et d’un tiers : armes d’alliance matrimoniale, de fonction religieuse ou civile, d’affiliation politique ou communale, de prétention, mémoire d’une affinité vassalique, militaire, d’un lignage de la parentèle, distinction honorable, etc.La richesse des communications et des échanges a permis de souligner un certain nombre de points essentiels à la compréhension de ce phénomène qui concerne près de 10% des armoiries des XIVe et XVe siècle.

Cette rencontre a notamment confirmé l’étendue du sujet, la diffusion de la pratique et sa relative cohérence chronologique. Ces partages sont le reflet d’un système sémiologique parvenu à maturité, de sa volonté et de sa capacité de répondre aux besoins des hommes de ce temps en matière de représentation sociale et politique. Cette richesse et cette diversité imposent toutefois l’élaboration de définitions claires des situations de partages qui manquent encore à la science héraldique

Ces cas de partages révèlent également l’incroyable souplesse du système du blason qui joue littéralement avec les infinies possibilités d’un type de signes pourtant extrêmement codifié et encadré par des règles. Loin de traduire la sclérose de l’héraldique couramment dénoncée, ces partages en révèlent l’incroyable créativité. Cette inventivité impose toutefois à ses interprètes modernes de posséder un « œil » particulièrement exercé qui leur permettra d’identifier et de traduire les multiples combinaisons. Ces partages, parfois si subtils, confirment qu’il existe bien une véritable culture héraldique, un langage dont les contemporains ont dû plus ou moins maîtriser les clefs dans la mesure où ils étaient alors en totale immersion dans ce monde héraldique que nous nous efforçons de percevoir aujourd’hui.

Toutefois la variété des cas de figures présentés n’interdit pas de souligner un certain nombre de constantes. Ces partages ont à l’évidence comme fonction d’augmenter le caractère honorable des armoiries portées. Ils exposent publiquement un pouvoir, des droits – réellement exercé ou seulement revendiqués – une fonction honorable, un événement glorieux, une ascendance illustre, une affinité prestigieuse. C’est un outil de valorisation avant tout, une surenchère de l’honneur déjà contenu dans les armoiries. De ce fait ces combinaisons sont étroitement liées à la mémoire et contribuent à renouveler ou à susciter une lecture symbolique de ce signe emblématique. On ne doit donc pas s’étonner des nombreuses légendes familiales venues se greffer à l’époque moderne sur ces armoiries partagées.

Ces partages sont là pour nous questionner sur leurs raisons d’être et nous avons tenté, durant ces deux jours, de répondre de notre mieux à ce séduisant appel. Nous espérons vivement qu’une prochaine publication permettra au plus grand nombre de partager ces réflexions héraldiques !