Archives par mot-clé : architecture religieuse

Le baptistère Saint-Jean de Poitiers

BaptistèreB. Boissavit-Camus

Le baptistère Saint-Jean de Poitiers : De l’édifice à l’histoire urbaine

Turnhout : Brepols, 2014, 520 p.

(Bibliothèque de l’Antiquité Tardive, 26)

ISBN: 978-2-503-54831-9

Préface de Charles Bonnet, contributions de Brigitte Boissavit-Camus, Jean-François Reynaud, Stéphane Buttnër, Anne Flammin, Serge Dalle, Laurent Prysmicki, Annie Blanc, Nadine Rouquet et de Michel Rérolle. Collaboration de Marie-Thérèse Camus et de Jean-François Amelot.

En 1995, une équipe pluridisciplinaire a entrepris de revoir, grâce à un examen minutieux des maçonneries et des vestiges archéologiques, l’architecture, le décor et la chronologie du baptistère de Poitiers. L’ouvrage rend compte à travers diverses contributions des résultats de ce programme. Ces derniers modifiant les interprétations admises à la suite des fouilles du père de La Croix (1903) puis de François Eygun (1964), leur diffusion nécessite d’évoquer l’histoire des recherches sur l’édifice et sur la place qui fut la sienne dans l’histoire de l’art chrétien du haut Moyen Age occidental, et de les confronter, in fine, à l’état actuel de la recherche sur les baptistères. Les conditions topographiques et urbaines de l’implantation et de l’évolution de l’édifice au sein du groupe épiscopal sont aussi abordées, en particulier grâce à la découverte, dans les années 1980, de vestiges appartenant à l’ecclesia et à la domus ecclesiae.

Le baptistère conservé a été construit au Ve s., à l’emplacement d’une salle baptismale aménagée dans une domus située à l’est de la cathédrale primitive. Au VIe s., son plan est progressivement modifié, individualisant mieux les différents espaces intérieurs. Au VIIe s., une campagne d’embellissement architectural transforme son aspect, avec, entre autre, la pose des parements en petit appareil allongé et la mise en scène du décor sculpté. Les travaux de la période carolingienne semblent liés à l’adaptation de l’édifice aux évolutions liturgiques et ecclésiales. La reconstruction du XIe s. fixe sa physionomie définitive avec la reconstruction de la salle occidentale et la pose de peintures de qualité. Ces travaux, alors que le sacrement du baptême était transféré aux paroisses urbaines et que l’édifice était désormais éloigné de la cathédrale, montrent la volonté de l’Église de Poitiers de maintenir le souvenir de sa fonction initiale, exprimé symboliquement jusqu’au XVIIe s, et de garder un lien fort avec le dernier édifice en élévation du vieil episcopium. Après la Révolution, l’édifice fut sauvé de la destruction grâce à l’action des érudits locaux, de la Société des Antiquaires de l’Ouest et de personnalités parisiennes comme Lenoir ou Mérimée. Racheté par l’État, il devient alors un objet scientifique, un bien patrimonial et une structure muséale ; une histoire récente dont témoignent restaurations et fouilles.

Brigitte Boissavit-Camus a fait ses études à Poitiers. Elle est titulaire d’une thèse soutenue en 2001 à l’Université de Tours, sur la formation et les transformations du quartier épiscopal de Poitiers entre le IVe et le XIIe s. De 1985 à 2002, c’est une archéologue du ministère de la Culture, comme ingénieure au Service régional de l’archéologie de Poitiers, puis comme directrice du Centre national d’archéologie urbaine de Tours. Depuis 2002, elle enseigne à l’Université de Paris-Ouest, Nanterre la Défense, comme maitre de conférences, et a obtenu son habilitation à diriger les recherches en 2012. Elle est membre de l’UMR 7041, Archéologie des Sciences de l’Antiquité, équipe THEMAM (Nanterre).

Esperanza, doctorante espagnole en histoire de l’art

Esperanza de los Reyes est étudiante espagnole en doctorat d’histoire de l’art, elle est au CESCM pour 2 mois.

Cliché V. Ernst-Maillet/CESCM
Cliché V. Ernst-Maillet/CESCM

Bonjour Esperanza, vous êtes étudiante, parlez-nous de votre sujet d’étude :

Je suis intéressée par l’art roman et travaille sur l’architecture religieuse médiévale, plus spécifiquement sur les cathédrales et le patronage épiscopal aux XIIème et XIIIème siècles dans les diocèses de Salamanque et Zamora (Espagne). Je travaille sur ces questions au sein du groupe de recherche HAR 2010-19480 “El patronazgo artístico regio en el territorio castellanoleonés. El papel del clero (1050-1200)” (“Le royal patronage de l’art en territoire castellanoleonés. Le rôle du clergé (1050-1200)”. Cette étude entend situer ces cathédrales dans leur contexte historique, artistique et religieux, et, surtout, permettre d’identifier le rôle spécifique des évêques dans la construction de ces édifices.

Parlez-nous de votre venue à Poitiers, pourquoi ce choix ?

Je bénéficie d’une bourse de recherche pour 4 ans, financée par le Ministère de l’Économie et la Concurrence du gouvernement espagnol, au Département d’Histoire de l’Art de la Faculté de Philosophie et Lettres de l’Université de León. Je suis aussi membre depuis 2012, de l’Instituto de Estudios Medievales appartenant à cette université. J’effectue mon séjour au sein du CESCM de Poitiers du 4 juin au 4 août 2014 sous l’encadrement de  Monsieur Éric Palazzo. Je vais travailler sur les interactions artistiques entre certaines régions de France et les cathédrales, qui sont l’objet de mon étude. J’essaierai également de retracer, si possible, la piste de certains évêques originaire de France et ayant exercé leur charge au sein du territoire que j’étudie.

Quelle sont vos attentes pendant ce séjour ?

Je pense que mon séjour au CESCM sera une étape essentielle dans mon plan de travail. Je suis en effet convaincue que les informations que je pourrai trouver dans votre centre de recherche, et plus particulièrement à la photothèque du Pôle documentaire et la formation dispensée par votre université seront des atouts majeurs pour ma thèse. J’espère avoir l’occasion de voyager dans différents départements français afin d’élargir mes connaissances de l’architecture et de l’art roman, et enrichir la partie comparative (des aspects constructifs, formels, et stylistiques, entre autres) de mes études. Finalement, je veux aussi pouvoir échanger mes idées avec les médiévistes du CESCM et améliorer ma pratique des langues étrangères : ma participation aux Semaines d’Études Médiévales sont une opportunité pour de telles rencontres.

 Avec l’aimable relecture de Vincent Debiais (chargé de recherche au CNRS)

La basilica di Sant’Ambrogio a Milano

41203-3sl  Tancredi Bella

 La basilica di Sant’Ambrogio a Milano. L’opera inedita di Fernand De Dartein

 Milan : JacaBook, 2014. – 227 p. (Arte)

 ISBN : 978-88-16-41203-3

 _______________________________________________
Nell’effervescente contesto culturale del secondo XIX secolo, la coscienza nazionale dell’Italia unificata riscopriva la propria identità storica e le radici artistiche; si incrementavano i cantieri di scavo archeologico e di ripristino architettonico: fra i più emblematici quello di Sant’Ambrogio a Milano. In quest’orizzonte, l’ingegnere francese Fernand de Dartein (1838-1912) redigeva l’Étude sur l’architecture lombarde et sur les origines de l’architecture romano-byzantine, prima e colossale indagine sul romanico in Lombardia, e svolgeva i suoi sopralluoghi alla basilica, documentati da schizzi, disegni e planches acquerellate preparatorie alle incisioni. A cent’anni dalla morte dello studioso francese, questa ricerca ne ricostruisce l’indagine e riesamina alcune questioni problematiche, cronologiche e strutturali, riconsiderando come la basilica di Sant’Ambrogio nell’Ottocento abbia avuto nuova vita e sia diventata la basilica che oggi conosciamo.

Dans le contexte d’effervescence culturelle de la fin du XIXe siècle, l’Italie unifiée du point de vue politique, redécouvre sa propre identité historique et ses racines artistiques : les sites de restauration architecturale et archéologiques augmentent, l’un des plus emblématiques étant celui de l’église de Saint-Ambroise à Milan. Dans cet horizon , l’ingénieur français Fernand de Dartein (Strasbourg 1838 – Paris 1912) rédige son Étude sur l’architecture lombarde, première et colossale oeuvre d’une monographie scientifique sur l’art roman en Lombardie et plus largement dans le nord de l’Italie ;  il effectue des voyages à Milan et sur le chantier de restauration de Saint-Ambroise – documenté par des croquis sur des carnets, des dessins et des plaques aquarellées, en préparation aux gravures – et entretient de nombreuses correspondances avec les architectes et les restaurateurs de Milan.

Cent ans après sa mort, on essaye de reconstruire le processus de recherche de Dartein et son interprétation de l’église médiévale de Saint-Ambroise, sur la base d’extraordinaires documents d’archives : il s’agit d’un corpus de dessins et de notations de grande importance, pour la plupart inédites, fournissant des sujets innovants et utiles pour examiner certaines questions problématiques, du point de vue historique et architectonique, liées à la structure présumée romane de l’édifice, et permettant ainsi de reconsidérer la décoration monumentale ; il s’ensuit une mise à jour des connaissances de l’histoire de l’art et de l’architecture, avec une attention particulière pour le chevet et à la partie ouest de l’église (façade et clochers), ainsi que les systèmes de toiture et les techniques de construction, et les pratiques de restauration du XIXe siècle.

D’un jugement à l’autre. La représentation du jugement immédiat dans les Jugements derniers français : 1100-1250

couv003
Brepols

 Marcello Angheben

 D’un jugement à l’autre. La représentation du jugement immédiat

 Turnhout : Brepols, 2013. – 686 p. (Culture et société médiévales – CSM, 25)

 ISBN: 978-2-503-54764-0

 
 
Cette série d’analyses monographiques détaillées et originales offre un panorama très complet des Jugements derniers français mis en œuvre entre 1100 et 1250.
[4e de couv.] Au moment où le thème du Jugement dernier a connu un essor sans précédent, on a régulièrement associé aux événements de la fin des temps une représentation du jugement immédiat, celui qui se déroule après la mort. La pensée chrétienne considère qu’après avoir quitté leur corps, les âmes font l’objet d’une première évaluation au terme de laquelle elles sont conduites dans des séjours temporaires : le paradis d’attente pour les élus, l’enfer pour les damnés. À la fin des temps, ces âmes séparées s’unissent à leur corps ressuscité, elles sont jugées une seconde fois et les élus sont conduits dans le royaume des cieux où ils peuvent enfin jouir de la vision béatifique.

La présence du jugement immédiat ou du paradis d’attente peut être montrée pour une série de Jugements derniers français dont certains comptent parmi les œuvres les plus significatives de la production sculpturale des XIIe-XIIIe siècles : les portails de Mâcon, Conques, Saint-Denis, Chartres et Reims, deux chapiteaux de Saint-Nectaire et le Psautier de Marguerite de Bourgogne. Cette lecture inédite implique que l’Église se préoccupait autant du salut des âmes que des fins dernières, probablement parce que c’est dans le temps présent qu’elle pouvait intervenir efficacement en faveur des défunts en administrant les suffrages : prières, aumônes et messes.

Ce livre développe les fondements textuels et iconographiques de cette lecture en abordant successivement le thème du jugement immédiat et chacune des œuvres interprétables dans la perspective du double jugement. Ont également été abordées plusieurs représentations isolées du Jugement dernier dont l’iconographie éclaire le sens des autres compositions: Autun, Laon, Paris et Amiens. Cette série d’analyses monographiques détaillées et originales offre un panorama très complet des Jugements derniers français mis en œuvre entre 1100 et 1250.

__________________________________________________

Marcello Angheben est maître de conférences habilité en histoire de l’art à l’Université de Poitiers et membre du Centre d’Études Supérieures de Civilisation Médiévale.

Collection dirigée par Édina Bozoky.
Membres du comité de lecture : Claude Andrault-Schmitt, Anne-Marie Legaré, Marie Anne Polo de Beaulieu et Jean-Jacques Vincensini

Collection publiée par les Éditions Brepols