Archives par mot-clé : architecture gothique

Séance publique consacrée à une monographie collective au Musée de Cluny à Paris (8 octobre 2014)

Séance publique consacrée à une monographie collective au Musée de Cluny à Paris (8 octobre 2014) : La cathédrale Saint-Pierre de Poitiers. Enquêtes croisées, sous la direction de Claude Andrault-Schmitt.

Enquêtes croisées Les Amis du Musée de Cluny à Paris organisaient, mercredi 8 octobre 2014 à 18h30, une séance présentant l’ouvrage dirigé par Claude Andrault-Schmitt relatif à la cathédrale Saint-Pierre de Poitiers, paru en 2013 aux éditions Geste1. Ce rendez-vous s’est déroulé en la salle Notre-Dame, au sein de cette institution culturelle parisienne chère aux médiévistes. Devant un auditoire constitué d’une quarantaine de personnes, Philippe Plagnieux, professeur d’histoire de l’art médiéval à l’Université de Franche-Comté et à l’École des Chartes, a dirigé la rencontre pendant une heure.

La lecture de cette monographie permet de connaître dans les détails de nombreux aspects de cet emblématique monument poitevin à l’époque gothique. L’ouvrage est le fruit d’une œuvre collective de vingt-six auteurs, et c’est ce qui forme le caractère innovant de cette importante entreprise scientifique et éditoriale aux multiples approches et domaines. L’objectif de la soirée était de savoir comment consacrer collectivement et avec succès un ouvrage à un édifice, en l’occurrence ici une cathédrale conçue et construite au Moyen Age. Philippe Plagnieux a précisé que ce n’était pas la première fois qu’une équipe pluridisciplinaire était constituée pour créer cet apport scientifique sur ce type de monument. Mais il a estimé que ce travail scientifique orchestré par Claude Andrault-Schmitt sur la cathédrale de Poitiers est un véritable dialogue entre tous les auteurs de ce livre qui ont œuvré collectivement, en s’échangeant les résultats de leurs travaux respectifs sur l’édifice. Le lecteur passe aisément d’un chapitre à l’autre grâce aux transitions réalisées de façon claire et pertinente. Trois invités ont ensuite présenté successivement le livre : sa coordinatrice, une spécialiste de l’histoire de l’art médiéval qui a contribué à sa rédaction et un conservateur du patrimoine ayant consacré un ouvrage à la cathédrale de Bourges.

Invitée à s’exprimer, Claude Andrault-Schmitt a précisé que le travail interdisciplinaire en équipe existe depuis longtemps au Centre d’Etudes Supérieures de Civilisation Médiévale (CESCM) de Poitiers. Cette réflexion collective a déjà été entreprise au sein de l’ouvrage qu’elle a codirigé avec Marie-Thérèse Camus concernant l’église Notre-Dame-la-Grande de Poitiers, publié à Paris par Picard en 20022, en lien avec le CESCM. Elle estime que si la monographie collective est un idéal, ce type de travail ne peut pas être réalisé pour toutes les cathédrales françaises (c’est le cas notamment pour celle de Reims) et il ne permet pas d’être exhaustif.

Précisant au public que le CESCM est spécialisé dans le recensement et l’étude des inscriptions médiévales en France, Claude Andrault-Schmitt a cependant indiqué qu’il n’existe aucun document original relatant la construction de la cathédrale Saint-Pierre de Poitiers. Des marqueurs temporels ont néanmoins été retrouvés sur le bâtiment en lui-même. Ainsi, la clé de la première voûte achevée portant la date de 1167, cette datation permet de savoir que les fondations du monument ont été posées environ douze ans auparavant (en se référant à ce qui se passe pour d’autres cathédrales au même moment), c’est-à-dire vers 1155. L’important contexte intellectuel de l’époque de son édification est notamment illustré par les évêques poitevins Gilbert de La Porrée (1142-1162) puis son successeur Jean de Canterbury dit Bellesmains (1162-1182). Les marques sur les pierres et les charpentes, notamment celles laissées par les outils, mais aussi les inscriptions peintes, sont multiples. L’iconographie de la cathédrale est d’ailleurs très riche et variée. Une fouille archéologique complète des combles a été entreprise pour la première fois. Plusieurs découvertes importantes ont été réalisées à partir des nombreux clichés réalisés au cours de ce labeur qui a duré cinq ans (de 2008 à 2013). Durant cette période, les chercheurs ont régulièrement discuté entre eux sur l’avancement de leurs travaux respectifs sur l’édifice, et des bilans d’étapes consacrés à ce sujet ont été présentés à Poitiers lors de manifestations scientifiques ou de conférences destinées à un plus large public.

Cliché E. Avril/CESCM
Cliché E. Avril/CESCM  

L’intervention de Claude Andrault-Schmitt était illustrée par de nombreux clichés et par la table des matières de l’ouvrage. Nous nous permettons de rappeler ici l’interview de Claude Andrault-Schmitt réalisée par Vanessa Ernst-Maillet, pour les carnets du CESCM, lors de la parution de l’ouvrage en décembre dernier.

La parole a ensuite été donnée à Éliane Vergnolle, professeur honoraire d’histoire de l’art médiéval à l’Université de Franche-Comté. Cette spécialiste de l’art roman en France a consacré un important ouvrage publié aux éditions Flammarion à Paris en 19983. Dans le livre dirigé par Claude Andrault-Schmitt, elle est l’auteur d’une contribution très synthétique de quatre pages sur la taille des pierres de la cathédrale de Poitiers. Il est impossible d’avoir une analyse complète de cet aspect pour tout le monument, étant donné sa taille. Aucune évolution dans les techniques de taille de pierre ne peut être observée pendant toute la durée du chantier, c’est-à-dire au cours de plusieurs siècles. Le monument présente un important aspect homogène qui est un choix de l’architecte initial. La pierre a été extraite des carrières entourant la ville. Éliane Vergnolle a été très heureuse d’être associée à cet ouvrage. Le mode de travail en équipe était vraiment inédit dans cette ampleur grâce à ses membres dynamiques et soudés. Jeunes chercheurs et chercheurs confirmés ont pu s’exprimer sur un pied d’égalité, ce qui était très stimulant. Les discussions entre eux ont été fructueuses.

Béatrice de Chancel s’est ensuite exprimée. Conservateur du patrimoine, actuelle pensionnaire à l’Institut National d’Histoire de l’Art, elle a réalisé une monographie sur la cathédrale Saint-Etienne de Bourges, publiée en 2008 aux éditions Faton à Dijon sous forme de dictionnaire4. Seul auteur à l’écrire, elle a présenté son ouvrage comme elle le souhaitait. Elle salue l’approche pluridisciplinaire mise en place pour le livre sur la cathédrale de Poitiers, soulignant l’intervention de la DRAC et des Monuments historiques, et des différents spécialistes qui ont tous contribué au succès de ce travail.

Plusieurs questions ont ensuite été posées. Claude Andrault-Schmitt a notamment répondu qu’aucune étude ne peut plus être faite sur les objets médiévaux de la cathédrale de Poitiers. Ceux-ci ont en effet été détruits par les troupes protestantes qui ont occupé la ville au cours du printemps puis de l’été 1562. Ils sont seulement connus par le procès-verbal les recensant, lequel a été dressé après le départ des soldats huguenots. Richesse pour l’historien, ce document a été conservé.

Il s’agissait de la deuxième manifestation organisée par les Amis du Musée de Cluny en ce début d’année à propos de cet ouvrage pour lequel Claude Andrault-Schmitt a reçu le prix spécial du jury La Dame à la Licorne ; il lui a été remis le 23 septembre au sein du même lieu. Une présentation des résultats des fouilles archéologiques en cours à Poitiers suivra, le 11 février prochain. Ces événements contribuent à présenter le riche passé médiéval de la cité pictave au public parisien.

 

 

  1. ANDRAULT-SCHMITT, Cl., La cathédrale Saint-Pierre de Poitiers : enquêtes croisées, la Crèche, Geste éditions, 2013, 407 p. []
  2. CAMUS M.-Th., ANDRAULT-SCHMITT Cl., Notre-Dame-la-Grande de Poitiers : l’oeuvre romane, Paris-Poitiers, Picard-CESCM-Univ. de Poitiers, 2002, 344 p. []
  3. VERGNOLLE É, L’art roman en France : architecture, sculpture, peinture, Paris, Flammarion, 1998, 383 p. []
  4. CHANCEL-BARTHELOT, B. de, Dictionnaire de la cathédrale de Bourges : suivi d’un répertoire des saints dans la cathédrale, Dijon, Faton, 20087, 239 p. []

[6 mai 2014] Le Portail Royal de la cathédrale de Bordeaux

Cliché Markus Schlicht
Cliché Markus Schlicht 

Le Portail Royal, construit et sculpté aux alentours de 1250, est l’entrée principale de la cathédrale Saint-André de Bordeaux. Emprunté lors des Entrées solennelles, il est orné d’un abondant décor sculpté, souvent de très haute qualité.

Le portail constitue un jalon essentiel de la sculpture gothique dans le Sud-Ouest, et il est probablement le premier à introduire le langage formel des grands chantiers du Nord de la France (Paris, Amiens, Reims, mais aussi Bourges) dans la région. Sa meilleure connaissance est un préalable nécessaire à toute étude menée sur les portails gothiques aquitains (Bazas, Bayonne, Dax, etc.).

Le Portail Royal a bénéficié d’une restauration (2011-2013) qui lui a rendu toute sa lisibilité. Il est dorénavant possible de réévaluer la place de cette œuvre dans la production sculptée française du XIIIe siècle.

La Journée d’études du 6 mai 2014, se propose de dresser un premier bilan des recherches récentes. Elle aborde un spectre large de questions. Seront examinés non seulement le portail proprement dit, son architecture, sa sculpture et sa mise en couleur, mais aussi des questions plus globales, comme les modalités de transmission des modèles.

Enfin, il s’agira d’envisager aussi l’histoire du portail dans la longue durée, telle que la révèlent les données archéologiques et archivistiques, les travaux de restauration ou encore les pratiques contemporaines d’appropriation patrimoniale.

sous la responsabilité scientifique de Markus Schlicht, Chercheur au CNRS, Historien de l’art spécialiste de la fin du Moyen Âge (Centre d’études supérieures de civilisation médiévale, Poitiers)

Cliché Markus Schlicht
Cliché Markus Schlicht 

 

Programme  :

9h00 : Markus Schlicht et Claude Andrault-Schmitt, Introduction à la Journée d’Etudes

9h15 – 9h45 : Yves Blomme (PR, université catholique de l’Ouest, Angers), Le contexte architectural : l’intégration du Portail Royal dans la nef de la cathédrale

9h45 – 10h15 : Pierre Régaldo (IR SRA/ DRAC Aquitaine) et Natacha Sauvaître (archéologue, société Hadès), Les fouilles liées à l’ouverture du Portail Royal

10h15 -10h45 : Marcello Angheben (MCF HDR, université de Poitiers), Iconographie du Portail Royal (Jugement dernier)

11h00 – 11h30 : Peter Kurmann (PR émérite, université de Fribourg / Suisse), La sculpture française autour de 1250 – état actuel et perspectives de la recherche

11h30 – 12h00 : Fabienne Joubert (PR émérite, université Paris-IV Sorbonne), Pratiques de chantier : le transfert de modèles dessinés entre les portails de Bordeaux et de Bourges

Cliché Markus Schlicht
Cliché Markus Schlicht

14h00 -14h30 : Floréal Daniel (IR) et Aurélie Mounier (docteur, université Bordeaux Montaigne), Analyses physico-chimiques de la polychromie du Portail

14h30 -15h00 : Markus Schlicht (CR, CESCM), La restitution de la polychromie du portail Royal

15h00 – 15h30 : Renée Leulier (docteur, université Bordeaux Montaigne), Le Portail Royal à l’époque moderne et contemporaine

15h45 – 16h15 : Patrick Lemaître (IP, DRAC Aquitaine) et Louis Nicolas (Agence Goutal ACMH), Les campagnes de restauration et leur gestion

16h15 – 16h45 : Jessica de Bideran (docteur, université Bordeaux Montaigne), À propos des apôtres du Portail Royal : documentarisation et construction du discours de l’historien de l’art

 

 

Pour voir le programme

Enquêtes croisées : les coulisses de l’ouvrage collectif sur la cathédrale Saint-Pierre de Poitiers

Claude Andrault-Schmitt, pourquoi avoir choisi ce titre Enquêtes croisées ?

J’ai voulu créer une démarche différente de celle de la publication d’actes de colloques, en ne juxtaposant pas les contributions, mais en modulant chacune en fonction des autres, et en fonction des échanges par groupes avec les auteurs d’autre part.

Ve-03d
Clocheton sud et « gros clocher » (cliché Éva Avril/CESCM)

On peut parler d’enquêtes croisées car certaines opinions ont été modifiées en cours de route ; par exemple, des groupes de 5 ou 6 personnes sont montés plusieurs fois dans les combles, afin de comprendre quelle avait été l’intention du premier architecte pour la conception de la toiture : ce débat a donné lieu au chapitre 22, qui a été rediscuté sans arrêt par la suite. Les opérations d’archéologie des combles – la lecture de ces espaces a été mise en place par Marie-Thérèse Camus, et la démarche est en quelques sorte spécifique à l’équipe du CESCM «Le monument religieux et son décor » – ont elles aussi modifié les avis. Le chapitre 21 est quant à lui le résultat d’une analyse archéologique complète de la charpente avec relevés, je vous en reparlerai.

Il y a eu aussi des échanges entre auteurs : la note 3, p. 154 donne une idée des réflexions de bon sens qui ne nous apparaissent pas au premier abord.

Cb2-01
Voûtes orientales du vaisseau central dans les combles (cliché Éva Avril/CESCM)

J’avais écrit que les procédés de restauration des voûtes actuelles ne pouvaient révéler les techniques médiévales, en raison de la différence des outils et des matériaux, mais c’est aussi parce qu’une restauration ne concerne jamais qu’un compartiment de la voûte, qu’il faut donc étayer très fortement, alors qu’au moment de la construction on monte tout en même temps, assise après assise.

Enquêtes croisées parce que de nouveaux chapitres, non prévus à l’origine sont apparus, comme le chapitre 20 sur les gargouilles et le système d’évacuation des eaux de pluie.

Géographiquement aussi, car nous avons fait appel à des collègues angevins et lyonnais pour qu’ils présentent leurs propres monuments et que l’on échange sur ce qui se faisait à la même époque en matière d’édifices religieux à Angers ou Lyon (chap. 24 et 25).

BTsN-mN-Mo-02
Visage grimaçant du bras nord, mur nord
(cliché Éva Avril/CESCM)

Plusieurs chapitres sont collectifs, certains avec un auteur principal entouré de ceux qui l’ont aidé, c’est donc bien une enquête croisée. La collaboration s’exprime aussi dans les notes, avec des remerciements pour les idées avancées mais aussi quelques remarques qui montrent que le débat n’est pas clos …

À qui s’adresse cet ouvrage ?

C’est un projet attaché à une équipe scientifique, enregistré dans la programmation du CESCM depuis plus de 10 ans, mais pour lequel l’aspect grand public se devait d’être essentiel et se fait de deux façons :

J’ai d’une part préféré organiser régulièrement des journées d’études ouvertes au public – parmi lesquelles une journée à l’Espace Mendès France de Poitiers, sur les techniques de construction – plutôt qu’un colloque. Mon second souhait était de faire un bel objet, pas trop onéreux et c’est ce qui a été le plus difficile : faire « un beau livre » tout en essayant d’approfondir, objectif que je me suis d’ailleurs fixé pour l’écriture de mes précédents ouvrages sur Notre-Dame-la-Grande de Poitiers1 et Saint-Martial de Limoges2

Nous n’avons pu réaliser cet ouvrage que grâce à quelques financements complémentaires : la conservation régionale des monuments historiques (CRMH) de la Direction régionales des affaires culturelles (DRAC) du Poitou-Charentes et un mécénat de la Mutuelle de Poitiers. Je vous parlais en début d’entretien des relevés, CRMH est aussi intervenue pour financer les missions archéologiques et a profité du projet autant que des programmations de travaux de restauration pour commander des relevés lasergrammétiques (plans et coupes enfin justes) (chap. 1 et 14). Voir par exemple le relevé de façade page 123, qui est très parlant et passe bien à l’édition. C’est aussi par l’intervention des professionnels que l’on peut parler d’enquêtes croisées.

Vous disiez précédemment que le débat n’est pas clos, on a une réelle impression de travail évolutif, de « work in progress » lorsque vous nous parlez de cet ouvrage :

Atlante entièrement peint (sud) (cliché Éva  Avril/CESCM)
Atlante entièrement peint (sud) (cliché Éva Avril/CESCM)

C’est vrai et l’enquête n’est pas finie. Par exemple, nous pensions il y a deux ans pouvoir publier les peintures murales du bras sud du transept, mais le calendrier de restauration n’a pas permis qu’elles soient dégagées (chap. 29). Un autre exemple concerne les vitraux (chap. 28), puisque le travail de ce chapitre s’est fait en même temps que l’enquête du Corpus vitrearum (UMR rattachée à Paris IV qui publie des inventaires et des monographies), sur les vitraux en Poitou-Charentes.

Nous avons de plus souhaité travailler avec des chercheurs confirmés mais aussi avec de jeunes chercheurs qui venaient de soutenir leur thèse et qui se sont vus confier un chapitre (chap. 32, 37 et 38). Cet ouvrage a été également l’occasion de publier le contenu de thèses inédites (chap. 5, 31 et 34).

Quels sont les liens avec l’axe de recherche que vous dirigez au CESCM ?

Parmi les 26 auteurs, 15 sont membres du CESCM. Cette entreprise est liée au projet « Le monument religieux et son décor », à l’intérieur de l’axe «  Territoires, monuments et techniques », avec des caractéristiques existant depuis les années 90 :

– l’intégration complète de jeunes chercheurs,

– une interdisciplinarité notoire,

– un intérêt particulier pour la lecture des combles,

– la collaboration avec des professionnels comme la CRMH et également l’architecte en chef des monuments historiques,

– la volonté de fournir de belles photos pour faire connaître les œuvres, grâce au travail d’Éva Avril pour ce qui concerne la cathédrale.

Il faut savoir que de nombreuses photos ont révélé des détails qu’on ne connaissait pas, soit pour les procédés de construction (chap. 18), soit pour découvrir de la peinture sur les clefs de voûte (chap. 36 et 37), soit pour faire ressortir des détails toujours à contre-jour en temps normal (chap. 30).

L’architecte (satlle) (cliché Éva Avril/CESCM)
L’architecte (stalle) (cliché Éva Avril/CESCM) 

À tel point où nous avons fait un chapitre sans texte (chap. 33) avec les clichés des sculptures non étudiées.

On peut préciser que les droits d’auteurs reviendront à l’association « Faire connaître les monuments médiévaux de l’Ouest », qui a avancé de petites sommes pour permettre les rencontres entre les auteurs, grâce aux droits d’auteurs touchés pour les précédentes publications sur Notre-Dame-la-Grande de Poitiers3 et la cathédrale de Tours4 : ainsi nous réinvestissons les (petits) bénéfices d’une opération dans la suivante.

En conclusion, je dirais que c’est une monographie, mais le sous-titre implique une originalité ; l’articulation des parties a été volontairement « provocatrice » dans l’ordre accordé aux chapitres. Et comme je le note dans l’introduction de l’ouvrage « … le sous-titre Enquêtes croisées est à prendre à la lettre. De nombreuses questions se sont entrechoquées au cours de discussions, dans le monument, autour d’une table ou par internet, avant même la relecture mutuelle des chapitres. Si bien que nous avons pris un grand plaisir à l’exercice. Il ne nous reste plus qu’à espérer qu’il soit partagé… »

  1. Claude ANDRAULT-SCHMITT et Marie-Thérèse CAMUS, Notre-Dame-la-Grande de Poitiers, Paris : Picard, Poitiers, CESCM, 2002,344 p. []
  2. Claude ANDRAULT-SCHMITT, Saint-Martial de Limoges : ambition politique et production culturelle, Xe-XIIIe siècles, actes du colloque tenu à Poitiers et Limoges du 26 au 28 mai 2005 au CESCM, Limoges : PULIM, 545 p. []
  3. Claude ANDRAULT-SCHMITT et Marie-Thérèse CAMUS, Notre-Dame-la-Grande de Poitiers, ibid. []
  4. Claude ANDRAULT-SCHMITT, La cathédrale de Tours, La Crèche : Geste éditions, 2010, 291 p. []

La cathédrale Saint-Pierre. Enquêtes croisées

couv_Cathedrale_Poitiers-b5ca6Ouvrage collectif, sous la direction de Claude Andrault-Schmitt

La cathédrale Saint-Pierre. Enquêtes croisées

Niort : Geste éditons, 2013 – 408 pages

ISBN : 978-2-36746-156-4

 

[4e de couv.]

Résolument pluridisciplinaire, cette monographie de la cathédrale gothique de Poitiers réunit des enquêtes lancées depuis plusieurs années au Centre d’études supérieures de civilisation médiévale (UMR 7302, université de Poitiers/CNRS). Issu des interrogations actuelles sur les chantiers médiévaux, appuyé sur des campagnes photographiques qui ont dévoilé des détails insoupçonnés, l’ouvrage explore des domaines aussi divers que l’architecture, la mise en œuvre des parois et des voûtes, les marques lapidaires, la charpente, les stalles, les vitraux, la peinture, la sculpture… De sa genèse à sa publication, il s’est enrichi d’échanges et de discussions « croisées » entre spécialistes de sensibilité différente et s’inscrit naturellement dans le présent de la recherche et des découvertes.

Les chapitres sont regroupés en neuf parties. Chacune est introduite par une présentation résumant questions, hypothèses et conclusions, si bien que le lecteur pourra choisir telle ou telle séquence : espérons que, chemin faisant, il sera tenté par l’ensemble des analyses qui soulignent l’intérêt exceptionnel de cet édifice singulier.

Claude Andrault-Schmitt est professeure d’histoire de l’art médiéval à l’université de Poitiers. Elle dirige au Centre d’études supérieures de civilisation médiévale l’axe de recherche Territoires, monuments et techniques.

Entre autres articles et ouvrages sur l’art roman ou l’art gothique, elle a publié récemment, chez le même éditeur, La cathédrale de Tours1

Les principaux Auteurs :

Claude Andrault-Schmitt, Marcello Angheben, Sébastien Biay, Yves Blomme, Brigitte Boissavit-Camus, Karine Boulanger, Marie-Thérèse Camus, Vincent Debiais, Frédéric Épaud, Robert Favreau, Bénédicte Fillion-Braguet, Yves Gallet, Laurent Hablot, Claudine Landry-Delcroix, Fabrice Mandon, Chiara Piccinini, Bertrand Pilot, Daniel Prigent, Nicolas Reveyron, Markus Schlicht, Cécile Treffort, Eliane Vergnolle

 

  1. ANDRAULT-SCHMITT Claude, La Cathédrale de Tours, Niort : Geste éditions, 2010, 291 p []

Habilitation à diriger des recherches d’Yves Gallet, CESCM (2 décembre 2013)

Le lundi 2 décembre 2013, entre 14h et 18h30, Salle des Actes (Faculté des Sciences humaines et Arts de l’Université de Poitiers), Yves Gallet, maître de conférences à Quimper et chercheur au CESCM, a présenté ses travaux en vue d’une HDR.

Le candidat a entamé sa présentation avec un plaisant récit de Georges Duby sur la forme et le déroulement d’une soutenance de thèse, sans prendre à son compte toutefois la pointe d’amertume qu’on peut y relever. Il l’a terminée en relevant l’avantage de l’exercice : lui permettre d’encadrer les travaux des étudiants et jeunes chercheurs.

strasbourg
Cathédrale de Strasbourg, facade côté sud
(Cliché Yves Gallet)

Claude Andrault-Schmitt, professeure d’Histoire de l’art médiévale à Poitiers et « garante », a souligné toute l’ambiguïté de ce titre et retracé les étapes de la carrière, brillante et étayée de publications (50 articles), d’engagements pédagogiques et administratifs, de directions d’ouvrages collectifs et journées d’études, d’activités au sein de réseaux internationaux. D’un point de vue scientifique, la colonne vertébrale de la recherche concerne L’architecture rayonnante, et particulièrement les productions postérieures à 1270, trop souvent négligées. Au sein d’une grand nombre de monographies de qualité, où la critique des sources et le processus comparatiste sont poussés à leur maximum rhétorique, il faut signaler un chapitre synthétique, étoffé, de l’ouvrage dirigé par Philippe Plagnieux, L’art du Moyen Âge1

On notera au passage la sortie prochaine aux Presses universitaires de Franche-Comté de la monographie de la cathédrale d’Évreux. Deux autres chantiers normands font l’objet d’un engagement spécifique et à long terme, parfois en collaboration avec les chercheurs du CESCM : l’abbaye de Jumièges et celle du Mont-Saint-Michel.

Mais c’est le mémoire inédit, consacré à Matthieu d’Arras (vers 1290 ? – 1352). Un maître d’œuvre français dans l’Europe gothique, qui a surtout retenu l’attention des autres membres du jury et suscité d’intéressants questionnements. Il s’agit d’une étude de l’œuvre du premier architecte de la cathédrale de Prague et de ses sources dans l’architecture gothique rayonnante en France (Avignon ? Narbonne ?) et dans l’Empire (Strasbourg et d’autres sites alsaciens) dans la première moitié du XIVe siècle. L’objectif de l’analyse est de montrer que Matthieu d’Arras, dont l’œuvre a longtemps été éclipsée par celle de son célèbre successeur, Peter Parler (1356-1399), fut lui-même un architecte de talent, novateur, et déjà sensible – comme le fut après lui Peter Parler – à une approche maniériste de l’architecture. C’est ainsi un éclairage neuf qui est projeté, par contrecoup, sur le milieu architectural dans lequel Matthieu d’Arras s’est formé : un milieu qui a dû être animé d’une vitalité persistante et où les architectes avaient dû conserver une capacité d’invention intacte.

Jean-Marie Moeglin, professeur d’Histoire à Paris-Sorbonne (Paris IV) et directeur d’études à l’EPHE, Philippe Plagnieux, professeur d’Histoire de l’art médiéval à l’Université de Franche-Comté et à l’École nationale des Chartes, Klára Benešovská, directrice du département d’art médiéval à l’Institut d’Art de Prague (et ancienne stagiaire du CESCM…), Christian Freigang, professeur d’Histoire de l’art médiéval (architecture) à l’université de Berlin, Philippe Araguas, professeur d’Histoire de l’art médiéval à Bordeaux 3 et président du jury, ont soulevé les questions essentielles qui se posent à tout spécialiste du domaine, en guise d’approfondissement aux pistes largement développées par le candidat.

Ainsi a-t-on parlé des relations entre le roi Charles IV de Bohême et le futur pape Clément VI, de la signification politique des choix formels, de la réalité des voyages de formation des architectes d’un chantier majeur à un autre chantier majeur, de la fameuse « signature personnelle » de l’artiste ou plutôt de son absence, de l’importance des dessins dans la « mémoire » de l’architecte qui peut certainement en partie s’en passer, du poids du commanditaire, des liens plus étroits qu’on ne le pense entre rayonnant du sud de la France et rayonnant de l’Empire ou d’Angleterre, de la notion de modernité autour de laquelle nous brodons avec beaucoup d’anachronisme, de l’existence d’un courant sévère ou « minimaliste », du rôle de monuments disparus ou en partie disparus comme le couvent des Bernardins à Paris…

Toutes ces interrogations irriguent évidemment ce qui apparaît comme une véritable « biographie » d’architecte, laquelle sera à parution la première au point de vue chronologique. Bien sûr, manqueront toujours les détails les plus personnels, et on ne peut s’appuyer que sur quelques inscriptions et le « style » même des réalisations, notamment les virtuosités comme l’escalier à double révolution, la clef de voûte pendante, les pinacles traversants des contreforts et autres détails séduisants pour qui sait regarder.

A la fin du débat, le jury a accordé l’Habilitation à diriger des recherches, en ajoutant à titre oral et privé de chaleureuses félicitations.

  1. Philippe Plagnieux, L’art du Moyen Âge en France, Paris : Citadelles & Mazenod, 2010 (L’art et les grandes civilisations, 40), 599 p []