Archives par mot-clé : Archéologie médiévale

[11 décembre 2014] Actualités de la recherche en archéologie castrale

Séminaire d’archéologie antique et médiévale – Master 2 Civilisation, histoire, patrimoine, sources

Organisé par Nicolas Prouteau

 

Date : Jeudi 11 décembre de 9h30 à 17h

Lieu : Salle Crozet – CESCM, Hôtel Berthelot – 24 rue de la Chaîne – Poitiers

IMG_6942
Cliché Nicolas Michon

Programme :

• 9 h 30 – Introduction

• 9 h 50 – Matteo Ferrari (Post-Doc CESCM) : « Des armes au château. Réflexions en marge d’un recensement des décors armoriés en contexte castral dans la Vienne ».

• 10 h 20 – Joseph Mastrolorenzo (archéologue en architecture) :  « Évolution architecturale du château de Falaise, du XIe au XVIe siècle »

• 11 h – Nathalie Nicolas et Benjamin Michaudel (AFT Archéologie) : « Mission d’étude du bâti de l’aile des Preuses du château de Coucy (Aisne) : Premiers résultats ».

• 14 h – Teddy Bethus (Inrap Bretagne) : « La courtine nord du château de Talmont (Vendée) : éclairages récents sur les techniques de construction et la charpenterie au XIe siècle ».

• 14 h 40 – Jean-Paul Nibodeau et Jean-Philippe Baigl (Inrap GSO) : « Premières données archéologiques sur le château de Saintes (Charente-Maritime) ».

• 15 h 30 – Camille Dreillard (Univ. de Nantes) : « Les enceintes médiévales de Nantes (Loire-Atlantique) : un état de la question ».

• 16 h 00 – Didier Delhoume (SRA Poitou-Charentes), Nicolas Prouteau (Univ. de Poitiers), Patrick Bouvart (Hadès), Vivien Mathé (Univ. La Rochelle)  : « Projet Collectif de Recherches sur le château du Haut-Clairvaux (Vienne) : Bilan de la fouille programmée 2014 ».

Selon la disponibilité de certains intervenants, des aménagements sont susceptibles d’être réalisés au cours de la journée.

Voir l’affiche de la journée

[6 nov. 2014] : De Lemonum antique au Poitiers médiéval : 40 ans d’archéologie

Séminaire Archéologie de l’Antiquité et du moyen Âge – Master 2 Civilisations, Histoire, Patrimoine, Sources

Organisé par Frédéric GERBER (Inrap, HeRMA)

Des premiers sauvetages archéologiques des années 1970 aux fouilles préventives d’aujourd’hui, 40 ans se sont écoulés. Les informations collectées par les archéologues ont totalement renouvelé les connaissances sur l’histoire de la ville de Poitiers. Loin de renier l’héritage des Antiquaires du XIXe s. et celui des premiers historiens et archéologues du XXe s., les archéologues s’appuient également sur les données et découvertes anciennes pour étudier la morphogénèse de la ville. Si l’aspect de Lemonum, l’oppidum des Pictons, reste toujours difficile à décrire, la ville antique commence à être cernée dans les grandes lignes de son organisation spatiale, dans l’aspect de ses rues, son cadre monumental, son habitat, son confort, ses habitants, leurs animaux, etc. L’archéologie nous renseigne également sur la vie religieuse et les rites funéraires. Le Poitiers antique semble disparaître avec l’érection de son castrum entre la fin du IIIe s. et les premières décennies du IVe s. Mais sûrement faut-il plutôt parler de mutation. Les fouilles récentes ont apporté également de nombreux aperçus sur la ville du haut Moyen Âge.Lemonum_visuel_180-1 (2)

Jeudi 6 novembre, 9h – 13h

Faculté des Sciences Humaines et Arts, Université de Poitiers

Hôtel Fumé, 8 rue René Descartes (Batiment E15) – Salle des Actes

Renseignements : 05.49.45.45.45

Plan d’accès et Flyer

Entrée libre, ouvert à tous

Serrures médiévales, VIIIe-XIIIe siècle

1392644491
Presses Universitaires de Rennes

 Mathieu Linlaud

 Serrures médiévales : VIIIe-XIIIe siècles

 Rennes : Presses Universitaires de Rennes, 2014. – 344 p. (Archéologie & Culture)

 ISBN : 978-2-7535-2903-8

À partir de sources archéologiques et iconographiques, cet ouvrage retrace l’évolution technique des serrures au Moyen Âge. Il présente des restitutions graphiques du fonctionnement des mécanismes et un nouveau classement typologique basé sur ces aspects techniques. Ces objets sont aussi un prétexte pour aborder et comprendre la société qui les a pensés, fabriqués, utilisés, améliorés, remplacés, jetés et représentés.

[4e de couv.] La société médiévale a usé de divers systèmes d’ouverture et de fermeture dans son ameublement et son architecture : serrures, charnières, cadenas, pentures. L’historiographie nous montre un sujet longtemps délaissé aux collectionneurs et amateurs de serrurerie et ferronnerie. Cette étude s’est employée à définir de nouveaux outils de recherche, entre autres avec la rédaction d’un glossaire faisant le point sur un vocabulaire d’une richesse sous-estimée. Le développement relativement récent de l’archéologie préventive a permis d’exhumer une quantité importante de données inédites. Ces nouvelles sources archéologiques – mais également iconographiques – ont été privilégiées afin d’essayer de retracer l’évolution technique de ces objets. Cette réappropriation du sujet passe, notamment, par des restitutions graphiques du fonctionnement des mécanismes et par un nouveau classement typologique qui délaisse l’histoire des formes pour se focaliser sur les aspects techniques. Ces objets ne sont qu’un prétexte pour aborder et comprendre la société qui les a pensés, fabriqués, utilisés, améliorés, remplacés, jetés et représentés. Il est également apparu que certains de ces objets – comme la clé – ont eu un rôle symbolique particulièrement fort.

Various opening and closing systems existed in medieval architecture and furniture: locks, hinges, padlocks, strap hinges. Historiography has neglected this subject for a long time, leaving it to metalwork collectors and locksmithing enthusiasts. This study has defined some new research tools, including the writing of a glossary revealing a French vocabulary of under-estimated richness. The relatively recent development of “preventive” archaeological operations has allow to study a large amount of unpublished data. In order to trace the technical development of these objects, emphasis was placed on archaeological and iconographic sources. This redefining of the subject is done with the aid of graphic reconstruction showing how these mechanisms worked, as well a new typological classification which puts the history of forms aside in order to focus on the technical aspects. These objects are a pretext to the understanding and examination of the medieval society that designed, manufactured, used, improved, replaced, discarded and depicted them. It also appears that some of these utilitarian objects had a strong symbolic function.

Avec une préface de Luc Bourgeois.

Avec le soutien de l’université de Poitiers et du Centre d’études supérieures de civilisation médiévale (CESCM UMR 7302).

Mathieu Linlaud est docteur en archéologie médiévale et chercheur associé du Centre d’études supérieures de civilisation médiévale (UMR 7302, Poitiers). Archéologue spécialiste du mobilier métallique médiéval, il étudie des objets issus de fouilles pour diverses structures.

Clôture des Semaines d’études médiévales avec la conférence de Luc Bourgeois

Cliché Jean-Pierre Brouard/CESCM
Cliché Jean-Pierre Brouard/CESCM

Luc Bourgeois, maître de conférences en archéologie médiévale à l’Université de Poitiers et membre du CESCM, aborde le sujet des objets caractéristiques du mode de vie des élites autour de la question « Des objets de distinction. Peut-on identifier les élites médiévales grâce au mobilier archéologique ? ».

Luc Bourgeois a choisi de centrer son analyse sur les habitats des élites fouillés dans le nord-ouest de l’Europe pour la période comprise entre le IXe et le XIIIe siècle. Il emploie le terme d’élite dans une acception assez large, moins réductrice que les concepts d’aristocratie ou de noblesse.

Luc Bourgeois relève que les recherches archéologiques récentes ont révélé la grande diversité et parfois la discrétion de l’habitat des élites. Il n’est plus possible désormais de réduire cette catégorie à des formes architecturales simples (la motte, la structure palatiale, la maison forte, etc.), ni de la déduire uniquement des sources écrites. Puisque les structures et les textes ne suffisent plus toujours à qualifier le niveau social des résidents et qu’une certaine diversité peut apparaître à l’intérieur de chaque site au cours de son histoire, il va s’agir désormais de s’appuyer plus couramment sur le mobilier pour tenter de qualifier le statut des habitats et l’évolution de celui-ci à travers le temps.

Les méthodes permettant cette approches demeurent en grande partie à construire. Si la multiplication des grands décapages au cours des dernières décennies a fortement renouvelé notre connaissance du plan des habitats médiévaux, cette approche extensive se fait au détriment de la collecte d’un mobilier représentatif. D’autre part, l’étude du matériel archéologique privilégie surtout la céramique, les monnaies et les études paléoenvironnementales, au détriment d’autres catégories de témoins qui constituent parfois de meilleurs marqueurs chronologiques et sociaux (les accessoires de vêtement, par exemple). Fournir des catalogues exhaustifs de mobilier lui parait constituer le préalable indispensable à toute analyse socio-économique qui ne soit pas bâtie sur des a priori.

Il plaide pour l’établissement de typologies élargies au-delà des vestiges archéologiques et qui intègreraient également les objets attestés à travers l’iconographie et les textes. Luc Bourgeois explique ensuite en quoi une telle approche permettrait de mieux évaluer la nature des collections étudiées et les biais taphonomiques qu’elles présentent. Elle inviterait aussi à mieux utiliser les notions de rareté et de luxe et à tenter d’approcher la hiérarchie des objets telle qu’elle était appréhendée au Moyen Âge. Enfin, elle amènerait à raisonner sur des systèmes techniques et non sur des fragments archéologiques, en d’autres termes sur le fonctionnement du harnais plutôt que sur la typologie des fragments de mors.

Après le traitement des données, qui pourrait donc être largement amélioré, vient l’étape de tous les dangers, celle de l’interprétation sociale du mobilier. La littérature archéologique entretient souvent l’idée que tel objet constitue un marqueur élitaire parce qu’il est unique ou rare dans la collection étudiée, ce qui ne prouve pas qu’il était précieux ou particulièrement symbolique pour ses propriétaires médiévaux. Un autre travers courant consiste à instituer une hiérarchie sociale sur la base d’une lecture fonctionnelle très conventionnelle du mobilier archéologique. En effet, les conceptions de la société médiévale plaquées sur les vestiges demeurent souvent grossières, utilisant souvent la théorie trifonctionelle, représentation de la société qui stérilise toute analyse. Et Luc Bourgeois va même plus loin : en utilisant ce cadre, l’archéologue s’interdit dès l’abord d’apporter des données originales – celles que fournissent ses sources – aux débats collectifs sur la stratification sociale, ou plutôt sur ce que nous pouvons en percevoir à travers la culture matérielle, c’est-à-dire la manière dont cette stratification est transcrite dans les apparences et les comportements mais aussi dans les niveaux de richesse. Certains concepts sociologiques, comme les Stände de Max Weber ou la distinction de Pierre Bourdieu, paraissent plus opératoires.

Luc Bourgeois esquisse ensuite un inventaire des différentes formes de distinction que peut illustrer le mobilier archéologique médiéval : différences qualitatives ou quantitatives, lois somptuaires et contrôle de l’innovation et de la production des objets de luxe, distinction par amélioration du commun, formes originales d’usage des objets dans l’espace, distinction privée opposée à la discrétion publique des « prétendants », etc. Il montre comment la hiérarchie des matériaux et des techniques connait des fluctuations importantes au fil des siècles, obligeant les élites à renouveler constamment les objets de distinction qui se sont vulgarisés.

Après ces quelques pistes permettant de lire des différences, il pose une dernière question : quels sont les acteurs que documentent les assemblages de mobilier archéologique que nous qualifions d’élitaires ? Luc Bourgeois tente de synthétiser les limites d’une l’approche purement archéologique par cette définition : « Chaque ensemble de mobilier ne révèle qu’une fraction de la culture matérielle d’un groupe d’habitants souvent hétérogène, perçue globalement sur plusieurs générations et illustrant presque exclusivement les activités masculines. »

À condition de disposer d’informations systématiques, l’apport de l’archéologie se limite donc à élaborer des grilles de lecture de la culture matérielle permettant de caractériser globalement des niveaux de richesse et de distinction, de mesurer l’évolution interne de chaque site ou de comparer différents habitats. À défaut de pouvoir écrire la biographie d’individus médiévaux, l’archéologue peut donc restituer la trajectoire sociale d’habitats et d’objets.

 Une belle leçon de méthode de Luc Bourgeois avant son départ pour l’Université de Caen à la rentrée prochaine