Archives par mot-clé : Archéologie

Résumés des conférences du colloque Stanford (24-26 avril)

Transferts culturels : France et Orient latin aux XIIe et XIIIe siècles. 24-26 avril 2019 / Cultural Transfers: France and the Latin East in the 12th-13th c. April 24-26, 2019

Colloque international co-organisé par le CESCM (Université de Poitiers/CNRS) et le CMEMS (Stanford University/FSCIS)

Lieu/place : Salle Crozet, Hôtel Berthelot, 24 rue de la Chaîne, Poitiers


Aslanov Cyril.

 

Ancien élève de l’École Normale Supérieure de la rue d’Ulm (promotion 1984), Cyril Aslanov a obtenu une agrégation de grammaire (major de la promotion 1987). Il a soutenu son doctorat en novembre 1992 sur le thème : L’adjectif épithète dans la Septante : étude syntaxique et sémantique. En juillet 2001, il a passé son Habilitation à Diriger des Recherches à l’Université Paris 7-Diderot sur le thème : Le français et l’occitan à l’épreuve du contact linguistique : Méditerranée orientale et occidentale. En septembre 2014, Cyril Aslanov est recruté au Département de Lettres Modernes d’Aix-Marseille Université en qualité de professeur de linguistique française. Nommé à l’Institut Universitaire de France en 2018 (Senior/linguistique).

Cyril Aslanov is a former student at the École Normale Supérieure of the rue d’Ulm, in Paris. He matriculated in 1984 and was the valedictorian of the 1987 Agrégation in grammar studies. He then defended his thesis, L’adjectif épithète dans la Septante : étude syntaxique et sémantique, in November 1992. In July 2001, he completed his habilitation to supervise research projects at Paris 7-Diderot with a thesis entitled: Le français et l’occitan à l’épreuve du contact linguistique : Méditerranée orientale et occidentale. In September 2014, Cyril Aslanov was hired by the Department of Modern Languages at Aix-Marseille University as Professor of French Linguistics. He was recently appointed Senior Member of the Institut Universitaire de France (in the field of Linguistics).

L’ancien français et l’arménien en contact en Cilicie : un épisode éphémère ?

Les contacts de longue durée entre le Royaume arménien de Cilicie et les gouvernements croisés ont mené à la traduction de textes juridiques tels que les Assises d’Antioche de l’ancien français vers le moyen arménien. Peut-être le(s) traducteur(s) ont/a-t-il(s) senti l’importance de la lettre dans le texte, puisque le terme issu de l’ancien français est souvent conservé sous un vernis arménien (ex. defendre > tefendel ; saisir > saizel ; plaidier > plaitel ; chalengier/chalongier > jalenjel ; chastier > jastel). D’autres termes également issus de l’ancien français et que l’on retrouve dans le moyen arménien étaient plus liés au statut social qu’à un contenu juridique à proprement parler (ex. sir <sire ; gundstapel < cundestable ; jabrun < chaperon). Cependant, dans le développement plus tardif de l’arménien, un seul mot issu du stock lexical de l’ancien français est conservé : il s’agit de baron/paron < l’ancien français ber/baron est alors un quasi-synonyme du mot sire. Il semble que les contacts linguistiques entre ancien français et arménien aient été un bref mais intense épisode, à l’image de l’existence des gouvernements croisés eux-mêmes. Il est toutefois important de noter que les contacts linguistiques entre ancien français et arménien ne cessent pas avec la chute de la principauté d’Antioche en 1268, ni avec celle d’Acre en 1291. Ils semblent s’être poursuivis dans le Chypre des Lusignan, comme le montre l’itinéraire d’Héthoum de Korikos de Cilicie à Chypre, en passant par la France (et notamment par Poitiers) avant un retour dans le royaume arménien de Cilicie en 1307. Il est admis que le texte Flor des Estoires d’Orient a été écrit en français et dicté par Héthoum lui-même. Cependant, bien que recouvert d’un vernis d’ancien français tardif, ce traité de géographie reflète les connaissances de l’espace Moyen Orient-Asie Centrale, qui étaient celles d’un noble de l’époque en Cilicie arménienne. J’aimerais étendre la limite de cet épisode éphémère du contact entre ancien français et arménien moyen en soumettant l’hypothèse selon laquelle la linguistique et l’identité culturelle arménienne est un palimpseste caché, ou le substrat, de la production de la version en ancien français des Flor des Estoires d’Orient.

Old French and Armenian in Contact in Cilicia: A Short-Lived Episode?

The protracted contacts between the Armenian Kingdom of Cilicia and the Crusader polities led to the translation of juridical texts like Assises d’Antioche from Old French into Middle Armenian. Maybe because the translator(s) felt the importance of the wording of the text, he/they often preserved the Old French term in an Armenian garb (e.g. defendre > tefendel; saisir > saizel; plaidier > plaitel; chalengier/chalongier > jalenjel; chastier > jastel). Some other terms of Old French provenance that made their way into Middle Armenian were related to social status rather than juridical content (e.g. sir < sire; gundstapel < cundestable; jabrun < chaperon). Yet in the later development of Armenian, only one word of the lexical stock of Old French origin was preserved: baron/paron < Old French ber/baron that is incidentally a quasi-synonym of sire. It seems that the Old French-Armenian linguistic contacts were an intense but short-lived episode, like the existence of the Crusader polities themselves. Yet the linguistic contacts between Old French and Armenian did not end either with the fall of the Principality of Antioch in 1268 or with that of Acre in 1291. They seem to have known a new life in Lusignan-ruled Cyprus, as shown by Hayton of Corycus’ itinerary from Cilicia to France (and notably, to Poitiers) by way of Cyprus and back to the Armenian Kingdom of Cilicia in 1307. Admittedly, the text of Hayton’s Flor des Estoires d’Orient was dictated in French by Hayton himself. However, even in its Late Old French garb, this geographical treatise reflects the knowledge a Cilician Armenian aristocrat would have had of the Middle Eastern-Central Asian space. I would like to expand the limit of the short-lived episode of the contact between Old French and Middle Armenian by assuming that Armenian linguistic and cultural identity functioned as a hidden palimpsest or substratum in the production of the Old French version of Flor des Estoires d’Orient.


Aurell Martin.

 

Professeur d’histoire du Moyen Âge à l’Université de Poitiers, où il dirige le Centre d’Études Supérieures de Civilisation Médiévale (UMR 7302), Martin Aurell est spécialiste de la parenté, de l’aristocratie et des pouvoirs des XIe-XIIIe siècles. Derniers ouvrages parus : Le Chevalier lettré : savoir et conduite de l’aristocratie aux XIIe-XIIIe siècles, Paris, Fayard, 2011, 539 p., trad. angl., Central European University Press, 2017 ; Des Chrétiens contre les croisades (XIIe-XIIIe siècle), Paris, Fayard, 2013, 407 p.

Professor of Medieval History at the University of Poitiers, where he directs the Centre d’Études Supérieures de Civilisation Médiévale (UMR 7302), Martin Aurell specializes in aristocracy, kinship and authority from the 11th to the 13th century. Recent publications include: Le Chevalier lettré : savoir et conduite de l’aristocratie aux XIIe et XIIIe siècles, Paris, Fayard, 2011, 539 p., Engl. transl., Central European University Press, 2017 ; Des Chrétiens contre les croisades (XIIe-XIIIe siècle), Paris, Fayard, 2013, 407 p.

De l’inculturation à l’ethnotype, l’altérité du Poulain.

Actif à la cour de Guillaume X (†1137), comte de Poitiers, le troubadour Marcabru clôt d’une façon fort inattendue une chanson sur la complexité de l’amour. Il s’en prend alors à l’hypocrisie des Latins de Terre sainte, « un faux peuple de chrétiens, qui persévèrent dans leur crime ». Plutôt que de les sauver, « leur baptême dans le Jourdain leur nuit, mettant leur âme en danger », puisqu’ils se damnent sous l’influence de l’islam. Le poncif du double jeu des apostats Poulains est fréquent parmi les Occidentaux, qui méprisent leur adaptation à la culture et aux langues de l’Orient. À suivre Jacques de Vitry (†1240), leur mode de vie emprunte aux musulmans aussi bien dans la mollesse que dans la luxure : « Opulents, mous et efféminés, ils sont plus habitués aux bains qu’aux batailles. » Pour preuve de leur débauche, les chroniqueurs montent en épingle le prétendu adultère de Raimond, prince d’Antioche, et frère de Guillaume X, avec sa nièce Aliénor d’Aquitaine. Âpres au gain, les Latins d’Orient s’enrichissent au détriment des croisés, qu’ils attirent vers eux sous prétexte d’un combat contre l’Islam, qu’ils ne souhaitent nullement mener eux-mêmes. Leur train de vie luxueux scandalise, à l’image du vaniteux patriarche Héraclius de Gévaudan que Raoul le Noir (†1199) accuse de malverser les subsides qu’il quête en Angleterre, les gaspillant notamment avec des parfums « dégageant des odeurs multiples et variées qui collent aux vêtements et qui donnent mal au cœur ». La stigmatisation olfactive est bien banale face à l’accusation de leur orgueil et leurs dissensions internes qui ont provoqué, selon la bulle Audita tremendi (1187), la victoire de Saladin. Les principautés latines d’Orient relèvent, somme toute, de la colonie pénale peuplée par des desperados. Véhiculées par les voyageurs et par les croisés, puis devenus ethnotype en Occident, ces images assimilent les Poulains au Byzantin et au musulman. Elles témoignent de l’intégration de cette minorité colonisatrice dans un monde hétéroclite. Certains de ces stéréotypes leur sont attribués en propre, tandis que d’autres relèvent d’un rejet universel et achronique de l’autre. Les analyser de près permet de les placer dans un contexte de transfert culturel.

From inculturation to ethnotype, the Poulain’s alterity.

Active at the court of William X (†1137), count of Poitiers, the troubadour Macabru ended a song about the complexity of love in an incongruous way. He targets Latins from the Holy Land as “fake Christian people, persistent in their crimes”. Instead of saving them, “their baptism in the River Jordan harms them, endangering their souls” as they are cursed under Islamic influence. The adage of the Poulain apostates’ double-dealing is common among Westerners, who despised their adaptation to both the culture and the language of the East. According to Jacques de Vitry (†1240), their way of life borrowed from Muslims both its sluggishness and its inclination to lechery: “Opulent, soft, flowery, they are better used to bathing than battling”. As proof of their debauchery, chroniclers seized upon the alleged adultery of Raymond, prince of Antioch and William’s brother, with his niece Eleanor of Aquitaine. Greedy for profit, Outremer Latins enrich themselves at the expense of crusaders, whom they lure in under the pretext of a war against Islam which they have no intention of fighting themselves. Their luxurious lifestyle is causes scandal, as with the vainglorious Patriarch Heraclius of Gévaudan, accused by Raoul le Noir (†1199) of embezzling the subsidies he collected in England, wasting them on perfumes which “release various smells that stick to clothes and cause nausea”. Olfactory torture is but trivial compared to the accusation of their pride and internal dissensions which, according to papal bull Audita tremendi (1187), led to Saladin’s victory. The Latin principalities of the East are altogether considered as penal colonies, filled with “desperados”. Transmitted by travelers and Crusaders before becoming an ethnotype in the West, these images liken the Poulain to the Byzantine and the Muslim. They attest to the integration of this colonizing minority into a diverse space. Some of these stereotypes are attributed to them in particular, while others reveal a universal and timeless rejection of otherness. A closer analysis of these stereotypes allows us to put them in the context of cultural transfers between the Holy Land and the West.


Besson Florian.

 

Normalien, agrégé d’histoire, docteur en histoire médiévale de l’Université Paris-Sorbonne, Florian Besson poursuit des recherches sur les pratiques de pouvoir de l’aristocratie franque dans les États latins d’Orient. Il travaille également sur le médiévalisme, en particulier dans la fantasy, et est engagé dans plusieurs projets de diffusion de la recherche.

A graduate of the École Normale Supérieure with an Agregation in History, he received his PhD at the Sorbonne University in Paris. His research deals with the exercise of power by the Frankish aristocracy in the Crusader states. He also works on medievalism, mainly in fantasy, and is committed to several different projects for the dissemination of research.

“Que nul étranger n’entre dans le royaume de Jérusalem” : une réflexion sur les dynamiques d’éloignement culturel.

« Que nul étranger n’entre dans le royaume de Jérusalem ». Ce commandement, délivré par Baudouin IV sur son lit de mort et rapporté par l’Estoire d’Eraclès, ne cherche évidemment pas à interdire l’accès à la Terre Sainte à des étrangers : le royaume de Jérusalem dépend, sur un plan humain et économique, de l’arrivée régulière de pèlerins. En réalité, le roi parle alors de la succession royale, dont il cherche à exclure tout « étranger ». On trouve déjà cette formulation chez Albert d’Aix, qui écrit un siècle avant l’auteur de l’Estoire d’Eraclès : selon lui, après la mort de Godefroy de Bouillon, ses fidèles contactent son frère pour lui demander de prendre sa succession, car « ils avaient prêté serment de ne jamais laisser un étranger régner ou s’asseoir sur le trône de Jérusalem ». Pour Albert d’Aix, le mot a avant tout un sens dynastique, puisqu’il s’agit d’empêcher que le pouvoir n’échappe à la famille du duc de Bouillon ; pour l’Estoire d’Eraclès, il a un sens davantage géographique : ailleurs, le texte parle spécifiquement d’un « homme étranger à l’outremer ». C’est en effet Guy de Lusignan qui est visé par cette clause restrictive : contre ce nouveau venu, cet « estrange home », Baudouin avance la candidature du comte Raymond de Tripoli, qui a l’avantage d’être natif de l’Orient. L’opposition entre nouveaux venus et nés en Orient est, à cette date-là, très forte : lorsque Guy parvient finalement à s’emparer du trône, ses partisans chantent « malgré les Poulains, nous aurons un roi poitevin ». Cette opposition se retrouve dans d’autres documents, y compris des chroniques occidentales et des chartes, et atteste de la très nette cristallisation d’une identité de royaume qui se définit, au moins en partie, par son opposition aux Occidentaux en général et aux Francs/Français en particulier. Il s’agira dans cette communication d’étudier cette ethnogenèse progressive, pour souligner qu’on a affaire en quelque sorte à un antitransfert, à un éloignement culturel et politique qui amène peu à peu des sphères très proches à devenir très différentes. L’appropriation par les Latins de l’espace proche-oriental s’accompagnerait alors d’un adieu à l’Occident, d’autant plus définitif qu’il est largement impensé.

“Let no foreigner enter the Kingdom of Jerusalem”: a reflection on the dynamics of cultural estrangement.

« Let no foreigner enter the Kingdom of Jerusalem ». This command, made by Baudouin IV on his deathbed and recorded in L’Estoire d’Eracles, obviously did not intend to completely forbid access to the Holy Land to foreigners. The Kingdom of Jerusalem depended, economically and on a human level, on the regular arrival of pilgrims. In fact, the king was speaking of the royal succession, from which he sought to exclude every “foreigner”. We already find this formulation one century before L’Estoire d’Eracles, in Albert of Aix. According to him, after Godfrey of Bouillon’s death, his followers contacted his brother to ask him to take on the succession, as “they swore to never let a foreigner reign or sit on Jerusalem’s throne”. For Albert of Aix, this word had a primarily dynastic meaning: preventing power from slipping from the hands of the Bouillon family; in L’Estoire d’Eracles it had a more geographical meaning: elsewhere, the text mentions “a foreigner from Outremer”. It’s obvious that Guy of Lusignan was the man targeted by this restrictive clause. Against this newcomer, this “Foreign man”, Baudouin was weighing in on Raymond of Tripoli’s nomination, who had the advantage of being a native of the Holy Land. The opposition between newcomers and natives of the Holy Land was at this time very strong. When Guy finally succeeded to the throne, his followers sang: “Despite the Poulains, we will have a Poitevin king”.

This opposition can be found in other documents, including Western chronicles and charters, and testifies to the clear crystallization of a real identity defined, at least in part, by its opposition to Westerners in general and more particularly to Franks/Frenchmen. In this paper, we will study this progressive ethnogenesis to underline the fact that what we witness here is an anti-transfer, a cultural and political estrangement, which leads very close circles to become very different. The Latin appropriation of the Holy Land is then associated with an ‘adieu’ to the West, all the more definitive given the fact it is largely unarticulated.


Boas Adrian.

 

Adrian Boas est Professeur d’Archéologie de la période Croisée à l’Université d’Haïfa. Il a découvert et fouillé plusieurs forteresses, sites urbains et ruraux en Israël. Depuis 2006, il dirige le projet du château de Montfort, dont le but est la fouille de la forteresse teutonique à l’Ouest de la Galilée. Il a largement publié, ses travaux traitant majoritairement de la culture matérielle des croisés, de l’archéologie des ordres militaires, de l’architecture domestique, et de Jérusalem sous la gouvernance des croisés. Il a également édité des volumes incluant une étude primée du château de Montfort. Il est l’actuel président de la Society for the Study of the Crusades and the Latin East. Il travaille présentement sur un ouvrage traitant de l’alliance entre croisés et marchands italiens et alimente, de façon régulière, un blog au sujet des croisades.

Adrian Boas is Professor of Archeology of the Crusader Period at the University of Haifa. He has excavated several fortresses, urban and rural sites in Israel, and since 2006 directs the Montfort Castle Project, excavating the Teutonic fortress in Western Galilea. He has published extensively, his books including studies of Crusader material culture, the archaeology of the military orders, domestic architecture, Jerusalem under crusader rule; he has also edited several volumes, including an award-winning study of Montfort Castle. He is the current president of the Society for the Study of the Crusades and the Latin East. He is now working on a book on the alliance between the Crusaders and the Italian merchants, and he regularly writes a blog on Crusader topics.

L’acclimatation des populations franques à la vie dans les États Latins d’Orient : exemples de la vie quotidienne.

Pendant près de quatre siècles, une population latine était installée dans les territoires régis par les Francs en Syrie/Palestine, sur l’île de Chypre et sur les îles Égéennes. Ils s’adaptèrent à leur environnement par nécessité, en introduisant dans la région le style de vie occidental, avec ses coutumes et ses technologies, mais en se conformant dans le même temps à celles des locaux. Dans de nombreux cas, les idées et les méthodes de l’Occident et de l’Orient se complétaient et ce qui résultait de cette intégration et de cette synthèse apparaissait alors comme parfaitement nouveau.

Cette communication va se concentrer sur des exemples issus de la vie quotidienne et principalement sur des preuves issues du royaume de Jérusalem aux XIIe et XIIIe siècles. À partir d’attestations archéologiques et textuelles, elle visera à prendre en considération la façon dont les Francs ont fait usage des technologies locales dans de nombreux domaines. On s’intéressera par exemple aux dispositions de leur installation rurale, à l’usage qu’ils firent des méthodes occidentales et orientales pour la construction et les styles de l’architecture domestique, et dans l’adaptation de la culture matérielle locale pour répondre à leurs besoins et à leurs envies.

The Acclimatization of the Frankish Population to Life in the Latin East: Some Examples from Daily Life.

For nearly four centuries, a Latin population was settled in territories under Frankish rule on the mainland of Syria/Palestine, on the island of Cyprus and in the Aegean. By necessity, they adapted to their surroundings by a combined introduction to the region of a Western way of life, its customs and technologies, and at the same time by the adoption and adaptation of local customs and technologies. In many cases, Eastern and Western ideas and methods were combined, and on occasion what resulted from this integration and synthesis was entirely new. This paper will concentrate on examples relating to daily life and mainly on evidence from the kingdom of Jerusalem during the twelfth and thirteenth centuries. Using archaeological and textual evidence, it will consider how the Frankish population made use of local technologies in many different fields. For example, it will look at the layout of their rural settlements, at their use of Western and Eastern methodologies for the design and construction of their domestic architecture, and at the adaptation of the local material culture to suit their specific needs and desires.


Boissellier Stéphane.

 

Professeur d’histoire médiévale depuis 2003 à l’Université de Poitiers, Stéphane Boissellier est agrégé d’histoire (1989), ancien membre de la Casa de Velázquez (1993-1995), docteur en histoire médiévale (Université de Nantes, 1996), et a été Maître de Conférences à l’Université de Tours (1997-2003) jusqu’à l’obtention d’une Habilitation à diriger les recherches (2002) ; il dirige une équipe de recherches intitulée « Normativité et territorialité des faits sociaux et culturels » au sein du CESCM.

Professor of medieval history at the University of Poitiers since 2003, S. Boissellier received his agregation in history in 1989, was a member of the Casa de Velázquez from 1993-1995, and received his doctorate in medieval history from the University of Nantes in 1996. He was a lecturer at the University of Tours (1997-2003) before obtaining his Habilitation to Supervise Research (2002). He leads a research team working on the « normativity and territoriality of social and cultural facts » at the CESCM.

Projet pour une étude comparée des dynamiques sociales en Occident latin et dans le monde arabo-musulman au Moyen Âge.

Ce projet entend mener une comparaison systématique des mécanismes de la dynamique sociale dans les mondes arabo-musulman et latino-chrétien méditerranéens entre le VIIe et le XVIe siècle. L’inégalité dans la conservation des sources écrites et dans la recherche de témoignages matériels a fait diverger les historiographies des deux systèmes culturels en cause ; c’est pour cette raison que leur histoire comparée est encore faiblement développée. Si, de fait, on ne peut pas mener sans erreur de perspective une comparaison au niveau des phénomènes directement observables dans les sources, il est possible d’effectuer une étude systémique, en mettant en œuvre une modélisation sociologique. Ainsi ce programme a pour but d’aboutir à plusieurs volumes de synthèse sur certains thèmes essentiels. Au-delà de la relative nouveauté et de la difficulté intellectuelle d’un tel programme, cette recherche porte le projet civique d’une mise en perspective objective utile aux hommes de notre temps.

Project for a comparative study of social dynamics in the Latin West and the Arab-Muslim world in the Middle Ages.

This project intends to undertake a systematic comparison of the mechanisms of the social dynamics in the Arab-Muslim and Latin-Christian Mediterranean worlds between the 7th and 16th centuries. The disparity in the preservation of the written sources and in the search for material testimonies makes the historiographies of both cultural systems diverge; this is why their compared history is still weakly developed. If, in fact, we cannot undertake, without errors of perspective, a comparison at the level of the directly observable phenomena in sources, it is possible to make a systemic study, by implementing sociological modelling.
Therefore, this program aims generate several volumes of synthesis about some essential themes. Beyond the intellectual novelty and difficulty of such a program, this research carries the civic project of an unbiased perspective useful for our own time.


Burgwinkle Bill.

 

Bill Burgwinkle est Professeur d’études médiévales françaises et occitanes à l’Université de Cambridge et chercheur en langues modernes à King’s College. Il a publié sur la réception des troubadours, sur l’hagiographie et l’érotisme, et sur les ‘gender studies’ (Sodomy, Masculinity, and Law). Il termine actuellement une œuvre avec deux co-auteurs : Medieval francophone literary cultures outside France.

Bill Burgwinkle is a French and Occitan Medieval Studies Professor at Cambridge University and Modern Languages Researcher at King’s College London. He has published on troubadour reception, hagiography and erotism, and gender studies (Sodomy, Masculinity, and Law). He is currently completing a work with two co-authors: Medieval francophone literary cultures outside France.

Le retour du texte prodigue : transmission culturelle au XIIIe siècle.

Beaucoup a déjà été dit à propos des manipulations – tant délibérées que fortuites – du matériel littéraire et rhétorique occidental que l’on considère comme ayant migré vers les États Latins d’Orient seulement pour revenir transformés dans les cours et les écoles dont il était issu. La discussion habituelle reviendrait à dire que de tels textes sont soumis à un subtil décalage soit de point de vue au profit des Croisés, soit d’emphase stylistique (Tristan) ou de pirouette politique (traités rhétorique) du fait de leur nouveau public ou du nouveau rédacteur. Le propos mis en avant serait qu’un transfert culturel défectueux pourrait expliquer la réception en demi-teinte du texte à son retour en Europe chrétienne. J’aimerais souligner ici quelques exemples de textes démontrant un autre point de vue, quoiqu’ils soutiennent aussi que le propos du narrateur – les troubadours, Brunet Latin et l’Histoire ancienne – qui semble avoir été si peu modifié au moment de leur réception en Orient que les chercheurs continuent de débattre sur le fait qu’ils aient été tout simplement produits en Orient, et, si c’est le cas, ont-ils été adaptés avec de nouveaux paramètres correspondant à la réalité d’un public local, et si oui, à quel degré ?

De tels débats sont compréhensibles lorsque l’on considère que les nouveaux rédacteurs de ces textes, à Paris ou à Acre, étaient principalement entraînés dans l’échange parisien des livres ou celui des centres monastiques d’Occident. De plus, les dits-textes seront toujours adaptés à l’audience à laquelle ils s’adressent, rendant ces modifications et ces changements le plus souvent indétectables étant donné que le but de la copie pouvait être de soutenir et supporter l’identité occidentale et sa légitimité à s’établir en Outremer plutôt que de la menacer. Dans cette communication, je prendrai en compte trois exemples afin de suggérer que les modifications textuelles lorsqu’on les recherche activement, peuvent évincer celles qui se trouvent juste sous nos yeux.

The prodigal text return: cultural transmission in the 13th century.

Much has been made of the manipulation – both deliberate and inadvertent – of Western rhetorical and literary material that is said to have migrated to the Latin Kingdom of Jerusalem only to return in a modified form to the courts and schools from which it departed. The usual discussion would see such texts as undergoing a subtle shift, either in point of view (crusader accounts), stylistic emphasis (Tristan), or political spin (rhetorical treatises) as a result of their new audience or scribes, and the claim would be forwarded that some sort of faulty cultural transfer might explain the odd reception the text received upon its return to Christian Europe. I want to highlight a few examples of texts that tell a different story, though in many ways they also support that narrative – the troubadours, Brunetto Latini, and the Histoire ancienne – which appear to have been so little modified by their reception in the East that scholars continue to disagree on whether they actually even made it there at all; and, if they did, whether, and to what degree, they were adapted in the new setting to make them more palatable to a local audience. 

Such disagreements are understandable when we consider that the new scribes of such texts, in Cyprus and Acre, were largely trained in the Paris book trade or in Western monastic centers. Furthermore, though texts will always be adapted for the new audience to whom they were being addressed, it is often the case that those adaptations and shifts are almost undetectable, given that the point of the copying may have been to solidify and support Western identity and legitimacy in the Outremer setting, not threaten it. In this paper, I will be looking at three examples as a way of suggesting that the changes we are seeking might sometimes blind us to the changes that are right before our eyes.


Folda Jaroslav.

 

Jaroslav Folda développa son intérêt pour l’art gothique français lorsqu’il séjourna à Paris en 1953-1954. Il étudia ensuite l’histoire de l’art médiéval auprès de Kurt Weitzmann à l’Université de Princeton en 1961 (bachelor of Arts obtenu en 1962) et auprès d’Adolphe Katenellenbogen, Philippe Verdier, Dorothy Miner, Robert Branner et Hugo Buchtal à l’Université Johns Hopkins de Baltimore entre 1962 et 1968, année où il a défendu sa thèse de doctorat. Entre 1968 et 2015, il a publié de nombreux ouvrages et articles sur l’Art Croisé en Terre Sainte entre 1099 et 1291.

Jaroslav Folda began his interest in French Gothic art when he first lived in Paris in 1953-54. He then studied Medieval Art with Kurt Weitzmann at Princeton University in 1961 (AB 1962), and with Adolf Katzenellenbogen, Philippe Verdier, Dorothy Miner, Robert Branner and Hugo Buchthal at Johns Hopkins University, 1962-1968 (Ph.D. 1968). Between 1968 and 2015 he has published a number of books and articles on the Art of the Crusaders in the Holy Land, 1099-1291.

Le Gothique Croisé : imitation artistique, interactions et transfert.

L’art et l’architecture « Gothique Croisé », comme premier exemple des transferts culturels entre la France et les Croisés de Terre Sainte, offrent une étude de cas instructive pour nous permettre de comprendre les dynamiques, les nuances de la propagation et la réalisation des idées, des formes, des tendances et des technologies, ainsi que des artistes.

Pendant que « l’Art Croisé » dans sa globalité était continuellement enrichi par les sources multiculturelles rencontrées par les artistes croisés dont ils tiraient leur inspiration, le « Gothique Croisé », quant à lui, s’est développé en prenant un caractère plus français les années passant et une fois la capitale des États Latins d’Orient transférée de Jérusalem à Acre. Cela était peut-être principalement dû à l’orientation culturelle des colons latins. Leur voyage vers le Levant Franc était tracé en fonction des liens entretenus avec l’Occident mais aussi du fait que la noblesse latine parlait principalement français, et de la force et du prestige dégagés par l’art et de l’architecture gothique, tels qu’ils s’étaient développés en Europe de l’Ouest et avait été transmis dans l’Orient Croisé.

Parmi les exemples dont j’aimerais discuter, le « Gothique Croisé » arriva à Jérusalem, notamment à l’Église du Saint-Sépulcre rénovée et agrandie par les Croisés dans les années 1140-1150. Il est clair que l’agrandissement de l’église était, au départ, basé sur des modèles romans issus des routes de pèlerinage vers l’Ouest ; mais des imitations du gothique français apparaissent, par exemple, sur la voûte et la façade sud du transept. Dans la peinture, on peut trouver d’importantes interactions entre les formes et les idées artistiques du Gothique Croisé, du monde Byzantin et de l’Islam dans la Bible de l’Arsenal, commandée par Louis IX en 1250 à Acre, à la suite de la fin de sa captivité en Égypte.

En définitive, on constate des transferts directs dans le travail documenté ou non documenté d’artistes œuvrant à Acre ou probablement au monastère de Sainte-Catherine sur le Mont Sinaï. Il y a peu d’icônes peintes réalisées dans un style purement gothique français ; mais on trouve de nombreux manuscrits illustrés de L’Histoire d’Outremer réalisés par un peintre de Paris ayant œuvré à Acre entre 1276 et 1280.

Crusader Gothic: Artistic Imitation, Interactions, and Transfer.

As a prime example of Cultural Transfer from France to the Crusader Holy Land, “Crusader Gothic” art and architecture offers instructive case studies for understanding the dynamics and nuances of the dissemination and realization of ideas, forms, trends and technologies as well as artists. While overall, “Crusader Art” was continuously enriched by the multicultural sources that Crusader artists encountered and drew on in the Latin East, “Crusader Gothic” grew more intensively French in character as the years passed and the capital of the Crusader Kingdom moved from Jerusalem to Acre. This was perhaps mainly because the cultural orientation of the Latins settled in and traveling to the Frankish Levant was shaped by their strong bonds with the West, the fact that the Latin nobility mainly spoke French, and the strength and prestige of Gothic art and architecture as it developed in Western Europe and was transmitted to the Crusader East.

Among the examples I wish to discuss, “Crusader Gothic” arrived in Jerusalem notably in the Church of the Holy Sepulcher which was renovated and expanded by the Crusaders during the 1140s and the 1150s. 

It is clear that the Church expansion was fundamentally based on Romanesque models from the pilgrimage roads in the West, but ‘imitations’ of French Gothic appear, e.g., in the vaulting and the south transept façade. 

In painting, significant ‘interactions’ among Crusader Gothic artistic forms and ideas and those of Byzantium and Islam can be found in the Arsenal Bible, commissioned by King Louis IX in 1250 in Acre following his release from captivity in Egypt. 

Finally, direct “transfer” can be found in the work of documented and undocumented French Gothic artists who were working in Acre or possibly in the Monastery of St. Catherine on Mount Sinai. 

There are relatively few icon paintings done in a pure French Gothic style, but there are a number of illustrated Histoire d’Outremer manuscripts done by a French painter from Paris who worked in Acre between 1276 and 1291.


Galvez Marisa.

 

Marisa Galvez est Professeur associée en français et en italien à l’Université de Stanford. Elle est spécialisée en culture et littérature médiévale, en particulier pour ce qui concerne le chant et la romance en Europe continentale durant le XIIe et le XIIIe siècle. Son étude se concentre sur des sujets tels que la croisade, la représentation et la tradition du chant du Moyen-Âge à nos jours. Tout en terminant un ouvrage sur la littérature de croisade, Marisa Galvez travaille en parallèle sur deux autres projets : une étude transhistorique du cristal et de nouvelles théories sur le chant universel, qui inclut le chant médiéval et ses adaptations contemporaines.

Marisa Galvez is an Associate Professor of French and Italian at Stanford University. She specializes in medieval literature and culture, especially the lyric and romance of Continental Europe during the twelfth and thirteenth centuries. Her scholarship focuses on such topics as crusade, performance, and the European lyric tradition from the Middle Age to the present day. In addition to completing a book on crusade literature, she is working on two other projects: a transhistorical study of crystal; and new theories of global lyric that incorporate medieval lyric and its contemporary adaptations.

Sons du départ en croisade et transfert culturel : Le Disme de Penitanche par Jehan de Journi et « A la fontana » par Maccabru.

Cette conférence vise à analyser la contrefaçon du poète chypriote Jehan de Journi dans son Disme de Penitanche, produit à la fin du XIIIe siècle, et accentue le thème de la Dame abandonnée dans le poème occitan du troubadour Maccabru « A la fontana », réalisé au XIIe siècle, pour en extraire la substance sonique (cf. Noudelman) du déplacement. L’accent régional de la Dame abandonnée indique un son qui n’est pas subordonné à un sens linguistique unifié issu de l’idéologie de croisade présente dans le poème. On pourrait le caractériser comme un son de l’ambivalence à propos du fait d’entrer en croisade. Le déplacement apparait d’une autre manière dans la confession écrite de Jehan. Le chevalier Franc use du stratagème d’un faux pénitentiel français pour articuler son désir de retourner en France et comme moyen de critiquer les dirigeants laïcs des États Latins d’Orient. Il s’agit ici d’une autre version des transferts culturels, à travers le son, s’adaptant de son origine à la situation dramatique des États Latins d’Orient. Ce substrat sonique montre une version particulière du transfert culturel intervenant dans le cadre de la poésie lyrique : une résistance à la pénitence dans la voix d’une femme abandonnée, une chanson de confession correspondant, en terme de son, à deux lieux en un : à la fois la France et Chypre, tout en adaptant ce même son à la situation actuelle des royaumes latins. Je vais comparer le transfert culturel poétique du son avec des objets Croisés (stèle trouvée à Tyr, une effigie et une tapisserie). Comme ces substrats soniques qui révèlent de multiples points de vue à propos des croisades, ces objets offrent de nombreux cadres de références pour traiter le sujet des croisades. Ils nous permettent d’observer les transactions économiques et sociales incluses dans la production de tels objets, et les pratiques disciplinaires qui permettent leur compréhension. Ces exemples fournissent un modèle permettant l’analyse des échanges et des transferts au sein de diverses œuvres d’art traitant des croisades.

Sounds of Crusade Departure and Cultural Transfer: The Disme de Penitanche by Jehan de Journi and “A la Fontana” by Marcabru.

This paper analyzes the contrafacture of the Cypriot poet Jehan de Journi in the late thirteenth-century Disme de Penitanche and accent of the abandoned lady in the twelfth-century Occitan troubadour Marcabru’s “A la Fontana” to show “sonic substrates” (cf. Noudelmann) of displacement: the regional accent of the abandoned lady indicates a sound that is not subordinated to a unified linguistic sense of crusade ideology present in the poem. One might characterize it as a sound of ambivalence about crusading. Sonic displacement emerges in another way in Jehan’s confessional text. The Frankish knight uses the contrafact of a French penitential to articulate his desire to return to France and a mode to critique the secular rulers during the last days of the Latin kingdom. Here is another version of cultural transfer through sound, one that adapts a sound from home for a dire situation in the Latin East. These sonic substrates show a particular version of cultural transfer that occurs in lyric poetry: a resistance to penitence in the voice of an abandoned lady, and a confessional song that sonically connects two places at once (France and Cyprus) while adapting that sound to a contemporary situation in the Latin East. I will compare this poetic cultural transfer of sound with crusading objects (a stele found in Tyre, an effigy, and a tapestry). Like those sonic substrates that reveal multiple views of crusade, these objects permit multiple frames of reference for describing a crusading subject. They permit us to see the social and economic transactions embodied in the production of such objects, and disciplinary practices that form our understanding of them. These examples provide a model for an analysis of exchanges and transfers within various art works that treat crusades.


Gasc Sébastien.

 

Sébastien Gasc est docteur en Études Médiévales de l’Université de Paris IV Sorbonne (2015) et ancien membre de l’École des Hautes Études Hispaniques et Ibériques. Chercheur associé à l’IRAMAT-Centre Ernest Babelon (univ. Orléans) et enseignant contractuel à l’Université d’Albi, ses recherches portent sur les monnayages de l’Occident musulman et sur la circulation monétaire en Méditerranée au Moyen Âge.

Sébastien Gasc received his PhD in Medieval Studies from Paris IV Sorbonne University in 2015. He is a former member of the École des Hautes Études Hispaniques et Ibériques. He is currently an associate researcher at the IRAMAT-Centre Ernest Babelon at the University of Orléans and an adjunct instructor at the University of Albi. His research deals with coinage in the Muslim West and monetary circulation in the medieval Mediterranean.

Monnaies et circulation monétaire en Méditerranée aux XIIe-XIIIe siècles.

Les monnaies des Croisés ont très tôt attiré l’attention des chercheurs qui les présentèrent dans un premier temps comme semblables aux émissions occidentales. Ce n’est qu’à la fin du XIXe siècle que la complexité du système monétaire plurimétallique des États latins d’Orient fut mise en avant, grâce à l’étude des imitations de monnaies aux légendes arabes. Soumises à diverses influences, les monnaies constituent des vestiges matériels des transferts culturels.

S’il demeure difficile de préciser la datation de certaines émissions, la communication présentera leur évolution, en insistant sur les imitations de dinars fatimides ou de dirhams ayyoubides. Une attention particulière sera également portée aux découvertes pour éclairer la circulation monétaire entre l’Occident et l’Orient latin aux XIIe et XIIIe siècles.

Coins and monetary circulation in 12th-13th century Mediterranean.

From early on, Crusaders’ coins drew the attention of researchers who at first presented them as similar to those in circulation in Western Europe. Only at the end of the 19th century was the complexity of the multi-metallic monetary system of the Holy Land highlighted, thanks to the study of the imitation of coins with Arabic inscriptions. Because they were subjected to a variety of influences, coins constitute material evidence of cultural transfers.

While it is still difficult to precisely date the issuing of particular coins, this paper will present its evolution by insisting on the imitation of Fatimid dinars or Ayyubid dirhams. Particular attention will be paid to these discoveries in order to cast light on the circulation of money between the West and the Latin East in the 12th and 13th centuries.


Girbea Catalina.

 

Catalina Girbea est professeur de langue et littérature françaises du Moyen Âge à l’Université de Bucarest, membre associé au CESCM de l’Université de Poitiers. Spécialiste du roman médiéval, elle a écrit plusieurs articles et livres sur la littérature et la religion, la chevalerie et l’héraldique. Elle est auteur du Bon Sarrasin dans le roman médiéval, Paris, Classiques Garnier, 2014, Communiquer pour convertir dans les romans du Graal (XIIe-XIIIe siècles), Paris, Classiques Garnier, 2011 et La Couronne et l’auréole, deux systèmes de valeur à travers le roman arthurien, Turnhout, Brepols, 2007.

Catalina Girbea is Professor of Medieval French Language and Literature at the University of Bucharest. She is also an associate member at the CESCM at the University of Poitiers. Specializing in medieval fiction, she has published several books and articles on literature and religion, knighthood, and heraldry. She is the author of: Bon Sarrasin dans le roman médiéval, Paris, Classiques Garnier, 2014, Communiquer pour convertir dans les romans du Graal (XIIe-XIIIe siècles), Paris, Classiques Garnier, 2011 and La Couronne et l’auréole, deux systèmes de valeur à travers le roman arthurien, Turnhout, Brepols, 2007.

Transferts culturels dans le cycle de la croisade.

Dans le vaste champ couvert par la problématique des transferts culturels les échanges entre l’Orient et l’Occident se croisent à travers les méandres de la fiction dans plusieurs œuvres composées à l’époque des croisades. Le cycle des chansons de geste de la croisade constitue un terrain privilégié pour envisager ces transferts dans l’imaginaire. Composées en Orient au moment de la première croisade, ces chansons représentent avant tout un témoignage des échanges entre deux cultures et deux civilisations de la guerre, même si elles nous sont parvenues à travers une réécriture ultérieure. Nous nous proposons d’observer comment opèrent ces mouvements transversaux au niveau du cycle et en particulier dans les Chetifs et la Chansons d’Antioche, prenant comme repère les pratiques de la guerre. Le miroir fictionnel permet d’observer le fonctionnement des transferts dans un système de poupées gigogne. Le va et vient entre l’Orient et l’Occident prend forme à travers des pratiques agonales réelles et resémantisées par la fiction, comme les batailles, les duels ou plus largement les jeux militaires. La réécriture en Occident est en elle-même par ailleurs un transfert entre la réception de l’Orient en Occident et articule la situation des chrétiens d’Orient avec celle des occidentaux. De plus, les contaminations entre les pratiques sarrasines et chrétiennes se présentent en trompe l’œil : l’arrière-fond des chansons de geste semble par moments empruntés aux sarrasins alors qu’il s’agit de transferts de l’épopée grecque vers les chansons françaises. Ces nombreux écueils au carrefour des civilisations nous permettent de questionner de manière interdisciplinaire à la fois la situation des transferts culturels et la validité de la notion.

Cultural transfer in crusade cycle.

In the vast field of cultural transfers, the exchanges between the Latin East and the West intersect in the meanderings of fiction in a few works composed during the era of the Crusades. Crusade chanson de geste cycles are a privileged locus for considering these transfers in the imaginary. Composed in the Latin East during the first Crusade, these songs bear witness to the exchanges between two cultures and two civilizations in wartime, even if we know them through a late rewriting. In this paper, we will examine how transversal movements work at the level of the cycle, and more specifically in the Chétifs and the Chanson d’Antioche, with a focus on the practices of war. The mirror of fiction allows us to observe how the transfers work like Russian dolls. The movement between the East and the West takes shape through agonal practices, both real and re-semanticized in fiction, such as battles, duels, and military games more broadly. Western rewriting is itself a transfer between the Western reception of the East and articulates the situation of Christians from Holy Land alongside that of Western Christians. Moreover, the intermingling of “Saracen” and Christian practices appears as a trompe l’œil: at times, the background of the chansons de geste seems due to a Saracen influence when in fact, the influence on French songs comes from Greek epic. These numerous pitfalls at the crossroads of civilizations allow us to examine, in an interdisciplinary fashion, both cultural transfers and the very validity of the concept.


Halloumi Abderrazak.

 

Depuis février 2017, Abderrazak Halloumi est Adjoint au Maire correspondant Défense de la ville de Poitiers. Il occupe également la fonction de conseiller municipal délégué de 2008 à 2016. Depuis 1989, il exerce en tant que Professeur de lettres-histoire au lycée professionnel Isaac de l’Étoile à Poitiers. Titulaire d’un Diplôme Universitaire en sciences et enseignements des religions sur le thème de « L’enseignement du fait religieux au lycée technique et professionnel à travers l’étude de l’œuvre intégrale », il est également passé par l’Université Marc Bloch de Strasbourg et l’Université Catholique de Louvain en octobre 2003 ; il est aussi titulaire d’une Maîtrise de Lettres Modernes portant sur le sujet : « Amour et Justice dans le Chevalier au lion (Yvain) de Chrétien de Troyes » (Université de Poitiers, 1989-1990) et d’un DEA de Civilisation médiévale, option littérature (Faculté des lettres/CESCM, Université de Poitiers en 1990-1991). Parallèlement à son cursus universitaire à Poitiers, Abderrazak Halloumi valide un DEUG de Langue et de Civilisation Étrangère, option arabe à l’Université de Bordeaux III en 1989-1990.

Since February 2017, Abderrazak Halloumi has been Deputy Mayor (Commissioner for Defense) of the city of Poitiers. From 2008 to 2016, he was a delegated local councilor. Since 1989 he has also been a literature and history teacher at the Isaac de l’Étoile vocational school in Poitiers. He received his degree in Science and Teaching of Religions with his thesis “The teaching of religion in vocational schools through the study of the entire work”. He also attended the Marc Bloch University of Strasbourg and the Catholic University of Leuven in October 2003; he also earned a Master’s degree in Modern Literature on the topic: “Love and Justice in Yvain, the knight of the lion, by Chrétien of Troyes”, defended at the Faculty of Arts of Poitiers during the year 1989-1990 and a postgraduate diploma (DEA) of medieval civilization, literature branch, that he received from both the Department of Literature and the CESCM in 1990-1991. While studying at the University of Poitiers, he earned a two-year University degree in language and foreign civilization (Arabic), at the University of Bordeaux III in 1989-1990.

Le Livre de l’Eschiele Mahomet : un exemple d’un double transfert ? Adaptation ou réécriture ?

Le récit de l’ascension au ciel du prophète de l’islam Mahomet est un exemple très pertinent de la circulation et de la vivace transmission d’un patrimoine narratif largement répandu au-delà des frontières géographiques et linguistiques. Outre les différentes régions du monde musulman, l’histoire était aussi bien connue en Europe, où elle circulait sous le titre de Livre de l’échelle de Mahomet, traduite au XIIIe siècle en Espagne, à la cour d’Alphonse X le sage, de l’arabe en castillan (en 1263). Un an après, en 1264, Bonaventure de Sienne retraduit en latin et en français la version castillane de la légende arabo-musulmane qui raconte l’ascension de Mahomet au ciel et sa visite de l’autre monde sous la conduite de l’archange Gabriel.

Il ne s’agit pas là de la traduction d’un texte unique mais plutôt d’un texte composite qui a agrégé différentes versions comme si les chrétiens d’Espagne avaient éprouvé le besoin de regrouper les légendes musulmanes concernant l’au-delà afin de comprendre, d’apprécier puis réfuter les fondements de la foi et les représentations majeures qui organisent la vision musulmane du royaume de Dieu, du paradis, du purgatoire et de l’enfer.

Même si la dimension apologétique reste la ligne directrice de cette œuvre, le but ultime est de dénoncer les mensonges de Mahomet et par là de confirmer la vérité ultime du message du Christ comme le rappelle le prologue : « Et sicom ce livre estoit par le devantdit Habraym translatéz [de] arabic en espaignol, tot ausinc, par chasqune chose, je, Bonaventure de Sene, notaire et escriven mon seignour le roy devant noméz, par son comandement le tornei de espaignol en françois a tant poi com jeo en sai. Et lo torner de ce livre fis jeo mout volentierspar deus resons : li une en est por faire le comandement mon seignour, et l’autre si est por qe les gentz sachent la vie Mahomet et sa escience; et qe, quant il orront et conustrunt les abusions et les choses non creables qu’il conte en ce livre, la droite loi des Cristiens et la verité que est en lui si en serront plus seanz et plus delictables ad tenir et ad garder ad touz celx qui bons Cristiens sunt. »

Notre traducteur se laisse emporter par sa « source » et donne naissance à un récit du mi’raj bien loin de l’objectif initial et que même les musulmans n’auraient pas réfuté. C’est ainsi que l’on pourrait dire que le Livre de L’Eschiele Mahomet devient une sorte d’iconographie du texte coranique, le texte sacré des musulmans.

Un récit arabo-musulman traduit en trois langues européennes au XIIIe siècle parmi lesquelles l’ancien français fait que le texte va se diffuser largement et va contribuer, à mon avis, à la construction d’une image plus spirituelle du prophète Mohammed et par la même occasion de faire découvrir à un public naturellement « hostile » des aspects angélologiques, cosmologiques, eschatologiques et apocalyptiques de la religion « nouvelle ».

The Book of Mohammed’s scale: example of a double transfer? Adaptation or rewriting?

The story of Prophet Mohammed’s Ascension is a particularly relevant example of the circulation and perennial transmission of a narrative heritage which is widespread beyond geographical and linguistic borders. Besides different regions of the Muslim world, the story was also well known in Europe, where it circulated under the name of The book of Mohammed’s scale, translated from Arabic into Castilian during the 13th century at the court of Alphonse X “the Wise” in Spain in 1263. One year later, in 1264, Bonaventure of Sienna translated the Castilian version into both French and Latin. This version tells us about Mohammed’s Ascension and his visit to the underworld under the guidance of the Archangel Gabriel. It is not so much the translation of a unique text as it is a composite work, which aggregates different versions, as if Christians of Spain felt the need to group Muslim legends concerning the underworld in order to understand, appreciate and then refute the basis of Muslims’ views on God’s realm, Paradise, Purgatory and Hell.

Although the apologetic dimension is central to this work, Bonaventure’s main goal is to denounce Mohammed’s lies and, in doing so, to confirm the ultimate truth of Christ’s message as insisted in the prologue: « Et sicom ce livre estoit par le devantdit Habraym translatéz [de] arabic en espaignol, tot ausinc, par chasqune chose, je, Bonaventure de Sene, notaire et escriven mon seignour le roy devant noméz, par son comandement le tornei de espaignol en françois a tant poi com jeo en sai. Et lo torner de ce livre fis jeo mout volentierspar deus resons: li une en est por faire le comandement mon seignour, et l’autre si est por qe les gentz sachent la vie Mahomet et sa escience; et qe, quant il orront et conustrunt les abusions et les choses non creables qu’il conte en ce livre, la droite loi des Cristiens et la verité que est en lui si en serront plus seanz et plus delictables ad tenir et ad garder ad touz celx qui bons Cristiens sunt. »

Our translator allowed himself to be carried away by his source and created a mi’raj story far removed from the initial objective which even Muslims themselves would not have refuted. Thus we can say that Mohammed’s Scale became a kind of iconography for the Koranic text, the Muslims’ sacred text.

The Arab-Muslim story, translated into three different European languages, including Old French, during the 13th century, was widely disseminated and, I argue, contributed to the construction of a more spiritual depiction of Mohammed while at the same time allowing a naturally “hostile” audience to discover angelolocial, cosmogonic, but also eschatological and apocalyptical aspects of the “new” religion.


Hanne Olivier.

 

Olivier Hanne est professeur agrégé d’histoire aux Écoles militaires de Saint-Cyr Coëtquidan, titulaire d’un doctorat sur le pontificat d’Innocent III (2010), il a publié plusieurs articles et essais sur ce pontife. Diplômé d’arabe, il travaille depuis sur les transferts sémantiques entre langue arabe et langue latine dans les Alcorans médiévaux.

Olivier Hanne is an Associate Professor of History at the Écoles militaires de Saint Cyr Coëtquidan. He received his PhD in 2010 with a dissertation on the pontificate of Innocent III, and has published several articles and essays about him. Having received a diploma in Arabic, he researches semantic tranfers between Arabic and Latin in the medieval Alcorans.

Adélard de Bath et les traductions de l’arabe à Antioche au XIIe siècle.

Adélard de Bath (c. 1075-c.1160) est réputé pour avoir été le premier traducteur de la version arabe des Éléments d’Euclide. Lettré formé aux arts libéraux à Laon puis Tours, Adélard poursuit sa formation à Salerne, puis publie plusieurs textes dans lesquels sa perception de la philosophie naturelle rejoint les nouvelles perceptions du réel et de l’argumentation logique. Pourtant, vers 1114-1116, il part pour la Syrie dans les bagages de la première croisade et s’initie à la langue arabe à Antioche. Bien qu’on ne sache rien de son séjour, les œuvres qu’il publie à son retour et jusqu’à sa mort montrent une évolution profonde de ses compétences et de ses connaissances. Probablement aidé par une équipe, il est désormais capable de traduire des textes arabes d’une grande complexité, à la fois en astrologie, en magie, en philosophie, en géométrie et en arithmétique, et d’en dominer les enjeux scientifiques. Un tel parcours interroge sur sa rapidité de l’apprentissage de la langue et sur la disponibilité à Antioche de manuscrits grecs passés en langue arabe, voire de textes d’al-Khawarizmi. La métropole syrienne n’est pourtant pas connue dans l’historiographie pour avoir été un pôle important de transferts culturels.

L’intervention établira un bilan des débats sur la personnalité et la vie d’Adélard de Bath, ainsi que sur son passage en Syrie. Puis elle analysera à travers ses œuvres l’évolution de la question des autorités arabes chez un auteur qui fut l’un des premiers au XIIe siècle à les prendre en compte, voire à les estimer supérieures aux maîtres latins. À travers ses références implicites à la « langue sarracène » et aux sources arabes, références nourries par son passage à Antioche, Adélard se fait le défenseur d’une méthode de critique comparée entre univers culturels, jusqu’à assumer dans ses traductions et ses textes personnels une acculturation qui dépasse la seule question linguistique. Enfin, la communication établira ses compétences en arabe et ses méthodes de traduction en comparant des extraits de ses textes, lorsque l’original est conservé ou en partie accessible.

Adelard of Bath and the translations from Arabic in Antioch during the 12th century.

Adelard of Bath (c.1075- c.1160) is famous for having been the first translator of the Arabic version of Euclid’s Elements. Highly educated and trained in liberal Arts at Laon and then at Tours, he continued his formation in Salerno, then published several texts in which his perception of natural philosophy joined new perceptions of reality and logical argumentation. However, around 1114-1116, he departed for Syria in the baggage train of the First Crusade and became acquainted with Arabicin Antioch. Even though we know nothing about his stay, works he published upon his return and up until his death indicate a profound evolution of his skills and knowledge. Probably with the help of a team, he was able to translate highly complex Arabic texts dealing with Astrology, Magic, Philosophy, Geometry, and Arithmetic and to dominate scientific debates with them. Such a trajectory raises questions about his rapid acquisition of the language and how he was able to get Greek manuscripts translated into Arabic, including texts from al-Khawarizmi; the Syrian metropolis of Antioch is not well known in historiography for being a hub of cultural transfers.

This presentation will summarize the debates about Adelard’s life and personality, as well as his stay in Syria. Then it will use his works to analyze the evolution of the question of Arabic authorities, as he was one of the first authors in the 12th century to consider them as equal, or even superior, to the European masters. With implicit references to “Saracen” language and Arabic sources, acquired during his stay in Antioch, Adelard became the defender of a method of critical comparison between cultural universes, even ensuring an acculturation in his translations and personal texts which went further than mere linguistic interest. Finally, this paper will establish Adelard’s skills in Arabic and translation methodology, comparing extracts he wrote with the originals, when they are conserved or partly accessible.


Ingrand-Varenne Estelle.

 

Estelle Ingrand-Varenne est ingénieure de recherche CNRS au CESCM, responsable du Corpus des inscriptions de la France médiévale et de son volet numérique : TITULUS (http://titulus.huma-num.fr/exist/apps/titulus/index.html). Elle a déjà publié les volumes 25 et 26 du CIFM sur les inscriptions de la Région Centre et prépare le volume 27 sur le Loiret et de l’Eure-et-Loir. Après avoir étudié pour sa thèse de doctorat le passage du latin au français dans les inscriptions (Langues de bois, de pierre et de verre. Latin et français dans les inscriptions médiévales, Classiques Garnier, 2018), ses recherches se tournent désormais vers l’Outremer, avec l’élaboration du Corpus des inscriptions du Royaume latin de Jérusalem et un projet plus vaste sur l’épigraphie latine de la Méditerranée orientale au Moyen Âge.

Estelle Ingrand-Varenne is the CNRS research engineer at the CESCM. She is the editor of the Corpus des inscriptions de la France médiévale and of its digital component TITULUS (http://titulus.huma-num.fr/exist/apps/titulus/index.html). She has already published two volumes, 25 and 26, on the inscriptions of the Central Region, and is working on volume 27 (on the regions of Loiret and Eure-et-Loir). After having studied the inscriptions’ shift from Latin to French in her doctoral thesis (Langues de bois, de pierre et de verre. Latin et français dans les inscriptions médiévales, Classiques Garnier, 2018), her research focus has now turned to the Outremer: she is currently producing a Corpus of the Inscriptions of the Latin Kingdom of Jerusalem, alongside a broader project on Latin Epigraphy in the Eastern Mediterranean during the Middle Ages.

Transferts épigraphiques : les inscriptions de l’abbaye du Val de Josaphat à Jérusalem.

L’abbaye bénédictine Sainte-Marie du Val de Josaphat, dans la vallée du Cédron à Jérusalem, bâtie auprès du tombeau présumé de la Vierge, fut le centre du culte marial en Outremer, et attira de nombreuses donations tant en Orient qu’en Occident. Elle devint également le lieu de sépulture des reines Morfia et Mélisende, alors que les tombeaux des rois de Jérusalem se trouvaient au Saint-Sépulcre. Connue pour son riche dossier diplomatique, ce monastère lié à Cluny l’est moins pour sa documentation épigraphique. Pourtant, la découverte en 1999 de la grande peinture du réfectoire avec plusieurs inscriptions, exposée depuis 2010 au Musée d’Israël, incite à se pencher sur cette production bénédictine du XIIe s. au prisme des transferts culturels. Une vingtaine de textes brefs, peints, sur mosaïques ou peut-être gravés, se trouvaient dans les bâtiments conventuels, l’église inférieure et la grotte de Gethsémani. La focalisation sur trois inscriptions en particulier (l’une toujours en place, l’autre retrouvée en fouilles, la dernière transmise par Jean de Würzburg et Théodoric) permet de montrer la variété des transferts : graphiques, littéraires, artistiques, entre monde latin et monde byzantin. Le cas de l’abbaye de Josaphat sera mis en regard de l’ensemble du corpus des inscriptions du Royaume latin de Jérusalem en cours d’élaboration.

Epigraphic Transfers: The Inscriptions of the Abbey of the Valley of Jehosaphat in Jerusalem.

The Benedictine Abbey of Saint Mary of the Valley of Jehosaphat, in the Kidron Valley, in Jerusalem, built on the presumed tomb of the Virgin, was the center of the Marian cult in Outremer and attracted many donations from the East and the West. It also became the burial place for the queens Morfia and Melisende, while the tombs of the kings of Jerusalem were located in the Holy Sepulcher. Well known for its rich corpus of charters, it is less known for its epigraphic documentation. Yet, the discovery in 1999 of the great wall paintings of the refectory with several inscriptions, exhibited since 2010 in the Israel Museum, calls for a more thorough study of this Benedictine production, in particular through the prism of cultural transfers. There were almost twenty brief texts on mosaics or painted or engraved in the monastic buildings, the crypt, and the grotto of Gethsemane. The focus on three inscriptions in particular (the first one still in situ, the second found in excavations, and the third transcribed in manuscripts by John of Würzburg and Theodoricus) illuminates the diversity of transfers – graphic, artistic, and literary – between Byzantine and Latin worlds. The case of the Abbey of Jehosaphat will be related to the complete corpus of the inscriptions of the Latin Kingdom of Jerusalem in process.


Isaac Steven.

 

Steven Isaac est professeur d’histoire à l’Université de Longwood (Virginie) depuis 2004. En 2016, il fut bénéficiaire du « Simpson Endowed Professorship ». Ses recherches se focalisent sur l’histoire militaire et culturelle, particulièrement les motivations des combattants, qu’ils soient chevaliers, mercenaires ou civils du milieu urbain. En 2010, il fut chercheur invité au CESCM, grâce à une bourse Fulbright.

Steven Isaac has been a Professor of History at Longwood University (Virginia) since 2004. In 2016, he received the “Simpson Endowed Professorship”. His research focuses on military and cultural history, often dealing with the motivations of combatants, whether are knights, mercenaries, or civilians in an urban context. In 2010 he was a guest researcher at the CESCM thanks to a Fulbright research award.

Aller et retour : les femmes et la guerre sainte.

Cette communication examine comment le rôle des femmes dans la guerre médiévale fut modifié par le fait même que les campagnes occidentales ont été physiquement transférées (au-delà des frontières voisines) en Terre Sainte et transférées idéologiquement dans le domaine de la guerre sainte. Alors même que les penseurs occidentaux insistaient de plus en plus sur le fait que les femmes avaient un statut de non-combattant qui devrait les interdire comme cibles de toute violence, les conflits en Orient ont vu cette idée se transformer par l’expérience de l’Autre musulman (réel et imaginaire) et les femmes de cette culture. Parce que de tels transferts culturels vont presque toujours sur des voies à double sens, nous en tirons profit en regardant simultanément la vision musulmane des femmes croisées. Au cours d’un siècle, ces idées ont ainsi enrichi mutuellement les élites guerrières le long des frontières, mais ces présomptions sont ensuite revenues en Europe lors de la croisade des Albigeois.

There and Back Again: Women and Holy War.

This paper examines how the role of women in medieval warfare was changed by the very fact of Western European campaigns being transferred physically (far beyond normal frontiers) to the Holy Land and transferred ideologically into the realm of holy war. Even as Western thinkers insisted more and more that women had a noncombatant status that ought to set them off limits as targets for any violence, conflict in the East saw this idea transformed as it was filtered through experience of the Muslim Other (real and imagined) and the women of that culture. Because such cultural transfers are almost always two-way streets, we profit by looking at the simultaneous Muslim view of Crusader women. 

In the course of a century, these ideas thus cross-fertilized the warrior elites along the frontiers, but then these presumptions came back into Europe during the Albigensian Crusade.


Junge Ruhland Johannes.

 

Doctorant à l’Université de Stanford, Johannes Junge Ruhland a obtenu son Bachelor of Arts en français et latin à l’Université de Genève et son Master en français au King’s College de Londres. Il y a été récipiendaire de la bourse Sévigné et a reçu le prix Mary Benett. Ses recherches sur la littérature en ancien français et en ancien occitan, explorent les politiques d’interprétation médiévales et modernes.

Johannes Junge Ruhland is a doctoral student at Stanford University. He earned a BA in French and Latin at the University of Geneva, and an MA in French at King’s College London. At King’s, he was the recipient of the Sévigné studentship and was awarded the Mary Bennett prize. His research, on literatures in Old French and Old Occitan languages, explores the politics of interpretation, medieval and modern.

Le manuscrit en tant qu’agent : Londres, British Library, Additionnal 15268.

Trop peu d’attention est portée sur le pouvoir de l’objet culturel. Les transferts culturels sont décrits en tant qu’entités culturelles chosifiées. Un transfert culturel consiste autant à faire passer un objet d’une culture à une autre, qu’à la manière dont ce passage affecte les cultures rencontrées par l’objet. À travers l’examen d’un manuscrit d’Acre cette communication cherchera à décrire comment le manuscrit a pu jouer un rôle actif dans la modélisation de la culture originelle mais également de la culture cible de son transfert.

Maraszak (2015) a déclaré que Additionnal 15268 actualise l’Histoire ancienne jusqu’à César en convoyant un message politique d’identité avec laquelle il était important que le public s’identifie. Cependant, il est peu évident de savoir si ce programme pouvait être compris, intensifiant l’importance de l’étude de son impact sur son public. 

Fondée sur un examen du contexte de communication de Additionnal 15268, avec pour but de redéfinir le manuscrit en tant qu’objet et non en tant que copie d’un texte, la notion d’identité culturelle peut être réévaluée en termes de prédication et de portée. Le manuscrit invite son public à s’engager, plutôt qu’à simplement s’identifier dans son propos. Les propos du manuscrit proposent des paradigmes (par exemple : le « style Croisé » ou la verisimilitude du propos narratif) qui permettent de tisser des liens entre des groupes de personnes, et que lesquels le public doit décider ou non d’adopter, d’adapter ou de refuser, sur la base de ses propres paradigmes. Plutôt que d’être unidirectionnel, le propos du manuscrit consiste en une négociation entre manuscrit et public à travers lesquelles des communautés sont définies. Après examen de la valeur critique des variations du manuscrit pour fournir à un public les réponses qu’il recherche, cette conférence se conclura sur l’hypothèse d’un transfert culturel opéré par Additionnal 15268 à travers l’usage qu’il fait du français d’Outremer.

The Manuscript as Agent: London, British Library, Additional 15268.

Unless sufficient attention is granted to the potency of the cultural object, ‘cultural transfers’ are described in terms of reified cultural entities. A cultural transfer consists as much in transferring an object from one culture to another as in affecting, in so doing, the cultures the object encounters. Through an examination of a manuscript from Acre – London, British Library, Additional 15268 (1280s?) -, this paper will seek to describe how the manuscript could play an active role in shaping the origin and target cultural entities of its transfer. 

Maraszak (2015) has claimed that Additional 15268 actualizes the Histoire ancienne jusqu’à César by conveying a political message of Outremer identity with which the audience was meant to identify. However, it is unclear whether this agenda had any traction, hence the importance of studying the effects of this agenda on the manuscript’s audience. 

Based on an examination of the communicative context of Additional 15268, aimed at redefining the object of cultural transfers (the manuscript as object, not the copy of a ‘text’), the notion of cultural identity can be re-evaluated in terms of its predication and of its ambit. The manuscript invites the audience to engage, rather than simply identify, with its claims. The politics of the manuscripts therefore proposes paradigms (for instance, ‘Crusader style’ or narrative verisimilitude) that draw lines between groups of people, and which the audience must decide to adopt, adapt, or refuse on the basis of its own paradigms. Rather than being unidirectional, the politics of the manuscript consists in a negotiation between manuscript and audience of the terms in which collectivities are defined. After examining the critical value of manuscript variance to assess an audience’s response, the paper will conclude with one hypothesis about a ‘cultural transfer’ operated by Additional 15268 through its use of Outremer French.


Lyons-Penner Mae.

 

Mae Lyons-Penner est doctorante au sein du département de Littérature Comparée de l’Université de Stanford. Elle est titulaire de diplômes en Langues Médiévales et Modernes de l’Université d’Oxford et de l’University College de Londres. Sa thèse de doctorat examine les représentations symboliques de la communauté dans le cycle du Lancelot-Graal en ancien français. Ses autres intérêts de recherche sont l’application de théories littéraires et sociales à la production de textes médiévaux, l’analyse numérique des textes littéraires et la traduction. Lorsqu’elle ne rédige pas sa thèse, Mae Lyons-Penner dirige l’édition du Global Medieval Sourcebook, un corpus de sources en ligne.

Mae Lyons-Penner is a doctoral candidate in the Department of Comparative Literature at Stanford University. She holds degrees in Medieval and Modern Languages from the University of Oxford and in Medieval and Renaissance Studies from University College London. Her doctoral thesis examines symbolic figurations of community in the Old French Lancelot-Grail Cycle. Other research interests include the application of literary and social theory to medieval text production, computational text analysis, and translation. When she isn’t writing her dissertation, she is managing editor of the Global Medieval Sourcebook, an online resource.

Faire la leçon à Saladin : objets de communication dans l’Ordene de Chevalerie.

L’Ordene de Chevalerie est un poème du début du XIIIe siècle, probablement composé dans le Nord de la France. Il invente une rencontre supposée entre Saladin et un chevalier croisé issu de la noblesse locale : Hughes II de Saint-Omer. Le poème met en scène Hughes, capturé par les forces sarrasines, et obligé d’expliquer “comment l’en fet les chevaliers” ; en découle une démonstration formant le corps du poème, offrant ses leçons tant à Saladin qu’au lecteur français. Ainsi, le poème adopte et reflète plusieurs formes de transferts culturels : le passage d’informations des États Latins d’Orient vers la France ; l’apport des coutumes occidentales aux musulmans de Terre Sainte ; la transformation d’anecdotes exotiques en matériel didactique et en légendes locales.

Lors de cette communication, je vais démontrer que la cérémonie d’adoubement est associée, dans le poème, à la conversion religieuse ; la montrant ici finalement incomplète. La cérémonie consiste en une interaction organisée avec des objets du quotidien, et les explications d’Hughes concernant la sénéfiance de ces interactions impliquent une lisibilité simplifiée d’une vérité théorique dans le monde matériel (même pour des païens). Cependant, le contentement de Saladin face à ces explications, ne mène pas à sa propre transformation mais plutôt à une récompense en or.

Pour un poème explicitement soucieux de la diffusion de l’hérésie cathare, la leçon qu’il donne sur la chevalerie sert donc un double rôle : réaffirmer au lecteur les bases chrétiennes des coutumes qui y sont liées, et renforcer l’impossibilité d’une conversion par la seule éducation. En ce sens, l’Ordene de Chevalerie exemplifie la manipulation de l’histoire des croisés en Orient afin de légitimer pour les Francs des croisades plus proches de chez soi, dans les terres albigeoises.

Schooling Saladin: Objects of Communication in the Ordene de Chevalerie.

The Ordene de Chevalerie, an early thirteenth-century poem probably composed in Northern France, fictionalises a supposed encounter between Saladin and a crusader knight connected to local nobility: Hugh II of Saint-Omer. The poem narrates how Hugh, captured by Saladin’s forces, is forced to explain “comment l’en fet les chevaliers”; the subsequent demonstration, which forms the bulk of the poem, offers its lesson to both Saladin and the French reader. The poem thus enacts and reflects several forms of cultural transfer: the movement of information from the crusader states to France; the communication of Latin Christian customs to Muslims in the Holy Land; the transformation of exotic anecdote into didactic material and local legend. In this paper, I argue that the poem’s representation of the knighting ceremony associates it with a religious conversion, yet one which is ultimately unrealised: the ceremony consists of curated interactions with quotidian objects, and Hugh’s explanations of their senefiance implies a straightforward legibility of theological truth from the material world (even for pagans!); yet Saladin’s pleasure in the demonstration leads not to his own transformation but instead to an offer of money. For a poem explicitly concerned with the Albigensian heresy, the lesson in chivalry thus serves a double purpose: to reaffirm the Christian basis of readers’ customs, and to reinforce the impossibility of conversion by education alone. In this way, the Ordene exemplifies the manipulation of crusader history from the Middle East into a legitimation for crusades closer to home.


Minervini Laura.

 

Laura Minervini étudie l’histoire des langues et littératures romanes au Moyen Âge et au début de l’Époque Moderne. Elle s’intéresse particulièrement aux contacts linguistiques et culturels autour de l’espace méditerranéen. Ses recherches examinent l’usage du dialecte Franc dans les États Latins d’Orient et à Chypre (XIIe-XIVe s.), l’histoire linguistique des communautés juives d’Espagne et de Sicile dans le Moyen Âge tardif, le développement du Judéo-hispanique, la diffusion de l’Italien dans l’Empire Ottoman et la construction de la légende médiévale des Assassins. Elle a édité de la littérature espagnole, française, et italienne ainsi que des textes documentaires en latin et en hébreu.  

Laura Minervini studies the history of Romance languages and literatures in the Middle Ages and the Early Modern period. She is primarily interested in language and cultural contacts across the Mediterranean. Her research examines the French dialect used in the Crusader States and in Cyprus (12th-14th c.), the linguistic history of the Iberian and Sicilian Jewries in Late Middle Ages, the development of Judeo-Spanish, the diffusion of Italian in the Ottoman Empire (16th-18th c.), the making of the medieval legend of the Assassins. She has edited Spanish, French, and Italian literary and documentary texts, in Latin and Hebrew scripts.

Les manuscrits français d’Outremer. Un nouveau bilan.

L’analyse des manuscrits copiés dans les États Latins d’Orient peut aider notre compréhension des dynamiques culturelles, développés dans le Moyen Orient Latin, du XIIIe au XIVe siècle. Cette présente étude ne prendra en compte que les manuscrits français dont l’origine peut être établie avec certitude grâce à une expertise philologique et artistique. Une préférence sera faite pour les textes de lois, l’historiographie et les œuvres didactiques mais de nouvelles entrées ouvrent des voies intéressantes pour des études à venir.

The French Outremer Manuscripts. A New Synthesis.

The analysis of the manuscripts copied in the Crusader States may help our understanding of the cultural dynamics developing in the Latin East, from the 13th to the 14th c. The present survey takes into account only French text manuscripts whose origin may be convincingly established through a philological and/or artistic expertise. Preference for legal, historiographical and didactic works is confirmed, but some “new entries” open up interesting paths to be further explored.


Pignatelli Cinzia.

 

Cinzia Pignatelli est Maître de Conférences en Philologie romane et Linguistique française à l’Université de Poitiers depuis 1998. Ses principales publications portent sur les glossaires médiévaux, l’édition électronique, la variation diachronique et diatopique dans l’espace roman, la contribution de la traduction à la formation des langues romanes médiévales.

Cinzia Pignatelli has been a Lecturer in Romance philology and French linguistics at the University of Poitiers since 1998. Her main publications deal with medieval glossaries, electronic editions, diachronic and diatopic variations in romance-speaking spaces, and the contribution of translation to the formation of medieval romance languages.   

Deux guides de Terre Sainte et leur traduction par Jean d’Antioche.

Gervais de Tilbury termine par un « itinéraire de la Terre Sainte » son deuxième livre des Otia Imperialia, sorte d’encyclopédie qu’il compose pour distraire l’empereur Othon IV récemment excommunié (1210). Gervais a à vrai dire travaillé sur deux guides différents de Terre Sainte, le De situ terrae sanctae de Theodosius, écrit dans la troisième décennie du VIe siècle, et une description de la Terre Sainte composée par Fretellus, archidiacre de Nazareth, dans sa version de 1148. Les deux textes, qui appartiennent à la tradition médiévale des guides destinés aux pèlerins faisant le voyage d’outremer, sont adaptés assez librement par Gervais, et les deux versions figurent l’une à la suite de l’autre dans la plupart des manuscrits de la tradition textuelle latine des Otia imperialia. Font exception le ms. N (Vat. Lat. 933), considéré comme un manuscrit autographe de Gervais, et les mss. du groupe I, qui reflèteraient un stade précoce de l’élaboration de N, puisqu’ils n’intègrent pas tous les marginalia de ce dernier ; dans ces six manuscrits ne figure que l’adaptation de l’itinéraire de Terre Sainte remontant à Théodose.

La traduction des Otia Imperialia réalisée à la fin du XIIIe siècle par Jean d’Antioche, qui était probablement un prêtre rattaché à l’hôpital de Saint-Jean-de-Jérusalem à Acre, contient les deux itinéraires : cette caractéristique permet de la rattacher à un original parallèle à N (l’hypothétique β de Caldwell), sur lequel Gervais devait travailler en même temps ; tout en s’efforçant de les augmenter simultanément et de les maintenir identiques, l’auteur a dû finir par écarter N et continuer à faire des modifications et des ajouts à β (qui est toutefois un exemplaire tout aussi incomplet, puisque les manuscrits qui en descendent n’ont jamais reçu des additions au texte qui apparaissent comme des marginalia dans N).

Intéressant notre colloque au double titre de leur objet et de leur lieu de traduction, les chapitres contenant les deux itinéraires de Terre Sainte seront ici étudiés du point de vue tautologique et linguistique : ajouts, réductions et adaptations par rapport au texte latin, traitement de l’onomastique, traces éventuelles du « français du Levant ».

Two guides to the Holy Land and their translation by John of Antioch.

Gervais of Tilbury concludes his second volume of Otia Imperialia, a kind of encyclopedia which he composed to divert the recently excommunicated emperor Othon IV, with a “Holy Land itinerary”. Gervais, in truth, worked with two different guides to the Holy Land, the De Situ terrae Sanctae by Theodosius, written during the third decade of the 6thcentury, and a description of the Holy Land composed by Fretellus, archdeacon of Nazareth, in its version from 1148. Both texts are part of the tradition of medieval guide manuscripts intended for pilgrims making the journey overseas. Both are adapted quite liberally by Gervais and the two versions follow one after the other in most of the manuscripts of the Latin textual tradition of the Otia Imperialia. Exceptions are MS N (Vat. Lat 933) considered as autograph and MSS from group I, which may reflect an early stage of N’s elaboration, since they do not include all the marginalia that are included in N. These six manuscripts only feature the adaptation of Theodosius’s Holy Land itinerary.

The translation of Otia Imperialia, produced at the end of 13th century by John of Antioch, who was probably a priest connected to the Hospital of St. John of Jerusalem in Acre, contains both itineraries. This feature allows us to tie this translation to a parallel original of N (Caldwell’s hypothetical β) which Gervais must have been working on at the same time; while endeavoring to simultaneously enlarge both, and to keep them both identical, the author must have eventually set N aside and continued to modify and make additions to β (which is however an incomplete exemplar because the manuscript copies made from it never received the additions to the text which appear as marginalia in N).

Interesting to our colloquium by virtue of both their content and their place of translation, the chapters dealing with the two Holy Land itineraries will be observed from a tautological and linguistic point of view: additions, reductions and adaptations relating to the Latin text, onomastic treatment and possible traces of Outremer French.


Rouxpetel Camille.

 

Camille Rouxpetel est enseignant-chercheur contractuel à l’Université d’Angers, ancien Florence Gould Fellow à la Villa I Tatti (Harvard University) et ancien membre de l’École française de Rome. Ses travaux portent sur les relations interculturelles entre les communautés chrétiennes latine, grecque et orientale au Proche-Orient entre les XIIe et XVe siècles. Elle a notamment publié à Rome une monographie sur les représentations latines des chrétiens du Proche-Orient : L’Occident au miroir de l’Orient chrétien. Cilicie, Syrie, Palestine, Égypte (XIIe-XIVe s.).

Camille Rouxpetel is an adjunct instructor and researcher at the University of Angers, a former Florence Gould Fellow at the Villa I Tatti (Harvard University) and a former member of the l’École française de Rome. Her work focuses on intercultural relations between the communities of Latin, Greek, and Eastern Christians in the Latin East from the 12th to the 15th centuries. In Rome, she published a monograph on Latin representations of Near Eastern Christians: L’Occident au miroir de l’Orient chrétien. Cilicie, Syrie, Palestine, Égypte (XIIe-XIVe s.).

Guillaume de Tyr, un Latin du Proche-Orient.

L’arrivée des Francs en Orient et la fondation du royaume de Jérusalem qui s’en suit sont traditionnellement analysées sous l’angle exclusif de la latinisation, qui ne rend compte que très imparfaitement de la diversité constitutive des sociétés franque et islamique dans le Proche-Orient médiéval. Loin d’être des Occidentaux vivant « hors-sol », les Francs qui s’installent en Syrie et en Palestine dans le sillage de la Première croisade sont les membres d’une société proche-orientale bigarrée qui les conduit à être en interrelations constantes avec leur environnement social, politique, culturel et religieux immédiat, les chrétiens melkites et orientaux et les musulmans. Né à Jérusalem de parents résidant en Palestine, chancelier du royaume de Jérusalem en 1174, Guillaume de Tyr offre un cas exemplaire pour une étude en contexte de la société franque de la seconde moitié du XIIe siècle. La connaissance et la prise en compte des traditions locales, notamment liées à la localisation des lieux saints quand celle-ci entre en conflit avec les nouveaux sites inventés par les Francs, constituent un premier indice d’une relation complexe, dont l’horizon est bien plus oriental qu’occidental, à la terre conquise dans les dernières années du XIe siècle et aux hommes qui la peuplent.

William of Tyre, a Middle-Eastern Latin.

The arrival of Franks in the East and the ensuing foundation of the Kingdom of Jerusalem have traditionally been analyzed exclusively from the angle of “Latinization” which fails to take into account the constitutive diversity of Frankish and Islamic societies in the medieval Middle East. Far from being Westerners without land, Franks settling in Syria and Palestine in the wake of the First Crusade were members of a middle-eastern variegated society which forced them to be in constant interaction with their immediate social, political, cultural and religious environment: with Melkites, Eastern Christians and Muslims. Born in Jerusalem to parents settled in Palestine, chancellor of the Kingdom of Jerusalem in 1174, William of Tyre provides a perfect example for a contextual study of the Frankish society of the second half of the 12th century. Knowledge of local traditions, especially as related to the location of sacred sites when they conflicted with the new holy places invented by the Franks, is a first indication of the complex relationship – whose horizon was far more Eastern than Western – with the land conquered in the late 11th century, and with the people who inhabited it.


Shawcross Teresa.

 

Teresa Shawcross est historienne spécialiste de l’Empire Byzantin et de l’Espace méditerranéen au Moyen Âge à l’Université de Princeton. Son premier ouvrage, The Chronicle of Morea: Historiography in Crusader Greece, est centré sur les États Latins d’Orient, et discute de l’évolution des représentations dans les récits historiques médiévaux composés au sein d’une région instable où différentes ethnies étaient obligées de se côtoyer et où des intérêts politiques extérieurs étaient régulièrement mis en jeu. Actuellement intéressée par les théories et pratiques médiévales de l’empire, elle termine un ouvrage sur l’Empire Byzantin tardif intitulé : Nightmares of Empire: Memory, Legitimation and Power in the Eastern Mediterranean, 13th-15th Centuries. Teresa Shawcross travaille également à l’édition et à la traduction des écrits du théoricien politique et d’homme d’état Italo-Byzantin Théodore Paléologue et conduit des recherches préliminaires pour une monographie, provisoirement intitulée Cosmopolitan Networks in an Age of Revolutions: Ruling the Mediterranean World at the End of Empire. Elle y cherche, en comparant Empire Byzantin et Saint Empire Romain Germanique, à analyser l’effondrement de l’autorité impériale et les transformations des réseaux de pouvoirs transrégionaux. La récente attribution d’une bourse New Directions, attribué par la Fondation Mellon, lui permettra les interactions de l’espace méditerranéen avec l’Histoire de l’Asie Centrale. Professeure Shawcross a reçu une formation interdisciplinaire. Elle est notamment titulaire d’un bachelor, d’un Master et d’une thèse de Doctorat à l’Université d’Oxford, et d’une maîtrise obtenue à l’Université de Paris III-Sorbonne Nouvelle. Elle a obtenu une bourse postdoctorale Hannah Seeger Davis à l’Université de Princeton et un financement de recherches au Trinity Hall, à l’Université de Cambridge, alors qu’elle était professeure-assistante d’Histoire médiévale Européenne et Méditerranéenne au Amherst College.

Teresa Shawcross is a historian of the Byzantine Empire and the Mediterranean World in the Middle Ages. Her first book (The Chronicle of Morea: Historiography in Crusader Greece) focuses on the Crusader States, and discusses the evolution of the representation of identity in medieval historical narratives composed within a volatile region where different ethnicities were obliged to live alongside each other and outside political interests frequently intruded. Currently interested in medieval theories and practices of empire, she is completing a book on the late Byzantine Empire (Nightmares of Empire: Memory, Legitimation and Power in the Eastern Mediterranean, 13th-15th Centuries). She is also working on an edition and translation of the writings of the Italo-Byzantine political theorist and statesman Theodore Palaeologus, and conducting preliminary research for a monograph, tentatively entitled Cosmopolitan Networks in an Age of Revolutions: Ruling the Mediterranean World at the End of Empire, that seeks, by comparing the Byzantine and Holy Roman Empires, to analyse the collapse of imperial authority and the transformation of transregional power networks. The recent award of a New Directions Fellowship from the Mellon Foundation will enable her to explore in the future the interaction of Mediterranean with Central Asiatic history.

Professor Shawcross received an interdisciplinary education, earning her B.A., M.Phil. and D.Phil. from the University of Oxford, and her Maîtrise from the Université de Paris III-Sorbonne Nouvelle. She held a Hannah Seeger Davis Postdoctoral Fellowship at Princeton University and a Research Fellowship at Trinity Hall, Cambridge University, while her last position was that of Assistant Professor of Medieval European and Mediterranean History at Amherst College.

La séduction de Constantinople.

La quatrième croisade a obligé une partie de l’Europe à revoir radicalement ses positions à l’égard de l’Empire Byzantin. Prenant pour cadre de discussion les notions d’émerveillement, de connaissance et de souvenir, issues de la philosophie, telles qu’elles étaient pensées au début du XIIIe siècle, cette communication s’attardera sur la première expérience qu’ont eue les Croisés de Constantinople, telle qu’elle est décrite dans la Conqueste de Constantinople de Robert de Clari. Je situe le langage métaphorique du désir érotique et de la possession contenus dans cette chronique au même niveau que celui que l’on trouve dans d’autres textes français tels que Girart de Roussillon et le Pèlerinage de Charlemagne, mais aussi dans des textes grecs de la même période, comme le ‘Εσηγητήρια. Je veux démontrer comment des récits comme le De Clari rejette les facilités des mentions plus précoces de la supériorité des Occidentaux, et utilise des modèles byzantins permettant aux Croisés de passer du statut d’envahisseur étranger à celui de chef héréditaire dont l’autorité légitime se fonde de manière traditionnelle sur les terres conquises.

The Seduction of Constantinople.

The Fourth Crusade of 1204 obliged a segment of Western Europe to rethink radically its attitudes towards the Byzantine Empire. Framing the discussion with the notions developed in early 13th century philosophy of ‘wonderment’, ‘knowledge’ and ‘memory’, this paper examines the representation in De Clari’s French Conqueste de Constantinople of the crusaders’ first experience of the city of Constantinople. I situate the chronicle’s metaphorical language of erotic desire and possession alongside that found in other French texts, such as Girart de Roussillon and the Pèlerinage de Charlemagne, as well as that found in Greek texts of the same period, such as the ‘Εἰσηγητήρια’. I show how narratives such as De Clari’s rejected the facileness of earlier iterations of Western superiority, and used Byzantine models in ways that allowed the crusaders to transition in status from foreign invaders to hereditary rulers whose legitimate authority was defined in a manner traditional to the lands they had conquered.


Tolan John.

 

Formé à Yale (BA en lettres classiques), à Chicago (Master & PhD en histoire), puis à l’EHESS (HDR), John Tolan est professeur d’histoire à l’Université de Nantes, membre de l’Academia Europæa et codirecteur de l’Institut du Pluralisme Religieux et de l’Athéisme (www.ipra.eu). Historien du monde méditerranéen médiéval, il est auteur de nombreux articles et ouvrages, dont Les Sarrasins (Flammarion/Aubier 2003), Le Saint chez le sultan (Le Seuil 2007), L’Europe latine et le monde arabe au Moyen Âge (PUR 2009) et Mahomet l’européen : une histoire des représentations du Prophète en Occident (Albin Michel 2018).

Trained at Yale (BA in Classics), at the University of Chicago (Master and PhD in History), then at the École des Hautes Études en Sciences Sociales (where he received his Habilitation to Supervise Research), John Tolan is a Professor of History at the University of Nantes, member of the Academia Europæa and co-director of the Institue of Religious Pluralism and Atheism (www.ipra.eu). A historian of the medieval Mediterranean, he is the author of numerous articles and books such as Les Sarrasins (Flammarion/Aubier 2003), Le Saint chez le sultan (Le Seuil 2007), L’Europe latine et le monde arabe au Moyen Âge (PUR 2009) et Mahomet l’européen : une histoire des représentations du Prophète en Occident (Albin Michel 2018).

La transmission de la connaissance de l’islam, à travers Guillaume de Tyr et ses continuateurs.

Pour des chroniqueurs de la première croisade, les « Sarrasins » étaient des idolâtres, et Mahomet fut le nom de leur Dieu principal. Certains d’entre eux vont jusqu’à imaginer, lors de la prise de Jérusalem le 15 juillet 1099, que le chevalier normand Tancrède, en rentrant dans le Dôme du Rocher (ou plutôt dans le Templum Domini) y trouve une statue, en or et pierres précieuses, de Mahomet – qu’il fait détruire aussitôt. Cet acte marquerait la culmination de la victoire voulue par Dieu, le début de la purification de la ville sainte polluée par des rites sarrasins. Bien différente fut la vision de Guillaume de Tyr (m. 1186), qui insère un récit de la vie de Mahomet et des débuts de l’islam dans son Historia, dans lequel il dépeint le prophète de l’islam comme un hérésiarque. Le texte de Guillaume, en Latin et dans les versions françaises qui circulaient à partir du XIIIe s. (surtout l’Eracles) furent des vecteurs en Europe de la représentation du prophète comme hérésiarque. Je présenterai quelques exemples de cette transmission, mettant l’accent sur le récit de Guillaume de Tyr, les transformations de ce récit dans les versions françaises, la diffusion attestée dans la tradition manuscrite, et l’iconographie qu’on y retrouve.

Transmission of the knowledge of Islam, through William of Tyre and his continuators.

According to chroniclers of the First Crusade, the “Saracens” were idolaters and Mohammed was the name of their main god. Some of them even imagined, when Jerusalem was taken on July 15th, 1099, that the Norman knight Tancred, entering in the Dome of the Rock, (more probably the Templum Domini) found a golden statue of Mohammed set with gemstones, which he immediately had destroyed. This act would mark the culmination of a victory willed by God, and the beginning of the purification of the holy city polluted by Saracen rituals. Very different was William of Tyre’s vision (m.1186), who included in his Historia a story of Mohammed’s life and of the beginnings of Islam, in which he depicts the prophet as an heresiarch. William’s work, in its Latin version and in a French version circulating from the 13th century onwards (especially l’Eracles), was a vector for the European representation of the prophet as a heresiarch. In this paper, I will present a few examples of this transmission, emphasizing William of Tyre’s story, its modifications in the French versions, the dissemination attested by the manuscript tradition, and the iconography found within it.


Vasselot Clément de.

 

Clément de Vasselot de Régné est normalien, agrégé d’histoire, a été chargé de cours à l’Université de Nantes et vient de soutenir son doctorat intitulé : Le « Parentat » Lusignan (Xe-XIVe siècle) : structures, parenté vécue, solidarités et pouvoir d’un lignage arborescent.

Clément de Vasselot de Régné attended the École Normale Supérieure and received his Agregation in History. He has worked as an instructor at the University of Nantes and has recently defended his PhD thesis: Le « Parentat » Lusignan (Xe-XIVe siècle) : structures, parenté vécue, solidarités et pouvoir d’un lignage arborescent.

Guy de Lusignan : pouvoir et récits du règne entre Occident, Orient latin et Chypre.

Le règne de Guy de Lusignan est marqué par sa défaite catastrophique à Hattin et l’effondrement du royaume de Jérusalem. L’ampleur du désastre a conduit les historiens des XIXe et du début du XXe siècle à juger très sévèrement le personnage, éclipsant sa trajectoire étonnante, sa tentative de reconquête du royaume du Jérusalem, sa participation active à la conquête de Chypre et son succès dans l’établissement d’un royaume insulaire. Ses sceaux et ses monnaies nous permettent d’appréhender l’image du pouvoir qu’il a souhaité renvoyer pour imposer successivement sa domination dans deux espaces culturels, l’Orient dit « latin » et l’île byzantine. Dans le même temps, comme le maintien de son autorité reposait sur l’appui des souverains d’Occident, il devait diffuser une version de ses malheurs qui lui soit favorable. Elle se répand pendant la première moitié du XIIIe siècle, avant que la diffusion des continuations de Guillaume de Tyr et surtout de la Chronique d’Ernoul ne remporte le combat mémoriel, imposant pour les historiens postérieurs un point de vue très hostile au roi de Jérusalem, aujourd’hui remis en question par les chercheurs.

Guy of Lusignan: power and stories of his reign between the West, the Latin East and Cyprus.

Guy of Lusignan’s reign is marked by his catastrophic defeat in Hattin and the collapse of the Kingdom of Jerusalem. The magnitude of the disaster has led historians of the 19th century and the beginning of the 20th century to judge him severely, overshadowing his fascinating trajectory, his attempt to reconquer the Kingdom of Jerusalem, his active role in the conquest of Cyprus and his success in establishing an insular kingdom. His seals and coins allow us to better understand the sort of representation of power he wanted to enforce to subsequently impose his domination in two cultural places, the Latin East and the Byzantine island. Simultaneously, as his authority was mainly secured through the help of kings from Western Europe, he had to give an account of his misfortunes which was favorable to him, in order to maintain their support. This version spread during the first half of the 12th century before William of Tyre’s continuations and, especially, the Chronicle of Ernoul, won the battle for memorialization and imposed upon later historians an extremely hostile perspective on the king of Jerusalem, a perspective which today is being called into question by researchers.


Zouache Abbès.

 

Historien et philologue, Abbès Zouache est chercheur au CNRS, directeur du Centre français d’archéologie et de sciences sociales (CEFAS USR 3141, Koweït City et Sanaa). Il est spécialiste de la guerre, qu’il envisage comme un phénomène social et culturel, dans l’Orient médiéval. Il a publié plusieurs ouvrages, en particulier Armées et combats en Syrie de 491/1098 à 569/1174. Analyse comparée des chroniques médiévales latines et arabes (Damas, Ifpo, 2008) ; Kitāb manāhiǧ al-surūr de Abd al-Qādir al-Fākihī (m. 1574), édition critique par Abbès Zouache et Ahmed el-Shoky (Beyrouth, Dār Ǧadāwil – CEFAS, 2016) ; Pouvoir et culture dans le monde arabe et musulman médiéval. Études dédiées à la mémoire de Thierry Bianquis (Beyrouth, Ifpo, BEO LXVI 2017), Damas-Beyrouth, 2018. Il travaille actuellement à l’édition et à la traduction de l’œuvre d’Aḥmad b. ‘Alī al-Ḥarīrī (m. ap. 1520), qui est l’auteur de la plus ancienne histoire des croisades en arabe conservée, ainsi qu’à un ouvrage sur la culture de la furūsiyya, qui fut prégnante dans l’ensemble de l’Orient du VIIIe au XVIe siècle.

Both historian and philologist, Abbès Zouache is a researcher at CNRS and the Director of the French Center for Archeological and Social Sciences in Kuwait City and Sanaa. He is a specialist of war, which he considers to be both a social and a cultural phenomenon in the medieval Latin East. He has published several books, notably: Armées et combats en Syrie de 491/1098 à 569/1174. Analyse comparée des chroniques médiévales latines et arabes (Damas, Ifpo, 2008); Kitāb manāhiǧ al-surūr de Abd al-Qādir al-Fākihī (m. 1574), édition critique par Abbès Zouache et Ahmed el-Shoky (Beyrouth, Dār Ǧadāwil – CEFAS, 2016); Pouvoir et culture dans le monde arabe et musulman médiéval. Etudes dédiées à la mémoire de Thierry Bianquis (Beyrouth, Ifpo, BEO LXVI 2017), Damas-Beyrouth, 2018. He is currently working on the edition and translation of the works ofAḥmad b. ‘Alī al-Ḥarīrī (m. ap. 1520). This author wrote the oldest surviving Arabic history of the crusades. Abbès Zouache is also currently translating and editing a book on furūsiyya culture, which predominated in East from the 8th to the 15th century.

Le Kitāb al-i‘lām wa-l-tabyīn sur les croisades d’al-Ḥarīrī (m. ap. 1520), œuvre mémorielle ?

Aḥmad b. ‘Alī al-Ḥarīrī (m. ap. 926/1520) n’a guère suscité l’attention des chercheurs – pas même des historiens des croisades. Pourtant, al-Ḥarīrī est l’auteur de la plus ancienne « histoire des croisades » conservées, intitulé : Kitāb al-i‘lām wa-l-tabyīn fī urūǧ al-Firanǧ al-malā‘īn alā bilād al-muslimīn (« Le livre de l’instruction et des explications quant à l’invasion des pays musulmans par les maudits Francs »).

Dans cette communication, je me propose de revenir sur le parcours d’al-Ḥarīrī, essentiellement à partir des marques extratextuelles qui émaillent les manuscrits de ses œuvres. Je m’attacherai ensuite au Kitāb al-i‘lām wa-l-tabyīn, en me demandant dans quelle mesure il ne participait pas, dans le Bilād al-Šām, à un processus de mémorialisation de la croisade perceptible à travers d’autres œuvres, littéraires celles-là.

The Kitāb al-i‘lām wa-l-tabyīn at the time of the Crusades of al-Ḥarīrī (m. ap. 1520), a work of remembrance?

Aḥmad b. ‘Alī al-Ḥarīrī (m. ap. 926/1520) received little if any of researchers’ attention -not even from historians of the time of the Crusades. Nonetheless, al-Ḥarīrī is the author of the oldest « histoire des croisades » still preserved, which is entitled: Kitāb al-i‘lām wa-l-tabyīn fī urūǧ al-Firanǧ al-malā‘īn alā bilād al-muslimīn (“the book of instructions and explanations on the invasion of Muslim land by damned Franks”.)

In this paper, I intend to examine al-Ḥarīrī,’s career, essentially thanks to extra-textual markers within the manuscripts of his works. I shall then devote my attention to the Kitāb al-i‘lām wa-l-tabyīn, asking to what extent he might have participated, with the Bilād al-Šām, in a process of memorialization of the Crusades which can be traced elsewhere in literary works.

[30 avril] Journée d’études – La grande salle et ses abords : contribution à l’étude des résidences palatiales et élitaires (XIe-XVIe s.)

Journée d’études – La grande salle et ses abords : contribution à l’étude des résidences palatiales et élitaires (XIe-XVIe s.)

 

Séminaire thématique organisé dans le cadre du Master 2 Mondes médiévaux, sous la coordination de Nicolas Prouteau (CESCM)

Date : 30 avril 2019 – 9h / 17h

Lieu : Poitiers, faculté des Sciences humaines et arts, hôtel Berthelot, salle Crozet – 24 rue de la chaîne – Bât. E13

Entrée libre

Programme

9h15 – Nicolas Prouteau (CESCM / Université de Poitiers) : Introduction

9h30 – Pierre Papin (Service archéologique d’Indre-et-Loire) : La découverte d’une aula des comtes d’Anjou du XIe s. au château de Loches. Résultats des récentes fouilles programmées (2013-2018)

10h15 – Teddy Bethus (Conseil départemental de la Vendée), Aurélia Borvon (ArScAn), Sarah Grenouilleau (CReAAH) et Nicolas Prouteau (CESCM / Université de Poitiers) : La vie de château à Talmont (Vendée) : approche interdisciplinaire d’une résidence comtale et ducale en Bas-Poitou (XIe-XIIIe s)

11h10 – Pause

11h30 – Christophe Mathevot (La Diana / ArAr) : Grande salle et aménagements seigneuriaux du réduit sommital du castrum de Couzan (Forez) durant la seconde moitié du XIVe siècle

14h – Stéphane Augry (Inrap / CReAAH) et Hugo Meunier (Ville de Laval / CReAAH) : Les grandes salles du palais épiscopal du Mans, héritages et transformations (XIe-XVIIIe s.)

15h – Bénédicte Guillot (Inrap Grand Ouest) : Les trois grandes salles du château de Caen. Évolution de l’ensemble palatial entre le XIe et le XVIe siècle

15h45 – Pause

16h – Emmanuel Litoux (Service départemental du Maine-et-Loire) : La grande salle du château d’Angers dans son environnement architectural (Xe-XVe siècles)

Voir le programme en ligne ICI

Contact

Nicolas Prouteau : nicolas.prouteau@univ-poitiers.fr

                                 

[24-26 avril 2019] Colloque Poitiers-Stanford

Transferts culturels : France et Orient latin aux XIIe et XIIIe siècles. 24-26 avril 2019
Cultural Transfers: France and the Latin East in the 12th-13th c. April 24-26, 2019

 

Colloque international co-organisé par le CESCM (Université de Poitiers/CNRS) et le CMEMS (Stanford University/FSCIS)

International Conference co-organized by CESCM (University of Poitiers/CNRS) and CMEMS (Stanford University/FSCIS)

Lieu/place : Salle Crozet, Hôtel Berthelot, 24 rue de la Chaîne, Poitiers

Contacts :

Comité scientifique / Conference Committee:

  • Martin Aurell (Université de Poitiers-CESCM)
  • Estelle Ingrand-Varenne (CNRS-CESCM)
  • Nicolas Prouteau (Université de Poitiers-CESCM)
  • Marisa Galvez (Stanford University-CMEMS)
  • Fiona Griffiths (Stanford University-CMEMS)
  • Rowan Dorin (Stanford University-CMEMS)

Comité d’organisation / Organizing Committee:

  • Martin Aurell (Université de Poitiers-CESCM)
  • Estelle Ingrand-Varenne (CNRS-CESCM)
  • Marisa Galvez (Stanford University-CMEMS)

Texte de cadrage / Conference Description:

La fécondité de la notion ou plutôt de la méthode des « transferts culturels », issue des recherches menées par Michel Espagne et de Michael Werner dès les années 1980[1], n’est plus à démontrer. L’existence même d’un laboratoire d’excellence sur cette thématique (le labex TransferS[2]) en est la preuve, tout autant que la pléthore de colloques et d’ouvrages intégrant l’expression dans leur titre[3], ou encore la création d’une collection proprement dédiée aux transferts culturels aux Presses de l’Université d’Ottawa.

Pensée dans le dessein d’analyser les relations interculturelles dans l’espace franco-allemand des XVIIIe-XIXe siècles, la méthode a également conquis les médiévistes pour analyser les processus d’interaction, les dynamiques de transformations sémantiques qui résultent du passage d’un objet culturel d’un contexte à un autre, qu’il s’agisse de données matérielles ou immatérielles. Travaux personnels et projets collectifs ont vu le jour, jusqu’à l’organisation d’une école doctorale internationale d’été à Göttingen en 2002 ; chacun réfléchissant à l’adaptation de la méthode[4], à un terrain ou une discipline spécifique : la traduction du latin aux langues vernaculaires (projet Transmédie[5]), la Méditerranée[6] ou encore l’art gothique[7], pour ne citer que quelques grands programmes français. Les médiévistes américains ou anglophones n’ont pas été en reste, essayant d’articuler les transferts culturels avec la notion de contact ou de représentation (particulièrement dans les relations entre Islam et Chrétienté)[8].

Héritier de cette réflexion au long cours, le partenariat CESCM Poitiers–CMEMS Stanford a souhaité en extraire toutes les richesses en l’appliquant à l’aire géochronologique à la base de la collaboration : la France et l’Orient latin du XIIe et du XIIIe siècle, à la suite de la première rencontre en Californie, les 19-20 avril 2018, sur le thème « Southern France and the Latin East in the 13th Century: Crusades, Networks, and Exchanges ». Il y a près de quinze ans, le colloque édité par Daniel H. Weiss et Lisa Mahoney portait précisément sur la France et la Terre Sainte, et essayait de comprendre la culture franque ou levantine à la fin des croisades comme une culture ni occidentale, ni orientale, mais au carrefour des mondes latin, byzantin et arabo-musulman à travers l’art, la poésie ou l’architecture[9]. C’est bien la spécificité de cette culture, analysée au prisme des transferts, qui sera au cœur de ce colloque, pensé comme pluri/interdisciplinaire et faisant se croiser et se répondre histoire, histoire de l’art, archéologie, épigraphie, numismatique, littérature, philologie, philosophie et théologie.

De la prise de Jérusalem en 1099, avec l’institution d’états nés de la croisade, à la chute de Saint-Jean-d’Acre en 1291, la présence latine s’est intensifiée « outremer », dans ce vaste espace compris entre la Méditerranée orientale, la mer Égée et la péninsule balkanique, Constantinople et la Mer noire, tant dans ses franges côtières que dans ses arrière-pays. En retour l’ « Orient », tout particulièrement la « Terre Sainte », a pénétré un peu plus en France. Au sein de ce va-et-vient entre la France et l’Orient latin, quels furent les transferts d’idées, de formes, de courants, de technologies ? Le processus de sélection montrent les éléments de fascination, ou au contraire d’oubli et de rejet. Quels furent et que firent les vecteurs de ces échanges et les lieux de médiation ? Comment se mit en œuvre ce processus ? Peut-on l’articuler avec les notions d’ « influence » et de « diffusion » ? Quels furent les enjeux et les stratégies de ces importations ? Que révèlent-ils des sociétés médiévales latines, mais aussi de leurs contacts, avec les mondes byzantin et islamique environnants ? Telles sont quelques-unes des problématiques que soulèvent la méthode des transferts culturels – au sens de tout ce qui a trait à la médiation entre les hommes – et ses outils, afin de penser en terme de flux, de dynamique et de mouvance les relations et les identités des deux pôles ici questionnés.

Grâce au renouveau des études sur l’Orient latin, les croisades et les ordres militaires, à la publication des sources littéraires et diplomatiques, aux découvertes archéologiques ou au défrichage de nouveaux champs comme la vie quotidienne ou l’usage du français au Levant, dont témoigne notamment le vaste programme de la rencontre tenue à Haïfa en début d’année 2018 à l’occasion du 800e anniversaire du château d’Atlit[10], de nombreux sujets seront abordés : de la traduction textuelle à la conversion religieuse, de l’appropriation d’objets à l’adaptation et la perméabilité des techniques, en passant par les négociations et les échecs de transferts ou les résistances ainsi que la réflexion critique sur la notion même de « transferts culturels » et ses implications théoriques.

Since Michel Espagne and Michael Werner’s research on the topic, the richness and complexity of “cultural transfers” as a concept and method is no longer debated.[1] The existence of a “laboratoire d’excellence” on this topic (le labex TransferS[2]), plethora of colloquia and works that integrate this expression in the title,[3] and creation of collected works dedicated to cultural transfers by the University of Ottawa Press offer further evidence of its continuing importance.

First considered for the analysis of intercultural relations in the Franco-German sphere of the 18-19th centuries, the method has gained traction among medievalists for analyzing processes and dynamics of semantic transformations that result from the passage of one cultural object in one context to another, as either material or immaterial data. Individual and collective projects have appeared (and even a graduate colloquium held at Göttingen in 2002) that investigated the adaptation of the method[4] to different disciplines and contexts, such as the translation of Latin into vernacular (project Transmédie[5]), the Mediterranean,[6] and Gothic art.[7] American and Anglophone medievalists have approached the notion of cultural transfer though contact or representation, especially in Islamic and Christian relations.[8]

Building on these studies, the collaboration between CESCM Poitiers and CMEMS Stanford focuses on a particular place and time: France and the Latin East of the 12th and 13th centuries, and continues the scholarly exchange that took place at Stanford April 19-20, 2018 on “Southern France and the Latin East in the 13th Century: Crusades, Networks, and Exchanges.” Almost 15 years has passed since the publication of conference papers edited by Daniel H. Weiss and Lisa Mahoney that treated France and the Holy Land: the collected essays investigate Frankish or Levantine culture at the end of the crusades as a culture that was neither western nor eastern, but at the crossroads of Latin, Byzantine, and Arabo-Muslim culture as seen through art, poetry, and architecture.[9] It is precisely this specificity of this culture, analyzed from the lens of transfers, that will be the aim of the conference, considered from an interdisciplinary perspective that includes the fields of history, history of art, archaeology, epigraphy, numismatics, literature, philology, philosophy, and theology.

Since the capture of Jerusalem in 1099 that established the crusader states until the fall of Saint Jean d’Acre in 1291, Latin culture intensified in Outremer—the vast area that includes the eastern Mediterranean, the Aegean sea, and the Balkan peninsula, Constantinople and the Black Sea, as well as border fringes and inland regions. On the other hand, the “East,” the Holy Land in particular, penetrated further into France. In this vacillation between France and the Latin East, what was the transfer of ideas, forms, trends, and technologies? The process of selection demonstrates elements of fascination, or in contrast of forgetting or rejection. What were the vectors of exchanges and places of mediation? How does one delimit the process? Can one articulate the notions of influence and diffusion? What were the stakes and strategies of importation? What do they reveal about medieval Latin societies, but also their contacts with the Byzantine and Islamic worlds? These are some of the problems that the method of cultural transfers raises, in the sense of mediation among people and their tools: things in flux, a dynamic of movement among relations and mobile identities.

Thanks to the recent interest in studies on the Latin East, the crusades and military orders, and publication of literary and diplomatic sources, archaeological discoveries, and translation of new fields of daily life and French usage in the Levant (among which we must note the vast program of speakers who met at Haïfa at the beginning of 2018 on the occasion of the 800th anniversary of the Chateau d’Atlit[10]), numerous topics have been pursued: the textual translation of religious conversion, the appropriation of objects and their adaptation, the permeability of techniques that are shaped by negotiations and failures of transfer, and even resistances or questioning of the idea of cultural transfer and its theoretical implications. 

Exposition photographique / Photography Exhibition:

Sur la thématique des transferts culturels entre la France et l’Orient aura lieu une exposition des clichés photographiques issus du fonds de la Photothèque, dans le pôle documentaire et la salle Crozet.

An exhibition consisting of photos from the Photothèque, based on the theme of cultural transfers between France the East, will take place in the Documentary Center and the Salle Crozet.


Programme

 

Mercredi 24 avril

 

9h30 – Accueil et introduction

10h – Conférence inaugurale : Jaroslav FOLDA, Crusader Gothic:  Artistic Imitation, Interactions, and Transfers.

1ère sessionChrétienté  et  Islam :  regards  croisés  (présidée par  Radouane Attiya)

11h – Adrian BOAS, The Acclimatisation of the Frankish Population to Life in the Latin East: Some Examples from Daily Life.

11h45 – Olivier HANNE, Adélard de Bath et les traductions de l’arabe à Antioche au XIIe siècle.

Buffet au CESCM

 

2e session – Échanges culturels en Méditerranée (présidée par Frédéric Bauden)

14h – Abbès ZOUACHE, Le Le Kitāb al-i‘lām wa-l-tabyīn sur les croisades d’al –arīrī (m. ap. 1520), œuvre mémorielle ?

14h45 – Stéphane BOISSELLIER, Projet pour une étude comparée des dynamiques sociales en Occident latin et dans le monde arabo-musulman au Moyen Âge.

15h30 – Pause

16h – Robert KOOL, Finding French Deniers in the Latin Kingdom of Jerusalem: The Archaeological and Cultural Perspective.

16h45 – Sébastien GASC, Monnaies et circulation monétaire en Méditerranée aux XIIe-XIIIe siècles.

Inauguration de l’exposition de clichés photographiques sur les transferts Poitou-Orient latin : la commanderie de Cressac

18h30 – Réception à la Mairie de Poitiers

 

Jeudi 25 avril

 

3e session – Transferts linguistiques (présidée par Claudio Galderisi)

9h – Laura MINERVINI, Les manuscrits français d’Outremer. Un nouveau bilan.

9h45 – Cyril ASLANOV, L’ancien français et l’arménien en contact en Cilicie : un épisode éphémère ?

10h30 – Pause

11h – Cinzia PIGNATELLI, Deux guides de Terre Sainte et leur traduction par Jean d’Antioche.

11h45 – Abderrazak HALLOUMI, Le Livre de l‘Eschiele Mahomet : un exemple d’un double transfert ? Adaptation ou réécriture ?

Buffet au CESCM

 

4e session – Tradition  manuscrite  et  culture  littéraire (présidée par  Martin Aurell)

14h – Bill BURGWINKLE, The Prodigal Text Returns: Cultural Transmission in the 13th Century.

14h45 – Catalina GIRBEA, Les transferts entre la France et la Terre Sainte dans le cycle épique de la croisade.

15h30 – Pause

16h – Marisa GALVEZ, Sounds of Crusade Departure and Cultural Transfer: The Disme de Penitanche by Jehan de Journi and “A la Fontana” by Marcabru.

16h45 – Johannes JUNGE RUHLAND, The Manuscript as Agent (London, British Library, Additional 15268).

17h30 – Mae LYONS-PENNER, Schooling Saladin: Objects of Communication in the Ordene de chevalerie.

Vendredi 26 avril

 

5e session – De la croisade à l’implantation (présidée par Nicolas Prouteau)

9h – Florian BESSON, “Que nul étranger n’entre dans le royaume de Jérusalem” : une réflexion sur les dynamiques d’éloignement culturel.

9h45 – Camille ROUXPETEL, Guillaume de Tyr, un Latin du Proche Orient.

10h30 – Pause

11h – Estelle INGRAND-VARENNE, Transferts épigraphiques : les inscriptions de l’abbaye du Val de Josaphat à Jérusalem.

11h45 – Clément  DE  VASSELOT, Guy de Lusignan : pouvoir et récits du règne  entre Occident, Orient latin et Chypre.

Buffet au CESCM

 

6e session – Altérité et acculturation (présidée par Marisa Galvez)

14h30 – Steven ISAAC, There and Back again : Women and Holy War.

15h15 – Martin AURELL, De l’acculturation à l’ethnotype, l’altérité du Poulain.

16h – Pause

16h30 – Conclusions générales par Claudio Galderisi


Liste et qualité des communicants / List of Speakers:

  • Aslanov Cyril, Professeur de linguistique,  Aix-Marseille Université
  • Aurell Martin, Professeur d’histoire, Université de Poitiers/CESCM
  • Besson Florian, Docteur, Centre Roland Mousnier
  • Boas Adrian, Professor of Archaeology, University of Haïfa – Israël
  • Boissellier Stéphane, Professeur d’histoire, Université de Poitiers/CESCM
  • Burgwinkle Bill, Professor of Medieval French and Occitan Literature, King’s College Cambridge – Angleterre
  • Folda Jaroslav, N. Ferebee Taylor Professor Emeritus of the History of Art, University of North Carolina at Chapel Hill – USA
  • Galderisi Claudio, Professeur de philologie romane et linguistique française, Université de Poitiers/CESCM
  • Galvez Marisa, Associate Professor of French and Italian, Stanford University/CMEMS – USA
  • Gasc Sébastien, Chercheur associé – IRAMAT Centre Ernest Babelon 
  • Girbea Catalina, Professeure, Université de Bucarest/CESCM – Roumanie
  • Halloumi Abderrazak, Doctorant, Université de Poitiers/CESCM
  • Hanne Olivier, Docteur, Professeur aux écoles militaires de Saint-Cyr Coëtquidan
  • Ingrand-Varenne Estelle, Ingénieure de recherche, CNRS/CESCM
  • Isaac Steven, Simpson Distinguished Professor, Longwood University – USA
  • Kühnel Bianca, Professor of Art History, Hebrew University of Jerusalem – Israël
  • Lyons-Penner Mae, Doctorante, Stanford University/CMEMS – USA
  • Minervini Laura, Professeure de philologie et de linguistique romane, Université de Naples Federico II – Italie
  • Pignatelli Cinzia, Maître de Conférences en philologie romane et linguistique française, Université de Poitiers/CESCM
  • Prouteau Nicolas, Maître de Conférences en archéologie, Université de Poitiers/CESCM
  • Rouxpetel Camille, Florence Gould, Fellow Harvard University
  • Junge Ruhland Johannes, Doctorant, Stanford University/CMEMS – USA
  • Shawcross Teresa, Associate Professor of History and Hellenic Studies, Princeton University – USA
  • Vasselot Clément de, Doctorant, Université de Nantes/Université de Poitiers/CESCM
  • Zouache Abbès, Chargé de recherche CNRS, directeur du CEFAS – Koweït

               


[1] Espagne Michel, Werner Michael., « La construction d’une référence culturelle allemande en France : Genèse et histoire (1750-1914) », Annales ÉSC, 4 (juillet-août 1987), p. 969-992 ; repris dans Transferts. Les relations interculturelles dans l’espace franco-allemand (XVIIIe-XIXe siècle), M. Espagne et M. Werner dir. Paris, 1988 ; Espagne Michel, Dimitrieva Katia (dir.), Philologiques IV. Transferts culturels triangulaires France – Allemagne – Russie, Paris : MSH, 1996.

[2] Celui-ci réunit l’ensemble des laboratoires de Sciences Humaines et Sociales de l’École normale supérieure, ses bibliothèques littéraires et deux unités du Collège de France, voir : http://www.transfers.ens.fr/

[3] Les derniers colloques en date étant « Transferts culturels franco-italiens au Moyen Âge » 20-22 septembre 2018, organisé par la Società italiana di Filologia romanza, la Société de langues et littératures médiévales d’oc et d’oïl et la Société de Linguistique romane ; « Les transferts culturels dans les mondes normands médiévaux (VIIIe-XIIe siècle) : objets, acteurs et passeurs », 5-7 octobre 2017, Caen, resp. P. Bauduin, L. Bourgeois et S. Lebouteiller.

[4] Joyeux-Prunel Béatrice, « Les transferts culturels. Un discours de la méthode », Hypothèses 2003/1 (6), p. 149-162.

[5] Galderisi Claudio dir., Translations médiévales (Transmédie). Cinq siècles de traductions en français au Moyen Âge (XIe–XVe siècles). Étude et Répertoire, Turnhout, 2011.

[6] Abdellatif Rania, Benhima Yassir, König Daniel, Ruchaud Elisabeth, Construire la Méditerranée, penser les transferts culturels. Approches historiographiques et perspectives de recherche, De Gruyter, 2012.

[7] Dubois Jacques, Guillouët Jean-Marie, Van den Bosshe Benoît dir., Ersek Annamaria coord., Les transferts artistiques dans l’Europe gothique. Repenser les circulations des hommes, des œuvres, des savoir-faire et des modèles (XIIe-XVIe siècle), Paris : Picard, 2014.

[8] Feuchter Jörg, Hoffmann Friedhelm, Yun Bee ed., Cultural transfers in dispute: representations in Asia, Europe, and the Arab world since the Middle Ages, Frankfurt-on-Main ; New York, 2011.

[9] Weiss Daniel H., Mahoney Lisa, France and the Holy Land, Frankish Culture at the End of the Crusades, The Johns Hopkins University Press : Baltimore & London, 2004.

[10] « The Latin East in the 13th Century: Institutions, Settlements and Material Culture. Commemorating the 800th aniversary of ‘Atlit Castle », 31 janvier 2018- 2 février 2018, Haifa University.

 

[25 oct.] Journée d’études : Carnet de recherche en histoire de l’art et en archéologie

Journée d’études dédiée à l’actualité de la recherche par les étudiants de master en Histoire de l’art et Archéologie de l’Université de Poitiers, avec la participation de l’Institut Catholique de Paris. Dans le cadre de cette journée d’études, les étudiants ayant terminé leur année de Master 1 ou 2 peuvent présenter les résultats de leur mémoire de recherche.
Organisée par le département d’Histoire de l’art et Archéologie de l’Université de Poitiers, sous la coordination de Marcello Angheben (CESCM) et Véronique Meyer (Criham), avec la participation des laboratoires CESCM, Criham et HeRMA, et de l’Institut catholique de Paris.
Date : 25 octobre / 9h – 17h30
Lieu : Poitiers, faculté des Sciences humaines et arts, hôtel Berthelot, salle Crozet
24 rue de la Chaîne – Bât. E13
La participation à cette journée est obligatoire pour tous les étudiants de Licence 3 – parcours Histoire de l’art et parcours Archéologie.
Ouvert à tous

Programme

9h – Accueil café

• 9h15 – Véronique Meyer (Criham) et Marcello Angheben (CESCM) : Introduction

• 9h30 – Dihia Kissoum (CESCM) : La représentation des Saintes Femmes au Tombeau dans le décor monumental des églises de l’ancienne région Poitou-Charentes entre le XIe et le XIIIe siècle

• 10h – Emma Dubroca (CESCM) : Les anneaux et les bagues du XIVe au XVIIe siècle : de la production à l’étude archéologique

10h30 – Pause

• 11h – Blanche Lagrange (CESCM) : Le Psautier d’Odbert (Boulogne-sur-Mer, Bibliothèque municipale, ms. 20)

• 11h30 – Henrique Sarmento Pedro (CESCM) : L’artisanat des matières dures d’origine animale en contexte aristocratique dans le Centre-Ouest de la France (XIIe-XVe siècles). Contribution à l’étude d’un artisanat méconnu

• 12h – Claire Jouy (Institut catholique de Paris) : Les vélins de zoologie de Nicolas Maréchal (1753-1802). La vie sensible et plurielle au Muséum national d’histoire naturelle entre 1793 et 1802

• 13h30 – Manon Jamain (Criham) : La mise en valeur du vêtement : préparation de l’exposition Le vêtement et l’école au Musée national de l’Éducation

• 14h – Alice Gautier (Criham) : L’inventaire général du patrimoine culturel à l’échelle des communes, l’exemple de Nalliers (Vienne)

14h30 – Malwina Pottier (HeRMA) : La place des coffrets à canopes en Égypte antique, étude stylistique et typo-chronologique

15h – Pause

• 15h30 – Anne Dubus  (Institut catholique de Paris) : Alberto Pasini, le voyage comme carrefour de la création (1826-1899)

• 16h – Sandra Guinot (Institut catholique de Paris) : La photographie néo-pictorialiste des années 1980

• 16h30 – Jonathan Achard (Criham) : La pochettes de disques : entre inscription dans l’Histoire de l’art et autonomie d’un medium, une lecture transmusicale

• 17h – Véronique Meyer (Criham) et Marcello Angheben (CESCM) : Conclusions

Télécharger le programme de la journée d’études

       

Appel à communications – Journée d’études : Carnets de recherche en Histoire de l’art et Archéologie

Journée d’études dédiée à l’actualité de la recherche par les étudiants de master en Histoire de l’art et Archéologie de l’Université de Poitiers (master Civilisation, Histoire, Patrimoine et Sources), avec la participation de l’Institut Catholique de Paris.

Dans le cadre de cette journée d’études, les étudiants ayant terminé leur année de Master 1 ou 2 peuvent présenter les résultats de leurs mémoires de recherche.
La durée de chaque communication est de 20 mn.

• Date et lieu de la journée d’études : 25 octobre 2018
Poitiers, faculté des Sciences humaines et arts

Télécharger l’appel à communications

Propositions de communication

Les propositions de communication sont à adresser avant le 14 septembre 2018 à :
marcello.angheben@univ-poitiers.fr, veronique.meyer@univ-poitiers.fr

Elles devront faire figurer un résumé (200 à 300 mots), accompagné d’une courte biographie (comprenant vos nom, prénom, adresse email, laboratoire).