Archives par mot-clé : Aquitania monastica

[10 janvier] Moines, sciences et techniques au Moyen Âge

Moines, sciences et techniques au Moyen Âge

 

La rencontre a réuni près de 70 auditeurs : étudiants, enseignants-chercheurs, médiateurs du patrimoine et curieux. Son enregistrement audio est disponible en ligne ici.

 

Date : Jeudi 10 janvier – 9h30-17h

Lieu : Espace Mendès France à Poitiers

Sous la direction scientifique de Cécile Treffort, professeure en histoire médiévale, CESCM-CNRS, université de Poitiers ; Pascale Brudy et Manon Durier, ingérieures de recherche en histoire médiévale, CESCM-CNRS, université de Poitiers.

Dans le cadre du programme Aquitania Monastica, soutenu par la région Nouvelle-Aquitaine.

Présentation générale de la journée

Par la copie de manuscrits et la constitution de vastes bibliothèques, les moines du Moyen Âge ont, en plus de leur activité spirituelle et religieuse, contribué à préserver une partie de la connaissance antique, de la grammaire à la musique en passant par l’astronomie ou les mathématiques. Plus encore, avant l’éclosion des universités, s’est perpétuée dans les écoles monastiques une tradition d’enseignement et de réflexion d’où sont nés certains savoirs nouveaux tandis que dans le cadre de leur activité temporelle, les communautés religieuses ont permis, soutenu, stimulé le développement de techniques très élaborées dans le domaine de la construction, de l’hydraulique, de la métallurgie, de la production viticole ou salicole par exemple. Cette journée d’études explore, à partir de dossiers thématiques et d’exemples régionaux, quelques facettes de ce monde encore méconnu de savoirs et de savoir-faire dont nous sommes en partie héritiers.

Programme et intervenants

9h30 : Mot d’accueil par Didier Moreau, directeur de l’Espace Mendès France et Martin Aurell, professeur d’histoire médiévale et directeur du Centre d’études supérieures en civilisation médiévale (CESCM), université de Poitiers.

Introduction par Cécile Treffort, professeure en histoire médiévale au CESCM.

 

10h00 : Alain DIERKENS,professeur d’histoire à l’Université libre de Bruxelles.

Monastères, art et artisanat : quelques exemples du Haut Moyen Âge en guise d’introduction

On connaît relativement bien l’organisation des scriptoria monastiques du haut Moyen Âge et on sait que la réalisation d’un codex manuscrit fait appel à des techniques et à des compétences très différentes, parfois complexes, relevant de domaines que nous qualifierions aujourd’hui, selon les cas, de semi-industriels, d’artisanaux ou d’artistiques. On se concentrera ici sur la production, en contexte monastique, de textiles : tissage, tapisserie, broderie. On évoquera aussi les arts du métal et l’orfèvrerie et on s’interrogera sur l’éventuelle polyvalence des auteurs de ces œuvres, qu’il s’agisse de moines, de moniales ou de spécialistes extérieurs. Ces réflexions d’ordre méthodologique seront appuyées par quelques études de cas, en particulier par la Vita carolingienne d’Harlinde et Relinde, deux sœurs qui, dans le second quart du VIIIe siècle, furent successivement abbesses de la petite abbaye mosane d’Aldeneik et à l’activité desquelles étaient attribués des manuscrits enluminés et des textiles brodés.

11h00 : Cécile TREFFORT,professeure d’histoire médiévale, CESCM, Université de Poitiers.

La transmission livresque des savoirs : le témoignage des bibliothèques monastiques

« Un cloître sans bibliothèque est comme une forteresse sans arsenal » : si cet adage médiéval se réfère en premier lieu aux armes de la foi, donc aux livres sacrés et aux œuvres religieuses, les abbayes médiévales ont représenté, jusqu’au XIIe siècle, les principaux lieux de culture savante. Parmi, et au-delà de la série canonique des sept arts libéraux, la distinction contemporaine entre disciplines « littéraires » et « scientifiques » est brouillée par la perspective encyclopédique de la science médiévale et par la nouvelle coloration, spirituelle ou pragmatique, donnée à l’héritage antique. Après un tour d’horizon général des œuvres présentes dans les bibliothèques monastiques, l’intervention étudiera comment, à partir des savoirs astronomiques et géographiques de l’Antiquité, s’articulent un ensemble d’œuvres médiévales qui, de l’agronomie à la cosmographie en passant par le comput ecclésiastique, ont permis aux religieux d’appréhender le temps et l’espace du monde créé, et de s’y inscrire pleinement.

12h00 : repas

13h30 : Geneviève XHAYET,historienne des sciences et techniques, directrice-adjointe du Centre d’Histoire des Sciences et des Techniques, Université de Liège.

Connaissances et pratique de la médecine en milieu monastique

Présente dans les préceptes de la règle bénédictine (via les bonnes œuvres ou les recommandations relatives aux fratres infirmi), une activité médicale se développe dans les monastères occidentaux dès le Haut Moyen Âge. Avec un substrat intellectuel pour partie hérité de l’Antiquité, et pour partie construit, cette activité apparaît tout à la fois médicale, pharmaceutique et chirurgicale. Son importance dans l’historiographie de la discipline est considérable. La médecine monastique est reconnue comme la première phase de l’histoire de la médecine médiévale, avec pour bornes chronologiques les VIIe et XIIe siècles. Ce dernier terme correspond au moment où l’École de Salerne évince la médecine monastique tandis que les autorités ecclésiastiques restreignent ses conditions d’exercice par les religieux réguliers. De tels coups de boutoir n’empêchent toutefois pas la poursuite jusqu’au XVIIIe siècle d’une activité médicale dans les abbayes, avec une réorientation, principalement vers la pharmacie. Cette histoire sera au cœur de notre exposé. L’accent sera mis sur la pratique et les savoirs médicaux dans les monastères carolingiens, dont celui de Saint-Gall qui jouit, comme on le sait, d’une documentation particulièrement riche.

14h30 : Jean-Luc SARRAZIN, professeur émérite en histoire médiévale, Université de Nantes.

L’hydraulique monastique en Marais poitevin (XIeXIIIe siècle)

Appréhendée dans sa globalité, l’hydraulique monastique concerne d’abord l’enceinte claustrale de chaque monastère. Les aménagements et les dispositifs auxquels ont donné lieu l’adduction, la distribution et l’évacuation de l’eau sont étudiés, pour l’essentiel, par la recherche archéologique. La conférence envisagera la maîtrise de l’eau mais à l’extérieur des monastères, sur les rivières et les terres composant le temporel des établissements dans le cadre du Marais poitevin entre le XIe et le XIIIe siècle. Jusque vers la fin du XIIe siècle, l’hydraulique monastique se limite, dans le bassin de la Sèvre niortaise, à l’exploitation des eaux courantes. Au tournant du XIIe et du XIIIsiècle, se produit une profonde mutation : les abbayes cisterciennes se lancent dans de grandes opérations de drainage. Les autres établissements monastiques s’inscrivent dans cette dynamique. Des équipements de régulation hydraulique sont installés aux endroits stratégiques. Ainsi naît le premier Marais poitevin.

15h30 : Pause

16h00 : Olivier BRUAND, enseignant-chercheur en histoire médiévale, Université Clermont Auvergne.

Les moines et les salines du littoral poitevin aux Xe et XIe siècles

À partir du Xe siècle, les salines se développent sur les côtes charentaises et un gros travail d’aménagement des marais salants se met progressivement en place. Les nouvelles salines attirent rapidement l’attention des établissements monastiques qui veulent en faire des éléments marquants de leur temporel. Des monastères régionaux comme Saint-Maixent ou Saint-Jean d’Angély ne tardent pas à investir dans l’or blanc et par leurs relations de confraternité, ils encouragent également des établissements plus lointains à s’y intéresser, comme les frères de la communauté d’Ebreuil. Il ne faut pourtant pas faire des moines des entrepreneurs systématiques car bien souvent, ils ne créent pas les salines mais les rachètent ou les rattachent à leur seigneurie foncière dans l’optique d’en toucher le profit plus que de se lancer dans une nouvelle activité dont ils sont loin d’être les acteurs dominants.

17h00 : Conclusions de la journée par Cécile Treffort.

Programme complet en PDF

L’histoire monastique à l’honneur

Rendez-vous trimestriel de la culture, L’Actualité Nouvelle-Aquitaine est une revue hors norme. Jean-Luc Terradillos et son équipe réussissent en effet à ancrer le paysage scientifique dans l’imaginaire des lecteurs. Unanimement reconnue, la première caractéristique de cette publication est son exceptionnelle qualité visuelle. La deuxième est son lien étroit avec le territoire régional, sans jamais verser dans le nombrilisme. La troisième est la priorité donnée à la recherche en cours.

Thématique, le numéro d’été de cette année est consacré aux communautés de vie et débute par une soixantaine de pages dédiées à l’histoire monastique. Dix-sept articles font la part belle à l’étude des abbayes médiévales. Ce dossier est présenté dans le cadre du programme régional Aquitania monastica dirigé par Cécile Treffort. Il donne une vitrine aux premiers résultats du projet, avec par exemple une présentation de Pascale Brudy sur l’abbaye de Baignes et son réseau monastique, celle de Manon Durier sur la fondation contestée du prieuré de Rochechouart ou la vision renouvelée des moniales de la région offerte par Cécile Treffort.

Émanation de l’équipe Aquitania monastica, le numéro valorise aussi le travail d’une autre communauté : celle du CESCM. Plusieurs collègues du laboratoire ont été sollicités, comme Christelle Chailloux autour de la musicologie ou Edina Bozóky pour les pèlerinages. Un portrait de Georges Pon retrace également son parcours d’enseignant-chercheur à l’université de Poitiers. Les collaborations scientifiques sont aussi à l’honneur : une interview de l’archéologue Christian Sapin ouvre le numéro, une autre donne la parole à l’historien de l’art américain Scott Brown. On y trouve encore un article de Stéphane Lafaye présentant l’implantation de Cluny en Aquitaine ou une mise en lumière du fonds photographique légué par Jean Cabanot à la photothèque du CESCM.

Sommaire :

Christian Sapin : à la recherche des monastères perdus. Entretien Cécile Treffort et Jean-Luc Terradillos.

Hors du temps, hors du monde ? Cécile Treffort

Communauté de silence. Vincent Debiais

Chanter à Saint-Martial du XIe au XIIIe siècle. Christelle Chaillou-Amadieu

Enquête monastique. Pascale Brudy

1067 : les chanoines de Saint-Junien se rebiffent. Manon Durier

Requiem pour Ramnulfe. Manon Durier

Cluny en Aquitaine. Stéphane Lafaye

Moines au féminin. Cécile Treffort

Fontevraud en Castille. Communauté de deux sexes ou assemblée de femmes ? Charles Garcia

Aquitania Monastica : retour aux sources. Cécile Treffort

Claude Andrault-Schmitt : la fabrique de la mémoire. Entretien Cécile Lavergne et Jean-Luc Terradillos

Scott Brown. Vous êtes les propriétaires, je suis le visiteur. Entretien Manon Durier

Terrain archéologique. Seaux et brouettes. Pascale Brudy

Les confréries Saint-Jacques. Edina Bozóky

Jean Cabanot. Historien d’art et photographe. Carolina Sarrade et Jean Cabanot

Georges Pon. Traduction, édition, érudition. Entretien Edina Bozóky et Jean-Luc Terradillos

Ce riche et beau numéro vient clore une année universitaire par ailleurs très active dans le domaine de la transmission des savoirs. Outre un important travail de recherche fondamentale sur les sources et l’enrichissement de la base nationale Monastères, le travail de l’équipe a en effet permis d’irriguer l’enseignement universitaire (Atelier interdisciplinaire, cours de licence et de master) et d’enrichir plusieurs manifestations scientifiques destinées au grand public (4e rencontres de Trizay, XXe congrès archéologique de France…)

Visite de la salle capitulaire de Fontdouce (17) dans le cadre du congrès de la SFA (cl. P. Brudy)

Le prochain article de médiation scientifique du programme Aquitania monastica est à paraître dans la revue du CNRS Microscoop en octobre prochain.

Je remercie Cécile Treffort et Pascale Brudy pour leur précieuse relecture.

Aquitania monastica : premier bilan d’un nouveau programme de recherche

Les anciennes provinces correspondant à l’Aquitaine (ancienne ou « nouvelle ») du Nord, à savoir Poitou, Aunis, Saintonge, Angoumois (ex-région Poitou-Charentes) et Limousin, ont connu une histoire monastique ancienne, riche et originale, avec des abbayes importantes qui, en parallèle à leur vocation spirituelle, ont su gérer de manière efficace leur patrimoine temporel et leurs réseaux de prieurés. Insérée dans une dynamique européenne grâce aux divers ordres monastiques, cette implantation religieuse, documentée par de nombreuses sources écrites, a laissé une forte empreinte dans la région et caractérise une grande partie de son patrimoine. Plus d’une centaine d’édifices sont classés ou inscrits au titre des Monuments historiques et plusieurs figurent sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO. Les moines du Moyen Âge ont par ailleurs, en lien avec les seigneurs laïcs, défriché, asséché les marais et participé à la création de certains paysages caractéristique, à forte valeur touristique.

Moine tenant un livre, XIe siècle ; plaque émaillée provenant de Gençay. Poitiers, Musée Sainte-Croix, n° inv. 2002.3.1.

Or, les études scientifiques consacrées à cette histoire, qui devraient être le fondement de toute activité de médiation, sont rares, et surtout très anciennes, loin de répondre aux attentes actuelles, ce qui nuit à la valorisation de ce patrimoine. Ce manque est lié, en premier lieu, à la dispersion des sources écrites disponibles : à celles conservées dans la région, en partie publiées au XIXe siècle, on doit ajouter toutes celles qui se trouvent dans des dépôts situés ailleurs en France, voire à l’étranger, et qu’il reste encore en grande partie à inventorier, voire à repérer. La difficulté est accrue par le fait que ces sources manuscrites, très rarement numérisées, utilisent écritures et langues anciennes qui oblige à passer par diverses disciplines d’érudition (paléographie, latin médiéval…) pour les lire, les comprendre et les mettre à disposition du public, qu’il soit universitaire ou non. Enfin, parmi les vestiges laissés par le Moyen Âge, les édifices conservés qui retiennent, légitimement, l’attention ont focalisé la plus grande partie de travaux de recherche jusqu’à présent, occultant le fait qu’il ne s’agit que de la partie émergée du gigantesque iceberg documentaire à notre disposition.

Il y avait donc là un vaste champ de recherche à investir, tant pour sa propre richesse scientifique que comme socle d’une connaissance à partager largement, auprès d’un public curieux et passionné. L’obtention par Cécile Treffort, en septembre 2016, d’une « chaire régionale » triennale, soutenue par la Région Nouvelle-Aquitaine et consacrée à l’histoire monastique de l’Aquitaine médiévale a permis de lancer un certain nombre de projets à moyen ou long terme, travaux individuels ou collectifs réunis dans une dynamique commune qui a donné naissance au programme Aquitania monastica.

Retour sur l’année 2017

Sorte d’étape préparatoire, l’année 2017 a été marquée par une intense activité documentaire, sorte de « retour aux sources » considéré comme le fondement de toute connaissance historique nouvelle : repérage de manuscrits issus de la région et actuellement conservés dans les collections nationales (à Paris et en Région) ou à l’étranger, transcription de certains textes inédits, traductions de sources latines dont le résultat sera progressivement mis à disposition du public.

Le programme de recherche étant étroitement associé, dans le cadre de cette « chaire », à la formation de jeunes chercheurs, deux nouveaux enseignements thématiques ont été proposés en licence (Moines et monastères dans l’Aquitaine médiévale) et master (Le monastère, un monde de la mémoire), complétés par diverses interventions pour un public élargi, notamment à l’université inter-âges de Poitiers.

Signature de Guillaume le Grand, duc d’Aquitaine, et de divers témoins, au bas de la donation par le comte comtale de la forêt de Doeuil aux religieux de Saint-Cyprien, vers 1003. Poitiers, Archives départementales de la Vienne, Pièce restaurée n° 31

En plus des nombreuses interventions dans des rencontres scientifiques, l’année 2017 a également été marquée par deux colloques internationaux co-organisés avec la chaire régionale, où le cas de l’Aquitaine a été à l’honneur : Categorising the Church : Debating Religious Communities : canonical and Monastic Ways of Life in the Carolingian World (organisé les 4 et 5 mai à Vienne en Autriche) et Urban Monasticism, 300-1300 (organisé à Poitiers les 30 juin et 1er juillet 2017, en collaboration avec les universités de Turku (Finlande) et de Monash (Australie) et l’université d’Europe centrale de Budapest (Hongrie). Outre la formalisation de leurs résultats par la publication des actes, prévue en 2018, ces manifestations scientifiques apparaissent comme le point de départ d’une collaboration internationale renforcée, avec, dès les 11-12 octobre 2018, une rencontre à Poitiers, faisant suite à celle de Vienne, avec les collègues autrichiens, autour des communautés monastiques et du clergé canonique dans le monde carolingien (VIIIe-Xe siècle), coordonnée par Émilie Kurdziel.

À l’horizon 2018…

À l’automne 2017, l’activité du programme Aquitania monastica s’est intensifiée grâce au recrutement sur contrat de deux ingénieures de recherche en production, traitement et analyse de données, Pascale Brudy et Manon Durier, chargées, entre autres, de travailler à l’inventaire des établissements réguliers de la région, en collaboration étroite avec le programme ANR Col&Mon [Collégiales et Monastères] dirigé par Anne Massoni (université de Limoges) et Noëlle Deflou-Leca (université de Grenoble), et à l’enregistrement des données sur la base Monastères, outil à vocation national qui sera prochainement complété par un logiciel d’analyse spatiale et statistique. Un premier bilan, concernant respectivement Baignes (en Charente) et Charroux (dans la Vienne), a été présenté à Limoges le 16 décembre dernier, et l’inventaire se poursuivra grâce à l’étude d’autres réseaux monastiques régionaux.

Charroux, ancien cloître de l’abbaye médiévale (cliché C. Treffort)

Par ailleurs, grâce à une articulation étroite avec le nouveau programme régional de recherche Monasticon Aquitaniae. Le paysage monastique de l’Aquitaine médiévale, coordonné par Christian Gensbeitel (université Bordeaux Montaigne), élaboré en totale complémentarité avec Aquitania monastica, et à des relations suivies avec le réseau Abbatia, autour de la valorisation de grands sites régionaux, toutes les conditions sont désormais réunies pour une étude globale du phénomène monastique médiéval à l’échelle de l’Aquitaine.

Pour Aquitania monastica, on notera, à l’horizon 2018, la poursuite des travaux de recherche fondamentale, marqués par un constant « retour aux sources », la présentation de résultats dans divers colloques ou journées d’étude, l’organisation ou la co-organisation de plusieurs manifestations dont le programme est en cours de finalisation, mais également une diffusion des résultats de la recherche à un public élargi, par le biais de conférences, articles ou numéros thématiques dans des revues régionales et, surtout, l’ouverture d’un carnet de recherche Hypothèses.org permettant l’accès en ligne à un certain nombre d’informations et de ressources sur le monde monastique.  Affaire à suivre, donc…