Archives par mot-clé : Appel à communication ; Association JANUA

[Appel à communication] Journée jeunes chercheurs Janua 2017

Appel à communication : la corporalité antique et médiévale

Janua, association des étudiants en Master et des doctorants de l’Université de Poitiers antiquisants et médiévistes, rattachés respectivement aux laboratoires HeRMA (Hellénisation et Romanisation dans le Monde Antique) et CESCM (Centre d’Études Supérieures de Civilisation Médiévale), organise le 13 avril 2017 une journée d’étude à destination des jeunes chercheurs (étudiants en Master Recherche, doctorants, docteurs ayant soutenu depuis moins de trois ans). Le thème retenu cette année est celui de la corporalité, entendue au sens large : qu’elle soit personnelle ou collective, matérielle, spirituelle, liée à la nomenclature des gestes, à la question des comportements, à l’idée de norme, etc.

janua

La corporalité, concept central de nos sociétés, facteur clé pour la compréhension de l’homme et de ce qui l’entoure, se situe au carrefour de nombreuses disciplines : psychologie, histoire, histoire de l’art, archéologie, philosophie, littérature, sociologie, anthropologie, etc., pour ne parler que des sciences sociales. De par son rapport étroit à la spiritualité, au concept d’âme, le corps se trouve au cœur du discours médical, littéraire, philosophique et théologique médiéval. L’Antiquité a elle aussi longtemps disserté sur cette notion ; pensons simplement au corps homérique, à ce qu’en dirent Hippocrate, Platon et Aristote, ou Ovide.

La recherche s’est depuis longtemps intéressée à cette thématique foisonnante, qu’il s’agisse de la question de l’expérience corporelle, de la connaissance du corps et de ses pratiques, du rapport à son corps et à celui des autres, du corps comme support d’identité individuelle et collective. Qu’il soit corps biologique, corps spirituel, corps social, corps en puissance, corps en représentation, ces différents aspects de la corporalité antique et médiévale ont fait l’objet d’études ponctuelles et d’approches plus larges. De nombreux travaux ont déjà permis de faire avancer la recherche : Une histoire du corps au Moyen Âge, de Jacques Le Goff et Nicolas Truong en 2003 ; Penser et représenter le corps dans l’Antiquité, publié en 2006 sous la direction de Francis Prost et Jérôme Wilgaux aux Presses Universitaires de Rennes ; ou tout récemment l’ouvrage de Jérome Baschet sur la relation entretenue entre le corps et l’âme au Moyen Âge.

L’objectif de cette rencontre est donc de faire le point sur les différentes dimensions de la corporalité antique et médiévale, de jeter des ponts entre les deux périodes. Loin du discours classique opposant le corps spirituel, philosophique, entendu comme « corporalité », et le corps matériel, plus concret, incarné, il conviendra de se situer dans l’interstice de ces deux notions afin d’envisager le corps comme un tout, sous toutes ces facettes. Les axes de recherche de cette journée d’étude peuvent être multiples et impliquer plusieurs disciplines ; nous nous contenterons d’évoquer ici quelques-unes d’entre elles : le corps « archéologique », envisagé sous l’angle funéraire, anthropologique, mais aussi rituel ; le corps comme objet de connaissances, notamment au prisme de la littérature savante ; le corps « social », comme expérience de soi et dans son rapport aux autres comme fondement de la société ; le corps spirituel, plus particulièrement dans son rapport avec l’âme, où se pose également la question du corps mystique, eucharistique ; enfin le corps comme représentation littéraire ou artistique.  Perméables entre eux, tous ces aspects invitent à une approche interdisciplinaire.

Tout jeune chercheur spécialisé dans l’étude des civilisations antique et médiévale peut faire une proposition de communication. Les contributions apportées lors de cette journée ont vocation à être publiées l’année suivante dans les Annales de Janua.

Les propositions de communication peuvent être rédigées en français ou anglais et sont à envoyer à l’adresse association.janua@gmail.com sous la forme d’un résumé/abstract d’environ 500 mots avant le vendredi 16 décembre 2016 (inclus) ; elles doivent être accompagnées d’un curriculum vitae.


Comité scientifique :

Martin Aurell (Professeur d’Histoire médiévale, directeur de l’UMR 7302 CESCM)

Lydie Bodiou (Maître de conférences en Histoire grecque)

Nadine Dieudonné-Glad (Professeure d’Archéologie antique, directrice de l’EA 3811 HeRMA)

Estelle Ingrand-Varenne (Ingénieure d’études au CNRS, Histoire médiévale)

Pierre-Marie Joris (Maître de conférences en Littérature médiévale d’oc et d’oïl)

Éric Palazzo (Professeur d’Histoire de l’art du Moyen Âge)

Ghislaine Stouder (Maître de conférences en Histoire romaine)

Alexandre Vincent (Maître de conférences en Histoire romaine)

 

Responsable :

Janua

[Appel à communication] journée jeunes chercheurs Janua 2016

Les instruments de pouvoir

 

débat judiciaireJournée d’études Jeune chercheurs organisée par Janua, association des étudiants en Masters et doctorants en civilisation antique et médiévale de l’Université de Poitiers.

• Propositions de communications à envoyer avant le 5 février 2016 (inclus)
à association.janua@gmail.com

Les propositions de communication peuvent être rédigées en français ou en anglais sous la forme d’un résumé/abstract d’environ 250 mots
Elles doivent être accompagnées d’un curriculum vitae.
Durée des communications : 20 à 30 min

• Date et lieu de la rencontre : 7 avril 2016, CESCM (Poitiers)

Télécharger l’appel à communications

Janua, l’association des étudiants en master et doctorat des laboratoires CESCM et HeRMA (Université de Poitiers) organisera en avril prochain une journée d’études consacrée à la présentation des travaux de jeunes chercheurs : étudiants en Master Recherche, doctorants, docteurs ayant soutenu depuis moins de trois ans, spécialisés dans l’étude des civilisations antique et médiévale. Les contributions réalisées lors de cette journée ont vocation à être publiées l’année suivante dans les Annales de Janua.
Les intervenants devront s’attacher à respecter la thématique de l’édition 2016, étant d’aspect interdisciplinaire et méthodologique pour laisser place au dialogue. Le thème choisi est celui des instruments de pouvoir.

On définira le pouvoir tantôt par les « capacité, autorité, puissance, moyen d’action que détient une personne sur quelqu’un ou sur quelque chose », par la « situation de ceux qui gouvernent », par la « puissance qui gouverne un groupe d’individus » ou encore par l’ « autorité à laquelle est soumis un groupe social ». Multiples sont donc ses définitions. Le pouvoir est résolument subjectif : il peut être décliné sous différentes formes et être exercé par différents acteurs. Mais il est aussi universel. Entendu au sens large, il est une autorité qui s’applique à toute échelle – laïque, mais également religieuse. Ceci devrait permettre une diversité dans les communications amenant à des échanges et réflexions fructueux.reconstitution d'un palais babylonien

Pourquoi se focaliser sur les instruments de pouvoirs ? Ils sont les témoins d’un pouvoir passé. C’est à travers eux que nous pouvons, en tant que chercheurs, tenter de comprendre les autorités du passé. De plus, ces outils touchent toutes les disciplines et toutes les périodes de l’histoire. Ils sont fédérateurs. Ils peuvent revêtir de multiples formes : du plus monumental (châteaux forts, cathédrales, murailles), au plus minimaliste (pièces de monnaies, anneaux, sceaux) ; du plus singulier (peintures, sculptures, vitraux) au plus ordinaire (épées, crosses, pierres tombales). Cette multiplicité de formes qu’incarnent les instruments de pouvoir offre un large éventail de possibilités de propositions de communication, touchant tous les domaines d’étude.

En fonction de leur discipline et de leurs thématiques de recherche, les intervenants sont invités à exposer leurs conceptions et usages des instruments de pouvoir. Ils auront, en outre, l’opportunité d’échanger avec des chercheurs issus d’autres spécialités, afin que chacun puisse enrichir ses réflexions méthodologiques et développer ses connaissances.

Comité scientifique

Martin Aurell (Professeur d’Histoire médiévale)

Nadine Dieudonné-Glad (Professeure d’Archéologie antique)

Laurent Hablot (Maître de conférence en Histoire médiévale)

Estelle Ingrand-Varenne (Ingénieure d’études au CNRS, Histoire médiévale)

Yves Lafond (Professeur d’Histoire grecque)

Vincent Michel (Maître de conférences en Histoire de l’art et Archéologie antique)

Nicolas Prouteau (Maître de conférences en Archéologie médiévale)

Ghislaine Stouder (Maître de conférence en Histoire romaine)

 

[Appel à communication] Journée Jeunes Chercheurs Janua 2015

Humanités numériques. Enjeux méthodologiques et pratiques du développement des outils numériques pour l’étude des sociétés antiques et médiévales

Janua, l’association des étudiants en master et doctorat des laboratoires CESCM et HeRMA (Université de Poitiers) organisera en avril prochain une journée d’étude offrant aux jeunes chercheurs (étudiants en master recherche, doctorants, docteurs ayant soutenu depuis moins de trois ans) en Histoire, Histoire de l’Art, Archéologie, Lettres et Musicologie, l’opportunité de parler de leurs travaux. La thématique proposée pour l’édition 2015 de la rencontre est, comme chaque année, résolument méthodologique, afin de favoriser le dialogue transdisciplinaire entre les périodes antiques et médiévales, raison d’être de notre association.

Image Pompéi (2)Oxymore pour certains, révolution pour d’autres, « humanités numériques » est une formule à la mode que le chercheur en sciences humaines rencontre de plus en plus fréquemment. La signification exacte de cette expression reste pourtant floue et il semble même impossible d’en donner une définition générale tant les humanités numériques dépendent des pratiques, des disciplines et des sujets traités. Il est bien plus facile de percevoir leur impact, qui est capital. La création, le développement et la généralisation de l’usage de divers outils numériques pour faciliter la conservation et la gestion des données, garantir l’accessibilité et la visibilité des sources ou encore simplifier les modalités de diffusion et donc de valorisation des contenus, ont durablement modifié la méthodologie de la recherche en sciences humaines.  

L’usage de ces nouveaux instruments de travail (bases de données, textométrie, archéométrie, cartographie, encodage, etc.) est devenu aujourd’hui, au même titre que d’autres pratiques plus traditionnelles, une partie fondamentale du quotidien du chercheur en Histoire, Histoire de l’Art, Archéologie, Musicologie ou Lettres. Le chercheur en devenir ne peut donc l’ignorer et semble même, plus que tout autre, appelé à prendre part au tournant digital : plus qu’un simple utilisateur de ces outils, il est, ou sera amené à les développer et à en créer de nouveaux.

Comment les jeunes chercheurs s’insèrent-ils dans le grand champ des digital humanities ; quelle place les outils numériques ont-ils dans leurs méthodes et pratiques de recherche, quelles transformations ont-ils permis et quelles perspectives offrent-ils ?

Comment cette modification de l’approche des sciences humaines se manifeste-t-elle concrètement ; quels sont les outils disponibles, comment fonctionnent-ils et qu’apportent-ils réellement ?

Quelles sont les éventuelles limites de ces pratiques, comment éviter de tomber dans les travers du numérique pour le numérique ; quelle peut être la pérennité de ces nouveaux instruments de travail face à l’évolution rapide et éparse des outils disponibles ?christine-de-pizan-multi-tasking

Les intervenants sont invités à parler de leurs conceptions et usages du numérique en fonction de leur discipline et de leurs thématiques de recherche, et auront l’opportunité d’échanger avec des chercheurs issus d’autres spécialités lors de discussions, afin que chacun puisse, par le partage d’expériences, enrichir ses réflexions méthodologiques et développer ses connaissances techniques.

Tout jeune chercheur spécialisé dans l’étude des civilisations antiques et médiévales peut faire une proposition de communication. Les contributions réalisées lors de cette journée ont vocation à être publiées l’année suivante dans les Annales de Janua. Les propositions de communication peuvent être rédigées en français ou anglais et sont à envoyer à l’adresse : association.janua@gmail.com sous la forme d’un résumé/abstract d’environ 250 caractères avant le vendredi 6 février 2015 (inclus) ; elles doivent être accompagnées d’un curriculum vitae.


Date de la rencontre : jeudi 2 avril 2015

Lieu de la rencontre : Poitiers

Durée des communications : 20 à 30 minutes

Comité scientifique :

Nadine Dieudonné-Glad (Professeure d’Archéologie antique)
Estelle Ingrand-Varenne (Ingénieure d’études CNRS, Histoire médiévale)

Yves Lafond (Professeur d’Histoire grecque)
Stephen Morrison (Professeur de Lettres médiévales)
Nicolas Prouteau (Maître de conférences en Archéologie médiévale)
Nicolas Tran (Professeur d’Histoire romaine)
Cécile Treffort (Professeure d’Histoire médiévale)
Alexandre Vincent (Maître de conférences en Histoire romaine)

Date limite des candidatures : 6 février 2015 (inclus)

[Appel à communication] Journée Jeunes Chercheurs Janua 2014

Le document et sa fonction : une clef de lecture des sociétés antiques et médiévales ?

Cette journée d’étude est destinée aux jeunes chercheurs et est organisée par Janua, l’association des étudiants antiquisants et médiévistes rattachés aux laboratoires HeRMA et CESCM et à l’Université de Poitiers.

Chester Beatty XII, Greek manuscript of the Book of Enoch, 4th century.
Chester Beatty XII, Greek manuscript of the Book of Enoch, 4th century.

Fondamentale pour définir le rôle d’un document dans une société, la notion de fonction mérite une réflexion sur les enjeux de sa définition.Les dictionnaires de la langue française stipulent qu’une fonction est une « action particulière d’une chose dans un ensemble » (Robert, 2010).

Cependant, il peut être utile de distinguer les fonctions initiales d’un document, c’est-à-dire les effets souhaités lors de sa réalisation ou de sa mise en œuvre, des rôles qui ont pu lui être assignés au cours du temps.

Les fonctions doivent assurément être différenciées des usages qui, parfois imprévus et souvent plus nombreux, dépassent couramment les vocations initiales de l’objet.

Lorsqu’une fonction a été identifiée, on peut également affiner l’analyse en cherchant ce qui, à l’intérieur de celle-ci, relève de la norme (définie par une communauté, intégrée par chacun de manière plus ou moins inconsciente et complète) et ce qui relève de l’intention (finalité consciente recherchée par l’individu ou le groupe d’individus à l’origine du document). Cette réflexion sur la raison d’être d’un artefact peut intervenir à toutes les étapes de la recherche : lors de la définition du sujet (choix d’un type de source), au cours de l’analyse (vérification d’hypothèses antérieures, élaboration d’une typologie), en conclusion (résultats). Bien qu’incontournable, le recours à la notion de fonction pose de nombreuses questions méthodologiques.

Les fonctions d’un document étant rarement explicitées par son créateur, il importe alors de déterminer comment le chercheur peut les établir. Pour cela, il doit disposer d’informations sur l’environnement matériel de son objet d’étude (lieu de production et de réception) mais aussi sur son environnement culturel (autres productions intellectuelles, connaissances techniques, pratiques sociales associées).

Mais comment corréler ensuite la connaissance du contexte avec les caractéristiques internes d’un document (matériau, forme, décor, contenu sémantique) sans glisser vers la sur-interprétation ?

À quel point peut-on connaître l’intention de l’auteur d’un objet ou d’un texte ?

Colonne Trajanne, Forum de Trajan, Rome.

Une fois ce minutieux examen achevé, il reste à établir la place que doit occuper ce type d’interprétation au sein d’une étude. Les fonctions reconnues pour un document ou pour un ensemble de documents sont-elles communes à d’autres types de sources ? Sont-elles nécessairement complémentaires ou peuvent-elles être indépendantes, voire contradictoires ? Sont-elles représentatives d’un discours normatif ou de pratiques isolées ? Ont-elles varié selon les époques ? Sont-elles plus importantes que les significations portées par un document ou que les pratiques qu’il a suscitées ? Suffisent-elles pour révéler la pluralité des usages qui ont pu se développer autour de l’objet étudié ?

L’objectif de cette journée d’étude est de favoriser l’échange de réflexions sur la méthodologie, afin de contribuer à l’élaboration du discours scientifique sur les périodes antiques et médiévales. Les participants devront donc s’appuyer sur les résultats de leurs recherches pour nourrir leur argumentation, mais les présentations n’auront pas pour but premier de divulguer une synthèse de leurs travaux.

Maiestas : détail des anges et évangélistes, Montoire-sur-le-Loir (Cliché Eva Avril).
Maiestas : détail des anges et évangélistes, Montoire-sur-le-Loir (Cliché Eva Avril).

La communication est ouverte à tout jeune chercheur (étudiants en Master, doctorants et docteurs ayant soutenu depuis moins de trois ans), spécialisé en sciences humaines ou expérimentales, qui travaille sur les civilisations antiques ou médiévales. Les communications réalisées lors de cette journée ont vocation à être publiées dans les Annales de Janua. Un comité scientifique composé de chercheurs et d’enseignants-chercheurs veillera à la sélection des propositions de communication (orale puis écrite) et accompagnera les jeunes chercheurs dans une démarche de publication scientifique.

Les demandes de renseignements complémentaires et les propositions de communication sont à envoyer à l’adresse suivante : assoc_janua@hotmail.fr. Il est demandé un résumé de 250 mots max. ainsi qu’un curriculum vitae.

Date limite des candidatures : 31 janvier 2014, 18 heures.

Date de la rencontre : jeudi 3 avril 2014

Lieu de la rencontre : Poitiers

Durée des communications : 20 à 30 minutes

Comité scientifique :