Archives par mot-clé : appel à communication

Effet de réel, effet du réel : la littérature médiévale au miroir des histoires (21-23 janv. 2021)

Appel à communication : Effet de réel, effet du réel : la littérature médiévale au miroir des histoires (21-23 janv. 2021)

Université de Poitiers – CESCM – CNRS, en collaboration avec la Société de langues et littératures médiévales d’oc et d’oïl

Comité d’organisation : Claudio Galderisi

Vladimir Agrigoroaei, Christelle Chaillou, Pierre-Marie Joris, Pierre Levron, Cinzia Pignatelli

Version imprimable ICI


Présentation

La question du réel est tout entière celle des lettres médiévales : de leur réalité matérielle et intellectuelle, de leur horizon de production et de réception, de leurs auteurs affichés ou anonymes, de leur vocation. Mais qu’est-ce que le réel au Moyen Âge ?

Qu’il s’agisse de la matérialité de l’œuvre, de sa paternité, des commanditaires ou des destinataires qui en éclairent l’existence, des faits de langue qui la connotent, la localisent, la datent, l’inscrivent dans un continuum linguistique, des enjeux intellectuels, politiques ou religieux qui la subsument ou de la création poétique ou fictionnelle qui en fait une réalité littéraire à la fois subsidiaire et autonome par rapport à l’horizon temporel dans lequel le texte est écrit, la recherche est confrontée à l’éternel calibrage de la bonne distance critique. Si ce que l’on doit comprendre est déjà en partie compris dans le texte, il est alors indispensable pour l’herméneute de savoir reconnaître ce que l’intention des auteurs a voulu faire apparaître dans l’œuvre pour qu’elle soit ainsi comprise, de savoir identifier ce que s’y est glissé et qui constitue la partie résiduelle du cercle herméneutique que seuls le temps et la recherche peuvent espérer mettre au jour.

Le premier de ces deux réels, que Roland Barthes a baptisé « effet de réel », paraît signaler des processus esthétiques qui jouent sur les ressorts de l’illusion référentielle et de la suspension d’incrédulité. Le second, que Nancy Regalado a appelé avec une formule heureuse « effet du réel », semble désigner les traces plus ou moins conscientes des relations biunivoques que le texte entretient avec la réalité extratextuelle. Ainsi posés l’un en face de l’autre, ces deux réels semblent recouvrir la presque totalité des lettres médiévales. Rares sont en effet les œuvres où l’auteur n’a pas essayé d’entraîner le lecteur vers un monde en trompe l’œil ; encore plus rares sont les textes qui ne révèlent pas des signes, du moins à nos yeux, de la réalité historique, linguistique ou intellectuelle dont ils sont à la fois le reflet et le creuset.

Or la notion de réel n’est évidemment pas la même au Moyen Âge et aujourd’hui ; elle est aussi très différente pour un auditeur de la matière de Bretagne ou des chansons de geste au XIIe siècle ou pour un lecteur de Charles d’Orléans et de François Villon à la moitié du XVe siècle.

Les lettres médiévales posent à l’herméneute une multitude de questions qui gravitent autour de ces deux réels et de leurs seuils. Qu’est-ce qui est réel et qu’est-ce qui ne l’est pas pour un lecteur médiéval qui croit davantage aux merveilles et aux miracles qu’à la réalité qui l’entoure ? En lisant le Roman d’Eneas, dont l’auteur ne revendique pas la source réelle, le lecteur médiéval reconnaît-il dans ce silence une volonté de dissimuler l’effet du réel, une sorte de refus de l’effet de réel ou un effet du réel poétique ? Et que pense ce même lecteur devant ce que nous appelons le topos du livre source qu’il rencontre dans un grand nombre de romans arthuriens ? Effet de réel ou effet du réel, ou les deux, selon que l’on se situe du côté de l’auteur ou d’un lecteur pas toujours suffisant ? Que perçoit au juste ce lecteur de l’effet du réel ? Les enjeux historiques, idéologiques, dynastiques qui traversent les lettres médiévales et qui expliquent en partie les choix des auteurs, sont-ils compris comme des effets du réel par des lecteurs qui seraient en dehors du cercle des commanditaires ou destinataires ? L’effet de réel du lecteur médiéval est-il le même que croit reconnaître aujourd’hui l’herméneute en quête d’illusion référentielle ? Et, a contrario, comment se façonne pour un auteur médiéval et pour son propre lecteur la perception du réel ? Robert de Clari décrivant Constantinople reflète-t-il ce qu’il voit ou témoigne-t-il de la diffusion de la matière d’Antiquité dans son milieu culturel ? Y a-t-il une langue pour les effets de réel et une langue propre à l’effet du réel ? Ces deux effets sont-ils l’un et l’autre associés spécifiquement à des motifs, à des genres, à des matières ? L’illusion référentielle opère-t-elle de la même manière dans un poème en vers ou dans un récit en prose ? La réalité psychologique et la réalité historique peuvent-elles modifier l’interaction entre ces deux réels jusqu’à parfois les confondre ? Enfin, comment la réalité plurielle du texte médiéval s’articule-t-elle avec ces deux expressions de la subjectivité littéraire ?

Il ne s’agit là que de quelques-unes parmi les interrogations que pose la question du réel, sous toutes ses formes, dans les textes médiévaux. Ces questions seront abordées lors des deux journées de communications et dans les conférences du samedi ouvertes au grand public : au réel de la ville. Le colloque sera structuré en quatre séances qui recouvrent les principales questions ici évoquées et qui correspondent à autant d’approches du sujet : épistémologique, historique et historiographique, linguistique, esthétique.

Les propositions de communication (titre et résumé), seront soumises au comité scientifique du colloque. Elles sont à adresser à colloqueCESCM2021@gmail.com, avant le 31 mars 2020.

Comité scientifique : Martin Aurell, Joëlle Ducos, Jean-Marie Fritz, Claudio Galderisi, Nancy Regalado, Jean-Claude Schmitt, Jean-René Valette, Jean-Jacques Vincensini, Fabio Zinelli, Michel Zink.

[Appel à communication] Journées Jeunes chercheurs Janua 2019

Appel à communication : « Prendre la route » : les raisons du voyage, de l’Antiquité à nos jours

Janua, association des étudiants de Master et doctorat de l’Université de Poitiers en histoire, des laboratoires HeRMA (Hellénisation et Romanisation dans le Monde Antique), CESCM (Centre d’Études Supérieures de Civilisation Médiévale), et Criham (Centre de recherche interdisciplinaire en histoire, histoire de l’art et musicologie) organise les 11 et 12 avril 2019 deux journées d’étude à destination des jeunes chercheurs, consacrées au thème : Prendre la route » : les raisons du voyage, de l’Antiquité à nos jours. 

Cette réflexion se veut transdisciplinaire, donnant la parole à des jeunes chercheurs (doctorants, masterants ou jeunes docteurs) en histoire, histoire de l’art, archéologie, littérature, musicologie ou philosophie, quelle que soit leur époque de prédilection. Les analyses des sources politiques, économiques, religieuses, artistiques et littéraires sont les bienvenues.

Au XVIe siècle, Montaigne disait à propos de l’éducation des enfants : « Pour frotter et limer leur cervelle contre celle d’autruy, je voudrois qu’on commençast à le promener dès sa plus tendre enfance » (Essais, chap. 25, livre 1). L’une des plus nobles raisons d’entreprendre un voyage est ici énoncée : propice aux rencontres et aux échanges, il est formateur pour l’intelligence et participe intégralement de l’éducation.
Au contraire, s’opposant à ce goût manifeste pour le voyage et ses fruits, Jules Renard déclare, désabusé : « À quoi bon voyager ! Il y a de la nature, de la vie et de l’histoire partout » (Journal, 27 août 1906). Qu’importent donc les motivations du voyageur, son entreprise est vaine car il ne découvrira rien d’autre qu’un environnement similaire au sien. Voyager n’est qu’un leurre, l’histoire se répète et l’homme se résume en une médiocrité indigne d’intérêt.
Ce désenchantement, propre à un siècle que des perspectives d’aventures ne font plus vibrer, est catégoriquement opposé à l’engouement ordinaire suscité par les nombreux exemples historiques d’individus, peuples ou catégories sociales entreprenant périples, pèlerinages ou expéditions par nécessité, profit ou plaisir. Du nomadisme primitif à l’exploration spatiale, en passant par les pèlerinages religieux ou le commerce des épices, les prétextes pour partir ne manquent pas et se diversifient au fil des siècles. Chaque homme ou chaque femme qui entreprend un périple est motivé(e) par des causes qui lui sont tout à la fois propres et culturelles. S’interroger sur les raisons du voyage nous permettrait d’approfondir nos connaissances aussi bien sur l’imaginaire entourant ce phénomène que sur la vie quotidienne des sociétés passées et présentes.
À l’heure du tourisme de masse, où le voyage est un loisir dont l’organisation génère peu de difficultés et la réalité quelques imprévus discrets, la peur de voyager paraît difficilement concevable. Pourtant, cette activité fut longtemps périlleuse. Partir dans un pays lointain, sur une route inconnue, échapper aux corsaires sur mer ou aux brigands sur terre, se nourrir et se loger en toutes circonstances, se frayer un chemin au milieu de populations parfois hostiles, mais aussi répondre à de simples questions financières sont autant d’arguments pertinents pour décourager des velléités de départ.
La question se pose alors des motivations du voyage et donc de son intérêt et de son utilité pour ceux qui l’entreprennent car, face à milles contrariétés, pourquoi entreprendre un périple qui n’est qu’incertitude ? Pourquoi voyager ? Qu’en retire-t-on ? La réalité est-elle à la hauteur des espérances des voyageurs ? Quel bilan peut-on en dresser une fois le voyage achevé ?

Pour répondre à cette question, nous envisagerons le voyage dans son sens le plus vaste incluant les courtes et longues distances, les déplacements individuels ou collectifs, les expéditions terrestres, maritimes ou aériennes, les allers-retours ou les voyages à sens unique, afin de s’interroger véritablement sur les motivations qui, depuis l’Antiquité, ont poussé et poussent des êtres humains à se déplacer.
Les propositions de communication s’inscriront suivant trois axes :

  • Le premier s’intéressera aux attentes. En effet, partir, pour un temps ou pour toujours, ne se fait pas sans espérances, espoirs ou craintes. Le questionnement débutera donc par une exploration des aspirations qui motivent le voyageur et le poussent à surmonter les difficultés, réelles ou fantasmées, dans son entreprise. Ces attentes peuvent être aussi bien spirituelles qu’économiques, diplomatiques, scientifiques, guerrières. Les impératifs vitaux, la soif d’une vie meilleure comme la nécessité de partir pour des raisons politiques, seront pris en compte au sein de cet axe.
  • Le deuxième axe concernera les enjeux. Il s’agira d’examiner les modalités et l’organisation logistique concrète du voyage de l’Antiquité à nos jours. Où part-on ? Comment se déplace-t-on ? Quelles périodes sont les plus propices au voyage ? Quels dangers et contraintes se rencontrent sur la route ? Cet axe vise à mettre en lumière les façons de voyager, les moyens mis à disposition des voyageurs, ainsi que la durée et la distance à parcourir. La question du déplacement de population, que ce soit sous la contrainte, pour répondre à une nécessité, ou par mode de vie sera intégrée à cette réflexion.
  • Enfin, le troisième axe portera sur les témoignages. Il s’agira de considérer les retours sur expérience. Une fois le voyage accompli, que reste-t-il ? Quels sont les acquis, les pertes ? Est-ce un succès ou un échec ? Quel récit idéalisé ou discours dissuasif fait suite à l’expédition en elle-même ? La manière dont les voyageurs font mémoire de leur expédition à travers les témoignages littéraires, artistiques ou musicaux, sera explorée.

Les propositions de communication (500 mots environ) sont à envoyer, accompagnées d’un CV, à l’adresse suivante : association.janua@gmail.com avant le 31 janvier 2019. Les communications retenues ont vocation à être publiées l’année suivante dans les Annales de Janua.
Une réponse sera communiquée aux intervenants sélectionnés courant février. L’évènement se déroulera sur deux journées, les 11 et 12 avril 2019. L’après-midi du vendredi sera consacrée à une visite du centre-ville de Poitiers pour les participants intéressés. L’hébergement des communicants pour deux soirs consécutifs est pris en charge par l’association, ainsi que les deux repas du midi et une partie des frais de transport à hauteur de 50€ par intervenant


Comité d’organisation : Association Janua


Zoé Le Nel (CESCM, Master II Mondes médiévaux, littérature médiévale)


Claire Boisseau (CESCM, Doctorante en histoire de l’art médiéval)

Julie Caron (HeRMA, Doctorante en archéologie antique)

Marie Cloutour (Criham, Doctorante en histoire moderne)

Gabrielle Schmid (CESCM, Doctorante en histoire de l’art médiéval)

Comité scientifique :

Yves Lafond (HeRMA, Professeur d’histoire grecque)

Séverine Lemaître (HeRMA, Maîtresse de conférences en histoire de l’art et archéologie antique)

Vincent Michel (HeRMA, Professeur d’archéologie antique, Directeur du laboratoire)

Martin Aurell (CESCM, Professeur d’histoire médiévale, Directeur du laboratoire)

Claudio Galderisi (CESCM, Professeur en langues et littératures françaises du Moyen Âge)

Guillaume Bourgeois (Criham, Maître de conférences HDR en histoire contemporaine, Directeur du laboratoire)

François Brizay (Criham, Professeur d’histoire moderne)

Nabila Oulebsir (Criham, Maîtresse de conférence HDR en histoire de l’art contemporain)


Responsable :

Janua

url de référence :

https://associationjanua.wordpress.com/


      

 

Appel à contributions = Congrès « Philologie et musicologie », IVe rencontre franco-italienne

Appel à contributions/Call for papers

philomusi4@sciencesconf.org

https://philomusi4.sciencesconf.org

Langues et musiques dans les corpus chantés du Moyen Âge et de la Renaissance

Congrès “Philologie et musicologie”, IVe rencontre franco-italienne

Morimondo, Italie

1er– 4 juin 2019

  • Comité d’organisation

Christelle Chaillou-Amadieu, Gisèle Clément, Fedon Nicolaou, Federico Saviotti et Fabio Zinelli

  • Comité scientifique

Francesco Carapezza, Christelle Cazaux-Kowalski, Frédéric Duval, Isabelle Fabre, Claudio Galderisi, Isabelle His, Maria Sofia Lannutti, Maria Luisa Meneghetti, Delphine Pasques et Michel Zink

La quatrième rencontre « Philologie et musicologie » se fixe pour objectif d’étudier les rapports entre langues et musiques dans les corpus chantés du Moyen Âge et de la Renaissance. Comment la langue influe-t-elle directement sur les modalités de composition ?

Pour répondre à cette question, nous envisageons un double postulat : d’un côté la substance même d’une langue conditionnerait certains éléments de la composition musicale qui lui sont associés comme le rythme ou la courbe musicale et, d’un autre côté, des modalités de composition pourraient être communes à certaines traditions linguistiques comme, par exemple, les procédés de centonisation. Même si la littérature sur le sujet est abondante, elle est principalement monodisciplinaire ; les travaux transversaux mêlant des compétences égales en philologie et en musicologie sont rares. Si de nombreux musicologues ou philologues se sont intéressés au rapport existant entre musique et langue, nous souhaitons que nos études s’orientent à présent vers un véritable travail entre musicologues et spécialistes des textes. De la même manière, sont peu pratiquées 1) la comparaison entre plusieurs traditions linguistiques et 2) leurs implications dans la création musicale. Plus encore, demandons-nous si ce rapport à la langue fluctue selon les genres, les formes et comment une même langue est traitée dans un cadre monodique ou polyphonique. Enfin, le travail en diachronie jusqu’au XVIe siècle aura pour objectif de délimiter les continuités et les particularités entre les différentes périodes, tant linguistiques que musicales.

La réflexion portera sur la langue latine et l’ensemble des langues vernaculaires. En suivant une tradition désormais bien établie, la rencontre privilégiera les interventions interdisciplinaires et collaboratives. Les communications individuelles et/ou consacrées à l’une des deux disciplines sont toutefois encouragées si elles entendent problématiser l’approche des objets d’étude vis-à-vis des apports de l’autre discipline ou si elles stimulent la réflexion au sein même de l’autre camp disciplinaire. Le sujet pourra être traité selon deux axes principaux :

I – Le rapport littéral entre musique et langue. La thématique suggère une étude des liens directs entre la musique et le texte ; elle s’adresse particulièrement aux travaux interdisciplinaires. Les travaux comparatifs situés entre plusieurs traditions linguistiques sont les bienvenus. Plusieurs pistes sont envisageables :

  1. Morphosyntaxe et structure musicale : langue et forme musicale, langue et structure des motifs musicaux, etc.
  2. Métrique et musique : accentuation et rythme musical, choix du mètre/séquence rythmique particulière, etc.
  3. Phonétique et musique : rapport entre la matière sonore de la langue (accents grammaticaux et métriques) et courbe musicale, allitérations, assonances, rimes et musique, etc.
  4. Musique et langue en diachronie : modifications des rapports entre langue et musique, évolutions linguistiques et musicales, etc.
  5. Particularités musicales des textes plurilingues.
  6. Traduction de textes : continuité ou discontinuité de la musique, rapport avec la prosodie, etc.

II – Diversités des langues et traditions musicales. La seconde thématique se veut principalement comparative ; elle pourra concerner les axes suivants :

  1. Particularités linguistiques dans les corpus chantés qui pourraient avoir des incidences sur la mélodie ou la polyphonie.
  2. Particularités musicales en lien avec la langue employée.
  3. Comparaison entre les langues : métrique, accentuation, sonorité, etc.
  4. Comparaison entre les mélodies ou les polyphonies ayant comme support des langues différentes : troubadours, trouvères, Minnesänger, etc.
  5. Réécritures : emprunts, contrafacta, citations, etc.

La quatrième rencontre aura lieu en Italie dans le village de Morimondo qui accueillera aussi le festival de musiques anciennes Musici Vagantes, associé à notre congrès depuis la rencontre de Rome en 2015.

Les langues officielles du congrès sont le français, l’italien et l’anglais. Les propositions de communications, composées d’un titre et un résumé d’environ 200 mots, devront nous parvenir au plus tard le 30 septembre 2018 à l’adresse suivante : philomusi4@sciencesconf.org

ou directement en ligne : https://philomusi4.sciencesconf.org

Après expertise du comité scientifique, une réponse sera donnée au plus tard le 15 octobre 2018. Les interventions feront l’objet d’une publication. Les présentations individuelles dureront 20 minutes et seront suivies par 10 minutes de discussion. Les présentations collaboratives (2 ou 3 intervenants) disposeront du double de temps.

Les frais d’inscription au congrès s’élèvent à 40 euros et seront gratuits pour les doctorants. Les frais de déplacement, d’hébergement et les dîners seront à la charge des participants. Le comité d’organisation pourra toutefois accorder des bourses pour couvrir tout ou partie des frais engendrés aux chercheurs qui ne disposent pas de possibilités de financement par leur laboratoire ; les doctorants et les jeunes docteurs seront bien entendu prioritaires.


Call for papers

philomusi4@sciencesconf.org

https://philomusi4.sciencesconf.org 

Lingua e musica nei corpora cantati del Medioevo e del Rinascimento

Congresso “Filologia e Musicologia” IV incontro italo-francese

Morimondo (MI)

1-4 giugno 2019

 

  • Comitato organizzatore :

Christelle Chaillou-Amadieu, Gisèle Clément, Fedon Nicolaou, Federico Saviotti e Fabio Zinelli

  • Comitato scientifico :

Francesco Carapezza, Christelle Cazaux-Kowalski, Frédéric Duval, Isabelle Fabre, Claudio Galderisi, Isabelle His, Maria Sofia Lannutti, Maria Luisa Meneghetti, Delphine Pasques e Michel Zink

Con il quarto incontro “Filologia e Musicologia”, intendiamo porre al centro della riflessione degli studiosi i rapporti tra lingua/lingue e musica nei corpora cantati medievali e rinascimentali. Quanto e come, innanzitutto, la lingua influisce sulle modalità compositive?

Per rispondere a questa domanda, muoviamo da un postulato duplice: da una parte, è la sostanza stessa di un idioma a condizionare determinati elementi della composizione melodica ad essa strettamente associati, come il ritmo o la curva musicale; dall’altra, talune modalità compositive potrebbero rivelarsi comuni a specifiche tradizioni linguistiche (come, ad esempio, il processo di centonizzazione). Per quanto la bibliografia sull’argomento sia abbondante, essa appare in maniera preponderante limitata a una sola disciplina: gli approcci trasversali, che contemperino competenze musicologiche e filologiche, rimangono piuttosto rari. Se è vero che molti filologi e musicologi si sono già interessati al rapporto che intercorre tra lingua e musica, sarebbe assai proficuo che i nostri studi si orientassero a una condivisione delle esperienze e a un lavoro comune. Parimenti, il confronto fra ambiti linguistici diversi sul tema della creazione musicale è un campo ancora relativamente poco praticato. In tal senso, vogliamo interrogarci anche sul variare delle implicazioni linguistico-musicali a seconda dei generi, delle forme melodiche e delle tipologie testuali, così come tra monodia e polifonia. Infine, la scelta di un’ampia prospettiva diacronica, che va dal XII al XVI secolo, piuttosto inusuale anche in relazione alla specializzazione degli studiosi, consentirà – ci auguriamo – di superare le delimitazioni talvolta troppo nette tra i diversi periodi e, al contempo, di valorizzare le particolarità, tanto linguistiche quanto musicali, delle rispettive produzioni.

Oggetto dell’analisi saranno il latino e le lingue volgari dell’Europa occidentale. Seguendo una tradizione ormai ben consolidata, si privilegeranno gli interventi di taglio interdisciplinare e, in particolare, quelli proposti in collaborazione da due o tre specialisti di ambito differente. Le comunicazioni monodisciplinari e/o individuali saranno tuttavia le benvenute, qualora intendano confrontarsi con l’approccio dell’altra disciplina.

Il tema potrà essere sviluppato seguendo una o più delle piste che vengono proposte di seguito.

I – Lo specifico rapporto tra lingua e musica (studio delle implicazioni dirette tra melodia e testo: si presta particolarmente a lavori interdisciplinari, nonché ad approcci comparativi che chiamino in causa diversi ambiti linguistici).

  1. Morfosintassi e struttura musicale: lingua e forma melodica, lingua e struttura dei motivi musicali, etc.
  2. Metrica e musica: accentuazione e ritmo, scelta del metro e della sequenza ritmica, etc.
  3. Fonetica e musica: suoni della lingua e curva musicale, allitterazioni e assonanze, rime e melodia, etc.
  4. Musica e lingua in diacronia: cambiamenti nel rapporto tra lingua del testo e musica, evoluzioni linguistiche e musicali, etc.
  5. Particolarità musicali dei testi plurilingue.
  6. Traduzione: continuità/discontinuità della musica, rapporto con la prosodia, etc.

II – Varietà delle lingue e delle tradizioni musicali (studio eminentemente comparativo: potrà essere svolto mediante approcci monodisciplinari e individuali che interessino l’altra disciplina).

  1. Particolarità linguistiche che potrebbero avere incidenza sulla composizione melodica.
  2. Particolarità musicali legate alla lingua impiegata.
  3. Confronto tra le lingue: prosodia, accentuazione, sonorità, etc.
  4. Confronto tra le melodie in ambiti linguistico-letterari differenti: ad es. trovatori, trovieri e Minnesänger.
  5. Riscritture: prestiti, contrafacta, citazioni, etc.

Il congresso si terrà nel villaggio di Morimondo (MI), tra Pavia e Milano, che accoglierà anche il festival di musica antica Musici Vagantes, associato ai nostri incontri da Roma 2015.

Le proposte di comunicazioni, che devono includere un titolo e un abstract di circa 200 parole, dovranno essere trasmesse entro il 15 settembre 2018 all’indirizzo seguente: philomusi4@sciencesconf.org

o online : https://philomusi4.sciencesconf.org

Dopo una valutazione da parte del comitato scientifico, daremo risposta ai proponenti entro il 15 ottobre 2018. È prevista la pubblicazione degli atti del congresso.

Le comunicazioni individuali dureranno 20 minuti e saranno seguite da 10 minuti di discussione. Le presentazioni in collaborazione (2 o 3 relatori) disporranno del doppio del tempo.

La quota d’iscrizione al congresso sarà di 40 euro (gratuito per i dottorandi). Le spese di viaggio e soggiorno saranno a carico dei partecipanti. Tuttavia, sarà possibile garantire un rimborso totale o parziale a coloro che non potessero ottenerlo dalla propria Università o centro di ricerca (la priorità sarà ovviamente data a dottorandi e non strutturati).


Call for papers

philomusi4@sciencesconf.org

https://philomusi4.sciencesconf.org

Languages and music within the vocal corpuses from the Middle Ages and the Renaissance

4th International French-Italian Symposium
“Philology and Musicology”

Morimondo, Italy

June 1-4, 2019

 

  • Organizing committee:

Christelle Chaillou-Amadieu, Gisèle Clément, Fedon Nicolaou, Federico Saviotti eand Fabio Zinelli

  •  Scientific Committee:

Francesco Carapezza, Christelle Cazaux-Kowalski, Frédéric Duval, Isabelle Fabre, Claudio Galderisi, Isabelle His, Maria Sofia Lannutti, Maria Luisa Meneghetti, Delphine Pasques and Michel Zink

The 4th symposium “Philology and Musicology” aims to address the question of the relationship between languages and music in the vocal corpuses from the Middle Ages and the Renaissance. How does language directly affect the compositional process?

In order to answer this question, we consider a double postulate:  on the one hand, the very substance of a language would condition certain elements of the musical composition associated with it, such as the rhythm or the musical phrase and, on the other hand, the compositional process might be common to certain linguistic traditions, for example, the processes of “centonization”. Although the literature on the subject is abundant, it is mainly monodisciplinary; transversal work combining equal skills in philology and musicology are rare. While many musicologists and philologists have been interested in the relationship between music and language, we wish now to orient our studies towards a real collaboration between musicologists and text specialists. In the same way, comparative studies of several linguistic traditions are relatively rare, as are studies of their implications in musical creation. Moreover, we question whether this relation to language varies according to genres and forms, and how the same language is treated in monody or polyphony. Finally, the consideration of this question diachronically up to the 16th century will aim to delimit the continuities and particularities between different periods, both linguistic and musical.

Texts in both Latin and the vernacular languages will be taken into account. Following a now well-established tradition, the meeting will privilege interdisciplinary and collaborative contributions. Individual contributions and/or contributions devoted to one or the other of the two disciplines are nevertheless encouraged, as long as they aim to problematize the consideration of the objects of study in relation to the contributions of the other discipline, or if they stimulate reflection within the other disciplinary domain. The subject may be treated according to two main axes:

I – The literal relationship between music and language. The theme suggests a study of the direct links between music and text; it is particularly suited to interdisciplinary work. Comparative works situated among several linguistic traditions are welcome. Possible approaches might include:

  1. Morphosyntax and musical structure: language and musical form, language and structure of musical motifs, etc.
  2. Metrics and music: accentuation and musical rhythm, choice of meter / specific rhythmic sequence, etc.
  3. Phonetics and music: relationship between the sound material of the language (grammatical and metrical accents) and musical curve, alliterations, assonances, rhymes and music, etc.
  4. Music and language in diachrony: changes in the relationship between language and music, linguistic and musical evolution, etc.
  5. Musical particularities of plurilingual texts.
  6. Translation of texts: continuity or discontinuity of music, relation with prosody, etc.

II – Diversity of languages and musical traditions. The second theme is mainly comparative; it may concern the following axes:

  1. Linguistic features in vocal corpuses that could affect melody or polyphony.
  2. Musical features related to the language used.
  3. Comparison between languages: metrics, accentuation, sound, etc.
  4. Comparison between melodies or polyphonies setting texts in different languages: troubadours, trouvères, Minnesänger, etc.
  5. Rewritings: borrowings, contrafacta, quotations, etc.

The fourth meeting will take place in Italy in the village of Morimondo, which will also host the medieval music festival Musici Vagantes, associated with our congress since the Rome meeting in 2015.

Proposals for papers, consisting of a title and a summary of approximately 200 words, must be received no later than September 15, 2018 at the following address: philomusi4@sciencesconf.org

or online : https://philomusi4.sciencesconf.org

After review by the scientific committee, a decision will be conveyed no later than October 15, 2018. The papers will be published in the proceedings of the symposium.

Official languages of the symposium are French, Italian and English. Individual presentations should last 20 minutes and will be followed by 10 minutes of discussion. Collaborative presentations (2 or 3 speakers) will have double time.

The conference registration fee is 40 €; free for doctoral students. Travel expenses, accommodation and dinners will be at the charge of the participants. The organizing committee may, however, award grants to cover all or part of the costs incurred by researchers who do not have funding possibilities from their research centres; doctoral students and young PhDs will of course have priority.

Appel à communications – Journée d’études : Carnets de recherche en Histoire de l’art et Archéologie

Journée d’études dédiée à l’actualité de la recherche par les étudiants de master en Histoire de l’art et Archéologie de l’Université de Poitiers (master Civilisation, Histoire, Patrimoine et Sources), avec la participation de l’Institut Catholique de Paris.

Dans le cadre de cette journée d’études, les étudiants ayant terminé leur année de Master 1 ou 2 peuvent présenter les résultats de leurs mémoires de recherche.
La durée de chaque communication est de 20 mn.

• Date et lieu de la journée d’études : 25 octobre 2018
Poitiers, faculté des Sciences humaines et arts

Télécharger l’appel à communications

Propositions de communication

Les propositions de communication sont à adresser avant le 14 septembre 2018 à :
marcello.angheben@univ-poitiers.fr, veronique.meyer@univ-poitiers.fr

Elles devront faire figurer un résumé (200 à 300 mots), accompagné d’une courte biographie (comprenant vos nom, prénom, adresse email, laboratoire).


        

 

[Appel à communication] Journée jeunes chercheurs Janua 2018

Appel à communication : La violence guerrière : de l’Antiquité au Moyen-Âge

Janua, association des étudiants en Master et des doctorants de l’Université de Poitiers antiquisants et médiévistes, rattachés respectivement aux laboratoires HeRMA (Hellénisation et Romanisation dans le Monde Antique) et CESCM (Centre d’Études Supérieures de Civilisation Médiévale), organise le 26 avril 2018 une journée d’étude à destination des jeunes chercheurs (de l’inscription en master aux trois ans écoulés après la soutenance de thèse), elle sera consacrée au thème de la ‘violence guerrière’. Son objectif est de présenter des travaux, achevés ou en cours, sur l’usage et la représentation de cette dernière. Dans une perspective transdisciplinaire, le choix de ce thème questionne la richesse de ses appréhensions et ouvre des discussions sur les divergences et les similarités de celles-ci à travers des sources (textes, images, architectures, musiques et objets mobiliers) et des périodes diverses (Antiquité et Moyen Âge).

Chapiteau de Conques (Cliché CESCM Léonet-Bastien)

De par son étymologie, la notion de violence (violentia) possède une connotation péjorative. Elle qualifie l’absence de contrôle, l’emportement. Dérivée du concept mélioratif de vis (vigueur, force), sa définition repose avant tout sur le principe d’outrance. Dans l’Antiquité comme au Moyen Âge, la violence de la nature et des colères divines est essentiellement perçue comme juste, bien qu’insaisissable pour l’homme. Au contraire, la ‘violence humaine’ suppose que la force employée se déploie hors de son cadre moral ou de ses limites sociales et institutionnelles. La violence individuelle, non contrôlée par la raison, est brute voire brutale (brutalis) et renvoie à la démesure (hubris). Elle est, de fait, condamnable et son contrôle constitue l’un des enjeux politiques majeurs des institutions.

La sécurité intérieure est le socle de la prospérité d’un territoire et du bien-être d’une communauté. Toutefois, le maintien de cette stabilité implique paradoxalement l’usage de la violence par l’institution qui en est la garante. L’accroissement d’un pouvoir, la défense de ses frontières et de ses règles ne peuvent se faire sans le recours à la fonction militaire. S’intéresser à la violence guerrière nécessite alors d’envisager toute l’ambiguïté supportée par cette expression.

Cette journée d’étude se trouvera découpée en trois axes. Le premier sera l’occasion d’aborder la ‘violence guerrière’ via ses représentations (historiques, iconographiques, philosophiques, musicales et littéraires) et leurs dépendances au contexte historique et social dans lequel elles ont été exprimées. Le second regroupera les études (archéologiques et historiques) de la réalité concrète de la pratique guerrière. Le troisième axe rassemblera quant à lui les interventions qui porteront sur les sources théoriques des rapports entre le concept de ‘guerre’ et celui de ‘violence’.

Axe 1 : Quels discours ?

La représentation, visuelle ou textuelle, de la ‘violence guerrière’ est un témoignage de sa réalité. Elle suppose aussi de considérer un autre niveau de lecture. En donnant à voir ou en décrivant celle-ci, on révèle une idéologie. La légitimé de la ‘violence guerrière’ reflète celle de l’autorité qui la commande et la régule. Exalter les qualités des figures de cette violence ou condamner leurs démérites n’est jamais neutre et s’inscrit en parallèle avec les rapports de force qui en motivent le discours.

Sa dénonciation insiste généralement sur le caractère irréfléchi et déloyal du combat. Elle fait écho, pour ces critiques, à la déviance morale individuelle de son représentant. Au contraire, la valorisation de cette violence est légitimée par le caractère transcendant de la mission qui lui est assignée. Son acteur n’est que le médiateur d’une justice qui le dépasse, le bras armé du divin ou le garant de la paix et de la prospérité dont la guerre est la promesse. En ayant recours à ce ‘mal nécessaire’, on justifie les desseins qui sont profitables à une communauté, au-delà de l’individu.

Axe 2 : Quelles réalités ?

Les sources textuelles, les images et la littérature sont des reconstructions qui permettent d’éclairer sur la réalité de la pratique martiale. Toutefois, à ce titre, les vestiges archéologiques sont primordiaux en tant que témoins objectifs et matériels. Ils sont les traces d’une réalité complexe. Le statut du guerrier, par exemple, dépend pour une grande part de sa place dans la hiérarchie militaire. Il est perceptible dans la qualité de son armement et par sa situation lors du combat.

La valeur donnée, souvent a posteriori, à la ‘violence guerrière’ repose entièrement sur les causes, les conditions et les conséquences de son exercice. La longueur des hostilités et le nombre de vies sacrifiées, l’attaque de la population civile sont autant de propriétés d’une guerre néfaste. Souvent mises en exergue par les sources littéraires et iconographiques, ces données formelles ne sont vérifiables que par la recherche archéologique.

Axe 3 : Quelles définitions ?

Ce troisième axe est orienté vers une appréhension de la ‘violence guerrière’ au niveau spéculatif. Il s’agit de saisir comment penser la guerre comme concept. Ces études sont possibles par le biais des sources philosophiques notamment mais aussi des arts lorsque, par exemple, la guerre y est personnifiée.

Entre celle du dernier recours par une posture uniquement défensive telle qu’elle est prônée par Platon et celle de la démesure inévitable d’un gouvernement réaliste selon Machiavel, la définition intellectuelle du bon usage du fait guerrier reçoit une acceptation flexible et généreuse en réflexions. Ces dernières, nous l’espérerons, feront naître de nombreux échanges à propos de la ‘violence guerrière’ au cours de cette journée qui lui sera dédiée.


Tout jeune chercheur spécialisé dans l’étude des civilisations antique et médiévale peut faire une proposition de communication. Les contributions apportées lors de cette journée ont vocation à être publiées l’année suivante dans les Annales de Janua.

Les propositions de communication peuvent être rédigées en français et doivent être envoyées avant le jeudi 1er février 2018 (inclus), accompagnées d’un curriculum vitae, à l’adresse association.janua@gmail.com sous la forme d’un résumé d’environ 500 mots.

Elles seront soumises au conseil scientifique qui donnera une réponse autour du 1er mars 2018. La JJC aura lieu le 26 avril 2018 au CESCM de Poitiers.

L’hébergement et la restauration seront pris en charge par JANUA, ainsi qu’une partie des frais de transport (pour ces derniers, les intervenants seront remboursés sur justificatif et dans la limite de 80 euros par personne). N’hésitez pas à nous contacter à l’adresse email de l’association pour toute information complémentaire.

            Comité scientifique

Nadine Dieudonné-Glad (Professeure d’Archéologie antique, directrice de l’EA 3811 HeRMA)

Martin Aurell (Professeur d’Histoire médiévale, directeur de l’UMR 7302 CESCM)

Cécile Voyer (Professeure d’Histoire de l’art du Moyen Âge)

Claudio Galderisi (Professeur de Lettres médiévales)

Alexandre Vincent (Maître de conférences en Histoire romaine)

Nicolas Prouteau (Maître de conférences en Archéologie médiévale)

Mathilde Carrive (Maître de conférences en Histoire de l’Art de l’Antiquité romaine)

 

Responsable :

Janua