Archives par mot-clé : appel à communication

[Appel à communications] journée d’études : Désunions. La séparation du couple à l’initiative de l’Église dans le monde catholique (XIIe s. – XXIe s.)

Journée d’études organisée par Marie Walin (Université de Poitiers, Criham) et Émilie Kurdziel (Université de Poitiers, CNRS, CESCM).
 
Répudiation d’Agnès de Courtenay (France, Paris. Bibliothèque nationale de France, Département des manuscrits, Français 2825 f.227v). Source BnF / Gallica.

• Appel à communications jusqu’au : 1er juillet 2024

• Date pressentie pour la journée d’études : le 29 novembre 2024 (autre date envisagée : le 7 décembre)
Lieu : Université de Poitiers

Argumentaire

“Ce que Dieu a uni, l’homme ne peut le séparer” (Mc 10, 2-16). Dans certaines circonstances l’Église catholique peut néanmoins s’arroger ce droit, en règle générale à la demande de l’un des époux, mais aussi, parfois, de sa propre initiative. Si le droit canon ne reconnaît pas le divorce, il arrive en effet depuis le Moyen Âge, que des représentant·es de l’autorité ecclésiastique s’efforcent de provoquer la séparation de certains couples. On peut penser à l’action menée par le pape Innocent III (1198-1216) pour casser le mariage de Philippe Auguste et d’Agnès de Méranie, le roi étant tenu pour bigame par la papauté ; ou aux couples cléricaux séparés de force au XIIe siècle, quand certaines femmes de prêtres étaient exclues manu militari des enclos cathédraux. L’historiographie a aussi mis en évidence des exemples, plus récents, de mariage ou de concubinage entre personnes de même sexe, que l’Église tente de séparer une fois qu’elles sont découvertes. Le cas d’Elisa et Marcela qui se sont mariées à La Corogne en 1901 a été particulièrement visibilisé en Espagne depuis une dizaine d’année : qualifié dans les sources de « mariage sans homme » (La Voz de Galicia, 10/06/1901), il a été récupéré par les mouvements LGBTQI+ actuels comme « le premier mariage homosexuel » espagnol. Ces unions ont en commun d’avoir été considérées par l’Église comme entrant en contradiction avec le droit canon, la discipline ecclésiastique, la définition du mariage chrétien ou la morale chrétienne.

Une série de travaux menés au cours des trois dernières décennies a permis de mieux connaître, tant pour le Moyen Âge que pour les périodes moderne et contemporaine, les modalités de séparations matrimoniales réalisées à l’initiative des conjoints, leurs motifs, le parcours des intéressé·es devant les tribunaux, et les conséquences de telles séparations d’un point de vue économique, notamment pour les femmes. Cette journée d’études se propose d’aborder un cas de figure plus marginal, et qui n’a guère été envisagé par l’historiographie jusqu’ici : celui des séparations intervenues à l’initiative de l’Église. Nous nous intéresserons ainsi aux « désunions » (séparation de corps, annulation ou reconnaissance de nullité de mariage, obligation de cesser un concubinage) encouragées ou forcées par l’Église, du fait de l’intervention directe d’un·e représentant·e du corps ecclésiastique ou par l’entremise d’un tiers. Les unions amoureuses seront considérées dans leur globalité et sur la longue durée, du XIIe siècle, moment où le mariage est défini comme sacrement et ses règles précisées par l’institution ecclésiale, à l’époque actuelle.

Axes de recherches

1/ En vertu de quels principes et dans quelles circonstances l’Église entreprend-t-elle de séparer des couples, mariés ou non ? 

Dans le cas des couples cléricaux ou de même sexe précédemment évoqués, c’est parce que ces unions sont définies comme illicites par les théologiens et les canonistes qu’elles sont interdites (dans le premier cas parce qu’elles entrent en contradiction avec la discipline ecclésiastique, dans le second parce qu’elles sont définies comme contre-nature). Mais on pourrait aussi envisager la possibilité de cas de séparations prononcées à l’initiative de l’Église pour protéger l’un des époux (plutôt l’épouse), en cas de violences conjugales par exemple. Dans l’Espagne du XIXe siècle, l’épouse était parfois autorisée, dans ce type de situation, à se réfugier dans une maison « neutre » durant le temps du procès. Des mesures de ce type pouvaient-elles revêtir un caractère plus définitif ?

Cela pose aussi la question de savoir qui l’Église souhaite séparer. Sépare-t-on par exemple, à certaines époques ou dans certaines régions, des époux notoirement adultères ? Par ailleurs, si les procédures ayant eu lieu devant les tribunaux peuvent être privilégiées, notamment parce qu’elles laissent des traces historiques dans les archives, pourront aussi être abordées des cas de séparations qui n’auraient pas été l’objet d’une procédure officielle.

2/ À l’initiative de qui se font les séparations ? 

Nous sommes également intéressées par des situations où un·e représentant·e de l’Église s’immisce dans l’intimité du couple et pousse à la séparation ou au respect des normes canoniques relatives au mariage (dans les cas de bigamie, de couple de même sexe, ou de mariage non consommé par exemple). La figure du confesseur retiendra notre attention à la suite des études récentes portant sur la masculinité du prêtre. Dans quelle mesure le fait que les confesseurs soient des hommes a pu poser problème dans les relations de couple et dans leur rôle de conseiller conjugal improvisé ?

Nous pourrons aussi envisager d’autres situations où l’Église est saisie par un tiers qui n’est pas l’un des membres du couple, et qui fait usage du droit canon ou de la morale chrétienne pour dénoncer ou s’opposer à une union jugée frauduleuse. On pense en particulier aux cas de dénonciations, anonymes ou non.

3/ Quelles sont, enfin, les conséquences concrètes pour les personnes séparées, et notamment pour les femmes ?

Nous accorderons de ce point de vue une attention particulière aux recherches analysant des cas concrets issus de l’étude des archives judiciaires, et se situant à la croisée de l’histoire du droit, de l’histoire des systèmes judiciaires et de l’histoire économique. Comment les droits (canoniques et séculiers, civils et pénaux) ont-ils encadré ces séparations sur le plan légal et juridique ? Comment les acteurs et actrices se sont-ils et elles saisi·es de ces cadres et des différentes juridictions, parfois en les faisant entrer en concurrence, afin de maximiser leur patrimoine ? Les différents droits en vigueur dans l’Europe médiévale puis moderne, jusqu’à la formalisation des droits civils et pénaux contemporains au XIXe siècle, adoptent en effet des perspectives différenciées selon le genre dans la gestion des biens du couple, et accordent une plus ou moins grande autonomie aux femmes en cas de séparation (même si la plupart du temps le droit demeure largement favorable aux hommes, dans le mariage comme dans la séparation). Des femmes bien accompagnées peuvent aussi, le cas échéant, faire jouer des droits concurrents pour maximiser les avantages économiques lors d’une séparation.

Bibliographie indicative

• Brée Sandra et Brunet Guy, Séparations et divorces dans les sociétés européennes du XVIIe siècle au début du XX e siècle, dossier des Annales de démographie historique, 2020, vol. 140, no 2.

• Carcanague Marine, « Des femmes devant les “juges de l’honneur”. Défendre son honneur devant le Tribunal des maréchaux de France : un privilège judiciaire au XVIIIe siècle », Hypothèses, 2018, vol. 21, no 1, p. 207‑216.

• Charageat Martine, La Délinquance matrimoniale. Couples en conflit et justice en Aragon (XVe-XVI e siècle), Paris, Publications de la Sorbonne, 2011.

• Chatenet-Calyste Aurélie, « Vivre sans lui. Les femmes et la séparation conjugale dans le monde curial au XVIIIe siècle », Annales de démographie historique, 2020, vol. 140, no 2, p. 53‑74.

• Costa Marie, Dones rebels, dones alliberades: el divorci a Catalunya als segles XVIII i XIX, Vic, Eumo Editorial, 2016.

• D’Avray David, Papacy, Monarchy and Marriage, 860-1600, New York, Cambridge University Press, 2015.

• Donahue Jr. Charles, Law, Marriage and Society in the Later Middle Ages, Cambridge, Cambridge University Press, 2007.

• Helmholz Richard H., Marriage Litigation in Medieval England, Cambridge, Cambridge University Press, 1974.

• Gauvard Claude et Stella Alessandro (eds.), Couples en justice : IVe-XIXe siècle, Paris, Publications de la Sorbonne, 2013.

• Juncal Campo Guinea María del, Comportamientos matrimoniales en Navarra: (siglos XVI-XVII), Pamplona, Gobierno de Navarra, 1998.

• Manion Jen, Female husbands: a trans history, Cambridge, Cambridge University Press, 2021.

• McDougall Sara, Bigamy and Christian Identity in Late-Medieval Champagne, Philadelphie, University of Pennsylvania Press, 2012.

• Muller Caroline, Au plus près des âmes et des corps : une histoire intime des catholiques au XIXe siècle, Paris, Presses Universitaires de France, 2019.

• Müller Wolfgang P., Marriage Litigation in Western Europe, Cambridge, Cambridge University Press, 2021.

• Murphy Gwénaël, « Faire “mauvais ménage” au village. Les violences conjugales dans les campagnes poitevines (1650-1790) », Histoire & Sociétés Rurales, 2013, vol. 39, no 1, p. 71‑95.

• Santinelli Emmanuelle (dir.), Répudiation, séparation, divorce dans l’Occident médiéval, Valenciennes, Presses universitaires de Valenciennes, 2007.

• Seidel Menchi Silvana et Quaglioni Diego (dir.), I tribunali del matrimonio : secoli XV-XVIII, Bologne, Il Mulino, 2006.

• Van Houts Elisabeth, Married life in the Middle ages, 900-1300, Oxford, Oxford University Press, 2022.

Appel à communication : Supports, style et usages de la poésie funéraire (IXe-XIIe siècles)

Appel à communication His verbis exprime luctum. Supports, style et usages de la poésie funéraire (IXe-XIIe siècles)

[English version below]

Au détour d’un exemple d’amplification, Geoffroi de Vinsauf indique à ses lecteurs les mots appropriés à l’expression du deuil (« Temporibus luctus his verbis exprime luctum », Poetria nova, v. 367). De fait, le décès d’un individu suscite diverses productions écrites, notamment poétiques, à l’instar des plaintes funèbres (planctus), des épitaphes et des titres de rouleaux mortuaires. De prime abord, le trait distinctif de la poésie funéraire est d’ordre thématique : la mort en fonde l’unité. Malgré leur proximité discursive, les poèmes funéraires se démarquent par des critères formels (poésie métrique, rythmique, ou performance orale) et matériels (codex, rotulus, pierre).

Dès l’époque carolingienne, la poésie funéraire connait un développement considérable. Les raisons de son succès au cours du premier Moyen Âge restent encore à éclaircir. Traditionnellement, l’historiographie marque une rupture au tournant des XIIe et XIIIe siècles, entre autres en raison de la production croissante des textes vernaculaires et de l’amorce du macabre, avec la figure d’Hélinand de Froidmont. L’ambition des journées est d’étudier les expressions poétiques du deuil à l’aune de leurs supports, de leur style et de leurs usages. Il s’agira de questionner la notion de poésie funéraire par l’étude de ses diverses manifestations poétiques, tout en s’interrogeant sur sa production et sa réception : quels sont les éléments précurseurs ? Qu’est-ce qui se maintient aux siècles suivants ? En quoi sied-il de parler plutôt d’une transformation ou plutôt d’une rupture nette ?

Cliché L-O Crosland (photothèque du CESCM)

La matière de la poésie funéraire (Université de Poitiers, CESCM ; 26-27 septembre 2024)

Tout au long du Moyen Âge, le décès peut déclencher la composition poétique et l’acte d’écriture. L’enjeu de cette première journée sera de caractériser la matière qui convient à l’expression du deuil : comment définir la poésie funéraire aujourd’hui et envisager la porosité entre ses différentes manifestations (planctus, épitaphes, titres de rouleaux mortuaires) ? Dans quels contextes (manuscrits comme monumentaux) apparaissent les différentes expressions poétiques funéraires ? À quels besoins répondent-elles (commémoratifs, cathartiques, panégyriques et liturgiques) et à qui s’adressent-elles ?

À cette diversité des manifestations poétiques répond une diversité d’usages. Il conviendra aussi de s’interroger sur les liens qui peuvent être établis entre le poème funéraire et son support. Quels facteurs suggèrent ou imposent la forme du poème funéraire ? Quelles pratiques de lecture assigne-t-on aux divers supports ? Quelles traces d’oralité subsistent dans les témoins écrits et quel est le statut de la composition musicale dans la poésie funéraire ?

La mort d’un individu est l’élément commun à tout poème funéraire. Toutefois, cette poésie s’inscrit dans un réseau intertextuel et emprunte des topoï attestés dans d’autres productions littéraires : ainsi, l’expression de la douleur, la prière et la glorification. Dès lors, quels topoï sont récurrents dans les différentes manifestations du deuil ? Sont-ils en tout ou en partie conditionnés par leur support ? Dans quel réseau intertextuel s’inscrivent-ils ? Font-ils l’objet d’un traitement spécifique selon leur contexte ?

Style et mise en scène de la poésie funéraire (Université Catholique de Louvain ; 28-29 novembre 2024)

L’objectif de la deuxième journée consistera à s’interroger sur l’existence d’une esthétique propre à l’expression du deuil. Cette question sera d’abord abordée du point de vue stylistique. Existe-t-il un langage ou une poétique spécifique à la matière funéraire ? Quels outils et quelles méthodes peuvent-être mobilisés (études stylométriques, humanités numériques, etc.) ? Quelles sont les caractéristiques formelles des poèmes funéraires (figures de prédilection, variations lexicales, constructions syntaxiques, etc.) et sont-elles conditionnées par leur support ? À quel(s) type(s) de versification s’adonnent les poètes ?

Ensuite, il faudra étudier les représentations de la poésie funéraire et la manière de la mettre en scène. La distance entre le texte et son support théorique a déjà été soulevée par l’historiographie, en particulier pour les épitaphes. Si toutes les épitaphes n’ont pas été gravées, comment évoque-t-on leur matérialité dans le discours poétique ? Quels codes visuels et quelles caractéristiques graphiques reprennent les scribes pour faire penser à une épitaphe lapidaire ? Quelles sont les fonctions des jeux graphiques adventices, et font-ils partie intégrante de la poétique funéraire ?

Enfin, il sera nécessaire de mieux définir les rapports que l’auteur entretient avec la matière poétique funéraire. Quelles attitudes développe le poète devant les contraintes qu’implique son sujet – le décès ? Si les arts poétiques du Moyen Âge ne se sont que très peu préoccupés de la question du genre littéraire, existe-t-il néanmoins des traces d’une codification plus ou moins consciente ? En quoi les modèles didactiques, les pastiches et les caricatures permettent-ils de mieux évaluer les traces de cette codification ?

Informations pratiques

Les journées d’études se tiendront respectivement à Poitiers (France) le 26 et 27 septembre 2024 et à Louvain-la-Neuve (Belgique) le 28 et 29 novembre 2024. Les présentations de 40 minutes seront suivies de 20 minutes de questions. Des sessions seront prévues sous le format de table ronde : des jeunes chercheurs et chercheuses présenteront des études de cas en 20 minutes. Un format numérique permettra de suivre l’ensemble des journées à distance au besoin.

Propositions

Les propositions d’études de cas (maximum 500 mots) sont à envoyer à eleonore.venturelli@uclouvain.be pour le 1er mai 2024, en français ou en anglais. Le transport, le logement et les repas des intervenants et intervenantes des journées seront pris en charge. La langue de la communication sera choisie avec le comité organisateur. Une publication des actes est prévue.

Comité organisateur

Julien De Ridder (Aspirant fnrs, UCLouvain et Université de Genève), Damien Strzelecki (Ingénieur d’études au CESCM, Université de Poitiers) et Eléonore Venturelli (Aspirante fnrs, UCLouvain et Université de Poitiers)

Comité scientifique

Paul Bertrand (UCLouvain), Estelle Ingrand-Varenne (Université de Poitiers), Cécile Treffort (IUF, Université de Poitiers) et Wim Verbaal (Université de Gand)


Call for papers   Media, Style, and Uses of Funerary Poetry (9th-12th Cent.)

 

Through an example of amplification, Geoffrey of Vinsauf points to his readers the appropriate words to express mourning: (“Temporibus luctus his verbis exprime luctum”, Poetria nova, v. 367). Indeed, the passing of someone gives rise to a variety of written productions, especially poetic compositions: laments (planctus), epitaphs, and titles of mortuary rolls. At first sight, the distinctive feature of funerary poetry is thematic: death underpins its unity. Despite their discursive proximity, funerary poems distinguish themselves through the means of both formal (metrical, rhythmic poetry, or oral performance) and material criteria (codex, rotulus, stone).

From the Carolingian period onwards, funerary poetry experiences a major growth. The reasons for its success during the early Middle Ages are still unclear. Traditionally, historiography marks a breaking point at the turn of the 12th and 13th centuries. This is due in part to the increasing production of vernacular texts and the rise of the macabre, particularly with the figure of Helinand of Froidmont. The aim of these sessions is to study poetic expressions of mourning in the light of their medium, their style and their usage. Our purpose is to question the notion of funerary poetry through the study of its various poetic manifestations, while pondering its production and reception: what are the precursory elements? What remains the same over the course of the following centuries? Why is it more appropriate to talk about a transformation or a clear break?

Cliché L-O Crosland (photothèque du CESCM)

The Material of Funerary Poetry (University of Poitiers, CESCM; September 26 and 27, 2024)

Throughout the Middle Ages, death could inspire poetic composition and the act of writing. The challenge of this first session will be to recognize and characterize the material considered appropriate in the expression of mourning: how can we define funerary poetry today and consider the porosity between its different manifestations (planctus, epitaphs, titles of mortuary rolls)? In what contexts (both manuscript and monumental) do the various expressions of funerary poetry appear? What needs do they meet (commemorative, cathartic, panegyric and liturgical) and for whom are they intended?

This diversity of poetic manifestations is matched by a diversity of uses. We will also look at the links that can be established between the funerary poem and its medium. What factors suggest or impose the form of the funerary poem? What reading practices are assigned to the various media? What traces of orality remain in the written testimonies, and what is the status of musical composition in funerary poetry?

The death of someone is the one common element in all funerary poems. However, this poetry is part of an intertextual network and borrows topoi attested in other literary productions, such as the expression of grief, prayer, and glorification. Which topoi are recurrent in the various manifestations of mourning? Are they wholly or partly conditioned by their medium? What intertextual network are they part of? Do they receive specific treatment depending on their context?

Style and Mise-en-scène of Funerary Poetry (Catholic University of Louvain; November 28 and 29, 2024)

The aim of the second session will be to examine the existence of an aesthetic specific to the expression of mourning. This question will first be addressed from a stylistic point of view. Is there a language or poetics that are specific to funerary subjects? What tools and methods can be mobilized (e.g. stylometric studies, digital humanities)? What are the formal characteristics of funerary poems (e.g. preferred figures, lexical variations, syntactic constructions), and are they conditioned by their medium? What type(s) of versification do poets use?

Then, we will study the representations of funerary poetry along with its staging. The distance between the text and its theoretical support has already been raised by historiography, especially with the case of epitaphs. If all the epitaphs were not engraved, how is their materiality evoked in poetic discourse? What visual codes and graphic features do scribes use to allude to a lapidary epitaph? What are the functions of the adventitious graphic plays, are they an integral part of funerary poetics?

Finally, we need to better define the author’s relationship with funeral poetry. What attitudes does the poet develop in the face of the constraints implied by his subject – death? Although the poetic arts of the Middle Ages paid very little attention to the question of literary genre, are there nonetheless traces of a more or less conscious codification? How can didactic models, pastiches and caricatures help us better assess the remains of this codification?

Practical information

The study days will be held respectively in Poitiers (France) on September 26 and 27, 2024, and in Louvain-la-Neuve (Belgium) on November 28 and 29, 2024. The sessions consist in 40-minutes presentations and will be followed by a 20-minutes question and answer session. Round-table sessions will feature young researchers presenting case studies within 20 minutes. A digital format will allow to follow the entire event remotely, if required.

Proposals

Case study proposals (maximum 500 words) should be sent to eleonore.venturelli@uclouvain.be by May 1st, 2024, in English or French. Transportation, accommodation, and meals will be provided for the day’s speakers. The language of the paper will be chosen in consultation with the organizing committee. A publication of the acts is planned.

Organizing committee

Julien De Ridder (fnrs, UCLouvain and University of Geneva), Damien Strzelecki (CESCM, University of Poitiers) and Eléonore Venturelli (fnrs, UCLouvain and University of Poitiers)

Scientific committee

Paul Bertrand (UCLouvain), Estelle Ingrand-Varenne (University of Poitiers), Cécile Treffort (University of Poitiers, IUF), Wim Verbaal (Ghent University)

 

[Appel à communication] journée jeunes chercheurs janua 2024

Appel à communication :
Journées Jeunes Chercheurs de l’association Janua

“Les loisirs au service du plaisir : entre oisiveté, distraction et contemplation” – Jeudi 11 avril 2024

Chaque année, l’association des jeunes chercheuses et chercheurs inscrits en Master et en Doctorat en Sciences Humaines et Arts à l’Université de Poitiers (JANUA), organise une journée d’études. Cette journée interdisciplinaire, ayant à vocation de valoriser les travaux de jeunes chercheurs (étudiants de Master 2, doctorants et post-doctorants), portera cette année sur la thématique des loisirs.

Trois axes interprétatifs se distinguent nettement. Le premier, celui de l’oisiveté, envisage les loisirs à l’aune de leur tension entre disponibilité, nonchalance et labeur. Le deuxième, consacré à la distraction, en explore la nature d’échappatoire voire d’exutoire. Enfin, le troisième et dernier axe portant sur la contemplation envisage finalement les loisirs comme démarche intellectuelle de perception et de représentation du monde.

Chaque communication fera également l’objet d’une publication dans la revue associée Les Annales de Janua l’an prochain, et dont nous célébrons cette année la dixième année de parution.

Argumentaire

Les Journées Jeunes Chercheurs sont des journées d’études annuellement organisées par l’association JANUA, laquelle réunit les jeunes chercheurs inscrits en master et doctorat à l’Université de Poitiers, des laboratoires HeRMA (Hellénisation et Romanisation dans le Monde Antique), CESCM (Centre d’Études Supérieures de Civilisation Médiévale) et CRIHAM (Centre de Recherches Interdisciplinaires en Histoire, Histoire de l’Art et Musicologie). Ayant à vocation de valoriser les travaux entrepris par de jeunes chercheurs (étudiants de Master 2, doctorants et post-doctorants), ces journées sont par nature interdisciplinaires et concernent toutes les périodes historiques. Les communications au programme sont également destinées à être publiées dans la revue scientifique de l’association, Les Annales de Janua, dont nous célébrons cette année le dixième volume paru.

Naturel pendant du travail auquel nous nous consacrons, et parfois présenté comme son plus parfait antonyme, le loisir désigne d’abord, d’après le Centre National de Ressources Textuelles et Lexicales (CNRTL), la “possibilité, [la] liberté laissée à quelqu’un de faire ou de ne pas faire quelque chose”. Aujourd’hui, nous l’entendons davantage comme le “temps dont on a la libre disposition pour faire quelque chose” ; un glissement sémantique semble donc s’être opéré entre la capacité individuelle, en vertu ou en dépit d’une instance culminante, vers l’infime et insaisissable instant s’insérant entre deux moments de labeur. Une temporalité dont nous souhaitons interroger le long temps, et les évolutions de l’Antiquité au Contemporain.

Le loisir intéressa le monde scientifique avant même la conception de l’Université, en ce qu’il était la condition même de l’exercice intellectuel. Fait fort répandu, le terme ”école” nous parvient par exemple du latin schola (le loisir studieux, la leçon), lui-même emprunté du grec σχολη (litt. “l’arrêt du travail”, au sens de temps consacré à l’étude ; désigne également la leçon ou le groupe de personnes la recevant). Plus qu’une recherche consacrée au loisir, force est de constater que le loisir est constituant de la recherche – que celle-ci tint longtemps du moment de plaisance. Ainsi pourrions-nous par exemple faire dire à Jacques Le Goff, lorsqu’il déclarait que “le plaisir doit guider la recherche”, qu’il doit également guider le loisir. Une tension semble tout naturellement se dessiner entre ce labeur qui est le nôtre, le temps nécessaire à sa pratique, ainsi que le plaisir qu’il procure.

Devant cet état de fait, nous souhaitons interroger les différentes pratiques du loisir, quel qu’il soit – sérieux ou non, individuel ou collectif, régulier ou sporadique – à travers les différentes époques, et son apparente fonction ancillaire vis à vis du plaisir né de son exercice. À cette fin, nous pouvons envisager trois axes :

  • L’oisiveté : c’est-à-dire “l’état d’une personne qui ne fait rien, momentanément ou de façon durable, qui n’a pas d’occupation précise ou n’exerce pas de profession”. On lui connaît également un emploi péjoratif, au sens de “l’indolence, de la paresse”. Une parfaite inactivité donc, qu’elle soit laudative ou dépréciative, dans laquelle repose précisément la possible réalisation du loisir. Il faut néanmoins reconnaître que l’oisiveté eut longtemps mauvaise presse : présentée comme état ennemi de la vertu chez les auteurs anciens, elle était également l’avatar du vice pour la plupart des auteurs chrétiens. Dans des cités que rythmait le travail journalier, l’oisiveté était un signe de dérèglement des mœurs : à l’époque moderne, on trouve sous la plume des réformateurs protestants la productivité comme seule voie possible du perfectionnement moral. Aux xviiie et xixe siècles, l’oisiveté est le privilège des rentiers, pour lesquels travailler est signe d’infamie – songeons à ce titre aux écrits de Baudelaire ou Balzac caractérisant le dandy comme parfaitement oisif et n’ayant pour d’autre occupation que sa personne. Au lendemain de l’industrialisation cependant, il semble que nous retournions peu à peu vers l’idée de repos que vantaient tant les anciens (“Danda est animis remissio […]” Sénèque, De Tranquillitate animi, XVII, 4-8) ; un temps de répit nécessaire, assurant à l’esprit une efficacité future, et dont il ressort (toujours selon les mots de Sénèque), “meilleur et plus affuté” (“[…] meliores acrioresque requieti surgent”, ibid).
  • La distraction : une “inattention, [une] inapplication de la pensée aux choses dont on devrait s’occuper”, ou encore le “résultat de cette inattention”. Dans cette perspective, les loisirs constituent aussi bien l’objet de la distraction que son fruit, son produit. Se présentant comme véritable échappatoire nous délivrant du joug pesant du quotidien (le neg-otium), ils sont à la fois un moyen et une fin. D’échappatoire en exutoire donc, une configuration dans laquelle le plaisir que suscite le loisir apparaît comme un détournement du souverain bien – le travail et le labeur. La distraction peut en effet être connotée négativement, comme la fuite résultant de la paresse ou de la procrastination. La distraction peut également être un fait de l’altérité : on est distrait par quelque chose, par quelqu’un. Quoique les supports servant la distraction – qu’ils appartiennent à la culture matérielle ou immatérielle – se diversifient grandement au cours des siècles, force est de constater que nous assistons à un va-et-vient cyclique des pratiques individuelles et collectives des loisirs jugés distrayants. Envisagés tout d’abord comme temps de réunion des individus (comme ce fut par exemple longtemps le cas du théâtre), nous assistons depuis le XXe siècle à l’irruption de loisirs d’ordre domestique ; lesquels suscitent une standardisation de ces distractions : c’est l’avènement de la télévision, d’internet, du flux continu d’informations que permet le smartphone – tous souvent considérés comme la plus parfaite némésis de la productivité. Il est cependant évident que ces nouveaux loisirs entraînent une autre forme de plaisir, lequel se constitue plus précisément en nouvelle interface de rapprochement des individus.
  • La contemplation : elle est le “regard ou [la] considération assidue qui met en œuvre les sens (visuel, auditif) ou l’intelligence, et concerne un objet souvent digne d’admiration”. Un élan donc, presque synesthésique du loisir, dans lequel l’ensemble des sens est mobilisé afin de susciter le plaisir. L’objet motivant la contemplation de l’individu peut lui être présent ou non, visible de lui ou non. L’état, le loisir contemplatif s’envisage ainsi comme moyen de saisir, de percevoir le monde qui nous entoure – voire comme manière de nous l’approprier, notamment par la création artistique. Il est certes de ceux qui suscitent une émotion esthétique (songeons ainsi à la déambulation muséale), mais qui encouragent également la représentation. Le promeneur solitaire rêve ainsi à un autre monde en posant ses yeux alanguis sur les artefacts de celui qu’il arpente. Un instant de flottement, qu’il soit ou non plaisant, physique ou intellectuel, qu’il soit hors de la frénésie contemporaine ou que celle-ci en soit le sujet ; un instant infini au cours duquel ce n’est plus l’Homme qui arpente le monde, mais bien le monde qui trouve son chemin en l’Homme.

Modalités de contribution

Les propositions de communication (environ 500 mots), accompagnées d’une bibliographie indicative, d’une brève présentation du communicant (mentionnant notamment son laboratoire et son université de rattachement, son ou ses directeurs de recherche ainsi que, le cas échéant, une liste de travaux d’ores et déjà publiés) ainsi que d’un CV doivent être envoyées avant le 5 mars à l’adresse suivante : association.janua@gmail.com

Une réponse sera communiquée aux intervenants retenus aux alentours du 18 mars. L’évènement se déroulera sur une journée, le repas du midi sera ainsi pris en charge par l’association, ainsi que les frais de transport des communicants voyageant en train (éventuellement en avion). Les conférences pourront également se dérouler en distanciel.

Ces journées d’études ayant à dessein de valoriser les travaux des jeunes chercheuses et chercheurs, les propositions émanant des étudiants de deuxième année de Master, des doctorants et des chercheurs en post-doctorat seront étudiées en priorité.

Les communications retenues ont vocation à être publiées l’année suivante dans la revue des Annales de Janua.

Comité scientifique

  • Mathilde Carrive, HeRMA, maîtresse de conférences en histoire de l’art et archéologie antique.
  • Andrzej Chankowski, directeur d’HeRMA, professeur d’histoire grecque.
  • Pierre-Marie Joris, CESCM, maître de conférences en littérature médiévale.
  • Marie-Luce Pujalte-Fraysse, CRIHAM, maîtresse de conférences HDR en histoire de l’art moderne.
  • Thierry Sauzeau, CRIHAM, professeur d’histoire moderne.
  • Alexandre Vincent, HeRMA, maître de conférences en histoire romaine.
  • Cécile Voyer, directrice du CESCM, professeur d’histoire de l’art médiéval.

Comité d’organisation : Association Janua.

  • Paul Weibel (CESCM, Master II Mondes Médiévaux en histoire médiévale ; président).
  • Alexis Minault (CESCM, Master II Mondes Médiévaux en histoire de l’art et littérature médiévale ; vice-président).
  • Ilona Cordeau (CESCM, Master II Mondes Médiévaux en archéologie médiévale ; trésorière).
  • Sarah Maconnerie (CESCM, Master II Mondes Médiévaux en histoire de l’art médiéval ; vice-trésorière).
  • Léa Dechamp (HeRMA, Doctorante en histoire de l’art et archéologie antique ; secrétaire)
  • Aliénor Rabeau (CESCM, Master I Mondes Médiévaux en histoire de l’art et archéologie médiévale ; chargée de communication).
  • Jeanne Ledan (CESCM, Master I Mondes Médiévaux en histoire de l’art médiéval ; responsable des sorties).

Date, lieu et format de l’évènement

La journée du jeudi 11 avril 2024.

Université de Poitiers, campus centre-ville [sera précisé ultérieurement]

Semi-présentiel. Les communications pourront être assurées à distance, de même que le suivi de la journée d’études.

Contact

Toute question peut être adressée au courriel de l’association : association.janua@gmail.com

Bibliographie indicative

Ouvrages généraux.

Comte Fernand, Luthi Jean-Jacques et Zananiri Gaston, L’Univers des loisirs, Paris, Letouzey & Ané, 1990.

Lefranc Georges, La Vie populaire en France du Moyen-Âge à nos jours, t. 2, Les Loisirs, Paris, Diderot, 1965.

Turcot Laurent, Sports et Loisirs, une histoire des origines à nos jours, Paris, Gallimard, 2016.

Pronovost Gilles, Loisir et Société 3e éd. Traité de Sociologie Empirique, Québec, Presses de l’Université du Québec, 2017.

Période antique.

Balsdon John, Life and leisure in ancient Rome, London, Bodley Head, 1969.

Jallet-Huant Monique, Plaisirs, combats et jeux du cirque dans la Rome antique, Charenton, Presses de Valmy, 2003.

Roland May, Jean-Pierre Néraudau, Michel Manson (dir.), Jouer dans l’antiquité, Musées de Marseille, 1991.

Dasen Véronique, Vespa Marco (dir.), Jouer dans l’Antiquité classique. Définition, Transmission, Réception, Presses Universitaires de Liège, 2021.

Période médiévale.

Blanchard Ian et Vamplew Wray (dir.), Labour and leisure in historical perspective, thirteenth-twentieth centuries, Milano, Universita Bocconi, 1994.

Mehl Jean-Michel, Des jeux et des hommes dans la société médiévale, Paris, Honoré Champion, 2010.

Reeves Compton, Pleasures and pastimes in Medieval England, Oxford, Oxford University Press, 1998.

Verdon Jean, Les loisirs en France au Moyen Âge, Paris, Jules Tallandier, 1980 ; S’amuser au Moyen Âge, Paris, Seuil, 2007.

Période moderne.

Gvozdeva Katja, Stroev Alexandre (dir.), Savoirs ludiques pratiques de divertissement et émergence d’institutions, doctrines et disciplines dans l’Europe moderne, Paris, Honoré Champion, 2023.

Belmas Élisabeth, Jouer autrefois : essai sur le jeu dans la France moderne (xvie-xviiie siècle), Paris, Presses universitaires de France, 2006.

Belmas Élisabeth, « Les espaces du jeu à Paris du xvie au xviiie siècle », dans Thierry Belleguic et Laurent Turcot (dir.), Histoires de Paris, t. 2, Paris, Hermann, 2012.

Turcot Laurent, Le promeneur à Paris au xviiie siècle, Paris, Gallimard-Le promeneur, 2007.

Période contemporaine.

Auger Denis, Leisure in contemporary life, Abingdon, Taylor & Francis, 2018.

Beck Robert et Madœuf Anna (dir.), Divertissements et loisirs dans les sociétés urbaines à l’époque moderne et contemporaine : actes du colloque Divertissements et Loisirs dans les Sociétés Urbaines, une Approche Comparative Monde Occidental – Monde Musulman, Tours, Presses Universitaires François Rabelais, 2005.

Condominas Christine (dir.), Les loisirs au Japon:  actes du colloque Temps libre, loisirs et tourisme en France et au Japon, [Onjuku, mai 1991 et Marseille, septembre 1991, Paris, Éditions l’Harmattan, 1993.

Corbin Alain, L’avènement des loisirs, 1850-1960, Paris, Flammarion, 2020.

Appel à communication – 15èmes rencontres GRIM-IMAGO (13 juin 2024)

Appel à communication

Groupe de Recherches en Iconographie Médiévale / IMAGO

Quinzièmes rencontres GRIM-IMAGO

13 juin 2024, Paris, INHA, salle Demargne

Le GRIM – Groupe de Recherches en iconographie médiévale – est un collectif académique fondé par Christian Heck s’intéressant à l’analyse et l’interprétation des œuvres du Moyen Âge, mais aussi aux corpus et bases d’images qui les rendent possibles. Il est dorénavant lié à IMAGO, association d’historiens de l’art sise au CESCM de Poitiers, et porté par un comité scientifique (Charlotte Denoël, Conservatrice en chef, BnF, département des manuscrits/Centre Jean Mabillon ; Anne-Orange Poilpré, PR, Université Paris 1/HiCSA ; Cécile Voyer, PR, Université de Poitiers/CESCM).

Le GRIM organise des conférences ponctuelles (Les rencontres Imago, au CESCM de Poitiers) et des journées d’études (à l’Institut national d’histoire de l’art, à Paris), ouvertes à toutes et tous.

Une place privilégiée est accordée aux interventions des jeunes chercheuses et chercheurs (dès le Master 2).

Les communications durent 20 mn. Elles sont dédiées aux questions de méthodologie et d’historiographie et non à la présentation générale des fruits d’une recherche. Elles éviteront les longues descriptions énumératives, pour se concentrer sur des dossiers précis, et s’attacheront à en expliciter les cadres théoriques.

Animal, animalité, bestialité dans les images médiévales

Déclinant la formule désormais célèbre du linguistic turn, l’anthropologue Sarah Franklin proposait en 2003 celle d’animal turn. Elle entendait ainsi signifier que l’animal ne pouvait plus être appréhendé comme un objet, mais comme un être agissant et interagissant avec l’homme. En réalité, l’anthropologie a toujours considéré la nature et les animaux dans son champ d’étude puisque toute société entretient avec eux des relations réelles ou idéelles, et que de ce fait, ils sont qu’ils sont ainsi partie intégrante des communautés humaines. Force est de constater néanmoins que les animal studies ont largement ouverts les Sciences Humaines à l’exploration des relations entre les hommes et les animaux.

Paru en 1984, le livre du médiéviste Robert Delort, Les Animaux ont une histoire, est un jalon dans l’historiographie française en faisant du monde animal un objet d’histoire, étayé à la fois par l’archéozoologie et la paléontologie. Dans une perspective d’histoire culturelle, les travaux de Michel Pastoureau sur les animaux, développés à partir de sa thèse sur bestiaire héraldique, interrogent le système de représentation à l’œuvre dès lors qu’il s’agit de l’animal (ours, lion, sanglier, cochon, baleine). Entre histoire des sciences et histoire culturelle, les recherches de Baudouin van den Abeele sur la littérature cynégétique ont contribué à éclairer à nouveaux frais les rapports entre humains et animaux au Moyen Âge. Dans cette dynamique, depuis 2014, le projet collectif – Zoomathia – qui a, entre autres, pour ambition de constituer une base de données sur les textes zoologiques antiques et médiévaux possède un axe sur l’image scientifique dans les manuscrits médiévaux. Si la biocodicologie (skin studies), en plein essor actuellement, n’est pas directement liée à l’iconographie ou à la pensée visuelle, elle n’en témoigne pas moins de l’intérêt croissant pour les relations homme/nature et participe de la construction du savoir zoologique tout en interrogeant la matérialité.

De nouvelles questions sur le rapport de l’homme médiéval avec la nature et le monde animal ont été posées par les tenants de l’anthropologie structurale dont Jacques le Goff en usant dans leurs travaux des catégories sur lesquelles se fondent les représentations que les sociétés donnent d’elles-mêmes. Plus récemment, les recherches de Pierre-Olivier Dittmar ont montré que le Moyen Âge constitue une période charnière pour la réflexion naturaliste sur l’animalité. Outre la domination de l’homme sur l’animal (Genèse), deux catégories d’animaux s’opposent : pecus et bestia. Or, avec l’émergence d’une littérature en langue vernaculaire, cette division s’efface progressivement au profit d’une nouvelle conception de l’animal dont le sens exclut radicalement l’homme, entraînant une modification profonde de la conception de la personne en donnant notamment naissance à la notion de bestialité. Les réflexions de Philippe Descola sur la dialectique nature/culture ont aussi conduit à une réévaluation de ces concepts en tant que construction sociale susceptible de variations au cours de l’histoire des différentes sociétés humaines observées. Dans une autre perspective, les études de Giorgio Agamben ont posé la césure homme-animal comme préalable ontologique à la construction de l’identité humaine

Ces nouveaux éclairages philosophiques et anthropologiques ont orienté la recherche en histoire de l’art comme en littérature médiévale (Irène Fabry-Tehranchi et Anna Russakoff, 2014) vers de nouvelles perspectives. Dans leur étude iconographique du bestiaire médiéval, Christian Heck et Rémy Cordonnier ont choisi d’observer les représentations peintes du monde animal, « miroir de la société humaine » grâce aux principes d’analogie et de mimétisme. Citons encore les travaux sur la circulation dans le monde islamique et l’aire chrétienne des fables illustrées de Kalila et Dimna (Eloïse Brac de la Perrière, Aïda El Khiari, Annie Vernay Nouri éd., 2022). Les bestiaires, fables, les romans, les chansons de geste, les vitae offrent un terrain d’enquête privilégié pour réfléchir au rapport homme/animal au Moyen Âge, dès lors que la présence des bêtes dans les images interroge l’idéel, l’imaginaire social. Or, les systèmes de représentation rendent compte de la manière dont sont ordonnés les rapports sociaux et constituent le cadre dans lequel les acteurs pensent et agissent.

Comment les images médiévales traduisent-elles la place de l’animal dans le monde créé, son inscription dans la nature et les liens qui l’unissent à l’homme ? À quelles conceptions du monde renvoie la figuration en s’attachant aux animaux et à l’animal en général ? À partir d’études de cas qui s’attacheront à mettre en évidence leur méthodologie, les interventions de cette journée interrogeront les notions de vivant, d’animal, d’animalité, de bestialité dans les cultures visuelles du Ve au XVe siècle (mondes occidentaux et orientaux).

Les propositions de communications (accompagnées d’un CV) sont attendues jusqu’au vendredi 8 mars 2024, à l’adresse suivante : imago.grim.contact@gmail.com

Une réponse sera donnée à la fin du mois d’avril au plus tard.

Le programme définitif sera diffusé par mail et réseaux sociaux, également disponible sur le site du CESCM : https://cescm.labo.univ-poitiers.fr/la-formation/grim-imago/

L’accès aux Rencontres du GRIM est largement ouvert : dès la Licence et le Master, toutes et tous sont cordialement invité.e.s à venir écouter les conférences. Le GRIM ne disposant d’aucun budget, il sera nécessaire de s’adresser aux centres de recherche de rattachement pour une éventuelle prise en charge des frais.

Les responsables du GRIM-IMAGO

 

 

 

 

 

[Appel à communication] : Colloque Philologie et Musicologie

Appel à communications
Colloque Philologie et Musicologie :
L’édition des corpus chantés du Moyen Âge et de la Renaissance, hier aujourd’hui et demain.
Poitiers, 11-13 décembre 2023

  • Comité d’organisation :

Christelle Chaillou (CNRS-CESCM de Poitiers)
Luca Gatti (Università di Pavia – Dipartimento di Musicologia e Beni Culturali)
Federico Saviotti (Università di Pavia – Dipartimento di Studi Umanistici)
Philippe Vendrix (CNRS-CESR de Tours)

De toute évidence, l’effort de présenter au public d’aujourd’hui les textes et les mélodies des corpus chantés du Moyen Âge et de la Renaissance occupe une place centrale dans les travaux des spécialistes. Que cela soit en musicologie ou en philologie, l’édition fait appel à une théorisation et à des pratiques différentes. Orientées vers le texte (verbal ou musical) tel que l’auteur l’a conçu ou bien vers le témoin (manuscrit ou imprimé) qui l’a conservé en témoignant d’un acte de réception historiquement et culturellement saisissable, les éditions textuelle et/ou musicales peuvent privilégier l’une ou l’autre de ces “deux vérités” selon le but et l’audience visée par la publication mais aussi du positionnement méthodologique de l’éditeur, philologue ou musicologue. Pour plusieurs raisons intrinsèques à l’histoire différente de l’écriture des mots et des sons, de la tradition des textes et des mélodies, mais aussi des deux disciplines concernées, dès la fin du XIXe siècle la philologie a eu tendance à choisir la première approche, la musicologie la deuxième. Néanmoins, les dernières décennies ont apporté des nouveautés aussi bien sur le plan théorique (par ex. la réflexion de d’Arco Silvio Avalle et la “philologie matérielle” en Italie, la New Philology dans la critique anglo-saxonne) que sur le plan opérationnel (la disponibilité des technologies numériques et, tout récemment, de l’AI), destinées à rendre le panorama de l’ecdotique textuelle et musicale plus varié et moins prévisible dans ses développements.

Plusieurs colloques et recueils d’études se sont penchées sur ce sujet dans le cadre de l’une des deux disciplines, surtout de la philologie. Dans le sillon des recherches conduites depuis plus qu’une décennie par le groupe franco-italien “Philologie et Musicologie” et de l’organisation de plusieurs colloques mêlant nos deux disciplines, notre intention est de susciter une discussion interdisciplinaire sur les méthodes et les pratiques d’édition des compositions musico-poétiques du XIe au XVIe siècle qui prenne en considération les deux aspects (texte et musique) et/ou la possibilité que l’approche de l’un des deux puisse éclairer et fournir des solutions éditoriales profitables pour l’autre. Cela s’avère d’autant plus opportun que le rapprochement des musicologues et des philologues travaillant sur le même objet ne se fait que très lentement, comme le démontre la relative rareté des éditions musico-textuelles et, encore plus, de celles qui sont fiables sur les deux versants.

Une liste, non exhaustive, des sujets de communications pourra inclure :

  • L’histoire de l’édition (méthodes, résultats, problèmes, etc.)
  • L’édition numérique actuelle (outils, enjeux, potentialités)
  • Le public visé par l’édition (musicologues, philologues, musiciens, etc.
  • L’influence des éditions sur l’interprétation musicale
  • La correction des fautes musicales et textuelles

Les communications dureront 20 minutes et seront suivies de 10 minutes de débat. Les communications feront l’objet d’une publication dans la revue en ligne Textus et Musica.

Les propositions de communication, d’environ 250 mots devront être envoyées à l’adresse de la revue textusetmusica@ml.univ-poitiers.fr avant le 20 mai 2023.

Le colloque aura lieu en décembre 2023 à l’université de Poitiers. Les frais des intervenants seront pris en charge.


Call for papers
Congresso “Filologia e Musicologia” :
L’edizione dei componimenti poetico-musicali del Medioevo e del Rinascimento, ieri, oggi e domani
Poitiers, 11-13 dicembre 2023

  • Comitato organizzatore:

Christelle Chaillou (CNRS-CESCM de Poitiers)
Luca Gatti (Università di Pavia – Dipartimento di Musicologia e Beni Culturali)
Federico Saviotti (Università di Pavia – Dipartimento di Studi Umanistici)
Philippe Vendrix (CNRS-CESR de Tours)

Rendere disponibili alla fruizione del pubblico di oggi i testi e le melodie dei corpora cantati del Medioevo e del Rinascimento costituisce un aspetto tra i più importanti del lavoro degli specialisti. L’edizione, sia essa di stampo musicologico oppure filologico, può essere improntata a principi e seguire pratiche diverse. Orientata al testo (verbale o musicale) così come concepito dall’autore, oppure a una testimonianza (manoscritta o a stampa) che di fatto costituisce un atto di ricezione storicamente e culturalmente tangibile, l’edizione testuale e/o musicale può privilegiare l’una o l’altra di queste “due verità”, non solo a seconda dello scopo e dei destinatari dell’edizione stessa, ma anche del posizionamento teorico dell’editore (filologo oppure musicologo). Per diverse ragioni intrinseche alla differente storia della scrittura delle parole e delle note musicali, della tradizione di testi e melodie e delle stesse discipline coinvolte (filologia e musicologia), almeno dalla fine del XIX secolo la filologia tende a prediligere il primo approccio, la musicologia il secondo. Tuttavia, negli ultimi decenni si riscontrano non solo novità metodologiche (basti citare la riflessione di d’Arco Silvio Avalle e la “filologia materiale” in Italia, oppure la New Philology nella critica anglosassone), ma anche di ordine operativo (tra cui la disponibilità di tecnologie digitali e, più recentemente, dell’AI), tali da rendere certamente più vario, e al contempo meno prevedibile nei suoi sviluppi, il panorama dell’ecdotica testuale e musicale.

Diversi convegni e raccolte di studi sono stati dedicati a questi argomenti, in particolare dal punto di vista della filologia. Ora, sulla scia delle ricerche ormai pluridecennali del gruppo franco-italiano “Filologia e Musicologia”, si intende stimolare un dibattito interdisciplinare su metodi e pratiche di edizione di composizioni poetico-musicali dall’XI al XVI secolo, a partire da punti di vista che prendano in esame entrambi gli aspetti (testo e musica) o quantomeno la possibilità che l’approccio a uno dei due elementi permetta di individuare soluzioni editoriali proficue anche per l’altro. Ciò pare tanto più necessario se si considera la relativa rarità di edizioni congiunte di musica e testo, per non dire di quelle realmente affidabili su entrambi i versanti.

Sono esemplificate, di seguito, solo alcune delle piste di indagine possibili:

  • Storia delle edizioni (metodi, pratiche, risultati, problemi, etc.)

  • L’edizione digitale (strumenti, sfide, potenzialità)

  • Il pubblico dell’edizione (musicologi, filologi, musicisti, etc.)

  • L’influenza delle edizioni sull’interpretazione musicale

  • La correzione degli errori, musicali e testuali

  • L’edizione poetico-musicale: storia, pratiche, futuro

Le comunicazioni dovranno riguardare sia l’edizione del testo sia quella della musica; particolarmente apprezzati saranno gli interventi a due voci, proposti da un(a) musicologo/a e un(a) filologo/a. Comunicazioni incentrate su un solo aspetto (testuale o musicale) saranno accolte solo se in presenza di una significativa apertura rivolta all’altro versante.

Le comunicazioni avranno una durata di 20 minuti e saranno seguite da 10 minuti di dibattito. I contributi saranno, in seguito, oggetto di pubblicazione in un numero monografico della rivista on-line Textus et Musica.

Le proposte di comunicazione, di 250 parole ca., dovranno essere inviate all’indirizzo della rivista textusetmusica@ml.univ-poitiers.fr entro il 20 maggio 2023.

Il convegno si terrà, dall’11 al 13 dicembre 2023, presso l’Università di Poitiers. Eventuali spese di viaggio e alloggio da parte dei relatori potranno essere prese in carico dall’organizzazione.

Centre d'Études supérieures de civilisation médiévale (UMR 7302)

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search