Archives par mot-clé : appel à communication

[Appel à communication] journée jeunes chercheurs janua 2024

Appel à communication :
Journées Jeunes Chercheurs de l’association Janua

“Les loisirs au service du plaisir : entre oisiveté, distraction et contemplation” – Jeudi 11 avril 2024

Chaque année, l’association des jeunes chercheuses et chercheurs inscrits en Master et en Doctorat en Sciences Humaines et Arts à l’Université de Poitiers (JANUA), organise une journée d’études. Cette journée interdisciplinaire, ayant à vocation de valoriser les travaux de jeunes chercheurs (étudiants de Master 2, doctorants et post-doctorants), portera cette année sur la thématique des loisirs.

Trois axes interprétatifs se distinguent nettement. Le premier, celui de l’oisiveté, envisage les loisirs à l’aune de leur tension entre disponibilité, nonchalance et labeur. Le deuxième, consacré à la distraction, en explore la nature d’échappatoire voire d’exutoire. Enfin, le troisième et dernier axe portant sur la contemplation envisage finalement les loisirs comme démarche intellectuelle de perception et de représentation du monde.

Chaque communication fera également l’objet d’une publication dans la revue associée Les Annales de Janua l’an prochain, et dont nous célébrons cette année la dixième année de parution.

Argumentaire

Les Journées Jeunes Chercheurs sont des journées d’études annuellement organisées par l’association JANUA, laquelle réunit les jeunes chercheurs inscrits en master et doctorat à l’Université de Poitiers, des laboratoires HeRMA (Hellénisation et Romanisation dans le Monde Antique), CESCM (Centre d’Études Supérieures de Civilisation Médiévale) et CRIHAM (Centre de Recherches Interdisciplinaires en Histoire, Histoire de l’Art et Musicologie). Ayant à vocation de valoriser les travaux entrepris par de jeunes chercheurs (étudiants de Master 2, doctorants et post-doctorants), ces journées sont par nature interdisciplinaires et concernent toutes les périodes historiques. Les communications au programme sont également destinées à être publiées dans la revue scientifique de l’association, Les Annales de Janua, dont nous célébrons cette année le dixième volume paru.

Naturel pendant du travail auquel nous nous consacrons, et parfois présenté comme son plus parfait antonyme, le loisir désigne d’abord, d’après le Centre National de Ressources Textuelles et Lexicales (CNRTL), la “possibilité, [la] liberté laissée à quelqu’un de faire ou de ne pas faire quelque chose”. Aujourd’hui, nous l’entendons davantage comme le “temps dont on a la libre disposition pour faire quelque chose” ; un glissement sémantique semble donc s’être opéré entre la capacité individuelle, en vertu ou en dépit d’une instance culminante, vers l’infime et insaisissable instant s’insérant entre deux moments de labeur. Une temporalité dont nous souhaitons interroger le long temps, et les évolutions de l’Antiquité au Contemporain.

Le loisir intéressa le monde scientifique avant même la conception de l’Université, en ce qu’il était la condition même de l’exercice intellectuel. Fait fort répandu, le terme ”école” nous parvient par exemple du latin schola (le loisir studieux, la leçon), lui-même emprunté du grec σχολη (litt. “l’arrêt du travail”, au sens de temps consacré à l’étude ; désigne également la leçon ou le groupe de personnes la recevant). Plus qu’une recherche consacrée au loisir, force est de constater que le loisir est constituant de la recherche – que celle-ci tint longtemps du moment de plaisance. Ainsi pourrions-nous par exemple faire dire à Jacques Le Goff, lorsqu’il déclarait que “le plaisir doit guider la recherche”, qu’il doit également guider le loisir. Une tension semble tout naturellement se dessiner entre ce labeur qui est le nôtre, le temps nécessaire à sa pratique, ainsi que le plaisir qu’il procure.

Devant cet état de fait, nous souhaitons interroger les différentes pratiques du loisir, quel qu’il soit – sérieux ou non, individuel ou collectif, régulier ou sporadique – à travers les différentes époques, et son apparente fonction ancillaire vis à vis du plaisir né de son exercice. À cette fin, nous pouvons envisager trois axes :

  • L’oisiveté : c’est-à-dire “l’état d’une personne qui ne fait rien, momentanément ou de façon durable, qui n’a pas d’occupation précise ou n’exerce pas de profession”. On lui connaît également un emploi péjoratif, au sens de “l’indolence, de la paresse”. Une parfaite inactivité donc, qu’elle soit laudative ou dépréciative, dans laquelle repose précisément la possible réalisation du loisir. Il faut néanmoins reconnaître que l’oisiveté eut longtemps mauvaise presse : présentée comme état ennemi de la vertu chez les auteurs anciens, elle était également l’avatar du vice pour la plupart des auteurs chrétiens. Dans des cités que rythmait le travail journalier, l’oisiveté était un signe de dérèglement des mœurs : à l’époque moderne, on trouve sous la plume des réformateurs protestants la productivité comme seule voie possible du perfectionnement moral. Aux xviiie et xixe siècles, l’oisiveté est le privilège des rentiers, pour lesquels travailler est signe d’infamie – songeons à ce titre aux écrits de Baudelaire ou Balzac caractérisant le dandy comme parfaitement oisif et n’ayant pour d’autre occupation que sa personne. Au lendemain de l’industrialisation cependant, il semble que nous retournions peu à peu vers l’idée de repos que vantaient tant les anciens (“Danda est animis remissio […]” Sénèque, De Tranquillitate animi, XVII, 4-8) ; un temps de répit nécessaire, assurant à l’esprit une efficacité future, et dont il ressort (toujours selon les mots de Sénèque), “meilleur et plus affuté” (“[…] meliores acrioresque requieti surgent”, ibid).
  • La distraction : une “inattention, [une] inapplication de la pensée aux choses dont on devrait s’occuper”, ou encore le “résultat de cette inattention”. Dans cette perspective, les loisirs constituent aussi bien l’objet de la distraction que son fruit, son produit. Se présentant comme véritable échappatoire nous délivrant du joug pesant du quotidien (le neg-otium), ils sont à la fois un moyen et une fin. D’échappatoire en exutoire donc, une configuration dans laquelle le plaisir que suscite le loisir apparaît comme un détournement du souverain bien – le travail et le labeur. La distraction peut en effet être connotée négativement, comme la fuite résultant de la paresse ou de la procrastination. La distraction peut également être un fait de l’altérité : on est distrait par quelque chose, par quelqu’un. Quoique les supports servant la distraction – qu’ils appartiennent à la culture matérielle ou immatérielle – se diversifient grandement au cours des siècles, force est de constater que nous assistons à un va-et-vient cyclique des pratiques individuelles et collectives des loisirs jugés distrayants. Envisagés tout d’abord comme temps de réunion des individus (comme ce fut par exemple longtemps le cas du théâtre), nous assistons depuis le XXe siècle à l’irruption de loisirs d’ordre domestique ; lesquels suscitent une standardisation de ces distractions : c’est l’avènement de la télévision, d’internet, du flux continu d’informations que permet le smartphone – tous souvent considérés comme la plus parfaite némésis de la productivité. Il est cependant évident que ces nouveaux loisirs entraînent une autre forme de plaisir, lequel se constitue plus précisément en nouvelle interface de rapprochement des individus.
  • La contemplation : elle est le “regard ou [la] considération assidue qui met en œuvre les sens (visuel, auditif) ou l’intelligence, et concerne un objet souvent digne d’admiration”. Un élan donc, presque synesthésique du loisir, dans lequel l’ensemble des sens est mobilisé afin de susciter le plaisir. L’objet motivant la contemplation de l’individu peut lui être présent ou non, visible de lui ou non. L’état, le loisir contemplatif s’envisage ainsi comme moyen de saisir, de percevoir le monde qui nous entoure – voire comme manière de nous l’approprier, notamment par la création artistique. Il est certes de ceux qui suscitent une émotion esthétique (songeons ainsi à la déambulation muséale), mais qui encouragent également la représentation. Le promeneur solitaire rêve ainsi à un autre monde en posant ses yeux alanguis sur les artefacts de celui qu’il arpente. Un instant de flottement, qu’il soit ou non plaisant, physique ou intellectuel, qu’il soit hors de la frénésie contemporaine ou que celle-ci en soit le sujet ; un instant infini au cours duquel ce n’est plus l’Homme qui arpente le monde, mais bien le monde qui trouve son chemin en l’Homme.

Modalités de contribution

Les propositions de communication (environ 500 mots), accompagnées d’une bibliographie indicative, d’une brève présentation du communicant (mentionnant notamment son laboratoire et son université de rattachement, son ou ses directeurs de recherche ainsi que, le cas échéant, une liste de travaux d’ores et déjà publiés) ainsi que d’un CV doivent être envoyées avant le 5 mars à l’adresse suivante : association.janua@gmail.com

Une réponse sera communiquée aux intervenants retenus aux alentours du 18 mars. L’évènement se déroulera sur une journée, le repas du midi sera ainsi pris en charge par l’association, ainsi que les frais de transport des communicants voyageant en train (éventuellement en avion). Les conférences pourront également se dérouler en distanciel.

Ces journées d’études ayant à dessein de valoriser les travaux des jeunes chercheuses et chercheurs, les propositions émanant des étudiants de deuxième année de Master, des doctorants et des chercheurs en post-doctorat seront étudiées en priorité.

Les communications retenues ont vocation à être publiées l’année suivante dans la revue des Annales de Janua.

Comité scientifique

  • Mathilde Carrive, HeRMA, maîtresse de conférences en histoire de l’art et archéologie antique.
  • Andrzej Chankowski, directeur d’HeRMA, professeur d’histoire grecque.
  • Pierre-Marie Joris, CESCM, maître de conférences en littérature médiévale.
  • Marie-Luce Pujalte-Fraysse, CRIHAM, maîtresse de conférences HDR en histoire de l’art moderne.
  • Thierry Sauzeau, CRIHAM, professeur d’histoire moderne.
  • Alexandre Vincent, HeRMA, maître de conférences en histoire romaine.
  • Cécile Voyer, directrice du CESCM, professeur d’histoire de l’art médiéval.

Comité d’organisation : Association Janua.

  • Paul Weibel (CESCM, Master II Mondes Médiévaux en histoire médiévale ; président).
  • Alexis Minault (CESCM, Master II Mondes Médiévaux en histoire de l’art et littérature médiévale ; vice-président).
  • Ilona Cordeau (CESCM, Master II Mondes Médiévaux en archéologie médiévale ; trésorière).
  • Sarah Maconnerie (CESCM, Master II Mondes Médiévaux en histoire de l’art médiéval ; vice-trésorière).
  • Léa Dechamp (HeRMA, Doctorante en histoire de l’art et archéologie antique ; secrétaire)
  • Aliénor Rabeau (CESCM, Master I Mondes Médiévaux en histoire de l’art et archéologie médiévale ; chargée de communication).
  • Jeanne Ledan (CESCM, Master I Mondes Médiévaux en histoire de l’art médiéval ; responsable des sorties).

Date, lieu et format de l’évènement

La journée du jeudi 11 avril 2024.

Université de Poitiers, campus centre-ville [sera précisé ultérieurement]

Semi-présentiel. Les communications pourront être assurées à distance, de même que le suivi de la journée d’études.

Contact

Toute question peut être adressée au courriel de l’association : association.janua@gmail.com

Bibliographie indicative

Ouvrages généraux.

Comte Fernand, Luthi Jean-Jacques et Zananiri Gaston, L’Univers des loisirs, Paris, Letouzey & Ané, 1990.

Lefranc Georges, La Vie populaire en France du Moyen-Âge à nos jours, t. 2, Les Loisirs, Paris, Diderot, 1965.

Turcot Laurent, Sports et Loisirs, une histoire des origines à nos jours, Paris, Gallimard, 2016.

Pronovost Gilles, Loisir et Société 3e éd. Traité de Sociologie Empirique, Québec, Presses de l’Université du Québec, 2017.

Période antique.

Balsdon John, Life and leisure in ancient Rome, London, Bodley Head, 1969.

Jallet-Huant Monique, Plaisirs, combats et jeux du cirque dans la Rome antique, Charenton, Presses de Valmy, 2003.

Roland May, Jean-Pierre Néraudau, Michel Manson (dir.), Jouer dans l’antiquité, Musées de Marseille, 1991.

Dasen Véronique, Vespa Marco (dir.), Jouer dans l’Antiquité classique. Définition, Transmission, Réception, Presses Universitaires de Liège, 2021.

Période médiévale.

Blanchard Ian et Vamplew Wray (dir.), Labour and leisure in historical perspective, thirteenth-twentieth centuries, Milano, Universita Bocconi, 1994.

Mehl Jean-Michel, Des jeux et des hommes dans la société médiévale, Paris, Honoré Champion, 2010.

Reeves Compton, Pleasures and pastimes in Medieval England, Oxford, Oxford University Press, 1998.

Verdon Jean, Les loisirs en France au Moyen Âge, Paris, Jules Tallandier, 1980 ; S’amuser au Moyen Âge, Paris, Seuil, 2007.

Période moderne.

Gvozdeva Katja, Stroev Alexandre (dir.), Savoirs ludiques pratiques de divertissement et émergence d’institutions, doctrines et disciplines dans l’Europe moderne, Paris, Honoré Champion, 2023.

Belmas Élisabeth, Jouer autrefois : essai sur le jeu dans la France moderne (xvie-xviiie siècle), Paris, Presses universitaires de France, 2006.

Belmas Élisabeth, « Les espaces du jeu à Paris du xvie au xviiie siècle », dans Thierry Belleguic et Laurent Turcot (dir.), Histoires de Paris, t. 2, Paris, Hermann, 2012.

Turcot Laurent, Le promeneur à Paris au xviiie siècle, Paris, Gallimard-Le promeneur, 2007.

Période contemporaine.

Auger Denis, Leisure in contemporary life, Abingdon, Taylor & Francis, 2018.

Beck Robert et Madœuf Anna (dir.), Divertissements et loisirs dans les sociétés urbaines à l’époque moderne et contemporaine : actes du colloque Divertissements et Loisirs dans les Sociétés Urbaines, une Approche Comparative Monde Occidental – Monde Musulman, Tours, Presses Universitaires François Rabelais, 2005.

Condominas Christine (dir.), Les loisirs au Japon:  actes du colloque Temps libre, loisirs et tourisme en France et au Japon, [Onjuku, mai 1991 et Marseille, septembre 1991, Paris, Éditions l’Harmattan, 1993.

Corbin Alain, L’avènement des loisirs, 1850-1960, Paris, Flammarion, 2020.

Appel à communication – 15èmes rencontres GRIM-IMAGO (13 juin 2024)

Appel à communication

Groupe de Recherches en Iconographie Médiévale / IMAGO

Quinzièmes rencontres GRIM-IMAGO

13 juin 2024, Paris, INHA, salle Demargne

Le GRIM – Groupe de Recherches en iconographie médiévale – est un collectif académique fondé par Christian Heck s’intéressant à l’analyse et l’interprétation des œuvres du Moyen Âge, mais aussi aux corpus et bases d’images qui les rendent possibles. Il est dorénavant lié à IMAGO, association d’historiens de l’art sise au CESCM de Poitiers, et porté par un comité scientifique (Charlotte Denoël, Conservatrice en chef, BnF, département des manuscrits/Centre Jean Mabillon ; Anne-Orange Poilpré, PR, Université Paris 1/HiCSA ; Cécile Voyer, PR, Université de Poitiers/CESCM).

Le GRIM organise des conférences ponctuelles (Les rencontres Imago, au CESCM de Poitiers) et des journées d’études (à l’Institut national d’histoire de l’art, à Paris), ouvertes à toutes et tous.

Une place privilégiée est accordée aux interventions des jeunes chercheuses et chercheurs (dès le Master 2).

Les communications durent 20 mn. Elles sont dédiées aux questions de méthodologie et d’historiographie et non à la présentation générale des fruits d’une recherche. Elles éviteront les longues descriptions énumératives, pour se concentrer sur des dossiers précis, et s’attacheront à en expliciter les cadres théoriques.

Animal, animalité, bestialité dans les images médiévales

Déclinant la formule désormais célèbre du linguistic turn, l’anthropologue Sarah Franklin proposait en 2003 celle d’animal turn. Elle entendait ainsi signifier que l’animal ne pouvait plus être appréhendé comme un objet, mais comme un être agissant et interagissant avec l’homme. En réalité, l’anthropologie a toujours considéré la nature et les animaux dans son champ d’étude puisque toute société entretient avec eux des relations réelles ou idéelles, et que de ce fait, ils sont qu’ils sont ainsi partie intégrante des communautés humaines. Force est de constater néanmoins que les animal studies ont largement ouverts les Sciences Humaines à l’exploration des relations entre les hommes et les animaux.

Paru en 1984, le livre du médiéviste Robert Delort, Les Animaux ont une histoire, est un jalon dans l’historiographie française en faisant du monde animal un objet d’histoire, étayé à la fois par l’archéozoologie et la paléontologie. Dans une perspective d’histoire culturelle, les travaux de Michel Pastoureau sur les animaux, développés à partir de sa thèse sur bestiaire héraldique, interrogent le système de représentation à l’œuvre dès lors qu’il s’agit de l’animal (ours, lion, sanglier, cochon, baleine). Entre histoire des sciences et histoire culturelle, les recherches de Baudouin van den Abeele sur la littérature cynégétique ont contribué à éclairer à nouveaux frais les rapports entre humains et animaux au Moyen Âge. Dans cette dynamique, depuis 2014, le projet collectif – Zoomathia – qui a, entre autres, pour ambition de constituer une base de données sur les textes zoologiques antiques et médiévaux possède un axe sur l’image scientifique dans les manuscrits médiévaux. Si la biocodicologie (skin studies), en plein essor actuellement, n’est pas directement liée à l’iconographie ou à la pensée visuelle, elle n’en témoigne pas moins de l’intérêt croissant pour les relations homme/nature et participe de la construction du savoir zoologique tout en interrogeant la matérialité.

De nouvelles questions sur le rapport de l’homme médiéval avec la nature et le monde animal ont été posées par les tenants de l’anthropologie structurale dont Jacques le Goff en usant dans leurs travaux des catégories sur lesquelles se fondent les représentations que les sociétés donnent d’elles-mêmes. Plus récemment, les recherches de Pierre-Olivier Dittmar ont montré que le Moyen Âge constitue une période charnière pour la réflexion naturaliste sur l’animalité. Outre la domination de l’homme sur l’animal (Genèse), deux catégories d’animaux s’opposent : pecus et bestia. Or, avec l’émergence d’une littérature en langue vernaculaire, cette division s’efface progressivement au profit d’une nouvelle conception de l’animal dont le sens exclut radicalement l’homme, entraînant une modification profonde de la conception de la personne en donnant notamment naissance à la notion de bestialité. Les réflexions de Philippe Descola sur la dialectique nature/culture ont aussi conduit à une réévaluation de ces concepts en tant que construction sociale susceptible de variations au cours de l’histoire des différentes sociétés humaines observées. Dans une autre perspective, les études de Giorgio Agamben ont posé la césure homme-animal comme préalable ontologique à la construction de l’identité humaine

Ces nouveaux éclairages philosophiques et anthropologiques ont orienté la recherche en histoire de l’art comme en littérature médiévale (Irène Fabry-Tehranchi et Anna Russakoff, 2014) vers de nouvelles perspectives. Dans leur étude iconographique du bestiaire médiéval, Christian Heck et Rémy Cordonnier ont choisi d’observer les représentations peintes du monde animal, « miroir de la société humaine » grâce aux principes d’analogie et de mimétisme. Citons encore les travaux sur la circulation dans le monde islamique et l’aire chrétienne des fables illustrées de Kalila et Dimna (Eloïse Brac de la Perrière, Aïda El Khiari, Annie Vernay Nouri éd., 2022). Les bestiaires, fables, les romans, les chansons de geste, les vitae offrent un terrain d’enquête privilégié pour réfléchir au rapport homme/animal au Moyen Âge, dès lors que la présence des bêtes dans les images interroge l’idéel, l’imaginaire social. Or, les systèmes de représentation rendent compte de la manière dont sont ordonnés les rapports sociaux et constituent le cadre dans lequel les acteurs pensent et agissent.

Comment les images médiévales traduisent-elles la place de l’animal dans le monde créé, son inscription dans la nature et les liens qui l’unissent à l’homme ? À quelles conceptions du monde renvoie la figuration en s’attachant aux animaux et à l’animal en général ? À partir d’études de cas qui s’attacheront à mettre en évidence leur méthodologie, les interventions de cette journée interrogeront les notions de vivant, d’animal, d’animalité, de bestialité dans les cultures visuelles du Ve au XVe siècle (mondes occidentaux et orientaux).

Les propositions de communications (accompagnées d’un CV) sont attendues jusqu’au vendredi 8 mars 2024, à l’adresse suivante : imago.grim.contact@gmail.com

Une réponse sera donnée à la fin du mois d’avril au plus tard.

Le programme définitif sera diffusé par mail et réseaux sociaux, également disponible sur le site du CESCM : https://cescm.labo.univ-poitiers.fr/la-formation/grim-imago/

L’accès aux Rencontres du GRIM est largement ouvert : dès la Licence et le Master, toutes et tous sont cordialement invité.e.s à venir écouter les conférences. Le GRIM ne disposant d’aucun budget, il sera nécessaire de s’adresser aux centres de recherche de rattachement pour une éventuelle prise en charge des frais.

Les responsables du GRIM-IMAGO

 

 

 

 

 

[Appel à communication] : Colloque Philologie et Musicologie

Appel à communications
Colloque Philologie et Musicologie :
L’édition des corpus chantés du Moyen Âge et de la Renaissance, hier aujourd’hui et demain.
Poitiers, 11-13 décembre 2023

  • Comité d’organisation :

Christelle Chaillou (CNRS-CESCM de Poitiers)
Luca Gatti (Università di Pavia – Dipartimento di Musicologia e Beni Culturali)
Federico Saviotti (Università di Pavia – Dipartimento di Studi Umanistici)
Philippe Vendrix (CNRS-CESR de Tours)

De toute évidence, l’effort de présenter au public d’aujourd’hui les textes et les mélodies des corpus chantés du Moyen Âge et de la Renaissance occupe une place centrale dans les travaux des spécialistes. Que cela soit en musicologie ou en philologie, l’édition fait appel à une théorisation et à des pratiques différentes. Orientées vers le texte (verbal ou musical) tel que l’auteur l’a conçu ou bien vers le témoin (manuscrit ou imprimé) qui l’a conservé en témoignant d’un acte de réception historiquement et culturellement saisissable, les éditions textuelle et/ou musicales peuvent privilégier l’une ou l’autre de ces “deux vérités” selon le but et l’audience visée par la publication mais aussi du positionnement méthodologique de l’éditeur, philologue ou musicologue. Pour plusieurs raisons intrinsèques à l’histoire différente de l’écriture des mots et des sons, de la tradition des textes et des mélodies, mais aussi des deux disciplines concernées, dès la fin du XIXe siècle la philologie a eu tendance à choisir la première approche, la musicologie la deuxième. Néanmoins, les dernières décennies ont apporté des nouveautés aussi bien sur le plan théorique (par ex. la réflexion de d’Arco Silvio Avalle et la “philologie matérielle” en Italie, la New Philology dans la critique anglo-saxonne) que sur le plan opérationnel (la disponibilité des technologies numériques et, tout récemment, de l’AI), destinées à rendre le panorama de l’ecdotique textuelle et musicale plus varié et moins prévisible dans ses développements.

Plusieurs colloques et recueils d’études se sont penchées sur ce sujet dans le cadre de l’une des deux disciplines, surtout de la philologie. Dans le sillon des recherches conduites depuis plus qu’une décennie par le groupe franco-italien “Philologie et Musicologie” et de l’organisation de plusieurs colloques mêlant nos deux disciplines, notre intention est de susciter une discussion interdisciplinaire sur les méthodes et les pratiques d’édition des compositions musico-poétiques du XIe au XVIe siècle qui prenne en considération les deux aspects (texte et musique) et/ou la possibilité que l’approche de l’un des deux puisse éclairer et fournir des solutions éditoriales profitables pour l’autre. Cela s’avère d’autant plus opportun que le rapprochement des musicologues et des philologues travaillant sur le même objet ne se fait que très lentement, comme le démontre la relative rareté des éditions musico-textuelles et, encore plus, de celles qui sont fiables sur les deux versants.

Une liste, non exhaustive, des sujets de communications pourra inclure :

  • L’histoire de l’édition (méthodes, résultats, problèmes, etc.)
  • L’édition numérique actuelle (outils, enjeux, potentialités)
  • Le public visé par l’édition (musicologues, philologues, musiciens, etc.
  • L’influence des éditions sur l’interprétation musicale
  • La correction des fautes musicales et textuelles

Les communications dureront 20 minutes et seront suivies de 10 minutes de débat. Les communications feront l’objet d’une publication dans la revue en ligne Textus et Musica.

Les propositions de communication, d’environ 250 mots devront être envoyées à l’adresse de la revue textusetmusica@ml.univ-poitiers.fr avant le 20 mai 2023.

Le colloque aura lieu en décembre 2023 à l’université de Poitiers. Les frais des intervenants seront pris en charge.


Call for papers
Congresso “Filologia e Musicologia” :
L’edizione dei componimenti poetico-musicali del Medioevo e del Rinascimento, ieri, oggi e domani
Poitiers, 11-13 dicembre 2023

  • Comitato organizzatore:

Christelle Chaillou (CNRS-CESCM de Poitiers)
Luca Gatti (Università di Pavia – Dipartimento di Musicologia e Beni Culturali)
Federico Saviotti (Università di Pavia – Dipartimento di Studi Umanistici)
Philippe Vendrix (CNRS-CESR de Tours)

Rendere disponibili alla fruizione del pubblico di oggi i testi e le melodie dei corpora cantati del Medioevo e del Rinascimento costituisce un aspetto tra i più importanti del lavoro degli specialisti. L’edizione, sia essa di stampo musicologico oppure filologico, può essere improntata a principi e seguire pratiche diverse. Orientata al testo (verbale o musicale) così come concepito dall’autore, oppure a una testimonianza (manoscritta o a stampa) che di fatto costituisce un atto di ricezione storicamente e culturalmente tangibile, l’edizione testuale e/o musicale può privilegiare l’una o l’altra di queste “due verità”, non solo a seconda dello scopo e dei destinatari dell’edizione stessa, ma anche del posizionamento teorico dell’editore (filologo oppure musicologo). Per diverse ragioni intrinseche alla differente storia della scrittura delle parole e delle note musicali, della tradizione di testi e melodie e delle stesse discipline coinvolte (filologia e musicologia), almeno dalla fine del XIX secolo la filologia tende a prediligere il primo approccio, la musicologia il secondo. Tuttavia, negli ultimi decenni si riscontrano non solo novità metodologiche (basti citare la riflessione di d’Arco Silvio Avalle e la “filologia materiale” in Italia, oppure la New Philology nella critica anglosassone), ma anche di ordine operativo (tra cui la disponibilità di tecnologie digitali e, più recentemente, dell’AI), tali da rendere certamente più vario, e al contempo meno prevedibile nei suoi sviluppi, il panorama dell’ecdotica testuale e musicale.

Diversi convegni e raccolte di studi sono stati dedicati a questi argomenti, in particolare dal punto di vista della filologia. Ora, sulla scia delle ricerche ormai pluridecennali del gruppo franco-italiano “Filologia e Musicologia”, si intende stimolare un dibattito interdisciplinare su metodi e pratiche di edizione di composizioni poetico-musicali dall’XI al XVI secolo, a partire da punti di vista che prendano in esame entrambi gli aspetti (testo e musica) o quantomeno la possibilità che l’approccio a uno dei due elementi permetta di individuare soluzioni editoriali proficue anche per l’altro. Ciò pare tanto più necessario se si considera la relativa rarità di edizioni congiunte di musica e testo, per non dire di quelle realmente affidabili su entrambi i versanti.

Sono esemplificate, di seguito, solo alcune delle piste di indagine possibili:

  • Storia delle edizioni (metodi, pratiche, risultati, problemi, etc.)

  • L’edizione digitale (strumenti, sfide, potenzialità)

  • Il pubblico dell’edizione (musicologi, filologi, musicisti, etc.)

  • L’influenza delle edizioni sull’interpretazione musicale

  • La correzione degli errori, musicali e testuali

  • L’edizione poetico-musicale: storia, pratiche, futuro

Le comunicazioni dovranno riguardare sia l’edizione del testo sia quella della musica; particolarmente apprezzati saranno gli interventi a due voci, proposti da un(a) musicologo/a e un(a) filologo/a. Comunicazioni incentrate su un solo aspetto (testuale o musicale) saranno accolte solo se in presenza di una significativa apertura rivolta all’altro versante.

Le comunicazioni avranno una durata di 20 minuti e saranno seguite da 10 minuti di dibattito. I contributi saranno, in seguito, oggetto di pubblicazione in un numero monografico della rivista on-line Textus et Musica.

Le proposte di comunicazione, di 250 parole ca., dovranno essere inviate all’indirizzo della rivista textusetmusica@ml.univ-poitiers.fr entro il 20 maggio 2023.

Il convegno si terrà, dall’11 al 13 dicembre 2023, presso l’Università di Poitiers. Eventuali spese di viaggio e alloggio da parte dei relatori potranno essere prese in carico dall’organizzazione.

[Appel à communication] : Le sang et la vertu. Noblesse de sang et noblesses d’âme au Moyen Âge (oct. 2023)

Appel à communications : Le sang et la vertu.
Noblesse de sang et noblesses d’âme au Moyen Âge

Colloque international – Poitiers, 12-14 octobre 2023

CESCM – UMR 7302 et CRM – UMR 8596

Call for papers: Blood and Virtue.
Nobility of Blood and Nobilities of soul in the Middle Ages

International colloquium – Poitiers, 12th-14th October 2023

CESCM – UMR 7302 and CRM – UMR 8596

            L’existence, au Moyen Âge, d’une catégorie sociale disposant d’une situation élevée en raison de sa naissance est un véritable lieu commun. Dès le VIIe siècle, Isidore de Séville, jouait sur notus (de gnosco, « connaître ») et sur ses dérivés notabilis et nobilis, et définissait le noble comme « celui dont le nom et la famille sont connus ». Cependant, alors que cette qualité se transmet de manière héréditaire, la prééminence sociale de la noblesse est aussi justifiée par les qualités et les vertus éminentes de ses membres. Vers 1030, Wolfhere de Hildesheim rappelle, dans sa Vita Godehardi, que « nul ne doit être considéré comme noble s’il ne peut prouver avoir été anobli par la vertu ». Les auteurs du XIIe siècle reprennent longuement cette idée, s’appuyant sur les écrivains de l’Antiquité et notamment sur un célèbre passage des Satires de Juvénal : « À quoi bon les arbres généalogiques ? À quoi sert d’être célèbre en raison d’une longue suite d’aïeux ? La seule noblesse est la vertu ».

Cette contradiction est réutilisée à l’envi par les clercs qui, en opposant la noblesse de sang et la noblesse d’âme, entendent critiquer la conduite des aristocrates pour leur proposer un modèle comportemental davantage en accord avec la doctrine chrétienne ou encore mettre en exergue les qualités suréminentes d’une personnalité dépourvue de noblesse de sang mais revêtue de sainteté. D’autres penseurs résolvent assez facilement ce paradoxe apparent grâce à l’idée d’une transmission par le sang d’une prédisposition à la vertu. Si Jean de Meung, dans le Roman de la Rose, affirme d’abord « Nul n’est noble s’il n’est attentif aux vertus […] Noblesse vient des qualités de cœur. Car noblesse de lignage n’est pas noblesse qui vaille si la bonté du cœur y faille », il ajoute ensuite « Aussi, en eux doit reparaître la grandeur d’âme de leurs parents qui conquirent la noblesse par leurs grands exploits ». Le consensus autour de la supériorité de la noblesse d’âme sur la noblesse de sang se traduit par une attente sociale de l’existence de ces qualités éthiques chez ceux à qui l’on reconnaît une prééminence héréditaire. Cela implique également la possibilité de sa perte comme le souligne Jean Miélot, traduisant le De nobilitate de Buonaccorso de Montemagno : « Cuides-tu que on doive appeler ceulx cy nobles, desquelz la vie a este plus meschant de tant quilz ont estaient en eulx la plus excellente lumiere de noblesse ? » La réponse est sans appel : « Ilz ont deservi d’estre appellez non pas seulement non nobles, mais tres obscurs et descongneus ». La valeur sociale du sang et de la naissance est donc contrebalancée par le comportement individuel qui rejaillit sur chaque dynastie nobiliaire.

            Partant du constat que la tension entre sang et vertu dans la conception de la noblesse mérite encore d’être approfondie, tout comme du besoin de faire la synthèse des recherches souvent éparses sur ces questions, une première journée de prospection a été tenue en mai 2021. Il est apparu que la dimension éthique de la représentation de la noblesse offrait un champ d’étude encore en partie à explorer, et qu’il s’agissait d’une voie d’approche particulièrement riche et prometteuse pour renouveler les travaux consacrés à la noblesse. Le projet de colloque issu de ces premières réflexions a pour objet d’examiner la manière dont s’articulent, dans la Chrétienté latine médiévale, noblesse héréditaire et noblesse d’âme. Il invite les participants à se pencher sur les représentations mentales partagées ou, au contraire, antithétiques, que les non-nobles et les nobles pouvaient avoir de la dimension éthique du rôle social de ces derniers. Il appelle à une approche largement interdisciplinaire, dans la mesure où ces thématiques relèvent de l’histoire, de l’histoire de l’art, de l’histoire du droit et de la littérature. Le cadre temporel et géographique doit amener à saisir aussi bien les continuités que les évolutions ou les spécificités régionales.

Nous proposons trois axes de réflexion pour ce colloque :

  • Axe 1 : La noblesse d’âme des nobles de sang.
  • Axe 2 : La noblesse d’âme comme fait social.
  • Axe 3 : La noblesse d’âme comme critère de noblesse.

Axe 1 : La noblesse d’âme des nobles de sang.

            Ce premier axe questionne les conceptions théoriques de la noblesse d’âme et de la vertu qui est attendue de la part des nobles. À quoi correspondent ces qualités éthiques que l’on exige des nobles ? Quels sont les comportements attendus d’un noble qui permettent de justifier sa suprématie sociale ? Peut-on parler d’une position univoque de la société face à ces attentes ? Existe-t-il des modèles concurrents ? Comment le noble vertueux ou, au contraire, son antithèse est-il représenté dans l’iconographie ou la littérature ? Comment pense-t-on les rapports entre la virtus qui se transmet de manière héréditaire et les actes bons qui relèveraient du libre arbitre individuel ?

Axe 2 : La noblesse d’âme comme fait social.

            Il s’agit ici de s’interroger sur la manière dont ces conceptions théoriques se traduisent dans les faits. Les nobles se sentent-ils tenus par des obligations éthiques ? La dialectique entre le sang et la vertu est-elle reflétée par le système de valeurs que les nobles se transmettent de génération en génération ? Se traduit-elle dans ses engagements politiques et religieux ? Qu’en est-il des communautés non-chrétiennes au sein de la Chrétienté latine ?

Axe 3 : La noblesse d’âme comme critère de noblesse.

            Ce troisième axe entend s’interroger sur la noblesse d’âme en tant que critère discriminant au sein du groupe social nobiliaire, mais aussi de la société toute entière. La reconnaissance de qualités éthiques peut-elle entraîner un anoblissement ? Le mérite éthique facilite-t-il l’intégration à la noblesse ? Est-il perçu comme déterminant dans l’ascension sociale ? Quelle est la part de l’aspect éthique dans l’existence de professions anoblissantes ou, au contraire, dérogeantes ? Quelle part tient l’absence de ces « qualités de cœur » dans la déchéance d’un noble ? Est-il possible de perdre son appartenance à la noblesse pour des raisons d’ordre exclusivement moral ? La chute d’un individu entraîne-t-elle la damnatio memoriae de toute sa maison ? Existe-t-il des possibilités de regagner sa noblesse après une déchéance ? Qu’en est-il des enfants d’un noble déchu ? Comment cela se traduit-il aussi bien symboliquement que concrètement ?

The existence, in the Middle Ages, of a social category with a high situation because of its birth is commonplace. As early as the 7th century, Isidore of Seville played on notus (adjectivized past participle of gnosco, “know”) and its derivatives notabilis and nobilis, and defined the noble as “Someone whose name and family are known”. However, while this quality is inherited, the social pre-eminence of the nobility is also justified by the outstanding qualities and virtues of its members. Around 1030, Wolfhere of Hildesheim recalled that “no one should be considered noble if he cannot prove that he was ennobled by virtue”. The authors of the twelfth century take up this idea at length, relying on the writers of Antiquity and in particular on a famous passage of the Juvenal’s Satires: “What is the point of family trees? What is the point of being famous because of a long chain of ancestors? The only nobility is the virtue”.

This contradiction is reused nonstop by the clerics, who in opposing the nobility of blood and the nobility of soul, intend to criticize the conduct of the aristocrats to propose them a behavioral model closer with the Christian doctrine or to emphasize the overbearing qualities of a personality devoid of blood nobility but holy. Other thinkers quite easily resolve this apparent paradox through the idea of a blood transmission of a predisposition to virtue. If Jean de Meung, in the Roman de la Rose, first of all, affirms “No one is noble unless he is attentive to virtues… Nobility comes from qualities of the heart. For nobility of lineage is not nobility that is worth if the goodness of the heart fails it”, he then adds “Also in them must reappear the greatness of soul of their parents who conquered the nobility by their great exploits”. The consensus around the superiority of soul nobility over blood nobility results in a social expectation of the existence of these ethical qualities in those to whom we recognize a hereditary pre-eminence. This also implies the possibility of his loss. The social value of blood and birth is therefore counterbalanced by the individual behavior that reflects on each nobiliary dynasty.

Starting from the observation that the tension between blood and virtue in the conception of the nobility still deserves to be dealt in depth and the need to synthesize the often-scattered research on these questions, the first day of prospecting was held in May 2021. It appeared that the ethical dimension of the representation of the nobility offered a field of research still in part to be explored and that it was a particularly rich and promising approach to renew the nobility studies. The purpose of the draft colloquium resulting from these first reflections is to examine how are articulated, in medieval Latin Christianity, hereditary nobility and nobility of soul. It invites the participants to consider the shared or, on the contrary, antithetical mental representations that non-nobles and nobles could have of the ethical dimension of the latter’s social role. It calls for a broadly interdisciplinary approach, insofar as these themes relate to history, art history, the history of law, and literature. The temporal and geographical framework must make it possible to grasp both continuities and regional developments or specificities.

We propose three themes of reflection for this colloquium:

  • Theme 1: Blood nobles’ Nobility of soul.
  • Theme 2: Nobility of soul as a social fact.
  • Theme 3: Nobility of soul as a criterion of nobility.

Theme 1: Blood nobles’ Nobility of soul.

This first theme questions the theoretical conceptions of the nobility of soul and the virtue that is expected from the nobles. To what do these ethical qualities which are demanded of nobles correspond? What are the expected behaviors of a nobleman that justify his social supremacy? Can we speak of a firm’s unequivocal position in the face of these expectations? Are there competing models? How is the virtuous noble or, on the contrary, its antithesis represented in iconography or literature? How do we think about the relationship between the virtues that are passed on hereditary and the good acts that would come under an individual free will?

Theme 2: Nobility of soul as a social fact.

The question here is how these theoretical conceptions are translated into reality. Do nobles feel bound by ethical obligations? Is the dialectic between blood and virtue reflected in the system of values that the nobles pass on from generation to generation? Does it translate into its political and religious commitments? What about the non-Christian communities within Latin Christendom?

Theme 3: Nobility of soul as a criterion of nobility.

This third theme aims to question the nobility of the soul as a discriminating criterion within the aristocratic social group, but also within society as a whole. Can the recognition of ethical qualities lead to an anomaly? Does ethical merit facilitate integration into the nobility? Is it perceived as a determinant of social ascension? What is the share of the ethical aspect in the existence of ennobled or, on the contrary, derogatory professions? What part does the absence of these «qualities of heart» play in the decline of a nobleman? Is it possible to lose one’s nobility for exclusively moral reasons? Does the fall of an individual lead to the damnatio memoriae of his entire house? Are there opportunities to regain nobility after a forfeiture? What about the children of a fallen nobleman? How does this translate both symbolically and concretely?

Période/Period : Ve-XVe siècles/5th-15th centuries

Espace/Area : Chrétienté latine/The Latin West

Lieu/Place : Poitiers, CESCM.

Date/Date : 12-14 octobre 2023/12th-14th October 2023

Modalités d’intervention/Communication form

Les communicants interviendront sur une durée de 30 minutes qui sera suivie d’un temps de discussion.

Papers will be 30 minutes each, followed by a discussion.

Modalités de soumission/Submission form

Les propositions de communication devront correspondre aux thèmes de réflexion développés ci-dessus. Elles prendront la forme d’un résumé (300-500 mots), accompagné d’un titre provisoire. Elles devront être soumises par email en format Word ou OpenOffice (.doc, .docx, .odt) aux organisateurs avant le 1er juin 2022.

The communication proposals should correspond to the themes of reflection developed above. They will take the form of a summary (300-500 words), accompanied by a provisional title. They must be submitted by email in Word or OpenOffice format (.doc, .docx, .odt) to the organizers before 1 June 2022.

Organisateurs/Organizers

Édition/Publication

Les actes de ce colloque, accompagnés de ceux de la journée d’étude de prospection du 8 mai 2021, seront publiés.

The proceedings of this colloquium, along with those of the exploration Study day of May 8th, 2021, will be published.

Call for paper | From Global to Local: Conques as a Crossroads (9th–13th c.)

From Global to Local: Conques as a Crossroads (9th–13th c.)

July 11–15, 2022 | CUNY Graduate Center, New York

Organizers | Ivan Foletti, Cynthia Hahn, Kristen Racaniello, Cécile Voyer

This workshop is organized as a part of the project Conques in the Global World. Transferring Knowledge: From Material to Immaterial Heritage (H2020_ MSCA-RISE 101007770)

This workshop will explore the expanded cultural context within which Conques became a major crossroads of premodern Europe. As one of the fundamental stops on the road to Compostela, Conques flourished during the 11th and 12th centuries and has maintained an important role for the region and for European culture ever since.

Primarly, this workshop attempts to frame the “Conques phenomenon” within a broad cultural horizon, with a focus on the constitutive elements that can be observed in Conques itself. Aspects of study might range from female saint’ cults within the Carolingian and Ottonian world to the analysis of the sacred staging. Above all, we wish to focus on the immaterial, performative environments at the intersection of bodies, practices, and community identity with a special focus on memory (e.g., music, liturgy, political and ideological environment, as well as inherited and shared historical temporality).

An analysis of the architecture will be central. The building and its community bounds were triply reinforced in their interrelation with the works they contain, in the ideological and aesthetic expressions of religious and cultural practices, and via referenced traditions and authorities.

Also relevant are many other and varied questions such as a consideration of networks of socio-economic exchange in 9th to 13th century Europe; the study of the cult, circulation, and commodification of relics; analysis of the experience of premodern pilgrimages, and study of the visual cultures which constituted the common language for a nascent Europe.

Inter- and transdisciplinary papers are particularly welcome, as well as papers that compare or unite Conques with other major sites of premodern art and culture. We aim to bring together scholars from different fields of studies, including, but not limited to art history, history, anthropology, archaeology, music history, religious studies, as well as philology.

The conference is financed by the MSCA-Rise Horizon 2020 project scheme of the European Union, and will provide partial or complete funding of travel expenses as well as full accommodation.


Paper proposals of no more than one pages, accompanied by a short cv, shall be submitted until January 15th.

Acceptance notification will be sent by January 31st

Submission | Abstracts should be sent to:

Ivan Foletti (foletti@phil.muni.cz)

or Kristen Racaniello (kristen.racaniello@gmail.com)


 This workshop is organized as a part of the project Conques in the Global World. Transferring Knowledge: From Material to Immaterial Heritage (H2020_ MSCA-RISE 101007770)