Archives par mot-clé : appel à communication

[Appel à communication] : Le sang et la vertu. Noblesse de sang et noblesses d’âme au Moyen Âge (oct. 2023)

Appel à communications : Le sang et la vertu.
Noblesse de sang et noblesses d’âme au Moyen Âge

Colloque international – Poitiers, 12-14 octobre 2023

CESCM – UMR 7302 et CRM – UMR 8596

Call for papers: Blood and Virtue.
Nobility of Blood and Nobilities of soul in the Middle Ages

International colloquium – Poitiers, 12th-14th October 2023

CESCM – UMR 7302 and CRM – UMR 8596

            L’existence, au Moyen Âge, d’une catégorie sociale disposant d’une situation élevée en raison de sa naissance est un véritable lieu commun. Dès le VIIe siècle, Isidore de Séville, jouait sur notus (de gnosco, « connaître ») et sur ses dérivés notabilis et nobilis, et définissait le noble comme « celui dont le nom et la famille sont connus ». Cependant, alors que cette qualité se transmet de manière héréditaire, la prééminence sociale de la noblesse est aussi justifiée par les qualités et les vertus éminentes de ses membres. Vers 1030, Wolfhere de Hildesheim rappelle, dans sa Vita Godehardi, que « nul ne doit être considéré comme noble s’il ne peut prouver avoir été anobli par la vertu ». Les auteurs du XIIe siècle reprennent longuement cette idée, s’appuyant sur les écrivains de l’Antiquité et notamment sur un célèbre passage des Satires de Juvénal : « À quoi bon les arbres généalogiques ? À quoi sert d’être célèbre en raison d’une longue suite d’aïeux ? La seule noblesse est la vertu ».

Cette contradiction est réutilisée à l’envi par les clercs qui, en opposant la noblesse de sang et la noblesse d’âme, entendent critiquer la conduite des aristocrates pour leur proposer un modèle comportemental davantage en accord avec la doctrine chrétienne ou encore mettre en exergue les qualités suréminentes d’une personnalité dépourvue de noblesse de sang mais revêtue de sainteté. D’autres penseurs résolvent assez facilement ce paradoxe apparent grâce à l’idée d’une transmission par le sang d’une prédisposition à la vertu. Si Jean de Meung, dans le Roman de la Rose, affirme d’abord « Nul n’est noble s’il n’est attentif aux vertus […] Noblesse vient des qualités de cœur. Car noblesse de lignage n’est pas noblesse qui vaille si la bonté du cœur y faille », il ajoute ensuite « Aussi, en eux doit reparaître la grandeur d’âme de leurs parents qui conquirent la noblesse par leurs grands exploits ». Le consensus autour de la supériorité de la noblesse d’âme sur la noblesse de sang se traduit par une attente sociale de l’existence de ces qualités éthiques chez ceux à qui l’on reconnaît une prééminence héréditaire. Cela implique également la possibilité de sa perte comme le souligne Jean Miélot, traduisant le De nobilitate de Buonaccorso de Montemagno : « Cuides-tu que on doive appeler ceulx cy nobles, desquelz la vie a este plus meschant de tant quilz ont estaient en eulx la plus excellente lumiere de noblesse ? » La réponse est sans appel : « Ilz ont deservi d’estre appellez non pas seulement non nobles, mais tres obscurs et descongneus ». La valeur sociale du sang et de la naissance est donc contrebalancée par le comportement individuel qui rejaillit sur chaque dynastie nobiliaire.

            Partant du constat que la tension entre sang et vertu dans la conception de la noblesse mérite encore d’être approfondie, tout comme du besoin de faire la synthèse des recherches souvent éparses sur ces questions, une première journée de prospection a été tenue en mai 2021. Il est apparu que la dimension éthique de la représentation de la noblesse offrait un champ d’étude encore en partie à explorer, et qu’il s’agissait d’une voie d’approche particulièrement riche et prometteuse pour renouveler les travaux consacrés à la noblesse. Le projet de colloque issu de ces premières réflexions a pour objet d’examiner la manière dont s’articulent, dans la Chrétienté latine médiévale, noblesse héréditaire et noblesse d’âme. Il invite les participants à se pencher sur les représentations mentales partagées ou, au contraire, antithétiques, que les non-nobles et les nobles pouvaient avoir de la dimension éthique du rôle social de ces derniers. Il appelle à une approche largement interdisciplinaire, dans la mesure où ces thématiques relèvent de l’histoire, de l’histoire de l’art, de l’histoire du droit et de la littérature. Le cadre temporel et géographique doit amener à saisir aussi bien les continuités que les évolutions ou les spécificités régionales.

Nous proposons trois axes de réflexion pour ce colloque :

  • Axe 1 : La noblesse d’âme des nobles de sang.
  • Axe 2 : La noblesse d’âme comme fait social.
  • Axe 3 : La noblesse d’âme comme critère de noblesse.

Axe 1 : La noblesse d’âme des nobles de sang.

            Ce premier axe questionne les conceptions théoriques de la noblesse d’âme et de la vertu qui est attendue de la part des nobles. À quoi correspondent ces qualités éthiques que l’on exige des nobles ? Quels sont les comportements attendus d’un noble qui permettent de justifier sa suprématie sociale ? Peut-on parler d’une position univoque de la société face à ces attentes ? Existe-t-il des modèles concurrents ? Comment le noble vertueux ou, au contraire, son antithèse est-il représenté dans l’iconographie ou la littérature ? Comment pense-t-on les rapports entre la virtus qui se transmet de manière héréditaire et les actes bons qui relèveraient du libre arbitre individuel ?

Axe 2 : La noblesse d’âme comme fait social.

            Il s’agit ici de s’interroger sur la manière dont ces conceptions théoriques se traduisent dans les faits. Les nobles se sentent-ils tenus par des obligations éthiques ? La dialectique entre le sang et la vertu est-elle reflétée par le système de valeurs que les nobles se transmettent de génération en génération ? Se traduit-elle dans ses engagements politiques et religieux ? Qu’en est-il des communautés non-chrétiennes au sein de la Chrétienté latine ?

Axe 3 : La noblesse d’âme comme critère de noblesse.

            Ce troisième axe entend s’interroger sur la noblesse d’âme en tant que critère discriminant au sein du groupe social nobiliaire, mais aussi de la société toute entière. La reconnaissance de qualités éthiques peut-elle entraîner un anoblissement ? Le mérite éthique facilite-t-il l’intégration à la noblesse ? Est-il perçu comme déterminant dans l’ascension sociale ? Quelle est la part de l’aspect éthique dans l’existence de professions anoblissantes ou, au contraire, dérogeantes ? Quelle part tient l’absence de ces « qualités de cœur » dans la déchéance d’un noble ? Est-il possible de perdre son appartenance à la noblesse pour des raisons d’ordre exclusivement moral ? La chute d’un individu entraîne-t-elle la damnatio memoriae de toute sa maison ? Existe-t-il des possibilités de regagner sa noblesse après une déchéance ? Qu’en est-il des enfants d’un noble déchu ? Comment cela se traduit-il aussi bien symboliquement que concrètement ?

The existence, in the Middle Ages, of a social category with a high situation because of its birth is commonplace. As early as the 7th century, Isidore of Seville played on notus (adjectivized past participle of gnosco, “know”) and its derivatives notabilis and nobilis, and defined the noble as “Someone whose name and family are known”. However, while this quality is inherited, the social pre-eminence of the nobility is also justified by the outstanding qualities and virtues of its members. Around 1030, Wolfhere of Hildesheim recalled that “no one should be considered noble if he cannot prove that he was ennobled by virtue”. The authors of the twelfth century take up this idea at length, relying on the writers of Antiquity and in particular on a famous passage of the Juvenal’s Satires: “What is the point of family trees? What is the point of being famous because of a long chain of ancestors? The only nobility is the virtue”.

This contradiction is reused nonstop by the clerics, who in opposing the nobility of blood and the nobility of soul, intend to criticize the conduct of the aristocrats to propose them a behavioral model closer with the Christian doctrine or to emphasize the overbearing qualities of a personality devoid of blood nobility but holy. Other thinkers quite easily resolve this apparent paradox through the idea of a blood transmission of a predisposition to virtue. If Jean de Meung, in the Roman de la Rose, first of all, affirms “No one is noble unless he is attentive to virtues… Nobility comes from qualities of the heart. For nobility of lineage is not nobility that is worth if the goodness of the heart fails it”, he then adds “Also in them must reappear the greatness of soul of their parents who conquered the nobility by their great exploits”. The consensus around the superiority of soul nobility over blood nobility results in a social expectation of the existence of these ethical qualities in those to whom we recognize a hereditary pre-eminence. This also implies the possibility of his loss. The social value of blood and birth is therefore counterbalanced by the individual behavior that reflects on each nobiliary dynasty.

Starting from the observation that the tension between blood and virtue in the conception of the nobility still deserves to be dealt in depth and the need to synthesize the often-scattered research on these questions, the first day of prospecting was held in May 2021. It appeared that the ethical dimension of the representation of the nobility offered a field of research still in part to be explored and that it was a particularly rich and promising approach to renew the nobility studies. The purpose of the draft colloquium resulting from these first reflections is to examine how are articulated, in medieval Latin Christianity, hereditary nobility and nobility of soul. It invites the participants to consider the shared or, on the contrary, antithetical mental representations that non-nobles and nobles could have of the ethical dimension of the latter’s social role. It calls for a broadly interdisciplinary approach, insofar as these themes relate to history, art history, the history of law, and literature. The temporal and geographical framework must make it possible to grasp both continuities and regional developments or specificities.

We propose three themes of reflection for this colloquium:

  • Theme 1: Blood nobles’ Nobility of soul.
  • Theme 2: Nobility of soul as a social fact.
  • Theme 3: Nobility of soul as a criterion of nobility.

Theme 1: Blood nobles’ Nobility of soul.

This first theme questions the theoretical conceptions of the nobility of soul and the virtue that is expected from the nobles. To what do these ethical qualities which are demanded of nobles correspond? What are the expected behaviors of a nobleman that justify his social supremacy? Can we speak of a firm’s unequivocal position in the face of these expectations? Are there competing models? How is the virtuous noble or, on the contrary, its antithesis represented in iconography or literature? How do we think about the relationship between the virtues that are passed on hereditary and the good acts that would come under an individual free will?

Theme 2: Nobility of soul as a social fact.

The question here is how these theoretical conceptions are translated into reality. Do nobles feel bound by ethical obligations? Is the dialectic between blood and virtue reflected in the system of values that the nobles pass on from generation to generation? Does it translate into its political and religious commitments? What about the non-Christian communities within Latin Christendom?

Theme 3: Nobility of soul as a criterion of nobility.

This third theme aims to question the nobility of the soul as a discriminating criterion within the aristocratic social group, but also within society as a whole. Can the recognition of ethical qualities lead to an anomaly? Does ethical merit facilitate integration into the nobility? Is it perceived as a determinant of social ascension? What is the share of the ethical aspect in the existence of ennobled or, on the contrary, derogatory professions? What part does the absence of these «qualities of heart» play in the decline of a nobleman? Is it possible to lose one’s nobility for exclusively moral reasons? Does the fall of an individual lead to the damnatio memoriae of his entire house? Are there opportunities to regain nobility after a forfeiture? What about the children of a fallen nobleman? How does this translate both symbolically and concretely?

Période/Period : Ve-XVe siècles/5th-15th centuries

Espace/Area : Chrétienté latine/The Latin West

Lieu/Place : Poitiers, CESCM.

Date/Date : 12-14 octobre 2023/12th-14th October 2023

Modalités d’intervention/Communication form

Les communicants interviendront sur une durée de 30 minutes qui sera suivie d’un temps de discussion.

Papers will be 30 minutes each, followed by a discussion.

Modalités de soumission/Submission form

Les propositions de communication devront correspondre aux thèmes de réflexion développés ci-dessus. Elles prendront la forme d’un résumé (300-500 mots), accompagné d’un titre provisoire. Elles devront être soumises par email en format Word ou OpenOffice (.doc, .docx, .odt) aux organisateurs avant le 1er juin 2022.

The communication proposals should correspond to the themes of reflection developed above. They will take the form of a summary (300-500 words), accompanied by a provisional title. They must be submitted by email in Word or OpenOffice format (.doc, .docx, .odt) to the organizers before 1 June 2022.

Organisateurs/Organizers

Édition/Publication

Les actes de ce colloque, accompagnés de ceux de la journée d’étude de prospection du 8 mai 2021, seront publiés.

The proceedings of this colloquium, along with those of the exploration Study day of May 8th, 2021, will be published.

Call for paper | From Global to Local: Conques as a Crossroads (9th–13th c.)

From Global to Local: Conques as a Crossroads (9th–13th c.)

July 11–15, 2022 | CUNY Graduate Center, New York

Organizers | Ivan Foletti, Cynthia Hahn, Kristen Racaniello, Cécile Voyer

This workshop is organized as a part of the project Conques in the Global World. Transferring Knowledge: From Material to Immaterial Heritage (H2020_ MSCA-RISE 101007770)

This workshop will explore the expanded cultural context within which Conques became a major crossroads of premodern Europe. As one of the fundamental stops on the road to Compostela, Conques flourished during the 11th and 12th centuries and has maintained an important role for the region and for European culture ever since.

Primarly, this workshop attempts to frame the “Conques phenomenon” within a broad cultural horizon, with a focus on the constitutive elements that can be observed in Conques itself. Aspects of study might range from female saint’ cults within the Carolingian and Ottonian world to the analysis of the sacred staging. Above all, we wish to focus on the immaterial, performative environments at the intersection of bodies, practices, and community identity with a special focus on memory (e.g., music, liturgy, political and ideological environment, as well as inherited and shared historical temporality).

An analysis of the architecture will be central. The building and its community bounds were triply reinforced in their interrelation with the works they contain, in the ideological and aesthetic expressions of religious and cultural practices, and via referenced traditions and authorities.

Also relevant are many other and varied questions such as a consideration of networks of socio-economic exchange in 9th to 13th century Europe; the study of the cult, circulation, and commodification of relics; analysis of the experience of premodern pilgrimages, and study of the visual cultures which constituted the common language for a nascent Europe.

Inter- and transdisciplinary papers are particularly welcome, as well as papers that compare or unite Conques with other major sites of premodern art and culture. We aim to bring together scholars from different fields of studies, including, but not limited to art history, history, anthropology, archaeology, music history, religious studies, as well as philology.

The conference is financed by the MSCA-Rise Horizon 2020 project scheme of the European Union, and will provide partial or complete funding of travel expenses as well as full accommodation.


Paper proposals of no more than one pages, accompanied by a short cv, shall be submitted until January 15th.

Acceptance notification will be sent by January 31st

Submission | Abstracts should be sent to:

Ivan Foletti (foletti@phil.muni.cz)

or Kristen Racaniello (kristen.racaniello@gmail.com)


 This workshop is organized as a part of the project Conques in the Global World. Transferring Knowledge: From Material to Immaterial Heritage (H2020_ MSCA-RISE 101007770)

[Appel à communication] : L’absence au Moyen Âge (9-10 sept. 2021)

Appel à communications
L’absence au Moyen Âge –  9 et 10 septembre 2021

 

Journées doctorales internationales du CESCM (Université de Poitiers, France)

Le centre d’études supérieures de civilisation médiévale (CESCM) de l’Université de Poitiers associé à l’Unité de recherches (UR) Transitions. Moyen Âge et première modernité de l’Université de Liège et au Centre for Medieval Literature des Universités de York et du Danemark du Sud (Odense), organise le deuxième volet des rencontres doctorales internationales.

Le premier volet de ces rencontres s’est tenu à Liège en février 2020 autour du thème « Marges (XIe-XVIIe siècles), le deuxième volet se tiendra à Poitiers autour du thème « L’absence au Moyen Âge » les 9 et 10 septembre 2021. Le troisième volet aura lieu à York.

JEAN PUCELLE, La mise au tombeau, Les Heures de Jeanne d’Évreux, reine de France, v. 1324–1328, Folio 82 v. Metropolitan Museum of Art, New York.
Feuillet de papyrus, paraissant contenir des rescrits impériaux, Latin 12475, 5e feuillet, 401-600, Bibliothèque nationale de France. Département des manuscrits, Paris.
FRA ANGELICO, La découverte du tombeau vide, (1437-1446), musée national San Marco, Florence.
Procès de Robert d’Artois à Amiens, le 9 juin 1329, en présence du roi de France Philippe VI de Valois, Recueil de Gaignières, folio 32v, Bibliothèque nationale de France, Estampes et photographie, fonds Gaignières 255, RES OA-11-FOL.

Argumentaire

« Car tout dépérit en ce monde ; tout est sujet à la défaillance et à la mort. Ainsi elles ne sont pas plutôt nées, qu’elles tendent en croissant à un être plus parfait ; et plus elles se hâtent d’être plus parfaitement tout ce qu’elles sauraient être, plus elles se hâtent de n’être plus. » Saint Augustin, pleurant la disparition de son ami, prend conscience du caractère éphémère du monde terrestre : chaque chose s’achemine vers sa propre disparition. Sa souffrance face à l’absence de l’être aimé, écrit-il, est proportionnelle à son désir de le garder à ses côtés.

L’absence n’est, en effet, perceptible que pour l’individu conscient de la déficience qu’elle induit. Elle se distingue en cela du néant. En prenant la forme d’une carence, l’absence implique nécessairement le concept de temporalité. Ressentir l’absence revient à entretenir un souvenir, autant qu’un désir. L’absence fait appel à la mémoire et à l’affect, à la nostalgie. En retour, la conscience d’une présence est révélée par l’éventualité de l’absence.

Le thème de l’absence sera au cœur de ces journées d’études. La notion d’absence est effectivement au fondement de toute science historique ; le principe de l’histoire est de mettre en lumière la présence derrière le manque. L’absence pourra d’abord être considérée comme celle à laquelle se confronte le médiéviste. Si les sources sont le fondement de son raisonnement, la prise en considération de leur absence est le garde-fou de son travail. Plus que les sources elles-mêmes, qui ont pu subir des modifications, des suppressions ou ont simplement été perdues avec le temps, leur défaut peut s’avérer révélateur pour le chercheur.

Au-delà de la méthode, l’objet d’étude du médiéviste fait la part belle à la notion d’absence. Cette dernière est le moteur de la société médiévale. Du latin abstentia à son apparition dans le vocabulaire français au début du XIIIe siècle, le terme « absence » se définit par contraste : elle signifie littéralement « la non-présence »[1]. Il est appliqué à l’absence physique d’une personne, mais peut aussi incarner un manque plus abstrait[2]. Questionner la notion d’absence, revient à interroger l’Homme – son être, ses désirs, sa mémoire, ses réactions face au deuil, à la séparation comme les interrogations qui en découlent. Il s’agit également, à l’échelle de la société, de se demander de quelle manière les institutions encadrent-t-elles et comblent-t-elles les besoins dont le manque est la conséquence. La considération du concept d’absence engage, en effet, la mise en ordre des structures médiévales : le sentiment d’injustice, par exemple, motive la mise en place des institutions juridiques, la défaillance du corps entraîne le recours à la médecine, l’absence de la présence incarnée du divin rend, quant à elle, indispensable la médiation des membres de son Église.

Dans un second temps, l’absence pourra être pensée à l’échelle de l’individu. Bien souvent douloureuse quand elle concerne l’entourage, la famille ou l’être aimé, l’absence peut s’avérer féconde. Elle se révèle être un sujet d’une grande richesse dans les arts. Dire l’absence c’est aussi exalter, par contraste, un idéal. En outre, la mise en forme fictionnelle possède cette puissance de rendre l’absent présent à l’esprit. In absentia, la figure plastique ou littéraire devient le substitut allégorique de l’objet. Toutefois, l’absence ne peut être uniquement considérée comme le contre-point négatif de la présence. La pratique spirituelle en témoigne. Dans les modes de vie érémitique ou anachorétique, notamment, la volonté de « mourir au monde » des grands solitaires, mise en œuvre par une pratique intensive de l’ascèse, leur permet d’acquérir l’impassibilité propice à l’élévation spirituelle. Il s’agira, enfin, de réfléchir sur la manière dont les médiévaux ont chercher à pallier ou à exacerber l’absence à travers des modes de pensée et de représentation divers. Comment, par exemple, dire et représenter le principe divin ? Face au constat de l’absence de sa connaissance parfaite, porté notamment par la théologie apophatique, la mise en place du culte des reliques et la figuration de signum (alphabétique et iconique) de la présence divine sont autant de moyens mis en œuvre en réponse au sentiment humain d’absence.

En somme, le thème de l’absence permettra, nous espérons, d’aborder sous un regard nouveau des domaines aussi divers qu’essentiels de la société médiévale : la théologie et la philosophie mais aussi la pratique artistique, politique, judicaire ou familiale. Parce que le concept d’absence embrasse toutes les sphères de la vie humaine, il n’existe pas de travail de recherche dédié spécifiquement à cet objet d’étude. Il a pourtant été abordé en filigrane par de nombreux médiévistes. Parmi ceux-là peuvent être cités Claude Gauvard, dans le domaine judiciaire, Martin Aurell et Barbara Hanawalt, concernant la parenté, André Vauchez et Peter Brown, à propos de la sainteté, Michel Zink et Herbert Kessler, relativement à la création médiévale, ou encore Alain de Libera et Olivier Boulnois, au sujet des implications théologiques de la notion.

Au cours de ces journées, les communications chercheront à explorer la notion d’absence au Moyen Âge. Ce colloque, résolument pluridisciplinaire, sera l’occasion d’explorer et de discuter son influence centrale sur la culture médiévale. Il est largement ouvert aux chercheurs en histoire, histoire des textes et de la littérature, histoire de l’art et des images, philosophie, anthropologie, archéologie, sociologie etc.

Les propositions devront s’insérer dans les axes suivants :

1. Le médiéviste face à l’absence

  • La trace :  les mots ou les objets manquants, les sources perdues, les objets périssables, le fragment
  • L’expression de l’absence : l’ellipse, le raccourci, la synthèse, le lexique défaillant, le vide, l’obscurité ou le blanc, le non-dit
  • L’absence volontaire : l’usage de faux, l’effacement, la destruction délibérée, l’iconoclasme
  • L’enquête, la quête, l’inaccessible, l’implicite

2. L’absence dans le domaine judiciaire et politique : 

  • La législation face à l’absent
  • Le jugement par contumace
  • L’exil et le bannissement en absence imposée
  • Les réactions face à l’absence du pouvoir politique
  • Les manques de la société : famines, soulèvements populaires

3. L’expérience de l’absence :

  • Les liens familiaux défaillants : abandons, infanticides, divorce, séparation de corps
  • Le défaut ou la départie de l’être aimé
  • La mort de l’être cher et son deuil
  • L’attente, la fuite, l’expérience du vide, le mystère amoureux

4. L’absence de foi :

  • L’athéisme et l’hérésie
  • La déloyauté, l’infidélité et la félonie dans les relations féodales

5. L’absence désirée :

  • La perfection (l’absence d’erreurs)
  • L’ascétisme (le monachisme, l’érémitisme et l’anachorétisme, la pauvreté volontaire, le renoncement, la solitude)
  • Pratique de l’absence : le silence, le jeune, la privation, le mutisme

6. Dire/pallier l’absence :

  • La matérialisation et le contournement de l’absence dans le processus de création littéraire et plastique (les transferts culturels, la translatio, la figuration de l’altérité) ainsi que le théâtre (l’absence ludique, le simulacre)
  • L’articulation entre la fiction et la réalité (querelle des universaux, débats sur le réalisme eucharistique, rhétorique de l’absence)
  • Penser le concept d’absence : la théologie apophatique, le mal contre absence de bien, les enjeux du mystère dans la théologie et la pratique liturgique, la description de « l’ineffable »
  • La substitution : le culte des reliques, les signes de la présence divine, les miracles

Les communications d’une durée de vingt minutes pourront être présentées en français ou en anglais.

Modalités pratiques 

Les propositions des doctorant.e.s sont attendues pour le 15 décembre 2020, sous forme d’un dossier pdf à adresser par courriel à colloque-absence@protonmail.com en fichier joint. Ce dossier comprendra les coordonnées (nom, prénom) du/de la doctorant.e et celles du/de la directeur.rice de recherche, le titre de la thèse et l’année d’inscription en thèse,  un CV, l’intitulé de la communication, et un résumé de la communication d’une page maximum, seront suivie d’une courte bibliographie indicative. Les doctorant.e.s seront informé.e.s des résultats de la sélection le 15 janvier 2021.

A l’issue des deux journées, une attestation de participation sera délivrée sur demande.

L’événement se déroulera les 9 et 10 septembre 2021 au Centre d’Études Supérieures de Civilisation Médiévale de l’Université de Poitiers. Le CESCM offrira des déjeuners et les pauses cafés des deux journées. Les frais relatifs au transport et à l’hébergement seront en revanche à charge des participant.e.s. ou de leurs laboratoires.

Comité organisateur : Corinne Lamour, Emilie Margaix, Cécile Maruéjouls, Elise Vernerey.


 Call for papers

Absence in the Middle Ages –  9-10 September 2021

International Postgraduate Symposium – CESCM (Université of Poitiers, France)

The CESCM (centre d’études supérieures de civilisation médiévale, University of Poitiers) in collaboration with the Research Unit transitions (research department on the Middle Ages and the Early Modern Period, University of Liege) and the Centre for Medieval Literature of the Universities of York and Southern Denmark (Odense) is pleased to open the call for the second session of the postgraduate symposium.

The first session was held in Liège, Belgium, in February 2020 and was dedicated to the notion of margins (XIth-XVIIth centuries). The second session will be held in Poitiers, on September 9th-10th 2021 and will be dedicated to the notion of absence in the Middle Ages. The third part will take place in York.

Themes

“For everything in this world is withering away; everything is subject to failure and death. Thus they are just born and they already tend to grow to a more perfect being, and the more hastily they hasten to be the most perfect things that they know how to be, the more hastily they hasten to be no more”. Saint Augustine, mourning the death of his friend, becomes aware of the ephemeral nature of the earthly world: everything is heading towards its own demise. His suffering in the face of the absence of his loved one is proportional to his desire to keep him at his side.

Absence is, in fact, only perceptible to the individual who is aware of the deficiency it induces. In this, it is different from nothingness. By taking the form of a deficiency, absence necessarily implies the concept of temporality. To feel absence is to maintain a memory, as much as a desire. Absence appeals to memory and affect, to nostalgia. In return, the awareness of a presence is revealed by the possibility of absence.

The theme of absence will be at the heart of this symposium. The notion of absence is at the foundation of all historical science; the principle of history is to bring to light the presence behind the lack. Absence can first of all be considered as the absence that the medievalist confronts. If the sources are the basis of his reasoning, the consideration of their absence is the safeguard of his work. More than the sources themselves, which may have undergone modifications, deletions or simply been lost over time, their defect may prove to be revealing for the researcher.

Beyond the method, the medievalist’s object of study gives pride of place to the notion of absence. The latter is the driving force of medieval society. From the Latin abstentia to its appearance in the French vocabulary at the beginning of the 13th century, the term “absence” is defined by contrast: it literally means “non-presence”[1]. It is applied to a person’s physical absence, but can also embody a more abstract lack[2]. To question the notion of absence is to question Man – his being, his desires, his memory, his reactions to grief, to separation and the questions that arise from it. At the level of society as a whole, it is also a question of asking how institutions frame and meet the needs that result from absence. Consideration of the concept of absence in fact involves putting medieval structures in order: the feeling of injustice, for example, motivates the establishment of legal institutions, the failure of the body leads to recourse to medicine, the absence of the incarnate presence of the divine makes the mediation of the members of one’s church indispensable.

In a second way, absence can be thought of at the individual level. Very often painful when it concerns friends, family or the loved one, absence can be fruitful. It proves to be a subject of great richness in art. To express absence is also to exalt, by contrast, an ideal. Moreover, fictional formating has the power to make the absent present in the mind. In absentia, the plastic or literary figure becomes the allegorical substitute for the object.

However, absence cannot only be seen as the negative counterpoint to presence. Spiritual practice bears witness to this. In the eremitical or anachoretic way of life, in particular, the will to “die to the world” of the great loners, implemented by an intensive practice of asceticism, enables them to acquire the impassibility conducive to spiritual elevation. Finally, it will be a question of reflecting on the way in which medieval people sought to compensate or exacerbate absence through various modes of thought and representation. How, for example, to say and represent the divine principle? Faced with the acknowledgement of the absence of its knowledge, advocated in particular by apophatic theology, the establishment of relic worship and the representation of signum (alphabetical and iconic) of the divine presence are all means implemented in response to the human feeling of absence.

In summary, we hope that the theme of absence will allow us to take a fresh look at fields as diverse as they are essential to medieval society: theology and philosophy, but also artistic, political, judicial or family practice. For the concept of absence embraces all spheres of human life, there is no research work specifically dedicated to this object of study. It has, however, been approached as a filigree by many medievalists. Among these can be cited Claude Gauvard, in the judicial field, Martin Aurell and Barbara Hanawalt, on kinship, André Vauchez and Peter Brown, on holiness, Michel Zink and Herbert Kessler, on medieval creation, or Alain de Libera and Olivier Boulnois, on the theological implications of the notion. During these days, the papers will seek to explore the notion of absence in the Middle Ages. This multidisciplinary symposium will be an opportunity to explore and discuss central influence on medieval culture. It is widely open to researchers in history, history of texts and literature, philology, history of art and images, philosophy, anthropology, archaeology, sociology, etc.

 

Proposals must fall under one of the following headings:

  1. The medievalist faced with the absence
  • The trace: missing words or objects, lost sources, perishable objects, the fragment, etc.
  • The expression of absence: the ellipse, the shortcut, the synthesis, the faulty lexicon, the void, the dark or the white, the unsaid
  • Voluntary absence: the use of forgeries, erasure, deliberate destruction, iconoclasm
  • Enquiry, quest,  the unreachable, the  implicit

2. Absence in the judicial and political field

  • legislation and absent ones
  • Judgment in absentia
  • Exile and banishment in imposed absence
  • Reactions to the absence of political power
  • The shortcomings of society : famines, popular uprisings

 3. The experience of separation

 Failing family ties: abandonment, infanticide, divorce, separation

  • The defect or departure of the loved one
  • The death of a loved one and their grief
  • waiting, flight, experience of emptiness,  mystery of love
  1. Lack of faith
  • Atheism and heresy.
  • Disloyalty, infidelity and felony in feudal relations
  1. The desired absence
  • Perfection (the absence of errors)
  • Asceticism (monasticism, the eremetical life and anchoriteism, voluntary poverty, renunciation, loneliness)
  • Practicing absence: silence, fasting, deprivatin, mustism.
  1. To tell and overcome absence
  • The materialisation and circumvention of absence in the process of literary and plastic creation (cultural transfers, translatio, figuration of otherness) as well as theatre (playful absence, simulacrum).
  • The articulation between fiction and reality (quarrel between universals, debates on Eucharistic realism, rhetoric of absence)
  • Thinking about the concept of absence: apophatic theology, evil versus absence of good, the stakes of mystery in theology and liturgical practice, the description of “Ineffable”.
  • Substitution: the worship of relics, signs of the divine presence, miracles

 

Presentations (c. 20 min.) can be given in either French or English.

Practical Informations

Proposal must be submitted by December 15th 2020 at the latest, in pdf format, and sent by e-mail to colloque-absence@protonmail.com. The proposal will include the name and surname of the PhD candidate and those of their advisor(s), as well as the title of the thesis, the starting year of their PhD, the title of the lecture and a short abstract (no longer than a page)  followed by a short bibliography.

Applicants will be contacted by January 15th 2021, after the committee completes the selection process. At the end of the symposium, a certificate of participation will be released on request.

CESCM will offer lunches and coffee breaks to the participants. Travel and accommodation costs, however, will be at the expense of participants or of their research centres.

 

Organising committee : Corinne Lamour, Emilie Margaix, Cécile Maruéjouls, Elise Vernerey.

 

[1] Trésor de la Langue Française Informatisé, ATILF – CNRS , Université de Lorraine, dernière consultation 22/05/2020 http://stella.atilf.fr/Dendien/scripts/tlfiv5/visusel.exe?12;s=3359067315;r=1;nat=;sol=1;.

[2] Ex : En 1307 : « non présence en justice », terme cité par Armand Auguste D’HERBOMEZ , L’Histoire des Châtelains de Tournai, vol. 2, H. & L. CASTERMAN, Tournai, 1895, p. 266 ; Dans les registres de Charles le Bel de 1322 « il n’a pas de tristesse de l’absence des choses délectables », (A.N. JJ 61, fo18 vo). Portail Lexical du Centre National de Ressources Textuelles et Lexicales, CNRS, dernière consultation, 19/05/2020, https://www.cnrtl.fr/etymologie/absence.

[Appel à communications] Journée d’études : Carnets de recherche en Histoire de l’art et Archéologie

Appel à communications à destination des étudiants de master en Histoire de l’art et Archéologie de l’Université de Poitiers (master ‘Histoire, Civilisations et Patrimoine’ et master ‘Mondes médiévaux’).

• Appel à communications jusqu’au : vendredi 23 octobre 2020

• Date et lieu de la journée d’études : jeudi 19 novembre 2020
Poitiers, faculté des Sciences humaines et arts

• Journée d’études organisée par le département d’Histoire de l’art et Archéologie de l’Université de Poitiers, sous la coordination de Marcello Angheben (CESCM) et Véronique Meyer (Criham).

Journée d’études dédiée à l’actualité de la recherche en Histoire de l’art et Archéologie, par les étudiants de master de l’Université de Poitiers, avec la participation de l’Institut Catholique de Paris.
Dans le cadre de cette journée d’études, les étudiants ayant terminé leur année de Master 1 ou 2 pourront présenter les résultats de leur mémoire de recherche.
La durée de chaque communication est de 20 mn.

Informations complémentaires

Propositions de communication

Les propositions de communication doivent faire figurer un résumé (200 à 300 mots), accompagné d’une courte biographie (comprenant vos nom, prénom, adresse email, laboratoire).
Elles sont à adresser avant le 23 octobre 2020 à :

marcello.angheben@univ-poitiers.fr

veronique.meyer@univ-poitiers.fr

À consulter en ligne ICI

Contacts

Marcello Angheben et Véronique Meyer

         

Journées d’étude : Indexer les images médiévales : du langage documentaire à la recherche scientifique (25-26 nov.)

Appel à contributions : Journées d’études « Indexer les images médiévales : du langage documentaire à la recherche scientifique
».
 
Date : 25-26 novembre 2020
Lieu : CESCM, Poitiers (France)
 
Dans le cadre des activités liées au projet régional ANIMONS, la photothèque du CESCM organise deux journées d’études sur l’indexation des images médiévales. La dernière décennie a vu augmenter de manière considérable le nombre de bases de données ou de plateformes dédiées aux images médiévales. Certaines s’attachent à rendre accessibles les fonds de musées ou de bibliothèques quand d’autres optent pour des approches thématiques dont les résultats sont des plus diversifiés. Ces bases de données sont devenues incontournables pour le chercheur qui s’intéresse aux productions visuelles médiévales. L’apparente facilité d’utilisation de ces outils semble faire oublier toute la complexité du processus d’accès à l’information dont l’indexation marque une étape fondamentale. Cette dernière vise à produire un « outil sémantique inventé en vue de faciliter la sélection de documents répondant à un besoin d’information précis » (Maniez, 2012). Ceux qui se sont intéressés aux questions d’indexation des images médiévales ont cependant pu constater les évidentes contraintes et limites qu’elle pouvait engager. Déjà dans les années 1990 les premières grandes entreprises d’indexation notaient l’importance d’accompagner la recherche sans l’orienter, l’épineuse obligation de passer par l’écrit pour décrire des éléments visuels, l’exigence d’un thesaurus à la fois précis et sélectif, etc.
 
Les présentes journées d’études visent à s’interroger sur notre pratique actuelle de l’indexation des images médiévales, ainsi qu’à ses enjeux et ses possibles évolutions. Les questionnements porteront notamment sur les thesaurus et lexiques, qui sont l’une des principales composantes de ces bases de données iconographiques. Les entreprises portées par l’Index of Medieval Art de l’université de Princeton ou par l’EHESS avec la mise en place du TIMEL (Thésaurus des Images Médiévales en Ligne) montrent que la création de thesaurus participe à faire de l’indexation une construction savante et non uniquement un phénomène descriptif des images. De récents projets, comme celui de l’OMCI (Ontology of Medieval Christianity in Images) porté par l’INHA, montre qu’une réflexion sur les lexiques thématiques engage une nouvelle étape dans l’indexation qui peut prendre en compte les éléments explicites, mais également implicites présents dans les images médiévales. Les questionnements porteront aussi sur la place des outils numériques dans un processus encore tributaire de l’intervention humaine. Si le développement de la reconnaissance automatique de texte a enrichi de manière certaine l’étude des sources écrites, qu’en est-il pour les images ? Une reconnaissance des éléments visuels pourrait-elle aider/remplacer le travail des indexeurs dans un processus qui reste long, coûteux et subjectif ? Ces quelques pistes ne font qu’ouvrir une réflexion dont les ramifications sont nombreuses et variées. Ainsi, sans s’y limiter, les interventions pourront porter sur :
 
  • Les thesaurus et lexiques utilisés pour l’indexation des images médiévales.
  • Les enjeux et limites de la transcription à l’écrit d’élément visuels.
  • Les nouvelles technologies et l’indexation automatique des images.
  • Les enjeux méthodologiques liés à l’indexation des images médiévales.
  • La relation entre l’indexation et le travail des chercheurs.
  • L’indexation comme outil pédagogique.

 

Ces journées d’études visent notamment à mettre en place une réflexion collective engageant les institutions françaises et étrangères qui travaillent sur les questions liées à l’indexation des images médiévales. Afin de permettre un temps d’échange le plus ouvert possible, ces journées pourront inclure des présentations théoriques, des démonstrations pratiques ou des ateliers de prise en main d’outils. Les propositions pourront donc porter sur des études de cas, des approches méthodologiques, des outils spécifiques, etc.

Comité organisateur

Chrystel LUPANT, docteur en histoire de l’art, chercheur associé (CESCM).

Pamela NOURRIGEON, docteur en histoire de l’art, ingénieur d’études (photothèque CESCM).

Carolina SARRADE, archéographe, ingénieur d’études (photothèque CESCM).

Calendrier et modalités de soumission

Merci de transmettre vos propositions avant le 10 mai 2020. Un titre, un résumé de 500 mots maximum et un court CV sont à envoyer à l’adresse suivante :

phototheque.cescm@univ-poitiers.fr

Une réponse sera envoyée avant le 15 juin 2020 aux participants retenus. Les frais de déplacement et d’hébergement seront pris en charge par les organisateurs.

Version en PDF ICI

 


Call for papers: Workshop “Cataloguing medieval images: from documentary language to scientific research”

Date: November, 25-26, 2020

Place: CESCM, Poitiers (France)

As part of the activities related to the regional project ANIMONS, the CESCM photo library is organising two days of study on the cataloguing of medieval images. The last decade has seen a considerable increase in the number of databases or platforms dedicated to medieval images. Some of them are dedicated to making museum or library collections accessible, while others opt for thematic with diversified results. As essential tools for researchers, their apparent ease of use overshadows the complex organization of information through the process of cataloguing. Cataloguing aims to produce an « outil sémantique inventé en vue de faciliter la sélection de documents répondant à un besoin d’information précis » (Maniez, 2012). However, those interested in the issues related to cataloguing medieval images are aware of obvious constraints and limitations involved. The earliest projects in the 1990s already highlighted issues such as the importance of integrating current art-historical scholarship, the ekphrastic limitations of the language used to describe images, as well as the need to develop an iconographic thesaurus that was both precise and selective.

The aim of these study days is to examine our current practice of cataloguing medieval images, as well as to consider the challenges related to the maintenance of such databases. Of particular significance are the questions concerning the development of a thesaurus or glossary for an iconographic database. Projects such as EHESS’s creation of TIMEL (Thesaurus of Medieval Images Online), the INHA-funded OMCI (Ontology of Medieval Christianity in Images), and the Index of Medieval Art’s online database at Princeton University certainly demonstrate a variety of ways to address the classification of iconographic subjects in medieval art. The questions will also focus on the place of digital tools in a process still dependent on human intervention. If the development of automatic text recognition has certainly enriched the study of written sources, what about images? Could recognition of visual elements help/replace the work of indexers in a process that remains long, costly and subjective?

Topics may include, but are not limited to:

– The thesaurus/glossary used for the cataloguing of medieval images.

– The implications and limits of the transcription of visual elements into written form.

– New technologies and the automation of cataloguing images.

– Methodological issues related to the cataloguing of medieval images.

– The relationship between cataloguing and the production of scholarship. – Cataloguing as a pedagogical tool.

 

The aim of these study days is to set up a collaborative reflection involving French and foreign institutions working on questions linked to the cataloguing of medieval images. These days may include theoretical presentations, practical demonstrations or workshops to familiarise participants with the tools. Proposals may therefore focus on case studies, methodological approaches, specific tools, etc.

Organizing Committee

Chrystel LUPANT, doctor in medieval art history, associate researcher (CESCM).

Pamela NOURRIGEON, doctor in art history, engineer at the photo library (CESCM).

Carolina SARRADE, archaeographer, engineer at the photo library (CESCM).

Timetable and submission modalities

Please submit your proposals before 10 May 2020. A title, an abstract of around 500 words and a short CV should be sent to the following address : phototheque.cescm@univ-poitiers.fr

A reply will be sent before 15 June 2020 to the selected participants. Travel and accommodation expenses will be covered by the organisers.

PDF version HERE