Archives par mot-clé : Antiquité

[22 novembre 2014] Excursion pédagogique en Touraine (Janua)

Excursion pédagogique en Touraine : Evena, abbaye de Marmoutier, Tours

Organisée par Janua, association des étudiants en master et doctorat du CESM et Herma.

 Samedi 22 novembre 2014

Gratuit pour les membres de Janua (adhésion annuelle de 3€) : transport et repas intégralement pris en charge

Inscriptions et informations : association.janua@gmail.comMarmoutier_500-a0516


Programme de la journée

Visite d’Evena (Esvres-sur-Indre), une agglomération d’origine protohistorique occupée principalement à la période gallo-romaine, qui nous sera présentée par Jean-Philippe Chimier (archéologue Inrap, laboratoire LAT, Université de Tours) en charge de l’évaluation archéologique du site depuis 2011.

Visite du site de l’abbaye de Marmoutier, deuxième communauté monastique de Gaule, où des recherches archéologiques sont conduites depuis 2004 par Elisabeth Lorans (professeure d’archéologie médiévale, Université de Tours). Le site nous sera présenté par deux de ses anciennes élèves : Emeline Marot, jeune docteure en archéologie médiévale et Emmanuelle Guinehut, diplômée d’un master recherche en archéologie médiévale.

– Pause déjeuner, dans un restaurant de Tours

Présentation des centres historiques de la ville de Tours par Emeline Marot

Inscription au master Civilisation antique et médiévale (Université de Poitiers – CESCM/HeRMA)

La spécialité Civilisation antique et médiévale est un master recherche qui s’articule en deux années, comportant chacune des enseignements, la rédaction d’un mémoire de recherche (TER), et un stage, facultatif en Master 1, obligatoire en Master 2.
L’inscription administrative est conditionnée à la définition d’un projet de recherche validé par un enseignant-chercheur de l’Université de Poitiers.

SHA/Université de Poitiers
SHA/Université de Poitiers

Réunion de rentrée le mardi 2 septembre en amphi Bourdieu :
– 14h-15h30 pour les M1
– 15h30-16h30 pour les M2

 

L’admission directe en 2e année de master est possible pour les étudiants ayant obtenu une 1ère année de master dans une autre université, après examen de leur dossier.

Ce Master est ouvert également aux étudiants de l’UFR Lettres et Langues de l’Université de Poitiers.

Laboratoires de recherche : équipe HeRMA et laboratoire CESCM

Lien vers les Modalités et dossier d’inscription, programmes des enseignement et contacts

Journée d’études Jeunes Chercheurs – association JANUA (3 avril 2014)

Annuellement organisée avec le soutien de l’Université de Poitiers, du Centre d’Études Supérieures de Civilisation Médiévale (CESCM-UMR 7302) et du Centre d’Hellénisation et de Romanisation dans le Monde Antique (HeRMA-EA 3811), la Journée Jeunes Chercheurs Janua 2014 s’est déroulée à l’hôtel Fumé le 3 avril dernier. Réunissant étudiants en master, doctorants, jeunes docteurs et enseignants-chercheurs,  cet événement a permis, selon la dynamique méthodologique caractéristique aux Journées d’études de Janua, de discuter de « la notion de fonction ». Portant à la fois sur les périodes antiques et médiévales et proposant conjointement des pistes de réflexions et des résultats aboutis (reflet de l’avancement des recherches menées par de jeunes chercheurs), les communications présentées seront publiées dans troisième numéro des Annales de Janua (printemps 2015).

Après un mot de bienvenue de la présidente de Janua, Cécile Treffort, Directrice du CESCM, a richement introduit le thème de cette journée. A la suite d’un rappel posant les définitions et étymologies des mots clef de la journée, le « document » et la « fonction », la directrice permit d’ouvrir le débat sur les relations unissant ces deux notions, à la fois antithétiques et pourtant en constante interaction.

exemple de panneaux figuratifs incrustés provenant du site de Mari, Bronze Ancien
Exemple de panneaux figuratifs incrustés provenant du site de Mari, Bronze Ancien

La matinée, présidée par Sébastien Biay (Ingénieur d’études en production et analyse de données pour le programme de l’ANR Musiconis, Université Paris-Sorbonne et CESCM), était résolument archéologique et antique.

Ouvrant la journée, les communications de Barbara Couturaud (ArScan-UMR 7041, équipe VEPMO) et de Nicolas Delferrière (Université de Dijon, ArTeHiS-UMR 6298), portant respectivement sur les panneaux figuratifs incrustés du Bronze ancien découverts à Mari (Syrie) et sur les revêtements architecturaux des édifices gallo-romains de la cité des Eduens, des Lingons et des Sénons, ont démontré l’importance de revoir ces documents à la lumière de leur contexte archéologique. Ces objets, longtemps considérés uniquement pour leurs valeurs décoratives, étaient interprétés hors de leur contexte archéologique de découverte. Or, de toute évidence, l’étude concomitante de l’objet et de ses contextes de création, d’utilisation et de découverte éclaire le débat de nouvelles données qui, jusque-là éludées, permettent maintenant d’appréhender plus justement l’emploi de ces objets dont les fonctions, différenciées mais superposées les unes aux autres, paraissent désormais mettre sur un même plan l’esthétique de l’image décorative et la visée fonctionnelle utilitaire.

Lucie Carpentier (Université Lille 3, HALMA-IPEL-UMR 8164) a achevé la matinée en proposant un nouvel axe de recherche pour l’origine des temples à plan centré de Gaule romaine. Son analyse a permis d’avancer une compréhension fonctionnelle de ces fana dont l’architecture semble avoir évolué parallèlement aux rites qui y étaient pratiqués. Ainsi, au vu des vestiges archéologiques, les aménagements structuraux successifs et spécifiques à ce modèle de temples s’avèrent, selon les exemples, intimement liés aux usages différenciés de ces espaces toujours adaptables à la particularité des rites qui s’y déroulaient.

Sous la présidence de Manon Durier (doctorante CESCM et chef éditorial des Annales de Janua), la séance de l’après-midi a débuté par une communication qui, proposée par Clément Bellamy (Université de Rennes 2, LAHM-UMR 6566) malheureusement absent, a été lue par Sébastien Biay. Proposant des pistes de réflexions sur la fonction et la destination de la céramique produite et retrouvée sur le site gréco-indigène de l’Incoronata (Italie) entre les VIIIe et VIIe siècles av. J.-C., cette communication a mis l’accent sur les difficultés que soulève l’analyse de cet artisanat mixte où les potiers indigènes copiaient les formes grecques, tout en modifiant, dans certains cas, la fonction usuelle de l’objet. Aussi, la forme de ces céramiques produites, consommées et détruites sur place, ne suffirait pas à leurs assigner une fonction, un  usage et une destination arrêtés.

Incoronata fouille
Incoronata fouille

Après ces quatre communications antiquisantes, la parole a été donnée à deux jeunes chercheurs médiévistes.

Rudi Beaulant (Université de Dijon, ArTeHiS-UMR 6298) a présenté une approche des fonctions et des usages des lettres de rémission ratifiées par les Ducs de Bourgogne à la fin du Moyen Âge. S’emparant de cette prérogative régalienne permettant de gracier un justiciable et de le rendre à sa bonne fama, ces puissants princes territoriaux ont produit ces documents en de multiples exemplaires, parfois recopiés plusieurs décennies après leur émission initiale. Originellement judiciaire, ce type de document, détourné de sa fonction première, semble devenir parallèlement un outil politique dressant le portrait d’une société de bons sujets gouvernés par un bon prince.

Pour clore cette journée, Clément de Vasselot (Université de Lyon, ENS) a proposé une relecture de la nature même du Conventum Hugonis (B.N.F., Ms. Lat. 5927). Document controversé dans un débat opposant l’américain Mr. Beech et M. Barthélémy quant à sa nature (épique ou historique), ce texte concernant le Poitou médiéval relate la querelle entre Hugues IV de Lusignan et le comte Guillaume V de Poitiers. La comparaison entre l’étude serrée du texte et les chartes conservées confirme l’historicité des faits relatés selon une ordonnance qui n’est pas chronologique. Aussi, ces nouvelles données semblent ouvrir la voie à une interprétation de ce texte comme étant tout autant œuvre littéraire qu’un récit narrant des événements historiques.

Associant stimulantes communications et riches discussions collectives, cette rencontre scientifique entre jeunes chercheurs aura permis de soulever les difficultés intrinsèquement liées à la notion de fonction que le chercheur applique à son objet d’étude. Assurément, les contextes de production et/ou d’utilisation, les contextes politiques, économiques, sociaux et religieux sont autant d’informations que celui-ci doit interroger pour prétendre comprendre l’objet sur lequel il travaille. Quel que soit sa nature, un artefact est le reflet de la société qui le créé pour répondre à des fonctions qui, bien que pré-établies, peuvent évoluer parallèlement aux pratiques successives qui en sont faites. Aussi, il semblerait que la compréhension que les chercheurs font aujourd’hui de certains objets soit dépendante des caractéristiques fonctionnelles intrinsèques à l’objet, mais attachée à un contexte autant matériel que culturel où cette notion utilitaire peut être linéaire ou évolutive.

Billet écrit avec l’aimable collaboration d’Aurore MENUDIER.

[3 avril 2014] Journée d’étude jeunes chercheurs – Association JANUA

Depuis 2006, l’association Janua organise chaque année, à l’Université de Poitiers, une journée d’étude transdisciplinaire portant sur l’Antiquité et le Moyen Âge. L’objectif de ces rencontres est de créer un espace de discussion scientifique pour des jeunes chercheurs, leur permettant de se former à la prise de parole en public. Les étudiants de master, de doctorat ainsi que les docteurs ayant soutenu depuis trois ans au plus peuvent y participer.

En 2014, la journée porte sur le document et sa fonction : une clef de lecture des sociétés antiques et médiévales ?Jaquette programme

Fondamentale pour définir le rôle d’un document dans une société, la notion de fonction mérite une réflexion sur les enjeux de sa définition. Les dictionnaires de la langue française stipulent qu’une fonction est une « action particulière d’une chose dans un ensemble » (Robert, 2010). Cependant, il peut être utile de distinguer les fonctions initiales d’un document, c’est-à-dire les effets souhaités lors de sa réalisation ou de sa mise en oeuvre, des rôles qui ont pu lui être assignés au cours du temps. Les fonctions doivent assurément être différenciées des usages qui, parfois imprévus et souvent plus nombreux, dépassent couramment les vocations initiales de l’objet. Lorsqu’une fonction a été identifiée, on peut également affiner l’analyse en cherchant ce qui, à l’intérieur de celle-ci, relève de la norme (définie par une communauté, intégrée par chacun de manière plus ou moins inconsciente et complète) et ce qui relève de l’intention (finalité consciente recherchée par l’individu ou le groupe d’individus à l’origine du document). Cette réflexion sur la raison d’être d’un artefact peut intervenir à toutes les étapes de la recherche : lors de la définition du sujet (choix d’un type de source), au cours de l’analyse (vérification d’hypothèses antérieures, élaboration d’une typologie), en conclusion (résultats). Bien qu’incontournable, le recours à la notion de fonction pose de nombreuses questions méthodologiques.

 La communication a été ouverte à tout jeune chercheur (étudiants en Master, doctorants et docteurs ayant soutenu depuis moins de trois ans), spécialisé en sciences humaines ou expérimentales, et travaillant sur les civilisations antiques ou médiévales.

Programme :

9h30 – Introduction par Cécile Treffort, directrice du CESCM

10h00-11h15 – Barbara Couturaud (ArScAn UMR 7041, équipe VEPMO) L’image a-t-elle une fonction ? L’exemple des documents imagés du Proche-Orient au IIIe millénaire av. J.-C.

Nicolas DELFERRIERE (Université de Dijon, UMR ARTHeHIS 6298) Les revêtements architecturaux et leur(s) fonction(s) : pour une compréhension du décor des édifices gallo-romains de la cité des Eduens, des Lingons et des Sénons

11h30-12h45 – Lucie Carpentier (Université Lille 3, HALMA-IPEL) Un axe de recherche pour l’origine des temples à plan centré en Gaule romaine : une nouvelle analyse fonctionnelle des espaces ?

Annick Gagné (Universités Laval et de Poitiers, CESCM) Un concept efficace ? Les limites de la notion de fonction pour l’interprétation des inscriptions de consécration (France VIIe-XIIIe siècles)

14h00-14h30 – Clément Bellamy (Université Rennes 2, LAHM UMR CreAAH 6566) Réflexions méthodologiques sur la fonction et la destination de la céramique d’un site de production gréco-indigène : l’Incoronata (Italie) entre VIIIe et VIIe siècles av. J.-C.

14h45-16h00 – Rudi Beaulant (Université de Dijon, UMR ARTHeHIS 6298) Fonction et usage de la lettre de rémission chez les ducs de Bourgogne à la fin du Moyen âge

Clément De Vasselot (Université de Lyon, ENS) Le Conventum : un document historique remanié

Cette journée du 3 avril 2014 sera l’occasion du lancement du second numéro de la collection électronique Annales de Janua, dont la vocation est de publier, depuis 2012, les actes des rencontres de Janua. Un comité scientifique composé de chercheurs et d’enseignants-chercheurs veille à la sélection des propositions de communication (orale puis écrite) et accompagne les jeunes chercheurs dans une démarche de publication scientifique.

 Programme OK

 

Atelier interdisciplinaire du CESCM (13 au 17 janvier 2014) – 4/5

Jeudi 16 janvier 2014

Journée consacrée à l’histoire des sciences à l’Espace Mendès France, et organisée conjointement avec la Société française d’histoire des sciences et des techniques. Le thème de la journée, « Cadres théoriques en confrontation avec la nature et l’expérience au Moyen Âge », rassemblait quatre conférences exposant l’approche médiévale de l’expérience dans le cadre de pensée et d’appréhension du monde qu’était alors l’aristotélisme, redécouvert en Occident latin à la fin du XIIe siècle.

La présentation de Sabine Rommevaux (directrice de recherche au CNRS), Une théorie en apparente contradiction avec les résultats de l’expérience : le magnétisme, a mis en lumière la façon dont les scientifiques médiévaux réconciliaient les observations pratiques avec les théories d’Aristote, comme dans le cas de l’attraction du fer par l’aimant. L’auteure appuie son propos sur l’étude d’un manuscrit oxfordien, Des six inconvénients, rédigé par un anonyme (étudiant ?) au XIVe siècle, pour illustrer les « expériences de pensée » auxquelles se livrait la communauté universitaire à l’époque. Les théories aristotéliciennes étaient mises à l’épreuve et validées par des expériences imaginaires, empruntant les formes littéraires d’une dispute et recourant à des arguments mathématiques autant que logiques.

Dans ce manuscrit est débattue la question de l’attraction du fer par l’aimant, le second pouvant amener le premier à se mouvoir sans entrer en contact avec lui – ce qui selon Aristote est impossible, le moteur et le mobile devant nécessairement se toucher. Le commentateur s’astreint à une série de six questions, auxquelles il s’oblige à apporter six réponses affirmatives puis six négatives. Ce débat rhétorique, qui manie des arguments parfois sciemment faux, revêt plus d’importance que la pensée véritable de son auteur, et s’apparente plus à un exercice pédagogique et dialectique qu’à une véritable mise à l’épreuve de l’aristotélisme, qui en sort évidemment indemne. Si ces pratiques nous semblent aujourd’hui étranges (bien que les modèles théoriques jouent toujours un rôle important dans la science actuelle !), elles ne doivent pas être considérées avec mépris, mais comme les éléments d’un système de pensée et de compréhension de la nature différent, fonctionnant aussi bien que le nôtre et tout à fait capable d’expliquer les phénomènes visibles… voire inexplicables.

C’était là l’objet de la présentation de Nicolas Weill-Parot (professeur d’histoire médiévale à l’Université Paris-Est Créteil), intitulée Asile de l’ignorance ou terme nécessaire de l’explication ? La notion d’occulte dans la science scolastique. Les médiévaux avaient en effet aménagé, au sein de ce système aristotélicien, une place pour les phénomènes le contredisant, en reprenant aux médecins antiques et arabes (Galien, Avicenne) la notion de propriétés occultes. Ces dernières sont définies à partir du XIIIe siècle par plusieurs auteurs, dont Thomas d’Aquin, comme des propriétés spécifiques, hors de portée des sens et de la raison humaine. Considérée à partir du XVIe siècle comme un aveu d’ignorance de la science scolastique, cette notion s’intègre pourtant parfaitement dans le système aristotélicien dont elle confirme la dimension « positiviste », chère aux scientifiques modernes. Loin d’être la preuve d’un obscurantisme médiéval dont il faut se départir, elle illustre la confiance des hommes de ce temps en la raison humaine, leur volonté de comprendre la Création, de ne rien laisser inexpliqué. Une démarche encouragée par l’Église, qui ne voyait aucun inconvénient à conjuguer foi et raison dans l’exploration du monde – sous réserve de ne remettre en question la toute-puissance de Dieu ou les dogmes canoniques !

Joël Chandelier (maître de conférences en histoire médiévale, Université Paris 8 Vincennes- Saint-Denis) s’est intéressé au rapport des médecins médiévaux avec l’expérience, beaucoup plus pragmatique qu’on ne le pourrait penser. Les médecins du XIVe siècle ont beaucoup écrit sur leurs pratiques, et commenté leurs prédécesseurs Hippocrate ou Avicenne. L’aphorisme du médecin grec « l’expérience [est] trompeuse, le jugement difficile » est interprété, sous la plume de Martin de Saint-Gilles en 1363, comme une double leçon : l’expérimentation sur le corps humain est dangereuse pour la santé (!) et mauvaise envers la création divine. Pour autant, elle est nécessaire à la médecine, que tous les auteurs évoqués par le conférencier ont voulu ériger au rang de science exacte, malgré sa faillibilité inhérente.

Au cœur de ce paradoxe insoluble, valable hier comme aujourd’hui, la pratique concrète de l’expérience joue un rôle fondamental dans l’élaboration des connaissances scientifiques. Le Canon rédigé au Xe siècle par Avicenne jouit, durant tout le Moyen Âge, d’une autorité très grande en la matière, car il définit un protocole que doit suivre le médecin qui teste et administre des remèdes, afin de tirer des conclusions et des diagnostics fiables. Le susdit paradoxe rattrape bien vite ces exigences qui, comme le note Dino del Garbo vers 1325, sont impossibles à respecter en réalité, en raison des variations infinies des « complexions » humaines et des contingences matérielles. D’où un jugement très moderne, qui pose que l’expérience longue et répétée fonde la compétence et la fiabilité du médecin, et qu’en dehors de quelques constantes anatomiques ou logiques, aucune certitude n’est possible. La connaissance livresque est nécessaire, quand elle n’est pas rendue erronée par la corruption progressive des copies manuscrites – une prise de conscience à nouveau tout à fait précoce – mais ne peut seule suffire à former un bon médecin (selon Gentile da Foligno, mort de la peste en 1348 alors qu’il rédigeait un traité sur des recherches expérimentales de remèdes). Plus encore, l’expérience, valorisée par Avicenne, peut parfois remettre en cause les autorités quand elle est fondée et rigoureuse : Galien lui-même ne pouvait tout savoir.

La journée s’est achevée sur un sujet des plus étonnants : L’idée d’atome au Moyen Âge, entre science et théologie par Aurélien Robert (chargé de recherche au CNRS). S’il s’agit-là d’un aspect jusqu’à présent largement ignoré, c’est en partie du au fait que les penseurs atomistes médiévaux étaient presque tous des théologiens – dont les écrits n’ont pas été dépouillés par les chercheurs en histoire des sciences – qui trouvaient dans cette notion des réponses à la fois scientifiques et spirituelles à des paradoxes naturels. Il est d’autant plus intéressant de souligner que ces penseurs ne se revendiquaient pas de l’aristotélisme contemporain, qu’ils combattaient parfois avec virulence. Aristote défendait l’idée d’un univers au sein duquel l’agrandissement à l’infini n’était pas possible, mais où la division et la réduction pouvaient se faire d’une manière infinie – ce que des auteurs antiques tels qu’Épicure ou Lucrèce contestaient déjà. Les théories d’Épicure étant connues et recopiées au Moyen Âge, certains théologiens du XIVe siècle s’en saisirent, d’une manière non concertée et uniforme, pour pointer les ambiguïtés de l’aristotélisme.

Aux explications mathématiques et abstraites de ce système, ils opposaient des arguments et situations concrets : si cette table est composée d’une infinité de parties, qu’elle est la somme de cette infinité, elle devrait donc être infinie – c’est imparable ! Ces penseurs, tel Jean Wyclif, proposaient parfois leur propre système d’explication de la Création, constituée d’atomes indivisibles, séparés par du vide pour certains, collés ensemble pour les autres… Si ces discussions s’intègrent à des écrits théologiques, c’est aussi, selon Aurélien Robert, parce qu’elles poursuivent un but spirituel : laisser l’infini à Dieu, et réaffirmer la finitude du monde terrestre. La recherche d’autres textes atomistes, jusqu’ici négligée, reste à mener là où l’on ne soupçonnait pas leur existence, et bien des traités théologiques pourraient receler des trésors scientifiques.

On comprendra pour terminer que cette journée aura mis à mal bien des préjugés envers la science du Moyen Âge.

Les conférences sont disponibles à l’écoute sur le site de l’Espace Mendès France : ECOUTER