Archives par mot-clé : Antiquité

Soutenance de thèse de José Miguel De Toro Vial, CESCM (19 décembre 2014)

L’Antiquité orientale dans l’historiographie latine du XIIe siècle : une thèse de doctorat signée José Miguel De Toro Vial

Jean-Marie Moeglin a appliqué aux chroniques médiévales le mot d’Antoine Blondin : à l’image de l’épée de Charlemagne, elles sont longues, plates et mortelles !

Il fallait toute l’opiniâtreté de José De Toro, aujourd’hui assistant à l’Universidad Católica de la Santísima Concepción (Chili), pour prendre à bras-le-corps un sujet longtemps délaissé par les historiens et aux sources d’un accès difficile. Il en résulte une thèse de 820 pages, soutenue le vendredi 19 décembre 2014 avec la mention très honorable, assortie des félicitations d’un jury unanime présidé par Mr Patrick Gautier Dalché (IRHT/CNRS), et où siégeaient, outre Mr Jean-Marie Moeglin (Université Paris-Sorbonne), Mr Martin Aurell, directeur de la thèse (Université de Poitiers/CESCM), Mme Mireille Chazan (Université de Metz) et Mme Catherine Gaullier-Bougassas (Université Lille 3).

Alexandre et les rois vaincus, Paris, Bibliothèque Ste-Geneviève, ms. 1182, folio 268, Italie, xiie siècle, cliché IRHT-CNRS
Alexandre et les rois vaincus, Paris, Bibliothèque Ste-Geneviève, ms. 1182, folio 268, Italie, XIIe siècle, cliché IRHT-CNRS

Sans maîtrise préalable du français, José De Toro vint pour la première fois en France en 2005 dans le but de travailler sur les chroniqueurs médiévaux. Il y découvrit les chroniques universelles et l’intérêt des historiens du Moyen Âge pour l’Orient. Après avoir décroché le master Civilisation antique et médiévale au CESCM avec la mention excellent, il bénéficia entre 2007 et 2011 d’une bourse du gouvernement français ainsi que de la bourse CONICYT du gouvernement chilien pour la préparation de sa thèse de doctorat.

Qu’est-ce que l’Orient ancien du point de vue de l’Occident médiéval ? Quelle vision les historiens du Moyen Âge en avaient-ils ? Les chroniques universelles permettent de répondre à cette question, et elles sont nombreuses ! Néanmoins, peu d’entre-elles ont été éditées jusqu’à présent, bien qu’il s’agisse de textes très diffusés dans les bibliothèques médiévales, ayant pour certains fait l’objet de traductions dès le XIIIe siècle. Définir la chronique universelle n’est pas chose facile, mais plus fondamentalement encore, c’est la définition du métier d’historien pendant la « renaissance du XIIe siècle » (un cadre chronologique élargi pour la circonstance à la période 1080-1210) que pose l’étude de telles sources. Ainsi José De Toro s’est-il efforcé de tester les thèses de Bernard Guenée : voir récemment Histoire et culture historique dans l’Occident médiéval1

Armé d’une solide culture classique et d’une bonne maîtrise du latin, José De Toro a passé une part substantielle du temps de son doctorat dans les fonds anciens des bibliothèques d’Europe, au contact de sources qui attendaient toujours leur transcripteur. L’exhumation de ces textes est le premier apport majeur de cette thèse.

Le second porte sur la connaissance de la méthode des chroniqueurs. La richesse du contenu des chroniques universelles est telle que José De Toro a dû se résoudre à limiter son effort d’analyse à deux thèmes principaux : les descriptions de Babylone d’une part, la vie d’Alexandre le Grand d’autre part. Dans le cas de la cité de Babylone, le travail des chroniqueurs médiévaux a consisté à faire coïncider les propos des historiens de l’Antiquité avec le récit biblique. Le regard porté sur l’Orient par ces chroniqueurs fut avant tout géographique et politique (les généalogies impériales tiennent une large place dans ces chroniques) ; dotés d’un esprit critique, ils n’ont pas cru que ces contrées lointaines regorgeaient de richesses, et ont mis en doute l’existence des merveilles relatées dans les vies d’Alexandre. Quant à la figure du Conquérant, ils se sont efforcés de tempérer les jugements sévères formulés à son encontre par l’historien du Ve siècle Orose, et de moraliser sa biographie comme il convenait à un maillon important de la chaîne du Salut.

Faut-il distinguer les histoires des chroniques ? Opposer les auteurs des vies « romanesques » d’Alexandre aux historiens rédacteurs des chroniques universelles ? Est-il seulement possible de définir un « genre littéraire » qui aurait pour nom chronique universelle ? Les points de débats n’ont pas manqué au cours de la soutenance. On retiendra l’intérêt véritable des historiens médiévaux pour l’Orient ancien et l’existence d’une méthode historique (combinaison des sources, démarche critique). L’Orient ancien des chroniqueurs médiévaux n’était pas un fantasme ; c’était une réalité humaine et de surcroît symptomatique du fait que distinguer l’histoire de la fiction avait du sens au XIIe siècle.

 

  1. Histoire et culture historique dans l’Occident médiéval, Paris : le Grand livre du mois, 2011 []

[Appel à communication] Journée Jeunes Chercheurs Janua 2015

Humanités numériques. Enjeux méthodologiques et pratiques du développement des outils numériques pour l’étude des sociétés antiques et médiévales

Janua, l’association des étudiants en master et doctorat des laboratoires CESCM et HeRMA (Université de Poitiers) organisera en avril prochain une journée d’étude offrant aux jeunes chercheurs (étudiants en master recherche, doctorants, docteurs ayant soutenu depuis moins de trois ans) en Histoire, Histoire de l’Art, Archéologie, Lettres et Musicologie, l’opportunité de parler de leurs travaux. La thématique proposée pour l’édition 2015 de la rencontre est, comme chaque année, résolument méthodologique, afin de favoriser le dialogue transdisciplinaire entre les périodes antiques et médiévales, raison d’être de notre association.

Image Pompéi (2)Oxymore pour certains, révolution pour d’autres, « humanités numériques » est une formule à la mode que le chercheur en sciences humaines rencontre de plus en plus fréquemment. La signification exacte de cette expression reste pourtant floue et il semble même impossible d’en donner une définition générale tant les humanités numériques dépendent des pratiques, des disciplines et des sujets traités. Il est bien plus facile de percevoir leur impact, qui est capital. La création, le développement et la généralisation de l’usage de divers outils numériques pour faciliter la conservation et la gestion des données, garantir l’accessibilité et la visibilité des sources ou encore simplifier les modalités de diffusion et donc de valorisation des contenus, ont durablement modifié la méthodologie de la recherche en sciences humaines.  

L’usage de ces nouveaux instruments de travail (bases de données, textométrie, archéométrie, cartographie, encodage, etc.) est devenu aujourd’hui, au même titre que d’autres pratiques plus traditionnelles, une partie fondamentale du quotidien du chercheur en Histoire, Histoire de l’Art, Archéologie, Musicologie ou Lettres. Le chercheur en devenir ne peut donc l’ignorer et semble même, plus que tout autre, appelé à prendre part au tournant digital : plus qu’un simple utilisateur de ces outils, il est, ou sera amené à les développer et à en créer de nouveaux.

Comment les jeunes chercheurs s’insèrent-ils dans le grand champ des digital humanities ; quelle place les outils numériques ont-ils dans leurs méthodes et pratiques de recherche, quelles transformations ont-ils permis et quelles perspectives offrent-ils ?

Comment cette modification de l’approche des sciences humaines se manifeste-t-elle concrètement ; quels sont les outils disponibles, comment fonctionnent-ils et qu’apportent-ils réellement ?

Quelles sont les éventuelles limites de ces pratiques, comment éviter de tomber dans les travers du numérique pour le numérique ; quelle peut être la pérennité de ces nouveaux instruments de travail face à l’évolution rapide et éparse des outils disponibles ?christine-de-pizan-multi-tasking

Les intervenants sont invités à parler de leurs conceptions et usages du numérique en fonction de leur discipline et de leurs thématiques de recherche, et auront l’opportunité d’échanger avec des chercheurs issus d’autres spécialités lors de discussions, afin que chacun puisse, par le partage d’expériences, enrichir ses réflexions méthodologiques et développer ses connaissances techniques.

Tout jeune chercheur spécialisé dans l’étude des civilisations antiques et médiévales peut faire une proposition de communication. Les contributions réalisées lors de cette journée ont vocation à être publiées l’année suivante dans les Annales de Janua. Les propositions de communication peuvent être rédigées en français ou anglais et sont à envoyer à l’adresse : association.janua@gmail.com sous la forme d’un résumé/abstract d’environ 250 caractères avant le vendredi 6 février 2015 (inclus) ; elles doivent être accompagnées d’un curriculum vitae.


Date de la rencontre : jeudi 2 avril 2015

Lieu de la rencontre : Poitiers

Durée des communications : 20 à 30 minutes

Comité scientifique :

Nadine Dieudonné-Glad (Professeure d’Archéologie antique)
Estelle Ingrand-Varenne (Ingénieure d’études CNRS, Histoire médiévale)

Yves Lafond (Professeur d’Histoire grecque)
Stephen Morrison (Professeur de Lettres médiévales)
Nicolas Prouteau (Maître de conférences en Archéologie médiévale)
Nicolas Tran (Professeur d’Histoire romaine)
Cécile Treffort (Professeure d’Histoire médiévale)
Alexandre Vincent (Maître de conférences en Histoire romaine)

Date limite des candidatures : 6 février 2015 (inclus)

[22 novembre 2014] Excursion pédagogique en Touraine (Janua)

Excursion pédagogique en Touraine : Evena, abbaye de Marmoutier, Tours

Organisée par Janua, association des étudiants en master et doctorat du CESM et Herma.

 Samedi 22 novembre 2014

Gratuit pour les membres de Janua (adhésion annuelle de 3€) : transport et repas intégralement pris en charge

Inscriptions et informations : association.janua@gmail.comMarmoutier_500-a0516


Programme de la journée

Visite d’Evena (Esvres-sur-Indre), une agglomération d’origine protohistorique occupée principalement à la période gallo-romaine, qui nous sera présentée par Jean-Philippe Chimier (archéologue Inrap, laboratoire LAT, Université de Tours) en charge de l’évaluation archéologique du site depuis 2011.

Visite du site de l’abbaye de Marmoutier, deuxième communauté monastique de Gaule, où des recherches archéologiques sont conduites depuis 2004 par Elisabeth Lorans (professeure d’archéologie médiévale, Université de Tours). Le site nous sera présenté par deux de ses anciennes élèves : Emeline Marot, jeune docteure en archéologie médiévale et Emmanuelle Guinehut, diplômée d’un master recherche en archéologie médiévale.

– Pause déjeuner, dans un restaurant de Tours

Présentation des centres historiques de la ville de Tours par Emeline Marot

Inscription au master Civilisation antique et médiévale (Université de Poitiers – CESCM/HeRMA)

La spécialité Civilisation antique et médiévale est un master recherche qui s’articule en deux années, comportant chacune des enseignements, la rédaction d’un mémoire de recherche (TER), et un stage, facultatif en Master 1, obligatoire en Master 2.
L’inscription administrative est conditionnée à la définition d’un projet de recherche validé par un enseignant-chercheur de l’Université de Poitiers.

SHA/Université de Poitiers
SHA/Université de Poitiers

Réunion de rentrée le mardi 2 septembre en amphi Bourdieu :
– 14h-15h30 pour les M1
– 15h30-16h30 pour les M2

 

L’admission directe en 2e année de master est possible pour les étudiants ayant obtenu une 1ère année de master dans une autre université, après examen de leur dossier.

Ce Master est ouvert également aux étudiants de l’UFR Lettres et Langues de l’Université de Poitiers.

Laboratoires de recherche : équipe HeRMA et laboratoire CESCM

Lien vers les Modalités et dossier d’inscription, programmes des enseignement et contacts

Journée d’études Jeunes Chercheurs – association JANUA (3 avril 2014)

Annuellement organisée avec le soutien de l’Université de Poitiers, du Centre d’Études Supérieures de Civilisation Médiévale (CESCM-UMR 7302) et du Centre d’Hellénisation et de Romanisation dans le Monde Antique (HeRMA-EA 3811), la Journée Jeunes Chercheurs Janua 2014 s’est déroulée à l’hôtel Fumé le 3 avril dernier. Réunissant étudiants en master, doctorants, jeunes docteurs et enseignants-chercheurs,  cet événement a permis, selon la dynamique méthodologique caractéristique aux Journées d’études de Janua, de discuter de « la notion de fonction ». Portant à la fois sur les périodes antiques et médiévales et proposant conjointement des pistes de réflexions et des résultats aboutis (reflet de l’avancement des recherches menées par de jeunes chercheurs), les communications présentées seront publiées dans troisième numéro des Annales de Janua (printemps 2015).

Après un mot de bienvenue de la présidente de Janua, Cécile Treffort, Directrice du CESCM, a richement introduit le thème de cette journée. A la suite d’un rappel posant les définitions et étymologies des mots clef de la journée, le « document » et la « fonction », la directrice permit d’ouvrir le débat sur les relations unissant ces deux notions, à la fois antithétiques et pourtant en constante interaction.

exemple de panneaux figuratifs incrustés provenant du site de Mari, Bronze Ancien
Exemple de panneaux figuratifs incrustés provenant du site de Mari, Bronze Ancien

La matinée, présidée par Sébastien Biay (Ingénieur d’études en production et analyse de données pour le programme de l’ANR Musiconis, Université Paris-Sorbonne et CESCM), était résolument archéologique et antique.

Ouvrant la journée, les communications de Barbara Couturaud (ArScan-UMR 7041, équipe VEPMO) et de Nicolas Delferrière (Université de Dijon, ArTeHiS-UMR 6298), portant respectivement sur les panneaux figuratifs incrustés du Bronze ancien découverts à Mari (Syrie) et sur les revêtements architecturaux des édifices gallo-romains de la cité des Eduens, des Lingons et des Sénons, ont démontré l’importance de revoir ces documents à la lumière de leur contexte archéologique. Ces objets, longtemps considérés uniquement pour leurs valeurs décoratives, étaient interprétés hors de leur contexte archéologique de découverte. Or, de toute évidence, l’étude concomitante de l’objet et de ses contextes de création, d’utilisation et de découverte éclaire le débat de nouvelles données qui, jusque-là éludées, permettent maintenant d’appréhender plus justement l’emploi de ces objets dont les fonctions, différenciées mais superposées les unes aux autres, paraissent désormais mettre sur un même plan l’esthétique de l’image décorative et la visée fonctionnelle utilitaire.

Lucie Carpentier (Université Lille 3, HALMA-IPEL-UMR 8164) a achevé la matinée en proposant un nouvel axe de recherche pour l’origine des temples à plan centré de Gaule romaine. Son analyse a permis d’avancer une compréhension fonctionnelle de ces fana dont l’architecture semble avoir évolué parallèlement aux rites qui y étaient pratiqués. Ainsi, au vu des vestiges archéologiques, les aménagements structuraux successifs et spécifiques à ce modèle de temples s’avèrent, selon les exemples, intimement liés aux usages différenciés de ces espaces toujours adaptables à la particularité des rites qui s’y déroulaient.

Sous la présidence de Manon Durier (doctorante CESCM et chef éditorial des Annales de Janua), la séance de l’après-midi a débuté par une communication qui, proposée par Clément Bellamy (Université de Rennes 2, LAHM-UMR 6566) malheureusement absent, a été lue par Sébastien Biay. Proposant des pistes de réflexions sur la fonction et la destination de la céramique produite et retrouvée sur le site gréco-indigène de l’Incoronata (Italie) entre les VIIIe et VIIe siècles av. J.-C., cette communication a mis l’accent sur les difficultés que soulève l’analyse de cet artisanat mixte où les potiers indigènes copiaient les formes grecques, tout en modifiant, dans certains cas, la fonction usuelle de l’objet. Aussi, la forme de ces céramiques produites, consommées et détruites sur place, ne suffirait pas à leurs assigner une fonction, un  usage et une destination arrêtés.

Incoronata fouille
Incoronata fouille

Après ces quatre communications antiquisantes, la parole a été donnée à deux jeunes chercheurs médiévistes.

Rudi Beaulant (Université de Dijon, ArTeHiS-UMR 6298) a présenté une approche des fonctions et des usages des lettres de rémission ratifiées par les Ducs de Bourgogne à la fin du Moyen Âge. S’emparant de cette prérogative régalienne permettant de gracier un justiciable et de le rendre à sa bonne fama, ces puissants princes territoriaux ont produit ces documents en de multiples exemplaires, parfois recopiés plusieurs décennies après leur émission initiale. Originellement judiciaire, ce type de document, détourné de sa fonction première, semble devenir parallèlement un outil politique dressant le portrait d’une société de bons sujets gouvernés par un bon prince.

Pour clore cette journée, Clément de Vasselot (Université de Lyon, ENS) a proposé une relecture de la nature même du Conventum Hugonis (B.N.F., Ms. Lat. 5927). Document controversé dans un débat opposant l’américain Mr. Beech et M. Barthélémy quant à sa nature (épique ou historique), ce texte concernant le Poitou médiéval relate la querelle entre Hugues IV de Lusignan et le comte Guillaume V de Poitiers. La comparaison entre l’étude serrée du texte et les chartes conservées confirme l’historicité des faits relatés selon une ordonnance qui n’est pas chronologique. Aussi, ces nouvelles données semblent ouvrir la voie à une interprétation de ce texte comme étant tout autant œuvre littéraire qu’un récit narrant des événements historiques.

Associant stimulantes communications et riches discussions collectives, cette rencontre scientifique entre jeunes chercheurs aura permis de soulever les difficultés intrinsèquement liées à la notion de fonction que le chercheur applique à son objet d’étude. Assurément, les contextes de production et/ou d’utilisation, les contextes politiques, économiques, sociaux et religieux sont autant d’informations que celui-ci doit interroger pour prétendre comprendre l’objet sur lequel il travaille. Quel que soit sa nature, un artefact est le reflet de la société qui le créé pour répondre à des fonctions qui, bien que pré-établies, peuvent évoluer parallèlement aux pratiques successives qui en sont faites. Aussi, il semblerait que la compréhension que les chercheurs font aujourd’hui de certains objets soit dépendante des caractéristiques fonctionnelles intrinsèques à l’objet, mais attachée à un contexte autant matériel que culturel où cette notion utilitaire peut être linéaire ou évolutive.

Billet écrit avec l’aimable collaboration d’Aurore MENUDIER.